Page 165

CHAPITRE VII.

159

baigner dans la Sinnamari, quoiqu'il eût eu de grands accès de fièvre tous les jours précédens; le malade mourut le lendemain. Le caractère qui distingue é m i n e m m e n t l'état social de l'état qu'on a imaginé d'appeler de nature , est la propriété. Avec elle c o m m e n c e n t les liens sociaux ; les h o m m e s ont besoin de lois dès qu'ils possèdent quelque chose; de là naissent les échanges, le c o m m e r c e , les signes des valeurs, l'attachement des individus à un ordrepermanent, les améliorations, les plantations, les édifices; la terre se fertilise, s'embellit, et l'espace qui servait à peine à une famille va suffire à plus de cent. A mesure que la société se perfectionne , les lois qu'on a trouvées si utiles à la conservation des propriétés s'appliquent à toutes les institutions sociales. L ' h o m m e contracte u n plus grand attachement pour la vie ; il aime davantage sa famille , parce qu'il sait q u e , m ê m e après lui, ses héritages lui seront conservés. C'est à la propriété qu'il faut attribuer les regrets que nous éprouvons en quittant la vie ; l'indifférence du sauvage pour la mort vient en partie de ce qu'il ne possède rien : ainsi, en m ê m e temps qu'elle augmente les jouissances de l'homme, elle l'attache à sa propre conservation; elle tend à fortifier le corps social, qui n'est puissant que par une population à la fois n o m -

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement