Page 48

44

VOYAGE

AU

BRÉSIL.

teur. On va également visiter le Jardin des Plantes, non pas précisément pour les richesses d'histoire naturelle qu'il possède, mais pour voir une allée de palmiers d'une espèce particulière, remarquablement belle. Cependant nous arrivions peu à peu. Il ne fallait pas songer à emporter les bagages; chacun fit un léger paquet pour les besoins de deux ou trois jours ; le reste devait être transporté à la douane. A peine au mouillage, de tous côtés des embarcations entourèrent le navire. Les unes étaient là seulement pour prendre des passagers isolés, le plus grand nombre était rempli par les amis, les parents des voyageurs attendus. Je descendis avec ma nouvelle connaissance dans un canot, où se trouvaient les siens. M. Aumont, avec lequel je m'étais, sinon lié, du moins pour lequel je me sentais beaucoup de sympathie, était descendu à terre avant moi. Il m'avait promis de me retenir une chambre dans l'hôtel Ravaud qui nous avait été recommandé. En débarquant, sur de grands degrés de pierre, je faillis tomber dans la mer; je crois que le lieu se nomme la Praya de los Mineros. De là on entre dans la rue Diretta, habitée en partie par des marchands portugais; dans cette rue est la douane, la poste ; sur les trottoirs étaient assises les plus belles et les plus grandes négresses que j'aie jamais vues. De la rue Diretta, nous entrâmes dans la fameuse rue d'Ovidor, rue française d'un bout à l'autre; MM. les négociants la nomment modeste-

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement