Page 262

256

A N N E X E S .

elle-même u n coup mortel par le sacrifice d'une partie notable d u corps législatif. Dès le jour où nous fûmes soudainement frappés , les conseils durent croire q u e les témoignages d u crime seraient incessamment produits, que dans la distribution des preuves d'un grand

forfait, la part serait faite à chaque

prévenu, et que des h o m m e s , dont la plupart ne se connaissaient pas m ê m e de v u e , seraient accusés individuellement, et n o n en masse. U n e généreuse et juste impatience

se manifesta

ensuite à plusieurs reprises. L e 23 pluviôse dernier, le représentant Bailleul, ne pouvant plus différer son rapport, parla ainsi, au n o m de la commission chargée, après notre c o n d a m nation , de faire connaître nos crimes : « Si » la commission n'a pas encore fait son rapport » sur la journée d u 18 fructidor , ce n'est pas n faute de zèle.» Après cette déclaration ingénue, il ajoute : « Elle attend des pièces très-impor» tantes saisies par le ministre de la police. » Des pièces très-importantes étaient saisies par le ministre, et la commission les attendait! O justice! on n e les avait donc pas, lorsque, cinq mois auparavant , nous avons été envoyés en exil, ou plutôt c o n d a m n é s à la m o r t ! C'est la première fois peut-être, qu'après cinq m o i s , après la m o r t d'une partie des c o n d a m n é s , on a déclaré

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement