Page 34

30

VOYAGE

AU

BRÉSIL.

Peu à peu les palmiers devinrent plus distincts, pas de montagnes, pas de seconds plans, des arbres et le ciel. Une petite voile paraissant sortir de la mer venait à nous vent arrière. Une voile seule, et rien pour indiquer où était son point d'appui. Nous cherchions à comprendre. « Ce sont des rangades, me dit à l'oreille un Marseillais qui habitait depuis vingt ans Buenos-Ayres, vous allez voir comme c'est solide sans que cela paraisse. » Effectivement c'était solide. Une demi-douzaine de poutres liées entre elles comme un radeau, une espèce de banc et au centre un trou, dans lequel était fixé le mât; c'était tout. Avec ces solides embarcations on ne peut chavirer, c'est vrai, mais on a toujours les pieds dans l'eau, et souvent davantage. « Savez-vous, monsieur, reprit le Marseillais, que ces gaillards-là, si on les payait bien, seraient capables d'aller jusqu'en Europe? — Par exemple, cela me paraît un peu fort, lui dis-je, et comment s'y prendraient-ils ? — En côtoyant ! » Je n'en demandai pas davantage, j'étais convaincu. Nous approchions de Fernambouc et bientôt nous jetâmes l'ancre en dehors d'une ligne de brisants si réguliers qu'on les prendrait pour des murailles. De l'endroit où nous étions il était impossible de voir la ville, bâtie sur un terrain plat. Une embarcation seule fut détachée pour porter à terre les dépêches. Personne ne se souciant de descendre dans ces rangades, qui pourraient aller en Europe en côtoyant, et surtout en voyant la mer briser sur

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement