Page 106

100

CHAPITRE

VI.

des accusations vagues , qui, en s'adressant à tous , ne s'appliquaient à aucun. Je passe à une autre entreprise, qui ne regardait que Laffon et moi. Jeannet s'était borné à intercepter nos lettres: il paraît m ê m e qu'il s'en faisait honneur auprès d u directoire; et il avait écrit en ces termes à l'occasion de l'évasion des huit déportés : « Tilly » vit beaucoup Barbé-Marbois. Je le sais par u n e » lettre de celui-ci, que j'ai interceptée et o u » verte. » Plusieurs lois , et surtout l'opinion, notent d'infamie ceux qui violent le secret des correspondances. Il est beau qu'un peu de cire puisse fermer une lettre aussi efficacement que les serrures et les verroux ferment u n coffre-fort. Je voudrais m ê m e que les agens publics inspirassent assez de confiance pour que la cire et le cachet fussent inutiles , et qu'il pût suffire de plier une lettre, sans la fermer. Mais ce sont là les œuvres de la civilisation; et nous étions hors de la société et dans l'oppression. Voici la nouvelle entreprise

dont il s'agit :

notre c o m m a n d a n t entra u n matin chez m o i ; il était accompagné d'un sergent, qui, selon l'usage observé dans ces expéditions, avait son sabre à la main. « Je viens, m e dit le c o m m a n d a n t , m e

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Journal d'un député non jugé, ou déportation en violation des lois : Tome I  

Auteur : François Barbé de Marbois / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université...

Profile for scduag
Advertisement