Page 1


MANIOC.org Bibliothèque Alexandre Franconie Conseil général de la Guyane


MANIOC.org Bibliothèque Alexandre Franconie Conseil général de la Guyane


VOYAGES D' U N

P H I L O S O P H E -

DépartementDe

LA GUYA

A.

Franconie

12°30


Aboulcasen lui fit remarquer sur un tr么ne d'or. Tom.3.Pag.157


V O Y A G E D' U N

P H I L O S O Р H E P A R

PIERRE

P O I V R E .

N o u v e L L E

A

laq uelle

on a joint

l'Auteur, et

au

et

l'Extrait

fait

par

arbres

deux

Conseil

Notice

sur

de l'Isle

Voyage

ordres

aux

, pour

Isles la

la Vie

de

Habitans de France

,

Molu q ues,

recherche

des

épiceries.

A DE

une

ses Discours aux

- Supérieur d'un

ses à

de

É D I T I O N .

P A R I S ,

L'IMPRIMERIE

DE H A U T B O U T

L ' A N

I

V.

L'AINÉ.


TABLE

DES MATIÈRES.

Pages Pages v

A v i s des Editeurs Notice

sur

Voyage Côtes Cap

la vie

de

d'un. Philosophe. occidentales

Poivre.

.

Introduction.

.

.

xiij

.

.

x

d'Afrique

4

de Bonne-Espérance

6

Madagascar

,

Isle

de bourbon

Isle

de France.

Observations Machine

.

.

.

.

.

.

.

.

19 23

a la côte de Commandel.

arroser

les terres.

.

et autres.

.

.

Troupeaux

de Moutons

.

.

27 28

Jardins

29

Cocotier Etat de l'Agriculture —

25 26

Labourage

Etat

13 17

.

faites

pour

.

dans le royaume

de l Agriculture

de Siam.

cher. les Malais.

.

32 .

Sagou

45

S u i t e des Observations culture

chez differentes

sur l'état nations

de

l'Agri-

de l'Afrique

et de l'Asie Puissance

de

royaume Camboye

39

55 l'Agriculture

;

de Ponthiamas. ,

Tsiampa.

. .

.

Origine

du

..

. .

.

Cochinchine

. .

57 62 63

a

3


Culture

des

Cannes

à sucre

différentes

espèces

de riz.

69

Chine

.

Cérémonie

de l'ouverture

Encouragemens

de

des terres.

l'Agriculture.

Attention

du Gouvernement

Les impôts

établis

La

65 84

.

.

Chinois.

.

.

à la Chine sont invariables.

104 de l'Agriculture

et de l'Asie

à celle

de l'Agriculture

En Afrique.

En

Amérique

En

Asie

Discours arrivée

de

l'Afrique

de la Chine.. en Europe.

.

.

.

105

.

.

107

Id. 108 Id.

prononcé

par

à l'Isle

M . Poivre

de France,

, à

aux

son

Habitans 113

de la Colonie Discours

prononcé

première

du

présenté

sieur

de

de M.

par le sieur

faite

l'Isle

, à

la

du

nouveau

de

France, 145

Voyage

des arbres

Poivre

1767

les vues de M. Mission

M.

publique

supérieur

3 août Extrait

par

Assemblée

Conseil le

102 103

Dîme:

Comparaison État

99

. . 1 0 1

.

de

Trémigon,

d'Etchcverry

Poivre

, pour

,

la

d'après recherche

à Epiceries aux

d'Etcheverry.

175

isles Moluques .

.

,

par

. ,

.

Fin de la T a b l e .

le .168


vij

A V I S D E S DEPuiS

É D I T E U R S . long-tems ,

est r e c o n n u e

chez

l'utilité

toutes

en n o u s i n s t r u i s a n t

des

les

différens

p e u p l e s , de l e u r industrie , de leur agriculture ,

des

voyages

n a t i o n s ; c'est usages

des

leurs arts , de

q u e le v o y a g e u r , le

philo-

s o p h e n o u s r e n d e n t p r é c i e u x ces o u v r a g e s

qui

h â t e n t le d é v e l o p p e m e n t des sciences d a n s l a p a t r i e , s'il t r o u v e l e g o u v e r n e m e n t

disposé

à

les a c c u e i l l i r . E n effet ,

ce n'est p o i n t

assez

qu'un

ouvrage paroisse , p o u r qu'il produise

bon.

quelque

c h a n g e m e n t a v a n t a g e u x ; il f a u t e n c o r e q u e c e soit d a n s ces

circonstances

heureuses

la

m a r c h e du g o u v e r n e m e n t

t e n d e v e r s le b i e n ,

vers l a r é f o r m e d e s a b u s ,

et

classe intéressée

à

toute influence , toute Combien

p o u r r o i e n t s'en

que

ait

la

perdu

philosophiques

été p e r d u s p a r c e t t e r a i s o n , que

abus

autorité.

d'ouvrages

l e u r s a u t e u r s , et

sur-tout

ces m ê m e s

de

recueillir!

p o u r la p a t r i e fruits

ont de

aujourd'hui


viij C'est d'un 1768, ou

ouvrage

de

ce g e n r e

s o u s l e t i t r e d e Voyages

Observations

Peuples

sur

les Maurs

de l'Afrique

, de l'Asie

, p u b l i é eu

d'un

Philosophe

et

tes Arts

,

des

et de l'Amérique

Ouvrage extrêmement précieux, que nous

,

nous

e m p r e s s o n s de d o n n e r u n e n o u v e l l e é d i t i o n au P u b l i c . Q u o i q u ' i l ait p a r u sans n o m l'on

a

su

que

nous

Poivre , h o m m e

en

étions

d'auteur,

redevables

à

estimable à plus d'un titre.

Le m o m e n t o ù u n R e c u e i l d e L e t t r e s v i e n t d'être publié systême

p a r le

général Belair ,

complet d'amélioration

sur s o n

applicable

t o u s les sols , a p a r u f a v o r a b l e à la

à

réimpres-

s i o n d u V o y a g e P h i l o s o p h i q u e de P o i v r e . Le

général

annoncent

Belair ,

dont

les

occupations

que notre République

aura

aussi

s e s C i n c i n n a t u s , a s s u r e d a n s ses L e t t r e s q u e , p a r la s e u l e é c o n o m i e d e son n o u v e a u s y s t ê m e d'ensemencement, abondamment

la

France

doit

à sa s u b s i s t a n c e

a v o i r b e s o i n d e r e c o u r i r à ses v o i s i n s . tême exclut conclut retirer

sur - tout l'usage

q u e de la de

masse

pourvoir

en grains

sans

S o n sys-

d e s Jachères

, il

des subsistances , à par

les

c u l t i v a t e u r s - p r o p r i é t a i r e s et f e r m i e r s , q u e

sa n o u v e l l e c u l t u r e ,

tant

par

le g o u v e r n e m e n t , il d o i t en r e s u l t e r u n e a m é l i o r a t i o n telle d a n s les f i n a n c e s , q u e p a r ce s e u l m o y e n , p e u t ê t r e r e m i s au

l'assignat, pair.


ix S a n s d o u t e il s e r a a g r é a b l e miste de

voir

nationale, occupés

que des

en

lisant

de fournir

à notre

a m i s d e la p r o s p é r i t é ses

Lettres ,

de

exemples

se

soient

n o u v e l l e s p r e u v e s en

f a v e u r d e s o n s y s t ê m e , et d e l e s les

écono-

d e la n a t i o n

puiser

agricole

a n c i e n n e d u m o n d e , q u i , p a r l'état de son

agriculture ,

étonne

tous

dans

la

plus

florissant les

jours

l'Européen. D a n s les o b s e r v a t i o n s de P o i v r e , sur l ' é t a t de l ' a g r i c u l t u r e e n C h i n e , o n v o i t q u e le l a b o u r e u r C h i n o i s , r e g a r d e l ' u s a g e des Jachères

,

un abus nuisible

la p o p u -

à

l'abondance , à

l a t i o n , et q u ' i l s e r o i t tenté de disoit

comme

r i r e , si o n l u i

q u e la terre a b e s o i n de r e p o s à certain

t e r m e f i x e . L ' é c o n o m i e p a r l a q u e l l e il s u p p l é e a u x fourrages p o u r la n o u r r i t u r e

des

bestiaux

et des t r o u p e a u x , n ' e s t p a s u n e x e m p l e

moins

avantageux à suivre chez n o u s . E n l i s a n t cette p a r t i e

du voyage

sophe Poivre , on s'étonnera d'y infinité loin

d'autres

l'économie

du

philo-

trouver

une

vues , qui portent bien plus politique ,

l'administration

c i v i l e e t r u r a l e p a r l a q u e l l e se c o n s e r v e , d a n s u n e p e r p é t u e l l e a i s a n c e , la p o p u l a t i o n b r a b l e de la

innom-

Chine.

R i e n d e p l u s p r é c i s , d e p l u s i n t é r e s s a n t et d e m i e u x o b s e r v é q u e ce

que Poivre écrit sur


X

l'agriculture d e l'Afrique et d e l'Asie ; et s u r t o u t e s les s o u r c e s d e p r o s p é r i t é s n a t i o n a l e s ; s u r les m œ u r s , les arts des différens les p r o d u c t i o n s

naturelles

de

peuples

chaque

et

pays

qu'il parcoure. C e petit Ouvrage peut vraiment être

regardé

des

comme

voyages,

voyageurs. mérite

une introduction à l'étude

et

comme

S o u s t o u s ces

d'être

lu

le

manuel

points

des

de vue , il

et m é d i t é p a r les a m i s d e la

p a t r i e et d e l ' h u m a n i t é . a j o i n t à cette é d i t i o n , 10. u n e N o t i c e

On sur

la v i e d e

l ' a u t e u r ; 2°. d e u x D i s c o u r s aux.

h a b i t a n s et a u conseil s u p é r i e u r d e F r a n c e ; 3°.

une

Relation

l'Isle

interessante

Voyage

aux M o l u q u e s

p o u r la

recherche des arbres à épiceries , q u i

fut

imprimée

dans

France , no. 113

On

a

cru

fait

ses

le J o u r n a l

ordres ,

général

de

public ,

en

1787.

, année

servir

par

de d'un

le

goût du

a d o p t a n t p o u r cette é d i t i o n , et

pour

c e l l e s q u i l u i s u c c é d e r o n t , le p e t i t O n n e l'a g u è r e e m p l o y é j u s q u ' i c i

toutes format.

que

des R o m a n s , des Poésies , très-peu p o u r Voyages. joignent

Ceux-ci , à

l'avantage

celui d'instruire

;

ils

pour cet

d'amuser ne

font

,

pas


xj m o i n s q u e les

autres ouvrage , partie de n o s

p r o m e n a d e s et d e n o s d é l a s s e m e n t u t i l e s . ne sauroit d o n c trop

ce g e n r e d ' i n s t r u c t i o n a g r é a b l e . N o u s y c o - o p é r e r , en publiant en voyages anciens rapports

in-18

croyons

u n e suite de

et m o d e r n e s , q u i ,

sous

les

d e la p o l i t i q u e , d e l ' a g r i c u l t u r e , d u

commerce , former

On

m u l t i p l i e r les m o y e n s d e

des arts , des m œ u r s ,

la c o l l e c t i o n

la plus

pourront

utile ,

l a plus

a g r é a b l e et la m o i n s d i s p e n d i e u s e à r a i s o n d e s p r i x d e s é d i t i o n s e n p l u s g r a n d f o r m a t . Si l ' o n joint aux

considérations

la facilité de p o r t e r même se

d e l ' é c o n o m i e et d e

par-tout

plusieurs volumes ,

procurer

ment rares , collection.

aisément on

des

sentira

Quelques

le

avec soi un

celle de voyages mérite

manuscrits

nous sommes procurés , plusieurs qui n ' o n t jamais paru

et

pouvoir extrêmede

cette

que

nous

traductions

en notre langue ,

con-

c o u r r o n t à l ' e n r i c h i r , a i n s i q u e les t r a v a u x d e s écrivains de n o s j o u r s ,

que

nous

invitons à

n o u s c o n f i e r l e u r s o u v r a g e s d e ce g e n r e ,

soit

originaux , soit t r a d u c t i o n s . Cette collection , dirigée par une société gens de

lettres , sera

p a r t i e s : le c a r a c t è r e

de

s o i g n é e d a n s t o u t e s ses q u i lui est

destiné

est,

n e u f ; les é p r e u v e s s e r o n t m u l t i p l i é e s et r e v u e s a v e c le p l u s g r a n d s o i n ; et le p a p i e r sera a s s o r t i


XIJ

au p r e m i e r v o l u m e q u e n o u s d o n n o n s . N o u s y j o i n d r o n s les qui

seront

figures

et les

exécutées

par

cartes nécessaires , d'habiles

artistes.

E n f i n , n o u s n ' é p a r g n e r o n s r i e n d e ce q u i p e u t flatter

les

amateurs

de

la

belle

et

correcte

typographie.

Ouvrages

sous

presse.

U n R e c u e i l de V o y a g e s au T h i b e t , pays sur lequel nous n'avons cune relation

eu j u s q u ' a u j o u r d ' h u i

q u i nous le f a s s e

connoître.

au-


N

O

T

I

S U R

E V I E

LA

D E

P O I V R E .

P i e R R E

P O I V R E

mois d'août 1719, Il

C

nâquit

d'une famille

m o n t r a , dès son

à L y o n au

commerçante.

enfance , un esprit d o u x

et facile , les p l u s g r a n d e s d i s p o s i t i o n s

pour

les lettres et p o u r les arts , u n c a r a c t è r e b i e n faisant , q u i

lui

faisoit desirer d'être

utile

à

t o u t le m o n d e . Ses é t u d e s é t o i e n t

finies

dans u n âge encore

t e n d r e , il v i n t à P a r i s , e n t r a

dans

la C o n g r é -

gation des Missions Étrangères , y éducation

e t s'y

finit

son

distingua.

L ' é t u d e d e l a p h i l o s o p h i e et d e l a t h é o l o g i e , l'instruction

des

rences , ne furent

catéchumènes , pas

a u x q u e l l e s i l se l i v r a s'appliqua

les dans

seules

les

confé-

occupations

cette m a i s o n .

Il

a v e c succès a u d e s s i n et à la p e i n -

ture , qu'il regardoit c o m m e un comme un moyen

de

délassement,

réussir mieux

dans

les


xiv p a y s q u ' i l se p r o p o s e n t d e p a r c o u r i r , e t d ' e n rapporter

plus de c o n n i s s a n c e s

utiles ans

sa p a t r i e . Les supérieurs des Missions Chine , e t l u i p r e s c r i v i r e n t

r e n v o y è r e n t en

de passer ensuite

à la C o c h i n c h i n e . D a n s u n e r e l â c h e q u ' i l fit a v a n t d ' a r r i v e r à C a n t o n , il r e ç u t u n e l e t r r e , e n C h i n o i s , lui

dit

être

de

recommandation ,

laquelle, a u c o n t r a i r e , été offensé

qu'on

et

dans

u n Chinois qui avoit

par un Européen,

dénonçoit.

cet

E u r o p é e n , q u ' i l c r o y o i t d e v o i r être le p o r t e u r de

sa l e t t r e ,

nation

comme

Chinoise

un coupable

dont

a v o i t à se p l a i n d r e , e t

la qui

m é r i t o i t la m o r t . Poivre

se h â t a d e p r é s e n t e r la l e t t r e a u p r e -

mier Mandarin dont

il p u t a p p r o c h e r , et fut

m i s e n p r i s o n : l a il a p p r i t l a l a n g u e C h i n o i s e . L e v i c e - r o i d e C a n t o n , t o u c h é d e ses b o n n e s q u a l i t é s , et a y a n t d ' a i l l e u r s d é c o u v e r t la hison , devint

son protecteur

t o u t e s les facilités q u ' o n aux

Européens

tra-

, et l u i p r o c u r a

refuse

ordinairement

p o u r voir l'intérieur d u pays.

A p r è s d e u x a n s d e s é j o u r à la C h i n e , il alla, à

la C o c h i n c h i n e ,

o u il p a s s a

deux

autres

a n n é e s . Le vice-roi de C a n t o n avoit a p p r o u v é et facilité ce v o y a g e ; et à s o n r e t o u r , trouva auprès de l u i la

même

faveur.

Poivre il e n


XV profita

souvent

prompte ç o i s ; il

pour

faire r e n d r e

aussi de g r a n d s

services

à

sur

lequel

en

1745

, lorsque

il é t o i t e m b a r q u é ,

d a n s le d é t r o i t de B a n c a , p a r u n

seau Anglois superieur p o i n t oisif canon

en force.

vais-

Il n e

au milieu du c o m b a t ;

un

ce

le fut

resta boulet

l u i e m p o r t a le p o i g n e t . U n e

autre

p e r t e q u ' i l fit d a n s c e t t e o c c a s i o n , e t q u i pas

la

des Indes.

Il r e v e n o i t e n F r a n c e bâtiment

de

plus

et m e i l l e u r e j u s t i c e a u x a u t r e s F r a n rendit

Compagnie

attaqué

une

n'a

été r é p a r é e , c'est c e l l e du j o u r n a l de t o u t qu'il

avoit

remarqué

Cochinchine , à

à la

Macao ,

Chine ,

avec

des

à

la

dessins

précieux. ;

Les

Anglois, manquant

de vivres, étoient

e m b a r r a s s é s d e l e u r s p r i s o n n i e r s . Ils l e s c o n d u i s i r e n t .à B a t a v i a , e t l e u r y r e n d i r e n t l a l i b e r t é . C e fut p e n d a n t

le s é j o u r q u e P o i v r e

fit

dans

celte ville , q u e t o u j o u r s o c c u p é de v u e s u t i l e s , il, prit des connoissances ture des épiceries dois possédoient les

Isles

r é f l é c h i e s s u r la c u l -

précieuses que

les

Hollan-

a l o r s e x c l u s i v e m e n t , et sur

o ù e l l e s s o n t i n d i g è n e s . Il a v o i t f o r m é

d è s - l o r s le p r o j e t . , q u ' i l a d e p u i s r é a l i s é , d ' e n e n r i c h i r u n j o u r s o n p a y s , c o m m e o n le v e r r a ci-après. Il s'embarqua ,

au

bout

de

quatre b 2

mois ,


xvj avec

le r e s t e d e s F r a n ç o i s p o u r

aller

hiverner

a Merguy , p o r t du r o y a u m e de Siam , et de-là se r e n d r e à P o n d i c h e r y . L e b â t i m e n t é t o i t t r è s m a u v a i s : il e s s u y a des t e m p ê t e s a f f r e u s e s

, et

c o u r u t les p l u s g r a n d s d a n g e r s . P o i v r e c o n s e r voit son sang-froid , tions.

et r é d i g e o i t s e s o b s e r v a -

C ' e s t d a n s ce v o y a g e et d a n s l e s r e l â c h e s

forcées

auxquelles

son navire

fut

obligé

,

qu'il s'instruisit avec exactitude des m œ u r s de l a n a t i o n M a l a i s e , d e c e l l e s d e s S i a m o i s et de leur gouvernement. a n s , et déjà

il

Il n ' a v o i t p a s

vingt-sept

savoit juger du b o n h e u r des

p e u p l e s p a r l'état de leur a g r i c u l t u r e . Arrivé

à Pondicheri ,

il

suivit la

d o n n a i s a l'Isle d e F r a n c e . L ' e s c a d r e ramenoit à la

en

côte

E u r o p e , fit p l u s i e u r s

d'Afrique

Martinique, retenus

par

, et

une

Pressé

de

les

relâches

dernière

les v a i s s e a u x se

la g u e r r e .

Bourqui à

la

trouvèrent revenir

en

F r a n c e , il g a g n a , d a n s u n c a n o t , l'Isle S a i n Eustache ,

il

H o l l a n d o i s , fut Guernesey,

et r e n d u

s u r la s i g n a t u r e Son dans

mérite l'année

s'embarqua pris deux au

d e la

sur

fois ,

un

senau

conduit

à

b o u t de h u i t j o u r s , paix.

fut b i e n t ô t r e c o n n u . I l f u t c h o i s i 1749,

p o u r aller en qualité

de

m i n i s t r e d e F r a n c e a la C o c h i n c h i n e , f o n d e r sur des l i a i s o n s d ' a m i t i é , u n e n o u v e l l e b r a n c h e

-


XViJ d e c o m m e r c e . I1 m o n t r a , d a n s c e t t e m i s s i o n , d e g r a n d s t a l e n s , d e la p r o b i t é , d e l ' a c t i v i t é : il

eut tout

le

succès

La c o n n o i s s a n c e p a y s l u i donna, par

lui

prète. il

même

et

mis

avoir

désirer.

le

plus

à

la

grand

à

un

inter-

Cochinchine,

soin à r e c u e l l i r

plantes les plus utiles p o u r les i n t r o d u i r e les n a t u r a l i s e r

à

l'Isle

arbres

de teinture , de résine espèces

précieux

des présens

,

de

avant

d'arbres

d'être

France ;

le cannellier ,

plusieurs

riz

recours

s o n séjour

a p p o r t a le p o i v r i e r ,

Isle

pouvoit

le m o y e n d e t r a i t e r l e s a f f a i r e s , sans

Pendant

avoit

les

qu'il

q u ' i l a v o i t de la l a n g u e , du

fait

administrateur ,

et n e d e m a n d e

Le

plus

à

cette

étoit

le

à la C o c h i n c h i n e s u r

les m o n t a g n e s , n ' a b e s o i n q u e d ' u n e modérée

y

et de v e r n i s ,

fruitiers.

qu'il avoit

sec , q u i se c u l t i v e

il

plusieurs

point

chaleur

d'irrigation ;

o n e n fit q u e l q u e s

récoltes ; mais après son

d é p a r t , la c u l t u r e

d e ce g r a i n

si

important

a y a n t été a b a n d o n n é e a u x esclaves n è g r e s , q u i l'arrosèrent riz

sec ,

passer

comme

qui

l'autre

aurait

en Europe

,

pu , fut

riz , l ' e s p è c e

de

de cette c o l o n i e

détruite

à l'Isle

,

de

France. Peu

après

son

retour

d e la C o c h i n c h i n e ,

P o i v r e fut e n v o y é p a r la C o m p a g n i e des Indes à

Manille ,

avec

une

mission

secrète.

b 3

Les


XViij

employés

de

il d e v o i t

la

Compagnie

d ' o b s t a c l e s , et l e m i r e n t sa

à Canton , où

passer , lui suscitèrent toutes sorte»

mission

hors d ' é t a t

un e n t i e r S U C C È S .

avec

de remplir

Il

fut

obligé

der e v e n i ràP o n d i c h e r ye t à l ' I s l e d eFrancen'ayantfaitqu'unepartiedec e mais

chargé;

chez

il

les

différens préparé un

pays

pour

Il

et p a r m i

qu'il

voyage

objet

rapporta

enracinés

les n a t u r e l s d e s

et les choses plus

principal

à l'Isle

amis

d'excellens

avoit p a r c o u r u s . Il avoit

1rs e s p r i t s

second

raliser

s'étoit acquit

Espagnol»

d'acquérir

de France dans

pour

faire

heureux , qui avoit

cette

de muscadiers,

et de

natu-

les épiceries Isle

cinq

fines. plants

e t un a s s e z

grand

n o m b r e d e n o i x m u s c a d e s , p r o p r e s à la g e r m i n a t i o n . Il n ' a v o i r p u se p r o c u r e r d e s g é r o f l i e r » sans

aller

qu'on où Il

dans

ne vend

il n e j o u i t distribua

les M o l u q u e s le gérofle

p a s de la faculté

ses, p l a n t s

l'Isle , e t y j o i g n i t sur l e u r

la

entre

de

trois

d'excellentes

parce

un

état

germer.

colons d e instructions

culture.

Toujours pour

même ,

q u e dans

occupé

conquête

enfin , a p r è s

bien

de son nouveau d e s épiceries

, il

voyage obtint

des obstacles , u n e petite

frégate d e cent s o i x a n t e t o n n e a u x , sur l a q u e l l e il

s'embarqua

e n 1 7 5 4 , à l'Isle

de

France.

don


XIX

Arrivé

à

M a n i l l e , il t r o u v a l e p a y s e n feu :

le gouvernement querelles

Espagnol

sérieuses

avec

a voit

engagé

toutes

les

v o i s i n e s ; il retenoir. le roi d ' Y o l o Sou

caractère ,

sa f r a n c h i s e ,

aux négociations. coup roi

les

prisonnier.

son sang-froid ,

le r e n d o i e n t Il

esprits ,

et

sa

douceur,

infiniment

parvint

des

nations

propre

à calmer

à adoucir

le

beau-

sort

du

d'Yolo. s'être

Après

acquité

d'une

partie

impor-

t a n t e d e sa m i s s i o n , s ' ê t r e p r o c u r é l e s c o n n o i s sances

dont

il avoit

b e s o i n , a v o i r v e n d u et

r e m p l a c é la petite cargaison de s o n s'être attiré

l'estime

vaisseau ,

et la c o n f i a n c e d e s

Espa-

g n o l s , e t la c o n s t a n t e a m i t i é d u r o i d ' Y o l o

et

de

sa

sa

f a m i l l e , il se r e m b a r q u a

r o u t e sur

les

page

son

et

mauvais , projets été

il

qu'il

autorisé

trouva

à

un

Isles

à épiceries.

bâtiment eût

dirigea

Si s o n

eussent

dès-lors

avoit à

et

exécuté

tous

m o y e n d'y

Forcé

de

T i m o r , et le de

avoit

suivre ; plusieurs

lois

il

de

pierre

d'une

Isle

se

qu'il

voyage,

aborder.

revenir forma

,

il

fit

une

des liaisons

Isle , q u i

lui

relâche

d'amitié

r o i I n d i e n , et a v e c l e g o u v e r n e u r cette

les

qu'il

p o u v o i r r e g a r d e r c o m m e le b u t de s o n sans

moins

et

jet

formés ,

équi-

été

procurèrent

à

avec

Portugais quelques-


xx p l a n t s de m u s c a d i e r s , u n e a s s e z g r a n d e q u a n tité d e

noix

m u s c a d e s et de b a i e s d e

gérofles

m u r e s , et d a n s l'état o ù o n les s è m e ; m a i s q u i se

trouvèrent

trop

vieilles p o u r

R e n d u enfin à l'Isle

germer.

de France , après avoir

fait d e s o b s e r v a t i o n s u t i l e s s u r l e s m o u s s o n s , il r e m i t a u c o n s e i l s u p é r i e u r de c e t t e le

8 juin

avoit être

1 7 5 5 , les

apportés des

et

qui

épiceries

colonie,

plants

précieux

qu'il

furent

reconnus

pour

fines.

Ceux

qu'il

avoit

laissés l ' a n n é e p r é c é d e n t e à différens h a b i t a n t , étoient Le

morts.

gouverneur

favorisé

le

de

voyage

cette de

Isle ,

Poivre

,

qui

avoit

avoit

été

remplacé par un autre : celui-ci, quoique bien intentionné , à

son

n'ayant reçu aucune

égard ,

ne

moins , prendre

put

sur

,

lui

moyens pour retourner

à

instruction

et

voulut

encore

de

donner

aucuns

une

entreprise

dont

a v e c u n v a i s s e a u p a s s a b l e le s u c c è s n ' é t o i t p l u t douteux. Dans

de

telles c i r c o n s t a n c e s , Poivre

d e v o i r se b o r n e r

à remettre

à la

la -cargaison q u ' i l a v o i t r a p p o r t é e , et qui vendue

sur

crut

Compagnie

le c h a m p a v e c p r o f i t , e t

fut

sollicite

s o n r e t o u r en F r a n c e . Il l ' o b t i n t s u r u n b â t i m e qui devoit hiverner a Madagascar. Le journa d e son s é j o u r

dans

c e t t e Isle offre d e s d é t a i l s


xxj intéressans les

sur

les

mœurs

p o r t s , les rivières ,

de les

ses

habitans ,

sites

du

pays ,

s o n h i s t o i r e n a t u r e l l e , ses p r o d u c t i o n s , e t l e s ressources qu'elle peut fournir à nos colonies des

Isles

de

France

et d e

Bourbon.

J a m a i s cet h o m m e rare n e p e r d i t u n e o c c a s i o n d e r e c u e i l l i r et de r a p p o r t e r d e s c o n n o i s s a n c e s utiles

à sa p a t r i e .

D a n s le C o r o m a n d e l

,

il

a v o i t suivi avec le p l u s g r a n d d é t a i l les p r o c é dés

e m p l o y é s p a r l e s I n d i e n s p o u r la p e i n t u r e

des

belles

Perses

ou

toiles de

connues

Chittes

,

et

sous il

le

avoit

nom

de

étudié

la

c o m p o s i t i o n d e s t e i n t u r e s . E n C h i n e . il s ' é t o i t i n s t r u i t a f o n d s u r les m a t é r i a u x e t l a f a b r i q u e d e s p o r c e l a i n e s , et sur la m a n i è r e de p r é p a r e r ce

que

il e n

a

nous fait

appelons des

essais

les

soies

de

Nankin ;

très - h e u r e u x

s o n r e t o u r ; m a i s il s e r o i t i m p o s s i b l e

depuis

d'exposer

i c i t o u t e s s e s o b s e r v a t i o n s . Il é t o i t si m o d e s t e , q u e l e s p e r s o n n e s m ê m e q u i ont v é c u a v e c l u i d a n s la plus i n t i m e société , ne que

par

lambeaux

recueilloient

quelques - unes

de

ses

c o n n o i s s a n c e s , e t l e r é c i t d ' u n e p a r t i e d e ses travaux. Revenu

en

France avec u n e

grande

répu-

t a t i o n et u n e f o r t u n e m é d i o c r e , qu'il a u r o i t p u facilement ressement

a u g m e n t e r , sans u n rare désintéde

sa

part ,

il

s'établit

prés

de


xxij

Lyon se

, dans u n e campagne

livrent

cultivoit

à son amour les p l a n t e s

quatre parties

du

les plus

curieuses

des Sciences

de L y o n ,

il y

le g o u v e r n e m e n t

résolution , puis

l'insu

exemplaires

prendre

le

Poivre

le

qui le*

y ajoutèrent, de

trop

à

Voyages

d'un

philophe

pour

l e n o m à l a t ê t e rie s e s é c r i t s ;

libraires,

mais le titre i m a g i n é p a r les par

cette

s'étoient

étrangers,

titre

étoit

fussent

l'effet.

cependant

sur-le-champ,

de l'auteur,

Philosophe. en

et de l'Asie.

approuva

en suspendu

r é p a n d u s , et les libraires contrefirent

lut deux

exigea q u e ces M é m o i r e s

Quelques

et des

sur les Mœurs

et les Arts des Peuples de l'Afrique imprimés;

il

depuis s o n r e t o u r , à l'Aca-

M é m o i r e s i n t i t u l é s : Observations L'Académie

les lettres ,

monde.

D c s i r é et r e ç u , démie

agréable,

pour

public ,

et

multiplié

par

confirmé plusieurs

éditions , a prévalu sur celui qu'il avoit

donné

à son Ouvrage. Cet Ouvrage intéressant, précis, nerveux , contient plus de choses q u e de m o t s ; on

y voit

par-tout , en

c o m m e n t , dans la en

traits

l'univers

p o p u l a t i o n , la p u i s s a n c e raison

de lumière ,

e n t i e r , l a félicité ,

de l'agriculture

des états,

et à q u e l p o i n t la m a i n d u d e s p o t i s m e , de

l'anarchie

et

celle

de

sont

et d e la l i b e r t é , la

celle

superstition ,


xxiij rendent

inutiles

favorisé

du

la

fécondité

du

sol

le

plus

ciel.

Il étoit sur

le

point

d'épouser

une

jeune

f e m m e bien n é e , p l e i n e de vertus , de d o u c e u r et

de

grâces ,

digne , à

tous égards,

d'être

la c o m p a g n e d'un p h i l o s o p h e sensible , lorsque t a r é p u t a t i o n l e fit n o m m e r i n t e n d a n t d e s I s l e s de

France

et

Bourbon,

de

où l'on

espéroit

q u ' i l p o u r r o i t r é p a r e r les fautes de t o u t e espèce d'une administration qui , depuis qu'elle étoit sortie été

des mains

des

raisons

faire

de

du

desirer

un

affoibli

,

se p e u

trouvoit

quatre

sage ; d a n s le j u s t e

assuré

d'une

Il p o u v o i t mer ,

de

un

âge

lieues. que

mûr

espoir

bien

retourner

mille

fortuné

d'un

Il

puisse el

non

ménage

aisance b o r n é e

suffisante , et h o n o r é

et universelle

la

de

avoit

Il a v o i t

soucier

sort le p l u s

avec

heureux ,

la B o u r d o n n a i s ,

malheureuse.

des voyages

jouissoit

de

de

constamment

qu'il

d'une

flateuse

m ê m e c r a i n d r e q u e les

dangers

considération.

et

ceux

des

places

importantes

n o n m o i n s r e d o u t a b l e s , n ' e f f r a y a s s e n t sa j e u n e amie ,

et

ne

fissent

d o n t les f a v e u r s d u

manquer

une

gouvernement

alliance n'auroient

p u c o m p e n s e r l e b o n h e u r . R a s s u r é à c e t égard par

le

courage

témoigna,

il l u i

et

l'attachement

qu'elle

restoit encore à regreter

lui sa


xxiv doute

r e t r a i t e , le repos , l ' é t u d e , biens

nimens le

lui é t o i e n t

public. par

infi-

c h e r s à sa r a i s o n t r a n q u i l l e , m a i s q u i moins

Il a c c e p t a ,

les p l u s g r a n d s

cependant

q u e le

et justifia sa

bien

nomination

succès.

Il t r o u v a l e s Isles d e F r a n c e et d e B o u r b o n dans

un

anéantissement

presque

total ;

la

c u l t u r e , le c o m m e r c e , les fortifications , t o u t avoit

é t é é g a l e m e n t n é g l i g é . 11 p a r v i n t à t o u t

rétablit. Q u e l q u e s - u n s d e ses supérieur , dont

il

discours

étoit

au

conseil

président , ont

été

i m p r i m é s : ce s o n t d e s c h e f s - d ' œ u v r e de r a i s o n et

d'éloquence , le

plus

noble

magistrat , de l'administrateur

langage

et d u

du

citoyen.

S e s p r e m i e r s s o i n s se p o r t è r e n t s u r l a c u l t u r e d e s c o m e s t i b l e s , si i m p o r t a n t e s d a n s c e s I s l e s , qui doivent n o n - s e u l e m e n t subsister par elles, m ê m e s , m a i s e n c o r e faire s u b s i s t e r n o s e s c a d r e s p e n d a n t l a g u e r r e . I l m i t la p l u s vité de

à y introduire Bonne-Espérance

de et

g r a n d e acti

Madagascar, de l'Inde ,

du tous

Cap le»

a n i m a u x d o m e s t i q u e s et t o u t e s les p r o d u c t i o n s propres aux

à la

besoins

Cette

consommation des

activité

des habitans

et,

navigateurs. de

Poivre

à

multiplier

les

s u b s i s t a n c e s , e t à se p r o c u r e r t o u s l e s m o y e n s , possibles

d'en

avoir de dehors , a é t é , p o u r


XXV

la

colonie

et p o u r l'état , d ' u n e

utilité

ina-

préciable. 1770,

En

sur u n e

le g o u v e r n e m e n t

apparence

fit p a s s e r

de

à l'Isle

guerre, de

France

dix mille h o m m e s , tant de terre q u e de m e r . L e s v a i s s e a u x q u i l e s a m e n o i e n t se t r o u v è r e n t , en

arrivant , dépourvus

toient

ni

vivres

manquera mais Il

de

vous

ne

ni

tout

êtes

s'étoit

grande

là,

et nous

pas

tien

comptons

trompé : Poivre deux

l'Isle ,

partie

sais

qu'on

, écrivit Choiseuil à Poivre ;

t o u t ; et m a l g r é ravagèrent

d ' a g r è s ; ils n ' a p p o r -

a r g e n t . Je

et

des

sur

vous.

pourvut

o u r a g a n s successifs qui

firent

vaisseaux

échouer

sur

le

à

qui une

rivage ,

la c o n f i a n c e q u ' i l s'étoit a c q u i s e d a n s l ' I n d e , et

les

ressources

que

sa

ménagées , sauvèrent.les C e fut c h e z les H o l l a n d o i s Espérance

que

Poivre

a v a n t a g e s ; il les

prévoyance troupes

du Cap de

trouva

avoit

e t la f l o t t e .

les p l u s

Bonnegrands

d u t à la r é p u t a t i o n d e s o n

h o n n ê t e t é . Il n e p o u v o i t p a y e r q u ' e n ! e t t r c s - d c change

les

provisions

q u ' o n lui

fournissoit.

Il e u t à v a i n c r e l e p r é j u g é q u e l e s H o l l a n d o i s avoient alors défiance qu'il

avoit

nistration les

e n faveur des A n g l o i s , et

naturelle ; inspirées du

Cap

provisions ; on

de-change.

mais aux

l'estime chefs

leur

et

l'amitié

de

l'admi-

prévalurent.

On

délivra

se

des

lettres-

contenta

6


xxvj Un

vaisseau

mat.nés

marchand

Danois,

chargé de

et d ' a g r è s , m o u i l l a clans le p o r t

de

l'Isle d e F r a n c e . A force d e caresses et d e b o n s traitemens ,

Poivre

détermina

le c a p i t a i n e

à

l u i c é d e r , a u n prix, t r è s - m o d é r é , sa c a r g a i s o n dont fut

on

avoit

également

le

plus

.payée

Sachant c o m b i e n é-toient

précaires ,

sement

multiplié

urgent

en

besoin :

les ressources du dehors Poivre

celles

avoit

prodigieu-

du dedans.

par

ses e x h o r t a t i o n s

tOUs

les e n c o u r a g e m e n s q u i a v o i e n t

de l u i , depuis la

elle

lettres-de-change.

, par

s o n arrivée

Animée

ses s o i n s , dans

par

dépendu

la c o l o n i e ,

culture d e s I s l e s d e F r a n c e e t d e B o u r b o n

avoit

produit

froment ,

des

récoltes

abondantes

d e riz et d'autres

Il p e n s o i t sauroient

que

être

les m o y e n s

trop

près

de

grains. de vivre

des h o m m e s

ne qui

d o i v e n t les c o n s o m m e r . Éclairé p a r les l é g i s lateurs il

d e l ' A s i e , e t p a r sa p r o p r e r a i s o n ,

croyoit

plus

qu'on

agréable

ne pouvoit

a u ciel

et

rien

faire

de

de plus

utile

au

m o n d e , q u e de planter u n arbre et de l a b o u r e r un

champ. Guidé

le

bons

par u n sentiment d'humanité et p a r sens

les e s c l a v e s , que

comme

qui voudroit quand

qu'on

ménageât

on ne les considereroit

des instrumens

de culture ;

et


XXVij indigné

, c o m m e il le d i t d a n s l e p r é a m b u l e d ' u n e

ordonnance

q u ' i l r e n d it

l e 10 a v r i l 1 7 7 1 l ' o n f a i s o it

de Bourbon , excessifs

t r è s - difficiles

et

nègre

presque

i m p r at i c a b l e s ,

mâle

de

plus de

l e u r m et t o it

s o i x a nt e

delà , p o u r

faire

sentiers

l'on ne

bêtes de

livres

cinquant e.

a u p a r a v a nt , s u r l a t ê t e o u s u r

les é p a u l e s , j u s q u ' à

il

c et t e o r d o n n a n c e , d e c h a r g e r

p e s a n t , et u n e n è g r e s s e d e p l u s d e On

que

p o rt e r a u x n è g r e s d a n s d e s c h e m i n s

défendit , par un

a l'Isle

, des fardeaux

c e nt - v i n gt

de longues p e ut

l i v r e s et

au-

r o ut e s d a n s

même

des

se s e r v i r

des

somme.

Il s ' ét o it

at t a c h é , p a r t o u t e s s o r t e s d e b o n s

procédés

et

de,

revenoit

de

faire

Bougainville

Il

services , C o m m e r s o n le t o u r

l ' a v oti

du

, qui

monde

avec

e n g a g é à r e s t e r a l'Isle

d e F r a n c e p o u r e n f a i r e l ' h i st o i r e

n at u r e l l e et

a p p r e n d r e a u x c o l o n s à e m p l o y e r les r i c h e s s e s de

l e u r t e r r ti o i r e ,

t e

v i g i l a n s l e u r a v o i e nt toient

chaque

Commerson France ,

chez.

cette m ê m e ami le

et

son

celles

que

des

a t oujours Poivre

;

et

vecu

à

il

m o rt

e st

l'Isle

Isle , p e u a p r è s le d é p a rt p r ot e ct e u r ,

sur

appor-

jour.

dans

lesquels

ils

de dans

de son

l e s d é g o ût s

chagrin de voir a b a n d o n n e r leurs

travaux ,

soins

p r o c u r é e s et l e u r

s ' ét o i e nt С

t e

anciens si 2

bien


xxviij a c c o r d é s , q u o i q u ' i l s y p o r t a s s e n t des p r i n c i p e s différens. C o m m e r s o n , botaniste passionné , mettoit le m ê m e i n t é r ê t à t o u t e p l a n t e , p o u r v u q u ' e l l e fût

curieuse

et

nouvelle.

Poivre ,

t r a t e u r et p h i l o s o p h e , n e

adminis-

d é d a i g n e n t pas la

c u r i o s i t é , m a i s f i x o i t p r i n c i p a l e m e n t ses r e g a r d s sur l'utilité ; c'étoit a u x p l a n t e s prodiguoit

ses

P a r m i celles qu'il

a fait

de France , et qu'il y ; il

faut

Rima les

d'abord

colons

nommer

commencent

bientôt

et qui , t r a n s p o r t é tance

blancs

Il f a u t e n c o r e ou mûrier à l'arbre

l'arbre bois

de

à l'Isle

l'arbre

à pain

ou

multiplié , dont

a faire

usage ,

qui

e n s u i t e d a n s les A n t i l l e s ,

un j o u r

de

connoître

un de leurs p r i n c i p a u x a l i m e n s ,

y assurera des

qu'il

a cultivées l u i - m ê m e ,

, q u i s'y e s t b e a u c o u p

sera

utiles

soins.

à peu et

faire

gros

à

et

de

vert de

essentielle du

frais la s u b s i s -

noirs.

mention

fruit

huile

à suif,

de

des

thé

campêche , du

de bois

l'ampalis

Madagascar, rose ,

de

la C h i n e ,

de

du

immortel , ou

m o u r o u c o u y é ; d u c a n n e l l i e r d e C e y l a n e t d e la C o c h i n c h i n e , de t o u t e s les v a r i é t é s de tier

, du d a t t i e r et

des

quatres

de

la vigne ,

du manguier ,

épices , du du

chêne ,

pommier

et d u

de du

cocol'arbre sapin ,

pécher

de


xxix l ' E u r o p e , de l'avocat des Antilles , du

mabolo

des P h i l i p p i n e s , du sagoutier des M o l u q u e s , du

savonnier de C h i n e ,

du

mahé

ou

goustan , et

du

arbre

fruit

de

du

maran

d'Yolo,

m â t u r e , et d u

réputé

man-

le m e i l l e u r

de

l'Asie

de

acquit

monde.

Mais

la

nouvel

réputation

éclat

par

le

Poivre

succès

qu'eurent

un

enfin

ses s o i n s et l ' i n t e l l i g e n c e q u ' i l d i p l o y o i t d e p u i s vingt-cinq ans p o u r des

Moluques

de

p a r v e n i r à faire

à l'Isle

m u s c a d i e r s et

apporter

de F r a n c e des

d e géroffliers ,

assez c o n s i d é r a b l e p o u r

en

en assurer

plants quantité

la

natura-

lisation. Il

s'étoit o c c u p é , d e p u i s qu'il étoit chargé

d e l ' a d m i n i s t r a t i o n d e la C o l o n i e , à r e p r e n d r e a cet

égard

la s u i t e d e ses a n c i e n s t r a v a u x . Il

avoit instruit de t o u s leurs détails , M . P r o v o s t , a n c i e n é c r i v a i n des v a i s s e a u x d e la C o m p a g n i e des et

Indes , qui l'ayant

princes mai

parloit

chargé

Indiens,

1769

mandée

, sur par

de

i l le fit

M.

Matin

commandé

lieutenant Les

de

deux

du par

différent

au

mois de

le Vigilant,

Tremigon

accompagné

Malaise ;

pour

partir

la c o r v e t t e

vaisseau, ,

la l a n g u e

lettres

,

com-

lieutenant

bateau

l'Etoile

de du

M.

d'Etcheverry

,

firent

ensemble

le

frégate. bâtimens

d 3


XXX

voyage

de

Manille,

passèrent

à Mindanao ,

t o u c h è r e n t à l'isle d ' Y o l o , d o n t le r o i , d e v e n u libre , regardoit

Poivre

comme

un

père.

Il

d o n n a p l u s i e u r s r e n s e i g n e m e n s u t i l e s , et a s s u r a nos navigateurs cette

année

que

dans

s'ils n e r é u s s i s s o i e n t

leur

procureroit , pour

expédition ,

pas

il

leur

l'année s u i v a n t e , t o u s les

p l a n t s q u ' i l s p o u r r o i e n t d e s i r e r . Ils t o u c h è r e n t ensuite

à Miao , où

ils

firent

des

recherches

i n f r u c t u e u s e s ; les H o l l a n d o i s y a v o i e n t r e c e m ment

détruit

les

plants

d'épiceries.

Entre

c e t t e I s l e et c e l l e d e T a f f o i r e y , i l s se s é p a r è r e n t , p o u r faire des r e c h e r c h e s , c h a c u n de l e u r côté : M . de

Tremigon

p r i t la r o u t e de T i m o r ,

et

M. d'Etcheverry, ayant reçu à son b o r d M. Provost,

celle

Ces

de

deux

Céram.

derniers , parfaitement

gence , p a r c o u r u r e n t , dans leur petit

d'intellibâtiment,

t o u t l'est des M o l u q u e s , a b o r d è r e n t

plusieurs

fois

des

à l'isle

de Gebi plants un

et de

bien

de C é r a m , o b t i n r e n t de Patani

un

grand

muscadiers

et

de

plus

grand

nombre

gérofliers

d e s d a n g e r s , a r r i v è r e n t enfin

F r a n c e l e 25 j u i n

1770.

de ,

et

d e b a i e s et d e

noix fécondes ; e t , après bien des et

rois

nombre

difficultés à l'isle

de

( * )

( • ) On t r o u v e r a , à la fin du v o l u m e , une relation succinte de cette expédition.


XXXj

Le

conseil

supérieur de

l'Isle

consacra dans

ses r e g i s t r e s

ce

de France ,

s u c c é s si l o n g -

t e m s desiré , et p a r u n a r r ê t é pris a p r è s q u e P o i v r e se f u t r e t i r é , il

r e c l a m a les b o u t e s d u

gouvernement p o u r l'administrateur

qui

avoit

r e n d u u n si g r a n d s e r v i c e à l a c o l o n i e , e t p o u r ceux

qui

avoient concouru à «on

exécution.

Q u e l q u e t e m s a p r è s , o n fit p a s s e r d e s m u s c a diers et des g é r o f l i e r s , tant à l'Isle de qu'à

la

Guiane

blen

réussi

Françoise.

clans l ' u n e

Ils

y

et l ' a u t r e

commencent à pouvoir

y

très-

c o l o n i e . Ils

devenir

d e c o m m e r c e ; et l e u r s fruits

Bourbon ont un

objet;

aclimatés y sont

aussi b e a u x et aussi p a r f u m é s a u j o u r d ' h u i dans

les M o l u q u e s

P o i v r e n e se b o r n a quoiqu'elle de

eut

p a s à cette e x p é d i t i o n ,

rapporté

muscadiers ,

que

même.

dix

quatre

mille

cents p l a n t s

noix

muscades

toutes germées ou p r o p r e s à germer , soixante et

dix

plants de gérofliers,

et

u n e caisse de

baies de gérofle , d o n t q u e l q u e s - u n e s et

hors

de

t e r r e . Il

r e n v o y a , au

juin

i 7 7 i , d a n s les M o l u q u e s ,

sur

la

flûte

l'Isle

de France

,

germées mois

de

M. Provost ,

aux

ordres

de

M . d e C o é t i v i , a c c o m p a g n é e d e la c o r v e t t e le Nécessaire

,

firent

nouveau

un

commandée

par

voyage

rapportèrent une quantité

à

M.

Cordé.

Gebi ,

bien plus

et

Il en

considé-


xxxij rabie de pianti , de graines de

muscadiers.

La

flûte

d e gérofliers et

lut de retour

le 4

j u i n 1772 , et la c o r v e t t e le 6. C e t t e e x p é d i t i o n , plus

heureuse

encore

que

la p r e m i è r e

p o u r j a m a i s assuré a u x colonies la p o s s e s s i o n

des

épiceries

, a

Franchises,

fines.

La p r e m i è r e c e p e n d a n t e u t p u suffire. T a n d i s que

M.

P r e v o s t et M . d'Etcheverry v o g u o i e n t

s u r l e b a t e a u l ' E t o i l e du Matin que

, à une conquête

la p r u d e n c e la p l u s p r o f o n d e a v o i t assu-

rée,

toutes les mesures

l'Isle d e F r a n c e p o u r

avoient

été prises

à

que les jeunes

plantes

t r o u v a s s e n t , e n a r r i v a n t , le s o l e t la

culture

qui

leur

conviennent.

Poivre avoit I n d e s , dans

a c h e t é , d e la c o m p a g n i e des

u n lieu

nommé

Montplaisir,

un

e n c l o s p e u d i s t a n t d u p o r t de l'isle d e France. Il e n a v o i t f a i t ,

a s e s frais , u n

magnifique

jardin , qui le dispute à ceux q u e la c o m p a g n i e H o l l a n d o i s s e d e s I n d e s f a i t cultiver a u C a p d e B o n n e - E s p é r a n c e , et q u i , p l u s riche q u ' e u x , encore , renferme presque

toutes

utiles des deux h é m i s p h è r e s . le

tems

q u e les devoirs

pouvoient

lui laisser

les p l a n t e s

Il y p a s s o i t t o u t

de l'administration

libre.

Il a d e p u i s c é d é a u g o u v e r n e m e n t , p o u r l e même

p r i x q u ' i l l ' a v o i t a c h e t é d e la c o m p a g n i e ,

c e t t e habitation s i i n t é r e s s a n t e

aux yeux

des


xxxiij l a v a n s et d e s c i t o y e n s , q u i s e n t e n t q u ' i l

peut-

être plus i m p o r t a n t d'acquérir une plante

utile

q u ' u n e p r o v i n c e . Il a fait h o m m a g e à la p a t r i e des dépenses,

des a m é l i o r a t i o n s , des

travaux

considérables qu'il avoit consacrés à en enrichir le j a r d i n , e t q u i l ' o n t r e n d u u n d e s p l u s p r é c i e u x d u g l o b e e n t i e r . Il y a v o i t i n s t r u i t , d a n s t o u s les d é t a i l s de la c u l t u r e a s i a t i q u e , M . d e C é r é , a u q u e l il a v o i t d e s t i n é la d i r e c t i o n d e c e j a r d i n , d o n t il n e p u t le m e t t r e e n p o s s e s s i o n , m a i s q u i , d e p u i s , en a été c h a r g é , ment

à ses v u e s ; e t M .

conformé,

d e C é r é a justifié

ce

c h o i x p a r ses s o i n s , ses l u m i è r e s e t s o n c o u r a g e . P o i v r e a v o i t le p l u s g r a n d d e s i r d e

rejoindre

u n s e c o n d e f o i s l e riz sec a u x p l a n t e s p r é c i e u s e s q u i e n r i c h i s s e n t ce j a r d i n . Il faisoit e n c o r e p l u s d e cas de cette

plante

alimentaire , que

des

p l u s r i c h e s é p i c e r i e s . Il a v o i t s o u v e n t p r o p o s é d ' a l l e r la r e c h e r c h e r a la C o c h i n c h i n e ; m a i s i l t r o u v a d a n s ce p r o j e t des o b s t a c l e s

insurmon-

tables. Obligé d o n c de renoncer , p e n d a n t son a d m i n i s t r a t i o n , à se p r o c u r e r d e n o u v e a u r i z s e c , i l t e n t a d e c h a n g e r la c u l t u r e d u r i z et de l ' a c c o u t u m e r avoir le

pied

différens

cantons

saison

humide,

par degrés à croître

dans l'eau. au

Il e n

fit

semer

commencement

des p l u i e s . Q u e l q u e s

parties

de

sans en la

périrent.


xxxiv Cet

arrosement

naturel

quelques autres , d o n t

suffire

se t r o u v a

à

le grain devient p r o p r e

a g e r m e r , c r o î t r e e t f r u c t i f i e r a v e c un m o i n d r e a r r o s e m e n t . Il y

a donc actuellement

d e F r a n c e u n riz q u i l i e n t l e m i l i e u riz h u m i d e , g é n é r a l e m e n t s e c d e la C o c h i n c h i n e .

à l'Isle entre le

connu ,

et le riz

C ' e s t u n riz d o n t l ' h u -

m i d i t é d ' u n e saison p l u v i e u s e favorise suffisamm e n t la p r o d u c t i o n . Il n ' e s t p a s e n c o r e e n état d'être transporté utilement en E u r o p e . Il a v o i t t r o u v é

le p o r t

d e l'Isle d e F r a n c e

à - p e u - p r è s c o m b l é . Il consulta M . de T r o m e l i n , capitaine

de vaisseau ,

ingénieur

de la colonie.

Le premier

le

d'un nouveau

port

projet

et M . de Cossigny , ,

conçut

entièrement

à l'abri d e s o u r a g a n s , et c o m b i n a avec P o i v r e , les

m o y e n s d e p r é s e r v e r le n o u v e a u p o r t d e s

attérissemens , dans et

l'ancien

et

d'en arrêter

les

des jettées q u i conduiroient sur u n e plage

inutile

les

torrens

annuels

que ramène

saison des pluies. L e s travaux furent et

progrès

, p a r des canaux , des digues

suivis

avec c o u r a g e , et avec

la

entrepris

succès ; et

si P o i v r e f u t r e s t é a d m i n i s t r a t e u r d e l a c o l o n i e , ils

n ' a u r o i e n t p a s exigé

Différentes Poivre Comme

plus

circonstances quitta

l'Isle

i l ne s'y é t o i t

de quatre ans.

les o n t r e t a r d é s .

de

France

occupé

en

1775.

que du bien


XXXV

public ,

il

fortune

que

ce

qu'il

n'en rapporta son

économie

possédoit

avant

M a i s i l a l a i s s é sa

diction

dans à

Arrivé

les

ses à

deux

la

médiocre

put

d'en

trateur. confiées

que

ajouter

à

être

adminis-

mémoire

en b é n é -

colonies

qui

furent

trouva

l'appa-

soins.

Versailles , disgrâce.

il

y

rence

d'une

avant

q u ' o n l u i r e n d i t la j u s t i c e q u e m é r i t o i t

son administration. gens de

bien

,

les

de

satisfaction

Le

montré

témoignages

accordées à

ses

ans

s'écoulèrent

Enfin T u r g o t , l'ami

s'étant

teur , la

Deux

du

les

son

plus

honorable»

gouvernement

services , avec

des

protec-

une

furent pension.

r e v e n u d e sa f o r t u n e p e r s o n n e l l e , r é u n i

à sa

pension , étoit encore

médiocre.

Mais

l a s a g e s s e , l ' o r d r e q u i r é g n o i t d a n s sa m a i s o n , et

qu'y

mable

maintenoient compagne ,

les leur

soins

de

son

permettoit de

estitenir

u n état h o n o r a b l e , de d o n n e r à leurs a i m a b l e s e n f a n s u n e é d u c a t i o n d i s t i n g u é e , et d e r é p a n d r e une

multitude

qui

se

de

bienfaits

trouvoient

à portée

jardin

de

la

jours

sur

le

lieues de ne

Fréta

,

bords

ils

de

la

L y o n , et o ù les

manquoient pas

et s'enrichir

l'esprit.

sur

d'aller

les

indigens

dq l e u r d é l i c i e u x passoient Saône ,

à

leurs deux

voyageurs éclairés se r e p o s e r

l'ame


vj

XXX

Sa s a n t é , s'étoit

fort

affoiblie altérée

p a r ses l o n g s

dans

travaux,

les deux

années

d e sa v i e . M a i s

serein ,

sage

dernières

toujours

également

e t m o d é r é , sa s o c i é t é

n e cessa

j a m a i s d ' ê t r e d o u c e , et sa c o n v e r s a t i o n r e s p e c table

et chère

Les

conseils

et s o n a m i , en

à ceux

qui

de

Rast , s o n

M.

l'avoient

Provence

les

, l'hiver

de

de

de

1784 à

l'intérieur.

1785.

Ce

mais ne p u t réparer

q u e la g o u t t e a v o i t

ravages

médecin

envoyé passer à Hières

v o y a g e l u i fut salutaire , parant

l'approchoient.

faits e n s ' e m -

Il d e v i n t

impossible

la rappeler aux extrémités. O n vit Poivre

s'affoiblir

par

degrés

pendant

tout

l'été ,

et l ' h y d r o p i s i e d e p o i t r i n e l e m i n e r l e n t e m e n t . Il du

le 6 j a n v i e r

mourut dégel ,

avec

la

même

1786 , à

l'instant

tranquilité

qu'il

a v o i t g a r d é e t o u t e sa v i e , e t c o m m e u n p h i l o sophe

religieux

bienfaiteur , du

qui ,

ayant

toujours

été

se confie p a r f a i t e m e n t à la b o n t é

bienfaiteur

universel.


V O Y A G E S D'UN

PHILOSOPHE , 0

V

O B S E R V A T I O N S SUR

les mœurs et les arts des Peuples

de

l ' A f r i q u e , de l'Asie et de l ' A m é r i q u e .

IL

n'est

point

qu'elle soit,

de

nation , quelque

barbare

q u i n'ait des arts qui lui

soient

particuliers. La diversité des climats , en v a riant les besoins des p e u p l e s ,

offre

industrie des p r o d u c t i o n s différentes

à

leur

sur l e s -

quelles elle p e u t s'exercer. C h a q u e p a y s , dans u n certain é l o i g n e m e n t , a des fabriques

qui

lui sont tellement propres , qu'elles ne sçauroient être celles d ' u n autre pays ; mais l'agriculture est l'art

de tous

les h o m m e s ,

q u e l q u e ciel q u ' i l s h a b i t e n t ; p a r t o u t , extrémité

sous d'une

d e la terre à l ' a u t r e , o n v o i t

A

les


(2) p e u p l e s p o l i c é s , et c e u x

qui sont

se p r o c u r e r a u m o i n s u n e p a r t i e

barbares,

de leur s u b -

sistance p a r la c u l t u r e d e l e u r s c h a m p s : m a i s é g a l e m e n t florissant

cet art universel n'est pas par-tout.

Il p r o s p è r e c h e z l e s n a t i o n s s a g e s q u i s a v e n t l ' h o n o r e r e t l ' e n c o u r a g e r , i l se s o u t i e n t

foi-

b l e m e n t c h e z les p e u p l e s à d e m i p o l i c e s , q u i l u i p r é f è r e n t les arts f r i v o l e s ; o u q u i é t a n t assez «claires p o u r

sentir son

t r o p esclaves des barbarie ,

u t i l i t é ,» s o n t

préjugés

de

leur

encore

ancienne

p o u r se r é s o u d r e à a f f r a n c h i r

et

à

h o n o r e r c e u x q u i l ' e x e r c e n t : il l a n g u i t , e t o u

apperçoit à b a r e s qui

p e i n e s o n influence chez les b a r -

le m é p r i s e n t .

L ' é t a t de l ' a g r i c u l t u r e a t o u j o u r s é t é l e p r e m i e r o b j e t d e m e s r e c h e r c h e s , c h e z les différens p e u p l e s q u e j'ai vus d a n s le c o u r s de m e s v o y a g e s . Il

n'est

guère possible

à

q u i s o u v e n t n e fait q u e p a s s e r d'y

un

voyageur,

dans un pays ,

faire les r e m a r q u e s q u i s e r o i e n t n é c e s s a i -

res p o u r e m p o r t e r uuc idée juste du m e n t , de

gouverne-

l a p o l i c e e t d e s m o e u r s d e ses

ha-

b i t a n s . D a n s ce c a s , il n ' e s t p a s de m o y e n p l u s

court

, p o u r se f o r m e r d ' a b o r d

une

idée

gé-

n é r a l e d e l a n a t i o n c h e z l a q u e l l e o n se t r o u v e , q u e de j e t t e r les y e u x sur les m a r c h é s p u b l i c s


(3) e t s u r les c a m p a g n e s . Si l e s m a r c h é s en d e n r é e s ,

abondent

si l e s t e r r e s s o n t b i e n

cultivées

et c o u v e r t e s d e r i c h e s m o i s s o n s , a l o r s o n p e u t e n g é n é r a l ê t r e a s s u r é q u e .le p a y s o u l ' o n

se

t r o u v e est b i e n p e u p l é ; q u e les h a b i t a n s s o n t policés

et h e u r e u x

;

que

leurs

mœurs

d o u c e s ; q u e l e u r g o u v e r n e m e n t est

sont

conforme

a u x p r i n c i p e s d e l a r a i s o n . O n p e u t se

dire à

soi-même : j e s u i s p a r m i d e s h o m m e s . Lorsqu'au

contraire

j'ai

abordé

chez une

n a t i o n qu'il falloit c h e r c h e r au milieu des for ê t s , e t a u t r a v e r s d e s r o n c e s q u i c o u v r o i e n t ses terres ;

lorsqu'il

me

falloit

faire

plusieurs

lieues p o u r trouver un c h a m p défriché , m a i s m a l cultivé ;

lorsqu'enfin

arrivé

à

quelque

p e u p l a d e , j e n e v o y o i s d a n s le m a r c h é p u b l i c que quelques mauvaises racines , alors doutois plus

d'être chez

un

reux ,

féroce

ou

arrivé

d'être

d a n s le cas de

première

ne m'est j a m a i s réformer

cette

inspection

d e l'état de l'agriculture , chez les

différentes

q u e j'ai

conçue

Il

je, ne

malheu-

à la seule

nations

idée ,

esclave.

peuple

vues : les c o n n o i s s a n c e s

d é t a i l q u ' u n s é j o u r assez l o n g m ' a

de

quelquefois

p e r m i s d ' a c q u é r i r chez elles , m ' o n t

toujours

c o n f i r m é q u ' u n p a y s m a l cultivé , est à c o u p sûr habité par des h o m m e s barbares ou o p p r i -

A 2


( 4 ) més , e t q u e l a p o p u l a t i o n n e s c a u r o i t y ê t r e

considérable. O n v e r r a , p a r l e s r e c h e r c h e s d o n t je v a i s rendre

compte , que

l'agriculture des

dépend

mœurs ,

mence

par

chez tous

des préjugés

quelques

Côtes

les p e u p l e s ,

absolument

des

loix

é t a b l i s . Je

parties

de

occidentales

l'Afrique.

d'Afrique,

L e s isles et les terres o c c i d e n t a l e s d e partie du m o n d e

,

com-

que j'ai

cette

connues , sont

la

p l u p a r t des terres en friche , h a b i t é e s p a r des nègres

malheureux.

qui s'estiment vendre

en

pensent

guère

Contens un

ciel

cultivent mourir

détail

de

de

à

la

ce

faim ;

et les

culture

au j o u r

donne

que

hommes

les u n s

vivre

qui

Ces

stupides,

e u x - m ê m e s assez p e u p o u r

peu

qu'il

de

se

autres , ne leurs

terres.

la j o u r n é e , s o u s de

b e s o i n s , ils n e

l e u r faut p o u r n e

ils s è m e n t

pas

négligemment

c h a q u e a n n é e q u e l q u e s m a ï s , t r è s - p e u d e riz , et ils p l a n t e n t espèces de pas

d e la n a t u r e

culture sous

en

est

le n o m

petite

pommes

de

quantité

différentes

terre , qui

des nôtres , m a i s

la m ê m e ; n o u s d e patates

les

ne dont

sont la

connoissons

et d'inham. E n g é n é -

r a l , l e s r é c o l t e s d e c e p e u p l e s o n t si c h é t i v e s ,


(5) q u e 1es n a v i g a t e u r s E u r o p é e n s , q u i v o n t c h e z eux p o u r y acheter des h o m m e s , sont obligés d'apporter

d'Europe

visions nécessaires claves qui

o u d ' A m é r i q u e les p r o -

p o u r la n o u r r i t u r e des es-

d o i v e n t c o m p o s e r la c a r g a i s o n

de

leurs vaisseaux. Parmi

ces n è g r e s , c e u x q u i

habitent

aux

environs des c o l o n i e s E u r o p é e n n e s , s o n t

un

p e u p l u s a g r i c u l t e u r s q u e les a u t r e s . Ils é l è v e n t des

t r o u p e a u x , ils

cultivent

le

riz en

plus

grande quantité ; on trouve dans leurs jardins q u e l q u e s l é g u m e s d o n t les g r a i n e s l e u r o n t été a p p o r t é e s d ' E u r o p e ; m a i s t o u t ce q u ' i l s s ç a v e n t d'agriculture

, ils l e t i e n n e n t

établis chez eux ;

des

Européens

leur e x p é r i e n c e à cet

égard

e s t t r é s - b o r n é e , e t je n ' a i d é c o u v e r t d a n s l e u r industrie aucun

procédé qui puisse éclairer

la

nôtre. Depuis

la

rivière

d'Angola

jusqu'au

Cap

N è g r e , et de-là j u s q u ' a u x a p p r o c h e s d u C a p d e Ronne-Espérance , on

ne voit que

des

terres

a r i d e s et i n c u l t e s ; les côtes s o n t n u e s , c o u v e r t e s d ' u n s a b l e s t é r i l e : il f a u t f a i r e p l u s i e u r s l i e u e s pour découvrir un

palmier

dure. La

l e p e t i t n o m b r e d e ses

bitans

terre et

paroissent

commune.

Toutes

frappés

ou d'une

quelque

verha-

malédiction

les i n f o r m a t i o n s A 3

que j'ai


(6) prises sur les lieux , des m i s s i o n n a i r e s Italiens qui

ont

rieur

le

de

zèle a d m i r a b l e

de p a r c o u r i r l'inté-

ces m a u d i t e s r é g i o n s , m ' o n t

appris

q u e l'agriculture n'y étoit guère plus florissante q u e sur les côtes , q u o i q u e la t e r r e , e n b e a u coup

d'endroits ,

y annonce

la p l u s

grande

fertilité p a r ses p r o d u c t i o n s n a t u r e l l e s . Cap de Les

terres du

Bonne-Espérance.

Cap

de B o n n e - E s p é r a n c e

é t o i e n t c o n d a m n é e s à la m ê m e s t é r i l i t é , a v a n t q u e les

Hollandois

en prissent

mais depuis leur établissement

possession ; à cette p o i n t e

de l ' A f r i q u e , les terres y p r o d u i s e n t en a b o n d a n c e d u f r o m e n t et des g r a i n s de t o u t e e s p è c e , d e s v i n s de d i f f é r e n t e s q u a l i t é s , e t u n e q u a n t i t é c o n s i d é r a b l e d e f r u i t s excellons r a s s e m b l é s d e s quatre parties du m o n d e .

O n y voit de grands

p â t u r a g e s c o u v e r t s d e c h e v a u x , d e b œ u f s et de b ê t e s à l a i n e . T o u s ces t r o u p e a u x parfaitement.

L'abondance

colonnie , comparée

à la

dont

réussissent jouit

stérilité

immenses qui l'environnent , prouve

des

cette pays

évidem-

m e n t q u e la terre n ' e s t avare q u e p o u r les t y r a n s et les e s c l a v e s ; q u ' e l l e p r o d i g u e des t r é s o r s a u d e l à de t o u t e e s p é r a n c e d è s q u ' e l l e est l i b r e , r e m u é e p a r des m a i n s libres et cultivée p a r des


( 7 ) loix

h o m m e s intelligens , q u e des variables

in-

sages et

protègent.

U n e m u l t i t u d e de F r a n c o i s , chassés d e leur patrie p a r la révocation de l'édit de Nantes t

o n t trouvé dans cette cote u n e véritable et d a n s c e t t e

nouvelle patrie ,

patrie

la s û r e t é

,

la

p r o p r i é t é , la l i b e r t é , seuls vrais f o n d e m e n t d e l'agriculture , seuls p r i n c i p e s Ils o n t e n r i c h i cette

de l ' a b o n d a n c e .

mère adoptive de leur in-

dustrie et d u travail inestimable de leur ils y o n t f o n d é d e s p e u p l a d e s

bref ;

considérables

dont quelques-unes o n t tiré leur n o m du p a y s malheureux , mais avoit

toujours

refusé le feu et l ' e a u .

la petite

chéri , l a

qui leur

peuplade

de

Rochelle s u r p a s s e t o u t e s l e s a u t r e s p a r

1 industrie des coloris

qui la c o m p o s e n t , e t

p a r la richesse des terres q u i e n d é p e n d e n t . Les pâturages y sont c o m p o s é s d e gramens

naturels au pays , et

différens

en partie,

herbages qui forment nos prairies

des

artificielles

e n E u r o p e , t e l l e s q u e l e s t r e f l e s , la

luzerne

et le sainfoin. Les plantes étrangères ,

dont

l e s . s e m e n c e s o n t été a p p o r t é e s

pays

par

dans

le

les H o l l a n d o i s , y réussissent c o m m e 1rs

plantes naturelles. Toutes m é e s s u r u n l a b o u r fait

ces graines sont s e -

à la c h a r r u e ;

c o u p e c e s h e r b e s que l a p r e m i è r e

on

ne

année ;

dès


(8) la

seconde , on

ouvre

la

prairie

aux

trou-

p e a u x , q u i y. v i v e n t à d i s c r é t i o n , e t l ' o n n ' a plus d'autre soin que

de les

rassembler

les soirs dans u n p a r c fermé

tous

par de hautes

g r o s s e s palissades , p o u r les g a r a n t i r des

et

tigres

et des l i o n s , d o n t le p a y s ne m a n q u e p a s . Ces prairies ne sont en général arrosées q u e p a r les p l u i e s , q u o i q u ' o n ait l ' a t t e n t i o n de les former où

d a n s le v o i s i n a g e d e q u e l q u e

l'on

pratique

des abreuvoirs

ruisseau

commodes.

O n est t r è s - e x a c t à m é n a g e r d a n s t o u s ces p â t u rages des bosquets

d'arbres

les

troupeaux

p u i s s e n t t r o u v e r u n a b r i c o n t r e les a r d e u r s

du

soleil,sur-tout dans les m o i s de j a n v i e r , février et

mars,

qui sont des plus c h a u d s de

d a n s cette partie du

l'année

monde.

L e s t e r r e s à g r a i n s s'y l a b o u r e n t c o m m e Europe , quelquefois

par

en

des chevaux , plus

s o u v e n t p a r d e s b œ u f s ; les H o l l a n d o i s d e c e t t e

colonie de

ces

ont l'industrie derniers

de

c o r r i g e r la

b o n n e heure à un pas vif,

et j ' a i v u

d e s charriots t i r é s p a r d e s a t t e l a g e s

douze

paires de

lenteur

a n i m a u x e n les e x e r ç a n t

bœufs , aller

au

de dix et

aussi vite

s'ils a v o i e n t é t é t r a î n é s p a r d e b o n s

de Cap que

chevaux.

L e s g r a i n s q u i se s è m e n t o r d i n a i r e m e n t d a n s les terres du C a p , s o n t

l e f r o m e n t , l e b l e d de


(9). Turquie

e t l e riz ; il est o r d i n a i r e d e v o i r c e s

g r a i n s r a p p o r t e r c i n q u a n t e p o u r u n . O n y Cultive b e a u c o u p de sont

les p o i s ,

legumes

plantes

vaisseaux qui relâchent au Parmi qui

des Indes

des

C a p , en allant

ou

orientales.

c e s légumes , i l e n

est u n e

espèce

est fort r e c h e r c h é e a u x I n d e s , o ù l ' o n

transporte

beaucoup.

n o m de pois du ne

Ces

approvisionnement

servent aux

en r e v e n a n t

l é g u m i n e u s e s , tels

les fèves et les h a r i c o t s .

en

O n l ' y c o n n o î t s o u s le

Cap.

C'est une p h a s é o l e qui

se r a m e p o i n t ; s o n

g r a i n a la f o r m e

de

n o t r e h a r i c o t , mais p l u s l a r g e e t p l u s a p p l a t i ; il a le g o û t d e n o t r e

p o i s v e r d , e t il c o n s e r v e

long-temS sa f r a î c h e u r . J ' e n a i t e n t é c e t t e a n n é e la c u l t u r e q u i p a r o î t réussir. Le c l i m a t du C a p de B o n n e - E s p é r a n c e part du

cultivateur

une

m o i n s n é c e s s a i r e d a n s ce être m ê m e tions de

p a r o î t exiger de p a y s , et q u i

seroit préjudiciable

nos

la

attention qui semble aux

peut-

produc-

terres.

L e C a p est p e n d a n t la p l u s g r a n d e p a r t i e de 1 année exposé

à

des

souillent ordinairement

orages

violens ,

qui

d e la p a r t i e d u n o r d -

e s t . C e s v e n t s s o n t si i m p è t u e u x q u ' i l s r e n v e r s e r o i e n t t o u t e s l e s p l a n t e s à g r a i n s , et a b a t t r o i e n t les f r u i t s d e

tous

l e s a r b r e s , si o n n e

leur


(10) apportoit

une barrière pour

garantit

les r é -

coltes. Le c o l o n H o l l a n d o i s a i m a g i n é

de di-

v i s e r l e s t e r r e s p a r p e t i t e s portions , e t d e l e s entourer de hautes palissades de chênes ou de quelques

autres

arbres plantés

près-à-près ,

c o m m e p o u r r o i t l'être u n e charmille destinée à faire l ' o r n e m e n t d ' u n j a r d i n . C e s p a l i s s a d e s se t a i l l e n t e n c r o i s s a n t t o u t e s

années; on

les élève a vingt-cinq o u trente pieds de h a u teur , de sorte q u e chaque c h a m p fermé c o m m e

séparé est

une chambre.

C'est p a r c e t t e i n d u s t r i e s u r - t o u t , q u e l e s Hollandois sont parvenus lonie vaux

le g r e n i e r Indes

à rendre

d e tous leurs

orientales , et la meilleure r e l â c h e

q u e les vaisseaux puissent chir

leur co-

établissemens

faire p o u r

rafraî-

et a p p r o v i s i o n n e r les é q u i p a g e s . !

Lorsque

les

Hollandois

commencèrent à

f o r m e r l e s v i g n o b l e s d e l e u r c o l o n i e , ils r e c h e r c h è r e n t avec s o i n d e s p l a n t s d e s c a n t o n s q u i j o u i s s o i e n t d e la p l u s g r a n d e r é p u t a t i o n pour

l e u r s v i g n e s . A p r è s bien d e s essais i n u -

TILES p o u r f a i r e , à l ' e x t r é m i t é

de

l'Afrique,

des vins de B o u r g o g n e , de C h a m p a g n e et a u t r e s , i l s se s o n t a n c r é s

à

cultiver

les plants

t r a n s p o r t é s d ' E s p a g n e , d e s isles C a n a r i e s du L e v a n t , d o n t l e c l i m a t e s t p l u s

et

analogue


( 1 l ) à celui d u C a p . A u j o u r d ' h u i nans

dans leurs

les p l a n t s

domi-

vignes , sont des plants

muscat qui réussissent

t r è s - b i e n ; le

rouge sur-tout , cultivé dans

un

de

muscat

petit

terroir

n o m m e Constance , y d o n n e d u v i n d é l i c i e u x ; la c o m p a g n i e années

d'Hollande en arrête toutes

les

l a r é c o l t e , q u ' e l l e fait t r a n s p o r t e r

en

E u r o p e p o u r e n faire des

présens aux

souve-

rains. Les vignes lats ; o n faisons

du

leur aux

Cap

fait

se c u l t i v e n t

sans écha-

le m ê m e l a b o u r q u e

nôtres.

Elles

sont

nous

entourées

de

différens arbres sur lesquels o n a p p u i e les ceps de gros muscats espagnols en forme fort é l e v é s , qui contre

servent

la v i o l e n c e

Le jardinage n'est pas

dins ,

qui

sont

dans aucune partie

vignoble

plus

négligé

au C a p

de l'agriculture ; o n

t r o u v e t o u s les l é g u m e s parties du m o n d e .

d'espaliers

au

des vents.

q u e les a u t r e s p a r t i e s leurs de ceux qui

d'abri

sont particuliers aux Indépendamment aussi

y

d ' E u r o p e et les m e i l -

bien

d'Europe

autres

des j a r -

entretenus, , la

que

compagnie

d ' H o l l a n d e a fait f o r m e r d e u x o u t r o i s j a r d i n s magnifiques , qu'elle entretient avec u n e pense digue d'une compagnie

dé-

souveraine.

Quinze ou vingt jardiniers E u r o p é e n s , d o n t


(12) l ' h a b i l e t é a été. r e c o n n u e

avant d'être

embar-

q u é s , s o n t c h a r g é s d e la c u l t u r e d e c h a c u n d e ces vastes j a r d i n s , dinier principal

s o u s la d i r e c t i o n d ' u n

jar-

d o n t la p l a c e est l u c r a t i v e

h o n o r a b l e . C'est d a n s ces j a r d i n s p u b l i c s

et que

se f o n t , a u x f r a i s d e la c o m p a g n i e , t o u s l e s essais de n o u v e l l e particuliers

culture.

trouvent

instructions

C ' e s t - là q u e

les

gratuitement , avec

nécessaires ,

les

graines

les

et

les

p l a n t e s d o n t ils p e u v e n t a v o i r b e s o i n . Ces

j a r d i n s f o u r n i s s e n t d a n s la p l u s

a b o n d a n c e , des

grande

h e r b a g e s e t d e s f r u i t s d e dif-

férentes e s p è c e s , aux

équipages des vaisseaux

de la c o m p a g n i e . On

y r e m a r q u e avec a d m i r a t i o n

des

em-

p l a c e m e n s c o n s i d é r a b l e s , c o n s a c r é s à la tanique ,

dans lesquels

bo-

on voit placées

dans

le p l u s g r a n d o r d r e , les p l a n t e s les p l u s utiles et

les p l u s rares d e t o u t e s les p a r t i e s du m o n -

de. Les voyageurs

c u r i e u x o n t la

satisfaction

d ' y t r o u v e r d e s j a r d i n i e r s i n s t r u i t s q u i se f o n t un

plaisir de leur Ces

beaux

grands vergers de

l'Europe

démontrer chaque plante-

jardins où

, ceux

sont

terminés

l'on trouve

par

t o u s les

de l'Afrique

et

de

fruits

quelques-

u n s de l'Asie. Rien n'est plus agréable que d'y voir ,

à

différens

expositions ,

et

dans

la


(13) m ê m e e n c e i n t e , le c h a t a i g n i e r , le

pommier

et l e s a u t r e s a r b r e s f r u i t i e r s d e s c l i m a t s l e s p l u s froids , avec p h r i e r de autres

le

muscat

des Indes , le

B o r n e o , les p a l m i e r s et

arbres

d e la z o n e

cam-

plusieurs

torride.

Madagascar. E n doublant, le C a p

de

Bonne-Espérance,

On e n t r e d a n s l a m e r d e s I n d e s , e t l ' o n

trouve

d ' a b o r d l a g r a n d e isle d e M a d a g a s c a r . N o u s n e connoissons

encore

que quelques

parties

de

c e t t e isle , q u o i q u e n o u s y a y o n s e u d e s

éta-

b l i s s e m e n s , et que n o u s la f r é q u e n t i o n s

de-

p u i s p r è s d ' u n siècle. Les terres q u e n o u s y conn o i s s o n s s o n t très-fertiles , et les h a b i t a n s s e roient

bons

agriculteurs

un

d é b o u c h é . Ils

avoient

,

si

leurs

élèvent

denrées

des

trou-

p e a u x n o m b r e u x de boeufs et de b è t e s à l a i n e . L e s p â t u r a g e s , tels q u e la n a t u r e les a f o r m é s , sont excellens. tons

des

g r o s gramen hauteur

On

défrichés de

plusieurs

can-

immenses , couverts

voit

d'un

à large cinq

n o m m e n t fatak; m e n t les bêtes à

à

clans

feuille six

qu'elles

s'élève

à

la

il n o u r r i t et e n g r a i s s e p a r f a i t e cornes,

qui

g r a n d e espèce , et différentes ce

qui

p i e d s , les h a b i t a n s le

portent

s o n t de l a p l u s des nôtres ,

une grosse

loupe B

sur

en le


(14) cou

Un

autre

petit

gramen

croît

fin

naturel-

l e m e n t d a n s l e s s a b l e s s u r le b o r d d e l a m e r , Cel-

cl fournit l a n o u r r i t u r e a u x bêtes à laine. les-ci s o n t d e la m ê m e

espèce q u e celles d e

B a r b a r i e et d i f f é r e n t e s d e s n ô t r e s , s u r - t o u t p a r leur queue , q u i

la g r o s s e u r MONSTRUEUSE

de

pèse jusqu'à

livres.

Les nom

six

à huit

Madécasses

ou

guère d'autres grains au ils

commencement sont

p a r - là

c h a m p s . Ils

ne

le

M a l é g a c h e s , ( c'est

des h a b i t a n s de cette

isle ) n e

cultivent

q u e le riz. Ils le s è m e n t

de

la s a i s o n

dispensés donnent

des

pluies ;

d'accouder

à

leur terre

leurs d'autre

l a b o u r q u ' a v e c la p i o c h e ; ils c o m m e n c e n t p a r s e r f o u i r t o u t e s l e s h e r b e s , p u i s c i n q à six h o m m e s se r a n g e n t e n l i g n e d a n s l e c h a m p , e t f o n t d e v a n t e u x des petits t r o u s d a n s l e s q u e l s les f e m mes ou ques

des

grains

enfant de

qui suivent , jettent quel-

riz , q u ' i l s c o u v r e n t

de

terre

avec le p i e d ; u n e t e r r e e n s e m e n c é e d e la s o r t e r a p p o r t e j u s q u ' à q u a t r e - v i n g t et cent p o u r u n ; ce q u i p r o u v e l ' e x t r ê m e fertilité d u sol , p l u t q u e la b o n t é d e la c u l t u r e .

Quelque

t

mal-enten-

d u e q u ' e l l e p a r o i s s e , e l l e suffit p o u r m e t t r e l e s peuples de Madagascar n'ai vu aucun pays

dans

dans

et les a p p r o v i s i o n n e m e n s

le

l'abondance, monde

essentiels

o ù le soient

je riz à


(15) meilleur

marché.

Pour

un

coupon

de

toile

grossière , teinte en bleu , qui p e u t v a l o i r v i n g t sols de n o t r e

m o n n o i e , le M a d é c a s s e

donne

d e u x o u trois m e s u r e s de riz. Ces m e s u r e s s o n t fournies

p a r les E u r o p é e n s , q u i n e

manquent

p a s d ' a u g m e n t e r la capacité c h a q u e a n n é e , sans que se

les

insulaires s'en

remplit

use du

d'abord

droit

m e s u r e , il

plaignent.

comble ,

qu'il a établi pour enfonce

le

La

puis

mesure

l'acheteur

avoir

bonne

bras jusqu'au

coude

d a n s l e riz , e t d ' u n s e u l c o u p v u i d e p r e q u ' e n t i è r e m e n t la m e s u r e q u e le M a d é c a s s e a la p a tience de

r e m p l i r u n e s e c o n d e fois , sans

mais murmurer. melle

,

Cette

m e s u r e se n o m m e

et u n e g a m e l l e ainsi m e s u r é e ,

jaga-

donne

e n v i r o n c e n t s o i x a n t e l i v r e s d e riz b l a n c . Il n ' y a p a s d e d o u t e q u e

si n o t r e

Compa-

gnie des I n d e s , q u i est seule en p o s s e s s i o n d e l a t r a i t e d a n s cette islc , v o u l o i r y e n c o u r a g e r l'agriculture ,

elle

feroit

dans

peu

les

plus

g r a n d s p r o g r è s . N o s isles de F r a n c e et de B o u r b o n , qui en s o n t dans

tous

les

voisines ,

tems

une

y

trouveroient

ressource

assurée

c o n t r e les disettes q u i affligent f r é q u e m m e n t la p r e m i è r e de ces isles. N o s e s c a d r e s , p o u r les grandes I n d e s ,

obligées

destinées

de relâcher

d a n s l e p o r t d e l ' i s l e d e F r a n c e p o u r s'y r a f r a î B 2


( 16 ) chir , y trouveroient

des provisions

tes a p p o r t é e s d e M a d a g a s c a r , pas

et

d a n s le cas d e p e r d r e l e u r

abondan-

ne

seroient

t e n u à aller à

B a t a v i a o u a u C a p , m e n d i e r d e s v i v r e s chez, l e s H o l l a n d o i s , tandis q u e les e n n e m i s n o u s e n l è v e n t n o s p l a c e s , c o m m e il e s t a r r i v é d a n s l a guerre q u i vient Le la

froment

meme

d e finir e n croîtroit

abondance

à

1762. Madagascar

tivé autrefois avec succès d a n s

l'établissement

q u e n o u s p o s s e d i o n s à la p o i n t e de

l'isle sous

dans

q u e l e r i z . Il a tu- c u l méridionale

l e n o m d e Fort-Dauphin.

On

y trouve encore aujourd'hui de beaux épis d e froment

q u i y fut cultivé a n c i e n n e m e n t , et ,

qui depuis

que nous

en avons

été chassés ,

s'est s e m é a n n u e l l e m e n t d e l u i - m ê m e , et c r o i t p é l e - m ê l e avec les h e r b e s n a t u r e l l e s d u Les

terres

y sont d'une

ble ; les insulaires sont

fertilité

pays.

inconceva-

intelligens et a d r o i t s .

D a n s l e s q u a r t i e r s oü l e s A r a b e s n ' o n t p é n é t r é , ils o n t les s i m p l e s l o i x

point

d e la n a -

t u r e et les m œ u r s d e s p r e m i e r s h o m m e s . C e s loix

et ces m œ u r s sont plus favorables à l'a-

griculture que toutes nossublimes spéculations, q u e n o s traités les plus c o m p l e t s sur les m e i l l e u r e s p r a t i q u e s , q u e t o u t ces m o y e n s e m p l o y é s d e n o s j o u r s p o u r r a n i m e r parmi n o u s u n a r t


(17

)

q u e n o s m œ u r s n o u s font r e g a r d e r a v e c m é p r i s , ou traiter

a v e c l é g é r e t é , et q u i e s t sans

h a r c e l é , sans cesse

opprim

d'ABUS sortis de n o s loix

Isle de

cesse

par une foule

mêmes.

Bourbon.

A d e u x cens lieues e n v i r o n à l'est d e M a d a g a s c a r , o n t r o u v e n o s d e u x isles d e B o u r b o n et d e F r a n c e , d o n t l e SOL est NATURELLE M E N T A U S S I FERTILE

q u e celui de M a d a g a s c a r , et q u i jouissent d ' u n climat beaucoup plus heureux. La p r e m i è r e d e c e s i s l e s n ' a a u c u n p o r t -, elle e s t p e u f r é q u e n t é e p a r n o s vaisseaux. Les habitans y o n t conservé des m œ u r s

simples , l ' a g r i c u l t u r e y e s t assez

f l o r i s s a n t e . L isle d e B o u r b o n p r o d u i t d u f r o m e n t , . d u riz , d u maïs , p o u r les besoins de ses h a b i t a n s , e t m ê m e p o u r f o u r n i r à u n e p e t i t e p a r t i e d e c e u x d e l'isle d e F r a n c e . L a c u l t u r e y e s t l a m ê m e qu'à M a d a g a s c a r ; l e s t r o u p e a u x de b œ u f s et d e m o u t o n s q u i o n t été t r a n s p o r t é s d e c e t t e g r a n d e Isle , y r é u s i s s e n t d ' a u t a n t m i e u x , qu'on a eu l'attention

d'y t r a n s p o r t e r aussi le

gramen n o m m é fatak

, que j'ai dit ci-devant

être u n excellent pâturage. L a p l u s g r a n d e p a r t i e d e s t e r r e s d e c e t t e isle est e m p l o y é e à l a c u l t u r e d u cafeier. miers

Les pre-

p l a n t s d e c e t a r b r i s s e a u y o n t été a p p o r t é s B 2


(18). en d r o i t u r e d e M o k a . L e c a f é i e r s e multiplie par ses g r a i n e s q u i se s è m e n t d ' e l l e s - m ê m e s ; il e x i g e p e u d e culture ; e l l e se r é d u i t à d o n n e r t r o i s o u q u a t r e l a b o u r s à la j e u n e p l a n t e p e n d a n t la p r e mière année , p o u r des

la d é b a r a s s e r d u v o i s i n a g e

mauvaises herbes q u i l u i d é r o b e r o i e n t sa

s u b s i s t a n c e . D è s la s e c o n d e a n n é e , elle c r o i t s a n s soin

: ses b r a n c h e s , q u i n a i s s e n t à fleur d e

t e r r e , et q u i s ' é t e n d e n t h o r i z o n t a l e m e n t , étouffent p a r leur o m b r e t o u t e s les p l a n t e s é t r a n g è r e s q u i p o u r r o i e n t c r o î t r e à l ' e n t o u r ; a u b o u t de d i x - h u i t m o i s , le caféier c o m m e n c e à r a p p o r ter son fruit,

e t d è s la troisième a n n é e ,

il

d o n n e u n e pleine récolte. O n p l a n t e ces arbriss e a u x e n é c h i q u i e r , à la d i s t a n c e d e s e p t p i e d s e n v i r o n l e s u n s d e s a u t r e s , et l o r s q u ' i l s s ' é l è v e n t t r o p , o n les rabaisse

e n les c o u p a n t à d e u x

pieds de terre. L e c a f é i e r d e m a n d e u n e t e r r e l é g è r e , e t il r é u s s i t m i e u x d a n s le s a b l e p r e s q u e p u r , q u e dans

une bonne

t e r r e . O n o b s e r v e à l'isle d e

B o u r b o n q u e chacun de ces arbrisseaux r a p portoit a n n u e l l e m e n t , l'un dans l'autre , u n e l i v r e d e c a l é . C e f r u i t m û r î t et se r e c u e i l l e à l'isle d e B o u r b o n d a n s u n t e m s s e c , c e q u i l u i donne

u n g r a n d a v a n t a g e s u r les cafés d e n o s

i s l e s d e l'Amérique , q u i n e m û r i s s e n t e t n e


(19) se r e c u e i l l e n t q u e d a n s les s a i s o n s d e p l u i e .

Le

café , a p r è s a v o i r été cueilli , d e m a n d e à ê t r e d é s s é c h é ; c'est p o u r q u o i o n l ' e x p o s e au s o l e i l p e n d a n t p l u s i e u r s j o u r s , j u s q u ' à c e q u e la f è v e p a r o i s s e e x t r ê m e m e n t s è c h e et r a c o r n i e . A l o r s on le d é p o u i l l e d e la p u l p e , c e q u i se fait a v e c des pilons dans de grandes auges de bois.

Isle

de

France.

L'isle d e F r a n c e p o s s è d e d e u x e x c e l l e n s p o r t s , où v o n t r e l â c h e r t o u s n o s v a i s s e a u x eu t e m s de paix au c o m m e r c e la

employés

des Indes et de

C h i n e , et en t e m s de guerre

à la d é f e n s e

d e n o s é t a b l i s s e m e n s . C e t t e isle est p a r c o n s é q u e n t m o i n s isolée que celle de B o u r b o n . L'adm i n i s t r a t i o n et l e s m œ u r s

de l ' E u r o p e

renferme

plus d'influence. Elle

y

ont

des terres aussi

fertiles que celle de B o u r b o n ; des

ruisseaux

q u i ne tarissent j a m a i s l ' a r r o s e n t d a n s tous les s e n s c o m m e u n j a r d i n ; et n é a n m o i n s l e s r é c o l t e s y m a n q u e n t s o u v e n t . E l l e est p r e s q u e

toujours

dans la disette. Depuis

l'a

le c é l è b r e

gouvernée

pendant

La

Bourdonnais ,

qui

dix à douze années , et

qui doit être r e g a r d é c o m m e le f o n d a t e u r d e la colonie ,

puisqu'il

est

le

premier

qui y ait


(20) é t a b l i l ' a g r i c u l t u r e , o n a sans cesse erré

de

p r o j e t s en p r o j e t s ; o n y a tenté la c u l t u r e d e t o u t e s les espèces de p l a n t e s , et l ' o n

n'eu

a

s u i v i a u c u n e . L e café , le c o t o n , l ' i n d i g o , l a c a n n e à sucre , le p o i v r i e r , le c a n n e l i e r , le m û r i e r , le t h é , le c a c a o i e r , le r o u c o u , t o u t a été cultivé p a r essai, mais avec cette

légèreté

q u i n e p e r m e t a u c u n s u c c è s . Si l ' o n a v o i t s u i v i le p l a n s'assurer

simple du

du

fondateur ,

p a i n , l'isle

qui étoit

seroit

de

aujourd'hui

florissante ; l ' a b o n d a n c e y r è g n e r o i t p a r m i les c o l o n s ; les é q u i p a g e s

des vaisseaux

y trou-

veroient l e s a p p r o v i s i o n n e m e n s n é c e s s a i r e s . La culture des grains , q u o i q u e négligée et m a l e n t e n d u e , est celle Les terres qui y successivement

sont

q u i r é u s s i t le m i e u x .

employées ,

chaque a n n é e

rapportent

une récolte

de

f r o m e n t et u n e a u t r e d e r i z o u d e b l e d d e T u r q u i e , s a n s j a m a i s se r e p o s e r , s a n s r e c e v o i r a u c u n a m e n d e m e n t , et s a n s

autre labour que

celui que j'ai dit être p r a t i q u é à

Madagascar.

L e m a n i o c , q u i a été t r a n s p o r t é

du

Brésil

p a r M. D e l a B o u r d o n n a i s , e t q u i n e fut d ' a b o r d cultivé

qu'avec

répugnance

et

est a u j o u r d ' h u i

la p r i n c i p a l e

colons pour

nourriture

la

par

force ,

ressource

des esclaves.

des La


(21) culture

d e cette

r a c i n e e s t l a m ê m e à l'isle

de France qu'en A m é r i q u e . J e n e répéterai p a s ici ce q u e p l u s i e u r s v o y a g e u r s e n o n t d i t .

transporté

O n avoit autrefois

Madagas-

de

car d a n s c e l l e i s l e , d e s t r o u p e a u x n o m b r e u x d e b œ u f s e t d e m o u t o n s ; m a i s d e p u i s q u e l'on a Calculé q u ' i l

y avoit plus d e profit

particulier

à t r a n s p o r t e r des esclaves que des b œ u f s , o n a négligé

l'augmentation

les b e s o i n s vaisseaux on

n'a

diminuent encore

pâturages si

des troupeaux , q u e

continuels

,

d e la c o l o n i e sans

formé

ou

dans

ils o n t

p e u d'intelligence ,

L'isle

cesse.

produit

e t des

D'ailleurs,

l'isle

aucuns

été formés

qu'aucun

naturellement

admirable

avec

n'a en

réussi. différens

u n gramen

hauteur

d e cinq à six pieds. C e gramen sort

de l a t e r r e

au commencement

des p l u i e s ,

i l fait

l'espace son. y

de trois

Les colons

faire

pâturer

graissent finie ,

mille

mois

q u e dure

profitent leurs

il n e reste

cette

d e ce t e m s

troupeaux

plus

d e la saison

sa v é g é t a t i o n

p r o m p t e m e n t ; mais

paille trop

s'en

toute

q u i croit

à la

cantons

accidens

q u i s'y e n -

s u r la terre

Bientôt l e feu , au milieu

saipour

la végétation

dure p o u r q u e les bêtes

nourrir.

dans

qu'une puissent

apporté par

d e ces pailles , les


(22) consume ,

et

avec elles u n e p a r t i e d e s

forêts

voisines. Pendant

tout

le

reste

troupeaux

vont

errer

fois.

plus

grande

La

commise dice

dans

le

d'avoir

aucun

dans

les

dans

cette

le

suivent

contre

en

et

nos

de

sont

que

avons

les

ont L'isle

planté de

colons

les

terres des

toutes

les

pour

distance qui

s'y

ont

arrêtent,

terres

défriaucun

vents,

qui

dé-

récoltes. que

garantir en

et

recevoir ,

p a s de b o i s

France les y

en

n'ont

ci - d e v a n t

qui n'avoient

est

feu , s a n s

pluies ,

forêts,

violence

vu

le

puisse

sur

ces

préju-

seul a m e n d e m e n t

terre

plus

la

Les

été

culture,

distance le

la

souvent

Nous landois sons.

isle

D'ailleurs

truisent

y

bois

par

les

ait

qui

la

les

dans

qui

celle

de

les f o r ê t s

tombent

chées. abri

succès

exactement

ne

faute

défrichemens.

meilleur

et

au

l'année,

languir

c e t t e isle ,

plus

défriché

laisser

de

et

les

Hol-

au

Cap ,

leurs

mois-

étoit détruits.

couverte,


( 2 3 ) Observations

faites à la côte de

Dans

les temps

tous

florissante

aux Indes

Coromandel.

l'agriculture

orientales ;

a été

elle

y

a

n é a n m o i n s beaucoup dégénéré depuis la conquête

dés

peuples

Mogels ,

barbares

,

q u i , comme ont

qui nourrit l'homme , pour art

destructeur

• En s'en

qui désole

l'emparant sont

du

le

à

ce

terre. les

touies

les

travail

s'attacher la

pays ,

approprié

tous

méprisé

conquérans

les terres.

Les

e m p e r e u r s des Mogols les o n t divisées e n plusieurs

grands

buent

aux grands

les à

fiefs

amovibles de leur

qu'ils

empire ,

distrilesquels

afferment

à leurs

vassaux , et

c e u x - ci

d'autres ; de

sorte

q u e les terres

ne sont

que

par

plus des

cultivées valets

Comme plus

sujet

de il

et

sous-fermiers. n'est

à

Iudes , soumis vernement

des journaliers

est

pas de pays

révolution

que

à des maîtres une

du

fief

ainsi

sans

cesse

incertains

de leur

sent

qu'à

dépouiller

leurs

monde

celui

dont

véritable

possesseur

au

le

des gou-

anarchie ,

que son fermier

le ,

sort-, n e p e n terres

et

ceux

q u i les c u l t i v e n t , sans y faire j a m a i s a u c u n e a m é l i o r a t i o n . H e u r e u s e m e n t p o u r ces c o n q u e -


(24) rans barbares,le peuple conquis inviolablement a t t a c h é à ses m œ u r s sé

d e se l i v r e r

par

religion.

à

antiques ,

Malgré

la

cultive

pour

avec

la

même

propriétaire ,

noit

à

I a

par

tribu

honorée même

a

des

les

Les comme de

l'art

de

nous ,

plus ,

ils

de fardeaux.

lui

au

manquent

de

sont y

en

au labour leur

font

Indienne

contre

ces a n i m a u x

tirent

plus

ils

de

rares ,

multiplient

politique

peuple ;

et

labourage.

en général y

l e s buffles

un

tribu

religion

la culture ,

destinés

et

Malabares autre

culture

La

q u e ce fût u n c r i m e

qu'aucun

en

apparie -

est u n e

Indiens.

l'ancienne

de tuer

mépris

q u e s'il

la

q u e les c h e v a u x

bœufs

a voulu ligion

et d o n t

animaux

difficilement,

de

qui

laboureurs

les Indes

Comme

ardeur champ

les

consacré

pâturages ,

plein

et

l'usurpateur.

parmi

jusqu'aux,

que

le

ses peres ,

confiée

goût

insensée

l e m a î t r e a u q u e l il o b é i t ,

étoit est

par

tyrannie

du M o g o l , le Malabare , et d e p i t i é

n ' a p a s ces-

l'agriculture

la reutiles.

de

les

service

emploient

et a u x voitures ; porter

O n ne voit guère

toute

sorte

d'autre

bête

de c h a r g e a u x e n v i r o n s d e P o n d i c h e r y :je suis persuadé tirer

que dans tout pays

le m ê m e

service.

o n en p o u r r o i t


(25) Les

terres

sont

des

sèches.

de

année,

sans

récolte

du

menus

côte

de

légères ,

Cependant

Malabares

des

la

terres

Coromandel

sablonneuses

l'industrie

en

tirent

et

deux

les laisser j a m a i s riz

succède

grains,

tels

que

le

et

travail

récoltes

par

reposer. A

celle

de

le m i l l e t ,

ou

quel-

q u e s p h a s é o l e s d o n t les I n d e s p r o d u i s e n t infinité

une

d'espèces. Machine

De

la

quelques

tous

dienne ,

pour

les

le

arroser

procédés

plus

les de

terres.

l'agriculture

remarquable

est

In-

celui

de

l ' a r r o s e m e n t d e s t e r r e s p o u r la c u l t u r e d u riz. Si

le

son

terrein

qu'on

veut

arroser n'a

ni

ruisseau

assez a b o n d a n s , o u

y creuse

le

voisinage bord

même de

duquel hauteur

ville

qui

Ce en

portions

garnie

élève

ni un

un

peu-près

est p a r t a g é

de f e r q u i

les d e u x cule

à

profondeur.

met

on

,

dans

fontaine puits,

pilier

que

le

sur à

de

porte

à

son

som-

en

fourche ,

une

che-

traverse

horizontalement

et q u i s u p p o r t e u n e basse-

d'échelons.

longue

trois

pieds

perche

a

pilier

La p a r t i e

supérieure

d e cette b a s s e c u l e d é b o r d e le s o m m e t d u lier

la

puits

environ ,

posée

et

porte

parallellement C

piune avec


(26 ) le

pilier.

sceau

de

machine menté

cette

bois

ou

,

un

élevé

coté

que

Il

du

a

champ.

un

homme

les

échelons

arrivé

au

bord

du

quelle au du

le

Tout

doit

ainsi

haut

être

du

du

disposé, pilier

par

sommet ,

un

placé

sur

le

puits ,

enfonce

perche

à

la-

le

y

autre ,

Dès

par

que

le

les

décharge ;

se

soutient

hommes ,

des journées descendre ,

a

est

étoit éche-

a m è n e à la h a u t e u r que

l'autre

est

plein,

l'inondation

com-

par

qui

entières, l'autre

qui

mêmes

d'eau

réservoir

la

et

la

sceau ; a l o r s celui

descend

la b a s s e c u l e , et

deux

qui

Dès qu'il

ouvre

ces

recevoir

r é s e r v o i r est

bassecule.

renverse.

mence

la ci-

proportionnée

r é s e r v o i r le sceau p l e i n

on

grand de

à

Ce

étant

au

un côté

et b i e n

destiné

terrein

la

A

brique

décharge

de

tient de

en

puits.

monte

sommet

lons y

sa

du

tient

cuivre.

réservoir

les e a u x

arrosé.

perche de

est m a ç o n n é

d'abord plus

A

la m a n œ u v r e

passent l'un

à

renverser

de

quelquefois monter un

et

à

sceau.

Labourage. Les Malabares un

instrument

vence ,

ou

à

labourent semblable la

souchée

leurs terres à

herse en

avec

de

Pro-

usage

dans


(27) cette

province.

et p l u s niers

sont

aux

chaleurs

général côte

Ils

plus

que

sont

quelques

riz , On

et

en

autres.

voit

avec

herbages

çà

et

petits

nôtres au

dans

nos

en lieu

multiplient

les de

fait clair

un

sage de

couverts

le

les nom

sont

de

connoît de

chiens

maigres

et

peu. comme

bientôt

la

sous

diffèrent

qui

sont

ces t r o u p e a u x

la des

dans

On

habitans de l'Inde

viande Il

qu'ils laine.

colonies

marons. T o u s les

ce de

de et

troupeaux

et d ' a u t r e s d e m o u t o n s

des

toritê

qui

espèce à la

nourris

quelques

poil

qui

dermieux

bœufs , petite

animaux

cabrits,

bétail.

résistent

de moutons

cuites.

seroit

les

de

campagnes

Si

et

bœufs

Ces

Coromandel.

Ces paille

des

des buffles.

forts ,

Troupeaux

de

emploient

s o n t foibles et de

de

fêves

y

communément

des

donc

crime

la

de que

à

religion

nourrissoient

toute la

qui

a

manger

dictée

s'est servi d e

pour

de

religieuse

de

été

le pays

espèce

loi

l'Indien

animaux,

politique ,

se

Européens ,

dépeuplé

paroît un

les

assurer C 2

par l'au-

l'obéis-


(28) à u n réglement

lance climat Les

Malabares

et

sur-tout

cl

d e fruits.

qui au

se n o u r r i s s e n t

de r i z , de b e u r r e , Ils

ne

midi

et à l'ouest

entre

les

l'Inde , dont

d e ce situées

de l'Indoustan , q u i

mains des

efforts

pays,

inutiles

et qui

C e s terres anciens

les loix s o n t

rables à l'agriculture. des

grains

rien

l e s g r e n i e r s de ce v a s t e

restées

de

les terres

y maintiennent l ' a b o n d a n c e . de

du

d e légumes

mangent

eu vie. Ce sont

a

sont

q u e la p h y s i q u e

prescrit.

sont

naturels

très - f a v o -

L e s M o g o l s . o n t fait

pour

s'en emparer.

Jardins. On

n e voit

dans

aucun

légume

leurs

différentes

quelques-unes

les jardins

q u i vaille

e s t la

sont

vivaces et d'autres d e celles

bazella ,

sous le n o m d'épinard plante

vivace

comme contre

n o s pois , de tems

de notre

arbo-

qu'ils en

cul-

France

d e C h i n e ; c'est u n e

et grimpante

able ; s o n coût celui

connue

ou

des murailles ,

très-peu

Après

espèces de phaséoles , d o n t

rescentes , l a m e i l l e u r e tivent

Malabares

les nôtres.

d'uue

que l'on rame

que l'on qu'elle verdure

appuie

couvre

en

très - agré-

est à-peu-près le m ê m e q u e épinard.


(29) L'art còle

du

de

mieux fruit

fournis qui

rope.

et

sont

peu

Les

connu

vergers

quoiqu'ils n'ont

fruits

la

Les

en

est

les

plus

différentes

à

de

la sont

b a n a n e , la

gou-

côte

parties

des

a la c ô t e d e C o r o m a n d e l

d'Eu-

l'art

de

la

aucun

communs

premiers

excellens

la

sont

à ceux

pas

m a n g u e , la deux

à

y

n'aient

être c o m p a r é

Indiens

leurs

l'ananas , yave.

,

puisse

Les

greffe ;

qui

jardinage

Coromandel.

ces

fruits

de

Malabar

Indes ,

qu'une

,

n'ont

bonté

très

médiocre.

Cocotier. Le

plus

utile

vergers,

est

palmier

porte

grosseur

de

sans

t o u s les a r b r e s de

contredit

des

grappes

monstrueuse.

huile

ploient

à

abondante, toute

à l'assaisonnement gré le

n'y

est

meilleur moyen fitable , saisit

de

le

c'est tems

d'en où

elles

leurs

pas

d'en

noix

laisse

les

Indiens sur -

la

emtout

légumes,

mal-

de cette huile

pour

accoutumé.

Mais

r e n d r e la culture

tirer

Ce

d'une

fournissent

d'usage ,

goût désagréable

quiconque

de

que

sorte

leurs

cocotier.

Lorsqu'on

v e n i r ces n o i x à m a t u r i t é , une

le

du

noix

vin. du

le

pro-

L'Indien

cocotier C 3

a


(30) atteint ce

la

qui

fleur;

grosseur arrive

de

peu

nos

noix

après

ordinaires,

la

a l o r s il c o u p e la q u e u e

chûte de

de

la

la

grappe

à la d i s t a n c e e n v i r o n de s e p t à h u i t p o u c e s d u tronc

de

terre

pour

en

l'arbre.

s o r t ; il

linge roit

de

du

heures.

vase

attache sève

un

exactement de

se

l'air,

remplit

L'Indien

vase

de

abondante

vase , p o u r

l'influence

aigrir ; le

quatre

y la

enveloppe

l'ouverture

liqueur

Il

recevoir

est

qui

avec

un

garantir qui

la

dans

la fe-

vingt-

attentif

à

le

c h a n g e r c h a q u e j o u r . C e v i n n a t u r e l se n o m m e soury

;

i l se

Il a à p e u

débite

et

se b o i t d a n s c e t

p r è s le g o û t et l'effet

r a i s i n ; m a i s il se c o n s e r v e

état.

du m o û t de

p e u d e j o u r s ; il

f a u t l e p a s s e r à l ' a l a m b i c , s a n s q u o i il a i g r i roit

et n e s e r o i t p l u s p o t a b l e . C e v i n

est ce qu'on n o m m e lent que notre

racque

distillé

; il e s t p l u s

vio-

eau-de-vie.

U n c o c o t i e r a i n s i d e s t i n é à f o u r n i r d u vin , r a p p o r t e souvent une p a g o d e de revenu ( env i r o n h u i t livres de n o t r e m o n n o i e ). Ces arbres se p l a n t e n t à la d i s t a n c e de v i n g t - c i n q o u

trente

p i e d s ; ils t a r d e n t d i x à d o u z e a n n é e s à r a p p o r t e r ; m a i s ils d o n n e n t d u fruit o u d u v i n p e n d a n t p l u s d e c i n q u a n t e a n s . Ils a i m e n t u n sol s a b l o n n e u x , et ils r é u s s i s s e n t assez b i e n d a n s le s a b l e

pur.


(31) Les Malabares cultivent en plein c h a m p plusieurs plantes à graines huileuses , telles que l e s é s a m e o u g e r g e l i n , q u i est u n e g r a n d e dig i t a l e , e t l e ricin

o u palma

christi.

Il

faut

que

l ' h u i l e f r a î c h e , t i r é e d e la sève d e c e t t e

der-

n i è r e p l a n t e , q u i est r e c o n n u e e n F r a n c e p o u r un caustique

v i o l e n t et d a n g e r e u x , n ' a i t

pas

c e t t e m a u v a i s e q u a l i t é a u x I n d e s : c a r les M a l a b a r e s la r e g a r d e n t c o m m e u n p u r g a t i f d o u x et l e m e i l l e u r r e m è d e p o u r la p l u p a r t d e s m a l a d i e s d e s enfans à la m a m m e l l e . e n faire p r e n d r e

L'usage est de l e u r

t o u s les m o i s u n e c u i l l e r é e ,

e n la m ê l a n t en p o r t i o n égale avec le la m è r e . J e

lait

finis cet a r t i c l e e n o b s e r v a n t

l ' o n t o m b e r o i t d a n s l ' e r r e u r si l ' o n p e n s o i t former

une

idée

de

la

de que

culture générale

se des

I n d e s , d ' a p r è s ce q u e j e v i e n s d e d i r e s u r c e l l e d e la côte de

Coromandel.

terres q u i en

dépendent sont une petite

des

Indes

orientales ,

Celte

côte

proprement

et

les

partie

dites ,

et

c e t t e partie e s t l a p l u s s t é r i l e e t l ' u n e d e s p l u s dévastées par

l'invasion des M o g o l s , par

les

g u e r r e s c o n t i n u e l l e s q u e c e s c o n q u é r a n s se f o n t e n t r e e u x , et p a r l e u r g o u v e r n e m e n t teur. La

côte

destruc-

d ' O r i x a , celle de M a l a b a r

t e r r i t o i r e d e S u r a t e , les rives c œ u r de l ' I n d o u s t a n , s o n t

du

d'une

,

le

G a n g e et le toute

autre


( 3 2 ) f e r t i l i t é , et l ' a g r i c u l t u r e dans

quelques-unes

de

est ces

plus

florissante

contrées,

rends

c o m p t e q u e d e ce q u e l e s

m'ont

permis

je

ne

circonstances

d'observer par m o i - m ê m e .

Etat de l'agriculture dans le royaume de Siam. L e r o y a u m e d e Siam , qu'isle de l'Inde au-delà un plus

sol généralement grande

comme

du Gange ,

la

pres-

possède

b o n , e t d e s t e r r e s d e la

fertilité.

l'Indoustan

situé d a n s

Ce r o y a u m e ,

du

n o r d au

partagé

sud p a r

chaîne de m o n t a g n e s , j o u i t à-la-fois

toute l'année de deux saisons différentes.

golfe

partie occidentale qui regarde le g a l e , est a r r o s é e p a r p e n d a n t six

mois

des pluies

que

dure

vents d'ouest. Cette saison

la

l'autre moitié

Sa

de Ben-

continuelles mousson

des

h u m i d e est r e g a r -

d é e c o m m e un h i v e r d a n s c e t t e que dans

une

pendant

partie , tandis

du royaume

qui

re-

g a r d e l'est , o n j o u i t du p l u s b e a u c i e l , et l ' o n n e s ' a p p e r ç o i t d e la saison différente q u i r è g n e de l'autre Menam. gnes

côté , q u e p a r

Ce fleuve c o u l e s'arrêtent

le d é b o r d e m e n t au

pied

les p l u i e s ; il

m u r s d e la c a p i t a l e , et i n o n d e

des

du

monta-

baigne

les

annuellement,

sans aucun ravage , u n pays délicieux couvert d e p l a n t a t i o n s d e riz. L e l i m o n q u e d é p o s e le


(33) Menant

engraisse s i n g u l i è r e m e n t les terres ; l e

riz s e m b l e s'élever 1'inondation

à

proportion

augmente

,

et le

de

ce

fleuve

que

rentre

r é g u l i è r e m e n t d a n s s o n lit à m e s u r e q u e le riz a p p r o c h a n t d e sa d e ses e a u x . V o i l à

maturité , n'a

plus

besoin

ce q u e la n a t u r e a fait

pour

l e s h o m m e s q u i h a b i t e n t ce b e a u p a y s s . Elle a fait p l u s ;

elle a r e m p l i

multitude

de

fruits

les c a m p a g n e s

délicieux ,

d'une

qui n'exigent

p r e s q u e a u c u n e c u l t u r e . T e l s s o n t les a n a n a s , les m a n g o u s t e s , fruits les p l u s d é l i c a t s qu'il y ait p e u t - ê t r e sur la terre , les m a n g u e s de p l u sieurs sortes ,

toutes excellentes ; une

infinie d ' o r a n g e s

et de b a n a n e s , le

variété

durion

,

l a j a c c a e t a u t r e s f r u i t s d e m o i n d r e q u a l i t é . Plus généreuse encore

, la nature a placé dans

les

t e r r e s d e c e t t e c o n t r é e , et p r e s q u e à l a s u p e r ficie fin

, des ,

mines d ' o r ,

connu

aux

de cuivre

et

i n d e s s o u s le n o m d e

d'étain. Calin.

D a n s ce p a r a d i s t e r r e s t r e , a u m i l i e u d e de richesses,

qui

c r o i r o i t q u e le S i a m o i s

tant est

p e u t - ê t r e le p l u s m i s é r a b l e d e s p e u p l e s L e g o u v e r n e m e n t de S i a m est d e s p o t i q u e le s o u v e r a i n j o u i t naturelle

;

seul d u d r o i t d e la l i b e r t é

à t o u s les h o m m e s . Ses sujets

ses esclaves ; c h a c u n

d'eux lui doit

six

sont mois

de service p e r s o n n e l chaque a n n é e , sans a u c u n


(34) t a l a i r e e t m ê m e s a n s n o u r r i t u r e . Il l e u r a c c o r d e l e s six a u t r e s m o i s p o u r se p r o c u r e r d e vivre.

Sous

un

tel

gouvernement,

quoi

il n'y

a

p o i n t de l o i q u i p r o t é g e les p a r t i c u l i e r s c o n t r e la

violence,

et

qui leur assure aucune

p r i é t é . T o u t d é p e n d des fantaisies d ' u n

proprince

a b r u t i p a r t o u t e s o r t e d'excès , et s u r t o u t c e u x d u p o u v o i r ; q u i p a s s e ses j o u r s

par

enfermé

d a n s u n s e r r a i l , i g n o r a n t t o u t ce q u i s e f a i t h o r s d e s o n p a l a i s , et s u r - t o u t les m a l h e u r s d e ses peuples.

Cependant

ceux-ci sont livrés à

la

c u p i d i t é d e s g r a n d s , q u i s o n t les p r e m i e r s e s c l a v e s , et a p p r o c h e n t s e u l s , à d e s j o u r s m a r q u é s , m a i s t o u j o u r s e n t r e m b l a n t , d e la p e r s o n n e du d e s p o t e , qu'ils a d o r e n t c o m m e

une

D i v i n i t é sujette à des caprices d a n g e r e u x . La religion

seule a c o n s e r v é le p o u v o i r d e

p r o t é g e r c o n t r e l a t y r a n n i e c e u x q u i se r a n g e n t sous

son

rang

des Prêtres de

des

étendard

Siamois.

Ceux

e t se f o n t

admettre

Somonacondum

, le

qui

p r e n n e n t ce

au

Dieu parti ,

e t le n o m b r e e n est g r a n d , s o n t o b l i g é s p a r l a loi

à

garder

le c é l i b a t ,

ce

qui

occasionne

dans un climat chaud c o m m e celui de Siam beaucoup m e n t le

de

d é s o r d r e , et d é p e u p l e

,

entière-

pays.

O n c o n ç o i t facilement q u e sous u n tel g o u -


(35) v e r n e m e n t , l'agriculture

ne

sauroit

prospé-

rer ; on p o u r r o i t m ê m e dire qu'elle est presque n u l l e à S i a m , si l ' o n c o m p a r e l a p e t i t e tité d e

terres cultivées , à l'étendue

quan-

immense

de terrein qui reste en friche. Dans

les

terres m ê m e s

valeur ,

on

peut

qui

sont

mises

en

d i r e q u e c'est la n a t u r e q u i

fait p r e s q u e t o u t . L e s h o m m e s o p p r i m é s , a v i lis ,

sans

c o u r a g e , et p o u r

ainsi dire , sans

b r a s , n e se d o n n e n t g u è r e d ' a u t r e s s o i n s

que

c e l u i d e r e c u e i l l i r ses d o n s ; et c o m m e le p a y s est fort é t e n d u et la p o p u l a t i o n très - p e t i t e , elle j o u i t a b o n d a m m e n t d u nécessaire p r e s q u e sans travail. D e p u i s le p o r t d e M e r g i n , s i t u é s u r la c ô t e o c c i d e n t a l e d e ce R o y a u m e j u s q u ' à l a C a p i t a l e , on

traverse,

des

plaines immenses très-bien arrosées ,

offrent

p e n d a n t dix à douze

journées,

à la v u e u n sol excellent , d o n t

qui quel-

q u e s - u n e s p a r o i s s e n t a v o i r été cultivées a u t r e fois , et q u i s o n t toutes en friche. O n est o b l i gé d e faire ce v o y a g e p a r c a r a v a n n e s , à c a u s e d e s t i g r e s e t d e s é l é p h a n t s , à q u i ce b e a u p a y s est a b a n d o n n é .

On

marche pendant

plus

de

h u i t j o u r s sans trouver aucune p e u p l a d e . Les les

environs

de la

capitale

sont cultivés,

terres d u r o i , celles des p r i n c e s , des

mi-


(36) nistres

et

des

l'extrême

premiers

fertilité

du

officiers,

annoncent

pays , on y assure

que

ces terres r a p p o r t e n t o r d i n a i r e m e n t d e u x cent pour

un.

La du

méthode

riz ,

est

des

de

Siamois

le s e m e r

p o u r la

d'abord

culture

fort

épais

d a n s u n petit carré de terre b i e n a r r o s é , sans l'enterrer

beaucoup.

Dès

q u e les p l a n t e s s o n t

p a r v e n u e s à l a b a u t e u r d e c i n q à six p o u c e s ,

on

les a r r a c h e et o n les t r a n s p l a n t e p a r p e t i t s p a q u e t s d e t r o i s à q u a t r e b r i n s , à la d i s t a n c e d ' e n v i r o n q u a t r e p o u c e s en t o u s sens les u n s des a u t r e s . On

enfonce

une

terre

bour

à

buffles.

ces p l a n t e s j u s q u ' a u

boueuse , la

Le

charue, riz

qui a reçu tirée

par

transplanté

la-

paire

la s o r t e , sans

dans

bon

une

de

b e a u c o u p , et r a p p o r t e p l u s

collet un

de talle

comparai-

s o n q u e c e l u i q u ' o n laisseroit c r o î t r e d a n s l a même Ce

t e r r e Ou o n sont

établis

l'auroit

des Chinois

d'abord

et des

semé.

Cochinchinois

d a n s la c a p i t a l e , e t d a n s s e s e n v i r o n s ,

q u i c o n t r i b u e n t le p l u s a faire v a l o i r les t e r r e s . Ces

étrangers

étant

le

commerce

du

gouvernement

Dans

qu'ils

utiles au font

souverain

avec lui ,

par

l'intérêt

l e s g a r a n t i t d e la t y r a n n i e .

le v o i s i n a g e d e s t e r r e s c u l t i v é e s d o n t j e

v i e n s d e p a r l e r , il s ' e n t r o u v e d ' a p p a r t e n a n t e s


(37) à

différens

particuliers

qui,

les vexations continuelles les o n t

abandonnées.

ces terres

qui,

bourées ,

ni

années , ment, ainsi

riz.

Ce

de

n ' o n t été

ensemencées

depuis

néanmoins

par

éprouvent,

O n est é t o n n é

quelquefois

produire

colles de

découragés

qu'ils

de

voir

ni

la-

plusieurs belles

grain , recueilli

ré-

négligem-

se s è m e d e l u i - m ê m e , e t se r e p r o d u i t tout

seul

M e n a m ; ce

à l'aide

qui

prouve

des

inondations

tout

à-la-lois

du l'ex-

t r ê m e fertilité d e la t e r r e , et le m a l h e u r d e ses

habitans.

Les

vergers

du

Prince,

des G r a n d s et d e s

T a l a p o i n s , s o n t a d m i r a b l e s p a r la v a r i é t é fruits,

des

t o u s m e i l l e u r s les u n s q u e les a u t r e s ,

q u ' o n y t r o u v e . M a i s il n'est g u è r e p e r m i s

à

des particuliers d'en avoir de semblables. L o r s q u ' u n p a r t i c u l i e r a le m a l h e u r d e p o s s é d e r

un

a r b r e d ' e x c e l l e n t f r u i t , tel q u e d e m a n g o u s t e s , des soldats ne m a n q u e n t pas de v e n i r a n n u e l l e m e n t a r r é t e r p o u r le R o i , o u p o u r Ministre

t o u s les fruits de

cet

arbre.

quelque Ils les

c o m p t e n t t a n t bien q u e m a l , en r e n d e n t

cau-

t i o n o u g a r d i e n celui q u i en est p r o p r i é t a i r e , e t si l o r s d e l a m a t u r i t é , l e n o m b r e d e s f r u i t s n e se traité

trouve

p a s , le p a u v r e p r o p r i é t a i r e

est

d'une manière indigne. O n conçoit qu'il D


(38) est d e l ' i n t é r ê t d e s p a r t i c u l i e r s de ne p o s s é d e r aucun

arbre

semblable.

L e s S i a m o i s é l è v e n t q u e l q u e s t r o u p e a u x de buffles

et de

donnent

bœufs , pour

d'autres soins

tous les j o u r s

l e s q u e l s i l s n e se

q u e d e les

conduire

d a n s des t e r r e s en f r i c h e , q u i

a b o n d e n t en p â t u r a g e s , et de les r a m e n e r t o u s les s o i r s d a n s d e s p a r c s , p o u r les g a r a n t i r d e s tigres,

q u i sont très - c o m m u n s d a n s ce p a y s .

I l s n'en t i r e n t a u c u n l a i t a g e e t t r è s - p e u d e service.

Leur

r e l i g i o n , q u i e s t la m ê m e

qu'aux

grandes Indes , et q u i n'est g u è r e c o n n u e q u e des

Talapoins , leur défend

maux.

de t u e r c e s a n i -

I l s é l u d e n t la l o i en l e s v e n d a n t a d e s

Mahométans

établis chez e u x , q u i les t u e n t

et en d é b i t e n t l a v i a n d e e n s e c r e t . Ils é l è v e n t b e a u c o u p de v o l a i l l e e t s u r - t o u t d e s c a n a r d s , d e la m e i l l e u r e e s p è c e q u i se t r o u v e a u x I n d e s . Le R o i entretient une grande quantité d'élép h a n s apprivoisés. Ces a n i m a u x m o n s t r u e u x occupent chacun jusqu'à douze o u quinze h o m m e s journellement

pour

leur

couper

de l'herbe ,

des b a n a n i e r s , d e s c a n n e s à s u c r e . I l s n e sont* d'aucune

utilité

r é e l l e , i l s n e s e r v e n t q u ' à la

d é c o r a t i o n . Ils a n n o n c e n t , d i s e n t les S i a m o i s , la g r a n d e u r

de leur

sure sa p u i s s a n c e

Prince , et celui-ci

s u r le n o m b r e

me-

d e ses é l é -

p h a n s p l u t ô t q u e s u r celui de ses sujets.


(59) A u r e s t e , ces a n i m a u x f o n t b e a u c o u p d e d é gâts. C e u x q u i e n o n t la c o n d u i t e tous

rançonnent

les p a r t i c u l i e r s q u i p o s s è d e n t des

terres

o u des j a r d i n s , sans q u o i ils y . c r o i e n t e n t r e r leurs éléphans qui ravageroient tout ;

et q u e l

s e r o i t le sujet assez t é m é r a i r e p o u r o s e r

man-

q u e r d e r e s p e c t aux é l é p h a n s d u r o i d e S i a m , d o n t p l u s i e u r s , à la h o n t e de l'esprit h u m a i n , s o n t chargés de titres et d é c o r é s des p r e m i è r e s dignités du r o y a u m e État

?

de l'Agriculture

chez les

Malais.

Au-dessus d u r o y a u m e d e S i a m , e s t s i t u é e la p r e s q u ' i s l e d e M a l a c a . C e p a y s fut très-peuplé, Le

peuple

et p a r qui

conséquent

l'habitoit,

bien

autrefois cultivé.

formoit une

puis-

s a n c e c o n s i d é r a b l e , et j o u o i t u n r ô l e b r i l l a n t dans

l'Asie ; il c o u v r o i t

seaux ,

et faisoit

la m e r

un c o m m e r c e

d e ses v a i s immense.

Il

a v o i t a p p a r e m m e n t d ' a u t r e s loix q u e celles q u i le g o u v e r n e n t

aujourd'hui.

différens

une

ont

tems

peuplé

Il e n est s o r t i e n

m u l t i t u d e de c o l o n i e s , q u i

de p r o c h e

en p r o c h e les isles d e

S u m a t r a , d e J a v a , d e B o r n e o , et C é l e b e s Macassar , des

M o l u q u e s , les P h i l i p p i n e s

ou et

les i s l e s i n n o m b r a b l e s d e t o u t c e t a r c h i p e l , q u i D 2


( 40 ) b o r n e l ' A s i e au l e v a n t , et q u i o c c u p e

environ

s e p t c e n t s l i e u e s en l o n g i t u d e d e l ' e s t à l ' o u e s t , s u r six c e n t s e n l a t i t u d e d u n o r d a u s u d . T o u s l e s h a b i t a n s , a u m o i n s c e u x d e s côtes d e ces isles , font un

m ê m e p e u p l e ; ils p a r l e n t

le m ê m e les

l a n g a g e ; ils

mêmes mœurs.

Il

ont

à-peu-près

les m ê m e s l o i x et

est assez s i n g u l i e r

que

cette n a t i o n , q u i o c c u p e u n e partie aussi c o n sidérable de la terre , soit a p e i n e c o n n u e

en

Europe, J e v a i s d o n n e r u n e i d é e d e ses l o i x et d e l e s

mœurs , et

l'on

jugera

facilement

de

son

agriculture. Les

voyageurs

q u i f r é q u e n t e n t les Malais ,

sont t r è s - é t o n n é s de t r o u v e r au m i d i de l ' A s i e , et s o u s le c l i m a t b r û l a n t d e la l i g u e , les l o i x , les m œ u r s , les u s a g e s et les p r é j u g é s d e s a n ciens peuples d u n o r d de l ' E u r o p e . Les Malais sont

gouvernés

p a r les l o i x f é o d a l e s , p a r ces

loix bizarres imaginées p o u r défendre , contre le p o u v o i r d'un seul , la liberté de q u e l q u e s u n s , . e n l i v r a n t la m u l t i t u d e à l ' e s c l a v a g e . o n t les m œ u r s , les u s a g e s et les p r é j u g é s

Us que

ces loix d o n n e n t . U n chef q u i a le t i t r e d e R o i o u d e S u l t a n , c o m m a n d e à de g r a n d s vassaux qui obéissent q u a n d ils l e v e u l e n t . C e u x - c i o n t d e s a r r i è r e -


(41) vassaux , q u i en u s e n t s o u v e n t de m ê m e à l e u r é g a r d . U n e p e t i t e p a r t i e d e la n a t i o n vit i n d é pendante,

s o u s le titre d ' O r a m ç a i o u

noble

,

et v e n d ses s e r v i c e s à c e l u i q u i les p a i e le m i e u x , c ' e s t - à - d i r e , le c o r p s d e l a n a t i o n e s t c o m p o s é de

serfs , e t v i t d a n s

l'esclavage.

A v e c de telles l o i x , les M a l a i s s o n t u n p e u p l e inquiet,

a i m a n t la n a v i g a t i o n , la g u e r r e , le

p i l l a g e , les é m i g r a t i o n s , les c o l o n i e s , les e n t r e p r i s e s t é m é r a i r e s , les a v a n t u r e s , la g a l a n t e r i e . Ils p a r l e n t sans cesse d ' h o n n e u r , d e b r a v o u r e , et d a n s le v r a i , qui

les f r é q u e n t e n t ,

ils p a s s e n t c h e z c e u x

pour

le p e u p l e

le

plus

t r a î t r e et le p l u s f é r o c e q u ' i l y ait s u r la t e r r e ; et

ce q u i m ' a p a r u fort s i n g u l i e r , c'est

p a r l e n t la l a n g u e

qu'ils

la p l u s d o u c e d e l ' A s i e . C e

q u e M . l e c o m t e d e F o r b i n a d i t d a n s ses m é m o i r e s , d e la férocité des M a c a s s a r s , est exactement

vrai , et . c o n v i e n t é g a l e m e n t a t o u s les

peuples Malais. Plus attachés aux loix insensées d e l e u r p r é t e n d u h o n n e u r . , q u ' a celles d e la j u s t i c e et d e parmi

l'humanité,

e u x , le fort a t t a q u e r

on voit

toujours

le f o i b l e .

Leurs

t r a i t e s d e p a i x et d ' a m i t i é n e d u r e n t j a m a i s

au.

delà de l'intérêt

Ils

qui

sont toujours armés

les l e u r a

fait f a i r e .

e t t o u j o u r s en g u e r r e e n -

tr'eux ou occupés à pilier leurs voisins. D

3


(42) Cette férocité

q u e les Malais qualifient

de

b r a v o u r e , e s t si c o n n u e d e s c o m p a g n i e s E u r o péennes qui sont établies aux I n d e s , que toutes se s o n t a c c o r d é e s à f a i r e u n r é g l e m e n t q u i d é fend aux capitaines de leurs vaisseaux qui v o n t d a n s les i s l e s M a l a i s e s , d e p r e n d r e à b o r d

aueun

m a t e l o t de cette n a t i o n , ou t o u t au p l u s , d a n s u n extrême b e s o i n , d'eu p r e n d r e plus de deux ou

trois. O n a v u q u e l q u e f o i s d e ces h o m m e s a t r o c e s ,

embarqués nombre ,

imprudemment attaquer

dans

en

très - petit

le m o m e n t

qu'on

y

p e n s o i t le m o i n s , u n v a i s s e a u , le p o i g n a r d à l a m a i n , et t u e r b e a u c o u p d ' h o m m e s a v a n t q u ' o n pût

s'en

rendre

maître. O n a vu des bateaux

M a l a i s a r m é s de v i n g t - c i n q à t r e n t e h o m m e s , a b o r d e r h a r d i m e n t des vaisseaux E u r o p é e n s d e q u a r a n t e c a n o n s , p o u r s'en e m p a r e r et m a s s a crer avec le p o i g n a r d u n e partie de l ' é q u i p a g e . L'histoire

Malaise

est

pleine

de traits

sem-

b l a b l e s , q u i a n n o n c e n t t o u s la férocité la p l u s téméraire. Le Malais , qui

n ' e s t p a s s e r f , est

toujours

a r m é ; il r o u g i r o i t d e s o r t i r d e sa m a i s o n

sans

on p o i g n a r d q u ' i l n o m m e c r i t . L ' i n d u s t r i e d e la n a t i o n s'est s u r p a s s é e d a n s la f a b r i c a t i o n cet instrument

destructeur.

de


(43) C o m m e il p a s s e sa v i e d a n s l ' i n q u i é t u d e et d a n s l'agitation,

il n e s ç a u r o i t

s'accommoder

d'un

• h a b i l l e m e n t a m p l e et l a r g e , tel q u ' o n e n v o i t chez, t o u s l e s a u t r e s A s i a t i q u e s . L e s h a b i t s d u Malais sont justes au

c o r p s et chargés

multitude de b o u t o n s

d'une

q u i le s e r r e n t d e t o u t e s

p a r t s . J e r a p p o r t e ces p e t i t e s o b s e r v a t i o n s

pour

p r o u v e r q u e d a n s les c l i m a t s les p l u s d i f f é r e n s , les m ê m e s l o i x d o n n e n t d e s m œ u r s , d e s u s a g e s et d e s p r é j u g é s

semblables.

Leur

effet e s t l e

m ê m e relativement à l'agriculture. Les terres p o s s é d é e s p a r les Malais, sont en général de t r è s - b o n n e q u a l i t é . La n a t u r e s e m b l e a v o i r p r i s p l a i s i r d ' y p l a c e r ses p l u s e x c e l l e n t e s p r o d u c t i o n s . O n y v o i t t o u s les fruits d é l i c i e u x que j ' a i d i t se t r o u v e r s u r l e t e r r i t o i r e d e S i a m , et

une

sont

multitude

particuliers

d ' a u t r e s fruits a g r é a b l e s à

ces

isles. L e s

sont couvertes de bois o d o r i f é r a n s b o i s d'aiglo odorata

o u d'aloëe

,

l e santal

qui

campagnes tels q u e l e et

le

cassia

, espèce de cannelle. O n y respire

un

e m b a u m e p a r u n e m u l t i t u d e d e fleurs a g r é -

ables

q u i se s u c c è d e n t t o u t e l ' a n n é e , e t d o n t

1 ' o d e u r s u a v e p é n è t r e j u s q u ' à l ' a m e , et i n s p i r e 1a v o l u p t é l a p l u s , s é d u i s a n t e . Il n ' e s t p o i n t d e v o y a g e u r q u i , e n se p r o m e n a n t d a n s les pagnes

de

Malaca , ne

cam-

se s e n t e i n v i t é à f i x e r


(44) son séjour

d a n s u n l i e u si p l e i n d ' a g r é m e n s

,

d o n t l a n a t u r e s e u l e a fait t o u s l e s f r a i s . L e s isles Malaises

produisent beaucoup

bois de teinture , sur-tout le m ê m e q u e le bois

de

d u s a p a n , q u i est

de Brésil. O n

y

trouve

p l u s i e u r s m i n e s d ' o r q u e les h a b i t a n s d e M a l a c a et de S u m a t r a ques-unes ,

n o m m e n t Ophirs

sur-tout

celles

, et d o n t q u e l -

que

renferme

la

cote o r i e n t a l e de C é l e b e s et les isles a d j a c e n t e s , sont plus riches que toutes du Brésil.

celles d u P é r o u

et

On y c o n n o î t des mines de cuivre

naturellement mêlées n o m m e n t Tombage

d'or ,

que

les

habitans

; des mines t r è s - a b o n d a n t e s

d e c a l i n o u d ' é t a i n fin d a n s l e s i s l e s d e S u m a t r a et de

B a n e a ; enfin

une

mine

de

diamans

Succadana

d a n s le s u d - e s t d e B o r n é o . C e s

possèdent

exclusivement

le r o t i n ,

le

à

isles sagou

o u p a l m i e r à p a i n , le c a m p h r e e t l e s a r o m a t e s p r é c i e u x , q u e n o u s c o n n o i s s o n s s o u s le

nom

d ' é p i c e r i e s fines. La

mer

d ' a c c o r d a v e c la t e r r e l e u r

fournit

l a p ê c h e la p l u s a b o n d a n t e ; e t d e p l u s , l ' a m b r e g r i s , l e s p e r l z s e t l e s n i d s d ' o i s e a u x si r e c h e r c h e s en C h i n e , formes fray

d e p o i s s o n et

dans

les

l'écume de

rochers avec mer ,

par

le de

petites hirondelles de m e r , n o u r r i t u r e

pleine

de

long

substance que

le C h i n o i s o n t p a y é


(45) tems

au

poids

de l ' o r , et qu'ils

encore actuellement à u n prix Au

milieu

achetent

excessif.

d e t o u s ces d o n s

d e la n a t u r e ,

le M a l a i s est m i s é r a b l e . L a c u l t u r e

des

terres

a b a n d o n n e e s aux esclaves, est u n art méprisé.

C e s cultivateurs malheureux , s a n s cesse a r r a chés aux travaux

champêtres p a r des maîtres

i n q u i e t s , q u i a i m e n t m i e u x les e m p l o y e r guerre

et aux

rarement

le

expéditions

tems

et

jamais

le

courage

d o n n e r à leur terre de bons labours. reste presque tout

en

p a s p r o d u i r e le riz ,

a la

maritimes ,

ont de

Le pays

friche ; o n n e l u i lait o u les grains

nécessaires

à l a s u b s i s t a n c e d e ses h a b i t a n s . Le

Sagou.

L'arbre de Sagou supplée en partie au défaut de graines. C e t arbre

admiral

est u n p r é s e n t

de la n a t u r e , b i e n fait p o u r d e s h o m m e s incap a b l e s de t r a v a i l . Il n e d e m a n d e a u c u n e c u l ture ; c'est u n p a l m i e r q u i c r o î t d a n s les f o r ê t s à la h a u t e u r cinq à trente

naturellement

d environ

vingt-

p i e d s . Il d e v i e n t q u e l q u e f o i s

si

g r o s , q u ' u n h o m m e a d e le p e i n e a l ' e m b r a s s e r . Il se m u l t i p l i e l u i - m ê m e p a r ses g r a i n e s e t s e s rejettons. S o n écorce

ligueuse

a environ

un


( 46 ) pouce

d ' é p a i s s e u r , et c o u v r e

une

multitude

d e fibres a l l o n g é e s q u i , s ' e n t r e l a ç a n t d a n s les a u t r e s ,

enveloppent

farine g o m m e u s e . D è s q u e cet

les u n e s

une

masse

arbre

est

de mûr

e t p r ê t à d o n n e r sa s u b s t a n c e , i l l ' a n n o n c e e n se

c o u v r a n t à l ' e x t r é m i t é d e ses p a l m e s d ' u n e

poussière blanche , qui

transpire

au

travers

d e s p o r e s d e la f e u i l l e . A l o r s le M a l a i s

l'abat

p a r le p i e d , et le c o u p e e n p l u s i e u r s t r o n ç o n s q u ' i l f e n d p a r q u a r t i e r s . Il e n t i r e l a m a s s e d e farine q u i y est r e n f e r m é e aux

fibres

d a n s l'eau c o m m u n e travers d'une séparer

et q u i est a d h é r e n t e

qui l'enveloppent. ,

qu'il

chausse de

t o u t e s les

fibres.

Il d é l a i e l e t o u t passe

toile

e n s u i t e au

fine

Lorsque

pour cette

à p e r d u u n e partie de s o n h u m i d i t é

p a r l'éva-

p o r a t i o n , le M a l a i s l a

jette dans des

de t e r r e de

f o r m e s , et

différentes

s é c h e r et d u r c i r .

en pâte

l'y

moules laisse

C e t t e pâte e s t u n e n o u r r i t u r e

s a i n e . E l l e se c o n s e r v e a i n s i p e n d a n t p l u s i e u r s annees. Pour

manger

le s a g o u , l e s I n d i e n s se c o n -

t e n t e n t de le d é l a y e r d a n s l'eau ;

quelquefois

i l s l e f o n t c u i r e . Ils o n t l ' a r t d e s é p a r e r la f l e u r d e c e t t e f a r i n e e t d e la r é d u i r e e n p e t i t s g r a i n s , de

l a f o r m e à - p e u - p r è s d e s g r a i n s de r i z .

Ce

s a g o u a i n s i p r é p a r é , est p r é f é r é à l ' a u t r e p o u r


(47) les v i e i l l a r d s et p o u r les infirmes ; excellent remède p o u r

il e s t

un

les p o i t r i n a i r e s . L o r s -

q u ' i l est c u i t d a n s l ' e a u p u r e o u d a n s le b o u i l l o n , I l se r é d u i t e n u n e

gelée

blanche

très-

agréable au g o û t . Quoique

le

palmier

Sagoufère

se

trouve

n a t u r e l l e m e n t d a n s les forêts , n é a n m o i n s les chefs

Malais en font des

rables , et

c'est-là

ressources pour

se

plantations

une de

leurs

considé-

principales

nourrir.

Ils a u r o i e n t de q u o i f o r m e r

les p l u s

beaux

v e r g e r s d u m o n d e , s ' i l s se d o n n o i e n t l a p e i n e d e r a s s e m b l e r d e s p l a n t e s d e t o u s l e s excellens f r u i t s q u e la n a t u r e l e u r a d o n n é s . O n

trouve

l e u r s a r b r e s f r u i t i e r s p l a n t é s çà e t là a u t o u r d e leurs maisons ,

et d i s p e r s é s d a n s l e u r s terres ,

s a n s o r d r e et sans s y m m é t r i e . L e s h a b i t a n s d e la g r a n d e isle d e J a v a

sont

u n p e u p l u s a g r i c u l t e u r s q u e les a u t r e s M a l a i s , depuis qu'ils sont soumis aux H o l l a n d o i s . Ces n é g o r i a n s S o u v e r a i n s o n t profité des désordres o c c a s i o n n é s p a r leurs loix féodales , p o u r les m e t t r e t o u s s o u s le j o u g , en d é t r u i s a n t

avec

a r t la p u i s s a n c e

leurs

des rois , p a r celle de

vassaux ; puis celle des vassaux p a r des secours d o n n é s à p r o p o s aux rois à demi Aujourd'hui

les J a v a n o i s

terrassés.

commencent

à


(48) revenir de l'inquiétude que leur causoient leurs loix qu'ils

ont

p r e s q u e p e r d u e s . Ils c u l t i v e n t

a v e c s u c c e s l e riz , l e café , l ' i n d i g o e t la c a n n e à s u c r e . Ils é l è v e n t d a n s l a p a r t i e o r i e n t a l e d e l'Isle en

, et d a n s celle d e M a d u r et d e S o l o r q u i sont voisines , des

troupeaux

d'une grosseur monstrueuse

de

, dont

buffles

la v i a n d e

est t r è s - b o n n e , et q u i s o n t d ' u n g r a n d service pour

le

labourage.

Ils y

élèvent

aussi

des

t r o u p e a u x n o m b r e u x d e b œ u f s , d e la p l u s b e l l e et d e la p l u s g r a n d e e s p è c e q u e j ' a i e le m o n d e .

Le

celte partie de gramen dont

pâturage

le p l u s

vu dans

commun

de

ces isles M a l a i s e s , est le m ê m e j'ai parlé à

l'article de l'Isle de

F r a n c e , e t d o n t n o s c o l o n s p r o f i t e n t si p e u . C e s e r o i t ici le lieu d e

vous d o n n e r ,

sieurs , les p r o c é d é s d e la c u l t u r e ries , d e l ' i n d i g o , la récolte

du

Mes-

des

épice-

d e la c a n n e à sucre et

camphre

; mais

cette

de

matière

s e r a le s u j e t d ' u n a u t r e d i s c o u r s . J'aurois

souhaité pouvoir comprendre

ce m é m o i r e des terres en

mes

observations

sur la

dans

culture

C h i n e , v o u s eussiez été en état

de c o m p a r e r nation à nation. A p r è s avoir vu l'agriculture m é p r i s é e , avilie chez barbares , o p p r i m é e ,

les p e u p l e s

chargée d'entraves

par

leurs loix a l a m b i q u é e s , vraies p r o d u c t i o n s du


(49) délire et

absolument

contraires

à là raison ,

v o u s eussiez v u ce m ê m e a r t , cet a r t

divin ,

p u i s q u ' i l fut s e u l e n s e i g n é à l ' h o m m e p a r l ' a u teur de

son être ,

soutenu , protégé

par des

loix s i m p l e s q u i s o n t celles de la n a t u r e ,

dic-

tées p a r elle a u x p r e m i e r s h o m m e s et c o n s e r vées d e g é n é r a t i o n e n g é n é r a t i o n , d e p u i s

l'ori-

gine d u m o n d e p a r u n p e u p l e sage, p a r la p l u s g r a n d e n a t i o n a g r i c o l e q u ' i l y ait sur la t e r r e . Ce tableau

de

comparaison

voir , d'une p a r t , de

toute espèce

de l'agriculture ; honoré , l'être ,

la

misère

vous eût

qui accompagnent de

protégé ,

l'autre , préféré ,

fait

et les m a l h e u r s ce

l'abandon

que

comme

cet

art

il d o i t

p e u t p o u r le b o n h e u r d e l ' h u m a n i t é .

D


DES

SUITE

OBSERVATIONS

SUR L'ÉTAT DE

L'AGRICULTURE

Chez différentes

nations

de

et de l'Asie.

E2

l'Afrique


SUITE

DES OBSERVATIONS

SUR L'ÉTAT DE L'AGRICULTURE Chez

différentes nations et de

J'AI

rendu

compte

l'état de l'agriculture , ples

de

l'Afrique

l'Asie.

de mes recherches sur chez les différons

peu-

d e l ' A f r i q u e et d e l ' A s i e . J'ai fait r e m a r -

q u e r q u ' e l l e é t o i t p r e s q u e n u l l e c h e z les n è g r e s stupides et indolens ,

qui habitent

occidentales de l'Afrique ; qu'elle sante à l'ombre

les côtes étoit

floris-

d e la l i b e r t é , chez les H o l l a n -

dois au C a pde Bonne-Espérance , et

accom-

p a g n é e de l'abondance la plus heureuse dans le sol fertile d e l'isle d e M a d a g a s c a r , h a b i t é e p a r un peuple

mœurs

simple ,

simples ,

q u i est g o u v e r n é p a r ses

et qui ne connoît

loix q u e celles d e la n a t u r e .

E. 3

d'autres


(54) l'ai terres

rendu

justice

à la b o n n e

culture

d e n o t r e isle d e B o u r b o n ,

en

des

faisant

r e m a r q u e r q u e c e t t e isle n ' a a u c u n p o r t ; q u e ses h a b i t a n s , a y a n t commerce avec

p a r cette raison

des m œ u r s s i m p l e s

bien

culture.

en

J'ai

peu

avoué

favorables à même-tems

l'agri-

que

cet

a r t - q u i d e m a n d e d e la c o n s t a n c e e t d e l a plicite ,

étoit par

sim-

fort n é g l i g é d a n s n o t r e isle d e

France , qui a d e u x quentés

de

les E u r o p é e n s , o n t c o n s e r v é

nos

excellens ports

vaisseaux.

très-fré-

L'administration

v a r i a b l e et les m œ u r s

inquiètes de l ' E u r o p e

y ont par conséquent

plus d'influence,

qu'elle

renferme

des terres

,

quoi-

aussi fertiles

que

c e l l e s d e s isles d e B o u r b o n et d e M a d a g a s c a r ; néanmoins

les récoltes y m a n q u e n t

elle est p r e s q u e

t o u j o u r s d a n s la

souvent, disette.

J ' a i p a s s é e n s u i t e a u x g r a n d e s I n d e s , où fait v o i r barbares

l'agriculture

opprimée

des. conquérans

par

Mogols ,

j'ai

loix

les

mais

tou-

j o u r s h o n o r é e , t o u j o u r s c o n t e n u e p a r la r e l i gion ,

par

Malabare A

les

m œ u r s , par

la

S i a m , d a n s le c l i m a t le

d a n s le

constance

du

conquis.

sol le p l u s

fertile

t e r r e , v o u s la v î t e s a v i l i e

plus qu'il

par

heureux , y ait sur

la

les i n d i g n i t é s

d ' u n g o u v e r n e m e n t d e s p o t i q u e , et a b a n d o n n é e


(55) par un

peuple d'esclaves que rien

ne peut in-

t é r e s s e r a p r è s l a p e r t e d e sa l i b e r t é ; j e v o u s l e r e p r é s e n t a i d a n s le même; é t a t c h e z l e s M a l a i s , qui

habitent

un

pays

immense

i n n o m b r a b l e s d a n s l e s q u e l l e s la

,

des

isles

nature a ren-

f e r m é ses t r é s o r s les p l u s p r é c i e u x , e t o ù e l l e r é p a n d ses d o n s a v e c u n e p r o f u s i o n q u ' o n n e voit p o i n t a i l l e u r s . Le génie d e s t r u c t e u r des lois féodales ,

q u i a g i t e s a n s c e s s e ce p e u p l e

lui p e r m e t p a s d e s ' a p p l i q u e r meilleures ture

fait

,

à la c u l t u r e

ne des

terres q u ' i l y ait au m o n d e . La n a presque

seule

t o u s les frais

de

sa

nourriture. Il y a l i e u d e c r o i r e q u e si l e s a u t r e s p e u p l e s de l a t e r r e , q u i o n t l e m a l h e u r d ' ê t r e g o u v e r nés p a r l e s l o i x f é o d a l e s , h a b i t o i e n t u n c l i m a t si h e u r e u x que

, d e s t e r r e s n a t u r e l l e m e n t si f e r t i l e s

celles q u e p o s s è d e n t ces M a l a i s , l e u r a g r i -

culture seroit également nulle.

Le seul b e s o i n

de v i v r e p e u t l e u r mettre l a c h a r r u e à l a m a i n . J'ai d o n n é e n d é t a i l l e s p r o c é d é s l e s p l u s i n t é ressans des

différentes

observées;

mais m o n objet

faire

remarquer , d'après

les d i f f é r e n s tous

cultures locales q u e j'ai

peuples

que

principal

a été de

des r e c h e r c h e s

chez

j ' a i vus , q u e

dans

les p a y s d u m o n d e , l'état de l ' a g r i c u l t u r e

dépend

uniquement

des loix qui y sont

éta-


(56) b l i e s , e t p a r c o n s é q u e n t des m œ u r s et des pré jugés

que donnent

observations avancé.

aidera

ces à

l o i x . La s u i t e de mes confirmer

c e que J'ai


(57) PUISSANCE DE Origine

L'AGRICULTURE.

du royaume

de

Ponthiamas.

E n q u i t t a n t les isles et les terres d e s M a l a i s , on

trouve

Cancar le

au n o r d un p e t i t t e r r i t o i r e

, et

n o m de

nommé

c o n n u sur les caries m a r i n e s s o u s Ponthiamas.

Il e s t e n c l a v é d a n s l e

r o y a u m e d e S i a m , q u e le d e s p o t i s m e s a n s cesse , e n t r e c e l u i d e C a m b o y e ,

dépeuple dont

le

g o u v e r n e m e n t n ' a a u c u n e f o r m e s t a b l e , et e n t r e l e s t e r r e s d e l a d o m i n a t i o n des M a l a i s , d o n t l e g é n i e , s a n s cesse agité c a r l e u r s l o i x f é o d a l e s , ne

p e u t souffrir

la p a i x , n i a u d e d a n s , n i a u

dehors. Environné pays

étoit

de

t e l s v o i s i n s , ce

beau

i n c u l t e , et p r e s q u e sans h a b i t a n s ,

il y a environ cinquante

années.

Un négociant chinois , maître d'un vaisseau q u i servoit

à son commerce , fréquentoit

ces

c o t e s a v e c ce g é n i e r é f l é c h i , e t c e t t e i n t e l l i g e n c e q u i e s t n a t u r e l l e à sa n a t i o n . Il v i t a v e c d o u l e u r d e s t e r r e s i m m e n s e s c o n d a m n é e s a la s t é r i lité ,

quoiqu'elles

l e m e n t p l u s fertile

fussent

d'un

sol

naturel-

que celles qui faisoient

la

r i c h e s s e d e s o n p a y s : il f o r m a l e p r o j e t d e l e s faire valoir.

D a n s c e d e s s e i n , il s ' a s s u r a

d'un

c e r t a i n n o m b r e d e c u l t i v a t e u r s d e sa n a t i o n e t


(58) d e s n a t i o n s v o i s i n e s ; p u i s i l c o m m e n ç a p a r se m é n a g e r , avec a r t , la p r o t e c t i o n d e s p r i n c e s les p l u s p u i s s a n s d u v o i s i n a g e , q u i lui d o n n è r e n t u n e g a r d e à sa s o l d e . Dans

ses v o y a g e s

a u x isles P h i l i p p i n e s et à

B a t a v i a , i l a v o i t p r i s d e s E u r o p é e n s , ce q u ' i l s o n t de m e i l l e u r , suivant les C h i n o i s , dans la s c i e n c e p o l i t i q u e , l ' a r t d e se f o r t i f i e r e t d e s e d é f e n d r e . Bientôt les profits de son le

mirent

en état d'élever des

commerce

remparts ,

de

c r e u s e r d e s f o s s é s , e t d e se p o u r v o i r d ' a r t i l l e r i e . Ces p r e m i è r e s p r é c a u t i o n s le m i r e n t à c o u v e r t d ' u n c o u p de m a i n , et le g a r a n t i r e n t des e n t r e prises des peuples b a r b a r e s qui l ' e n v i r o n n o i e n t . I l d i s t r i b u a l e s t e r r e s à ses c u l t i v a t e u r s e u p u r d o n , s a n s a u c u n e r e s e r v e d e ses d r o i t s , c o n n u s s o u s le n o m d e s e r v i c e s , l o d s et v e n t e s ; d r o i t s q u i n e l a i s s a n t a u c u n e p r o p r i é t é , s o n t le fléau le p l u s t e r r i b l e d e l ' a g r i c u l t u r e , et d o n t l ' i d é e n ' e s t j a m a i s t o m b é e s o u s le sens c o m m u n

des

p e u p l e s s a g e s . Il a j o u t a à ce p r e m i e r b i e n f a i t , celui d e p r o c u r e r à ses c o l o n s , t o u s les i n s t r u mens

p o u r faire v a l o i r les t e r r e s .

Dans

son

laboureurs

projet

de f o r m e r un

peuple

de

e t d e n é g o c i a n s , il c r u t n e d e v o i r

p r o p o s e r q u e les l o i x q u e la n a t u r e a d o n n é e s a u x h o m m e s d e t o u s les c l i m a t s ; il sut les faire


(59) respecter

en

leur

obéissant

le

premier ,

en

d o n n a n t l ' e x e m p l e d e la s i m p l i c i t é , d u t r a v a i l , d e la f r u g a l i t é , d e la b o n n e foi et d e

l'huma-

n i t é -, il n ' é t a b l i t d o n c a u c u n e s l o i x , i l fit p l u s , il établit des m œ u r s . Son

territoire

hommes

devint

laborieux qui

le

pays

de

tous

v o u l u r e n t s'y

les

établir.

S o n p o r t fut o u v e r t à t o u t e s les n a t i o n s ; b i e n t ô t les f o r ê t s f u r e n t a b b a t u e s avec i n t e l l i g e n c e , les t e r r e s f u r e n t o u v e r t e s et e n s e m e n c é e s d e riz ; des

canaux

tirés des rivières i n o n d è r e n t

les

c h a m p s , et des m o i s s o n s a b o n d a n t e s f o u r n i r e n t d'abord

aux

subsistance ,

cultivateurs la puis

l'objet

matière d'un

de

leur

commerce

immense. Les p e u p l e s b a r b a r e s du v o i s i n a g e , d e la p r o m p t i t u d e

avec

laquelle

avoit succédé à la stérilité , v i n r e n t l e u r n o u r r i t u r e d a n s les m a g a s i n s

étonnés

l'abondance de

chercher Ponthiamas.

C e p e t i t t e r r i t o i r e est r e g a r d é c o m m e le g r e n i e r le p l u s a b o n d a n t de l'Asie. même,

cette p a r t i e orientale d e

L e s M a l a i s , les C o c h i n c h i n o i s , S i a m ce p a y s n a t u r e l l e m e n t si f e r t i l e ,

g a r d e n t ce p o r t c o m m e contre

les

une

re-

ressource assurée

disettes.

L e s p r o c é d é s d e la c u l t u r e d u riz , q u i est la principale

du

pays , sont

les

mêmes

qu'en


(60) Cochinchine. J'en

parlerai

ci - a p r è s ;

mon

o b j e t e s t d e f a i r e r e m a r q u e r q u e ce n ' e s t p a s à une méthode

particulière

d e c u l t i v e r la t e r r e ,

q u e l e s h e u r e u x h a b i t a n t d e Ponthiamas l'abondance

dont

ils j o u i s s e n t ,

doivent

mais

à leurs

l o i x et à l e u r s m œ u r s . Si l e n é g o c i a n t C h i n o i s , f o n d a t e u r d e c e t t e société

de laboureurs

négocians ,

imitant

le

vulgaire des souverains de l'Asie , avoit établi des impôts

a r b i t r a i r e s ; si p a r

une

invention

f é o d a l e d o n t il a v o i t l ' e x e m p l e c h e z s e s v o i s i n s , il a v o i t v o u l u g a r d e r p o u r u n s e u l l a p r o p r i é t é des

t e r r e s , e n f e i g n a n t d e l e s c é d e r aux c u l t i -

v a t e u r s ; si d a n s u n p a l a i s il a v o i t é t a b l i le l u x e à l a p l a c e d e la s i m p l i c i t é q u ' i l fit r é g n e r

dans

sa m a i s o n ; s'il a v o i t m i s sa g r a n d e u r à a v o i r u n e c o u r b r i l l a n t e , à se v o i r e n v i r o n n é d ' u n e f o u l e d e s e r v i t e u r s i n u t i l e s , e n donnant la p r é f é r e n c e aux

talens

hommes

agréables;

s'il

avoit

m é p r i s é ces

l a b o r i e u x q u i o u v r e n t la t e r r e ,

l'ar-

r o s e n t d e l e u r sueur , et n o u r r i s s e n t leurs frères ; s'il a v o i t t r a i t é s e s a s s o c i é s c o m m e d e s e s c l a v e s ; s'il a v o i t r e ç u d a n s s o n p o r t l e s é t r a n g e r s , a u t r e m e n t q u e c o m m e ses a m i s ; les t e r r e s d e s o n territoire seroient encore plées

, ou

ses

en friche

malheureux

et

dépeu-

habitans

mour-

roient de faim , malgré toutes leurs

connois-


(61) sances s u r l ' a g r i c u l t u r e , et avec les i n s t r u m e n s les p l u s m e r v e i l l e u x , soit p o u r o u v r i r la terre , s o i t p o u r l ' e n s e m e n c e r . M a i s le s a g e K i a n g - t s e , c'est le n o m

du n é g o c i a n t C h i n o i s , d o n t je

parle , persuadé qu'il seroit toujours très-riche, si ses c u l t i v a t e u r s l ' é t o i e n t , n ' é t a b l i t droit

médiocre

t r o i e n t d a n s s o n p o r t ; le r e v e n u d e ses lui

p a r u t suffire

bonne-foi

qu'un

s u r les m a r c h a n d i s e s q u i e n terres

p o u r le r e n d r e p u i s s a n t . Sa

, sa m o d é r a t i o n , s o n h u m a n i t é le

f i r e n t r e s p e c t e r . Il n e p r é t e n d i t j a m a i s r é g n e r , mais

s e u l e m e n t é t a b l i r l ' e m p i r e d e la r a i s o n .

Son

fils , q u i o c c u p e a u j o u r d ' h u i sa p l a c e , a

h é r i t é d e ses v e r t u s , c o m m e d e ses b i e n s . I l e s t p a r v e n u p a r l ' a g r i c u l t u r e e t le c o m m e r c e d e s denrées que produit

son

territoire , à u n tel

d e g r é d e p u i s s a n c e , q u e l e s b a r b a r e s ses v o i s i n s l u i d o n n e n t t o u s le t i t r e d e r o i q u ' i l d é d a i g n e . Il n e p r é t e n d d e s d r o i t s d e la r o y a u t é q u e l e p l u s b e a u de t o u s , c e l u i d e f a i r e d u b i e n à t o u s les h o m m e s . T r è s - c o n t e n t d ' ê t r e le p r e m i e r l a b o u r e u r e t le p r e m i e r n é g o c i a n t d e s o n p a y s , il m é r i t e sans d o u t e , a i n s i q u e s o n p è r e , u n titre

plus

grand que celui

de r o i ,

celui

de

bienfaiteur de l ' h u m a n i t é . Q u ' i l m e s o i t p e r m i s d e le d i r e i c i e n p a s s a n t , q u e l l e différence

e n t r e d e t e l s h o m m e s et c e s

F


(62) c o n q u é r a n s c é l è b r e s q u i o n t é t o n n é , d é s o l é la terre , et q u i , a b u s a n t du d r o i t de c o n q u ê t e , o n t établi des loix , q u i ,

même

a p r è s q u e le

g e n r e h u m a i n a été d é l i v r é d ' e u x , p e r p é t u e n t e n c o r e les m a l h e u r s d u m o n d e p e n d a n t la s u i t e des siècles ! Camboye ,

Tsiampa.

E n s o r t a n t d e Ponthiamas, l e s t e r r e s d e Camboye

o n trouve au n o r d

e t d e Tsiampa.

Elles s o n t

n a t u r e l l e m e n t de la p l u s grande fertilité , s u r t o u t c e l l e s d e Camboye , q u i p a r o i s s e n t

avoir

été a n c i e n n e m e n t b i e n c u l t i v é e s ; m a i s le g o u v e r n e m e n t de ces d e u x petits é t a t s , n'a

aucune

f o r m e s t a b l e : les h a b i t a n s , t o u j o u r s o c c u p é s à détruire des tyrans , p o u r en recevoir d'autres , o n t a b a n d o n n é la c u l t u r e . L e u r s t e r r e s raient

pour-

ê t r e c o u v e r t e s d e riz et d e t r o u p e a u x ,

e t ils s o n t r é d u i t s à n e v i v r e q u e d e racines qu'ils arrachent au

travers

quelques

des

ronces

qui couvrent leurs c h a m p s . Les v o y a g e u r s t r o u v e n t avec é t o n n e m e n t , à q u e l q u e d i s t a n c e d e l a p e u p l a d e d e Camboye

,

les r u i n e s d ' u n e a n c i e n n e v i l l e b â t i e e n p i e r r e , d o n t l'architecture a q u e l q u e r a p p o r t avec celle de l ' E u r o p e . Les terres des e n v i r o n s p o r t e n t e n c o r e des traces de sillons q u i y furent o u v e r t s au-


(63) trefois. E n cet e n d r o i t , t o u t a n n o n c e q u e l'agric u l t u r e et les a u t r e s arts y o n t f l e u r i , m a i s ils s o n t d i s p a r u s a v e c la n a t i o n q u i les p o s s é d o i t . qui habite aujourd'hui

ce p a y s , n ' a

histoire , aucune tradition

même

Celle

aucune

qui

puisse

d o n n e r d e s é c l a i r c i s s e m e n s a ce s u j e t . Cochinchine. Les côté

C o c h i n c h i n o i s , v o i s i n s d e Camboye

du

d u n o r d , v o y a n t l e s t e r r e s d e ce r o y a u m e

a b a n d o n n é e s , se s o n t e m p a r é s , il y a q u e l q u e s a n n é e s , d e c e l l e s q u i é t o i e n t le p l u s à l e u r b i e n s é a n c e , et ils y o n t é t a b l i u n e b o n n e

culture.

L a p r o v i n c e e n t i è r e d e Donnay

usurpée

s u r l e Camboye, la

Cochinchine.

, ainsi

est a u j o u r d ' h u i le g r e n i e r d e Ce r o y a u m e , l'un

des

plus

c o n s i d é r a b l e s d e la p a r t i e o r i e n t a l e d e l ' A s i e , é t o i t , il y a t o u t a u p l u s c e n t - c i n q u a n t e a n s , habité par

une petite nation

vage , c o n n u e

b a r b a r e et s a u -

s o u s l e n o m d e Loï

, qui ,

v i v a n t q u e d e la p ê c h e , d e r a c i n e s e t d e

ne

fruits

n a t u r e l s d u p a y s , c u l t i v o i t p e u les t e r r e s . U n p r i n c e T o n q u i n o i s , m a l h e u r e u x dans la g u e r r e q u ' i l e u t à s o u t e n i r c o n t r e le r o i d e T o n q u i n , d o n t il é t o i t l e m a i r e d u p a l a i s , p a s s a , avec ses s o l d a t s et c e u x d e s o n p a r t i , la r i v i è r e F 2


(64) q u i s é p a r e ce r o y a u m e d e c e l u i d e l a C o c h i n c h i n e . Les s a u v a g e s q u i p o s s e d o i e n t ce p a y s , s'enfuirent

d e v a n t c e s . n o u v e a u x a r r i v e s , e t se

r e t i r è r e n t s u r l e s m o n t a g n e s d e Tsiampa.

quelques

Après

a n n é e s de guerre c o n t r e leurs anciens

e n n e m i s q u i les p o u r s u i v i r e n t , l e s T o n q u i n o i s , fugitifs

de

possesseurs

leur du

pairie

,

devinrent

pays, connu

paisibles

s o u s le n o m

de

C o c h i n c h i n e , q u i a deux cents lieues d ' é t e n d u e du n o r d au sud , sur u n e l a r g e u r m é d i o c r e et inégale d e l ' e s t a l ' o u e s t . A l o r s ils se l i v r è r e n t

entièrement à l ' a g r i c u l t u r e , ils commencèrent p a r c u l t i v e r le riz , q u i , é t a n t la. n o u r r i t u r e o r d i n a i r e d e s p e u p l e s de l ' A s i e , e s t u n e d e n r é e d e première

nécessité.

I l s se s é p a r è r e n t e n p e t i t e s

p e u p l a d e s q u i s ' é t a b l i r e n t d a n s les p l a i n e s , s u r les b o r d s des r i v i è r e s . B i e n t ô t la fertilité d u s o l , l o n g - t e m s i n c u l t e , r é c o m p e n s a leurs travaux p a r l ' a b o n d a n c e ; la p o p u l a t i o n augmenta en raison du p r o d u i t de la c u l t u r e , les p e u p l a d e s s ' é t e n d i r e n t nière que étant

de

t o u t e s l e s p l a i n e s d e ce v a s t e

en v a l e u r ,

les

Cochinchinois

mapays

ont

p r e s s é s d e s ' é t e n d r e s u r c e l l e s d e Camboye, étoient c o m m e a b a n d o n n é e s . J e n'ai p o i n t

été qui vu

d e p a y s o u l e s p r o g r è s d e la p o p u l a t i o n s o i e n t si s e n s i b l e s q u ' a l a C o c h i n c h i n e , ce q u ' o n p e u t


(65) a t t r i b u e r n o n - s e u l e m e n t au c l i m a t et A l ' a b o n dance

des terres ,

mais

encore

aux

moeurs

s i m p l e s d e l a n a t i o n , à la v i e s a g e e t l a b o r i e u s e d e s f e m m e s , a i n s i q u ' a la m u l t i t u d e d ' e x c e l l e n s p o i s s o n s , q u i , avec le riz , f o n t la

nourriture

ordinaire du peuple. Culture

de différentes

espèces de riz

Les Cochinchinois r i z : le petit

riz,

dont

en

Cochinchine.

c u l t i v e n t six e s p è c e s d e

le g r a i n est m e n u , a l l o n g é

e t t r a n s p a r e n t ; c ' e s t c e l u i q u i e s t le p l u s d é l i c a t , e t q u ' o n f a i t m a n g e r a u x m a l a d e s . Le

gros

riz long , e s t c e l u i d o n t l a f o r m e e s t r o n d e . riz rouge , a i n s i n o m m é

Le

p a r c e q u e le g r a i n e s t

e n v e l o p p é d ' u n e p e a u d e c o u l e u r r o u g e â t r e , si

adhérente , q u e l e s o p é r a t i o n s o r d i n a i r e s n e

peuvent

l'en d é t a c h e r . Ces trois sortes

de

grains

s o n t c e u x d o n t l e p e u p l e se n o u r r i t , e t q u i f o n t l'abondance.

Ils

demandent

de

l'eau , et

t e r r e s q u i les p o r t e n t , d o i v e n t ê t r e

les

inondées.

Enfin , ils c u l t i v e n t d e u x a u t r e s s o r t e s d e riz sec , c ' e s t - à - d i r e , q u i c r o i s s e n t d a n s l e s t e r r e s s è c h e s , et qui ne d e m a n d e n t , froment,

d'autre eau , que

comme

notre

celle de la p l u i e .

L ' u n e d e c e s e s p è c e s a le g r a i n b l a n c c o m m e l a n e i g e ; l o r s q u ' i l est c u i t , il est t r è s - v i s q u e u x : F3


(

66

)

o n l ' e m p l o i e à faire différentes p â t e s , telles q u e l e v e r m i c e l l e . Ils s o n t l ' u n e t l ' a u t r e u n o b j e t de c o m m e r c e cultive

grand,

p o u r la C h i n e ; o n n e l e s

q u e s u r les m o n t a g n e s et les c ô t e a u x ,

a p r è s a v o i r d o n n é à la terre u n e f a ç o n avec la bêche.

On

le s è m e

à la v é r i t é c o m m e

nous

s e m o n s n o t r e f r o m e n t , v e r s la fin d e d é c e m b r e , ou

d a n s les p r e m i e r s j o u r s d e j a n v i e r ,

auquel

finit

tout-à-fait

tems

la s a i s o n d e s p l u i e s ; il n ' e s t p a s t r o i s m o i s e n t e r r e , et il

rapporte

beaucoup. Je suis f o n d é

à c r o i r e q u e la c u l t u r e d e ce

g r a i n p r é c i e u x , r é u s s i r o i t e n F r a n c e , s'il n o u s étoit apporté.

E n 1749

1750, je

et

traversai

p l u s i e u r s f o i s les m o n t a g n e s d e la C o c h i n c h i n e , o ù c e riz se c u l t i v e ; e l l e s s o n t t r è s - é l e v é e s , e t la t e m p é r a t u r e d e l'air y est f r o i d e . J ' y v a i , au m o i s de, j a n v i e r 1750

obser-

, q u e le riz é t o i t

t r è s - v e r d , et a v o i t p l u s de t r o i s p o u c e s de h a u t e u r , q u o i q u e la l i q u e u r M.

umur

ne

du

fût s u r l e

thermomètre de lieu , qu'à

quatre

d e g r é s a u - d e s s u s d u p o i n t d e la c o n g é l l a t i o n . J'emportai

à notre

isle

de France q u e l q u e s

q u i n t a u x d e ce g r a i n , q u i fut s e m é a v e c s u c c è s , e t r a p p o r t a p l u s q u e n ' a u r o i t fait a u c u n e e s p è c e du p a y s . Les c o l o n s r e ç u r e n t m o n p r é s e n t avec d a u t a n t p l u s d ' e m p r e s s e m e n t , q u e ce r i z , q u i


(67) est p l u s f é c o n d besoin

et de m e i l l e u r

goût,

n'a pas

d ' i n o n d a t i o n , e t q u ' é t a n t s u r la t e r r e

q u i n z e o u v i n g t j o u r s d e m o i n s q u e les a u t r e s , il p e u t ê t r e c u e i l l i e t f e r m é a v a n t l a s a i s o n d e s o u r a g a n s q u i e m p o r t e n t t r è s - s o u v e n t les m o i s sons des autres espèces de riz. Ceux-ci s o n t plus tardifs ; ils le p e u

demanderoient

d'intelligence

des inondations que

des cultivateurs

p e r m i s j u s q u ' à ce j o u r d e l e u r

n'a pas

donner.

Il y a v o i t l i e u d ' e s p é r e r q u e l ' a v a n t a g e a t t a c h é à l a c u l t u r e d u r i z sec , e n g a g e r o i t l e s c o lons

a le

cultiver

l'Isle-de-France

précieusement,

il a u r o i t

pu

et

que de

facilement

nous

ê t r e a p p o r t é p a r la s u i t e ; m a i s j ' a i t e n t é e n v a i n d'en

t i r e r de cette isle ; les c o l o n s à q u i je

suis adressé , n ' o n t pu

m'envoyer

me

q u e d u riz

c o m m u n , q u i d e m a n d e d e l'eau et d e la c h a leur.

L a c u l t u r e d u riz sec a é t é a b a n d o n n é e

,

c o m m e les a u t r e s , à la m a l - a d r e s s e d e s e s c l a v e s , q u i o n t m ê l é t o u t e s les e s p è c e s d e riz , d e s o r t e q u e celui de C o c h i n c h i n e . étant m û r b e a u c o u p plutôt

que les autres , son

grain

est

tombé

a v a n t la m o i s s o n , e t p e u - à - p e u l ' e s p è c e s ' e n e s t perdre

d a n s l ' i s l e . A u j o u r d ' h u i , il f a u t r e t o u r -

ner à la s o u r c e p o u r q u e ses

affaires

et q u i

enverroit

en avoir. U n v o y a g e u r

,

c o n d u i r o i e n t en C o c h i n c h i n e , directement

quelques

livres


(68) s e u l e m e n t de ce g r a i n p r é c i e u x , p o u r e n faire des essais d a n s n e m e n t notre

n o s terres , mériteroit

certai-

reconnoissance.

L e s C o c h i n c h i n o i s c u l t i v e n t le riz o r d i n a i r e , à - p e u - p r è s de la m ê m e m a n i è r e que les M a l a b a r e s de la cote d e C o r o m a n d e l . A p r è s a v o i r d o n n é avec la c h a r r u e d e u x façons à leurs t e r r e s , ils s è m e n t le riz d a n s u n p e t i t c h a m p

particu-

l i e r , b i e n t r a v a i l l é à la b ê c h e ; ils c o u v r e n t d e q u e l q u e s lignes d ' e a u la s u p e r f i c i e d e ce c h a m p , et d è s q u e le riz a c i n q à six p o u c e s d e h a u t e u r , i l s p a s s e n t la h e r s e s u r l e u r s g r a n d e s t e r r e s , p u i s ils les i n o n d e n t ; a l o r s ils a r r a c h e n t

leur

riz q u i est e n p é p i n i è r e , et les t r a n s p l a n t e n t dans

de

grandes

terres p a r petits paquets

de

q u a t r e à c i n q b r i n s , et à six p o u c e s d e d i s t a n c e les u n s

des autres. Ce sont o r d i n a i r e m e n t les

f e m m e s et les e n f a n s q u i f o n t cette o p é r a t i o n . Leur charrue avec la

ressemble

différence

à notre souchée

,

que le soc en est p l u s l o n g

e t p l u s l a r g e . Ils n ' e m p l o i e n t q u e d e s b u l l e s à leur

labour.

très-grande

Ces a n i m a u x , d o n t en

l'espèce est

Cochinchine , sont plus

forts

q u e l e s b œ u f s d a n s l e s p a y s c h a u d s , e t i l s se t i r e n t mieux d e s b o u e s .

O n les attele e x a c t e -

m e n t c o m m e des c h e v a u x . Les Cochinchinois

n'ont

aucune

machine


(69) p o u r i n o n d e r l e u r s c h a m p s , mais ils n ' e n

ont

pas besoin ; leurs plaines sont d o m i n é e s , d'un b o u t du r o y a u m e à l'autre , par une chaîne de hautes

montagnes

remplies de sources

ruisseaux qui viennent naturellement

et d e

inonder

les t e r r e s , s u i v a n t q u e l e u r c o u r s est d i r i g é . Ils c u l t i v e n t e n c o r e p l u s i e u r s s o r t e s d e g r a i n s , tels

q u e le m a ï s ,

des

millets

de

différentes

sortes , plusieurs espèces de p h a s é o l e s , des patates,

des i n h a m s ,

et diverses racines t o u t e s

p r o p r e s a la n o u r r i t u r e d e l ' h o m m e et d e s a n i m a u x . Mais la c u l t u r e la p l u s i m p o r t a n t e p o u r e u x a p r è s c e l l e d u r i z , e s t l a c u l t u r e d e la c a n n e a s u c r e . Il n ' e s t a u c u n p a y s e n A s i e si a b o n d a n t e n cette d e n r é e , q u e le r o y a u m e de

Cochin-

chine. Cannes

à

sucre

O n y cultive d e u x sortes de cannes ; l'une q u i c r o î t très - grosse et très - h a u t e , q u i a les nœuds

fort s é p a r é s les u n s des a u t r e s , d ' u n e

c o u l e u r t o u j o u r s verte , d ' u n suc t r è s - a b o n d a n t , mais

peu

chargé

c a n n e est e m p l o y é e

de

sel.

Cette

espèce

de

à n o u r r i r et à e n g r a i s s e r

les bestiaux. Je

r e m a r q u e r a i ici q u ' i l est d ' e x p é r i e n c e

en


( 7 0 ) C o c h i n c h i n e , que de toutes les denrées c o m e s t i b l e s , il n ' e n e s t a u c u n e q u i e n g r a i s s e m i e u x et p l u s p r o m p t e m e n t les h o m m e s et les a n i m a u x , q u e la c a n n e m a n g é e en verd et le suc q u ' o n en t i r e . L'autre

espèce est p l u s m i n c e , plus petite ,

a les n œ u d s p l u s s e r r é s . L o r s q u ' e l l e m û r i t , elle prend

u n e couleur j a u n e . Elle contient

moins

d ' e a u et p l u s d e s e l . Lorsque

les C o c h i n c h i n o i s v e u l e n t

cultiver

la c a n n e à sucre , ils c o m m e n c e n t p a r

remuer

la t e r r e à d e u x p i e d s de p r o f o n d e u r . C e t t e o p é r a t i o n se fait a v e c la p l a n c h e , p u i s i l s p l a n t e n t trois à trois des b o u t u r e s de c a n n e d a n s u n sens c o u c h é , à p e u - p r è s c o m m e o n p l a n t e la v i g n e d a n s plusieurs de n o s p r o v i n c e s . Ces b o u t u r e s sont

enfoncées

à environ dix-huit pouces

en

terre , plantées en échiquiers , à six pieds env i r o n de distance les uns des autres. O n

choi-

s i t , p o u r c e t t e o p é r a t i o n l a fin d e la s a i s o n d e s p l u i e s , afin q u e l a b o u t u r e s o i t a r r o s é e , j u s q u ' à ce q u ' e l l e a i t p o u s s é d e s r a c i n e s .

Pendant

l e s s i x p r e m i e r s m o i s , o n l e u r fait d e u x f a ç o n s à la p i o c h e p o u r s e r f o u i r l e s h e r b e s , e t r é c e p e r le p i e d d e s c a n n e s , e n y a c c u m u l a n t la t e r r e des

environs.

D o u z e , et q u e l q u e f o i s q u a t o r z e m o i s

après


(71)

l a p l a n t a t i o n , o n fait l a p r e m i è r e r é c o l t e . L e s c a n n e s q u i a v o i e n t été p l a n t é e s à six p i e d s d e distance,

ont

tellement

tallé , q u ' o n n e p e u t

p l u s e n t r e r d a n s l e c h a m p q u e l e fer à l a m a i n p o u r s'ouvrir un passage. L a c a n n e c o u p é e e t l i é e e n f a g o t s , se t r a n s p o r t e a u m o u l i n p o u r e n e x p r i m e r le s u c .

Je

n e d é c r i r a i p o i n t i c i la f o r m e d e c e s m a c h i n e s q u i r e s s e m b l e n t b e a u c o u p à c e l l e s de nos c o l o nies de l ' A m é r i q u e , d'eau,

on

dans lesquels , au défaut

e m p l o i e des bœufs ou des m u l e t s ,

p o u r m e t t r e en m o u v e m e n t les d e u x c y l i n d r e s , e n t r e l e s q u e l s o n fait p a s s e r les c a n n e s à s u c r e . Ces

artifices

ont

été décrits

par

plusieurs

voyageurs. L e suc de la c a n n e é t a n t e x p r i m é , le C o c h i n c h i n o i s le fait b o u i l l i r q u e l q u e s h e u r e s d a n s d e grandes

chaudières , pour

faire

évaporer

au

m o i n s u n e p a r t i e d e s o n e a u ; p u i s il le t r a n s p o r t e a u m a r c h é le p l u s v o i s i n p o u r le v e n d r e e n cet état. Ici du

finissent

l ' i n d u s t r i e e t 1er. p r o f i t s

cultivateur Cochinchinois . Des

achètent

ce

suc , q u i

ressemble

marchands

encore

à

de

l ' e a u p u r e ; ils l e f o n t c u i r e d e n o u v e a u , e t j e t t a n t d a n s les c h a u d i è r e s q u e l q u e s m a t i è r e s

al-

k a l i n e s , telles que la c e n d r e des feuilles de m u s a o u b a n a n i e r e t d e l a c h a u x de. c o q u i l l a g e s ,


(72) ( les

Cochinchinois

n'en

connoissent

point

d ' a u t r e s ; ) ces i n g r é d i e n s o c c a s i o n n e n t d a n s les c h a u d i è r e s u n e é c u m e c o n s i d é r a b l e q u e le r a f i n e u r a soin d'enlever. L ' a c t i o n des alkalis hâte la s é p a r a t i o n d u sel d ' a v e c l'eau ; e n f i n à force d ' é b u l l i t i o n , ils r é d u i s e n t l e s u c d e la c a n n e e n consistance mence

de

sirop.

D è s q u e ce s i r o p

à p e r l e r , o n le d é c a n t e d a n s u n

v a i s s e a u d e t e r r e , o ù o n l e l a i s s e se environ roître

rafraîchir

u n e h e u r e . B i e n t ô t l e s i r o p laisse, p a -

à sa s u p e r f i c i e u n e c r o û t e e n c o r e

et de couleur un

comgrand

molle

j a u n â t r e ; alors o n ne p e r d

pas

m o m e n t p o u r la v u i d e r d a n s u n vase

co-

nique , qu'on

nomme

forme.

Sans

l'opération

i n t e r m é d i a i r e d u r a f r a î c h i s s o i r , le s i r o p se d u r r i r o i t en m a s s e , et n ' é t a n t p a s g r a i n e ,

manque-

roit d ' u n e qualité essentielle au sucre. Les formes de sucreries cochinchinoises sont, c o m m e celles de n o s c o l o n i e s A m é r i c a i n e s , de t e r r e c u i t e , d e la h a u t e u r d ' e n v i r o n t r o i s p i e d s , p e r c é e s à l e u r e x t r é m i t é a i g u ë , et c o n t i e n n e n t ordinairement

q u a r a n t e à cinquante livres d e

s u c r e . C e s f o r m e s r e m p l i e s se p l a c e n t s u r d e s vases de terre , d o n t tionnée

pour pouvoir

l ' o u v e r t u r e est

propor-

y i n t r o d u i r e la p o i n t e

d e la f o r m e ; ils d o i v e n t ê t r e assez g r a n d s p o u r c o n t e n i r le s i r o p g r o s s i e r q u i d é c o u l e d u s u c r e au


(73) au

travers

de

quelques

brins de paille ,

bouchent imparfaitement

la p e t i t e

qui

ouverture

d e la f o r m e . L o r s q u ' o n j u g e q u e le s i r o p a p r i s la c o n s i s t a n c e d u s e l , d a n s t o u t e la c a p a c i t é d u v a s e q u i le c o n t i e n t , a l o r s o n le tire p o u r le b l a n c h i r et le

purifier. On

délaye dans un

blanchâtre

b a q u e t u n e t e r r e fine ,

et argilleuse avec assez d'eau

pour

que cette b o u e ainsi préparée n'ait pas b e a u c o u p de consistance , p u i s , avec u n e truelle o n met

l'épaisseur

d'environ

deux doigts sur

en le

s u c r e , d a n s l e v u i d e q u e ce sel a l a i s s é à l ' o u v e r t u r e d e la

forme

e n se c o n d e n s a n t e t e n se

p u r g e a n t d e son s i r o p g r o s s i e r ; l ' e a u e n v e l o p p é e de terre ne pénètre q u e p e u - â - p e u

l'inté-

r i e u r d u s u c r e , le l a v e e t e n t r a î n e i n s e n s i b l e m e n t le s i r o p le p l u s a d h é r e n t avec t o u t e s les p a r t i e s é t r a n g è r e s a u s e l . L o r s q u e la t e r r e s ' e s t e n d u r c i e , o n la r e m p l a c e avec de la n o u v e l l e terre d é l a y é e c o m m e la p r e m i è r e . C e t t e o p é r a t i o n , q u i d u r e e n v i r o n d o u z e à q u i n z e j o u r s , est la m ê m e e n Cochinchine , que dans nos colonies rique ; mais q u e l q u e s raffineurs

d'Amé-

Cochinchinois

ont une autre m é t h o d e . A u l i e u d e t e r r e d é l a y é e , ils c o u p e n t en p e tits m o r c e a u x l e t r o n c d ' u n m u s a o u b a n a n i e r ,

G


(74) e t r a n g e n t ces m o r c e a u x s u r l e s u c r e . L e

tronc

d u m u s a est très - a q u e u x , s o n e a u a u n e .qualité détersive ,

veloppent,

elle n ' é c h a p p e

que

par

des

des fibres q u i l ' e n -

trèS-petites

goûtes.

C e u x qui suivent cette m é t h o d e p r é t e n d e n t q u e l e u r o p é r a t i o n est m o i n s l o n g u e , et q u e le s u c r e blanchit mieux. Les Cochinchinois ne d o n n e n t point d'autres préparations

à l e u r s u c r e ; ils n e

connoissent

pas l'usage des étuves qui paroissent nécessaires d a n s les raffineries de l ' A m é r i q u e . A p r è s l ' a v o i r t e r r é s u f f i s a m m e n t , ils le v e n d e n t d a n s les m a r c h e s p u b l i c s , s u r - t o u t a u x C h i n o i s et a u x a u t r e s étrangers qui v i e n n e n t dans leur p o r t , attirés p a r l a m o d i c i t é d u p r i x d e c e t t e d e n r é e , q u i n e se trouve

nulle

part

à

si

bon

marché

qu'en

Coehinchine. Le sucre blanc de p r e m i è r e

qualité

o r d i n a i r e m e n t d a n s le p o r t d e Faïfo

se

vend

, en échange

d'autres m a r c h a n d i s e s , à raison de trois piastres o u quinze livres de n o t r e m o n n o i e Cochinchinois,

qui équivaut à

le

quintal

cent-cinquante

de n o s livres, poids de marc. Le c o m m e r c e de cette d e n r é e est i m m e n s e . L a C h i n e s e u l e , d o n t l e s t e r r e s n ' e n p r o d u i s e n t p a s a s s e z p o u r sa c o n s o m m a t i o n , en tire de C o c h i n c h i n e

plus

de

q u a r a n t e mille t o n n e a u x toutes les années : o n


(75) s c a i t q u e le t o n n e a u d e m e r e s t d e d e u x m i l l i e r s . Il f a u t r e m a r q u e r q u e l a C o c h i n c h i n e , q u i produit

c e t t e d e n r é e e n si g r a n d e

abondance

e t à si b a s p r i x , é t a n t u n r o y a u m e n o u v e a u , d o i t être regardée en q u e l q u e manière

comme

u n e c o l o n i e ; q u e la c a n n e à sucre y est c u l t i vée p a r des h o m m e s libres ; que t o u s les t r a v a u x d e la c u i t e et d e la raffinerie s o n t e x é c u t é s par des mains

libres.

Comparons

ensuite

p r i x d e la d e n r é e C o c h i n c h i n o i s e , a v e c

le

celui

d e la m ê m e d e n r é e c u l t i v é e et p r é p a r é e p a r d e m a l h e u r e u x esclaves d a n s les

colonies

Euro-

p é e n n e s , et j u g e o n s s i , p o u r t i r e r d u s u c r e d e n o s p o s s e s s i o n s , il é t o i t n é c e s s a i r e d ' a u t o r i s e r , par une l o i , l'esclavage des Africains transport é s en A m é r i q u e . A p r è s ce q u e j ' a i v u e n C o c h i n c h i n e , j e n e puis douter on

q u e des cultivateurs libres , à q u i

auroit partagé

l'Amérique

,

sans

réserve

les

terres

ne l e u r e u s s e n t fait r a p p o r t e r

de le

d o u b l e d u p r o d u i t q u e t i r e n t les e s c l a v e s . Qu'a donc gagné l'Europe policée , l'Europe si é c l a i r é e s u r l e s d r o i t s d e l ' h u m a n i t é , e n a u t o r i s a n t , p a r ses d é c r e t s ,

les o u t r a g e s j o u r n a -

l i e r s faits à la n a t u r e h u m a i n e d a n s n o s c o l o n i e s , en p e r m e t t a n t d'y avilir les h o m m e s point

de les regarder a b s o l u m e n t c o m m e G 2

au des


(76) bêtes de

charge ? La

loi

de l'esclavage a été

a u s s i c o n t r a i r e à ses i n t é r ê t s , q u ' à la l o i n a t u relle

et

à

son

honneur :

je

l'ai

remarqué

plusieurs fois. L a l i b e r t é et l a p r o p r i é t é s o n t l e s

fondemens

d e l ' a b o n d a n c e e t d e la b o n n e a g r i c u l t u r e ; j e ne

l'ai vue

florissante

que

dans

les p a y s o ù

ces d e u x d r o i t s de l ' h o m m e é t o i e n t b i e n établis. L a t e r r e q u i m u l t i p l i e ses d o n s a v e c u n e e s p è c e de

prodigalité

semble

sous

se d e s s é c h e r ,

des

cultivateurs

même

par

libres ,

la s u e u r d e s

e s c l a v e s . A i n s i l'a v o u l u l ' A u t e u r d e la n a t u r e q u i a crée l ' h o m m e libre , donné

et q u i l u i a a b a n -

la t e r r e a v e c o r d r e q u e c h a c u n c u l t i v â t

sa p o s s e s i o n à la s u e u r de s o n f r o n t , m a i s a v e c liberté. Les

Cochinchinois

cultures

suivent

très-importantes

,

plusieurs soit

autres

pour

fabriques intérieures, soit p o u r leur

leurs

commerce

au d e h o r s . Ils

c u l t i v e n t le c o t o n n i e r , le

mûrier ,

le

p o i v r i e r , l'arbre de v e r n i s , l ' a r e c q u i e r , le thé , l ' i n d i g o , l e saffranum

, et , ce q u i l e u r est p a r -

ticulier , u n e p l a n t e qu'ils n o m m e n t étant mise en f e r m e n t a t i o n

comme

l'indigo , fournit a b o n d a m m e n t

une

tsai

,

qui

celle

de

fleur

de

couleur verte , qui seule d o n n e en teinture u n verd d'éméraude

tres-solide.


(77) Cette plante seroit u n présent bien essentiel à faire à n o s c o l o n i e s

d'Amérique. Je

serois

t r o p l o n g , si j ' e n t r e p r e n o i s d e d é c r i r e i c i p r o c é d é s d e t o u t e s ces d i f f é r e n t e s

les

c u l t u r e s . Ils

f e r o n t la m a t i è r e d e q u e l q u e s a u t r e s m é m o i r e s . En

général , les

d'excellentes

Cochinchinois

possèdent

t e r r e s , e t ils l e s c u l t i v e n t

bien.

L e u r s m o n t a g n e s s o n t p r e s q u e t o u t e s en friche, p a r c e q u e la p o p u l a t i o n n'est p a s m ê m e

assez

c o n s i d é r a b l e , p o u r m e t t r e e n v a l e u r t o u t e s les plaines tirent

qu'ils ont néanmoins

prises sur le C a m b o y e . de

ces

Ils

montagnes

le

bois

d ' a i g l e o u d ' a l o ë s , q u i e s t le p a r f u m

le

plus

p r é c i e u x q u ' i l y a i t s u r la t e r r e ; l e b o i s d e s a p a n , qui

est

le

canelle en

même petite

que

celui

de b r é s i l ,

quantité , mais

bien

et la supé-

r i e u r e en q u a l i t é à celle d e l'isle de C e y l a n . L e s C h i n o i s la p a y e n t t r o i s e t q u a t r e f o i s p l u s q u e c e l l e q u i l e u r est a p p o r t é e d e c e t t e isle p a r les H o l l a n d o i s . Ils t i r e n t d e s b o i s p o u r la m e n u i s e r i e , tel q u e d'excellens

pour

admirables

le b o i s de

la c o n s t r u c t i o n , tel

rose; que

le

t h é , q u i est p r é f é r é p o u r c o n s t r u i r e l e s g a l è r e s royales , q u i s o n t t o u j o u r s au n o m b r e de c e n t , et d a n s l e s q u e l l e s o n n'a rien a d e s i r e r t a n t p o u r la c o u p e ,

q u e p o u r la s o l i d i t é e t la m a g n i f i -

c e n c e . E n f i n , ils t i r e n t des f o r ê t s et d e s G 3

men-


(78) tagnes qu'elles r o u v r e n t , l'ivoire , le m u s c , la cire , l e 1er e t l ' o r e n t r è s - g r a n d e a b o n d a n c e . Ces m ê m e s m o n t a g n e s sont pleines de gibier, tels

que

cerfs ,

gaselles,

chèvres sauvages ,

p a o n s , f a i s a n s , etc. La chasse est libre , m a i s

dangereuse à

c a u s e d e la q u a n t i t é d e tigres ,

d ' é l é p h a n s , d e r h i n o c é r o s et d ' a u t r e s a n i m a u x carnassiers

o u m a l f a i s a n s , d o n t les forêts s o n t

pleines. La

m e r q u i b a i g n e leurs côtes , a b o n d e

en

excellens p o i s s o n s , ainsi que leurs rivières. La p ê c h e est l i b r e , e t l e s C o c h i n c h i n o i s s ' y a d o n n e n t b e a u c o u p . J ' a i déjà dit q u e le p o i s s o n é t o i t , a v e c le riz , la p r i n c i p a l e n o u r r i t u r e d u p e u p l e . Les

animaux

domestiques

qu'ils

élèvent ,

s o n t : l e c h e v a l p o u r l e s v o y a g e s , l e buffle les l a b o u r s , l e b œ u f ,

des p o u l e s d ' u n e très-grande espèce , des et des canards p o u r

leur nourriture. T o u s

a n i m a u x r é u s s i s s e n t t r è s - b i e n , e t s'y en a b o n d a n c e .

pour

le c o c h o n , la c h è v r e , oies ces

trouvent

L e r o i s'est r é s e r v é à l u i s e u l le

d r o i t de n o u r r i r des é l é p h a n s p o u r la guerre , et c'est u n

droit

qui n'est

p a s à e n v i e r . Il e n

entretient ordinairement quatre cents, qui lui c o û t e n t plus que ne feroient quatre mille soldats. Les C o c h i n c h i n o i s o n t p e u d e b o n s fruits ; l ' a n a n a s et les o r a n g e r s

de

différentes

sortes ,


(79) s o n t les m e i l l e u r s de l e u r p a y s . Ils ne c u l t i v e n t p a s la v i g n e , q u o i q u ' e l l e s o i t u n e

production

n a t u r e l l e d e l e u r s t e r r e s . Ils n e s o n t p a s r i c h e s en légumes , de sorte q u e leurs vergers et leurs j a r d i n s s o n t t r è s - p e u d e c h o s e . Ils se s o n t a t t a chés

j u s q u ' à ce j o u r a u x c u l t u r e s e s s e n t i e l l e s .

Q u o i q u e l ' a g r i c u l t u r e d e la C o c h i n c h i n e

ne

soit p a s e n c o r e p a r v e n u e au d e g r é d e p e r f e c t i o n où elle p o u r r o i t être p o u s s é e dans d'aussi excell e n t e s t e r r e s , les m œ u r s d e la n a t i o n lui

sont

t r è s - f a v o r a b l e s , et o n d o i t c o n v e n i r q u ' e l l e est florissante.

L e p e u p l e C o c h i n c h i n o i s est d o u x ,

hospitalier, aucun

frugal,

mendiant

laborieux.

On

dans le pays , o n

ne

n'y

voit

entend

p a r l e r ni de vols , ni de m e u r t r e s . Un étranger peut parcourir

le r o y a u m e

du

n o r d a u sud , e x c e p t é la c a p i t a l e , sans c r a i n d r e d'être

i n s u l t é . Il sera r e ç u p a r - t o u t

curiosité

importune ,

mais

avec

avec

une

bonté.

J'ai

vu chez cette n a t i o n u n usage s i n g u l i e r , et q u i prouve

bien

la

bonté

de

son

caractère.

Un

C o c h i n c h i n o i s q u i v o y a g e , e t q u i n ' a p a s de q u o i p a y e r sa n o u r r i t u r e

dans les auberges ,

d a n s la p r e m i è r e m a i s o n de la p e u p l a d e se t r o u v e ; p e r s o n n e veut,

ne lui d e m a n d e

il n e d i t rien à p e r s o n n e ,

il

ce

entre ou

il

qu'il

attend

en

s i l e n c e l ' h e u r e du r e p a s . D è s q u e l e r i z e s t s e r v i ,


(80) il s ' a p p r o c h e , se m e t à t a b l e a v e c l e s g e n s d e la m a i s o n , m a n g e , b o i t personne

et s'en va , sans q u e

l u i ait fait a u c u n e q u e s t i o n , n i sans

q u ' i l ait dit dit u n e seule p a r o l e . O n a vu q u e c ' é t o i t u n h o m m e , et p a r c o n s é q u e n t u n frère qui

pouvoit

sans autre

être

d a n s le b e s o i n , o n l'a

reçu

information.

L e s six p r e m i e r s r o i s , f o n d a t e u r s d e l a m o n a r c h i e , g o u v e r n è r e n t la n a t i o n c o m m e u n p è r e g o u v e r n e sa f a m i l l e ; i l s é t a b l i r e n t l ' e m p i r e d e la seule loi n a t u r e l l e , en lui o b é i s s a n t les p r e miers. Chefs d'une grande famille de l a b o u r e u r s , ils d o n n è r e n t l ' e x e m p l e d u l a b o u r a g e , ils h o norèrent le

et p r o t è g è r e n t l'agriculture ,

travail

l'homme. sujets fournir

le p l u s Ils n e

utile

frais

le

plus

comme

digne

de

d e m a n d è r e n t jamais à leurs

q u ' u n e seule aux

et

offrande

de leur

annuelle ,

défense

pour

contre

les

T o n q u i n o i s leurs e n n e m i s . Cette imposition unique

étoit

répartie avec

é q u i t é sur les t ê t e s . C h a q u e h o m m e e n état d e t r a v a i l l e r la t e r r e , p a y o i t au m a g i s t r a t p o u r le p r i n c e , une s o m m e m o d i q u e ,

proportionnée

à !a c o n s t i t u t i o n d e s o n c o r p s , à la f o r c e

de

s e s b r a s , et r i e n d e p l u s . C ' e s t s o u s l e u r r è g n e q u e l a n a t i o n s ' e s t si f o r t m u l t i p l i é e à l ' a i d e d e l ' a b o n d a n c e , f o u r n i e p a r la c u l t u r e des terres.


(81) Tant

qu'ils

vécurent,

les c l a u s e s

du

contrat

p a s s é s u r l e s r i v e s d u f l e u v e q u i s é p a r e le T o n q u i n de la C o c h i n c h i n e , e n t r e les chefs de l e u r f a m i l l e , e t le p a r t i q u i l ' a c o m p a g n o i t d a n s s a retraite , furent religieusement observées. C'est a cette

fidélité

r é c i p r o q u e q u e la

Cochinchine

d o i t l ' é t a t f l o r i s s a n t d e sa p o p u l a t i o n , d e s o n a g r i c u l t u r e , e t sa p u i s s a n c e .

Leur

successeur

qui règne a u j o u r d ' h u i , a hérité de la b o n t é de l e u r c œ u r ; m a i s i l a l a f o i b l e s s e d e se l a i s s e r maîtriser par

ceux q u i

se d i s e n t s e s e s c l a v e s .

Ces m a l h e u r e u x o n t eu l'art de séparer l'intérêt d u p r i n c e d e c e l u i d e ses s u j e t s . I l s l u i o n t i n s piré

la

soif

abondant

des richesses

tiré

des m i n e s

particulières. sous

son

L'or

règne

a

c o m m e n c é p a r faire n é g l i g e r l ' a g r i c u l t u r e . B i e n tôt i n t r o d u i t d a n s le p a l a i s , il a été suivi d e la

c o r r u p t i o n et du l u x e q u i e n est la p r e u v e . Le

prince

a

été

insensiblement

amené

à

m é p r i s e r l e s h a b i t a t i o n s s i m p l e s d e ses a n c ê t r e s . Il l u i a f a l l u u n p a l a i s

d ' u n e lieue de c i r c o n -

férence , enfermé par u n e muraille de briques , et b â t i sur le

m o d è l e de celui de P e k i n . Seize

cents p i è c e s de c a n o n , q u i e n t o u r e n t ce p a l a i s , a n n o n c e n t a u p e u p l e la p e r t e p r o c h a i n e d e ses d r o i t s e t d e sa Il

liberté.

a fallu p a l a i s d ' h i v e r , p a l a i s d ' é t é et p a l a i s


(82) d'automne. l'ancienne

Pour fournir à tant de dépenses , imposition

n ' a p a s suffi ; o u l ' a

a u g m e n t é ; o n en a i m a g i n é d e n o u v e l l e s , q u i . n'étant plus des offrandes v o l o n t a i r e s , n e p e u v e n t ê t r e l e v é e s q u e p a r la f o r c e , e t a v e c

tout

l'attiralle d e la t y r a n n i e . Les c o u r t i s a n s , i n t é ressés à l a c o r r u p t i o n d u c h e f , l u i o n t d o n n é l e t i t r e d e r o i d u c i e l , vous

Tloi

; à f o r c e d e se

l ' e n t e n d r e d o n n e r , il a c r u p o u v o i r l e p r e n d r e . Pourquoi, viens-tu

m e dit-il u n j o u r

pas plus

souvent

faire

l u i - m ê m e , ne

ta cour au Roi du

Ciel ? Ces h o m m e s adroits q u i assiègent toutes l e s p o r t e s d u p a l a i s , o n t e u l ' h a b i l i t é d e se s o u s traire à la justice

ordinaire des magistrats,

et

ils p r o f i t e n t de cette e x e m p t i o n p o u r a l l e r d a n s les p r o v i n c e s v e x e r e t piller les l a b o u r e u r s . J'ai

v u , le l o n g d e s g r a n d s c h e m i n s , d e s

villages entiers n o u v e l l e m e n t

abandonnés de

leurs habitant opprimés p a r des corvées tinuelles, les terres d e s e n v i r o n s

con-

retomboient

e n friche. A u milieu d e ce désordre

naissant,

le p r i n c e , d o n t le c œ u r a é t é s u r p r i s , et q u i i g n o r e seul- les i n d i g n i t é s d e c e u x r o n n e n t , conserve encore

q u i l'envi-

du respect p o u r les

a n c i e n n e s m œ u r s ; i l n e d o n n e p l u s , c o m m e ses aïeux , l'exemple

du labourage

, mais

i n t e n t i o n est d e p r o t é g e r l'agriculture.

son


(83) J e l'ai v u , à la n o u v e l l e a n n é e , p r é s i d e r ave : l a s i m p l i c i t é d e ses a n c ê t r e s à l ' a s s e m b l é e g é n é r a l e d e l a n a t i o n , q u i se t i e n t a n n u e l l e m e n t ce j o u r - l à en p l e i n c h a m p , p o u r y r e n o u v e l l e r le s e r m e n t r é c i p r o q u e de l'observation du contract p r i m o r d i a l q u i l'a é t a b l i l e p è r e d e s o n p e u p l e , e n l u i d o n n a n t u n seul d r o i t , m a i s le p l u s b e a u d e t o u s , c e l u i d e r e n d r e sa n a t i o n h e u r e u s e . L o r s q u ' i l p a r l e d e ses s u j e t s , i l n e l e s a p p e l l e encore que comme

ses

enfans. J e

l'ai

vu

un simple particulier , à

assister , l'assemblée

a n n u e l l e d e sa f a m i l l e , s u i v a n t l ' a n c i e n u s a g e d e la n a t i o n assemblée , à laquelle p r é s i d e t o u j o u r s le plus a n c i e n ,

sans égard aux

dignités

d e ceux q u i o n t m o i n s d'âge ; m a i s il m ' a p a r u qu'il n'y avoit d a n s cette formaltié. On roi

pratique que de

la

c o n ç o i t a i s é m e n t q u e là o ù l e

d u ciel se p r é s e n t e , les h o m m e s n e

sont

rien. Il e s t v r a i q u e l a c o r r u p t i o n n ' a p a s g é n é r a l e m e n t g a g n é le p e u p l e , q u i c o n s e r v e ses m œ u r s . E l l e est e n c o r e r e n f e r m é e d a n s le p a l a i s et d a n s la c a p i t a l e ; m a i s la s o u r c e est t r o p é l e v é e p o u r q u e ses e a u x e m p o i s o n n é e s n e c o u l e n t p a s d a n s l e s p l a i n e s . C'est t o u j o u r s p a r l e s c o m m e n c e la

corruption

d'un

chefs

que

peuple.

L o r s q u ' e l l e a u r a g a g n é t o u s les é t a t s , l o r s q u e


(84) les

fondemens

de

l'agriculture

,

la

liberté

et la p r o p r i é t é , d é j à a t t a q u é e s p a r les g r a n d s , a u r o n t été r e n v e r s é e s , l o r s q u e la p r o f e s s i o n d e laboureur

sera

devenue

par

degrés

la

plus

m é p r i s é e et la m o i n s l u c r a t i v e , q u e d e v i e n d r a alors l'agriculture ? Sans une agriculture floriss a n t e , q u e d e v i e n d r a t o u t ce p e u p l e

multiplié

s o u s s o n o m b r e ? q u e d e v i e n d r o n t et l e p r i n c e et les s u j e t s ? Ils d e v i e n d r o n t

c e q u ' e s t d e v e n u e la n a t i o n

q u i a p o s s é d é le p a y s a v a n t e u x , e t m ê m e a v a n t les S a u v a g e s q u i le c é d è r e n t a u x C o c h i n c h i n o i s ; i l n e reste d e c e t t e n a t i o n q u e l e s r u i n e s muraille immense

qu'on

d'une

t r o u v e a u p r è s de la

c a p i t a l e , e t qui p a r o î t a v o i r é t é l ' e n c e i n t e d ' u n e g r a n d e ville. A u c u n e histoire , a u c u n e t r a d i t i o n n ' a c o n s e r v é la m é m o i r e

du

peuple qui

bâtit

autrefois cette muraille avec des b r i q u e s , d'une f o r m e telle q u ' i l n e s'en v o i t p a s d a n s le r e s t e d e l ' A s i e . A v o i r la c o r r u p t i o n q u i m œ u r s des C o c h i n c h i n o i s , o n d o i t

menace

les

présumer

q u e leur a g r i c u l t u r e d i m i n u e r a , au lieu m e n t e r , q u e l q u e s efforts q u ' i l s p u i s s e n t

d'augfaire

p o u r la s o u t e n i r . Chine. J e m ' a p p r o c h e d u t e r m e d e mes v o y a g e s . E n


(85) q u i t t a n t l e s c ô t e s de l a C o c h i n c h i n e , e n

faisant

v o i l e a u n o r d - e s t , l a r o u t e me c o n d u i t e n C h i n e , q u e l e s C o c h i n c h i n o i s ses v o i s i n s n o m m e n t a v e c r e s p e c t l e Royaume d'ai Ming.

de la grande

, Nuse

lumière

A p r è s quelques j o u r s de navigation ,

j e n e d é c o u v r e e n c o r e a u c u n e t e r r e , et j ' a p p e r çois à l'horison une titude innombrable

forêt de mâts ; une

mul-

d e b a t e a u x c o u v r e la m e r .

Ce sont des milliers de p é c h e u r s qui cherchent d a n s les e a u x l a n o u r r i t u r e d ' u n g r a n d p e u p l e . J e d é c o u v r e enfin les t e r r e s , et j ' a v a n c e j u s q u ' à l'embouchure des pécheurs parts. J'entre

du

Tigre , toujours au

qui jettent leurs

milieu

filets d e t o u t e s

dans la rivière de

C a n t o n , elle

est p e u p l é e c o m m e la t e r r e . Ses d e u x rives s o n t bordées de bâtimens prodigieuse les

sens

de

à l'ancre ; une

quantité

bateaux la p a r c o u r e dans tous

à la r a m e et à la v o i l e , et s ' é c h a p p e

a u x y e u x , en e n t r a n t d a n s d e s c a n a u x c r e u s é s de m a i n s d ' h o m m e s , au travers des c a m p a g n e s à p e r t e d e v u e , q u e ces c a n a u x a r r o s e n t et fertilisent. D e s c h a m p s immenses ,

couverts

r i c h e s m o i s s o n s , au m i l l i e u d e s q u e l s

de

s'élèvent

de tous côtés des villages très-bien b â t i s , o r n e n t le fond du tableau. Des m o n t a g n e s coupées en t e r r a s s e s , et t a i l l é e s

en

amphitéâtres

m e n t le l o i n t a i n .

H

en

for-


(86) J'arrive

à Canton ; nouveau

b r u i t , le m o u v e m e n t ,

spectacle : le

la f o u l e a u g m e n t e n t

la t e r r e e l l e s e a u x , t o u t est c o u v e r t

E t o n n é d ' u n e si g r a n d e m u l t i t u d e , j e forme

du

:

d'hommes. m'in-

n o m b r e des habitans de C a n t o n

et

d e ses f a u x b o u r g s ; d ' a p r è s l e s d i f f e r e n s r a p p o r t s , j e j u g e q u e cette ville ne c o n t i e n t p a s m o i n s d e h u i t cents mille a m e s . Ma surprise a u g m e n t e , e n a p p r e n a n t qu'à c i n q l i e u e s a u n o r d d e C a n t o n , o n t r o u v e en r e m o n t a n t la rivière , u n

village

n o m m é Fachan, qui contient un million

d'habi-

t a n s , e t q u e t o u t ce v a s t e e m p i r e , q u i a e n v i r o n six c e n t s l i e u e s d u n o r d au s u d , et a u t a n t d e l'est à l ' o u e t , est c o u v e r t d ' u n p e u p l e

innom-

brable. Par q u e l a r t l a t e r r e p e u t - e l l e f o u r n i r l a s u b s i s t a n c e à u n e si n o m b r e u s e Chinois possèdent-ils quelque

population?

secret

t i p l i e r l e s g r a i n s e t les d e n r é e s q u i

Les

pour mulnourrissent

l ' h o m m e ? P o u r m e tirer de m o n i n c e r t i t u d e , je parcours

les campagnes , je

les l a b o u r e u r s , q u i ,

m'introduis

chez

en général , s o n t aisés

p o l i s , affables , c o m m u n é m e n t u n p e u

et i n s t r u i t s des u s a g e s , c o m m e les h a b i t a n s d e s villes. J ' e x a m i n e , j e suis l e u r s o p é r a t i o n s , et je

vois

que

tout

leur

secret consiste à

a m e n d e r leur terre , à la r e m u e r

,

lettrés

bien

profondément


(87) d a n s des t e m s c o n v e n a b l e s , p r o p o s , à mettre e n

à l'ensemencer à

valeur

toute

terre

qui

p e u t r a p p o r t e r q u e l q u e c h o s e , et à p r é f é r e r toute

de p r e m i è r e

nécessité.

Ce systême d'agriculture , au dernier près,

à

a u t r e c u l t u r e , celle des grains qui s o n t

paroît

répandu modernes

dans qui

être

le

tous

même

nos

article

q u e c e l u i q u i est

ouvrages

o n t traité cette

anciens et

m a t i è r e ; il e s t

c o n n u d e n o s p l u s s i m p l e s l a b o u r e u r s ; m a i s ce q u i é t o n n e r a l ' a g r i c u l t e u r E u r o p é e n le p l u s h a b i l e , s e r a d ' a p p r e n d r e q u e les C h i n o i s n ' o n t a u c u n e p r a i r i e , n i n a t u r e l l e , ni artificielle , et q u ' i l s n e c o n n o i s s e n t pas les j a c h è r e s , c ' e s t - à - d i r e , qu'ils ne laissent j a m a i s r e p o s e r leurs terres. Les laboureurs

Chinois

regarderoient

une

prairie, q u e l c o n q u e c o m m e u n e terre en friche, Ils m e t t e n t t o u t e n g r a i n s , e t p a r p r é f é r e n c e l e s terres qui , c o m m e

celles q u e n o u s

sacrifions

e n p r a i r i e s , s o n t p l u s b a s s e s , et p a r c o n s é q u e n t p l u s f e r t i l e s , et p e u v e n t ê t r e a r r o s é e s . Ils p r é t e n d e n t q u ' u n e m e s u r e de terre e n s e m e n c é e en grains r e n d r a autant de paille p o u r n o u r r i r les a n i m a u x , q u ' e l l e a u r o i t r e n d u de foin , et q u e p a r l e u r m é t h o d e o n g a g n e t o u t le p r o d u i t

en

grains p o u r n o u r r i r des h o m m e s , sauf à p a r t a g e r a v e c les a n i m a u x u n e p e t i t e p a r t i e d e ce g r a i n ,

H2


(88) s'il s ' e n t r o u v e du s u p e r f l u . V o i l à l e u r s y s t è m e suivi d ' u n b o u t ne l ' e m p i r e à l'autre , d e p u i s l ' o r i g i n e d e la m o n a r c h i e , c o n f i r m e p a r l ' e x p é rience

de p l u s

de

quarante

s i è c l e s , chez, l a

n a t i o n d u m o n d e la p l u s a t t e n t i v e à ses i n t é r ê t s . C e q u i r e n d ce p l a n d ' a g r i c u l t u r e p l u s i n c o n c e v a b l e , c ' e s t d e v o i r q u e l e u r s t e r r e s n e se r e p o s e n t j a m a i s . Les c i t o y e n s zélés qui t r a v a i l l e n t depuis quelques années à ranimer parmi

nous

c e t a r t si n é g l i g é , o n t r e g a r d é c o m m e l e p r e m i e r et le m e i l l e u r d e t o u s les m o y e n s , la m u l tiplication des

des prairies artificielles au

naturelles ,

pour

engrais , sans oser

pouvoir

néanmoins

défaut

fournir en

aux

espérer

la

suppression des jachères , à quelque point q u e f û t j a m a i s p o r t é e la m u l t i p l i c a t i o n d e s p r a i r i e s . Ce systême qui p a r o î t le plus p l a u s i b l e

de

ceux qu'ils o n t i m a g i n é s , celui qui semble avoir été

le

m i e u x reçu

de

nos

agriculteurs ,

est

néanmoins contredit par l'expérience constante d e la p l u s g r a n d e , d e la p l u s a n c i e n n e

nation

a g r i c o l e q u ' i l y ait sur la t e r r e , q u i r e g a r d e l ' u s a g e d e s p r a i r i e s et d e s j a c h è r e s c o m m e

un

n u i s i b l e a l ' a b o n d a n c e e t à la p o p u l a t i o n ,

abus qui

s o n t a p r è s t o u t l ' u n i q u e objet de l ' a g r i c u l t u r e . Un laboureur

Chinois

ne p o u r r o i t s ' e m p ê c h e r

d e rire , si o n l u i d i s o i t q u e l a t e r r e a b e s o i n d e


( 89 ) r e p o s à c e r t a i n t e r m e fixe ; i l d i r o i t c e r t a i n e m e n t q u e n o u s s o m m e s l o i n d u b u t , s'il p o u v o i t l i r e n o s traités a n c i e n s et m o d e r n e s ,

nos

spécu-

l a t i o n s merveilleuses sur l'agriculture. Et que n e d i r o i t - i l p a s , s'il v o y o i t n o s l a n d e s , u n e p a r t i e d e nos t e r r e s e n f r i c h e , u n e a u t r e e m p l o y é e e n cultures

inutiles , le reste m a l travaillé ; s i , p a r -

courant

nos campagnes,

il

voyoit

la

misère

e x t r ê m e , e t la b a r b a r i e d e c e u x q u i les c u l t i v e n t ? Les terres Chinoises , en général , ne sont pas de

meilleure

voit,

qualité

comme

chez

q u e les n ô t r e s ;

nous,

on

en

de b o n n e s , de m é -

d i o c r e s et d e m a u v a i s e s ; d e s t e r r e s f o r t e s et d e l é g è r e s , des terres argilleuses , et des terres o ù le sable

les p i e r r e s et les c a i l l o u x

dominent.

T o u t e s ces t e r r e s r a p p o r t e n t a n n u e l l e m e n t , m ê m e d a n s les p r o v i n c e s d u n o r d u n e et d e u x f o i s l ' a n n é e ; q u e l q u e s - u n e s m ê m e c i n q fois e n d e u x a n n é e s , d a n s les p r o v i n c e s m é r i d i o n a l e s , s a n s j a m a i s se r e p o s e r d e p u i s p l u s i e u r s m i l l i e r s d'années qu'elles sont mises en valeur. Les Chinois

employent

les m ê m e s

engrais

q u e n o u s , p o u r r e n d r e a l e u r s terres les sels et les

sucs

qu'une

production

continuelle

leur

e n l è v e s a n s cesse. Ils c o n n o i s s e n t l e s m a r n e s , i l s se s e r v e n t d u s e l c o m m u n , d e la c h a u x , d e s cendres

,

du

fumier

de

tous

les H 3

animaux


( 90 ) q u e l c o n q u e s . et p r é f é r a b l e m e n t à t o u t a u t r e , d e c e l u i q u e n o u s j e t t o n s d a n s n o s r i v i è r e s ; i l s se servent des urines qui s o n t ménagées avec soin dans

toutes les m a t i o n s ,

dont

elles

font

un

r e v e n u ; e n u n m o t , t o u t ce q u i est s o r t i d e la terre

y est

r a p p o r t é a v e c la p l u s g r a n d e e x a c -

titude , sous quelque

forme

q u e la n a t u r e

ou

l'art l'ait c o n v e r t i . Lorsque suppléent

les e n g r a i s l e u r pour

le

manquent,

moment

par un

ils y

profond

l a b o u r à la b ê c h e , q u i a m è n e à l a s u p e r f i c i e d u c h a m p une terre nouvelle chargée des

sucs

de

c e l l e q u i d e s c e n d à sa p l a t e . Sans

prairies,

ils

élèvent

la

quantité

de

c h e v a u x , d e buffles , d e b œ u f s e t a u t r e s a n i m a u x de toute espèce , nécessaires à leur l a b o u r , à leur subsistance

et a u x e n g r a i s .

s o n t n o u r r i s , l e s u n s de p a i l l e , racines, de

Ces a n i m a u x les a u t r e s

féves et d e g r a i n s de t o u t e

de

espèce.

Il e s t v r a i q u ' i l s o n t m o i n s d e c h e v a u x e t m o i n s d e boeufs en p r o p o r t i o n

que nous

et

ils n ' e n

ont pas besoin. T o u t le p a y s est c o u p é d e c a n a u x c r e u s é s p a r les h o m m e s , et t i r é s d ' u n e r i v i è r e à u n e a u t r e , qui

partagent

et a r r o s e n t

ce

vaste

empire

c o m m e u n j a r d i n , d a n s t o u t e s ses p a r t i e s .

voyages

et l e s

transports,

presque

,

Les

t o u t e s les


(91) voitures

se

font

par les

canaux avec p l u s de

f a c i l i t é et m o i n s de frais. I l s n e s o n t p a s m ê m e d a n s l ' u s a g e d e f a i r e tirer l e u r s b a t e a u x p a r d e s c h e v a u x , i l s n e se s e r v e n t q u e de la v o i l e , et s u r - t o u t d e la r a m e , q u ' i l s f o n t v a l o i r a v e c u n art s i n g u l i e r , m ê m e p o u r r e m o n t e r l e s r i v i è r e s . Dans un

t o u t c e q u e l e s h o m m e s p e u v e n t faire à

prix

modique

,

ou

n'emploie

pas

des

animaux E n c o n s é q u e n c e , l e s r i v a g e s d e s c a n a u x et d e s fleuves ne perd

sont c u l t i v é s

jusqu'au b o r d de l'eau ; o n

pas un p o u c e

de t e r r e . L e s

chemins

p u b l i c s r e s s e m b l e n t à n o s sentiers ; des c a n a u x sans d o u t e valent m i e u x que des grands c h e m i n s . Ils

portent

la

fournissent au

fertilité

peuple

dans

les terres ,

ils

la p l u s g r a n d e p a r t i e d e

s a s u b s i s t a n c e e n p o i s s o n s . Il n ' y a a u c u n e c o m p a r a i s o n e n t r é le f a r d e a u q u e p o r t e u n b a t e a u , et celui q u ' o n p e u t charger sur u n e v o i t u r e p a r terre : nulle

p r o p o r t i o n d a n s les dépenses.

Les Chinois connoisent encore moins l'usage, o u p l u t ô t le l u x e des c a r r o s s e s et des é q u i p a g e s d e toute espèce q u e n o u s v o y o n s dans les p r i n c i p a l e s villes de l ' E u r o p e . T o u s ces c h e v a u x rassemblés

par

consomment

milliers

dans

nos

capitales ,

y

p r e s q u ' e n p u r e p e r t e le p r o d u i t

de plusieurs milliers d'arpens de n o s meilleures


( 92 ) terres , qui étant cultivées en grains ,

fourni-

r o i e n t la s u b s i s t a n c e à u n e g r a n d e m u l t i t u d e q u i m e u r t de faim, l e s C h i n o i s a i m e n t m i e u x n o u r rir des h o m m e s q u e des c h e v a u x . L'empereur

et

les

magistrats

d a n s les villes avec s û r e t é

sont

portés

et d i g n i t é p a r

des

h o m m e s ; l e u r m a r c h e est t r a n q u i l l e et n o b l e , elle

ne

nuit

pas aux

hommes

de

pied.

Ils

v o y a g e n t d a n s des espèces de galères p l u s c o m m o d e s , p l u s s û r e s , aussi m a g n i f i q u e s , et m o i n s dispendieuses que

nos

équipages de terre.

J'ai d i t q u e les C h i n o i s n e

perdoient

pas u n

p o u c e d e terre ; ils s o n t d o n c b i e n é l o i g n é s d e f o r m e r des p a r c s i m m e n s e s d a n s terres,

pour

y nourrir

mépris

de l'humanité,

d'excellentes

exclusivement

et

des bêtes fauves.

au Les

e m p e r e u r s , m ê m e les t a r t a r e s , n ' o n t j a m a i s f o r m é d e ces p a r c s , e n c o r e m o i n s l e s g r a n d s s e i g n e u r s , c ' e s t - à - d i r e , les m a g i s t r a t s , les lettrés : u n e i d é e s e m b l a b l e ne

sçauroit jamais

d'un Chinois,

tomber dans l'esprit

l e u r s maisons de campagne

et

de plaisance m ê m e , ne présentent par-tout q u e des cultures utiles , agréablement

diversifiées.

C e q u i e u lait le principal agrément, e s t u n e situation riante , habilement ménagée , où règne dans

l'ordonnance

de

toutes

les

parties

qui

forment l'ensemble , une imitation heureuse du


(93) beau d é s o r d r e , d u désordre le p l u s agréable de la n a t u r e d o n t l'art a e m p r u n t é t o u s les traits. Les coteaux vateurs

de

les p l u s p i e r r e u x q u e les c u l t i -

l'Europe

mettroient

en v i g n o b l e ,

s o n t forcés p a r le travail à r a p p o r t e r d u g r a i n , l e s C h i n o i s c o m m i s s e n t la v i g n e , d o n t ils c u l tivent

quelques

treilles ;

mais

ils

regardent

c o m m e u n l u x e et u n e superfluité le vin q u ' e l l e p r o d u i t : ils c r o i r o i e n t p é c h e r c o n t r e l ' h u m a nité

de

c h e r c h e r à se p r o c u r e r , p a r l a c u l t u r e ,

u n e l i q u e u r agréable , tandis que faute du grain qu'auroit p r o d u i t l e terrein mis en v i g n o b l e , quelque

h o m m e du p e u p l e courroit risque de

mourir de

faim.

L e s m o n t a g n e s m ê m e s les p l u s e s c a r p é e s s o n t r e n d u e s p r a t i q u a b l e s ; o n les v o i t à C a n t o n et d'une

extrémité

de l'empire à l'autre , toutes

c o u p é e s en terrasses , représentant de l o i n pyramides

immenses

divisées

en

des

plusieurs

é t a g e s , q u i s e m b l e n t s'élever au ciel. C h a c u n e d e c e s t e r r a s s e s p o r t e a n n u e l l e m e n t sa m o i s s o n de q u e l q u e espèce de grain , s o u v e n t m ê m e

du

riz ; e t c e q u ' i l y a d ' a d m i r a b l e , c ' e s t d e v o i r l ' e a u d e la r i v i è r e , d u c a n a l o u d e l a qui

fontaine

c o u l e au p i e d de la m o n t a g n e , é l e v é e

de

terrasse e n t e r r a s s e j u s q u ' à s o n s o m m e t p a r le m o y e n d'un chapelet portatif que deux h o m m e s seuls t r a n s p o r t e n t et font

mouvoir.


(94) La m e r elle - m ê m e , q u i s e m b l e m e n a c e r la masse solide d u g l o b e qu'elle e n v i r o n n e , a été forcée p a r le travail et l'industrie à céder u n e p a r t i e d e on l i t a u x c u l t i v a t e u r s C h i n o i s . Les deux plus belles provinces de l'empire , celle

d e Nankin

e t d e Tché-kiang.

couvertes p a r les e a u x ,

continent,

autrefois

o n t été réunies au

il y a q u e l q u e s

milliers d'années ,

a v e c u n arit b i e n s u p é r i e u r à c e l u i q u ' o n a d m i r e d a n s les o u v r a g e s m o d e r n e s d e la H o l l a n d e . L e s C h i n o i s o n t eu a lutter c o n t r e u n e m e r dont

le m o u v e m e n t n a t u r e l d ' o r i e n t e n o c c i -

d e n t , la p o r t e s a n s c e s s e c o n t r e l e s c ô t e s d e ces d e u x p r o v i n c e s , t a n d i s q u e la H o l l a n d e n ' a eu à

combattre

q u ' u n e m e r , q u i , p a r ce m ê m e

m o u v e m e n t n a t u r e l , fuit t o u j o u r s

sensiblement

ses c ô t e s o c c i d e n t a l e s . La n a t i o n C h i n o i s e est c a p a b l e des plus g r a n d s t r a v a u x ; j e n ' e n ai p a s vu d e p l u s l a b o r i e u s e flans le m o n d e . T o u s l e s j o u r s d e l ' a n n é e s o n t d e s j o u r s d e t r a v a i l , e x c e p t é le p r e m i e r , d e s t i n é à se visiter r é c i p r o q u e m e n t , e t l e d e r n i e r , consacré

à la c é r é m o n i e

des devoirs

q u i se

r e n d e n t a u x ancêtres. Un

homme

oisif

seroit

m é p r i s é , il s e r o i t r e g a r d é

souverainement

comme un

membre

p a r a l y t i q u e , à c h a r g e a u c o r p s d o n t il f a i t p a r t i e .


( 95 ) Le g o u v e r n e m e n t d u p a y s ne l e s o u f f r i r e n t

pas;

b i e n différent en cela des autres n a t i o n s Asiatiques , où l'on n'estime guère ceux d o n t l'état est de n e rien faire. U n a n c i e n e m p e r e u r C h i n o i s e x h o r t a n t le p e u p l e a u t r a v a i l , d a n s u n e i n s t r u c t i o n p u b l i q u e , l ' a v e r t i t q u e s'il y a d a n s un

coin de l'empire

un

homme

q u i n e fasse

r i e n , i l d o i t y e n a v o i r a i l l e u r s un a u t r e souffre

et

qui

manque

du

nécessaire.

qui

Cette

m a x i m e sage est d a n s l'esprit de t o u s les C h i n o i s ; et p o u r ce p e u p l e d o c i l e a la r a i s o n , q u i dit u n e m a x i m e d e sagesse , dit u n e l o i . Voilà une légère esquisse du tableau général de l'agriculture d e s C h i n o i s , et de leurs d i s p o s i t i o n s p o u r c e t a r t . J e n e m ' é t e n d r a i p a s s u r le d é t a i l des différentes c u l t u r e s q u e j'ai v u e s d a n s le p a y s . J ' o b s e r v e r a i s e u l e m e n t q u e ces c u l t u r e s sont telles, qu'elles fournissent

abondamment

à t o u s les b e s o i n s , et m ê m e à l ' a i s a n c e d e la p l u s g r a n d e p o p u l a t i o n qu'il y ait au m o n d e ; de

sorte

qu'avec

ses l a b o u r e u r s , la C h i n e

se

suffit à e l l e - m ê m e , e t p e u t , d e s o n s u p e r f l u , faire u n g r a n d c o m m e r c e au d e h o r s . D'après

cette

observation,

on

peut

juger

q u ' i l n ' e s t p o i n t d e c o n t r é e sur la t e r r e o ù l'agriculture soit plus florissante qu'en C h i n e ; mais ce n ' e s t n i a u x p r o c é d é s particuliers q u e s u i v e n t


(96)

à

ses c u l t i v a t e u r s , n i

la f o r m e de l e u r

charrue

et de leur s e m o i r , qu'elle doit cet état floriss a n t d e sa c u l t u r e , e t l ' a b o n d a n c e q u i e n e s t l a suite. Elle la d o i t à s o n g o u v e r n e m e n t , d o n t fondemens posés

profonds

et

inébranlables

les

furent

p a r la r a i s o n seule , e n m ê m e t e m s

que

c e u x d u m o n d e ; à s e s l o i x d i c t é e s p a r la n a t u r e a u x p r e m i e r s h o m m e s , et c o n s e r v é e s p r é c i e u s e m e n t de g é n é r a t i o n e n g é n é r a t i o n , d e p u i s le p r e m i e r â g e de l ' h u m a n i t é , d a n s t o u s les coeurs réunis d'un

peuple

innombrable , plutôt

que

dans des codes o b s c u r s , dictés par des h o m m e s fourbes et t r o m p e u r s . E n f i n , la C h i n e d o i t la p r o s p é r i t é d e

son

a g r i c u l t u r e à ses m œ u r s s i m p l e s , c o m m e à ses l o i x , é g a l e m e n t a v o u é e s p a r la n a t u r e e t p a r la r a i s o n . L ' e m p i r e fut f o n d é p a r d e s l a b o u r e u r s , d a n s c e s t e m s h e u r e u x où l e s o u v e n i r

des l o i x

du

c r é a t e u r n ' é t a n t p a s e n c o r e p e r d u , la c u l t u r e d e s t e r r e s é t o i t le t r a v a i l l e p l u s n o b l e , l e p l u s digne des h o m m e s , et l ' o c u p a t i o n Depuis

Fouhi

, q u i fut

le

de

tous.

p r e m i e r chef de la

n a t i o n , quelques centaines d'années après le d é l u g e , si l ' o n s u i t la v e r s i o n d e s S e p t a n t e , q u i , en cette qualité , p r é s i d o i t au l a b o u r a g e

et


( 97 ) tous les e m p e r e u r s , ce j o u r ,

sans

exception

jusqu'à

se s o n t l a i t g l o i r e d ' ê t r e l e s p r e m i e r s

laboureurs de leur empire. L'histoire Chinoise a conservé précieusement le

trait de générosité de d e u x anciens

reurs q u i , ne voyant p o i n t d'héritiers

dignes

d'un

parmi

empe-

leurs

enfans

t r ô n e , sur l e q u e l

v e r t u seule a le d r o i t d e s ' a s s e o i r ,

la

nommèrent

de simples laboureurs p o u r y m o n t e r après eux. Ces

laboureurs

firent

le b o n h e u r

du

monde

p e n d a n t d e t r è s - l o n g s r è g n e s , s u i v a n t les l i v r e s Chinois , grande

et l e u r

mémoire

vénération.

exemples

On

semblables

est

dans

sent

la

plus

combien

des

honorent

et

animent

l'agriculture. L a n a t i o n C h i n o i s e a toujours été g o u v e r n é e c o m m e u n e f a m i l l e d o n t l ' e m p e r e u r est l e p è r e . L e s sujets s o n t ses e n f a n s , s a n s a u t r e i n é g a l i t é q u e celle q u ' é t a b l i s s e n t le m é r i t e et les t a l e n s . Ces

distinctions

r o t u r e , d'homme rien,

q u e les loix

puériles

de

de naissance

noblesse , et

et

encore

de de

M a l a i s e s a u t o r i s e n t , n e se

t r o u v e n t q u e d a n s le j a r g o n d e s p e u p l e s veaux

et

d'homme

barbares

qui , ayant

nououblié

l'origine c o m m u n e , i n s u l t e n t sans y p e n s e r , et avilissent toute l'espèce h u m a i n e . le

gouvernement

est

ancien

,

Ceux et

I

dont

remonte


(98) jusqu'au

p r e m i e r âge

du

m o n d e , sçavent que les

h o m m e s n a i s s e n t t o u s é g a u x , t o u s frères, t o u s nobles. pour

Leur

langue

exprimer

cette

n'a

pas m ê m e de terme

prétendue distinction des

n a i s s a n t e s . L e s C h i n o i s , qui o n t c o n s e r v é leurs a n n a l e s d e p u i s les t e m s les p l u s r e c u l é s , e t q u i s o n t t o u s é g a l e m e n t les enfans de

l'empereur,

n'ont jamais pu s o u p ç o n n e r une inégalité d'origine entr'eux. D e ce p r i n c i p e , q u e l ' e m p e r e u r est le p è r e , et les sujets ses e n f a n s , naissent tous les d e v o i r s d e la s o c i é t é , t o u s c e u x d e la m o r a l e , t o u t e s l e s v e r t u s h u m a i n e s , la r é u n i o n d e t o u t e s l e s v o l o n t é s p o u r l e b i e n c o m m u n d e la f a m i l l e , p a r c o n s é q u e n t l ' a m o u r d u t r a v a i l , et s u r - t o u t de l'agriculture. C e t a r t est h o n o r é , les

p r o t é g é , p r a t i q u é par

e m p e r e u r s , par les grands magistrats , q u i

s o n t l a p l u p a r t d e s fils d e s i m p l e s l a b o u r e u r s , élevés

suivant l'usage

mérite

aux p r e m i è r e s d i g n i t é s de l'empire, e n f i n

c o n s t a n t , par leur seul

p a r t o u t e la n a t i o n , q u i a l e b o n s e n s d ' h o n o rer l'art

le

plus

utile ,

celui

qui n o u r r i t les

h o m m e s , p r é f é r a b l e m e n t a u x arts d e m o i n d r e nécessité.


(99) Cérémonie

de l'ouverture

des

terres.

C h a q u e a n n é e , l e q u i n z i è m e jour d e l a p r e mière lune, qui répond ordinairement aux prem i e r s j o u r s d e m a r s , l ' e m p e r e u r fait e n p e r s o n n e 1a c é r é m o n i e d e l ' o u v e r t u r e d e s t e r r e s . L e p r i n c e se t r a n s p o r t e e n g r a n d e p o m p e a u c h a m p d e s t i n é à la c é r é m o n i e . L e s p r i n c e s d e la famille i m p é riale , les p r é s i d e n s d e s c i n q grands t r i b u n a u x , et u n n o m b r e

infini

de mandarins, l'accom-

p a g n e n t . D e u x côtés du c h a m p sont b o r d é s p a r les officiers e t l e s g a r d e s d e l ' e m p e r e u r ; l e t r o i sième

est réservé à tous les l a b o u r e u r s d e la

province,

qui accourent

pour

voir

leur art

h o n o r é et p r a t i q u é p a r le chef d e l ' e m p i r e . L e s mandarins occupent le quatrième. L'empereur

entre

seul

dans

l e c h a m p , se

p r o s t e r n e et f a p p e n e u f fois la tête c o n t r e terre pour

a d o r e r l e Tien,

c'est-à-dire, l e D i e u d u

C i e l . Il p r o n o n c e à h a u t e v o i x u n e p r i è r e r é g l é e p a r l e t r i b u n a l d e s r i t e s , p o u r i n v o q u e r la b é n é diction du grand

maître

sur s o n travail et sur

c e l u i d e t o u t s o n p e u p l e q u i e s t sa f a m i l l e . Ens u i t e , en q u a l i t é d e p r e m i e r p o n t i f e d e l ' e m p i r e , il i m m o l e u n b œ u f q u ' i l o f f r e a u C i e l , c o m m e au m a î t r e d e t o u s les b i e n s . P e n d a n t qu'on m e t lu v i c t i m e e u p i è c e s , et q u ' o n la p l a t e

I.2

sur u n


(100) autel , on amène à l'empereur u n e chaîne attelée d ' u n e paire de b œ u f s m a g n i f i q u e m e n t o r n é s . L e p r i n c e q u i t t e ses h a b i t s i m p é r i a u x , saisit le m a n c h e d e la c h a r u e , e t o u v r e p l u s i e u r s s i l l o n s dans

toute l'étendue

du c a m p ,

puis d ' u n air

aisé , il r e m e t la c h a r r u e a u x p r i n c i p a u x

man-

d a r i n s q u i l a b o u r e n t s u c c e s s i v e m e n t , se p i q u a n t les u n s

et l e s a u t r e s d e

f a i r e ce t r a v a i l h o n o -

rable avec p l u s de dextérité. La c é r é m o n i e finit par distribuer de l'argent et des pièces

d'étoffes

a u x l a b o u r e u r s q u i s o n t p r é s e n s , et d o n t

les

p l u s a g i l e s e x é c u t e n t le r e s t e d u l a b o u r a g e a v e c adresse et p r o m p t i t u d e

en présence

de

l'em-

pereur. Q u e l q u e t e m s a p r è s q u ' o n a d o n n é à la terre t o u s l e s l a b o u r s et l e s e n g r a i s n é c e s s a i r e s , l ' e m pereur vient de n o u v e a u c o m m e n c e r la s e m a i l l e d e s o n c h a m p , t o u j o u r s a v e c c é r e m o n i e et

en

présence des l a b o u r e u r s . La

même

cérémonie

se p r a t i q u e

le

même

j o u r d a n s t o u t e s les p r o v i n c e s de l ' e m p i r e

par

les v i c e - r o i s , assistés d e t o u s les m a g i s t r a t s d e l e u r d é p a r t e m e n t , et t o u j o u r s en p r é s e n c e grand

nombre

de

laboureurs

d e la

d'un

province.

J ' a i vu cette o u v e r t u r e des terres à C a n t o n , et je n e m e r a p p e l l e p a s a v o i r j a m a i s vu a u c u n e des cérémonies

inventées

par

les h o m m e s ,

avec


(101) autant

de

plaisir et de satisfaction

ai e u à c o n s i d é r e r

que

Encouragemens de

l'Agriculture.

L'agriculture Chinoise a bien d'autres ragemens.

j'en

celle-là.

Chaque

année

,

les

encou-

vice-rois

de

c h a q u e p r o v i n c e e n v o i e n t à la c o u r les n o m s d e s laboureurs

de b o n n e s

m œ u r s , qui

se s o n t

plus distingués dans leur culture , soit en chant

et

comme

faisant stériles

davantage , par

valoir

des

,

en

soit

une

terreins faisant

meilleure

terrein a n c i e n n e m e n t

mis en

le

défri-

regardes rapporter

culture ,

un

valeur.

T o u s ces n o m s s o n t p r é s e n t é s à l ' e m p e r e u r , qui

accorde

aux

cultivateurs

nommés ,

titres h o n o r a b l e s p o u r les d i s t i n g u e r d u m u n . Si u n l a b o u r e u r

a fait q u e l q u e

v e r t e assez i m p o r t a n t e , et sur l'amélioration ou

si

de

par quelque

qui

puissse

l'agriculture endroit

,

il

des com-

découinfluer

publique mérite

,

des

é g a r d s p l u s d i s t i n g u é s q u e les a u t r e s , l ' e m p e r e u r l ' a p p e l l e à P é k i n , l e fait v o y a g e r a u x f r a i s d e l ' e m p i r e et a v e c d i g n i t é , le r e ç o i t d a n s s o n p a l a i s , l ' i n t e r r o g e s u r ses t a l e n s , s u r s o n â g e , s u r l e n o m b r e d e ses e n f a n s , s u r l ' é t e n d u e

et

l a q u a l i t é d e ses t e r r e s , l ' a c c a b l e d e b o n t é s , e t

I3


( 102 ) le r e n v o i e à sa c u l t u r e a v e c u n t i t r e h o n o r a b l e ,

et comblé d e ses b i e n f a i t s . L e q u e l est l e p l u s h e u r e u x , o u d u P r i n c e q u i se c o n d u i t a i n s i , o u d e l a n a t i o n q u i e s t a i n s i gouvernée ? C h e z u n p e u p l e o ù t o u s s o n t égaux , et o ù tous aspirent après

l e s distinctions ,

d'autant

p l u s h o n o r a b l e s , q u e le m é r i t e s e u l l e s p r o c u r e , d e tels e n c o u r a g e m e n s d o i v e n t b i e n i n s pirer l ' a m o u r d u travail et l ' é m u l a t i o n p o u r la culture des terres. Attention

du Gouvernement

Chinois.

En g é n é r a l , toute l ' a t t e n t i o n d u g o u v e r nement Chinois est d i r i g é e v e r s l'agriculture. L e soin

principal d ' u n père de famille doit

de p e n s e r à la subsistance

de ses enfans.

être Ainsi

l ' é t a t d e s c a m p a g n e s est le g r a n d o b j e t d e s t r a v a u x , d e s v e i l l e s et d e s s o l l i c i t u d e s d e s m a g i s t r a t s . On c o n ç o i t f a c i l e m e n t q u ' a v e c d e

telles

d i s p o s i t i o n s , le g o u v e r n e m e n t n ' a p a s n é g l i g é d ' a s s u r e r aux c u l t i v a t e u r s l a l i b e r t é , l a p r o p r i é t é et

l'aisance ,

d'une Les

bonne

qui

sont

les seuls

fondemens

agriculture.

Chinois

jouissent

librement

de

leurs

p o s s e s s i o n s p a r t i c u l i è r e s et d e s b i e n s q u i , n e p o u v a n t être partagés p a r leur nature , appar-


( 103 ) t i e n n e n t à t o u s , tels q u e la m e r , les

fleuves,

les c a n a u x , l e p o i s s o n q u ' i l s c o n t i e n n e n t , e t toutes la

l e s b ê t e s s a u v a g e s . A i n s i la n a v i g a t i o n ,

pêche

et la

chasse sont libres.

Celui

a c h e t e u n c h a m p , o u q u i le r e ç o i t e n d e ses

pères

qui

héritage

, en est seul s e i g n e u r et m a î t r e .

L e s terres s o n t libres c o m m e les h o m m e s

,

p a r c o n s é q u e n t p o i n t de services et p a r t a g e s , point

d e l o d s et v e n t e s , p o i n t de ces h o m m e s

intéressés

à desirer

le

malheur

ces fermiers, d e services , q u i ne jamais plus

public ,

de

s'enrichissent

que l o r s q u ' u n défaut de récolte a

r u i n é l e s c a m p a g n e s , e t r é d u i t le laboureur à mourir

malheureux

de faim , a p r è s avoir sué

t o u t e l ' a n n é e p o u r n o u r r i r ses frères ; p o i n t d e ces h o m m e s

dont

la p r o f e s s i o n

été enfantée dans le délire s o u s les p a s

desquelles

naissent des

de p r o c è s q u i a r r a c h e n t le charrue , obscures fendre

pour

l'envoyer

et d a n g e r e u s e s

destructive

a

des loix féodales ,

dans de

milliers

cultivateur les

de

la c h i c a n e ,

ses d r o i t s , et p e r d r e u n t e m s

sa

retraites dé-

précieux

p o u r la n o u r r i t u r e d e s h o m m e s .

Les impôts établis à la Chine sont

invariables.

Enfin , il n'y a p o i n t d ' a u t r e s e i g n e u r ,

point


( 1 0 4 ) d'autre décimateur

q u e le p è r e c o m m u n d e la

famille , l ' e m p e r e u r .

Les b o n z e s , a c c o u t u m é s

à r e c e v o i r les a u m ô n e s d ' u n p e u p l e c h a r i t a b l e , seroient

mal

reçus

à

a u m ô n e est u n d r o i t La Cet

impôt , qui

dixième partie

prétendre

que

cette

q u e le ciel l e u r a d o n n é . Dîme.

n'est pas

exactement

d u p r o d u i t , est r é g l é

la

suivant

l a n a t u r e d e s t e r r e s ; d a n s l e m a u v a i s s o l , ce n ' e s t q u e la t r e n t i è m e p a r t i e , e t c . L a d i x i è m e p o r t i o n d e t o u s les p r o d u i t s d e la terre a p p a r tient à l'empereur. droit connu

imposé

sur

Voila les

le

seul

terres , le

en Chine , depuis

et

unique

seul

n a r c h i e ; et ce q u ' i l y a d ' h e u r e u x , le des C h i n o i s

pour

tribut

l ' o r i g i n e d e la

les usages a n c i e n s

mo-

respect e s t tel ,

qu'il ne sçauroit t o m b e r dans l'esprit de l'empereur

d e v o u l o i r l ' a u g m e n t e r , ni d a n s c e l u i

des sujets de c r a i n d r e cette a u g m e n t a t i o n . Le

p e u p l e le p a y e en n a t u r e ,

fermiers

avides , mais

à

non

a

des

des magistrats i n t è g r e s ,

q u i e n s o n t les régisseurs n a t u r e l s . Q u i

pour-

r o i t c a l c u l e r l e m o n t a n t d e ce t r i b u t q u i p a r o î t si m o d i q u e , m a i s q u i est l e v é s u r

toutes

les

t e r r e s d ' u n a u s s i v a s t e e m p i r e , le m i e u x c u l t i v é q u ' i l y ait au m o n d e ?


(105) Ce

t r i b u t est

fidélité

payé

, qu'on

destiné.

d'autant

plus

de

a u q u e l il

est

O n sçait q u ' u n e p a r t i e de cette d î m e

est r e n f e r m é e

dans des

distribués dans p i r e , et

avec

c o n n o î t l'usage magasins

immenses ,

t o u t e s les p r o v i n c e s

réservée

pour

la

de

l'em-

subsistance

des

m a g i s t r a t s et d e s s o l d a t s . O n sçait q u e d a n s le cas de disette , ces m a g a s i n s s o n t o u v e r t s p o u r rendre à un peuple une

denrée

qu'on

qui a

est

tirée

dans de

le b e s o i n

lui

dans

,

son

abondance. E n f i n , t o u t e la n a t i o n s ç a i t q u e l ' a u t r e p a r t i e de

cette

dîme

est v e n d u e

d a n s les

marchés

p u b l i c s , et q u e le p r o d u i t e n est p o r t e lement dans garde

les

trésors

est c o n f i é e au

Ho-pou

fidè-

de l ' e m p i r e , d o n t la

tribunal

respectable

du

, p o u r n'en s o r t i r q u e d a n s les b e s o i n s

c o m m u n s de la f a m i l l e .

Comparaison

de l'Agriculture de l'Afrique

l'Asie

et de

à celle ce la Chine.

R a p p e l l e z - v o u s à - p r é s e n t ce q u e j ' a i d i t d e s loix , des m œ u r s , des usages des n a t i o n s de l'Afrique examiné

et de

différentes

l'Asie , d o n t

j'ai

l'état de l'agriculture. C o m p a r e z n a -

t i o n à n a t i o n , j u g e z si le m a l h e u r e u x

Malabare,


( 1 0 6 ) ans

propriété ,

soumis

au

gouvernément

t y r a n n i q u e d e s M o g o l s ; si u n p e u p l e d ' e s c l a v e s , la

tête

t o u j o u r s c o u r b é e s o u s l e s c e p t r e d e fer

du d e s p o t e de

S i a m ; si

agitée

toujours

et

la

asservie

loix , peuvent , m ê m e

nation par

Malaise ,

l'abus de

en p o s s é d a n t les

l e u r e s t e r r e s q u ' i l y ait au i n o n d e , j o u i r agriculture ChinoiS ,

aussi

florissante

gouverné

comme

que

le

une

ses

meild'une peuple

famille ,

et

s o u m i s aux seules loix de la r a i s o n . Je

le r é p é t e r a i

d o n c avec

confiance : dans

t o u s les pays d u m o n d e , l'état de l'agriculture d é p e n d u n i q u e m e n t des loix qui y s o n t établies , et d e s m œ u r s , m ê m e d e s p r é j u g é s q u e ces l o i x donnent. Que pour

les h o m m e s se r e n d r e

se

sont d o n n é s de peine

malheureux

d'un

bout

de la

terre à l'autre ! Créés p o u r vivre en famille , p o u r

cultiver des

la t e r r e , p o u r j o u i r , p a r l e u r travail ,

dons

infinis

du

créateur,

ils

n'avoient

q u ' à p r ê t e r l ' o r e i l l e à l a v o i x d e la n a t u r e ; e l l e leur

indiquoit

le b o n h e u r

i c i - b a s . Ils se s o n t

fatigues l'esprit p o u r i m a g i n e r des b a r b a r e s , des n'étant

pas

législations

conformes

institutions

alambiquées , qui ,

à la

loi

que

chaque

h o m m e p o r t e d a n s s o n c œ u r , n ' é t a n t pas faites

pour

des h o m m e s , n ' o n t p u s'établir q u e

par


(

107

)

la f o r c e , e n inondant l a t e r r e de s a n g . C e s l o i x une

fois

établies , o n t

continué

de désoler la

terre en o p p r i m a n t l'agriculture , et en arrêtant

la population. État Quel

de l ' A g r i c u l t u r e en

spectacle p o u r

Europe.

un voyageur attentif,

q u e l ' é t a t d e la c u l t u r e c h e z l e s d i f f é r e n s p e u p l e s q u i p a r t a g e n t la terre ! E n E u r o p e , il l a v o i t f l o r i s s a n t e a u j o u r d ' h u i c h e z u n e n a t i o n , q u i pen h u i t - p l u s i e u r s s i è c l e s a n t é r i e u r s é t o i t r é d u i t e à a l l e r m e n d i e r sa n o u r riture chez

des voisins qui jouissoient

d'une

p l u s g r a n d e é t e n d u e de terre et d ' u n climat p l u s h e u r e u x q u ' e l l e . P e n d a n t ces siècles d e b a r b a r i e , la p e r t e d e s a l i b e r t é e t d e s o n d r o i t d e propriété

avoit

entraîné

celle d e sa c u l t u r e ;

elle n'a r e c o u v r é ces d e u x droits naturels , et relevé les f o n d e m e n s renversés de s o n agricul-

malheurs, sang.

ture , q u e p a r des atrocités et des

faisant

couler des ruisseaux de En

en

Afrique.

L ' A f r i q u e en g é n é r a l , d o n t l e s c o n t r é e s l e s plus connues a n c i e n n e m e n t , étoient regardées c o m m e les greniers de l ' u n i v e r s , n e p r é s e n t e plus , d e p u i s la

perte

d e sa l i b e r t é , q u e d e s


(108) terres

en

friche , o u

mal cultivées , par

des

esclaves. En

Amérique.

L e m i d i de l ' A m é r i q u e , cages , de r o n c e s

couvert de

maré-

et de f o r ê t s , v o i t ses t e r r e s

i m m e n s e s , e n d u r c i e s p a r la s u e u r m ê m e d e s e s c u l t i v a t e u r s dans les fers. L e n o r d de cette p a r t i e d u m o n d e est h a b i t é par de

petits

peuples

sauvages ,

misérables

et sans agriculture , m a i s h o m m e s , j o u i s s a n s d e la l i b e r t é , peut-tire

et

p a r là m o i n s

malheureux

q u e la f o u l e d e s n a t i o n s

prétendues

p o l i c é e s , q u i , plus éloignés q u ' e u x des loix de la n a t u r e donne ,

par font

la p r i v a t i o n d e s efforts

des droits

impuissans

qu'elle pour

se

p r o c u r e r l e b o n h e u r , q u i e s t l'effet d ' u n e b o n n e agriculture. En Le région un

vaste

Asie.

c o n t i n e n t de l'Asie

offre ici

i m m e n s e t o u t e en friche , h a b i t é e

p e u p l e de b r i g a n d s plus Occupés de

une par vol

q u e d e c u l t u r e . L à , un g r a n d e m p i r e , a u t r e f o i s si

florissant

désolé

et

si

bien

p a r les g u e r r e s

cultivé ,

aujourd'hui

civiles, habité par un

reste de p o p u l a t i o n q u i m e u r t de faim , faute de


(109) de c u l t u r e , et qui r é p a n d son sang , n o n recouvrer

sa liberté , m a i s p o u r

pour

changer

de

P r e s q u e t o u t e cette belle et r i c h e p a r t i e

du

tyran. m o n d e , q u i fut le b e r c e a u d u g e n r e h u m a i n , v o i t ses t e r r e s d a n s l ' e s c l a v a g e et ses c u l t i v a t e u r s e n c h a î n é s , o u s o u s le d e s p o t i s m e a v e u g l e d e s s o u v e r a i n s q u i la p a r t a g e n t ,

o u sous le j o u g

destructeur des loix féodales. Enfin , l'extrémité o r i e n t a l e du c o n t i n e n t de l ' A s i e , h a b i t é e p a r la n a t i o n C h i n o i s e , d o n n e une

idée ravissante de

ce q u e s e r o i t t o u t e l a

t e r r e , si les l o i x d e c e t e m p i r e é t o i e n t é g a l e m e n t celles de t o u s les p e u p l e s . C e t t e g r a n d e agricole r é u n i t à l ' o m b r e de son fondée

sur

une

nation

agriculture ,

liberté raisonnable ,

t o u s les

a v a n t a g e s différens des p e u p l e s p o l i c é s et ceux qui sont sauvages. La b é n é d i c t i o n à l'homme

dans

le m o m e n t

de

la

création,

s e m b l e n ' a v o i r e u s o n p l e i n effet q u ' e n d e ce p e u p l e m u l t i p l i é c o m m e

de

donnée faveur

les g r a i n s

de

sable sur les b o r d s de la m e r . P r i n c e s , q u i jugez, les n a t i o n s ! q u i êtes les a r b i t r e s d e l e u r s o r t , v e n e z à c e s p e c t a c l e , il est d i g u e de v o u s . V o u l e z - v o u s faire

naîre

l ' a b o n d a n c e d a n s vos états , favoriser la m u l t i p l i c a t i o n d e v o s p e u p l e s . et l e s r e n d r e h e u r e u x ?

K


(110) voyez cette m u l t i t u d e i n n o m b r a b l e qui couvre

les t e r r e s d e l a Chine , q u i n ' e n l a i s s e pas u n p o u c e s a n s c u l t u r e ; c ' e s t l a l i b e r t é e t son d r o i t de propriété florissante

q u i o n t f o n d é u n e a g r i c u l t u r e si

, au m o y e n

de

l a q u e l l e ce p e u p l e

h e u r e u x s'est m u l t i p l i é c o m m e le g r a i n d a n s ses campagnes. A s p i r e z - v o u s à la g l o i r e d ' ê t r e les p l u s p u i s sans , les p l u s riches , les p l u s h e u r e u x s o u v e r a i n s d e la terre ? v e n e z à P é k i n , v o y e z le p l u s p u i s s a n t d e s m o r t e l s , a s s i s s u r le t h r ô n e à c ô t é d e l a r a i s o n . Il n e c o m m a n d e p a s , il i n s t r u i t ; ses p a r o l e s n e s o n t p a s d e s a r r ê t . ; ce s o n t d e s d e j u s t i c e et d e s a g e s s e . S o n

peuple

lui obéit , parce que l'équité seule lui

maximes

inspire

l e s v o l o n t é s q u ' i l a n n o n c e . Il est le p l u s p u i s s a n t d e s h o m m e s , p a r c e q u ' i l r è g n e sur les c œ u r s d e la p l u s n o m b r e u s e s o c i é t é d ' h o m m e s q u ' i l y a i t a u m o n d e , e t q u i e s t sa f a m i l l e . Il e s t l e p l u s r i c h e d e t o u s l e s s o u v e r a i n s , p a r c e q u ' u n e é t e n d u e de six c e n t s lieues de t e r r e , d u n o r d au sud , et a u t a n t de l'est à l'ouest , cultivée jusqu'au s o m m e t des m o n t a g n e s , lui p a y e la d î m e des m o i s s o n s a b o n d a n t e s

qu'elle

p r o d u i t sans cesse , et p a r c e q u ' i l est é c o n o m e d u bien de ses enfans.

Enfin

, il est le p l u s h e u r e u x d e s m o n a r q u e s ,


( 111 ) P u i s q u ' i l g o û t e t o u s les j o u r s l e p l a i s i r i n e f f a b l e de r e n d r e h e u r e u s e la p l u s d'hommes

grande

multitude

q u i s o i t r a s s e m b l é e s u r l a t e r r e . Il

j o u i t seul d u b o n h e u r q u e p a r t a g e n t ses e n f a n s innombrables

qui

lui

sont

tous

également

c h e r s , et q u i v i v e n t c o m m e frères , c h a c u n e n l i b e r t é e t d a n s l ' a b o n d a n c e , s o u s sa p r o t e c t i o n . Il est a p p e l é l e fils d u Tien

, il est la v r a i e ,

la

p l u s p a r f a i t e i m a g e d u c i e l d o n t il i m i t e l a b i e n faisance.

Enfin

son

peuple

reconnoissant

l ' a d o r e c o m m e u n d i e u , p a r c e q u ' i l se c o n d u i t comme

un

homme.


D I S C O U R S Prononcé

par

M.

à

l'Isle

arrivée

P O I V R E,, à de

ME.S

LES

S I

ordres du

E

roi

son

,

aux

assemblés

au

m'ont envoyé

dans

Habitans de la Colonie Gouvernement.

France

U R S ,

qui

c e t t e c o l o n i e e n q u a l i t é d e c o m m i s s a i r e p o u r sa majesté , m e disent en t e r m e s précis de ne rien n é g l i g e r d e t o u t ce q u i p o u r r a c o n t r i b u e r à son bonheur. V o u s serez, c o n v a i n c u s d e l ' i n t é r ê t que

notre

monarque

et

son

digne

singulier ministre

p r e n n e n t à l a f é l i c i t é d e s c o l o n s d e ces i s l e s , p a r l ' é n u m é r a t i o n d e s b i e n f a i t s q u e sa m a j e s t é v e r s e sur v o u s . Outre le nouveau

conseil supérieur q u e le

r o i v i e n t d ' é t a b l i r d a n s cette isle , p o u r y faire r é g n e r la j u s t i c e , p r o t é g e r l e s m œ u r s , e t p u n i r le c r i m e q u i t r o u b l o i t l ' o r d r e

et la p a i x d e

K3

la


(114) c o l o n i e , sa m a j e s t é a c r é é u n t r i b u n a l T e r r i e r , d a n s la s e u l e v u e d e v o u s a s s u r e r v o s p r o p r i é t é s au-dedans. U n e l é g i o n d e t r o i s m i l l e h o m m e s est d e s t i n é e à les d é f e n d r e c o n t r e l ' e n n e m i d u

dehors.

L a l i b e r t é d u c o m m e r c e v o u s est a c c o r d é e d e p u i s le cap de B o n n e - E s p é r a n c e , d a n s toutes les m e r s d e s I n d e s . Les a p p r o v i s i o n n e m e n s en denrées de l'Europe , mêmes,

tels

que

vous

vous sont

les

demanderez

assurés. Le

vous-

ministre

s'est

e n g a g é d ' o b l i g e r la c o m p a g n i e à v o u s les f o u r n i r suivant l'état de v o s b e s o i n s , qui lui sera adressé annuellement. U n tarif, a r r ê t é p a r l e m ê m e m i n i s t r e , m o d è r e le p r i x d e ces d e n r é e s au p l u s g r a n d des

cultivateurs , et p r é v i e n t

les

avantage

monopoles

d o n t i l s o n t é t é si s o u v e n t l e s v i c t i m e s . V o s t e r r e s , M e s s i e u r s les c o l o n s , s e r o n t r e n due s l i b r e s , c o m m e v o u s l'êtes v o u s - m ê m e s ; car v o u s êtes e x e m p t s de toute espèce d ' i m p o s i t i o n . Vous

avez

dans

les

magasins

du

roi

un

d é b o u c h é certain du superflu de t o u s les g r a i n s qui p o u r r o i e n t v o u s rester , faute de c o n s o m m a t e u r s . J e suis a u t o r i s é d e les r e c e v o i r à u n p r i x q u i v o u s sera p a y é e n l e t t r e s - d e - c h a n g e

,

à trois m o i s de v u e sur Messieurs les trésoriers


(

généraux

des

115

)

c o l o n i e s , c'est-à-dire, sur notre

P r o p r e caisse. Votre p a y e m e n t ne sçauroit mieux assuré ,

et v o u s

devez

être

c o m p t e r sur la

plus grande exactitude. A la p l a c e d e c e s p a p i e r s - m o n n o i e , d o n t l a v a l e u r a t o u j o u r s été si i n c e r t a i n e , n o u s v o u s avons apporté

effectif,

de l'argent

qui

vous

m e t t r a d a n s le cas d e r é a l i s e r v o s f o r t u n e s , q u i d o n n e r a d e s r e s s o u r c e s à V o t r e c u l t u r e , et d e l'activité à v o t r e c o m m e r c e . Deux

flûtes

et quelques

entretenus dans pour

vous

transports

ces

brigantins

seront

isles a u x d é p e n s d u roi ,

mettre dans l'abondance considérables

par

de t r o u p e a u x ,

des qui

s e r o n t tirés de M a d a g a s c a r . E n f i n , le r o i v o u s a a c c o r d é ,

à vous

spé-

c i a l e m e n t , des l e t t r e s - p a t e n t e s q u i o b l i g e n t la compagnie

de

payer

toutes

les

créances

v o u s avez sur e l l e . V o u s p o u v e z , d è s

que

aujour-

d ' h u i , r é a l i s e r les fruits d e v o s t r a v a u x p a s s é s , soit en p r e n a n t dans les magasins de pagnie ,

pour

p o r t e u r s , les

les

papiers

marchandises

dont don

la

com-

vous vous

êtes aurez

b e s o i n , soit en v o u s faisant d é l i v r e r des lettr de-change ,

qui

vous

seront

payées

s-

à

trois

sensibles à

cette

m o i s d e v u e , en c o n t r a c t s . Vous

serez

encore

plus


(116) marque

d i s t i n g u é e d e la p r o t e c t i o n

lorsque

vous

dernière

sçaurez q u e

g u e r r e o n t laissé

du

roi ,

les m a l h e u r s

d e la

la

compagnie

I n d e s d a n s u n d é l a b r e m e n t difficile que cette efforts

compagnie

pour

a

renvoyer

fait les à des

des

à réparer ;

plus

grands

tems plus heu-

r e u x , et p e u t - ê t r e t r è s - é l o i g n é s , le p a y e m e n t de v o s créances sur elle ; q u e cette étant

un

objet

très-important

sembloit , à beaucoup

compagnie

pour

une p r o t e c t i o n de préférence

sur v o u s ;

d a n s ce c o n f l i t d ' i n t é r ê t s o p p o s é s , l a de

votre

cause

a trouvé

a u p r è s d u t h r ô n e , M. hautement obtenu f i x e n t le s u r la

vous que

un

puissant

de Praslin

protecteur du

s'est

des

appui declaré

colons ,

lettres - patentes

terme

mais justice

qui

et

a

assurent

et

p a y e m e n t de vos créances

compagnie.

Vous des

le

des

l'état ,

de gens , avoir droit à

voyez , Messieurs , par

bienfaits êtes

les

d o n t le r o i enfans

toute préférence

celui qui

l'énumération

vous comble ,

chéris vous

de est

que

la patrie , accordée

et

par

e n est le p è r e .

V o i c i la r e c o n n o i s s a n c e q u ' i l e x i g e d e v o u s . Sa m a j e s t é d e s i r e , s u r t o u t e s c h o s e s , q u e . v o u s soyez Le

heureux. bonheur

de

cette

colonie ,

et

votre


(117) b o n h e u r particulier d é p e n d e n t de vous seuls. Le

roi

vous

l'unique

ordonne

d'y travailler

;

c'est

p r i x q u ' i l v e u i l l e d e ses b i e n f a i t s .

O b é i s s e z d o n c avec t o u t le t r a n s p o r t r e c o n n o i s s a n c e et d e

l'intérêt à un

de

la

comman-

d e m e n t si d o u x à s u i v r e , si d i g n e d e l a b o n t é de

notre

auguste

monarque.

h e u r e u x , en cultivant d'ardeur

vos

Rendez - vous

terres

et p l u s d ' i n t e l l i g e n c e

l ' a v e z fait j u s q u ' à p r é s e n t . êtes tout-à-la-fois ciers de cette

avec

que vous

Pensez

que

plus ne vous

les d é f e n s e u r s et les n o u r r i -

c o l o n i e p e n d a n t la p a i x .

V o u s ê t e s p l u s : p e n d a n t l a g u e r r e , la p a t r i e vous

regarde

comptoirs

comme

des

Indes

les et

défenseurs les

de

nos

nourriciers

des

escadres, ainsi q u e des t r o u p e s q u i v o u s s e r o n t envoyées , tant p o u r défendre vos propriétés , que en

pour

protéger notre

commerce

national

Asie. Jusqu'ici

chaque

intérêt privé,

n'a

colon , aveuglé regardé

cette

par

son

colonie

que

c o m m e u n lieu d e passage , et n e s'est a t t a c h é qu'aux par

moyens

toutes

de

sortes

promptement

en

Permettez-moi

faire de

une rapide

voies, pour

fortune retourner

France. de v o u s le d i r e ,

Messieurs ,

le c o l o n q u i , s o u s u n ciel a u s s i h e u r e u x

que


(118) celui

d e cette isle ,

fertile

habitant

une

, e x e m p t de toute espèce

terre

aussi

d'impositions

e t de d r o i t s , a u m i l i e u d e t o u t e s l e s p r o d u c tions de l'univers

que

la m e r lui a p p o r t e ,

n'a

p a s s ç u s e p r o c u r e r le b o n h e u r q u ' i l c h e r c h e , n e le

trouvera j a m a i s eu France.

V o y e z la p l u p a r t de ceux q u i o n t été séduits p a r une e r r e u r a u s s i d a n g e r e u s e ; l e s

uns

ont

é t é e m p o r t é s p a r le p r e m i e r h i v e r d o n t ils o n t essuyé

les r i g u e u r s ; les

consommé leur avoit

en p e u d e

autres,

tems

après

avoir

cette fortune

qui

p r o m i s d e s p l a i s i r s si s é d u i s a n s , si

durables , à peine

échappés à tous

les m a u x

q u e t r a î n e a p r è s l u i u n f r o i d d o n t ils

avoient

p e r d u l a d o u l o u r e u s e h a b i t u d e , se s o n t h â t é s de revenir

dans

cette isle , d o n t ils

d ' a b o r d m é c o n n u les

avoient

avantages.

I n t e r r o g e z - l e s , ils v o u s d i r o n t c o m b i e n les

plaisirs

bruyans

de

la c a p i t a l e

qui

s é d u i s e n t de l o i n , sont m i s é r a b l e s , les v o i t douze sont

de

p r è s ; ils

m o i s de

vous

l'année,

un printems

diront

q u i , dans

tous vous

lorsqu'on que

des

cette isle

continuel , en France

on

e n p a s s e six d a n s la d o u l e u r : l a n a t u r e e n t i è r e n ' y offre q u e d e s o b j e t s t r i s t e s , e t p a r o î t d a n s u n état de m o r t ,

frappée de

la

malédiction

du ciel. L ' h u m a n i t é , accablée des besoins que


(119) la r i g u e u r d u f r o i d m u l t i p l i e , ces

six mois

de rhumatismes , et d ' u n e

foule

de fluxions de poitrine ,

de maladies

inconnues dans l'heureux Ils une

vous terre ,

y est p e n d a n t

assaillies d e r h u m e s , de g o u t t e , très-rares ,

d i r o n t q u e si l ' o n v e u t soit

pour

ou

climat d e cette isle.

assurer

acheter

son revenu

s o i t p o u r se l i v r e r a u x c h a r m e s

,

de l'agricul-

ture , o n e n est b i e n t ô t d é g o û t é p a r l e p e u d e rapport des

d u sol d e France , c o m p a r é avec celui

terres d e n o t r e isle. L à , des terres

ne p r o d u i s e n t qu'à force d e travail ,

usées

d'engrais

e t d e d é p e n s e s . O n r e t i r e d a n s les b o n s t e r r e i n s deux

récoltes en trois

années ;

et

quelles

récoltes , e n c o m p a r a i s o n d e c h a c u n e d e celles que

v o t r e s o l v o u s fournit

doubles

lement ? D'ailleurs , en achetant

annuel-

des terres

en F r a n c e , o n achète eu m ê m e - t e m s une foule d e p r o c è s q u i e n l è v e n t le r e p o s e t c o n s o m m e n t la fortune. Ils v o u s d i r o n t q u e l o r s q u ' o n p e n s e ê t r e p r o p r i é t a i r e , et j o u i r t r a n q u i l l e m e n t d e s o n r e v e n u , o n reçoit assignation sur assigation p o u r des d r o i t s i n c o n n u s d a n s cette

isle.

payer

La dîme

ecclésiastique, les servitudes, les droits de l o d s et v e n t e s , etplusieurs autres redevances seigneur i a l e s ; enfin , d a n s l e s a n n é e s m a l h e u r e u s e s ,


( 1 2 0 ) les i m p o s i t i o n s r o y a l e s n e l a i s s e n t p r e s q u ' a u cun revenu. O u

est sans cesse h a r c e l é p a r les

fermiers des droits , p a r des collecteurs ,

par

des c o m m i s s a i r e s à t e r r i e r s , p a r des inspecteurs de grands chemins , par des préposés aux corv é e s , p a r d e s g a r d e s - c h a s s e et p a r u n e d'hommes bien

autrement

terribles

c a m p a g n e s , q u e t o u s les i n s e c t e s

foule

dans

qui

les

même

e n F r a n c e s o n t p r e s q u e en aussi g r a n d n o m b r e , q u e l e s o n t ici c e u x d o n t v o u s v o u s p l a i g n e z . J e n'exagère rien , votre intérêt seul me dicte les vérités q u e j e v o u s r a p p e l l e . V o u s les c o n n o î t r e

devriez

aussi bien q u e m o i ; mais

une

l o n g u e a b s e n c e v o u s les a fait o u b l i e r , c o m m e la

santé , ou

la

prospérité

continuelles

font

o u b l i e r f a c i l e m e n t et les m a l a d i e s , et les m a l h e u r s i n n o m b r a b l e s qui a f f l i g e n t l ' h u m a n i t é . Revenez d o n c de l'erreur dans laquelle

vous

étiez t o m b é s . A t t a c h e z - v o u s à u n e c o l o n i e , le

climat , la s i t u a t i o n , le sol , l'aisance , la

liberté , t o u t c o n c o u r t à votre b o n h e u r . Elevez a u j o u r d ' h u i vos a m e s au-dessus d u vil intérêt qui vous aveugloit. R e c o n n o i s s e z la d i g n i t é de v o t r e V o u s ê t e s e n t r e la m é t r o p o l e

position.

et les p o r t s

de

l ' A s i e , o ù e l l e fait s o n c o m m e r c e , p o u r a s s u r e r d e ce

c ô t é ses i n t é r ê t s . L a p a t r i e , q u i

vous

i


(121) regarde

avec

tendresse

, compte

sur

vous ,

c o m m e sur des s e n t i n e l l e s a v a n c é s , p o u r a i d e r à ses o p é r a t i o n s . V o t r e d e v o i r , v o t r e votre

gloire sont

de garder

procurer avec ardeur dantes

pour

vos

votre

intérêt,

poste ,

des subsistances

frères

navigateurs qui

rendent , à vous particulièrement , en tems

qu'à

notre

p a y s , les

En

vous même-

s e r v i c e s les

fatigans et t o u t - à - l a - l o i s les p l u s

de

abon-

plus

utiles.

p o r t a n t l a c u l t u r e d e v o s t e r r e s à sa p l u s

g r a n d e p e r f e c t i o n , v o u s r e m p l i r e z les v u e s de la p a t r i e ; v o u s r e c o n n o î t r e z ses b i e n f a i t s ; v o u s en mériterez de n o u v e a u x . J e ne dois

pas

v o u s laisser i g n o r e r

gouvernement a vu

que

a v e c i n d i g n a t i o n ces

le

der-

nières é m i g r a t i o n s d'une m u l t i t u d e de c o l o n s , qui ont e m p o r t é en France des fortunes é n o r m e s , faites d a n s et

des tems

à la n a t i o n

également

qui

t e n i r cet é t a b l i s s e m e n t , même , qui, d'être

en en

cruelle

détresse.

ces

pour

sou-

et à la c o l o n i e

elle-

malgré tant de dépenses ,

état de

devoit

Si

malheureux ,

s'est é p u i s é e

fournir

attendre ,

fortunes

les

secours

s'est v u e

étoient

d a n s la

provenues

c u l t u r e d e s t e r r e s , si e l l e s a v o i e n t en

fournissant

à

nos

escadres

été des

L

loin qu'on plus

de

la

faites vivres


(122 ) a b o n d a n s , qui les e u s s e n t m i s e s d a n s le cas de défendre eussent

nos

c o m p t o i r s de l'Asie ,

été utiles

à la

nation ,

a l o r s elles

le

ciel et la

t e r r e se s e r o i e n t r é u n i s p o u r l e s b é n i r approuver. la

Mais

ces f o r t u n e s

ont

et

été

les

faites

p l u p a r t a u x d é p e n s d e la p a t r i e , d o n t e l l e s

ont augmenté Est-ce quelques

les

donc

malheurs.

pour

enrichir

particuliers ,

promptement

quelques

sang - sucs

p u b l i q u e s , q u e l'état e n t r e t i e n t à g r a n d s frais , à quatre mille lieues

de

ses p o r t s , u n e

q u i , jusqu'à présent , n'a gouffre ,

capable

trésors,

sans

de

soixante

cette isle ,

paroître

d'engloutir

améliorer

millions

sa

ont

seul

immense ? En

dépensés

q u o i l'Isle

de

de

travaux,

plus

q u ' e l l e ne l'étoit , l o r s q u e ç o i s y m i r e n t le

France utile

en

est-elle à l'état , Fran-

pied.

n o u r r i c i e r s , si

troupeaux

dépenses

les p r e m i e r s

Si c e t t e i s l e p r o d u i t a u j o u r d ' h u i grains

dans

i c i l ' e m p l o i d ' u n e s o m m e si

a u j o u r d ' h u i , à p r o p o r t i o n de tant de tant

ses Plus

d e p u i s sa p r i s e d e p o s s e s s i o n .

trouverons-nous

et de

tous

situation?

été

isle

qu'un

ou

y

trouve

quelques quelques

p e t i t n o m b r e , ces p r o d u c t i o n s

dédommagent-elles l'état ,

non-seulement

ses d é p e n s e s , m a i s d e la p e r t e

immense

de de


( 123 ) ses b o i s e t d e

la détérioration

qui en

est

la

suite. D e s h o m m e s a v i d e s et i g n o r a n s , n e p e n s a n t que p o u r e u x - m ê m e s , ont détruisant faire

les b o i s

aux

dépens

l a p i d e , ils que

des

pluies , à

et

un soleil

ravagé

de

la c o l o n i e

laissé

arides

à

une

leurs

fortune

successeurs

abandonnées

exposées sans abri

par

les

a u x o r a g e s , et

brûlant.

La nature les

en

de

n'ont

terres

l'isle ,

p a r le feu ; e m p r e s s é s

à t o u t fait p o u r l'Isle de F r a n c e :

hommes

y

ont

tout

détruit.

Les

forêts

m a g n i f i q u e s q u i c o u v r o i e n t le s o l , é b r a n l o i e n t autrefois ,

par leurs mouvemens ,

p a s s a g e r s , et les d é t e r m i n o i e n t en une

pluie

féconde :

les

les n u a g e s

à se r é s o u d r e

terres

qui

sont

e n c o r e en f r i c h e , n ' o n t p a s cessé d ' é p r o u v e r les mêmes

faveurs de la n a t u r e ; m a i s les p l a i n e s

q u i f u r e n t les p r e m i è r e s d é f r i c h é e s , e t q u i l e furent

par

le

feu ,

sans a u c u n e

b o i s , p o u r c o n s e r v e r au

réserve

moins

de

de l'abri a u x

r é c o l t e s , et u n e c o m m u n i c a t i o n a v e c l e s f o r ê t s , s o n t a u j o u r d ' h u i d ' u n e aridité s u r p r e n a n t e , et par

conséquent

b e a u c o u p m o i n s fertiles ; les

rivières m ê m e s , considérablement n e suffisent

diminuées,

pas toute l'année à abreuver leurs

r i v e s a l t é r é e s : le ciel ,

en

leur

refusant L

2

les


( pluies

abondantes

124

l e s o u t r a g e s faits à la Presque

toutes

)

ailleurs , semble y venger nature

et à

la r a i s o n .

les terres d e cette isle s o n t

c o n c é d é e s sans é c o n o m i e , sans discernement, sans principes ; m a i s

enfin elles

dées ,

terres peuvent à

et

toutes

ces

sont

concépeine

n o u r r i r leurs h a b i t a n s . Encore quelques années de destruction , l'Isle d e

France

ne seroit plus

faudroit

l'abandonner.

et

h a b i t a b l e , il

V o i l à d o n c q u e l est le fruit de ces dépenses é n o r m e s q u e l ' é t a t fait d e p u i s q u a r a n t e p o u r l'établissement de cette Les t r é s o r s de la F r a n c e , le fruit

sacré des travaux ,

sang de n o s tems ils

Messieurs , des

sueurs

c o n c i t o y e n s . . A s s e z et t r o p

ils o n t été e m p l o y é s

ont

été dissipés

sacrilèges. Les tems

et

années

colonie.

ici

sont et

du

long-

inutilement ;

pillés par

des

mains

du désordre sont passés.

L a p a t r i e h o n o r a n t d e sa c o n f i a n c e n o t r e n o u velle

a d m i n i s t r a t i o n , c o n s e n t de faire

u n effort p o u r

le

soutien

de

cette

encore

colonie ;

m a i s si d a n s l ' e s p a c e d e t r o i s o u q u a t r e a n n é e s , l'isle n ' e s t p a s e n é t a t d e n o u r r i r s e s h a b i t a n s , e t n e p r o m e t p a s d e f a i r e s u b s i s t e r les e s c a d r e s qu'une nouvelle

guerre

a u x I n d e s , j e suis

obligeroit

d'envoyer

chargé de v o u s

annoncer


(115) son

arrêt : elle sera r e g a r d é e c o m m e

de tout

secours , de

toute

indigne

protection :

elle

sera a b a n d o n n é e . Le sort de cette vôtre , sont

c o l o n i e , M e s s i e u r s , et le

aujourd'hui

e n t r e v o s m a i n s ; si

p a r u n e c u l t u r e p l u s a c t i v e et m i e u x vous

vous

mettez

vous-mêmes

d a n c e o ù le g o u v e r n e m e n t vous

pouvez

compter

protection. Je au

nom

entendue,

dans

l'abon-

desire vous

s u r la

plus

voir,

puissante

suis c h a r g é d e v o u s

promettre,

d u roi , t o u s les s e c o u r s d o n t

vous

a u r e z b e s o i n , et p e n d a n t la p a i x , et p e n d a n t la

guerre.

Vos

propriétés

et v o s

fortunes

,

d e v e n u e s utiles à l ' é t a t , en seront efficacement p r o t é g é e s ; et soyez b i e n

assurés

que

vous ne

m a n q u e r e z pas de

défenseurs , dès que

v o u s serez m i s en

état de

Que du

ce j o u r s o i t

rétablissement

aux

bienfaits

aux

généreux

donc de

la

les

l'heureuse colonie.

d e la m é t r o p o l e , transports

vous

nourrir. époque Sensibles

livrez-vous

d'une

émulation

patriotique ; que vos terres , devenues

libres,

et c u l t i v é e s avec p l u s d ' a r d e u r et d ' i n t e l l i g e n c e , v o u s r a p p o r t e n t de plus a b o n d a n t e s

récoltes,

qui

de

seront

tout-à-la-fois la richesse

l'Etat

et la vôtre. Que

les

terres

en

friche

soient L

3

mises

de


(126) toutes

parts

défrichées

en valeur , mais

avec

qu'elles

la plus grande

soient

économie des

bois ; q u e cesterres , n o u v e l l e m e n t

défrichées

par petites p o r t i o n s , restent séparées et b o r dées p a r quelques

toises

d'arbres

de haute-

futaie , q u i , e n garantissant v o s m o i s s o n s d e la fureur des v e n t s , c o n s e r v e r o n t à t o u t v o t r e s o l u n e f r a î c h e u r et u n e c o m m u n i c a t i o n taire

avec

les forêts.

les intentions

successivement m e n t , tant

Je vous

ferai

salu-

sçavoir

du gouverne-

s u r la manière d e d é f r i c h e r , q u i

sera la seule

permise

à l'avenir , q u e sur les

m o y e n s d e r e p l a n t e r , avec succès , d e s b o i s , dans les terres a n c i e n n e m e n t

dévastées p a r l e

feu. Qu'une

partie

de v o s terres

soit

mise e n

p â t u r a g e s p o u r la n o u r r i t u r e d e v o s b e s t i a u x ; car j e v o u s vont

préviens

q u e les troupeaux q u i

être transportés d e Madagascar

flûtes d u r o i , s e r o n t d i s t r i b u é s

p a r les

exclusivement

à ceux descolons q u iauront formé des pâturages , et e n p r o p o r t i o n de l'étendue d e leurs savannes. Que

toute

autre

culture

cède

aujourd'hui

p o u r un t e m s à c e l l e d e s g r a i n s nourriciers. L'état coton.

ne vous

demande

Les hommes

qu'il

encore

ni cale , n i

enverroit

à

votre


(127) défense , n ' e n v i v r o i t

p a s : vous

êtes

trop

é l o i g n é s d e la m é t r o p o l e , p o u r qu'elle puisse ,

en vous e n v o y a n t Tandis

cherches

ses d é f e n s e u r s , v o u s

de quoi

en m ê m e - t e m s

envoyer

les nourrir.

que les flûtes du r o i iront

nous

a u - d e h o r s des ressources p o u r

nous

mettre dans l ' a b o n d a n c e , tandis que les vaisseaux d e la c o m p a g n i e et lesarmateurs p a r t i culiers

seront

occupés

à nous

apporter

t o u t e s p a r t s les d e n r é e s q u e n o t r e isle fournit pas ,

que tout

François

vateur et soldat ; r e m u o n s lente ; tirons

d e s o n sein

qu'elle

à

offre

notre

soit ici culti-

cette

fécond

travail ;

de

ne nous

terre

excel-

les richesses montrons à

toutes lesnations ,jalouses de notre b o n h e u r , et qui nous accusent gèreté,

d'inconstance

q u e les François

sont

et delé-

capables

de

former u n e c o l o n i e p u i s s a n t e , q u a n d l a p a t r i e les a n i m e d e ses regards. C o m m e n ç o n s p a r nous mettre dans grande tems

abondance

viendra

vous livrer

possible

bientôt

auquel

la p l u s

d e d e n r é e s : le vous

à la culture de quelques

pourrez objets de

richesses ; alors l'abondance bien établie

vous

en a s s u r e r a la j o u i s s a n c e ; a l o r s v o u s serez r i c h e s et

puissans

:

a u t r e m e n t vos richesses

seroient

i n c e r t a i n e s et p r é c a i r e s , p a r c e q u e vous seriez


(128) sans puissance. Elles n e serviroient q u ' à a t t i r e r sur v o u s les forces de l ' e n n e m i , q u i n e v e r r o i t dans

cette

colonie ,

qu'une

proie

facile

à

enlever. les cultivateurs ,

Messieurs

vous

êtes

les

c o l o n n e s d e c e t é t a b l i s s e m e n t ; il est f o n d é SUR l'agriculture avoir

un

auxquels terre

nourricière

meilleur vous

,

et il

fondement.

ne

sçauroit

Les

travaux,

v o u s livrez , sont p a r toute l a

l e s p l u s n o b l e s et l e s p l u s h o n o r a b l e s d e

ceux q u i p e u v e n t occuper

l'homme.

Par-tout

ils i n t é r e s s e n t le g e n r e h u m a i n q u i , s a n s e u x , ne sçauroit Ici v o u s

subsister. exercez , c o m m e tous les c u l t i v a -

teurs du m o n d e , les fonctions sublimes , n o n s e u l e m e n t d e c o - o p é r a t c u r s d e la p r o v i d e n c e , de bienfaiteurs de l'humanité , mais de plus , celles de s o u t i e n s d e la p a i r i e , d e p r o t e c t e u r s d e s e s établissemens e n A s i e . T o u t e s s e s e s p é r a n c e s d e ce c o t é - l à s o n t f o n d é e s s u r l ' a c t i v i t é , sur l ' i n t e l l i g e n c e et le succès tions. Les pertes

que vous

de vos

éprouverez

opéradans

vos c u l t u r e s , seront des pertes p o u r l'état. V o s richesses , et

1'abondance

c o m b l e r o n t ses

de vos

récoltes

,

vœux.

D a n s u n e telle p o s i t i o n , v o u s devez c o m p t e r sur t o u s les é g a r d s , s u r t o u t e s les p r é f é r e n c e s


(129)

du

gouvernement.

que

je v o u s

ai

Les

bienfaits

annoncés

multipliés

aujourd'hui

de sa

p a r t , vous seront tout-à-la-fois un motif

pour

les m é r i t e r , et u n gage de c e u x a u x q u e l s v o s services v o u s d o n n e r o n t droit de p r é t e n d r e . Animé

de

son

esprit , et d é p o s i t a i r e de sa

confiance , je v o u s

offre t o u s les s e c o u r s q u e

vous pouvez réclamer.

L'autorité

que je

vais

e x e r c e r , n e s e r a e m p l o y é e q u e p o u r favoriser vos

travaux.

C o m m e , m a l g r é la d r o i t u r e de tions

,

moyens lumières

je ,

pourrois je

dont

compte j'aurai

me

mes

tromper

inten-

dans

les

vous

les

besoin pour vous

être

trouver

en

u t i l e . J e vous d e m a n d e avec instance vos conseils

pour porter

cette

colonie

au

plus haut

degré d ' a b o n d a n c e et de p r o s p é r i t é . N e craignez p a s , Messieurs, de m e

fatiguer,

d e m ' i m p o r t u n e r ; m o n t e m s est à v o u s , j e

ne

n e suis v e n u ici q u e p o u r s e r v i r n o t r e c o m m u n e p a t r i e , e n c o n t r i b u a n t de toutes mes forces à votre b o n h e u r . Instruisez-moi hardiment de mes erreurs , soyez persuadés qu'elles seront i n v o l o n t a i r e s . Faites - m o i

v o i r ce q u e m e s s e u l e s

lumières ne me feroient pas connoître , je ferai

un devoir

de

recevoir

me

vos avis , de les

discuter avec v o u s , et d'y acquiescer , dès q u e


(130) l a j u s t i c e , l ' i n t é r ê t d e l'état e t l e v ô t r e s'y t r o u veront

réunis.

A p r è s u n e déclaration aussi sincère de n o t r e p a r t , si v o t r e a g r i c u l t u r e t r o u v e e n c o r e q u e l q u e s o b s t a c l e s ; si q u e l q u e s a b u s , q u e l q u e s d é s o r d r e s e n a r r ê t e n t l e s p r o g r è s ; si l e m a l se p e r p é t u e ; si t o u t l e b i e n q u ' i l est p o s s i b l e d e f a i r e , n e s e f a i t p a s ; e n f i n si la c o l o n i e n e p a r v i e n t p a s a u plus

h a u t d é g r é de félicité a u q u e l elle

puisse

parvenir , ne v o u s en prenez qu'à v o u s - m ê m e s . Que votre

p o u v o n s - n o u s v o u s offrir de p l u s p o u r utilité

particulière

et

pour

l'avantage

p u b l i c , q u e t o u t e la force d e l ' a u t o r i t é

dont

nous sommes dépositaires ? Nous vous déclarerons, dans

le t e m s ,

les

o r d r e s du r o i , au sujet des paroisses à établir d a n s c e t t e isle , s u r l ' e n t r e t i e n d e s m i n i s t r e s d e la r e l i g i o n , sur l ' o u v e r t u r e et la r é p a r a t i o n d e s chemins,

sur la police de vos esclaves ,

enfin

sur l e s d i f f é r e n s o b j e t s d e n o t r e a d m i n i s t r a t i o n . Nous examinerons

avec M e s s i e u r s les

syndics

de c h a q u e q u a r t i e r , n o u s discuterons t o u s ces o b j e t s ; et c o m m e l ' i n t e n t i o n de sa m a j e s t é e s t de v o u s favoriser en t o u t , q u e le b u t de n o t r e a d m i n i s t r a t i o n est d e n ' a g i r q u e p o u r le b o n h e u r de ceux qui y sont soumis , nous

n'exigerons

d e v o u s q u e ce q u e la j u s t i c e , l a r a i s o n et v o t r e


( 1 3 1 ) i n t é r ê t b i e n c o n n u e n e x i g e r o i e n t sans

l'auto-

rité. Mais n o u s ne p o u v o n s renvoyer à un autre tems

de v o u s n o t i f i e r les i n t e n t i o n s d u r o i

faveur de vos esclaves. L ' h u m a n i t é m e de vous en parler dès

en

presse

aujourd'hui.

L ' I s l e d e F r a n c e , s i t u é e s o u s u n ciel t e m p é r é , f o n d é e s u r l ' a g r i c u l t u r e , l e p l u s n o b l e et l e p l u s u t i l e de t o u s les a r t s , établie p o u r servir à

nos

navigateurs ,

et

de

boulevard

d'asyle à

nos

possessions en Asie , devoit n'être cultivée q u e par

des m a i n s l i b r e s . U n e telle isle n e

devoit

avoir p o u r cultivateurs que des h o m m e s a r m é s , capables

d e la d é f e n d r e . Ses c o l o n s

dévoient

ê t r e d e s c i t o y e n s t i r é s d e l a c l a s s e des l a b o u r e u r s d e la m é t r o p o l e ; ils e u s s e n t é t é ses

défenseurs

r e d o u t a b l e s , e t t o u t à - l a - f o i s les p r o t e c t e u r s d e notre commerce La première

des I n d e s . attention

du législateur

telle c o l o n i e , d e v o i t être s u r - t o u t d'y

d'une établir

d e s m œ u r s f r u g a l e s , si f a v o r a b l e s à 1 ' a g r i c u l t u r e ; d e ces m œ u r s s i m p l e s , m a i s n o b l e s et a u s t è r e s , d e v a n t lesquelles le vice t r e m b l e et d i s p a r o î t ; d e ces m œ u r s l'ame , font

q u i a g g r a n d i s s e n t la s p h è r e germer

en

de

elle les v e r t u s , et la

p o r t e n t aux belles actions. D e telles m œ u r s n e se t r o u v e n t j a m a i s q u e là o ù s o n t l a l i b e r t é

et

l e t r a v a i l . R i e n n e l e u r e s t si o p p o s é q u e l a


(

132

)

s e r v i t u d e ; elle d é g r a d e l ' h o m m e , e t a p r è s a v o i r avili l'esclave , elle t e n d à é n e r v e r le m a î t r e , à le

corrompre , à l'enchaîner

honteux

s o u s le j o u g

d e l ' o r g u e i l , d e l a d û r e t é et de

tous

les vices. U n e isle a u s s i i m p o r t a n t e n e p o u v o i t m a n q u e r d'être j a l o u s é e p a r les n a t i o n s rivales de n o t r e p u i s s a n c e ; e l l e é t o i t e x p o s é e à être a t t a q u é e à c h a q u e g u e r r e , e t t r o p é l o i g n é e d e la m é t r o pole pour Il n e

en

recevoir

convenoit

donc

des secours pas

d'y

prompts.

multiplier de

m a l h e u r e u x esclaves q u i , n'ayant rien à p e r d r e , et a y a n t

tout à espérer d'une révolution ,

p o u v o i e n t , d a n s u n cas d ' a t t a q u e ,

ne

qu'embar-

rasser ses d é f e n s e u r s . N o u s i g n o r o n s sur q u e l s p r i n c i p e s l'ancienne d i r e c t i o n d e l a c o m p a g n i e a p u se d é t e r m i n e r , c o n t r e la n a t u r e des c h o s e s , à r e c o u r i r aux bras d e s esclaves p o u r m e t t r e cette isle en v a l e u r . Quoiqu'il e n

soit ,

le

m a l est

fait ;

mais

h e u r e u s e m e n t il n ' e s t p a s s a n s r e m è d e . V o u s p r é v i e n d r e z , M e s s i e u r s , t o u s les que

traîne

maux

après soi l'esclavage i n t r o d u i t d a n s

c e t t e i s l e , e n s u i v a n t e x a c t e m e n t l ' e s p r i t d e la loi,

qui

a

permis

aux

François d'avoir

des

esclaves dans leurs c o l o n i e s . C e t t e l o i qui,

d e p u i s le d e r n i e r s i è c l e seule-


(133) m e n t , tolère p a r m i n o u s un usage i n h u m a i n , a n c i e n n e m e n t établi chez des peuples barbares, c o n t r e le d r o i t n a t u r e l , n e le t o l è r e q u ' à c o n d i t i o n q u e ces m a l h e u r e u x e s c l a v e s , d é p o u i l l é s , autant

qu'il

est

en

nous

,

de

leur

qualité

d ' h o m m e s , seront instruits par leurs maîtres , e t é c l a i r é s d e s l u m i è r e s d e la f o i . N o t r e r e l i g i o n simple , en

les a d o p t a n t

au

nombre

de

ses

e n f a n s , l e u r r e n d r a a u - d e l à de ce q u ' i l s a u r o n t perdu.

Ses

vérités

consolantes

leur

feront

s u p p o r t e r avec p a t i e n c e la r i g u e u r d e l e u r s o r t . E n c o u r a g é s p a r l e s p r o m e s s e s si d i g n e s d u p è r e commun

des

h o m m e s , qui

assurent

la p l u s

haute récompenseaux malheureux qui pleurent, ils s e r v i r o n t l e u r s m a î t r e s avec fidélité , c o m m e l e u r s b i e n f a i t e u r s ; et , m a l g r é les h o r r e u r s de l'esclavage , ils

pourront

être

heureux ,

en

c o n s e r v a n t cette liberté précieuse de l'ame q u e le vice seul p e u t e n l e v e r . La

même

loi

exige

encore

que

le

maître

f a v o r i s e le m a r i a g e p a r m i l e s e s c l a v e s , q u ' i l l e s n o u r r i s s e , les h a b i l l e , et les t r a i t e a v e c h u m a n i t é . Q u a n d la n a t u r e p a r l e , est-il d o n c b e s o i n d ' u n e l o i p o s i t i v e ? Se t r o u v e r o i t - i l d a n s cette c o l o n i e des m a î t r e s assez d é n a t u r é s , p o u r

que

l ' a u t o r i t é y f û t o b l i g é e d e r e c o u r i r a la l o i p o u r v e n g e r l a n a t u r e ? Q u e d e t e l s h o m m e s , s'il s ' e n M


(134) trouve , rentrent un instant en eux • m ê m e s ! Qu'ils

écoutent

le c r i t o u c h a n t e t t e r r i b l e d e

l ' h u m a n i t é , ils s e r o n t b i e n t ô t h o n t e u x et p u n i s de leur barbarie ! Nous sommes nombre

des

p e r s u a d é s q u e le p l u s g r a n d

colons de

cette isle , est , à cet

égard , au-dessus de tout

reproche.

O n a s s u r e n é a n m o i n s qu'il y a d a n s la c o l o n i e b e a u c o u p d'anciens esclaves que leurs maîtres n'ont p o i n t encore p e n s é à instruire des vérités d e l a r e l i g i o n ; q u ' i l est d e s m a î t r e s q u i , n o n s e u l e m e n t ne f a v o r i s e n t p a s l e s m a r i a g e s , m a i s qui

s'y

o p p o s e n t ; q u ' i l en

fournissent

est q u i n e

leur

d ' a u t r e n o u r r i t u r e q u e les r a c i n e s

c a u s t i q u e s et i n s a l u b r e s q u ' i l s l e u r p e r m e t t e n t d ' a l l e r a r r a c h e r sur les b o r d s des r i v i è r e s ; q u e plusieurs

maîtres

de travail. Qu'enfin coup

de

ces

les

surchargent sans

on voit

dans

malheureux qui

ne

pitié

l'isle

beau-

sont

point

h a b i l é s . et q u e l ' o n en c o m p t e p l u s d e six c e n t s q u e les m a u v a i s t r a i t e m e n s o n t r e n d u

fugitifs

d a n s les b o i s . Si d e tels r a p p o r t s é t o i e n t v r a i s , m a l g r é que je dois

en

penser

ce

d'après ce q u e j'ai vu

autrefois m o i - m ê m e , lorsque j'ai vécu p a r m i v o u s , les m œ u r s de cette c o l o n i e a u r o i e n t b i e n c h a n g é e s ; et n o u s v o u s d é c l a r o n s , Messieurs ,


(135) que

dans

ce c a s n o u s

ferons

valoir

toute la

sévérité des loix p o u r p r o t é g e r et v e n g e r l ' h u m a n i t é o u t r a g é e : p o u r r i o n s - n o u s faire u n m e i l l e u r usage d e notre autorité? N'oublient j a m a i s

q u e l e seul

moyen de

prévenir les malheurs d o n t l'introduction des esclaves m e n a c e cette c o l o n i e , est d'être juste et b i e n f a i s a n t e n v e r s c e s m a l h e u r e u x , d e favo-

riser

p a r les mariages la m u l t i p l i c a t i o n d e ces

ouvriers devenus nécessaires. D e s esclaves bien traites s e r v i r o n t t o u j o u r s bien leurs maîtres e t p e n d a n t l a p a i x , e t p e n d a n t la g u e r r e ; i l s n e c h e r c h e r o n t n i à fuir d a n s les b o i s , n i à d é s e r t e r chez

l'ennemi. Attachésàl a

religion catholique,

ils l e s e r o n t à n o t r e

nation;

François ; ils auront

en horreur

ils se c r o i r o n t toute autre

r e l i g i o n , e t c r a i n d r o n t d e t o m b e r s o u s la p u i s sance d'une beaucoup

nation hérétique ; mais il faudra

d'instructions

leur esprit cette t o u r n u r e

pour

faire p r e n d r e à

avantageuse.

L e u r s enfans r e g a r d e r o n t l a m a i s o n d u m a î t r e c o m m e la m a i s o n p a t e r n e l l e ,

e t l'isle c o m m e

leur patrie. Quelle d'un

situation plus

délicieuse

q u e celle

m a î t r e b i e n f a i s a n t , q u i v i t s u r sa t e r r e

au milieu d e ses esclaves, c o m m e a u m i l i e u d e s e s enfans ! q u i l e s v o i t a u t o u r d e l u i , d e v i n e r

M2


(136) ses v o l o n t é s

et p r é v e n i r

sa p a r o l e , p o u r l e s

e x é c u t e r a v e c a r d e u r ; q u i v o i t d e s p è r e s et m è r e s sains et r o b u s t e s lui a p p o r t e r a n n u e l l e m e n t le p r e m i e r s o u r i r e d u fruit de leur a m o u r , c o m m e d e s p r é m i c e s d u s au p è r e c o m m u n de t o u s ses s e r v i t e u r s . Ils c r a i g n e n t s o n

absence , autant

q u e d ' a u t r e s m a l h e u r e u x c r a i g n e n t la p r é s e n c e d ' u n maître i m p i t o y a b l e ; lorsqu'il r e p a r o î t au m i l i e u d ' e u x , il est c o m m e l ' a s t r e b i e n f a i s a n t q u i r é j o u i t t o u t e l a n a t u r e d ' u n d e ses r e g a r d s . Il t r o u v e t o u t d a n s l e p l u s g r a n d o r d r e , e t n e voit a u t o u r de lui q u e des h o m m e s empressés , gais et c o n t e n s . D e tels esclaves v a u d r o n t d e s h o m m e s l i b r e s . L o i n d ' ê t r e d a n g e r e u x à l e u r s m a î t r e s , d a n s le cas d ' u n e i n v a s i o n d e la p a r t d e l ' e n n e m i , ils seront au contraire de très-bons défenseurs de la c o l o n i e ; et j e suis p e r s u a d é q u e t o u s les b o n s m a î t r e s d e l'isle c o m p t e r o i e n t e n p a r e i l cas s u r l'attachement de leurs esclaves. V o u s v o y e z d o n c , M e s s i e u r s , q u e la n a t u r e , la r a i s o n , la r e l i g i o n , v o t r e i n t é r ê t et celui d e la c o l o n i e , v o t r e p r o p r e b o n h e u r , t o u t

vous

p a r l e p l u s f o r t e m e n t q u e la l o i e l l e - m ê m e , e n f a v e u r d e ces i n f o r t u n é s . M a i s , d e t o u s l e s m a u x a u x q u e l s c e t t e isle a été e x p o s é e p a r l ' i n t r o d u c t i o n d e s esclaves , le


(1З7) p l u s d a n g e r e u x e t le p l u s f u n e s t e à s o n b o n h e u r , seroit sans contredit la c o r r u p t i o n d e s m œ u r s , s u i t e t r o p n a t u r e l l e et d u p o u v o i r c o n t r e n a t u r e q u e le m a î t r e a s u r s e s e s c l a v e s , e t d e l ' a v i l i s ­ s e m e n t forcé de tous c e s êtres créés p o u r

être

libres , et qui n e le sont p a s . La

loi a eu pour

objet

de prévenir un si

g r a n d m a l h e u r , n o n ­ s e u l e m e n t en o r d o n n a n t d'instruire les esclaves dans les maximes pures de

la m o r a l e

chrétienne

,

mais

encore

en

p r o n o n ç a n t d e s p e i n e s s é v è r e s c o n t r e le m a î t r e qui a b u s e r o i t d e s o n a u t o r i t é p o u r s é d u i r e s a j e u n e e s c l a v e . Elle a fait p l u s : e l l e a d é f e n d u

l'affranchissement

des enfans

d'un tel c o n c u b i n a g e ,

qui

naîtroient

dans l'espérance

qu'un

m a î t r e t r o p a v e u g l é p a r sa p a s s i o n p o u r v o i r ce

qu'il d o i t à

Dieu , à

à l'exemple moins a r r ê t é

soi­même,

et à la f i d é l i t é c o n j u g a l e , s e r o i t a u

p a r l a c r a i n t e si n a t u r e l l e d ' a v o i r d e s enfans t r è s ­

certainement malheureux. L e s mœurs s o n t l ' a c c o m p l i s s e m e n t d e t o u s les

devoirs

naturels , r e l i g i e u x e t c i v i l s . C e t

a c c o m p l i s s e m e n t e s t l ' o r d r e m o r a l , sans l e q u e l aucune société ne sçauroit

être heureuse ,

ni

m ê m e subsister un certain t e m s . L a vertu n'est a u t r e c h o s e q u e l ' a m o u r e t la p r a t i q u e d e c e t ordre. M 3


(138) Si

les g r a n d s e m p i r e s

mieux leur

fondes

en

et les r o y a u m e s les

ont besoin pour

conserver

e x i s t e n c e ; s'ils s o n t foibles o u p u i s s a n s ,

s ' i l s p r o s p è r e n t , o u s'ils t o u c h e n t a l e u r r u i n e , suivant

q u e les m œ u r s y sont plus o u

moins

conservées , que sera-ce donc d'une colonie , e s p è r e de société isolée , n a i s s a n t e et foible p a r s a n a t u r e ? Chez un g r a n d p e u p l e , o n s ' a p p e r cevra m o i n s de l'influence funeste q u ' a u r a la

masse générale le défaut des m œ u r s

une multitude de

sur

parmi

particuliers.

D a n s la d i s t r i b u t i o n

i m m e n s e des

différens

é t a t s q u i c o n s t i t u e n t c e s g r a n d e s s o c i é t é s , il e n est t o u j o u r s q u e l q u e s - u n s d e p r i v i l é g i é s , d a n s l e s q u e l s l a v e r t u se p l a î t , se c o n s e r v e d a v a n t a g e , et semble levain

même

n'attend

favorable

se n a t u r a l i s e r . souvent

Cet

qu'une

heureux

circonstance

p o u r r e n d r e à la masse u n e f e r m e n -

t a t i o n s a l u t a i r e q u i l a r é t a b l i r a d a n s sa p r e m i è r e valeur. Mais

dans

regardée

une

colonie

qui

ne

peut

que c o m m e une famille , dès

que

être les

m œ u r s m a n q u e n t chez u n e partie des i n d i v i d u s q u i la c o m p o s e n t , l a c o n t a g i o n d e l ' e x e m p l e gagne

presque

e u u n i n s t a n t t o u t e la c i r c o n -

f é r e n c e du cercle q u i la r e n f e r m e , b i e n t ô t t o u t est c o r r o m p u , et u n e telle s o c i é t é est à périr d e s s o n b e r c e a u .

condamnée


(139) Ne

c h e r c h o n s p a s , Messieurs , à n o u s faire

illusion

sur

les causes

de l'état de

langueur

e t d ' i n e r t i e d a n s l e q u e l se t r o u v e c e t t e c o l o n i e , m a l g r é les s o m m e s i m m e n s e s à l'état a

depuis

commencé

près d'un

à

qu'elle a coûté

demi-siècle

qu'on

l'établir.

Son climat tempéré d o n n e p e u de besoins ; l ' a i r y est s a l u b r e et f a v o r a b l e à la p o p u l a t i o n ; l e s o l en est le p l u s fertile q u e l ' o n

connoisse

d a n s le m o n d e , e t le m i e u x a r r o s é ; e n faisant g r a t t e r s i m p l e m e n t la terre d e u x fois l ' a n n é e , v o u s y recueillez annuellement deux abondantes.

Si

f o r c e s ; si l e s

une

moissons

telle isle est e n c o r e

premiers

esclaves qui

sans

y furent

i n t r o d u i t s , y o n t si p e u m u l t i p l i é , q u ' i l f a i l l e sans cesse y en a p p o r t e r de n o u v e a u x

;si

l'isle

n ' e s t p a s e n c o r e e u é t a t d e n o u r r i r ses h a b i t a n s et de

fournir

des vivres au petit n o m b r e

vaisseaux qui y a b o r d e n t ,

nous ne

de

pouvons

n o u s en p r e n d r e au physique d u climat : t o u t n o u s dit qu'il ne sçauroit y

être

meilleur.

Si n o u s e x a m i n o n s l e s c a u s e s m o r a l e s , n o u s voyons

que

depuis

l'établissement

de

cette

c o l o n i e , t o u j o u r s l a n g u i s s a n t e , il e n e s t s o r t i u n e multitude prodigieuse de fortunes énormes; si

ces

fortunes

avoient

été

le

produit

des

c u l t u r e s , ces c u l t u r e s e x i s t e r o i e n t e n c o r e , et


( 140 ) l'isle

ne

seroit

pas

dans

l'état

o ù n o u s la t r o u v o n s . D ' o ù tant

de f o r t u n e s

semble

ne

de

subites , dans

produire

encore

foiblesse

sont donc une

sorties isle

que des

qui

bois

et

d e s p i e r r e s ? V o u s le s ç a v e z , M e s s i e u r s , et j e n'ajouterai

aucune

réflexion

à ce

sujet.

S i n o u s e x a m i n o n s l ' é t a t d e la r e l i g i o n d a n s c e t t e isle , n o u s s e r o n s a u p r e m i e r c o u p indignés de voir que l'établissement de la c o l o n i e sans un Une doute

est

temple

indifférence notre

autre

patriote

cette

colonie.

ainsi dire ,

culte

public.

aux

yeux

des

étrangers

ici ; m a i s e l l e a n n o n c e d e p l u s

indifférence

tout

au

aussi h o n t e u s e avilit sans

nation

qui abordent une

encore , pour

destiné

d'œil

principal

qui

bien

effrayante

s'intéresse

au

pour

bonheur

de

Si n o u s e x a m i n i o n s l e s m œ u r s p a r t i c u l i è r e s , un luxe

étonnant

Quoi, dans

une

se p r é s e n t e

à nos

l e l u x e ! l e l u x e le p l u s isle

qui

manque

de

yeux.

scandaleux

p a i n , et

qui

n'a a u c u n objet de c o m m e r c e . A h ! M e s s i e u r s , n'en

cherchons

p a s d a v a n t a g e , et c o n v e n o n s

f r a n c h e m e n t q u e si c e t t e c o l o n i e e s t m i s é r a b l e , si a v a n t m ê m e d ' a v o i r e x i s t é , e l l e e s t s u r s o n déclin , elle doit l'attribuer n o n

au

physique

d u c l i m a t , m a i s à la c o r r u p t i o n des m œ u r s , aux

vices d'une

partie

d e ses

habitans.


141)

( Par

toute

peuple

la

terre ,

est l ' â g e

des

le

premier

mœurs

âge

et d e

la

d'un vertu,

l e s m œ u r s a m è n e n t la f o r c e e t l a p u i s s a n c e , la p u i s s a n c e p r o d u i t l e s r i c h e s s e s . D e c e l l e s - c i n a î t le l u x e q u i p e r d les m œ u r s et l a n a t i o n , à m o i n s q u e des l o i x sages ne p r é v i e n n e n t si g r a n d Dans

cette

isle ,

l'ordre

des

vicissitudes

h u m a i n e s est c h a n g é : le l u x e et la ont

un

malheur.

devancé

leurs

corruption

causes.

U n e colonie q u i n'a jamais eu ni puissance , ni

richesse ,

qui

extravagant,

est

énervée

par

r i c h e s , est d a n s l ' o r d r e m o r a l le le p l u s

un

luxe

é g a l à c e l u i d e s p e u p l e s les p l u s phénomène

monstrueux.

En vain croirons-nous , Messieurs , p o u v o i r , à force y

de

amener

travaux , rétablir la f o r c e ,

et le b o n h e u r ,

cette c o l o n i e ,

l a p u i s s a n c e , la r i c h e s s e

si n o u s

ne c o m m e n ç o n s

par

y établir les m œ u r s . Sans e l l e s , sans la v e r t u , tous

nos

efforts

, tous

nos

travaux

mêmes

t o u r n e r o n t c o n t r e n o u s ; ils n e s e r v i r o i e n t q u ' à attirer

les

forces

préparer une Intimement nous

effraye

de

l'ennemi ,

conquête

convaincu ,

nous

et

qu'à

lui

cette vérité

qui

facile. de

avons

recours

à vous ,

Messieurs les c o l o n s ; v o t r e état de c u l t i v a t e u r s


(142) vous

attache à des

naturellement et

innocentes.

champêtres son à

vos

mœurs

C'est

que

empire.

par

occupations

des

au

qui

donnent

simples ,

frugales

milieu

la

vertu

se

Plus

vous

tenez

des

plaît

travaux

à

exercer

à la

colonie

p r o p r i é t é s , plus v o u s êtes intéressés

défendre

les d r o i t s

de

la

vertu

qui

seule

p e u t la r e n d r e h e u r e u s e , p u i s s a n t e , i n v i n c i b l e : v o u s en ê t e s l e s v r a i s s o u t i e n s , t o u t e l ' e s p é r a n c e de

la p a t r i e e s t e n c o r e i c i e n v o u s . Qu'une

noble

aujourd'hui

de

émulation

s'empare

t o u s les c œ u r s ; q u e

donc tout

se

r e n o u v e l l e d a n s c e t t e i s l e ; q u ' a ce l u x e i n s e n s é q u i é n e r v e les a m e s , v o u s fassiez s u c c é d e r ce luxe d*titanec

qui

donne

i n s p i r e la c o n f i a n c e et le C'est a vous chement que

le

a donner

plus

de

la v i g u e u r , et

courage. l'exemple de

inviolable

p r é s e n t e n t la n a t u r e ,

à tous

l'atta-

les d e v o i r s

la r e l i g i o n

et

la

société. Votre e x e m p l e gagnera tous les autres habitns la

libres ou

colonie

toutes

les

feront

plus

redoutable

faire

esclaves. Alors v o u s v e n e z des

familles

progrès qui

qu'une ,

la

rapides ;

alors

composent,

n'en

heureuse

au-dedans

et

au-dehors.

A l o r s les v u e s d e la p a t r i e s e r o n t r e m p l i e s , e t v o u s serez m i s a u n o m b r e d e ses e n f a n s les plus cheris.


(143) Alors

l e c i e l r é p a n d r a ses b é n é d i c t i o n s s u r

des cultures exercées

par

des mains

p u r e s et

i n n o c e n t e s , e t v o u s s e r e z d a n s la p l u s g r a n d e abondance. A l o r s la r e n o m m é e p u b l i a n t p a r - t o u t v o t r e bonheur

et v o t r e

vertu , quel

assez t é m é r a i r e p o u r

ennemi

seroit

oser tenter une descente

sur u n e isle h a b i t é e p a r u n p e u p l e n o m b r e u x , c u l t i v a t e u r et g u e r r i e r , p r o t é g é d u c i e l . et q u e sa v e r t u r e n d r o i t i n v i n c i b l e p a r l ' u n i o n d e t o u s ses m e m b r e s , p a r l a f o r c e q u ' e l l e d o n n e , p a r le courage qu'elle inspire ?


DISCOURS.


DISCOURS

Prononcé blique

à la première

du nouveau

de l'Isle de France par et

Sa Majesté

,

1767 ,

Commissaire

aux Isles de

de Bourbon

Conseils

supérieur

. le 3 Août

PoivrE

M.

pour

assemblée pu-

Conseil

,

et

supérieurs

France

Prèsident

qui y sont

des

établis.

M E S S I E U R S ,

UN

nouvel

ordre

dans

aujourd'hui

de choses

cette

France , située s o u s offrant u n s o l excellent ,

de

à l'entrée

ciel

commerce

Isle

heureux

,

avec d e u x b o n s p o r t s

connoissance

grands avantages

à notre

un

présente

Notre

de la m e r des Indes, p r o m i t ,

la p r e m i è r e plus

se

colonie.

qu'on

à notre

e n Asie ;

dès

e n eut , l e s navigation et

mais

par son

éloignement d e l a m é t r o p o l e , e l l e p a r u t n e convenir

q u ' à ce seul

objet.

N


(146) En remis

c o n s é q u e n c e , le , des

gouvernement

l'origine , la

Isle d a n s l e s m ê m e s

propriété

avoit

de

cette

mains qui étoient dépo-

sitaires de n o t r e c o m m e r c e n a t i o n a l aux I n d e s Orientales. Ce fonda

fut

donc

cette

la c u l t u r e ce j o u r ,

la

compagnie

colonie ; elle

par

elle

des I n d e s

seule

en

a

qui

dirigé

seule l'a a d m i n i s t r é e

jusqu'à

des g o u v e r n e u r s de son

choix

et p a r u n conseil tout à-la-fois d ' a d m i n i s t r a t i o n , d e j u s t i c e et d e c o m m e r c e . Le

véritable

objet

de

cette

colonie,

qui

d e v o i t ê t r e u n e c o l o n i e n o u r r i c i è r e et de f o r c e , a

été

manqué

dès

le

premier

pas

que

la

c o m p a g n i e a fait p o u r s o n é t a b l i s s e m e n t , p a r l'introduction éloignée

de

des la

esclaves.

Une

métropole , sous

Isle un

aussi climat

t e m p é r é , p e u p l é e d a n s la v u e d e p r o t é g e r n o s comptoirs

de

l'Asie

, devoit n'être

cultivée

q u e p a r des m a i n s libres. Ses c o l o n s d e v o i e n t être tout-à-la-fois protecteurs de Il

ses s e u l s d é f e n s e u r s

notre commerce

s e r o i t difficile

et les

oriental.

de dire dans quelles vues

e t s u r q u e l s p r i n c i p e s e l l e fut d ' a b o r d f o n d é e , sur q u e l s p r i n c i p e s elle a été a d m i n i s t r é e p a r l'ancienne

direction

de

la

compagnie

,

tant

elle a é p r o u v é d e v a r i a t i o n s , s o i t p a r l e s o r d r e s


(147) souvent

contradictoires

successivement de la peu

qui

lui

sont

arrivés

m é t r o p o l e , soit

par

d e suite et d e l i a i s o n des différens

formés pour son Tantôt une

établissement.

abandonnée , tantôt

espèce

de

le

plans

profusion ,

secourue

souvent

avec

ébranlée

j u s q u e s d a n s ses f o n d e m e n s , s u i v a n t le g é n i e d e s différent p a r t i s q u i d o m i n o i e n t les u n s a p r è s

autres

les

cette

d a n s la di rect i on de la c o m p a g n i e ;

colonie ,

dans

tous

les t e m s , a

p e r d u p a r les e r r e u r s d e c e u x q u i l ' o n t

plus admi-

n i s t r é e , et p a r les secousses de l e u r s p a s s i o n s , q u ' e l l e n ' a g a g n é d a n s les i n t e r v a l l e s où

la

compagnie

b o n h e u r ; ces i n t e r v a l l e s les secours a c c o r d é s ou

ont

livres

été à

consommés un •

mains

Enfin , après

pendant qui

au

été

courts ,

pas été et

et

soutenus,

hasard ,

infidelles ,

sans vue ,

plan convenu

ont

n'ont

abandonnés

des

heureux

paroissoit s'occuper de s o n

souvent toujours

sans p r i n c i p e s ,

sans

et bien établi. des

dépenses

énormes

faites

p r è s d e q u a r a n t e a n n é e s , c e t t e Isle ,

devoit

être

le

point

d'appui

de

nos

c o m p t o i r s dans les Indes , q u i devoit y assurer notre abondante •et

comme

commerce

et

fournir u n e

ressource

à n o s e s c a d r e s , s'est v u e

affamée

anéantie par

escadres.

ces m ê m e s N 2


(148) Hors d'état de

pouvoir

envoyer

le

moindre

secours à nos c o m p t o n s attaqués

et e n l e v é s ;

bientôt

un

menacée

qu'elle auroit être

devenue

fussent

la

par

elle en

p r o i e , si

ennemi fut

peut-

ses p a v i l l o n s

s'y

présentés.

Les bévues , les

elle-même

dû contenir ,

malheurs

les et

infidélités , le

les b e s o i n s

désordre ,

qui

en

s u i t e , se s o n t m u l t i p l i é s ici à u n q u e la

nouvelle

pagnie ,

assez

administration

courageuse

pour

sont

tel de

la

point, la

oser

comentre-

prendre de relever u n édifice, q u i ne lui a été remis

que

s'écroulant

de

toutes

parts ,

a

d é s e s p é r é , d ' a p r è s les calculs les p l u s exacts , de p o u v o i r soutenir plus long-tems cette c o l o nie. et

Comment

,

en

effet , a p r è s l e s m a l h e u r s

les d é p r é d a t i o n s

eût-elle

pu conserver

les dépenses

de

énormes

guerre

dernière,

Isle , q u i , m a l g r é

faites j u s q u ' à

pour son établissement, que

la

une

protecteur-né

de t o u t

ce q u i

l e b i e n de l a p a t r i e , a r e p r i s , p a r du

jour

des b e s o i n s p l u s i m m e n s e s à satisfaire.

Le roi ,

Isles

ce

ne présentoit encore

mors

d'août

1764,

la p r o p r i é t é

son de

, t a n t p o u r d é c h a r g e r la c o m p a g n i e

fardeau

est édit ces d'un

q u i é t o i t a u - d e s s u s d e ses f o r c e s , q u e

p o u r é t a b l i r et c o n s e r v e r , a u x f r a i s g é n é r a u x


(149) d e la n a t i o n , u n e Isle i m p o r t a n t e , n é c e s s a i r e à la s û r e t é d e

notre

commerce

n a v i g a t i o n en A s i e ,

téger efficacement l e s

et

et s u r - t o u t

de

notre

pour

pro-

citoyens qui y sont établis.

L e s Isles d e F r a n c e et d e B o u r b o n s o n t d o n c a u j o u r d ' h u i des c o l o n i e s n a t i o n a l e s , réunies au d é p a r t e m e n t g é n é r a l d e la M a r i n e , gouvernées à

l'instar

de

que n o u s possédons en Le ministre

toutes

pour

les

être

colonies

Amérique.

respectable ,

de cette partie essentielle

c h a r g é p a r le r o i

de

l'administration

p u b l i q u e , est d e v e n u l e u r p r o t e c t e u r i m m é d i a t . D e p u i s cet h e u r e u x

instant ,

M.

de Praslin

,

t o u c h é d e l'état d e l a n g u e u r et d ' a b a n d o n d a n s l e q u e l il a é t é i n f o r m é q u ' é t o i t c e t t e c o l o n i e , s'est o c c u p é

p r i n c i p a l e m e n t des m o y e n s d e la

rétablir. Vous pouvez juger , Messieurs , tesse d e ses de

vues

sa p r o t e c t i o n

nelle p o u r voyez des

ces

patriotiques, et

de

de

de s o n affection

Isles ,

p a r t o u t ce

é d i t s , d e s r é g l e m e n s et des

Lorsqu'il

pater-

que

a u j o u r d ' h u i , et s u r - t o u t p a r la

que vous venez

la j u s -

l'efficacité vous

sagesse

ordonnances

d'enregistrer.

a été q u e s t i o n

d é f e n s e d e c e s I s l e s , M.

d e p o u r v o i r .à l a

de Praslin

a p r i s les

ordres du roi p o u r créer une légion N

consacrée

3


( 150 ) à c e t o b j e t s e u l . Il e n a c o n f i é ment son

général à un

officier

seul m é r i t e , d ' u n e

le

commande-

recommandé

expérience

par

consom-

m é e , e t c é l è b r e p a r l a v i c t o i r e g l o r i e u s e qu'il a r e m p o r t é e en C a n a d a sur le Un

tel

commandant

respecté

général

bien

fait

A p r è s avoir ainsi

pourvu

contre l'ennemi

à

Braddock. pour

et p o u r g a g n e r t o u t e n o t r e

n o s isles Praslin

est

être

confiance.

la d é f e n s e

de

d u d e h o r s , M.

de

n'a p l u s p e n s é qu'il é t a b l i r le

au-dedans. Par u n e

suite

bienfaisantes ,

n ' o n t eu d ' a u t r e o b j e t q u e

le p l u s

qui

grand

avantage

c o l o n i e s , le c o m m e r c e libre

depuis

le

Cap

exclusivement: vilégiée

pour

France ,

la son

de des

dispositions

habitans

de

p a r t i c u l i e r est de

Bonne - Espérance

commerce

des

de fournir

moins

aujourd'hui ,

d é g é n é r e r en m o n o p o l e , a été s o u -

un

colonie , la p l u s

en

seule

m a r c h a n d i s e s de l'Europe ; mais

p u r e s q u e celles q u i le t i e n n e n t pourroit

pri-

Indes

ce p r i v i l è g e m ê m e , q u i d a n s d e s m a i n s

mis a

ces

rendu

compagnie , toujours

a c o n s e r v é le d r o i t

ces Isles d e

ses

bonheur

tarif que

qui ne

le

rend

le s e r o i t

plus la

utile

liberté

a

la

même

étendue.

L e s terres de ces Isles é t o i e n t c i - d e v a n t d a n s la

servitude , sous

le j o u g

d e la

compagnie.


(151)

Les

r e d e v a n c e s e t les d r o i t s d e l o d s et v e n t e s

auxquels même

elles

étoient

d e s concessions

sujettes

par

le

titre

en r e n d o i e n t la p r o p r i é t é

i n c e r t a i n e et p r é c a i r e . D i s o n s m i e u x : la c o m pagnie , en s'en

feignant

étoit

réservé

concessionaires

de c o n c é d e r ces t e r r e s ,

la

propriété

n'étoient

réelle.

Les

g u è r e que des u s u -

f r u i t i e r s , p u i s q u ' à c h a q u e m u t a t i o n il

falloit

r a c h e t e r ce q u ' o n a v o i t cru ê t r e s o n b i e n , et cela à u n p r i x p r o p o r t i o n n é , n o n à l a v a l e u r primitive

de

dépenses

que

la

terre

concédée

,

mais

aux

le faux p r o p r i é t a i r e abusé a v o i t

faites p o u r e n a m é l i o r e r le s o l . Excusons tration

de

néanmoins la

l'ancienne

compagnie ,

qui ,

adminisdans

cette

espèce d e c o n t r a c t le p l u s u s u r a i r e q u e l'esprit humain

en

paroissoit

son

délire

ait j a m a i s

imaginé

,

autorisée p a r des abus semblables ,

malheureusement t r o p établis dans notre p a i r i e , et s o r t i s

anciennement

du cahos de nos

loix

féodales. Mais du

applaudissons

à la f e r m e t é

ministre , qui , s'élevant

préjugés

de

généreuse

au - dessus

sa n a t i o n , a r e n d u

des

hommage

à.

la s i m p l i c i t é d u d r o i t n a t u r e l , e n a f f r a n c h i s s a n t de

t o u t e e s p è c e d e s e r v i t u d e les t e r r e s de ces

colonies les

qui

braves

désormais

colons

seront

qui les

libres

possèdent.

comme


(152)

L o i n d o n c de n o s h e u r e u x climats c e t a x i o m e m o d e r n e : point de terre sans Seigneur ; a x i o m e destructeur, ruineux p o u r l'agriculture , source inépuisable

de

a

Graces benfaisant celui-là la

trouble

l'équité

et d e

du

procès.

roi et

du

ministre

q u i g o u v e r n e et p r o t é g e c e s I s l e s , v r a i propriétaire , d a n s

y sera

toute

force du t e r m e , e t s e u l m a î t r e d e sa t e r r e ,

qui

l'aura

héritée

légitimement Une

d e ses p è r e s , o u q u i l ' a u r a

acquise.

telle

faveur

mérite

sans d o u t e

toute

la r e c o n n o i s s a n c e d e M e s s i e u r s l e s c o l o n s . E l l e est

bien

propre

à encourager

l'agriculture ,

d o n t le G o u v e r n e m e n t d é s i r e s u r t o u t e c h o s e l e progrès ... , p a r c e q u ' e l l e s e u l e p e u t d é d o m m a g e r u n j o u r l ' é t a t d e ses d é p e n s e s ; e l l e s e u l e remplir

ses v u e s ;

d e ces c o l o n i e s e t l e f o n d e m e n t leur

peut

elle s e u l e d o i t être l e n e r f principal de

prospérité.

P o u r e n hâter les p r o g r è s , j ' a i é t é a u t o r i s é à f a i r e r e c e v o i r d a n s l e s magasins du r o i t o u s les g r a i n s n o u r r i c i e r s , t e l s q u e l e f r o m e n t et l e r i z , qui p o u r r o n t

être

fournis

p a r Messieurs

cultivateurs , et j e leur en ferai payer u n satisfaisant. consenti quelques

les prix

D a n s l a m ê m e v u e , sa m a j e s t é a

d'entretenir à s e s f r a i s d e u x brigantins

pour

le service

flûtes

et

d e ces


(153) I s l e s , et s u r - t o u t p o u r y établir l ' a b o n d a n c e par destransports considérables de troupeaux q u i s e r o n t tirés d e M a d a g a s c a r . P o u r m e t t r e l e s c o l o n s en état d e r é a l i s e r l e fruit d e leurs travaux passés e t d e fournir aux avances

q u e la c u l t u r e d e m a n d e , sa m a j e s t é

leur a accordé spécialement des lettres-patentes qui obligent la c o m p a g n i e des Indes a acquitter p r o m p t e m e n t t o u t e s s e s d e t t e s envers e u x , e t

déterminent

qui

la v a l e u r d e s p a p i e r s q u i

ont

j u s q u ' i c i tenu lieu d e m o n n o i e . E n f i n , p o u r f a i r e r é g n e r l ' o r d r e e t la j u s t i c e , sans

l e s q u e l s il n ' y a p o i n t d e p r o s p é r i t é , le

roi a créé u n nouveau conseil supérieur etu n tribunal majesté

terrier

d a n s c h a c u n e d e ces Isles. Sa

n o u s a choisis , Messieurs , p o u r

d a n s celle-ci les j u g e s d e n o s frères. Elle a confié le

dépôt

être nous

saint de n o s loix qui assurent

aux citoyens ce qu'ils

peuvent avoir de plus

p r é c i e u x s u r la terre , la sûreté , la liberté d e s p e r s o n n e s et l a p r o p r i é t é des b i e n s . L e g l a i v e de la puissance législative est entre n o s mains p o u r p r o t é g e r l e foible , le p u p i l l e , la v e u v e e t

l'orphelin

c o n t r e les p o u r s u i t e s d e l ' o p p r e s s e u r

puissant. Que n o s fonctions

sont augustes ! Qu'elles

sont consolantes p o u r les personnes h o n n ê t e s !


(154) Mais q u ' e l l e s sont terribles c o n t r e t o u t assez d é p r a v é

s'il

s'en

trouvoit

c e t t e c o l o n i e , p o u r o s e r a t t a q u e r la d e ses c o n c i t o y e n s public!

Malheur

le bras vengeur

homme

jamais

, p o u r oser troubler à tout ennemi

dans

propriété l'ordre

de

l'ordre,

d e l a l o i e s t l e v é s u r sa

Il n ' é c h a p p e r a p a s à n o t r e

tête.

vigilance.

M a l g r é la s é v é r i t é d e n o s l o i x q u i n e

distin-

g u e n t e n t r e les h o m m e s q u e l ' i n n o c e n t coupable, pour de

défendre l ' u n

l'autre , souvenez-vous

,

et

Messieurs ,

l ' o b j e t d e c e s loix. s a i n t e s e s t m o i n s d e les c o u p a b l e s , q u e d e le

devenir. Ce

méconnoître

d'empêcher seroit

, que

de

les les

les

que

punir

hommes

outrager croire

le

sacrifice

p a r le

et

les

instituées

pour tourmenter

d e s m a l h e u r e u x , et s o u i l l e r

la

sang.

terre de

leur

Les peines n'ont

été o r d o n n é e s

a r r ê t e r les d é l i t s , p o u r h o n o r e r

et

que

pour

maintenir

l e s m œ u r s , p o u r p r o t é g e r l a v e r t u . C ' e s t ici q u e les f o n c t i o n s d u m a g i s t r a l p a r o i s s e n t e n c o r e p l u s a u g u s t e s . Il e s t l e p r ê t r e d e la v e r t u : s o n s e u l regard

d o i t d i s s i p e r le v i c e .

et de 1'enthousiasme unique

objet

de

m œ u r s , il d o i t

de

la

conserver par

h o m m a g e s à la v e r t u ,

son

Plein de

l'esprit

loi , qui

a

la

pour

pureté

des

exemple , par

ses

la m o n t r e r

si

bienfai-


( 155) s a n t é , si b e l l e , si d i g n e d e t o u s l e s r e s p e c t s , q u e l e s h o m m e s v i c i e u x , e n la v o y a n t , plus

frappés

de

la c r a i n t e d e

lui

soient

manquer ,

q u e de celle m ê m e des s u p p l i c e s . V o u s voyez , Messieurs , c o m b i e n vos tions

,

qui

paroissent

ujoaurd'hui

fonc-

, par

o r d r e s d u roi , d é t a c h é e s de celles du

les

gouver-

n e m e n t et d e l ' a d m i n i s t r a t i o n d e c e t t e c o l o n i e , sont néanmoins Le

but

du

liées é t r o i t e m e n t avec elles.

gouvernement

c o m m e de toute plus grand

d'une

autre société ,

b o n h e u r possible de

colonie ,

doit

c o l o n i e . D ' o ù p e u t v e n i r le p l u s g r a n d possible

d'une

Messieurs nos

,

l'ombre secret.

du Je

le

même

bonheur

société q u e l c o n q u e ? J e vais ,

vous

principes.

être

cette

développer

Une

là-dessus

tous

administration pure

fuit

m y s t è r e , elle ne vous

révélerai

cherche pas

sans

crainte

le

tout

c e l u i d e la n ô t r e . Le plus grand b o n h e u r possible d ' u n e société q u e l c o n q u e ne p e u t

venir que

c o m m e la c o n s e r v a t i o n

de l'ordre

de tous

moral,

les êtres

ina-

n i m é s ne peut subsister que par leur h a r m o n i e , q u i est l ' o r d r e p h y s i q u e . Qu'est-ce q u e m o r a l ? C'est l ' a c c o m p l i s s e m e n t

de

d e v o i r s p r e s c r i t s p a r l a n a t u r e , p a r la p a r la société ; les d e v o i r s ,

et l ' a c c o m p l i s s e m e n t

c'est

la

vertu.

l'ordre tous

les

religion , de

tous


(156) Tel

fut le d é c r e t i m m u a b l e d u g r a n d

telle est sa v o l o n t é

Etre,

s u p r é m e , q u e , t o u t ce

q u i existe d e r a i s o n n a b l e , d ' a n i m é et d ' i n s e n s i b l e , t o u t c e q u i e s t s o r t i d e sa m a i n c i c a t r i c e ne

p e u t subsister

que par

l'ordre.

C ' e s t ainsi q u e se c o n s e r v e cette de

multitude

corps immenses qui roulent sur n o s têtes,

et q u i c o m p o s e n t l ' u n i v e r s . L ' h a r m o n i e d e l e u r s

Qu'un

m a r c h e s régulières les m a i n t i e n t .

seul

s'égarât de la route q u i lui est prescrite , l'univers seroit dans la confusion ; b i e n t ô t , p a r les c h o c s d e ces masses é n o r m e s , l e s de

la n a t u r e

q u i fut c r é é

seroient

ébranlés

toucheroit

Le monde moral

à sa

fondemens

, et tout

ce

destruction.

est sujet a u x m ê m e s

loix.

L a vertu , q u i est l ' a m o u r d e t o u t ce q u i d o i t être aimé , l'amour de

tout

sement assure

ce

de tous la

d e l ' o r d r e , la

qui est louable

et

pratique

l'accomplis-

les d e v o i r s , la vertu

conservation

des

êtres

seule

libres

et

r a i s o n n a b l e s . Elle p e u t seule f o n d e r des sociétés d u r a b l e s . Seule , elle p e u t les c o n d u i r e liblement

à t o u t le b o n h e u r

infail-

qu'il est p e r m i s

a u x h o m m e s d e d e s i r e r s u r la t e r r e . Toute tout pas

législation

systême

,

tout

gouvernement ,

d'administration

p o u r base la vertu , s e r o n t

qui

n'auront

fondés

sur le


( 157 ) sable ,

et m a n q u e r o n t l e u r b u t , q u i d o i t ê t r e

u n i q u e m e n t le p l u s g r a n d b o n i h e u r d e s h o m m e s . C'est p o u r avoir

m é c o n n u c e t t e pierre f o n -

d a m e n t a l e de leur édifice , q u e tant d e lateurs,

après

s'être

alambiqué

former des institutions que

des

sociétés

la terre , c o m m e

pour

bizarres , n ' o n t

passagères des

légis-

l'esprit

fondé

qui

ont

étonné

éclairs , et

ont

disparu

de m ê m e , du milieu des n a t i o n s . Ne

vous

y

l'honneur , ni particulière ,

trompez la rien

pas ,

crainte , ne

peut

q u i est l ' a c c o m p l i s s e m e n t Sans elle ,

l'harmoine

Messieurs ,

ni

quelque

égaler

de t o u s

morale

ni

vertu

la v e r t u ,

les

devoirs.

, nécessaire

à

la c o n s e r v a t i o n et à la félicité d e t o u s les êtres raisonnables , elle

ne sçauroit subsister ; ou

plutôt

est e l l e - m ê m e cette h a r m o n i e .

Point d'empire établi ,

de nation vraiment puissante , durable , point point

de thrône

de société

florissante

d ' h o m m e h e u r e u x sans la vertu.

point

solidement ,

point

Rapportons-

nous-en à l ' e x p é r i e n c e d e s s i è c l e s p a s s é s . L ' h i s toire de

t o u t e s les

constamment

nations

heureuses

et

nous

les

puissantes

montre ,

l ' e m p i r e d e la v e r t u ; f o i b l e s , et b i e n t ô t truites , après l'avoir

sous dé-

abandonnée.

Cette c o l o n i e e l l e - m ê m e n'est-elle pas O

une


( 158 ) preuve

du principe

que j'avance ?

A

quelle

e x t r é m i t e le d é s o r d r e n e l'a-t-il p a s c o n d u i t e

?

dépenses é n o r m e s , f a i t e s p o u r s o n établissement , q u e deviendroit-elle a u Et

m a l g r é les

jourd'hui, Sans

si

elle é t o i t livrée

la b o n t é d u

roi ,

qui

à

elle-même?

a bien

voulu

se

charger

d e s frais n é c e s s a i r e s p o u r la r é t a b l i r ,

on

été obligé de

eût Enfin

l'abandonner.

t e l est le décret b i e n f a i s a n t d u g r a n d

m a î t r e q u i p r é s i d e au s o r t d e s h u m a i n s , q u ' i l s n e p e u v e n t lui p l a i r e q u ' e n se r e n d a n t

heureux

p a r la v e r t u . Vous voyez d o n c , Messieurs , d'un coup-d'œil ,

même

q u e l est le p r i n c i p e , q u e l

sera

le b u t d e n o t r e a d m i n i s t r a t i o n , et c o m b i e n fonctions

honorables

chargés , vous y Notre

dont

donneront

desir , n o t r e et d e la

vous

de

part.

intérêt ,

notre

s e r o n t de gouverner cette famille,

vous

félicité

colonie c o m m e

rendre heureuse

sous

les êtes

une l'em-

p i r e d e la v e r t u . E n v o t r e q u a l i t é d e m a g i s t r a t s , v o u s en êtes les vous

êtes

donc

défenseurs, nos

les p r o t e c t e u r s - n é s ,

co-opérateurs

immédiats,

A t t e n d o n s - nous , Messieurs , à des c o n t r a d i c t i o n s . les h o m m e s , faire

Ce seroit

mal

éprouver

connoître

que de croire q u ' o n puisse leur

du bien i m p u n é m e n t .

Si

nous venions


(159) ici

avec

l'intention

s u b s i s t e r le dement

malheureuse

d é s o r d r e , et d ' e n

, nous ne

de

laisser

profiter

sour-

m a n q u e r i o n s pas d ' a p p r o -

b a t e u r s . D e s h o m m e s a v i d e s se p r é s e n t e r o i e n t de

toutes

parts p o u r a u g m e n t e r

n o t r e f o r t u n e , e n g r o s s i s s a n t la pens

de l'état

et de

la

eux-mêmes leur

aux dé-

colonie. Après

avoir

retournerions

dans

t o u t laissé p e r d r e , n o u s

n o i r e p a t r i e , r i c h e s , c o m b l é s des b é n é d i c t i o n s bruyantes auroient notre

de

tous

profité

les

de

hommes

notre

vicieux

foiblesse

qui

ou

de

infidélité.

L o i n de

nous

des

sentimens

aussi bas

et

a u s s i c o n t r a i r e s à ce q u e n o u s d e v o n s à D i e u , à la p a t r i e ,

au r o i , à

m i n i s t r e , à la

préférerons force

de

confiance de

les c o n t r a d i c t i o n s

applaudissemens ; la

la

colonie , à nous-mêmes. nous

rétablir

aurons

du vice

son Nous

à

ses

le c o u r a g e et

l'ordre , malgré

l u i . Ses

m e s u r e s , s o n i n d i g n a t i o n , ses e f f o r t s m ê m e s serviront

au

triomphe

d e la

vertu.

G r â c e s en s o i e n t r e n d u e s au ciel : m a l g r é la c o n t a g i o n d u vice , il r e s t e e n c o r e ici b e a u c o u p d'ames honnêtes. Réunissons-nous, Messieurs, faisons

c o r p s avec t o u s les h o m m e s v e r t u e u x .

Assez

et t r o p l o n g - t e m s , i l s o n t g é m i s o u s l e

règne

du

désordre , dont

le parti O 2

étoit

trop


(160) puissant colonie

c o n t r eux , e t p o u r l e m a l h e u r d e l a , contre le chef l u i - m ê m e , t r o m p é p a r

c e l l e d e t o u t e s ses v e r t u s q u i est l a p l u s c h è r e à s o n c œ u r , c ' e s t - à - d i r e , p a r sa p r o p r e Q u e les h o m m e s v e r t u e u x , assurés

bonté. aujour-

d e la p l u s f e r m e p r o t e c t i o n d u g o u v e r -

d'hui

nement , armés marchent fassent

de toute

la tête

trembler

la force

des loix ,

levée ; q u ' à leur tour , ils le vice , e n l u i p r é s e n t a n t la

sainte image d e la vertu. D o n n o n s , Messieurs , à cette c o l o n i e , t r o p long-tems des

désolée

passions

,

sous l'empire

tumultueux

donnons - lui u n

spectacle

n o u v e a u , celui d e tous ses citoyens vertueux , l i g u é s p o u r faire s o n b o n h e u r .

Approches d o n c , v o u s t o u s q u i a v e z r é s i s t é jusqu'ici a la c o n t a g i o n d u d é s o r d r e , approchez D a n s quelque é t a t q u e v o u s s o y e z , v o u s ê t e s n o s f r è r e s , n o s c o - o p é r a t e u r s ; respirez enfin , n e . c r a i g n e z p l u s les efforts du vice êtes

de notre pour

puissant:

vous

f a i t s p o u r ta t r i o m p h e r . L e p r e m i e r a c t e

autorité

vous

aider

sera d e n o u s j o i n d r e à v o u s à l e confondre.

D e votre

côté , a i d e z - n o u s p a r v o s c o n s e i l s : ils s e r o n t reçus avec reconnoissance , dès qu'ils au rétablissement la c o l o n i e .

tendront

de l'ordre , et au bien d e

Sur toute

chose , n'oublions pas


161

(

)

q u e l a v e r t u s e u l e p e u t r a m e n e r ici l e b o n h e u r q u e le

vice en

a chassé , et que

lu v e r t u est

l ' a c c o m p l i s s e m e n t de tous les devoirs. A i m o n s nos

frères , m ê m e

ceux

que le

vice

rendra

n o s c o n t r a d i c t e u r s . C e n e sera pas p a r la h a i n e q u e n o u s l e s r a m è n e r o n s , m a i s p a r la d o u c e u r , compagne

aimable

ramenerons

par

de

la

notre

vertu.

Nous

soumission

a d m i r a b l e d e la n a t u r e , a u x

au

l o i x sages de

s o c i é t é , q u i r e n d r o i e n t t o u s les h o m m e s 1es u n s e n v e r s l e s a u t r e s , s ' i l s l e s

plus

la

justes

consultoient.

N o u s les r a m è n e r o n s sur-tout p a r que nous leur

les code

l'exemple

d o n n e r o n s de l ' a t t a c h e m e n t

inviolable

à la

religion

sainte

de

le nos

p è r e s ; r e l i g i o n d i v i n e , d o n t t o u t e s les vérités aussi

consolantes

que

sublimes

, satisfont

si

b i e n l e c œ u r e n é l e v a n t l'ésprit ; r e l i g i o n b i e n faisante , d o n t

tous

les

préceptes

ne

donnés aux h o m m e s que p o u r leur Ce sera , Messieurs , mêmes entre

ces

trois

eux ,

que

genres nous

rétablir l'ordre , à

en de

remplissant devoirs

réussirons

faire r é g n e r la

seule p e u t rendre cette colonie Par

la

force

soins , les ture seront

de

nos

nous-

tous

liés

sur-tout vertu,

à qui

heureuse.

exemples

mœurs p u r e s e t e n honneur.

furent

bonheur.

et p a r

nos

s i m p l e s de lu

na-

O

3


( 162 ) Les p è r e s e t l e s m è r e s m é r i t e r o n t titres ,

en

donnant

à leurs

soins prescrits par la n a t u r e Ils

en seront

respectés,

toutes

les

tous

et p a r

et

s e r o n t a u s s i p a r la j e u n e s s e . dans

ces beaux

enfans les

vieillards

L'union

familles ,

les

la r a i s o n .

et e n t r e

le

règnera tous

les

citoyens. Les

maîtres ,

sensibles

au

cri t e n d r e

et

puissent de l'humanité o u t r a g é e , g o û t e r o n t le plaisir délicieux

d'adoucir

m a l h e u r e u x esclaves,

le sort

de

leurs

n'oublieront jamais qu'ils

sont des h o m m e s semblables à eux. L'esclave la l o i ,

dédommagé ,

suivant

l'esprit

d e l a p e r t e d e sa l i b e r t é , p a r l a

noissance

d e la r e l i g i o n , c o n s o l é p a r l a

t i t u d e d e ses p r o m e s s e s , e n c o u r a g é

de con cer-

par la sa-

gesse d e ses m a x i m e s , s e r v i r a s o n m a î t r e a v e c joie

e t f i d é l i t é . Il s e c r o i r a l i b r e

et h e u r e u x ,

m ê m e dans l'esclavage. religion

gagnera

t o u s les c œ u r s

La majesté sainte de n o t r e

et s o u m e t t r a t o u s les

esprits.

Ses m i n i s t r e s ,

fidèles à l e u r s d e v o i r s , s e r o n t

honorés c o m m e l e s d i s p e n s a t e u r s du

des

biens

ciel. L a p a t r i e sera servie avec a m o u r et fidélité ;

l e c h e f se r e g a r d e r a nistrateur ,

comme

comme

le p è r e ; l ' a d m i -

l'économe;

le

soldat ,


(163) comme

le d é f e n s e u r ;

nourricier;

le

colon,

le marin , c o m m e

comme

le

le

pourvoyeur

d e la f a m i l l e . Lorsque chacun voirs , alors invasion

r e m p l i r a a i n s i t o u s ses d e -

l'Isle sera en sûreté

du d e h o r s ;

contre

toute

le b o n h e u r reguera

au-

d e d a n s ; alors ce petit m o r c e a u de terre h a b i t é par

des h o m m e s vertueux , deviendra un objet

digne

des

r e g a r d s et

des

a l o r s les n a v i g a t e u r s q u i

bienfaits

du

ciel ;

a b o r d e r o n t d a n s ses

p o r t s , q u i y s e r o n t r e ç u s et a l i m e n t é s

comme

des f r è r e s , n e l e s q u i t t e r o n t p l u s q u ' à r e g r e t ; ce d ' a p r è s ce q u ' i l s

auront

t o u t e s les

a n n o n c e r ce q u e

nations

v u , ils i r o n t c h e z

v e r t u p o u r le b o n h e u r d e s h o m m e s .

peut

la


EXTRAIT DU VOYAGE FAIT

176g

en

Philippines

et

et

1770

Moluques

vaisseaux

la

Corvette

Vigilant,

et le Bateau

M a t i n , sous M.

Evrard

tenant

le

du

le du de

Lieu-

, commandant

présenté

par

le

le sieur

de

fré-

l'Etoile du Matin,

les vues de M.

P O I V R E

la recherche des arbres

LA

les ,

l'Etoile

d ' E t c h e v e r r y , Lieutenant

du

Roi

commandement

gate commandant d'après

Isles

par

de T r é m i g n o n ,

de vaisseaux

Vigilant ;

aux ,

à

,pour

épiceries.

c o r v e t t e le V i g i l a n t et le b a t e a u l ' E t o i l e Matin,

France , furent

en

rade

au P o r t - L o u i s , Isle

en c o n f o r m i t é des

destinés

Philippines

ordres du

de

roi ,

p o u r f a i r e le v o y a g e d e s isles

et M o l u q u e s . L e

18

Mai, M. de

Trémignon p a r t i t d e l'Isle d e F r a n c e , et d o n n a


(166) des o r d r e s

particuliers au sieur

d e l'aller j o i n d r e le d é t r o i t

d'Etcheverry

à Queda , en passant

par

de Malac.

E n conséquence des instructions que M . d e T r é m i g o n laissa p a r écrit au sieur d ' E t h e v e r r y , il p a r t i t à

le 5 j u i n

d e ladite

l e 17 j u i l l e t

Achem

a n n é e , et a r r i v a

suivant:

son bateau

d e p u i s l e 9 d e c e m o i s , quarante-huit

fasoit,

pouces d'eau p a rh e u r e . L e sieur y

d'Etcheverry

M . d e T r é m i g o n , a v e c q u i il e u

trouva

partit le 1 9 . Ils firent t o u t e p o u r Q u e d a , o ù ils

arrivaient

le

l'Etoile

d u Matin

pouces

d'eau.

23.

Dans

faisoit

cette

traversée ,

à l'heure

soixante

A peine eut-il mouillé , qu'il d e m a n d a des ordres son

a M. de Trémigou

pour

b a t e a u : i l l e fit e x é c u t e r

faire avec

caréner tant d e

c é l é r i t é , q u ' i l fut e n é t a t de p a r t i r l e 10 a o û t suivant

pour

Manille , o ù il arriva , avec le

V i g i l a n t , l e 18 s e p t e m b r e , e t i l s y r e l â c h è r e n t 16 d e l ' i n n é e 1 7 7 0 .

jusqu'au

Instruit qu'il y avoit aux environs de Manille une des

c h û t e d ' e a u , d o n t les b a i n s p r o d u i s o i e n t effets

porter,

fit p e n d a n t bains

et des cures

se t r o u v a n t plus

a d m i r a b l e s , il s ' y fit

malade:

l'usage qu'il c a

d'un mois

le rétablit. C e s

g u é r i s s e n t d e la g o u t t e e t d e b e a u c o u p


( 167 ) -infirmités ; c e t t e e a u s e j e t t e sivement clans q u a t r e b a s s i n s d i f f é r e n s

d'autres

succes: dans

l e p r e m i e r , e l l e est si c h a u d e , qu-'en y t r e m p a n t , p e n d a n t six m i n u t e s , retire

u n e volaille , o n n ' e n

q u e les o s .

L e 16 j a n v i e r 1 7 7 0 , M. d e T r é m i g o n d o n n a ordre au sieur isles lui

d'Etcheverry

d e le suivre a u x

d e M i a o e t à T a f f o i r e y : c'est a l o r s q u ' i l communiqua

ils y

le sujet

arrivèrent le 8

firent

de leur mission :

m a r s ; e t , j u s q u ' a u 10 , i l s

sans succès l a r e c h e r c h e d e s épiceries ;

ce q u i décida pour

Céram.

de cette

M . d e T r é m i g o n à faire r o u t e Sur les quatre

heures

d u soir

j o u r n é e , M . d e T r é m i g o n fit s i g n a l

a u s i e u r d ' E t c h e v e r r y d e s e r e n d r e à son b o r d , e t l u i dit q u e l e s m o u s s o n s d e l ' o u e s t , rendre

leur

retour

de Céram

pouvant

à Timor

trop

d a n g e r e u x , il e s t i m o i t q u ' i l v a l o i t m i e u x aller en d r o i t u r e d a n s cette d e r n i è r e Isle ; c e qui fut d é c i d é par l e c o n s e i l a s s e m b l é . E n c o n s é q u e n c e , le

sieur

mais

d'Etcheverry

à peine

tin n o u v e a u

eut-il signal;

retourna

à s o n bord ;

appareillé , qu'on

l u i fit

et M . d e T r é m i g o n lui

d i t q u ' i l avoit c h a n g é d e r é s o l u t i o n , e n v e r t u de laquelle

il r e v i n t à s o n b o r d , a c c o m p a g n é

d e M. P r e v o s t , s u b r é c a r g u e , a v e c o r d r e continuer

d'aller

seul ses o b s e r v a t i o n s dans la partie


( 168) d e l ' e s t des i s l e s M o l u q u e s . continua

sa r o u t e

pour

Trémigon

M. de

Timor

,

et

le

sieur

Céram ; c ' e s t depuis, a u c u n econnoisssancedu

d Etcheverry prit celle d e ce j o u r

qu'il n'a eu

V i g i l a n t q u ' à s o n r e t o u r à l'isle d e F r a n c e , o ù il

arriva

v i n g t - c i n q j o u r s avant l'Etoile d u

Matin.

Mission

faite

le sieur

aux

Isles

Moluques

d'Etcheverry

, depuis le 1 0

Mars 1 7 7 0 , jour

de la

jusqu'au

suivant

2 5 juin

par

séparation, , jour

de

son retour

à l'Isle de France,

Le

j ' a r r i v a i à la v u e d e Céram ,

15

mars

sans avoir quelques éprouvé

essuyé

d'autres

contrariétés.

mauvais

Du

16

au

tems q u e 17 ,

j'ai

de très-vifs r e s s e n t i m e n s d ' u n t r e m -

b l e m e n t d e t e r r e , e t le 1 8 , m a l g r é l e s d a n g e r s pressentis, j'ai mouillé à u n e lieue d'un village où

je

me

lis t r a n s p o r t e r

recherches ,

ne

instructions

relatives

la

nuit

je

revins

prévoyant à

a

et d ' a p r è s pas y

mes vues ,

m o n bord.

mouillé à plus d'une que je

,

ne p u s serrer

Le

tirer

mes des

pendant 22

j'ai

lieue d ' u n autre village de plus

près

par les


(169) calmes ; je m e rendis à terre avec M. Les

destinées à

personnes

établissement

ne

voulurent

Prevost.

la g a r d e pas

de

nous

cet

laisser

descendre ; mais à force de leur p r o u v e r des b e s o i n s s u p p o s é s , ils n o u s l e p e r m i r e n t e t n o u s firent

e s c o r t e r ; ce q u i r e n d i t m e s

aussi

infructueuses

Cette la

non

ferme

point

désirées voyages retour une

sans

( pour

fait

de

ralentir

prise

les

de

desquelles

on

ans des

n e fit q u e l ' a u g m e n t e r . fus

mouiller

d e ce d e r n i e r

de l'est,

ne

épiceries

de v i n g t - c i n q

bord , je

baie éloignée

la partie

loin

rapporter

l'enlèvement

inutiles) mon

bien

démarches

précédentes.

que j'avois

depuis plus

à

les

réussite,

résolution

revenir

avoit

que

village ,

de sept lieues. M.

De dans dans

Prévost

étant

alité , j e d e s c e n d i s d a n s m o n c a n o t avec

deux

matelots

m'avancer avoir

seulement, ayant intention

dans

les

terres

où j'étois

d e s c r a i n t e s ; et n e v o u l a n t p o i n t

p r o m e t t r e l e p a v i l l o n d u roi, vaisseau

à être saisi, je

en d i m i n u e r d'ailleurs prévoir cas

fondé

que

l'équipage

épuisé

ni exposer

c r u s ne d e v o i r

déjà

de a

common point

t r o p foible ,

et

p a r la d u r e t é d u v o y a g e , e t

ainsi t o u s les m o y e n s de le sauver a u je

j'ordonnai

arrêté. E n c o n s é q u e n c e , expressément à m o n s e c o n d

fusse très

-

P


(170) d'appareiller

aussitôt

canot auraient

que

les gens

de

mon

tiré d e u x c o u p s d e fusil , s i g n a l

q u e j e l e u r a v o i s e n j o i n t d e faire , e n r e t o u r n a n t

s'appercevroient

b i e n vite a l e u r b o r d , d è s q u ' i l s qu'on

chercheroit à s'emparer d'eux; laquelle

tentative

auroit

prouvé

ma

détention.

L e s c h o s e s ainsi d i s p o s é e s , et au risque de

ce

tout

route.

qui Aux

pourrait

m'arriver, je me mis

proximités du

r i v a g e , j e vis

en un

h o m m e o c c u p é à la c o n s t r u c t i o n d ' u n e b a r q u e : il m e p a r u t d e la d e r n i è r e s u r p r i s e e n v o y a n t un

v a i s s e a u F r a n ç o i s d a n s ces p a r a g e s ; et a u x

q u e s t i o n s q u ' i l m e fit , j e faisant

route

courant que

des

a terre. cruelle

pour

lui

répondis que ,

Timor ,

la

rapidité

des

Bouzo

,. e t

m'avoit

entraîné

besoins

indispensables m'amenoient

Cet

homme

situation il

terre :

ayant

fusils , d e u x

parut

très-touché

de

la

où j e lui a v o i s d é c l a r é être

réduit ; car mais

depuis

me p e r m i t vu

de

dans

mettre

pied

mon canot

sabres et deux

pistolets ,

à

deux il

ne

voulut pas que mes gens m'accompagnassent , et

ne

souffrit

dernières

pas

même

que je

prisse

les

armes.

J ' a v o i s e u la p r é c a u t i o n d e m e m u n i r d ' a r g e n t et qui

de les

présent

; j'en

offris

à

cet

Hollandois ,

a c c e p t a , e n m e p r i a n t d ' a l l e r d a n s sa


(171) case, qui n'étoit pas é l o i g n é e de son chantier, [e

s u i v i s cet

nuit

h o m m e , quoiqu'il

close :

passer qu'il

arrivé

dans

un

cabinet

ne vouloit

noirs

Malais ,

chez

pas

qu'il

fût

lui ,

il

séparé,

que

je

avoit

presque me

fit

m'observant

fusse vu p a r d e s

sous

ses

ordres ;

p e u - a p r è s , il m ' a p p o r t a d e s r a f r a î c h i s s e m e n s , et j e

passai

comme

on

la

nuit avec

cet h o m m e , qui ,

le v e r r a , m ' a

favorisé

dans

mes

entreprises. Cet Hollandois m'avoua qu'il étoit E u r o p é e n , ainsi

que

les

raisons

c e s l i e u x : il m e prouvèrent

la m a r i n e ,

bon

hydrographe montrant

ses

pas les justes et b i e n Cette

le d é t e n o i e n t

non-seulement

dans me

qui

lit m i l l e q u e s t i o n s ,

fondée

mais

ses

griefs qu'il

qu'il

me

ouvrages.

Il

me

connoissances

encore

; ce q u ' i l

dans

qui

étoit un

confirma ne me

en

cacha

d e la h a i n e

implacable

avoit

sa

contre

nation.

confiance sans b o r n e s m'inspira le désir

d e l u i a c c o r d e r la m i e n n e , s a n s m ' é c a r t e r la p r u d e n c e tout

le

qu'il m e

que j'ai toujours

cours

de

ma

observée

mission.

L'inspection

lit f a i r e d e d i f f é r e n t e s c a r t e s

avec de; observations analogues

de

dans

marines

à u n e parfaite

c o n n o i s s a n c e du l o c a l des isles M o l u q u e s , d o n n a l ' e n v i e de les a c h e t e r . M o n P2

me

Hollandois


( 172 ) fit

d'abord

quelques

si b i e n , q u ' i l grace

du

me

monde

d i f f i c u l t é s ; j e le gagnai

les r e m i t pour

de la

meilleure

le p r i x q u e j e l u i e n

offris. Quelque

confiance q u e cet h o m m e p û t

me

t é m o i g n e r , je n ' o s a i m ' o u v r i r à l u i s u r l ' o b j e t important

de m a

mission, craignant que

m o t s d e gérofliers

e t muscadiers

rassent

soupçons

quelques

opérations. sur

le

cabotage

des

nuisibles

vaisseaux

à la garde

de

qu'ils

les

lui i n s p i -

L u i a y a n t fait p l u s i e u r s

à C é r a m , il m e r é p o n d i t occupés

ne

à

mes

questions sa

nation

étoient

trop

d e l'is1e d ' A m b o i n e , q u i

r e n f e r m o i t le p l u s p r é c i e u x d é p ô t d e l e u r c o m m e r c e : il e n t r a tion

d a n s le d é t a i l

des muscadiers

et

d e la

produc-

des gérofliers ; voilà

o u je l ' a t t e n d o i s : il m ' a j o u t a q u e l e s g a r d i e n s de ces richesses des H o l l a n d o i s

étoient

d'une

s u r v e i l l a n c e d i f f i c i l e à s u r p r e n d r e . Il s e m b l o i t que

l'affection

chaque

de

mou

i n s t a n t ; il m e

sion de cœur qui a la f r a n c h i s e ,

ne

hôte

s'accroissoit

dit , avec cette

laisse p o i n t

d'équivoque

qu'il y avoit a l'isle de

Gueby

d e s m u s c a d i e r s e t g e r o f l i e r s d e la m ê m e lité

qu'à

Amboine

;

que

cette

Isle

h a b i t é e que par des Malais ; que étoit

d'autant

plus

difficile

à

effu-

pour

son

quan'étoit abord

tous

les


(173) E u r o p é e n s , q u ' i l s r e g a r d o i e n t les H o l l a n d o i s c o m m e leurs ennemis implacables. Cette h a i n e est d ' a u t a n t m i e u x j u s t i f i é e , q u e ces d e r n i e r s n e s ' o c c u p o i e n t qu'à d é t r u i r e les é p i c e r i e s q u i croissent dans leurs Isles. Cette prévention de m o n honnête, H o l l a n dois ne

me rebuta point ; je

lui

témoignai ,

p a r les a d i e u x les p l u s affectueux , u n e s i n c è r e r e c o n n o i s s a n c e d e t o u t c e q u ' i l a v o i t fait p o u r m o i , et j e fus pour

rejoindre mes

retourner

deux

hommes

à m o n bord , où tout

mon

m o n d e avoit eu les p l u s vives

inquiétudes

m a l o n g u e absence , et j e

aussi-tôt r o u t e

p o u r l'isle d e

fis

Gueby , quoique

c e l a fût

traire aux ordres que j'avois reçus. réflexions

que m'avoit

fait

faire

H o l l a n d o i s m ' a v o i t d é t a i l l é au Isle , le v i o l e n t désir sion , 6

l'emporta. J e

avril je

ce

sujet

accélérer

m'en

con-

Malgré les que de

q u e j'avois de

noître m o i - m ê m e , pour

sur

cet cette

la

con-

ma

mis-

a p p p o c h a i , et le

mouillai près d'un village ;

alors

je vis p a r o î t r e u n e s s a i m de

Malais armés q u i

augmenta

,

bonne Je

dans

un

instant

et

qui

faisoit

contenance.

descendis à terre avec M. P r é v o s t ,

t a n t le p a v i l l o n reconnu

du roi. Les

Insulaires

que nous n'étions point

P

por-

ayant

Hollandois 3


(174 ) et

ne

connoissant

voyèrent

que

au - d e v a n t

leur

pavillon

de n o u s

,

en-

plusieurs

de

l e u r s chefs , qui n o u s r e ç u r e n t avec toutes les politesses possibles , roi ,

nous

assurant que leur

qui étoit absent , seroit c h a r m é de

voir;

ils n o u s c o n d u i s i r e n t d a n s

et n o u s p r o p o s è r e n t attendant

firent

le

retour

avertir de le

nous

cases ,

des r a f r a î c h i s s e m e n t , en de

notre

leur

prince ,

arrivée. Le

le m ê m e j o u r : n o u s f u m e s sa n a t i o n

leurs

avec

recevoir a son

qu'ils

roi

le

revint

gros

de

débarquement ;

il n o u s fit l ' a c c u e i l l e p l u s g r a c i e u x

et le p l u s

f l a t t e u r , e t n o u s a y a n t fait d e s q u e s t i o n s p l e i n e s de

douceur

,

il

m e p r i t p a r la m a i n e t n o u s

c o n d u i s i t c h e z l u i ; je l u i lis d e s p r é s e n s le flattèrent b e a u c o u p , marques loppa des

de

son

grande

Hollandois

France , former

si sa

des

délivrer

satisfaction.

mécontentement à

c o m b i e n il s e r o i t

l'égard flatté

sur

de

déve-

conduite

n a t i o n , et

de

à propos

chez lui , p o u r la

tyrannie

m a î t r e s a c t u e l s , e t sa h a i n e p o i n t q u ' i l fit d é c h i r e r s : s toiles

me

la

sa

majesté jugeoit

fit a r b o r e r c e l u i d e

Il

d ' a p p a r t e n i r au r o i de

établissemens

entièrement

qui

et qu'il reçut avec des

franc

de

se m a n i f e s t a

de le ses au

p a v i l l o n s . , et q u ' i l ; je lui

remis

n é c e s s a i r e s à c e t effet , e t j e l e

les

revêtis


( 1 7 5 )

moi-même duquel Il

d'un

il p a r u t

me

pria

pavillon ;

de

et

de

mes

habits

uniformes

,

enchanté. faire

planter

pendant

la

moi-même

cérémonie

le

t o u s les

Insulaires f o r m è r e n t u n cercle , en faisant les p l u s g r a n d e s a c c l a m a t i o n s . J ' a l l é g u a i au p r i n c e les r a i s o n s les p l u s p l a u s i b l e s s u r la difficulté , dans la former mais

circonstance aucun

je

compte

je m e

établissement

l'assurai

que

je

trouvois , de

auprès

rendrois

à sa m a j e s t é , e t à s o n

de

lui :

moi-même

ministre,

de

ses d i s p o s t i o n s f a v o r a b l e s . J e s a i s i s c e t i n s t a n t Pour

lui

demander

s'il

ne

pouvoit

pas

faire r e m e t t r e q u e l q u e s c u r i o s i t é s q u i être

agréables

à mon

c h o i x : je n ' h é s i t a i désignai

les

roi ;

pas

un

muscadiers

et

il

m'en

me

pussent laissa le

moment , gérofliers.

je

lui

Il

me

r é p o n d i t q u ' i l e n é t o i t p r i v é p a r la d e s t r u c t i o n que

les

Hollandois

en

avoient

faite :

mais

qu'il a l l o i t s ' o c c u p e r d e cet o b j e t , e n e n v o y a n t d e s e s s u j e t s affidés a l ' I s l e d e P a l a n y , de

sept

lieues,

pénétrer

trente

pouvoir

s'en

lesquels lieues

procurer

seroient

dans

les

d'une

distante

obligés terres

espèce

de

pour propre

a l a r é p r o d u c t i o n . Il c o n t i n u a à m e f a i r e

offre

de s e r v i c e s l e s p l u s a r d e n s ; il me d i t d e n ' ê t r e point

inquiet

sur l'absence

de

ses g e n s ,

qui


(176) mettroient

plusieurs jours

à leur expédition

Le r o i de P a t a n y , p l u s p u i s s a n t en forces , allié

et p r o t e c t e u r

été informé

de celui de G u e b y , ayants

arrivée

de notre

, s'imagina

c'étoit q u e l q u e hostilité q u ' o n v o u l o i t chez

ce d e r n i e r : il a s s e m b l a

que

exercer

aussitôt

toutes

ses f o r c e s , q u ' i l fit e m b a r q u e r d a n s d e s p i r o g u e s au

nombre

d e p l u s d e q u a t r e - v i n g t s , et d o n t

les p l u s p e t i t e s p o u v o i e n t c o n t e n i r au vingt h o m m e s . La majeure partie des étoient

a r m é e s de petites pièces de

de

pierriers ,

en

très-bon

moins

pirogues canon

d ' e s p i n g o l l e s : cette flotte o r d r e , le

roi

à

la

tête ,

et

vint dans

l ' i n t e n t i o n de f o n d r e sur n o u s , et d e d é l i v r e r son

allié,

qu'il

croyoit

Ils s ' a n n o n c è r e n t et

ne

aller leur

lurent

pas

les j o i n d r e parla

dans

de son alliance

notre

prisonnier.

par plusieurs peu

avec les

étonnés le roi

termes

décharges, de

me

voir

de G u e b y ,

les

plus

qui

flatteurs

avec n o u s . L e roi de

Patany

e n p a r u t si s a t i s f a i t , q u ' i l d e s i r a s'y j o i n d r e , e t m'accabla des m a r q u e s les plus sincères de b i e n v e i l l a n c e . L o r s q u ' i l p u t d i s t i n g u e r le p a v i l l o n blanc

arboré

qu'on

déchirât

à

Gueby ,

il o r d o n n a

aussitôt

les s i e n s , et m e p r o m i t

toute

s o r t e d ' a g r é m e n s , si n o u s v o u l i o n s a u s s i a v o i r d e s é t a b l i s s e m e n s c h e z l u i : j e l u i fis l e s m ê m e


( 177.) réponses qu'à son allié. N o u s n o u s tous

à terre : o n

y fit

de

rendîmes

nouvelles

protes-

tations d'amitié. Les d é p u t é s d u roi de G u e b y étoient

déjà

muscades

revenus

que je

avec

fis e m b a r q u e r pour

avec

la

quantité

tous les s o i n s

p o u r v o i r à leur

conservation.

y joindre

des

gérofliers ,

apportés.

Sur

la

roi

Bagousk

de

Patany ,

je

imaginables

Mes vues n'étoient pas r e m p l i e s ; j e

nommé

de

p o u v o i s d e s i r e r , et q u e

qu'on

demande

que

desirois

n'avoit j'en

Hundes

, principal

s'offrit

à m'en

pas

fis , chef

le du

p r o c u r e r , si

j e p o u v o i s a t t e n d r e h u i t j o u r s . Je m e

déter-

m i n a i à ce sacrifice , q u o i q u e j e fusse e x t r a o r d i n a i r e m e n t i n q u i e t s u r les

obstacles

pouvois

changement

éprouver

m o u s s o n s . Je

profitai

envoyer m o n pour

le de

que

rapportèrent

je

quelques

méritent point devoir partie

instruire de

lequel

d'être

,

les o b s e r -

particularités citées

qu'ils

:

pour

officiers,

nécessaires.

Ils

me

qui

mais je

ne crois

ont trouvé , dans

un

très - b e a u

à l'abri

de

on peut mouiller

lignes

Gueby

je des

la

l'ouest , à quatre lieues du village

où j'étois , Poulaseau

croyois

que

l'intervalle ,

canot avec u n d e mes

faire a u x e n v i r o n s d e

vations

de

par

tous

bassin ,

nommé

vents , et

cinquante

dans

vaisseaux


(178) Le

tems que j'avois prévu

pouvoir

donner

au r e t o u r d e B a g o u s k . é t o i t e x p i r é : j e

perdois

espérance

de

le

revoir

:

n'osant

m'exposer

à l a c o n t r a r i é t é de la m o u s s o n , q u i c o m m e n çait

à

se

quitter

déclarer

l'Isle

de

b l e m e n t de ne pouvoit à

je

pouvoir

perfectionner

la v o i l e ;

chemin l'isle

,

le p e u

si

de

me

Gueby ,

de

l'objet

mission.

frais m e

heureux

à

très-sensi-

emporter ma

Je

fit

qui mis

faire

un

ne perdis

pas

contre-tems

me

médiocre , que je

v u e ; cet

déterminai

touche

p r o c u r a la s a t i s f a c t i o n d e v o i r a r r i v e r B a g o u s k . avec

les

gérofliers ,

plus compter.

sur

lesquels

Cette circonstance

la v i s i t e d e s r o i s d e P a t a n y et d e

je

n'osois

me

procura

Gueby,

qui

vinrent à m o n bord avec Bagousk me

remettre

l'objet

je

dont

témoignai

ils

toute

étoient

chargés

:

s a n t d e s p r é s e n s t e l s que m a s i t u a t i o n me

p e r m e t t r e . Je

quittai

témoignages

de

et

de ma

promesse

plaisir

du

drois

les

traité

à la

la

r o i et voir

leur

m a s a t i s f a c t i o n , en l e u r fai-

,

plus

pouvoit

ces p r i n c e s avec les parfaite

part,

que ,

de

son

et

cimenter

intelligence

sous

le

bon

ministre , je revien-

satisfaction des

avec

deux

eux

un

n a t i o n s , et

j e leur d o n n a i des signaux de reconnoissances , si

mon

retour

étoit

déterminé.

Je

fis

toute


(179) la d i l i g e n c e p o s s i b l e et

p o u r q u i t t e r le d é t r o i t ,

m e r e n d r e à l'Isle

par

celui

de

de France ,

Bonton

devoit abréger

mon

,

qui

en

passant

nécessairement

voyage.

Malgré toutes mes précautions , j'y rencontrai cinq vaisseaux envoya

gardes-cotes. Le

commandant

aussitôt u n canot chargé

d'Européens

a r m é s , à la t ê t e d e s q u e l s é t o i e n t d e u x et

un

interprête,

qui

les p l u s c a p t i e u s e s , e n

me

surprise

dans

de

me

trouver

témoignant des pays

lument

étrangers au c o m m e r c e des

Je

a l l é g u a i q u e je

leur

officiers

m e firent les q u e s t i o n s leur abso-

François.

s o r t o i s de la b a i e d e

M a n i l l e , et q u e m o n i n t e n t i o n é t o i t de r e l â c h e r à Batavia

pour me

rafraîchir , et e n s u i t e

rendre à ma destination. de

mes

vaisseau

raisons , et

le

prirent

le

m i e n , et m e

en l i b e r t é , persuadés

me

Ils p a r u r e n t s a t i s f a i t s

que

de

mon

laissèrent

nom

aller

mon

bateau

étoit

à u n p a r t i c u l i e r , et n o n a u r o i . Ils m ' i n v i t è r e n t , de la part de leur c o m m a n d a n t , auprès

de lui , en

me

de

promettant

mouiller tous

les

s e c o u r s d o n t j ' a u r o i s b e s o i n : ils p r é t e n d o i e n t m'y

engager

qu'ils trouvé

avec

voulurent

d'autant

me

plus

convaincre

de

raison ,

que

j'aurois

d e s c o u r a n s c o n t r a i r e s à la r o u t e

je me p r o p o s o i s d e

tenir.

Ce conseil ne

que me


(180) paroissoit

pas

assez

sage , ni la c h o s e

assez

v r a i s e m b l a b l e p o u r q u e j e p r i s s e e n faire u s a g e : j e fui c e p e n d a n t o b l i g é , p o u r é v i t e r d e s r é c i f s , de

passer

à

la p o r t é e

de

voix

de ces

cinq

gardes-côtes , q u e je remerciai de leurs offres, en

poursuivant

vents me souhaiter; entre

ma

favorisant

c a r r i è r e , le t e m s

et

les

a u t a n t q u e j e p o u v o i s le

j e p a s s a i s u c c e s s i v e m e n t le d é t r o i t

Lamboé

et

heureusement

Combava,

a l'Isle

et

enfin

d e F r a n c e , le

j'arrivai 25

juin

suivant. J'ai remis vingt milliers de m u s c a d e s , tant é n g r a i n e s q u ' e n p l a n t e s , et t r o i s c e n t s g é r o ilicrs , à Messieurs gouverneur , de

France ;

et et

le

chevalier

Poivre avec

des

, intendant leur

Roches aux

agrément , je

,

Isles me

suis r e n d u en F r a n c e p o u r aller r e n d r e c o m p t e a u m i n i s t r e d e sa m a j e s t é

d'une mission impor-

t a n t e , q u i a c o m b l é de j o i e t o u s les

habitant,

q u i o n t déjà la s a t i s f a c t i o n d e v o i r les h e u r e u x s u c c è s d e la p l a n t a t i o n q u ' i l s o n t faite d e s d i t e s plantes

et

graines. FIN.


Voyages d'un philosophe  

Auteur : Pierre Poivre / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Voyages d'un philosophe  

Auteur : Pierre Poivre / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antilles...

Profile for scduag
Advertisement