Page 222

216

VOYAGE AU B R É S I L .

cou, en élevant les bras, je faisais bien lestement un croquis, regrettant de n'avoir pas derrière moi un collègue qui pût, à son tour, en faire un autre; ma pose, avec les bras en l'air, mes habits et mon fusil sur la nuque et le reste de ma personne immergé, devait être assez pittoresque. Je ne m'arrêtais pas aux choses qui avaient de l'analogie avec celles que je connaissais déjà; mais quand nous passions sous l'ombre d'une forêt de bambous qui formaient au-dessus de nos têtes d'immenses arcades parfaitement régulières; quand au haut de cette voûte de verdure je voyais pendre des masses d'orchidées se balançant au souffle du vent comme les lustres d'une cathédrale , et dont la frêle liane qui les suspendait en l'air échappait aux regards par sa petitesse, alors malgré moi je m'arrêtais; j'indiquais seulement la disposition, la proportion relatives de chaque rive, car avec les bras élevés au-dessus de l'eau la lassitude venait bientôt et me forçait d'abandonner mon travail à peine commencé. Après quelques heures de cette promenade aquatique, nous rencontrâmes des obstacles : des troncs d'arbres brisés, d'immenses pierres arrachées à la montagne. Il fallut rentrer dans le bois, et comme les eaux, à l'époque où elles sont grosses, détrempent la terre pour longtemps, quand nous voulions monter sur un terrain qui nous paraissait solide, nous étions exposés à nous y enfoncer jusqu'à mi-cuisse, bien heureux quand nous rencon-

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement