Page 180

158

DEUX CORSAIRES MALOUINS

Puis, ils se rapprochèrent des côtes d’Espagne, à la hauteur de la Corogne, quand il aperçurent à l’horizon, trois gros bâtiments, qu’ils reconnurent, aussitôt, « à leur fabrique comme étant des corsaires flessinguois. Les deux frégates se trouvaient, heureusement, à proximité l’une de l’autre, car il s’agissait de prendre une décision rapide, et de l’exécuter sans tarder, en présence des bâtiments ennemis qui s’avançaient, en ligne, à plusieurs encablures les uns des autres, avec l’intention évidente d’attaquer les corsaires malouins, et de s’en emparer. D’un commun accord, les deux capitaines, favorisés par le vent, se portèrent à l’attaque. Du Goudray Perrée se jeta sur le bâtiment flessinguois qui se trouvait à la gauche, et l’attaqua en proue, le labourant de coups de canon, de Pavant à l’arrière, tandis que le capitaine de Launay prenait le même bâtiment par le travers, et le couvrait de ses feux. Surpris par cette double agression, le bâtiment ennemi flottait désemparé, à la merci de ses adversaires, qui cherchaient bien plus à rentrer au port avec leurs cargaisons intactes,

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Profile for scduag
Advertisement