Page 293

VOYAGE

AU

BRESIL.

287

C'était exactement ce que j'éprouvais alors, contrairement à la première fois, où nous étions entrés le matin, après une légère pluie qui avait rafraîchi le temps. Une barque remplie de nègres vint prendre au passage les voyageurs, qui descendaient bien avant le lieu destiné au mouillage du vapeur. Je me fis conduire au palais en arrivant ; mais je n'y logeai pas. On m'assura qu'il était destiné à être abattu : les fourmis coupis l'avaient miné. Le palais était alors fort peu habité ; les nègres qui m'avaient servi n'y étaient plus ; j'allai directement à l'hôtel après avoir déposé mes malles dans mon ancien appartement. J'étais d'une tristesse profonde, ce premier jour, et je me promenais sans but sur la place du palais, en m'étonnant d'avoir maintenant des pensées si différentes de celles qui occupaient mon esprit pendant les six mois que j'avais passés dans cette ville. Je ne voyais plus la civilisation du même œil qu'autrefois. J'avais laissé dans les forêts que je quittais tout mon enthousiasme pour ce pays qu'on pourrait rendre si florissant, et qui, en ce moment de mélancolie injuste, avait tant perdu de charme à mes yeux. Le lendemain on lisait dans un journal : « Hier, un individu, dont le costume laissait beaucoup à désirer, se promenait en silence, les mains derrière le dos. Cet individu, porteur d'une longue barbe de prophète, semblait méditer quelque mauvais coup. Les petits enfants qui, par mégarde, passaient près de lui, s'enfuyaient au plus vite après

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement