Page 224

518

CHAPITRE

IX.

amis parmi tous ceux qui ont été successivem e n t dans les affaires publiques. Le capitaine d'un navire marchand qui, sous pavillon neutre, faisait de fréquens voyages de New-Yorck à Cayenne, m'apportait souvent des gazettes a m é ricaines. J'en trouvai une remplie d'éloges d u courage que les déportés manifestaient, et de leur inébranlable constance dans u n si grand désastre. Je fus frappé de

l'exagération

des

louanges qu'on nous donnait. N o u s n'avions fait que nous soumettre à la nécessité ; toute autre conduite aurait p u empirer notre sort, et nous avions suivi, sans u n grand effort, la route indiquée par la raison. Bien d'autres ont été aussi malheureux

que

nous, mais seulement avec

moins d'éclat. Dès le c o m m e n c e m e n t de m o n bannissement, j'en avais fixé la durée à trois années. Si j'étais libre plus tôt, je m e trouvais bien de m'être trompé. Je m e regardais c o m m e u n malade qui n'est pas le maître de hâter sa guérison, et je vous assure que ce calcul de patience servit beaucoup à m e faire trouver m a

destinée plus

supportable. Laffon n'avait pas moins de courage, mais il avait plus d'impatience. Tous les jours, à six heures du matin, heure qui sera pendant les siècles l'heure du lever d u soleil à la G u y a n e ,

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement