Page 7

seules 12 ont été menées à terme. Cette situation d'impunité contribue à la perpétuation des activités criminelles. Le blocus est une action pacifique qui cherche, en sensibilisant l'opinion publique locale et nationale, à obtenir des autorités de ce pays qu'elles prennent les mesures nécessaires permettant de garantir et de préserver les droits des communautés et l'intégrité physique des Indigènes de Roraima. Une nation ne peut se fonder sans justice. Boa Vista, 14 mars 1994 Euc/ides Pereira, Coordinateur du CIR, Clovis Ambrosio, Vice-coordinateur Traduction: Catherine Leterrier

Pour soutenir l'action des Indiens Macuxi, Ingariko, Wapixana et Taurepang de l'Aire Indigène de Raposa/Serra do Sol, vous pouvez écrire aux ministres suivants: - ministre Responsable de l'Amazonie: Exce\entissimo Senhor Ministro Rubens Ricupero, Ministerio do Meio Ambiente e da Amazonia, Palacio do Planalto - Anexo 2, 701150 Brasilia - OF - Brasil / Fax (55) 612269871. - ministre de la Justice: Excelentissimo Senhor Ministro Mauricio Correa, Ministro da Justiça, Esplanada dos Ministerios - Bioco T, 70064-90 Brasilia OF - Brasil / Fax: (55) 61 321 51 54.

Message des Indigènes du Cearà Dans une lettre datée du 29 Novembre 1993. des missionnaires de la Mission Tremembé nous ont fait parvenir des informations sur la situation des peuples indigènes dans la région du Cearà. au nord-est du Brésil. " La Terre-Mère, tout comme nous, a beaucoup souffert tout au long de cette année », nous disent-ils en guise d'introduction, " cette année internationale des Peuples Indigènes a été marquée par de nombreuses agresssions ». Ils énumèrent ensuite les difficultés auxquelles leurs peuples ont eu à faire face durant cette période. La région indigène d'Almofala a connu des persécutions. Un homme, José Odécio, a été roué de coups par sIx hommes armés de matraques. L'entreprise Oucoco, qui occupe de grandes portions des terres indigènes traditionnelles à Almofala, à demandé la suspension de l'arrêté de la FUNAI et de l'Union Fédérale visant à préparer la délimitation des terres pour les T remembé. A la suite de quoi les actions de Tremembé ont été déboutées par la 3e chambre de la Justice fédérale. L'enquête sanitaire menée par la Fondation Nationale pour la Santé dans le Cearà et qui devait permettre la mise en oeuvre à Almofala du plan d'action sanitaire prévu au niveau national (visites médicales bi-mensuelles, médicaments, _. construction d'un dispensaire médical, de puits) a été suspendue en octobre, suite aux dénonciations de certains députés de la région.

Lutter pour survivre Les missionnaires ont reçu des menaces et ont été empêchés de se rendre sur les lieux. Pourtant, même dans l'adversité, les familles indigènes n'ont pas baissé les bras et ne cèdent pas à la peur, insidieusement présente depuis 500 ans de persécutions. S'ajoutent à cela des difficultés supplémentaires : il n'y a plus de poisson dans le fleuve Aracati-Mirim. Un père de famille a dû récemment voler trois noix de coco appartenant à l'entreprise Oucoco. L'affaire s'est finalement bien terminée. La faim, elle, sévit toujours. Les demandes de rations alimentaires d'urgence n'ont toujours pas été prises en compte par la Mairie. Les autorités avaient promis de mettre en place 35 "soupes populaires», mais ont finalement jugé qu'elles étaient impossibles à organiser,

sous le prétexte que les Indiens sont des gens" différents » ! « Les exclus du système néo-libéral brésilien sont tous en difficulté. Les dirigeants dilapident les fonds publics. Et ce malgré l'acquis de la Constitution de 1988, mal appliquée, remise en cause par les députés et les sénateurs, que nous avons pourtant élus mais qui ne nous représentent pas» déclarent les missionaires. Quelques points positifs pourtant: Les avis techniques de la FUNAI, reconnaissant que les peuples Tapeba et Tremembé sont des peuples indigènes et que leurs terres sont des terres indigènes, ont été publiés au Journal Officiel ! Le gouverneur Ciro Gomes a pris l'initiative de faire office de médiateur dans le conflit opposant les Tremembé et des paysans pauvres qui occupent des terres à délimiter et qui risquent l'expropriation si on ne trouve pas de solution équitable.

De nouvelles formes de lutte ont vu le jour l'our mettre en place une action organisée: campagne pour la délimitation des terres indigènes du Cearà, regroupant Tapeba, Tremembé, Genipapo-Canindé et Pitaguary, qui ont envoyé ensemble le 30 mars une lettre ouverte revendiquant la reconnaissance de leurs peuples. Un Forum des droits indigènes du Cearà a été créé avec la participation d'autres groupes de soutien. Le mouvement indigène du Cearà reçoit de nombreux témoignages de solidarité, tant de la part d'individus que d'associations, y compris au niveau international. Les MCM jouent un rôle important dans la diffusion d'informations sur la situation des communautés indigènes auprès d'une opinion publique encore trop peu informée. Traduction: Catherine Leterrier Mise en forme: Barbara Pagel

5

La révolte du Chiapas  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

La révolte du Chiapas  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement