Page 231

VOYAGE AU

BRÉSIL.

225

vais eu l'imprudence de n'en pas apporter d'autres avec moi, mais seulement des verres, et au retour je m'épuisai en vains efforts pour les ajuster. J'avais bien confectionné mon siége de voyage pour remplacer celui que le feu avait brûlé; mais mes ressources d'opticien étaient à bout quand on me rapporta les lunettes que je regrettais si justement. Quelques jours après cette excursion, la case inhospitalière qui m'abritait reçut de nouveaux hôtes. On y apporta, étendu dans un hamac, un des Indiens dangereusement malade, à la suite de cette course dans l'eau, puis un autre presque mort; c'était le pauvre Almeida, celui qui avait tué le serpent, celui qui m'avait aidé à le traîner. Deux jours après il était mort. J'appris en me levant qu'on avait fait prévenir les parents et qu'on viendrait bientôt enlever le corps. Comme je n'avais pu peindre des Indiens vivants, je résolus de profiter de la triste circonstance qui me permettait de peindre un mort; j'allai immédiatement dans le petit réduit où on l'avait étendu sur deux planches. Son lit ordinaire était une vieille natte ; il était là couché, les mains serrées l'une contre l'autre. On l'avait enveloppé dans une vieille blouse bleue; ses jambes et ses cuisses étaient nues. Tout à côté était la cuisine. Ses camarades, que je voyais par les interstices de la terre dont on enduit les cases, riaient et causaient entre eux. Un grand feu était allumé ; ils y faisaient cuire des poissons. Près du défunt se tenait sa mère, la vieille Rose; elle marmottait à voix basse 15

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement