Page 79

LA GUERRE DE COURSE

67

Le 25 du même mois, étant à 35 lieues ouest des îles Sorlingues, vers 5 heures du soir, on aperçut trois vaisseaux de la flotte d’Angleterre : l'Espérance (76 pièces de canon, 400 hommes d’équipage), commandée par le sieur Robinson, chef de l’escadre; l'Anglesey, (1) (52 pièces de canon), et un brûlot.

L’escadre française, sous pavillon anglais, donna aussitôt la chasse à l’ennemi. En avant, se trouvaient, à gauche, le Français, commandé par du Guay Trouin, et, à droite, le St-Antoine, tous deux à la même hauteur, et à quelques portées de canon l’un l’autre. Le Français, dit du Guay Trouin dans ses mémoires, « joignit l' Espérance à bonne por« tée de fusil, et se préparait à l’aborder, avec « dessein de ne pas lui tirer un coup avant d' avoir jeté les grappins à son bord. » A cette vue, le marquis de Nesmond, qui était en arrière, et à grande distance, fit tirer coup de canon, tout en conservant le pavillon anglais. Ce signal ayant été interprété, par les officiers qui entouraient du Guay Trouin, comme un ordre pour surseoir à l’atCoudray-Perrée, dans son rapport, appelle ce

bâtiment l'Inglecé.

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Profile for scduag
Advertisement