Page 201

CHAPITRE

VIII.

195

Nous nous trouvions, Laffon et m o i , les seuls m e m b r e s des conseils restés à la Guyane. Les années s'écoulaient, mais après une aussi longue épreuve, nous étions plus affermis que jamais dans nos résolutions. Nous n'hésitâmes point à regarder la loi des otages et celle de

l'emprunt

graduel

forcé

c o m m e les derniers efforts de la tyrannie expirante. Ces excès étaient de vrais signaux de détresse, et la conduite m ê m e

de Burnel nous

donnait l'espérance d u changement d'un état de choses inconciliable avec l'ordre social. O ! qui que vous soyez, qui veillez sur des prisonniers non c o n d a m n é s , songez qu'ils peuvent être plus innocens que vous. Traitez-les avec humanité, vous en trouverez la récompense dans leur cœur, dans leurs journaux peut-être, et votre souvenir sera cher à leurs familles. Laffon et m o i ne nous étions point quittés depuis le 18 fructidor an V. N o u s prîmes à loyer une petite maison située dans u n quartier agréable de la savane , o u faubourg de la ville. Il arrive de temps en temps des bâtimens de France à Cayenne, et nous, remplis d'espérances, nous attendons des lettres de nos amis. Mais aucun souvenir n'est venu depuis plusieurs mois dissiper notre tristesse. L a longueur de

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement