Page 117

CHAPITRE VI.

111

» celle qui dut être l'épouse d'Achille : non , je » veux fermer les yeux dans le sein de la liberté, » et je livre m o n corps à Pluton. 0 Grecs ! ne » portez pas les mains sur moi. Je gémirais d'être » appelée esclave chez les morts. » A g a m e m n o n ordonne qu'on la laisse libre en la sacrifiant, et le triste v œ u qu'elle a formé est accompli (1). C'est H o m è r e aussi qui, décrivant les effets funestes de l'esclavage, prononce cette sentence, si propre à faire connaître à quel point cet état est contre nature. L L e jour où u n h o m m e libre » tombe dans les fers , Jupiter lui ôte la moitié » de ses vertus. L Il est impossible d'exprimer avec plus d'énergie une grande vérité, et les siècles écoulés depuis H o m è r e ont multiplié les preuves de cette profonde observation. L a domesticité une fois convertie en esclavage, on conçoit que les riches et les puissans aient trouvé profitable d'avoir des esclaves ; et je conviens qu'alors la seule espérance de faire u n tel butin est devenue une cause de guerre. C'est donc l'esclavage m ê m e qui a engendré la guerre. Si, par succession de temps , les abus de la victoire ont été modérés par une clémence intéressée, il

(l) L e s

Troyennes.

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement