Page 28

22

C H A P I T R E II.

Les nouveaux déportés , arrivés à Cayenne, y furent entassés dans un petit navire, et ils débarquèrent à C o n a n a m a avant que l'hôpital fût entièrement construit. Le biscuit et les salaisons composaient le fond de la nourriture. C'était le plus mauvais régime pour des vieillards, la plu part valétudinaires. Presque tous étaient obligés de faire eux-mêmes leur cuisine en plein air. Les médecins tombèrent malades ; il en mourut un. La privation de secours augmenta la malignité des maladies, et bientôt C o n a n a m a , dont le m i nistre des colonies parlait c o m m e d'un lieu de paix et de bonheur , ne fut qu'un cimetière. Les infirmiers, impatiens de partager les dépouilles de ces infortunés , négligèrent de leur administrer les secours nécessaires. O n ne pouvait interdire aux mourans la faculté de tester; mais on ordonna que ce serait en présence des agens militaires. Pour se soustraire à cette inquisition, ils eurent recours à des dispositions verbales, et tout l'argent était remis de la main à la main, presque toujours avec la condition de le rendre aux familles des décédés , si les dépositaires retournaient en France; et, dans le cas contraire, à condition de dire des messes. O n avait à peine le temps de creuser les fosses à une profondeur suffisante. O n prétend que les tigres déterrèrent un cadavre. Le désespoir troubla la raison de

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement