Page 181

CHAPITRE VII.

175

vée à u n sauvage canadien, que je vis sur la rivière des M o h a w k s . Les Indiens qui habitent la Guyane intérieure, derrière la colonie de Surinam, sont pour la plupart de la nation des Galibis. Les gouverneurs hollandais les traitent c o m m e des peuples indépendans ; ils leur donnent quelquefois en présent des esclaves noirs, que les Indiens emploient à la chasse, à la pêche, à cultiver la terre. Ils prennent aussi pour épouses les négresses qui leur sont données. II y a peu d'années qu'un capitaine galibi m o u r u t , laissant neuf veuves galibis et deux africaines. Les unes et les autres épousèrent chacune un des

noirs qui avaient été ses esclaves. Ces

unions sont fréquentes parmi les nègres libres: ce sont des esclaves hollandais qui se

sont

affranchis par la fuite. Ils forment une république de nègres, régie par des lois très-dures. Les gouverneurs de Surinam ont reconnu son indépendance, et les traités qui règlent les intérêts respectifs sont observés avec fidélité. Ces nègres , qui sont au n o m b r e de six à sept mille, n'ont point parmi eux autant de femm e s que d'hommes. Ils se marient avec des Indiennes lorsqu'ils le peuvent. Il résulte de ces croisemens une espèce robuste et laborieuse, d'une stature presque gigantesque, qu'on dit

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement