Page 159

VOYAGE

AU

BRÉSIL.

155

temps une conduite aussi inconvenante, j'allai le soir du troisième jour interrompre une conversation commencée avec son feitor, et lui déclarai que j'avais assez de son hospitalité, ce qui l'étonna fort; et je ne l'étonnai pas moins en lui affirmant que s'il eût été à ma place et moi à la sienne, la première chose que j'eusse faite eût été de m'occuper de ses affaires et non des miennes. 11 n'en revenait pas; car, disait-il, n'avait-il pas été convenu que nous agirions sans façons? C'était vrai. Mais comme la partie n'était pas égale au sujet du sans-façon, je lui demandai de me donner les moyens de revenir sur mes pas. Cette première discussion n'eut d'autre résultat que de me faire rendre à de mauvaises raisons, et je restai au logis. Le lendemain j'obtins le secours d'un ouvrier qui, armé de marteaux et surtout de vrilles, vint m'aider à confectionner un tout petit laboratoire pour mes premiers essais de photographie. Si j'ai mentionné spécialement des vrilles, c'est que les bois du Brésil ne permettent pas, tant ils sont durs, aux clous seuls de les entamer. Ce qui se nomme planche au Brésil pèse comme nos madriers en Europe. La petite pièce destinée à me servir de cabinet, d'atelier, de chambre à coucher et de laboratoire pour l'histoire naturelle n'était éclairée que par la porte. Le toit, couvert avec des branches de palmier, s'avançait très-loin et donnait de l'ombre Plus qu'il n'en fallait; mais ce qui était dans un

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement