Page 12

C.H. - Le problème c'est que tous les médias sont contrôlés par l'État. Donc, ils n'informent pas ou alors ils manipulent l'information au profit de l'ÉtaL Quand nous organisons des manifestations, nous réunissons des centaines de milliers de personnes. En effet, ce ne sont pas seulement les Indiens qui manifestent mais aussi des paysans et des ouvriers. Le F.D.O.M.E.Z. fait partie de la coordination ouvrière paysanne indigène et populaire (C.O.c.I.P.). Si une organisation, membre de la C.O.c.I.P. connaît des problèmes de répression, elle peut compter sur l'appui et la mobilisation solidaire des autres organisations membres. Cela freine ainsi la répression dont elle est victime.

Plus de 5000 soldats se sont introduits dans les communautés et ont violemment maltraité les Indiens. 250 Indiens ont été emprisonnées. N - Qu'attendez vous de cette tournée en Europe f C.H. - L'objectif principal est d'informer le public européen sur les conditions de vie des Indiens, les violations systématiques et constantes des droits de l'homme au Mexique. Le gouvernement mexicain veut faire croire au monde qu'au Mexique la pauvreté n'existe plus et que nous vivons tous librement en paix. Nous démontrons le contraire. Nous espérons également bénéficier de la solidari té des différents comités de soutien. La problématique indigène n'est pas cantonnée à l'État du Chiapas, elle concerne tous les Indiens du Mexique.

N. - En signant le traité de l'Accord de Libre Échange Nord-Américain (A.L.E.NA., cf. Nitassinan n037), le gouvernement mexicain a-t-il fait changer la problématique territoriale indigène f

c.H. - La signature du traité de libre commerce avec les États-Unis s'est faite dans le dos du peuple mexicain. Le gouvernement mexicain a fait une réforme contraire aux intérêts et aux besoins des paysans. Je me réfère à l'article 27 de la Constitution mexicaine. Auparavant, la Constitution affirmait, du moins sur le papier, que la terre appartenait aux paysans et qu'elle ne pouvait pas être vendue. Aujourd'hui, c'est exactement le contraire. Ceci nous fait penser que, dans un futur proche, la terre appartiendra de nouveau aux plus riches. Et nous autres, Indiens, nous allons nous transformer à nouveau en travailleurs journaliers sur nos propres terres, comme dans les années soixante-dix. Propos recueillis, transcrits et traduits par Christine Rosengard. l. José Maria Morelos y Pavon : homme d'église ayant eu des responsabilités dans la guerre pour l'indépendance du Mexique (1810 - 1821).

10

Guatemala: un nouveau pas vers la paix Un nouvel accord, concernant les aspects socio-économiques et la situation agraire, vient d'être signé entre le gouvernement guatémaltèque et l'Unité révolutionnaire nationale guatémaltèque (URNG). Faisant suite à l'accord de mars 1995 qui reconnaissait le caractère plu ri-ethnique et multi-culturel du pays ainsi que les spécificités des sociétés et des droits maya, garifuna et xinca, l'accord du 6 mai dernier souligne la nécessité d'un développement participatif Y est particulièrement développée la responsabilité de l'État dans l'élaboration d'une stratégie sociale intégrale facilitant l'accès des paysans à la terre, et qui favoriserait la résolution des conffits.

Chiapas : accords sur l'autonomie Indigène Le 16 février dernier, à San Andres Larrainzar, J'Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) et le gouvernement mexicain ont signé un premier accord concernant "l'autonomie et l'autodétermination des communautés indigènes du Mexique". L'accord de San Andrés, qui comporte un volet national et un volet régional, consacré à l'État du Chiapas, concerne plus de 11 millions d'Amérindiens au plan national, répartis en 54 ethnies. Dans cet accord, J'État mexicain s'engage à un nouveau "pacte social" avec les peuples indigènes, visant à reconnaÎtre leurs droits à l'autogestion interne et à éradiquer J'inégalité et la discrimination dont ils souffrent. Dans le cadre de ce pacte, le gouvernement enverra au Parlement un projet de réforme de la Constitution fédérale, reconnaissant le droit des Indigènes à "l'autodétermination et l'autonomie". Toutefois, le gouvernement précise que cette "autonomie" ne devra cependant pas remettre en cause la souveraineté nationale mexicaine. Par ailleurs, la délégation de J'EZLN, a fait ajouter un texte à la fin des documents paraphés par les deux parties, dans lequel les zapatistes déclarent que J'accord « ne va pas assez loin» sur plusieurs points, notamment « la solution du grave problème agricole national, le droit des femmes indigènes et le thème du développement des peuples amérindiens ».

Résistance navajo  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Résistance navajo  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement