Page 40

30

DEUX CORSAIRES MALOUINS

« jointement », avec ses deux prises, et y arriva le 25 décembre. Après cette opération, aussi rapide que fructueuse, le sieur de La Villestreux ne devait avoir qu’un désir, celui de recommencer. Il le réalisa, car dès le 22 mars 1690, moins de trois mois après son retour, il retournait dans la Manche sur le Saint-Antoine. Mais, cette fois, il n’était plus seul; le Comte de-Revel et la Joyeuse (22 canons, 200 tonneaux 118 hommes d’équipage) l’accompagnaient. Le premier était commandé par le sieur des Saudrais Dufresne, et le second par le capitaine Claude Raoul, tous deux de grand renom. Ces trois navires étaient « en compagnie et « société », suivant la coutume existant entre capitaines « ayant bonne opinion les uns des « autres», et même entre corsaires et vaisseaux du Roi, les accords et pactes se faisant, dans les deux cas, sous conditions. Dans la matinée du 4 avril, vers 8 heures, au sud des côtes d’Irlande, le Saint-Antoine qui était en tête, aperçut un gros bâtiment auquel il donna la chasse, et dont il se rapprocha à

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Profile for scduag
Advertisement