Page 246

240

CHAPITRE IX.

1800), deux ans et cinq mois après notre départ de France. Le porte-voix avait annoncé à celui qui c o m mandait à Brest que Laffon et Marbois étaient abord de la Sirène. A. peine avions-nous mouillé, qu'un canot a m e n a

un

gendarme

qui

de-

m a n d a à nous parler. Depuis deux à trois ans , nous étions habitués à voir des messagers de sa profession. Celui-ci tira de sa ceinture une lettre qu'il m e remit, en m e disant d'un air grave et solennel : » Citoyen, j'ai ordre de vous remettre » cette lettre. «Je l'ouvris, n o n sans inquiétude, et prêt à m e rendre à Oléron , s'il le fallait. C'était une invitation pressante que m e faisait M . Najac, ordonnateur-général à Brest , de venir m'établir dans sa maison. A u m ê m e instant, nous nous vîmes entourés de marins et autres personnes de comme

notre

entraînés

connaissance. Nous

fûmes

chez le vice-amiral Bruix.

C h e m i n faisant, chacun nous racontait ce qui s'était si rapidement passé depuis le 18 brumaire , trois à quatre mois avant le jour o ù nous arrivions. Nous ne savions qui entendre. Dans cette multitude de faits , confusément entassés , j'appris celui qui devait m e causer la plus grande joie. Quelqu'un dit, sans savoir l'importance que

son récit avait pour m o i :

» Il a été n o m m é trois consuls , dont deux nou-

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement