Page 10

AVOIR SU ASSOCIER LE BISON AU CHEVAL, LE TIPI A LA PLAINE. La danse du soleil comme la danse du bison, le langage par signes, qui partent du coeur et non de la tête, les tip1s et leur enveloppe de peaux recouverte de pictographies, les broderies en perle d'une géométrie symbolique, les coiffes et les costumes ornés de plumes, de queues d'hermines, de coquillages ou d' os si minutieusement travaillés, tous ces traits si particuliers qui devenaient les signes d'une Allirulce et non d'une Frontière, affirment que loin d'avoir été détruits ou assimilés, les Sioux se sont adaptés et ont adopté •..

"TUEZ LES BISONS ET VOUS TUEREZ L'INDIENI" La rencontre du Cheval et du Bison a considérablement modifié le paysage tribal des Plaines, parce que tous deux ont été intimement associés aux autres formes de l'existence indienne. Mais le Cheval n'est devenu ni un Dieu, ni une machine; il fut adopté comme partenaire d'un monde économique comme d'un monde poétique. Avec lui, tout un savoir équestre se donnait à inventer et à partager. Successivement il transportait les guerriers, les femmes ou les anciens fatigués. A l'aide de travois (ces perches que l'on attelait derrière lui), il emmenait le tipi et les bagages ••• Quant au Bison, son existence dans les Plaines est peutêtre encore plus unie à celle des Sioux. Nomades tous les deux, ils se déplaçaient par petits groupes'au fil de l'année et se re~ groupaient l'été en un vaste rassemblement. "Tuez les bisons, et vous tuerez l'Indien 1" Au delà de l'ignominie d'une telle phrase prononcée par un général américain au XIXème siècle, il est significatif de rendre compte de cette communauté •.•

SE DEPLACER EN MOCASSINS, PUISER SON EXISTENCE DANS CE QUI BOUGE, CE QUI VIT ET CE QUI SOUFFLE. A la différence du monde occidental qui ne fait jamais que répéter sa propre histoire, ne se nourrit que de ses propres mythes, et n'a comme unique projet que de faire plier le reste du monde à l'empreinte de sa Botte, le monde tribal lui, se déplace en mocassins et puise son existence dans ce qui bouge, ce qui respire et ce qui souffle ••• La fantastique révolution qui s'est opérée dans les Plaines au XVIIIème siècle n'a pas consisté pour les Sioux à avoir su capturer et dompter le Cheval, remplacer la lance et l'arc par le fusil, et s'en aller fièrement suivre la piste du Bison !I! Les Sioux sont devenus les Sioux parce qu'ils ont su Associer le bison au Cheval, le Tipi à la Plaine. L'unité et la cohérence de toutes ces Nations se sont fondées sur cette alliance sacrée entre les sociétés humaines et le monde naturel •.• Fortement enrichies par ce milieu généreux qu'étaient les Plaines, les tribus Sioux ont du faire face à l'héritage technologique du monde blanc, qui les enfermait irrémédiablement dans un cycle de concurrence et de rivalité. Ces objets de discorde et de pouvoir qu'étaient le fusil et les armes blanches, mais aussi toute la bimbeloterie diffusée par le,troc, ont su être canalisés et intégrés dans les sociétés indiennes. Les tribus Sioux ont inventé et se sont réinventées ... Certes, au prix de mille déchirures, mais sans jamais rompre avec le tissu social qui fait la Tribu •.• Sans oublier les liens qui allient les Peuples Naturels aux Lois Naturelles •••

8

- Pascal Kjeger -

A

LV\

UNITE ET COHERENCE

I-;,Ç) . .....

,~

..

Lakota  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Lakota  

Auteur : Comité de soutien aux indiens des Amériques. Ce document est protégé par le droit d'auteur. Il ne peut en aucun cas être utilisé da...

Profile for scduag
Advertisement