Page 231

CHAPITRE

IX.

225

q u e nous y remarquâmes u n h o m m e que nous n'avions jamais v u , et, par une double maladresse, il s'excusa d'avoir été si long-temps sans nous témoigner le grand intérêt qu'il avait pris à nous. N o u s ne voulûmes point, en attendant notre départ, interrompre les promenades que nous faisions tous les soirs avec les autres déportés. N o u s revîmes avec eux le magnifique spectacle d u coucher d u soleil. Nous avions mille fois contemplé les effets superbes de la lumière, quand, à l'équateur, l'Océan paraît recevoir cet astre dans son sein. U n de nos c o m p a g n o n s , époux et père, ainsi que moi, m e dit : « V o u s reverrez m a » famille, dites à m a f e m m e et à m o n fils qu'il » n'y a rien de si beau que ce spectacle, et que » pourtant j'achèterais m ê m e par la perte de m a » vue, le bonheur de les presser dans m e s bras. » T o u s nous félicitèrent de notre départ, et c'était sans mélange de jalousie. Nous leur promîmes que nos premiers soins auraient pour but leur retour (1). Vous concevrez notre impatience et la peine que nous éprouvions de n'avoir pas à notre

(i) Arrivés à Paris, nous remplîmes l'engagement que nous avions pris, et nous

e û m e s u n plein succès. C'est au

ministre de la marine, Forfait, que nous le dûmes. TOM.

II.

15

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement