Page 178

172

CHAPITRE VII.

oiseaux et les animaux terrestres qu'on rencontra dans les bois se laissaient approcher et prendre. Les ocos et d'autres grands oiseaux venaient par bandes nombreuses

autour des

voyageurs; on en tuait à coups de bâton, et cette destruction ne

mettait point les autres

en fuite: les tapirs, les biches (c'est le n o m qu'on donne au mâle ainsi qu'à sa femelle) , enfin tous les animaux dont ce pays abonde restaient en place, accouraient m ê m e , sans montrer aucune crainte. Cette sécurité est la preuve la plus certaine q u e si ce pays n'est pas entièrement désert, il a très-peu d'habitans; ce n'est qu'une forêt,pour ainsi dire, sans limites. La terre y semble propre à toutes sortes de cultures. L'élévation d u sol rend la température

fort différente de celle

des bords de la m e r , et quoiqu'on n'y soit qu'à environ trois degrés de la ligne, les nuits et les matinées y sont si froides , qu'on éprouve le besoin de se chauffer. Les voyageurs trouvèrent des serpens d'une grandeur remarquable: u n de ces reptiles avait trente pieds de longueur, et la peau si terreuse , que la caravane passa auprès, et peut-être le foula, sans s'en apercevoir. 11 ne fut remarqué que par M . Mentelle, qui marchait

le dernier. Ces rencontres

ne

sont pas rares ; Rodrigue, m o n hôte, a tué des serpens de vingt-cinq pieds de longueur . et

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement