Page 81

LA GUERRE DE COURSE

69

quatre bordées, et fut rejoint par le marquis de Nesmond, qui combattit l'Espérance si vivement, qu’il la démâta, et qu’il s’en rendit Maître, après une belle résistance, à la tombée de la nuit. De l’autre côté, après un violent engagement, le St-Antoine était parvenu, aux dernières lueurs du jour, à ranger de si près l’Anglesey, qui cherchait toujours à se dégager et à fuir, que Luc de La Villestreux et du Coudray Perrée, tous deux sur le gaillard d’avant, les armes à la main, firent monter, sur le pont, tous les hommes disponibles, et s’apprêtaient à faire battre la charge, après avoir jeté les grappins d'abordage, quand le petit mât de hune du St-Antoine fut coupé par une bordée de l’Anglesey, ce qui ralentit sa manœuvre. Presqu’en même temps, le sieur de La Villestreux était frappé, à l’épaule, par un biscaïen, qui le jeta, sanglant et inanimé sur le pont. Dans le désarroi qui suivit, et par une obscurité profonde, l'Anglesey accélérait sa fuite

et parvenait à s’échapper. Le St-Antoine avait fortement souffert. Il avait perdu dix hommes tués, 35 blessés et reçu « deux coups de canon dans son mât de

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Profile for scduag
Advertisement