Page 174

168

CHAPITRE

VII.

» mères pour les h o m m e s . Ainsi, quand on ne »trouverait plus de vestiges de cette république » de f e m m e s , ce ne serait pas encore assez pour » pouvoir affirmer qu'elle n'a jamais existé (1 ). » Walter Ralegh, qui ne déraisonnait que par cupidité , et quand il s'agissait de mines d'or et de diamans, traitait de fables, il y a plus de deux siècles, tout ce qu'on a raconté des A m a zones de la Guyane. Les auteurs des Lettres édifiantes n'ont, pour ainsi dire, fait que copier les anciens, et attribuer aux Amazones américaines ce qui a été raconté de celles d'Asie et d'Afrique. « L'Amazone, disent-ils, tire sans doute son » n o m des Amazones (2) qui habitent le long » de son rivage, assez près de la Nouvelle-Gre» nade. O n rapporte qu'elles font u n divorce » presque perpétuel avec leurs maris, qu'elles » ne les vont voir qu'une fois pendant l'année, » et q u e les maris viennent les revoir à leur » tour l'année suivante; que dans le temps de » ces visites mutuelles, ils font de grands festins ; » ils célèbrent leurs mariages; ils coupent les

(I) V o y a g e

de la rivière des A m a z o n e s , par M .

de L a

Condamine. (2)Il y a une rivière qui porte le n o m d'Amoïzana , et qui coule au centre de la G u y a n e . C'est peut-être de là que la fable des A m a z o n e s tire son origine.

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement