Page 14

Leonard Peltier

La justice indigne . •• Leonard "Gwarth-ee-Iass" Peltier, anishinabe-Iakota et militant de l'American Indian Movement, est le plus ancien prisonnier politique amérindien. Dans notre numéro 42 (p. 7), nous vous annoncions que la Commission des libérations conditionnelles avait décidé de réouvrir le dossier Peltier malgré ses précédentes déclarations. Après des nouvelles encourageantes et des mois d'attente, la commission a rendu sa décision ...

Leonard Peltier, cela pourrait être vous, moi, n'importe lequel d'entre nous qui défendrait sa famille, ses amis, sa communauté ou simplement ses convictions. Leonard Peltier est un Amérindien, condamné à deux peines de prison à vie consécutives pour le meurtre de deux agents du FBI. Il a passé plus de vingt années dans des pénitenciers fédéraux aux USA. Lors d'une longue bataille juridique, sa défense a pu présenter, à plusieurs reprises, les preuves de son innocence, poussant le gouvernement américain a changer de théorie pour le maintenir derrière les barreaux. Aujourd'hui, tous les appels pour la réouverture d'un nouveau ptocès sont épuisés mais, de par le monde, de plus en plus de voix se font entendre réclamant "justice". Après l'échec de son ultime appel devant la Huitième Cour des États-Unis, les avocats de Leonard Peltier ont déposé une demande de grâce présidentielle. Ce recours est toujours en considération à la Maison Blanche et le président Clinton n'a pas encore rendu sa décision. En 1993, le Bureau des libérations conditionnelles avait été saisi du cas Peltier mais avait refusé de lui accorder la libération sur parole. De plus, la commission avait annoncé qu'elle ne prendrait pas en considération cette affaire avant quinze ans. Deux ans plus tard, suivant la procédure légale, Peltier a dû se présenter devant un employé du Bureau des libérations conditionnelles qui devait statuer sur les nouveaux développements de son affaire. L'audition s'est déroulée le Il décembre

12

dernier en présence de l'intéressé, de ses avocats, Ramsey Clark et Carl Nadler, ainsi que de Bill May du Leonard Peltier Defense Committee (LPDC). Le gouvernement américain était représenté par le procureur général Lynn Ctooks et l'agent spécial du FBI, Roger Wheeler. Lors des débats, qui ont duré plus d'une heure, les avocats de Peltier ont pu présenter témoignages et documents à l'encontre des arguments du gouvernement. Le représentant du FBI a demandé que Peltier exprime des remords. Ce dernier a refusé de se repentir pour un crime qu'il n'a pas commis. L'agent du Bureau des libérations conditionnelles a déclaré qu'il restait ouvert et qu'il félicitait Leonard pour son effort ininterrompu en faveur des peuples amérindiens. Au vu de toutes les pièces apportées, l'agent a déclaré qu'il ne pouvait rendre une décision à la fin de l'entrevue. Il a annoncé qu'il bait une recommandation à la Commission qui, elle, statuerait.

Dans l'attente ... Fin février, le LPDC a été informé que l'agent du Bureau des libérations sur parole avait émis un avis favorable à la Commis-

Le 26 juin marque une nouvelle fois La Jounée Internationale de Protestation contre l'emprisonnement de Leonard Peltier. C'est la dernière occasion, avant les élections présidentielles américaines (qui se dérouleront en novembre), de demander justice pour Leonard Peltier. Nous vous invitons à organiser des actions dans votre région (manifestations devant les représentations officielles américaines, concerts de soutien, etc.). N'oubliez pas de nous informer de vos initiatives en faveur de Leonard Peltier. Continuez également de téléphoner, faxer,

sion nationale de Washington. Cette recommandation était basée sur le fait que l'accusation n'avait plus d'éléments prouvant avec certitude la culpabilité de Leonard Peltier. Après un délai inhabituel, la Commission a annoncé, le 18 mars dernier, son nouveau refus de libérer Leonard sur parole, passant outre la recommandation du rapporteur de l'affaire et toutes les preuves apportées au dossier. Quant à l'agent qui avait donné la recommandation favorable, il a mystérieusement perdu son poste au sein de la Commission des libérations conditionnelles ...

5.Duez-Alesandrini (Nitassinan, CSJA/LPSGFrance) Source: - Communiqués du LPDC-USA - Commission des libération sur parole des États- Unis (USCP), décision du 18 mars 95.

Nous invitons celles et ceux d'entre vous qui sont connecté(e)s sur Internet, à visiter la page spéciale du Comité de Défense de Leonard Peltier (LPDC-USA). Homepage : http://www.unicom.netlpe/tierlindex.html

écrire aux adresses suivantes pour demander la grâce présidentielle: - President B. Clinton, The White House, 1600 Pennsylvania ave. NW, Washington DC 20500 USA - Tél: (202) 456 Il Il / Fax: (202) 456 24 61 - Mme Pamela Harriman, Ambassade des États-Unis, 2 av Gabriel, 75008 Paris Tél: 42 96 1202/ Fax: Exprimez aussi votre indignation à la Commission des libérations sur parole des USA: United State Parole Commission-

Tél: (301)492.5952, Fax: (301)492.6694.

Résistance navajo  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Résistance navajo  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement