Page 149

CHAPITRE VII.

143

de sa portée. Je n'entrepris point de le c o m battre ; mais je reconnus que la société est en grand péril et qu'elle tend à sa fin lorsqu'une classe nombreuse se croit affranchie des devoirs religieux et d u frein des lois. A h ! sans doute les les lois sont insuffisantes si elles n'ont pour fondemens ni la religion, ni les m œ u r s ; mais si les magistrats les violent e u x - m ê m e s , ils rendent inévitable la dissolution d u pacte social. Nos constitutions, si savamment rédigées et écrites , n'ont eu qu'une durée éphémère. Croiriez-vous qu'il y a plus de stabilité dans les coutumes de ces tribus sauvages, qui ne savent ni lire, ni écrire? Nous les connaissons depuis trois siècles , et nous avons n o m b r e de bons livres où leurs m œ u r s et leurs usages ont été fort bien décrits. J'ai pensé qu'il ne serait pas inutile, après u n si long temps, de juger des progrès qu'ils ont p u faire dans leur contact avec notre civilisation. J'ai interrogé presque tous les sauvages qui sont venus voir Rodrigue Trion, et il a été notre interprète. Voici des notes recueillies au hasard, et que je mettrai en ordre si, c o m m e je le crains , on m'en donne le temps. J'ai bien des fois voulu m'assurer s'ils étaient encore anthropophages. Ceux d u nord de l'Amérique ne m e l'ont jamais avoué ; je n'ai donc à ce sujet que des doutes. A u reste, ils n'ignorent

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement