Page 112

106

C H A P I T R E

VI.

toire, où tant de publicistes l'ont vue. Voici ce qui m e paraît plus simple et ce que je crois le plus vrai. D'abord , si je consulte les poètes, qui furent, dit-on, les premiers historiens, ce ne sera pas pour chercher des esclaves dans l'Olympe. N o u s y voyons des échansons, des musiciens, des forgerons. Le trône d u grand Jupiter est environné de messagers ailés prêts à porter ses c o m m a n d e m e n s de toutes parts; il y a des dieux inférieurs de toutes les professions, et m ê m e

des

déesses qui ne se montrent ni fières, ni prudes avec les plus simples mortels; mais je n'y trouve pas u n seul esclave : il n'y en a pas dans l'empire de Pluton; c o m m e si des êtres qui n'avaient point de volonté n'eussent p u faire ni bien ni mal. J'interroge les m o n u m e n s les plus authentiques dont nous ayons connaissance. Point d'esclaves depuis A d a m jusqu'au déluge, et N o é n'en introduit pas u n seul dans son arche. Il en sort avec sa famille, et c'est environ deux mille quatre cents ans avant notre ère qu'il maudit la postérité de C h a m , et ordonne q u e les enfans de ce fils peu respectueux seront les serviteurs des serviteurs de ses frères. Si nous donnons croyance à ce récit, nous y verrons la première origine de l'esclavage; et les effets de cette malédiction sur

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement