Page 191

CHAPITRE

VIII.

185

sidor an VII (juillet 1799), le c o m m a n d a n t de Sinnamari fit connaître à Laffon et à moi que , si nos affaires ou notre santé exigeaient notre retour à Cayenne, nous aurions la liberté d'y revenir, et qu'il fallait en faire la d e m a n d e à Burnel. Nous

écrivîmes de concert.

Nos lettres

ressemblaient à celles que l'agent avait préc é d e m m e n t trouvées offensantes. Il nous envoya cependant, par le retour de l'exprès, la permission que nous demandions par suite de sa propre ouverture. Je c o m m e n ç a i à croire que m o n

retour en

France n'était pas éloigné. M a d a m e Trion , pendant m a maladie, n'avait cessé de m'entretenir de cet espoir. Elle m'entourait, autant qu'elle pouvait, d'objets propres à le nourrir. Elle avait élevé une très-belle perruche , qu'elle vous destinait, m a chère Sophie. Q u a n d , suivant l'usage, on lui d e m a n dait : « Qui est là? » condamnée à quitter son pays pour aller en Europe, elle répondait d'une voix ferme : « Déportée sans jugement. » Elle recevait des applaudissemens de tous ceux qui venaient chez moi. Mais tout à coup, Sophie, cette éducation tourna m a l , et voici c o m m e n t : Rodrigue imagina de donner à votre oiseau d'autres leçons que celles de sa tante. Il voulait que la perruche répondît : « Déportée non jugée, »

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement