Page 240

234

VOYAGE

AU

BRÉSIL.

tique, remplir les fonctions de cuisinier, et surtout porter une partie des objets photographiques quand j'étais dans les bois. On me donna trois hommes et deux canots pour aller chercher mes malles, car, sans m'en douter, j'avais employé presque deux jours pour revenir dans le voisinage de la rivière dont je me croyais fort éloigné. Cette circonstance simplifiait bien mon déménagement, en m'enlevant une grande inquiétude; car, tout en courant les bois, je me demandais comment je pourrais faire transporter ces effets assez nombreux au milieu des difficultés semées à chaque pas. Enfin j'avais déjà réalisé en perspective les projets d'étude si longtemps caressés en vain. Déjà, en une heure, j'avais trouvé un logement, un domestique, les hommes et les canots désirés! J'allais vivre au milieu de nombreux modèles : j'étais certain de les rendre moins superstitieux au moyen de la cachasse, dont je me promettais de faire ample provision. En attendant, le bonhomme me donna un banc pour coucher et quelques bananes pour me faire digérer un morceau de lard complétement gras. Il me fallut, cette fois, me contenter de farine toute sèche, ce qui ne me plut pas trop, car chez mon premier hôte j'en avais fait faire des petites galettes mêlées avec de la graisse et cuites sur des cendres chaudes. Mais ce n'était pas le moment de faire le difficile. Les canots partirent de très-bon matin ; ils revinrent le lendemain avec mes effets. J'appris qu'on avait fait courir après moi le jour de mon départ;

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement