Page 205

C H A P I T R E

II.

1 9 9

Et d'abord, je rappelle les causes déjà anciennes qui avaient a m e n é la crise dont nous étions les témoins. C e fut le 16 pluviôse an II que la convention nationale

prononça l'abolition de l'esclavage.

L'agent Jeannet ne reçut le décret que quatre mois après. Il aurait d û en faire précéder la publication par quelques dispositions propres à conjurer l'affreuse tempête

que cet i m m e n s e

changement allait susciter; mais il fit proclamer cet acte dès le lendemain de l'arrivée de la frégate qui l'apporta. Le travail cessa aussitôt. Les noirs passant subitement de l'esclavage à l'indépendance , se livrèrent à la licence et à l'oisiveté. Ils n'avaient connu que la discipline domestique ; n'ayant point l'habitude

d'une

soumission volontaire aux lois, ils regardaient tous les excès auxquels l'autorité m ê m e encourageait, c o m m e

u n simple exercice

les de

leurs nouveaux droits. C'est en cet état que se trouvait la colonie, lorsque

Burnel arriva. L'émancipation était

c o m m a n d é e par la loi ; c'était autoriser la cessation des travaux, et la disette en devait être une suite inevitable. L e nouvel agent, feignant une inspiration prophétique

avait annoncé que les Anglais atta-

queraient 1 île de Cayenne, et il avait m ê m e fixé

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement