Page 24

18

C H A P I T R E II.

crets qui lui ont été confiés tandis qu'il était commissaire d u prétendant. Cet h o m m e , dur à lui-même, et souvent brusque avec nous jusqu'à la grossièreté, était insinuant et souple avec les noirs. Ils lui marquaient beaucoup de

respect et l'appelaient

mon père, quoiqu'il fût défendu de désigner ainsi les prêtres. La veille de sa m o r t , j'étais près de son lit ; il causait encore assez librement : « Nous recevons » la mort, m e dit-il, de la main des cinq direc» teurs; qu'ils jouissent de la vie qu'ils nous » ôtent. Ils m'interdisent jusqu'au secours de la » religion ; eh bien ! la religion elle-même vient » à m o n secours. Je leur pardonne ; que le ciel » leur pardonne de m ê m e , et puissent-ils , à » leur dernier jour, ne pas être, c o m m e m o i , » privés de la présence et des consolations de » leurs familles ! » Il ne restait plus à Sinnamari que Laffon-Ladebat et moi. Réduits de seize à deux , frappés de tous les fléaux par lesquels l'homme peut être éprouvé, nous trouvions quelques consolations dans l'analogie de nos goûts , de nos connaissances, dans notre penchant pour les m ê m e s études. Je crois que si j'eusse eu pour c o m p a gnon un h o m m e de guerre, nous aurions été souvent fort ennuyés l'un de l'autre. Avant la fuite,

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement