Page 13

DE CAYENNE AUX ANDES.

395

fatigués et nous manquons de tout, même de sel de cuisine. Je pourrais être indécis sur le parti à prendre. En effet, si j e bats en retraite par le bas Yary, j'arrive au terme de mon voyage en 10 jours. Si je veux gagner les sources du Parou, j ' e n ai pour plus de trois mois. Sans la moindre hésitation je me décide à poursuivre mon itinéraire. Le lendemain Apatou, Hopou et moi nous sommes si malades que nous devons arrêter la marche pour suspendre nos hamacs aux arbres de la forêt. Pendant ce temps une partie de mon escorte s'enfuit et Yelemeu lui-même parle de s'en aller. Je ne le retiens qu'en lui reprenant provisoirement le fusil que je lui ai donné. Les Indiens ont peur de la maladie par dessus tout ; l'amitié, la parenté ne les empêchent pas de fuir une épidémie. Éprouvant une légère amélioration dans l'après-midi, je fais continuer la route pour arrêter la défection des Indiens. Nous arrivons quelques jours après à l'habitation de Macuipi, avec qui j ' a i fait connaissance à mon premier voyage. Apprenant qu'il est mort, je m'empresse d'adresser des condoléances à sa veuve. Cette brave femme nommée Sourouï se met aussitôt à pleurer et à chanter les louanges de son mari. Yelemeu qui m'a déclaré il y a quelques instants sa satisfaction d'être débarrassé de son voisin, pleure et chante en faisant chorus avec la veuve. J'apprends que Macuipi, en sa qualité de piay, c'est-à-dire de médecin, n'a pas été brûlé comme le reste des mortels. Conduit sur les lieux de la sépulture, je vois une petite hutte au milieu de laquelle s'ouvre un large trou de deux

Bulletin de la société de Géographie  

Auteur : jules Crevaux, Adolf Erik Nordenskjöld / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Bulletin de la société de Géographie  

Auteur : jules Crevaux, Adolf Erik Nordenskjöld / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentatio...

Profile for scduag
Advertisement