Page 217

CHAPITRE

IX.

211

Je leur dis qu'il s'appelait Horace. Ils répétèrent son n o m plusieurs fois après m o i , et c'est ainsi que fut accomplie la prédiction de ce grand prophète. Je ne puis, en retour, envoyer à l'Europe des odes faites par les Indiens. Les Galibis ne savent ce que c'est que les vers, et n'ont aucun signe pour conserver o u transmettre la pensée. Ils s'en tiennent à la parole. Quant à leur poésie, elle est bornée ici à trois ou quatre images , qu'ils répètent sans rien y changer; et, ce qui m'a paru remarquable , c'est que, sous la ligne, les naturels s'expriment à peu près c o m m e les Onéïdas, que j'ai visités au nord et non loin de la rivière des M o h a w k s . S'ils vont à la guerre, leurs chants annoncent qu'ils dépouilleront de sa peau le crâne de leurs ennemis, et qu'ils boiront leur sang. Font-ils la paix , ils vont fumer ensemble, ou échanger le calumet, ou bien enfouir profondément en terre le casse-tête ou tomahawck. Je ne veux vous dire que ce m o t de m a science de la langue sauvage. N o u s visitâmes d'autres habitations , et la liberté était pour nous une jouissance inconnue à ceux qui n'en ont jamais été privés. er

1

nivôse an VIII (22 décembre 1799).

N o u s étions loin de nous attendre, dans le voisinage de la ligne, à une circonstance imprévue

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement