Page 159

CHAPITRE VII.

153

et quelques-uns sont si ridicules, qu'ils ne peuvent eux-mêmes en donner une explication satisfaisante. Ils ont cependant , la plupart d u temps , une cause superstitieuse. Pendant m o n séjour parmi eux, je remarquai qu'avant de se coucher, ils renversaient avec soin tous les bancs et siéges. Je sus que cet usage s'observait chaque soir dans toutes les cabanes. Ils m'apprirent que c'était pour que le mauvais esprit ne pût s'asseoir nulle part, s'il venait la nuit, et l'obliger ainsi à aller se reposer ailleurs. Je trouvai le m ê m e usage établi dans les quatre villages d'Iracoubo, et on m'en donna la m ê m e raison. Si souvent témoin de l'intempérance des Indiens, je veux cependant vous raconter jusqu'à quel point je les vis modérés dans une circonstance particulière. Des députés, au n o m b r e de trente-cinq, vinrent à Philadelphie pendant l'été de 1784. Je les conviai tous à u n banquet qui leur fut servi en plein air, à l'ombre de quelques rameaux coupés dans la forêt voisine. Toute liberté fut donnée à leur appétit, pour la viande et le poisson; mais le vin fut fixé à une demi-bouteille par convive. Après le repas, je les visitai avec l'interprète. Ils étaient parfaitement sobres, à l'exception d'un seul. Il était couché sous la table dans u n état d'ivresse gué je m'abstiens de décrire. Ses compagnons

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement