Page 135

DANS LA MER DU SUD

115

dant pour 70.000 écus d’objets, on apprit que, parordre du Vice-Roi, des peines sévères venaient d’être infligées à plusieurs habitants d'Arica, pour avoir facilité notre commerce. L’attitude du corrégidor fut alors toute autre. Il défendit à l’aumônier, qui était l’interprète de M. de Beauchesne, de venir à terre, et fit même tirer quelques coups de fusil dans ladirection de l’escadre.

Il fallut donc lever l’ancre, et se diriger vers Pisco. Mais ici, comme à ses précédentes escales, le chef d’escadre se heurta, tantôt à la politesse relative des autorités, qui se rebouchaient derrière la défense absolue, qu’elles avaient reçue, de ne rien accorder aux visiteurs étrangers, tantôt à leurs menaces, qui s’apaisaient, dès qu’on leur offrait de s’intéresser aux opérations en cours. Il paraît certain que, ni l’attention de M. de Beauchesne, ni celle de M. de Terville, n’avait été appelée sur la mentalité de ces fonctionnaires coloniaux, soucieux sans doute d’exécuter les ordres reçus, mais non moins sensibles à un témoignage de gratitude discrètement offert. Peut-être aussi, répugnait-il aux

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Deux corsaires malouins sous le règne de Louis XIV  

La Villestreux, Arnold-Edouard-Edgar de / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Unive...

Profile for scduag
Advertisement