Page 23

~ ~ ~

~

LE LES

La Grande Nation Dakota comprend sept divisions principales, appelées "les Sept Feux du Conseil" (Ocheti Shakoy) représentant ~ les Tetons, les Yanktons, les Yanktonais, les Mdewakantons, les Wahpekutos, les Sissetons et les Wahpetons. De nos jours, 42 000 Sioux environ vivent dans l'Etat du Dak6ta du Sud, sur sept réserves placées sous le contrôle fédéral. ~ Les plus grandes d'entre elles sont situées dans le sud-ouest de l'état: pine Ridge, qui compte environ Il 000 Indiens Sioux-Oglala et Rosebud, 8 000 Sicangus (Sioux-Brûlés). Les Hunkpapa, tribu ~ dont Sitting Bull fut l'un des grands chefs, sont répartis entre la réserve de Standing Rock et celle de Cheyenne River. La réserve de Cheyenne River regroupe environ 5 000 Sioux (Mnikowoju, Sans~ Arcs, Blackfoot Sioux, Hunkpapa et Two-Kettles) . Les Indiens Sioux de l'Etat du Dakota du Nord sont moins nombreux. Ils vivent à l'est du Missouri: Indiens Yankto~ssa~i~:!~s aussi Sioux Nakota (ils sont environ 5 000) et Indien~

n

GOUVERNEMENT SIOUX

AMERICAIN

MAINTIENT

DANS UNE GRANDE DEPENDANCE

A la fin du siècle dernier, les Indiens de la nation Dakota sont réduits à essayer de "survivre"dans les réserves. Les grands troupeaux de bisons, ressource principale des tribus des Plaines avaient disparu a partir des années 1870. (En 1900, on ne dénombrait plus que 22 bisons dans le Yellowstone National Park du Wyoming!). C'est donc essentiellement la famine qui força les Indiens Sioux à s'installer dans les réserves. Ils étaient considérés par le gouyernement américain comme prisonniers de guerre et placés sous contrôle militaire. Ils recevaient une ration annuelle de vêtement et de nourriture de base, comme de la farine. Par ailleurs, les agents du gouvernement envoyés par Washington avaient pour mission d'enseigner aux Indiens les pratiques de l'agriculture. Mais cette initiative fut un échec. Les terres arides étaient peu productives et les r~coltes désastreuses. Les missionnaires chrétiens s'installèrent sur les réserves Sioux pour y bâtir de nombreuses églises (on en compte aujourd'hui 137 a pine Ridge!) et imposer leur culte à la population indienne. La pratique des cérémonies traditionnelles, comme la Danse du Soleil ou la hutte à sudation, fut interdite. L'éducation, de même que la religion, devait servir de facteur d'intégration des Indiens dans le monde des Blancs. Les enfants étaient séparés de leur famille et envoyés dans des écoles éloignées des réserves. La première école qui reçut des jeunes Indiens fut celle de Carlisle

en Pennsylvanie, fondée par R.H Pratt (1879). Tahca Ushte, de la tribu des Mnikowoju, parle de l'école forcée chez les Blancs dans son livre "De Mémoire Indienne": "En c.e te.mp.6-là, tu éc.otu pOUlt lu 1 n.cüen6 é:tlUen..t du MUU de C.a..6 eJtnu , Mwn..t6U a une fuupUne ~e, a.vec. t'a.ppet qu.a..Vte OO..t6 paJt jouJt. On. devaU .6e -terU.!t au gaJtde-à-voM et: maJtc.heJt au pM. Ceux de t'a.drn.,[YIA.,.6tJr..a.:Uon. voya.ft. là te meilleWL moyen de nou.6 dUouJtneJt de n.o.tJte dutin d' 1 n.cüen6 . " La première génération d'enfants nés sur les réserves a très mal vécu cette séparation familiale. Les Indiens de cette génération se sont sentis par la suite "déchirés" entre le désir de quitter leur famille et gagner de l'argent à l'extèrieur des réserves et celui de rester auprès de leur tribu. Cette tentative d'intégration par l'éducation eut pour résultat une destruction psychologique et sociale des Indiens.

CREATION D'EMPLOIS LES RESERVES

SUR

Un rapport réalisé en 1928 par l'Institut Brookings de Washington dénonce les conditions de vie misérable des Indiens sur les réserves (pauvreté, médiocrité du logement, découragement) et soumet des recommendations au gouvernement pour une politique plus humaine des Affaires Indiennes. En 1934, l'Indian Reorganization Act est voté et donne le droit aux tribus d'approuver les constitutions et d'élire des conseils. 21

Lakota  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Lakota  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement