Page 169

CHAPITRE

VII.

163

de ses voisins du m ê m e village; pour se soustaire au

ressentiment de la famille de

son

ennemi, il s'enfuit et vint s'établir à S i m a p o , à quatre lieues de notre bourgade. U n frère d u mort ne tarda pas à suivre le meurtrier. A son arrivée à S i m a p o , le capitaine lui d e m a n d a ce qu'il venait y faire? « Je viens, dit-il, pour tuer Averani » qui a tué m o n frère. » —

« Faites ! » lui dit le

capitaine. Mais Averani fut averti pendant la nuit , et s'enfuit avec sa famille. Les parens ont une tendresse extrême pour leurs enfans aussi long-temps que ceux-ci sont trop faibles pour se passer de secours; mais ils ne les corrigent que très-rarement, et quelquesuns m ê m e souffrent qu'ils fassent toutes leurs volontés. A mesure que l'enfant grandit, l'affection des parens s'affaiblit, et il s'habitue luim ê m e à les regarder c o m m e des étrangers. La tendresse et l'autorité paternelle, le respect et la piété filiale, ces premiers anneaux de la chaîne qui lie les m e m b r e s de la société, n'existent point ici ; il est m ê m e très-ordinaire de voir des inimitiés et des haines diviser le père et ses enfans ; et les violences réciproques, les coups, les voies de fait, que nous considérons justement c o m m e criminels , ne sont point rares entre eux. Les pères disposent de leurs filles d'une m a -

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement