Page 6

Les Indiens de Roraima barrent la route aux chercheurs d'or Le 14 mars 1994, environ 600 'ndiens ont barré en deux endroits la route qui coupe la partie sud de l'Aire Indigène cc Raposa-5e"a do 50' )}. Ils exigent l'expulsion immédiate des chercheurs d'or hors de leur te"itoire et la mise en application de 'eurs droits constitutionne's. Ils sont déterminés à aller jusqu'.Ju bout de 'eur initiative pacifique, même s'i's doivent se heurter à des réactions hostiles. Voici le communiqué qu'i's adressent au public. Le Conseil Indigène de Roraima (CIR), association à but non lucratif consacrée à la défense des droits et des intérêts indigènes dans l'État de Roraima, et dont le siège tst au 1672-W, rue Sebastiào Diaz, dans la capitale de l'État, informe l'opinion publique que les communautés indigènes de la Région Raposa/Serra do Sol, dûment délimitée et identifiée par la FUNA! dans son arrêté W 1141 du 6/8/92, ont décidé d'empêcher l'accès des véhicules transportant des marchandises et combustibles destinés aux orpaillages illégaux situés sur les fleuves Mau, Cotingo et Quino. La région indigène restera ouverte aux organismes publics qui apportent une assistance en matière de santé et d'éducation, à la FUNAI, à la police fédérale et à l'armée, mais rerusera la présence de policiers civils et militaires, étant donné que ces derniers, en défendant les intérêts des grands propriétaires terriens et des chercheurs d'or, commettent d'incessantes et innombrables violences dans cette région. Les communautés indigènes de RaposaiSerra do Sol espèrent, par ce blocus, sensibiliser l'opinion publique locale et nationale aux graves problèmes qu'elles rencontrent et qui sont les suivants: 1. Les communautés indigènes de l'État de Roraima sont victimes de violences continuelles perpétrées par les grands propriétaires terriens et les chercheurs d'or, avec le soutien institutionnel des polices civile et militaire.-Les cas d'emprisonnement illégal, de brutalités, de torture et de menaces sont monnaie courante. En 1988 et 1993, deux Indiens Macuxi, qui avaient été arrêtés illégalement, ont été assassinés par la police civile, dans deux commissariats à Norman dia et Alto Alegre. 2. Bien que l'article 231 de la Constitution brésilienne garantisse aux Indiens les terres qu'ils habitent et leur délimitation, ce droit

4

est toujours bafoué à Roraima. Les terres indigènes de Roraima n'ont pas toutes été délimitées, et celles qui le sont subissent des invasions. 3. Parmi les violences commises contre les communautés indigènes, on peut citer la discrimination et la manipulatiôn des faits. Les communautés indigènes n'ont pas la

depuis des temps immémoriaux, et de voler le bétail des grands propriétaires terriens. 4. La violence exercée contre les communautés indigènes n'est pas seulement le fait de personnes privées ou de la police civile et militaire. Le gouvernement de l'État a entrepris des démarches afin de construire la centrale hydroélectrique de Cotingo, dans la région indigène, sans avoir consulté les communautés indigènes, ni le Congrès national, comme le stipule la Constitution Fédérale. L'Assemblée législative, par l'action de certains de ses députés, en violation de la loi, accélère le processus de création de deux nouvelles municipalités en terre indienne: Sao Marcos, délimitée et homologuée, et Raposa/Serra do Sol, en cours de délimitation. 5. Les orpaillages illégaux existant sur les fleuves Mau, Cotingo et Quino provoquent d'innombrables dommages, tels la destruction des rives et la pollution des eaux, la prostitution, l'accroissement du taux de maladies et des violences, la commercialisation de J'alcool. En dépit de leur présence illégale, les chercheurs d'or ont le soutien et l'encouragement des conseillers municipaux de Normandia et d'autres hommes politiques de l'État. 6.Les Indiens Yanomami, dont la terre a été délimitée et homologuée, continuent de subir l'invasion des chercheurs d'or.

possibilité d'exercer leur droit d'usufruit exclusif sur toutes les richesses de leurs terres, comme le garantit le paragraphe 2 de l'article 231 de la Constitution Fédérale. En réalité, Les Indiens se voient constamment interdire la chasse, la pêche, l'extraction d'huile de palme, la construction d'enelos et l'élevage. Ils sont accusés en toute absurdité d'envahir les terres qu'ils habitent

7. Les chercheurs d'or qui ont massacré les 16 Indiens Yanomami du village Haximu sont libres et n'ont même pas été inquiétés. Manuel Ferreira dos Santos, qui a tué en 1990 deux Indiens Macuxi du village de Santa Cruz, a été acquitté et est revenu à RaposaiSerra do Sol où, pour le compte du grand propriétaire terrien Reinaldo A1ves, il exerce des menaces contre les Indiens de la région du Bas Cotingo. 8. L'inertie et l'impuissance des organes fédéraux comme la FUNAI et la police fédérale, insuffisamment équipées et préparées pour remplir leurs fonctions, font que sur 53 enquêtes ouvertes ces trois dernières années par la police fédérale pour élucider des crimes commis contre des Indiens ou des communautés indigènes de Roraima,

La révolte du Chiapas  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

La révolte du Chiapas  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement