Page 138

134

V O Y A G E AU

BRÉSIL.

trente à quarante pieds de hauteur ; c'est par elle qu'on remplace le liége; on la vend par morceaux dans les marchés de Rio ; et comme personne ne m'avait prévenu, j'en apportai une provision avec moi. Si elle était légère, par compensation elle tenait beaucoup de place. Comme le jour précédent, mon compagnon marchait devant; je le laissai aller, et, toujours accompagné de mon nègre, devenu passionnément entomologiste et conchyliologiste, je continuai mes collections sans descendre de cheval. On avait déjeuné assez bien avec des haricots et de la carne secca; par précaution, on avait pris non-seulement du vin, mais encore une cruche d'eau, fort à propos cette fois; car nous rencontrâmes ce jour-là plusieurs sources d'eau très-fraîche. La chaleur était, vers le milieu du jour, devenue accablante, et c'était avec bien de la peine que je me voyais forcé de quitter l'ombre pour regagner le bord de la mer. Je me ressentais encore de mes souffrances de Rio, ayant le principe peu rassurant d'une maladie qui dans les pays chauds devient souvent mortelle; il me tardait d'arriver. Le reste de mon voyage devant se faire en canot, je fus bien heureux quand j'aperçus au loin, de la plage où nous étions, un clocher se dessinant sur le ciel; ce ne pouvait être que Santa-Cruz. J'allais trouver le far niente pour quelques jours, puisqu'il fallait attendre le départ et le retour des canots qui apportaient nos bagages. Comme on ne m'avait pas prévenu que j'allais dans un lieu important et que je pensais que Santa-Cruz

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Deux années au Brésil. Partie 1  

Auteur : F. Biard Partie 1 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des A...

Profile for scduag
Advertisement