Page 143

LA

CONVENTION

141

noncer pour l'affirmative . » Suite n'ayant pas été donnée à la proposition, on reconnaît au protocole de clôture que ce desideratum a plané sur toute la discussion ; on le voit par cette mention capitale au procès, comme disent les avocats : que l'on a voulu mettre en discussion la question des surtaxes à imposer aux produits des puissances non concordataires, et que les délégués de l'Angleterre ont catégoriquement décliné tout débat sur ce point ; on le voit encore par cette mention finale que les « Commissaires ont unanimement résolu de se séparer pour rendre compte de la situation à leurs gouvernements respectifs, et pour les prier d'examiner s'il ne conviendrait pas, comme l'ont demandé, dès le principe, les délégués de la Hollande, d'appeler à des conférences ultérieures divers États restés étrangers à la convention de 1864... » Enfin, ce n'est un secret pour personne, que des tentatives de cette nature ont été faites dans la période qui s'est écoulée entre la fin et la reprise des conférences, et qu'elles sont demeurées sans résultat. 1

On a donc conclu contre vent et marée, il est permis de le dire : le vent étant représenté par les trois puissances européennes non signataires; la marée par celle d'outre-mer auxquelles on semble n'avoir pas songé. Eh bien, c'est cette « situation », comme dit le protocole de clôture, qui me paraît rendre la convention pratiquement inapplicable.

1

Voir page 8 du recueil des Conférences.

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Le questionnaire de la question des sucres : vetera transierunt ; ecce omnia sunt facta nova !  

Auteur : Romuald Le Pelletier de Saint-Rémy / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Un...

Profile for scduag