Page 255

VOYAGE

AU

BRÉSIL.

249

rience, puis par excès de chaleur, d'humidité, et de mille autres causes, j'effaçais le peu que j'avais produit pour recommencer sans plus de succès. Le dernier jour de mes excursions photographiques, Manoël me parla d'un lieu où se trouvaient beaucoup d'orangers. Je laissai aussitôt mes bagages dans le bois, et nous voilà partis à l'aventure, car il ne connaissait pas trop bien la direction qu'il fallait prendre pour arriver au but. Nous voilà coupant, taillant un passage, et une heure après nous débouchions dans une grande clairière, au milieu d'un champ de hautes herbes qui se fermaient derrière nous dès que nous étions passés. J'ai déjà dit que les oiseaux et les insectes sont bien plus nombreux dans les endroits déjà défrichés que dans l'intérieur des forêts. Toutes les jeunes pousses sont chargées de baies dont la plupart des oiseaux du Brésil font leur nourriture. Car généralement ils se nourrissent de fruits; j'en ai trouvé fort peu vivant de graines : c'est ce qui rend presque impossible leur transport en Europe. Dans le lieu où nous étions, je n'avais qu'à choisir; j'en voyais de toutes couleurs. L'un d'eux me séduisit particulièrement; il était du plus beau bleu. Je l'apportai en triomphe à Manoël qui me dit : « Voilà un oiseau d'un joli vert. » Je levai les épaules et lui demandai de me conduire aux orangers. Nous avions de l'herbe souvent par-dessus la tête ; il était difficile de s'orienter. Enfin nous arrivâmes devant une case à moitié renversée. En face d'elle était une plantation d'orangers et de ci-

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement