Voyages des français sur les grands lacs et découverte de l'Ohio et du Mississipi. Vol. 2

Page 1

XIII

CAVELIER DE LA SALLE COMMANDANT DU FORT DE FRONTENAC. SES SOINS ET SES DÉPENSES POUR METTRE SA CONCESSION EN VALEUR.



CAVELIER DE LA SALLE AU FORT FRONTENAC

I APPUI QUE LA SALLE REÇOIT DE SA FAMILLE POUR SES ENTREPRISES.

Extrait d’un mémoire de l'abbé Jean Cavelier présenté au roi Louis XVsous la Régence du duc d’Orléans. Ledit sieur de La Salle, ayant receu cet arrest et les lettres patentes, chercha les moyens d’exécuter les charges portées par l’arrest. Il se tourna vers sa famille, qui, estant persuadée comme elle devoit l’estre de sa sagesse et de son grand courage, lui donna volontiers les secours dont il avoit besoin , avec lesquels il passa dans la Nouvelle - France et remit à Québec, entre les mains du sieur Bazire, receveur des droits de Vostre Majesté, la somme de 10,000 livres, à laquelle se montoit la despense faite pour la construction dudit fort, par ordre et en présence de M. Du Chesneau, intendant de justice, police et finance en la Nouvelle-France, qui luy en donna un certificat le 10 octobre 1675. Il déboursa encore 34,426 livres pour autre despense qui regardoit l’establissement qu’on avoit dessein de faire, et le douziesme desdits mois et an il presta serment entre les mains dudit sieur comte de Frontenac, après avoir fait enregistrer lesdites lettres patentes au Conseil supérieur.


292

CAVELIER DE LA SALLE AU FORT FRONTENAC

Le sieur de La Salle, glorieux du don que Sa Majesté luy avoit fait de ce fort, de ses appartenances et terrain des environs, et pour luy en marquer sa reconnoissance et le desir qu’il avoit d’en tirer le plus d’utilité qu’il se pourroit pour le service de Vostre Majesté, fit demolir le fort de bois, pour lequel il avoit remboursé 10,000 livres, et en fit faire un autre bien plus considerable, avec cinq bastions réguliers de pierre de taille. Ce fut en 1677. — Vostre Majesté peut juger de ce que luy cousta cet ouvrage, par rapport à la seule maind’œuvre de 10,000 livres qu’avoit cousté l’autre, le bois n' estant rien à compter en ce pays-là.

II Réception de Cavelier de la Salle au gouvernement du fort de Frontenac. 12

octobre 1675

Louis de Buade, comte de Frontenac, conseiller du Roy en ses conseils, gouverneur et lieutenant général pour Sa Majesté en Canada, Acadie, isle de Terre-Neuve et autres pays de la France septentrionale. Veu par nous les lettres patentes en forme de concession du fort Frontenac, portant aussi provision du gouvernement dudit lieu en faveur du sieur Cavelier de la Salle, signées : Louis, et sur le reply : Par le Roy, Colbert, visa d’Allègre et scellées du grand sceau de cire verte, en date du 13 may dernier, par lesquelles Sa Majesté luy auroit entre autres choses fait don de la propriété du fort Frontenac et d’iceluy establi gouverneur, sous les ordres du lieutenant général pour Sa Majesté en la Nouvelle-France, ainsi que plus au long le contiennent les-


CAVELIER

DE

LA

SALLE

AU

FORT

FRONTENAC

293

dites lettres. Nous avons consenti et consentons, en tant qu’à nous est, l’effect desdites lettres, et que ledit sieur de la Salle, duquel nous avons pris le serment, en tel cas requis et accoustumé, jouisse du contenu en icelles, selon leur forme et teneur. Mandons et ordonnons aux gens de guerre qui sont ou seront establis cy - après en garnison audit fort, ensemble les habitans d’iceluy et tous autres qu’il appartiendra, de le reconnoistre et luy obéir en toutes choses concernant ladite charge de gouverneur, circonstances et dépendances d’icelle. En tesmoin de quoy, nous avons signé ces présentes, à icelles fait apposer le sceau de nos armes et contresigné par l’un de nos secrétaires. Donné à Québec, le 12 octobre 1675. Signé FRONTENAC. A costé est un sceau, et plus bas : Par Monseigneur : Signé

BARROIS.

III Estat de la dépense faite par M. de la Salle, gouverneur du fort de Frontenac, tant pour le remboursement des frais faits à la construction dudit fort que pour les fortifications nouvelles, défrichements et ouvrages qu'il y a fait faire, y compris le payement et la nourriture des officiers, soldats et travailleurs dudit fort. Payé à M. Bazire pour le remboursement que j'estois obligé de faire A reporter

10,000 liv. 10,000 liv.


294

CAVELIER

DE

LA

SALLE

AU

FORT

FRONTENAC

Report Plus, audit sieur, pour aliments, hardes et canots fournis pour conduire les provisions nécessaires à la subsistance du fort Au sieur Lebert, pour autant qu’il a fourny à l’acquit des dettes des hommes qui sont montez à Catarakouy, vivres et hardes à eux fournis Au sieur Gitton, pour les agrez et apparaux de la barque qu’on y a construite pour faciliter la communication avec le Montréal et tenir les Iroquois en bride Pour la nourriture et subsistance de 44 hommes à raison de 200 livres chacun Pour la paye du sergent Pour la paye du chirurgien Pour la paye du lieutenant Pour la paye de 1 soldats, chacun 150 livres. Pour le payement de 3 maçons employez à bastir la muraille du fort, pendant trois mois et demi, à 40 livres par mois pour chacun d’eux, la somme de. ....... Pour les gages de deux charpentiers, à raison de 300 francs par an à chacun d’eux. . . Pour louage d’un magasin à Montréal . pour y serrer les provisions du fort Pour les gages de deux forgerons, à dix escus par mois chacun ; pour un an. . . . A reporter

10,000 liv.

6,300

6,000

1,700 8,800 300 300 600 1,650

420 600 150

720 37,540 liv.


CAVELIER

DE

LA

SALLE

AU

FORT

FRONTENAC

Report Pour les gages d’un menuisier, pour un an. . Pour les gages d’un tonnelier, pour un an. . Pour les gages du tailleur Pour les gages du boulanger Pour les gages de 15 travailleurs, à 180 livres chacun par an Pour les gages du charpentier de barque, mort • depuis peu Pour les médicaments pendant sa maladie et

37,540 liv. 240 200 180 180 2,700 240

frais funéraux Pour les gages du pilote Pour 150 minots de bled achetez de M. Ravier, économe de MM. les Ecclésiastiques du séminaire de Montréal, à 4 livres le minot. . . Payé à M. Petit pour hardes par luy fournies

114 350

aux soldats du fort Pour trois canots achetez des Hurons. ... Pour un canot acheté de M. Vieuxpont. Payé au Frère Boquet pour trois canots. . Pour quatre voyages faits au fort par les nommez Lavigne et Le Bourbonnais, à raison de 110 livres par voyage pour y transporter de Montréal les provisions nécessaires. . Pour le voyage des nommez Sainte-Croix, La Rivière de Tours, Jean Brossard, Nicolas Bonhomme, La Douceur, La Verdure, La Fleur, Charpentier, Bon Jacques et Chambly,

274 48

A reporter

295

600

135

440

43,241 liv.


296

CAVELIER

DE

LA

SALLE

AU

FORT

FRONTENAC

Report de Québec à Montréal, pour y porter les vivres nécessaires au fort, à raison de vingt livres à chacun Pour deux voyages faits par les nommés Violette de Lyon, Charles Diel, Picard, Pigoret, La Rivière de Tours, Charles Ptolomée, Jean Brossard, Nicolas Bonhomme, Nicolas Gaigner, Laforge et Charlier, valet, à raison de 55 livres chacun à chaque voyage. . .

43,241 liv.

180

1,100 44,521 liv.

IV Extrait de la Reveue faite au fort de Frontenac par Monseigneur le Gouverneur. Le sieur de la Salle, gouverneur du dit fort. Le sieur de la Forest, faisant les charges de major. Le R. P. Louis, Récollect. Le R. P. Luc, Récollect. Le sieur Péré. SOLDATS DE LA GARNISON.

La Fleur, sergent. Duplessis. Le nommé La Boise. Fafard. Meusnier, dit La Liberté.


CAVELIER

DE

LA

SALLE

AU

FORT

FRONTENAC

297

Jean Michel. André Hunaus. Des Lauriers. Anth. Brossard, commandé pour aller au devant des Onontaguez. Léveillé, descendu à Montréal pour mener le charpentier débarqué. Minime D’Autray commandez dans le brigantin. Maheust La Roussellière, chirurgien absent commandé. Cochois, domestique du sieur de la Salle, commandé dans le brigantin. Fontaine, pilote de la barque nommée le Frontenac. TRAVAILLANTS

Quesnel armurier, Moise Hillaret, charpentiers de barque, descendus pour faire Jean Fontaine une chaloupe dans le lac Saint-Sacrement. Laforge, forgeron, descendu pour les conduire. Pierre Le Cellier. Joly-Cœur. Louis Méline. Jean-Baptiste Brossard. descendus à Montréal depuis dix Dubois, tailleur, Joseph, menuisier, jours pour maladie Louis Douceregnié. La Rosée, maçon. La Violette de Paris, maçon. Thomas Brésil, maçon.


298

CAVELIER

DE

LA

SALLE

AU

FORT

FRONTENAC

René Gervais, maçon. Pierre Pérot, charpentier, Pierre Pérot, son fils. Jean Baraud. Anthoine Allain. HABITANTS.

Curaillon. Jean Michaud, a sa femme et quatre enfans. Jacques de la Métairie. Mathurin Grégoire, a sa femme et trois enfants. Nous certifions que la présente reveue a esté faite au fort Frontenac, en nostre présence, le septiesme septembre 1677. Signé FRONTENAC, et plus bas, par Mgr LESUEUR.

V

Donation de Robert Cavelier, sieur de la Salle aux PP. Récollects (1677). Le Comte de Frontenac, protecteur et père spirituel des R. P. Récollects, et leur syndic, à ce présent stipulant, accepte au nom du saint-siége, pour les R. P., quinze arpents de terre de front sur vingt de profondeur sur le lac Ontario, bornez d’un costé par la concession faite au sieur Yson, sergent de la garnison dudit fort, et d' autre costé par celles qui seront données du coste dudit fort, a la charge que les R. P. prieront Dieu pour luy. La concession de La Salle est du 22 mars 1677.


XIV

ÉTAT DU CANADA. ABUS. —

DÉFENSE DU COMMERCE DE L’EAU-DE-VIE.

CAVELIER DE LA SALLE, D’ABORD TRAITÉ DE VISIONNAIRE, EST DEVENU

,

PAR SON ÉTABLISSEMENT DU FORT

FRONTENAC, L’OBJET DE LA HAINE DE CEUX DONT IL GENE LE COMMERCE.

ON

LUI OPPOSE JOLLIET ET LEBER, QUI DOIVENT DEMANDER

LA

CONCESSION DE L’ILLINOIS.



ACCUSATIONS DU

COMTE

DE

FRONTENAC1

Lettre du comte de Frontenac à Colbert. — 1677. Monseigneur, Depuis qu’il a pieu au Roy de défendre les congez, comme je ne me suis plus veu tant d’occupation au dehors où je travaillois à faire de nouvelles descouvertes et à frayer le chemin pour entreprendre de nouveaux establissemens, en quoy j' espère que mes soins auront eu le bonheur de ne pas vous déplaire, j’ay travaillé plus particulièrement à examiner le dedans du Canada et l'estat de cette colonie que vous favorisez de vostre protection. Elle en a ressenty les effects d' une manière qui peut seule faire durer vostre mémoire autant de temps qu'il y aura des habitans dans la Nouvelle-France. I. Le sentiment d’impartialité qui a porté à publier la notice si élogieuse sur le père Claude Allouez, et certaines instructions mêlées de reproches adressées par Colbert au comte de Frontenac, ne nous a pas permis de rejeter un document qui contient des assertions fort importantes relativement à Cavelier de la Salle et à Jolliet. — Obligé de traverser une époque de passions et d’intérêts contraires, au milieu desquels s’est accomplie la découverte du Mississipi, l' éditeur de ce Recueil ne doit avoir et n’a bien sincèrement d’autre objet que d’apporter, sans commentaires, des témoignages à l’histoire. Celle-ci examinera et jugera. — Le texte sur

lequel cette copie a été prise est en minute.


302

ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

Mais, Monseigneur, quoyque vous ayez pourveu à tous les besoins de la colonie et que vous les ayez mesme prévenus, quand ils vous ont esté connus, permettez moy de vous dire que, comme vous ne les pouvez pas tous voir par vos yeux dont les lumières auraient pénétré mesme les plus cachez, il y en a de généraux que je suis persuadé que l’on ne vous a pas fait connoistre dans toute leur estendue et que l’obligation de ma charge m’engage à vous descouvrir. Quasi tous les désordres de la Nouvelle-France tirent leur source de l’ambition des Ecclésiastiques qui, voulant joindre à l’authorité spirituelle une puissance absolue sur les choses temporelles, font souffrir et murmurer tous ceux qui ne leur sont pas entièrement soumis 1. Ce n’est pas depuis une année ou deux que les Ecclésiastiques ont voulu se faire un empire absolu dans le Canada ; il semble qu’ils en ont formé le dessein presque aussytost qu’ils y sont entrez ; ils songèrent d’abord à s’y rendre considérables par leurs richesses et par leur crédit. Pour le premier, ils en sont venus à bout d’une manière surprenante pour un pays fort pauvre de luy-mesme. Ils ont employé pour y parvenir les gratifications du Roy, les aumosnes qu’ils ont attirées de France, les concessions des meilleurs et plus importants endroits du Canada qu’ils ont demandées et obtenues-, et enfin le commerce qu’ils continuent encore nonobstant les défenses que le Roy a esté obligé de leur en faire. Et pour faire voir que ce ne sont pas des choses I. En marge, de la main du comte de Frontenac : « Le style et les choses dont le mémoire est composé feront connoistre que la haine ni la passion n’y ont en rien contribué et qu’on n’expose la conduite des Ecclésiastiques à Monseigneur qu’afin de prévenir les suites qui diminueroient l’autorité du Roy. »


ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

303

supposées, on a l’adveu qu’en a fait par escrit l’un d’entr' eux, cotté A, par lequel il prétend que le profit du commerce des pelleteries qu’ils font en deux seuls endroits fort voisins ne va qu’à 4,000 liv. par an, au lieu que l’on disoit qu’il montoit à plus de 20,000 liv. La déclaration d’une Sauvagesse nommée Marie Félix, qui parle françois, et qui a dit à M. de Frontenac que le père Chaumonot a défendu aux Sauvages qu’il instruit à l’ordinaire d’acheter chez les marchands ce dont ils auront besoin, leur promettant d’avoir de toutes sortes de denrées dans leur magazin. Celle du sieur Denison, de présent à Paris, qui rencontra deux canots de missionnaires chargez à morte- charge où entr’autres il y avoit trois rooles de tabac, qui est la marchandise où il y a le plus à gagner. Celle du nommé Allain, que cinq canots des Sauvages de la prairie de la Magdelaine, chargez de castor autant qu’ils en pouvoient porter, ayant rencontré des Socoquis,leurs ennemis, envoyèrent demander au missionnaire de la prairie de la Magdelaine s’ils passeroient outre. La lettre que le père Bruyas escrivit au sieur d’Allerais pour l’inviter au commerce avec la Nouvelle-York. La lettre que le Père de Lamberville a escrite au sieur de la Salle, portée par un Sauvage, par lequel il luy présentoit un moyen d’envoyer du castor à la Nouvelle-Hollande. L’achat que les missionnaires des Outaouacs ont faict des marchandises appartenantes aux François qui en ont esté rappelez en exécution des ordres de Sa Majesté, et plusieurs autres preuves qu’on fournira si Monseigneur le souhaite. Cependant, après de telles preuves,M. du Chesneau, qui est


304

ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

ouvertement déclaré, et qui s’en est expliqué nettement pour eux en toutes choses, prétend faire entendre qu’ils sont dans une grande peine, que leur bien ne suffit pas pour les despenses nécessaires, comme de mettre des curez fixes au lieu de vicaires amovibles. Mais pour faire connoistre leurs richesses d’une manière à n’en pas douter, voicy le détail des revenus et des biens que tout le monde sçait qui leur appartiennent. Premièrement, à l’esgard de M. l’Evesque, le Roy luy donne tous les ans 6,000 liv., les deux abbayes que Sa Majesté a annexées à l’evesché de Canada du moins 6,000 liv. Il est vray que M. l’Evesque dit que le revenu de ces abbayes s’en va presque tout en réparations qui y sont nécessaires ; mais comme on s’en est informé particulièrement, on a appris que non-seulement il n’y en fait pas, mais qu’au contraire il a laissé tomber les bastimens en ruine et en a vendu une partie des matériaux. Pour les dixmes, M. du Chesneau, qui est ouvertement déclaré pour les Ecclésiastiques, les a estimées à 4,000 fr. M. l’Evesque dit qu’il les abandonnera pour 3,000, ce qui est si peu véritable qu’il se trouveroit des gens qui luy en donneront 10,000 liv. Mais pour en connoistre la vérité il faut remarquer qu’il y a dans le Canada, comme il paroist par le dernier recensement, 81,526 arpents de terre en valeur, que l’on laisse rarement sans grains, à cause de la difficulté que trouvent les habitans à défricher de nouvelles terres ; mais il y en a au moins 12,000 arpens que l'on sème tous les ans en froment et qui rendent, l’un portant l’autre, 10 à 12 minots chacun, ce qui se monte à près de 5,000 minots pour la dixme. Comme le minot de bled vaut ordinairement 4 liv., la dixme,


ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

305

FRONTENAC

en y comprenant le bled d’Inde, les pois, les febves, etc., cela se monteroit à près de 25,000 liv. On peut connoistre la mesme chose par le nombre des habitans à qui il faut du moins, l’un portant l’autre, douze minots de bled pesant 50 liv., sans y comprendre le bled d’Inde, les pois et les fèves, et la consommation que font les Sauvages esloignez, à qui on en vend une quantité considérable. Le dedans de l’Église rend aussy de très-grandes sommes, ce qu’on pourra juger par ce qui suit. L’Évesque a quinze prestres. On prend pour une messe basse 20 sols, pour une grande messe 10 liv., pour l’assistance de chaque prestre aux enterrements 20 sols, pour le mariage des pauvres gens 3 liv. ; ceux des gens accommodez à proportion. L’ouverture de la terre dans une esglise couste pour un enfant 30 liv., pour un adulte 60 liv. L’enterrement du frère de Jolliet, mort au service du sieur de la Salle et enterré en son absence dans le cimetière, luy a cousté 53 liv. Je ne parle pas des offrandes, questes, baptesmes et autres droits, de sorte que ces sortes de revenus se montent du moins à 6,000 liv. Les seigneuries de M. l’Évesque se montent, sçavoir : les seigneuries Beaupré, Sainte-Anne, et les deux moulins, 4,000 liv.; celle de l’isle Jésus, à 1,200 liv. ; celle de la baye Saint-Paul, à 900 liv. On peut voir par tous ces articles que le revenu de M. l’Évesque s’élève, sans exagération, du moins à 40,000 liv. Et M. l’Évesque empesche lui-mesme qu’on en puisse douter par les grands et superbes bastimens qu’il fait faire à Québec, quoique luy et ses Ecclésiastiques fussent desjà logés plus commodément que les gouverneurs*, le palais qu’il fait faire, au dire du frère Luc, Récollect, qui en a donné le dessein et qui 20


306

ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

en pourra rendre tesmoignage, coustera plus de 400,000 liv.1 Cependant, nonobstant les autres despenses que fait M. l’Évesque, la plus part non nécessaires, il en a déjà fait faire le quart en deux ans*, le bastiment est fort vaste et à quatre estages ; les murailles ont sept pieds d’espaisseur, les caves et les offices sont voûtés ; les fenestres d’en bas sont faites en embrasures et la couverture est d’ardoise toute apportée de France ; mais ce qu’il y a de plus fascheux, c’est que ce palais est situé au milieu d’un jardin qui a esté dressé à force de mines et aplany par le moyen de terres apportées d’en bas au haut du rocher sur lequel il est, et qui occupe le seul endroit où l’on peut faire un fort pour la défense de la rade de Québec et des vaisseaux, que l’on ne sçauroit defendre par aucune batterie si on ne la fait dans ce jardin. Il fait faire encore d’autres bastimens au cap de Tourmente, où il a soixante hommes sous prétexte d’en faire valoir la ferme ; il a envoyé des ouvriers en l’isle de Jésus pour en commencer aussy de ce costé-là, et il en doit envoyer dans la baye Saint-Paul pour y en faire encore d’autres, tout cela dans un temps de guerre et de misère, ce qui fait que bien de gens croient qu’il y a de bien plus grands revenus que je n’ay dit, et que les Ecclésiastiques sont appuyez par des gens riches et puissans et qu’ils ont quelques grands desseins que l’on ne connoist pas:, et après tout cela il se plaint de sa pauvreté et dit qu’il ne sçauroit establir des cures fixes. M. l’Intendant dit la mesme chose, refuse de respondre aux requestes que luy présentent les habitans pour avoir des curez, et prétend que M. l’Évesque n’auroit pas de quoy les entretenir, quoyque pour se faire des créatures il enI.

Effacé.


ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

307

tretienne trente-sept enfans, ce qui n’est pas une despense si nécessaire. Les Ecclésiastiques de Montréal ont la seigneurie de l’isle de Montréal et d’une concession de deux lieues de front, entre Repentigny et la Valterie, sans parler de trente. Les révérends Pères Jésuites sont seigneurs d’une partie de Québec, ils ont une partie de la seigneurie de Beauport et celles de la Petite-Rivière, de Nostre-Dame des Anges, de Sillery, de Saint-Charles, de la Petite-Auvergne, des SaintsAnges, de Charlebourg, de Saint-François-Xavier, de SaintFrançois, de Saint-Ignace, de la meilleure partie de la coste de Lauzon, toute la coste depuis Sainte-Anne jusques audessus des Trois Rivières, c’est-à-dire sept lieues de front sur trente de profondeur, la prairie de la Madelaine de quatre lieues de front sur quatre de profondeur, sans parler de ce qu’ils ont fait défricher à leurs habitations ou missions du Sault Sainte-Marie, de l’isle de Missilimakinac et de Saint-François-Xavier, dans la baye des Puans, dont la défense des congez empesche d’avoir une exacte connoissance. Il est aussy très-difficile de sçavoir le revenu de leurs seigneuries spécifiées cy-dessus ; mais on peut le juger à peu près par celles de M. l’Evesque et par l’avantage qu’ils ont de les faire presque toutes par leurs mains, ayant des Donnez qui sont des frères séculiers qu’ils engagent à eux par une espèce de vœux, sans leur donner de gages, et qu’ils chassent quand il leur plaist. Les religieuses Urselines ont aussy les seigneuries de Québec, les Grondines, Sainte-Croix et six lieues de front vis-àvis d’Hombourg. Les Hospitalières1. . I.

Barré.


308

ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

tellement qu’il ne reste aux laïques qu’un peu plus du tiers du pays, les deux autres tiers dépendant des Ecclésiastiques, sans parler de leur commerce, qui doit leur produire de grands bénéfices, et de l’artifice des messieurs qui demandent souvent des terres pour les Sauvages et s’en emparent ensuite. A l’égard de leur crédit, il n’y a pas de moyens qu’ils n’ayent employé et dont ils ne se servent encore pour l’augmenter, tant en s’attirant toute l’autorité qu’en gagnant ou en destruisant celle de tous ceux qui pouvoient leur faire teste. Les Révérends Pères Récollects en ont ressenti les effects il y a cinquante ans, et ensuite tous ceux qui ont esté en quelque considération, et les gouverneurs mesmes, ce qui paroist assez par les exemples de MM. d’Argenson, d’Avaugour, de Mézy et de Courcelles, sans parler de M. Perrot1, dont ils ont fait cy devant tant d’estime,et qu’ils ont commencé de descrier dès qu’il a voulu résister aux nouveautez qu’ils y vouloient introduire, et encore plus quand il a voulu se réunir à M. de Frontenac2, jusques à escrire à Madame sa femme, pour l’en destourner, une lettre qu’elle conserve, par laquelle ils la menaçoient de faire passer cet accommodement que Monseigneur souhaitoit pour une union de commerce en un complot de persécuteurs de l’Église. On sçait assez dans le pays qu’ils ont fait ce qu’ils ont pu pour empescher cette réunion, et le P. Custode des Récollects en pourra rendre un bon tesmoignage. Cette animosité générale contre tous les plus fidèles serviteurs du Roy fait assez connoistre leurs desseins, qu’ils 1. Gouverneur de Montréal.

2. Il y avait « moy » à la place du nom effacé.


ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

309

taschent de faire réussir par des espions qu’ils ont partout pour avoir de quoy faire peine à ceux qu’ils entreprennent et suffira, pour me justifier1 . Si l’on considère qu’après m’avoir accusé d’estre protecteur du vice et du désordre, et de beaucoup d’autres défauts, il leur a esté impossible de justifier aucune de leurs calomnies par aucun fait particulier ny par aucune preuve véritable, quoy qu’il n’y ayt rien en Canada de caché pour eux et qu’ils ayent des espions jusques dans ma maison ; aussy tout mon crime est de m’opposer à leurs entreprises, dont les suites pourroient ruiner l’autorité du Roy en ce pays et la liberté de ses sujets. Depuis que vos soins, Monseigneur, ont mis la NouvelleFrance en estat d’avoir besoin d’un évesque, et que la guerre des Iroquois a obligé Sa Majesté à y envoyer un intendant, ils ont fait tous leurs efforts pour s’acquérir l’un et l’autre*, et ils ont si bien réussy, par divers moyens qu’on peut dire, qu’ils en sont absolument les maistres, ce qui leur a esté d’autant plus facile que toutes choses sont arrivées selon leurs souhaits M. l’Évesque et M. du Chesneau se sont trouvez tous deux de cet ordre ou confrérie que feu M. le Prince de Conty avoit nommé Capistrage, et que l’on a depuis appelé Bagotisme, et qui a fait tant de bruit en basse Normandie. M. l’Évesque mesme en a esté supérieur dans le temps qu’ils tenoient leurs assemblées au fauxbourg Saint-Marceau, où M. de la Salle, qui y avoit esté engagé dans sa jeunesse et qui passe pour un homme sincère, tesmoigne qu’il les a veus tous deux. Quelques2

1. Biffé depuis « si l’on considère » jusqu’au paragraphe commençant par « Les choses ». 2. Paragraphe biffé.


310

ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

unes de leurs principales règles, dont on fera voir le livre à Monseigneur s il le désire, sont de s’entresoustenir les uns les autres, de garder un grand secret et d’envoyer des inspecteurs dans les provinces pour sçavoir ce qui s’y passe, tant parmi eux qu' à 1' égard des autres, sous prétexte de se servir de ces lumières pour empescher les désordres. Les choses estant ainsy disposées selon leurs désirs, iis résolurent de concert de porter le pouvoir de l’Église aussy loin qu’il pourrait aller, sans y avoir égard aux usages de France ny aux ordonnances de nos Rois. M. l’Intendant a déclaré en plein Conseil qu’il ne pouvoit pas se mesler de ce. qui regardoit l’Église, et M. l’Évesque, en plein Conseil, le 28 juin 1677, au sujet d’une requeste présentée contre l’ordre par le Promoteur pour soustenir l’intérest du clergé contre un arrest du mesme Conseil qui n’estoit pas encore publié, s’expliqua nettement qu' il ne vouloit pas se régler sur l’usage de France que 1' on luy opposoit, et que si les autres Évesques ne vouloient pas faire leur devoir, il vouloit faire le sien. Aussy son official ne juge que suivant les ordonnances, ce qui paroist par diverses sentences qu’il a données au procès de Roland dont j’ay envoyé copie avec un extrait qui surprendra sans doute, par la quantité extraordinaire des entreprises et de procédures contre les gens que l’on verra dans une seule affaire, car il n’y a rien qu’ils n’aient entrepris pour augmenter leur crédit. M. l’Évesque prétendant,quoyque sans sujet, avoir esté offensé par une requeste dudit Roland, en demanda justice au Conseil par un billet, ce que les princes ne voudraient pas entreprendre, et toutefois le sieur de Villeray, son partisan, opina qu' il falloit luy faire une députation pour sçavoir ce qu’il vouloit.


ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

311

Les sieurs de Saint-Denys et de la Martinière nous ont dit que le sieur Paumier avoit presché à Beauport que M. l’Evesque n’entendoit point que les seigneurs de paroisse eussent de l’encens et de l’eau bénite devant les marguilliers ny qu’ils fussent recommandez aux prosnes ; que c’estoient des usurpations qui s’estoient faites en France et qu’il falloit les empescher dans un pays où l’on commençoit à establir une église. M. de Saurel s’est plaint de ce que M. Duplein ne veut pas le nommer au prosne, et l’envie qu’ils ont d’élever ces marguilliers, qui dépendent d’eux entièrement et ne disposent d’aucun denier, est sy grande que mesme ils veulent leur donner ces honneurs préférablement aux juges des lieux, en sorte que le Conseil fut ce qui n’a obligé d’en donner un arrest le pas empesché toutefois que le curé de Montréal, le jour de la Chandeleur 1677, ne fist l’affront au juge du mesme lieu de donner des cierges aux marguilliers avant luy, de quoy M. Perrot m’a envoyé un procez-verbal que Monseigneur pourra voir, cotte . . . remply de paroles insolentes contre le Roy et de termes injurieux contre le Conseil et contre moy. Sur quoy ayant eu une conférence avec M. l’Evesque et essayant de luy faire comprendre, avec les termes les plus doux qu’il m’estoit possible, que ce n’estoit pas à luy à régler ces sortes de rangs, il s’emporta jusqu’à me dire que son pouvoir estoit plus grand que je ne pensois, et qu’il avoit mesme celuy d’excommunier des gouverneurs. Ce ne seroit jamais fait si je voulois raconter tout ce qu’ils font pour augmenter leur crédit par le moyen du pouvoir que leur donnent la confession et l’excommunication; le secret des confessions estant impénétrable, je ne fais point de fonds sur les plaintes qu’on m’a faites des révélations et des instances


312

ACCUSATIONS

DU

COMTE

DE

FRONTENAC

qu’ils font en ce saint tribunal pour sçavoir les affaires d’un chacun, de quoy j’ay de bons tesmoins et les plaintes de diverses personnes, je rapporteray seulement les faits où leur passion les en a fait abuser. Les habitans du Canada ont eu bien de la consolation de l’establissement des Révérends Pères Recollects, mais on les empesche bien de jouir en repos du soulagement qu’ils en espéraient pour leurs consciences. Quinze ou seize habitans de Charlesbourg me disent que la femme d’un habitant dudit lieu, nommé Paris, s’estant confessée au Père Lenoble, Récollect, et voulant communier à la messe, le sieur Gandelet fut la retirer de la saincte table avec beaucoup de scandale pour elle. Le dit Père Lenoble est convenu avec moy que la chose estoit véritable. Une femme nommée Henriette s’estant confessée et ayant reçu l’absolution d’un prestre nommé Dupré, fut toutesfois rejetée de la saincte table par un autre prestre qui avait entendu dire que cette femme avoit traité trois pots d’eau-de-vie à des Sauvages. Les Ecclésiastiques ayant présenté une requeste à M. l’Intendant par laquelle ils demandoient que les bleds fussent estimez pendans par les racines pour leur estre les dixmes payées sur cette estimation, ce qui leur fut accordé par M. du Chesneau, quoyque plusieurs habitans s’y opposent, particulièrement ceux qui n’ont point de prestres qui les servent. M. de Gaumont, au rapport de Mlle de Repentigny, a déclaré qu’il refuserait l’absolution, mesme à l’article de la mort, à ceux qui manqueraient à payer les dixmes sous prétexte qu’ils ne sont pas servis. Mais ce qui fait le plus d’esçlat et à quoy ils s’opiniastrent le


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

313

plus,par des raisons d’intérest déduites dans un autre mémoire, c’est le cas réservé pour la défense de l’eau-de-vie avec les Sauvages. Le Conseil souverain en a permis la traite par son arrest du 10 novembre 1668, par l’avis mesme des Révérends PèresJésuistes,comme il y est énoncé; mais,malgré cet arrest et sans attendre la réponse de la Cour sur ce sujet, ils ont interdit le nommé Roland pour cela seul avec des circonstances violentes et odieuses au dernier point. Le sieur de Caumont, prestre, a refusé l’absolution au sieur Martial, parce qu’il ne luy voulut pas promettre de la refuser à M. de Varennes, gouverneur des Trois-Rivières, qui, disoitil, traitoit de l’eau-de-vie avec les Sauvages, quoyque ledit Père luy assurast qu’il n’avoit point de connoissance que le dit sieur de Varennes eust enivré aucun Sauvage. Ils ont non-seulement refusé l’absolution à M. de la Valterie pour avoir traité de l’eau-de-vie, mais encore à son valet qui l’avoit tirée,quoyqu’il luy distqu’il ne pouvoit pas s’empescher d’obéir à son maistre ; ils en ont fait autant à Montréal au valet du sieur du Lhut et à plusieurs autres. Après avoir refusé l’absolution deux ou trois ans durant au nommé Lapaille, habitant de la pointe de Lévi, à cause qu’il traitoit de l’eau-de-vie, ce la Paille estant mort subitement, ils ne voulurent jamais l’enterrer en terre sainte, disant qu’il n’avoit pas fait ses Pasques, quoyque leur refus seul en fust la cause pour le seul sujet de l’eau-de-vie, en quoy il ne faisoit que suivre les règlemens du Conseil; ils adjoustèrent mesme l’insulte à cette ignominie, car un religieux fit sur ce pauvre la Paille, qu’ils ont jeté à la voyerie, un emblesme d’un Ange qui vanne du grain et un autre qui en brusle la paille. On a d’autres vers aussy scandaleux d’un autre religieux adressez


314

ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

à la supérieure de l’hospital. On voit par là jusqu’où va leur passion et leur entestement, et la nécessité qu’il y a d’y mettre ordre. Monsieur l’Évesque luy-mesme, comme on luy vouloit proposer quelques adoucissemens pour le bien de la paix, respondit qu’il ne pouvoit rien relascher sur cette affaire. Le nommé Laplanche, marguillier de la prairie de la Madelaine, ayant eu différend à Montréal pour un payement avec un habitant dudit lieu, après quelques paroles et quelques coups de poing, l’habitant de Montréal prit une pierre qu’il jeta à Laplanche dont il le tua. Les prestres de Montréal ne le voulurent jamais enterrer, disant que c’estoit un duel et il a esté jeté à la voyerie. Ils en usèrent de la mesme façon en la présence de M. de Frontenac à l’esgard d’un autre habitant tué au milieu des François d’un coup de fusil lasché par hasard par un Sauvage, et cela sur le prétexte qu’il n’avoit point fait ses Pasques. Cependant on vérifia quelque temps après par le sieur Petit, missionnaire de Saurel et qui estoit son curé, qu’il y avoit satisfait, d’où l’on peut juger de l’indiscrétion de leur zèle et comme ils suivent leurs prétentions sans rien écouter au contraire, sans garder aucunes formes et contre l’usage et la coustume de France. Mais ils ne se contentent pas de défendre l’eau-de-vie et de faire tant de choses extraordinaires, ils veulent encore empescher de vendre du vin et trouver par là le moyen de charger d’un nouveau joug les habitants. En effet, les missionnaires, après l’avoir tenté plusieurs fois sous divers prétextes que M. de Frontenac a toujours refutés, ont enfin obtenu de M. du Chesneau, qui ne leur refuse jamais rien, une ordonnance portant défense de tenir cabaret dans aucun village de la cam-


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

315

pagne, et ensuitte de cette ordonnance faite de sa seule autorité, il a condamné à une amende de 100 livres une femme (la femme d’un tambour) pour avoir troqué avec un habitant de Charlesbourg trois ou quatre pots d’eau-de-vie contre du bled; mais comme elle se vint plaindre à M. de Frontenac, et qu’il fit témoigner à M. du Chesneau la surprise où il estoit d’un tel procédé, il changea la chose et condamna l’habitant de Charlesbourg à la mesme amende et aux despens, fit saisir les bestiaux, le fourrage et le bled de cet homme qui est trèspauvre; mais comme il vint crier miséricorde à M. de Frontenac, il s’offrit de payer pour luy et qu’on ne luy fist pas davantage de frais, ce qui fit que la chose en demeura là. Comme les Révérends Pères Recollets ne prennent aucun party et servent de soulagement aux consciences d’une partie des habitans, ils leur suscitent des accusations calomnieuses, comme on l’a vérifié à l’esgard des Pères Louis et Martial, qui s’en sont justifiez à la confusion de leurs accusateurs. Ils ne peuvent souffrir ceux qui les aiment et les reçoivent chez eux, et empeschent autant qu’ils peuvent les habitans d’avoir la consolation de se confesser à eux. Le Père Louis montant au fort de Frontenac et passant à Montréal fut prié par quantité de personnes de les confesser, ce que n’ayant voulu sans en demander la permission à M. Lefèbvre et à M. le curé de Montréal, ils la luy refusèrent absolument. Quelques jours après, ayant esté obligé de relascher à la Chine et ayant dit la messe dans la maison de Roland, où il avoit abordé par hazard, il fut la cause innocentede l’affaire de Roland qui commença le dimanche suivant, et dont toute la procédure fait voir évidemment jusques où les peut porter leur passion. Pour se conserver cette grande autorité, ils se servirent de


316

ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

tous les moyens qu’ils se peurent imaginer, dont j’en ay remarqué plusieurs-, mais outre cela ils se sont emparez de l’esprit de la pluspart des conseillers du Conseil, qui n’oseroient opiner contre eux-, mais M. du Chesneau,M. le Procureur général et M. de Villeray1 sont en toutes rencontres ouvertement de leur party; j’en rapporteray diverses preuves sur le sujet de M. du Chesneau, outre ce que j’en ay dit déjà dit pour le Procureur général, qui est un homme très-ignorant et tellement incommodé de la veue qu’il ne sauroit ny lire ny écrire. Ils l’ont fait succéder. Petitbois et sa femme, haïs des Ecclésiastiques, ayant esté accusez par le sieur Gandelet, procureur fiscal de la seigneurie des Grondines, appartenante aux religieuses, le Procureur général conclut aussy tost à la mort, quoyqu’il n’y eust aucune preuve contr’eux-, et en effet, ils furent renvoyez absous après mesme avoir esté appliquez à la question. Je rapporterais quantité d’autres preuves de l’attachement que luy et Villeray ont pour les ecclésiastiques-, mais comme je crains, Monseigneur, de vous ennuyer, je me contenteray de dire que l’on en trouvera plus qu’il n’en faut dans l’affaire de Roland, I. Le comte de Frontenac, cinq ans auparavant, avait déjà exprimé son opinion sur ce dernier : « L’on m’a donné avis que ce Villeray avoit envie de vous faire demander la charge de Procureur général du Conseil souverain; mais il passe icy pour un esprit fort brouillon et qui cherche à mettre la désunion partout, quoique d’ailleurs il ait de l’entendement et du sçavoir. C’est ce qui a obligé, il y a un an, de l’oster du Conseil, où il faisoit la charge de conseiller. Il y a encore une autre raison plus forte, c’est qu'il est entièrement dévoué aux Pères Jésuites (en chiffres), et l’on dit mesme icy communément qu’il est du nombre de ceux qui, sans en porter l'habit, ne laissent pas d'en avoir fait les vœux (en chiffres). C’est pourquoy j’ai creu qu’il estoit de mon devoir de vous en avertir en cas qu’on vous en parlast,- afin que vous vissiez si, après avoir eu tant de peine à oster aux Pères Jésuites la connaissance et la direction des affaires de ce païs, il seroit à propos de leur ouvrir une porte pour y entrer indirectement (en chiffres). »

Frontenac à Colbert. — 2 novembre 1672.


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

317

et l’on verra que presque dans toutes ils ont agi contre les règles. Cependant, comme les Ecclésiastiques voient bien que l’incapacité et l’infirmité de M. le Procureur général l’empescheront de pouvoir longtemps exercer sa charge, ils luy préparent desjà un successeur qu’ils ont élevé dans le mesme esprit. C’est son fils que j’ay appris qu’ils vouloient, Monseigneur, vous proposer pour mettre en sa place, quoyqu'il ne soit pas plus savant que son père et qu’il n'ait que vingt-un ans. Pour toutes les autres personnes un peu considérables, ils les ont gagnées, ou ils taschent de les discréditer. Le sieur Bazire est tout à fait d’intelligence avec eux et M. du Chesneau, et comme il paroistra par la concession de l’isle aux Couldres, par les congez qu’ils veulent restablir, par ses desbauches de vin dont ils ne disent mot dans un temps où ils tourmentent tout le monde pour ce sujet, et par ses liaisons avec M. l’Intendant. Il en est de mesme du Major et du Prévost, comme on le déduira plus bas en parlant de M. du Chesneau ; mais pour M. Perrot et M. d'Ailleboust, comme ils n’ont pu se résoudre à suivre en toutes choses leurs sentiments, ils descrient le premier par reproches vagues et généraux pareils à ceux qu’ils me font, sans pouvoir articuler aucun fait précis qu’ils puissent justifier. exerçoit la Le sieur d’Ailleboust, neveu de M. charge de juge de Montréal- depuis dix-huit ans sans reproche; ils cherchoient l’occasion d’en mettre un autre en sa place, parce qu’il ne déféroit pas aveuglément à leurs volontez,mais il ne leur a jamais donné aucune prise; et toutefois, comme ils vouloient avoir une information favorable sur l’eau-de-vie à l’occasion de la mort d’un Sauvage, et qu’ils apprirent qu’il ne la faisoient pas à leur gré, ils l’ont déposé sans autre cérémonie


318

ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

et ont mis en son lieu une de leurs créatures, de sorte qu’ils auront bientost tous ceux qui possèdent les charges dans leur dépendance. J’ay mesme sceu qu’ils songent à faire donner à M. l’Évesque un coadjuteur duquel ils puissent aussi bien disposer qu’ils font de luy, qui n’oublie rien pour avancer tous leurs desseins et pour augmenter le crédit du Clergé. Il se trouve dans le Conseil avec une assiduité qu’on n’a jamais veu dans aucun Évesque; son official et son promoteur le secondent admirablement, comme on le verra dans le procez de Roland et comme on l’a remarqué ci-dessus à l’esgard du Promoteur; et pour faire qu'il n’y ayt aucun Ecclésiastique particulier qui puisse résister à leurs volontez, ils n’ont dans les habitations que des vicaires amovibles, refusent absolument d'y mettre des cures fixes, et quelque instance que leur en fassent les habitans, sous prétexte que M. l’Évesque n’a pas de quoy les entretenir, quoyqu’on ayt fait voir le contraire cydessus, et comme si un curé fixe coustoit plus qu’un vicaire amovible en un pays où le casuel et les dixmes augmentent tous les jours par les défrichemens et la multiplication des François. Cependant ce désordre est cause qu’en beaucoup de lieux, les habitans sont privez de l’assistance spirituelle dont ils ont besoin et privent le Roy de l’usage du droit de patronage qu’il s'est réservé. Ils refusent mesme de laisser exercer ces emplois par des Récollects qui se contenteront de moins que ce que l’on donne à ces vicaires, et qui sont souhaitez partout, ceux mesmes de Montréal m'ayant présenté une requeste pour me prier de me joindre à eux pour en obtenir de la Cour; et après toutes ces choses ils menacent en chaire de refuser l’absolution à ceux qui refuseront de payer les dixmes pour n’estre pas servis. Ils obtiennent une ordonnance de M. du


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

319

Chesneau qui confirme l’usage des vicaires amovibles, une autre pour faire payer les dixmes sur l’estimation faite des bleds pendant par les racines, et prétendent enfin obliger les habitans à porter les dixmes à Québec. M. l’Évesque s’excuse sur la dépense qu’il faict,sur l’entretien de vingt-cinq Ecclésiastiques et pour la subsistance de trente-sept pauvres enfans qu’il dit élever par charité, comme si l’on ne sçavoit pas que c’est là une suite des desseins du clergé, que ces Ecclésiastiques et ces enfans sont les fils de ses créatures auxquels ils veulent inspirer à loisir toute leur politique, qu’il ne manque pas en France d’Ecclésiastiques savans et vertueux, et que l’argent qu’il dépense seroit bien plus utilement employé à l’entretien de vingtcinq prestres qui seraient plus que suffisans pour administrer commodément. Tout le monde sçait que les Ecclésiastiques se meslent de tous les procez et de toutes les affaires directement ou indirectement, qu’ils ne manquent jamais de protéger leurs amis et de solliciter contre ceux qui ne leur sont pas soumis ou déclarez pour eux, et mesme d’agir contre eux et de les poursuivre, afin que l’on ne découvre pas leur commerce, leurs intrigues et leurs manières d’agir ny qu’ils en apprennent la langue, quoyque ce soit l’unique moyen pour en faire de véritables Chrestiens- aussy n’y en a-t-il presque point qui le soient, nonobstant leurs missions, ce que Monseigneur pourra sçavoir de plusieurs personnes qui sont en France. Et, en effect,on aura beau les baptiser, tant qu’ils conserveront leurs moeurs et vivront avec les autres Sauvages, ils quitteront à leur première fantaisie, comme on l’a veu tant de fois, leurs véritables femmes par les divorces ordinaires parmy eux, leurs demeures, les missionnaires et la religion, ce qui n’ar-


320

ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

riveroit pas s’ils s’accoustumoient à nostre langage, à nostre manière de vivre, à nos loix et à nos mœurs. Mais ces Messieurs s’y sont toujours opposez, et par l’ignorance où ils les tiennent de nostre langue et de nos usages leur font croire tout ce qui leur plaist; c’est dans cette veue que l’un d’eux a maltraité et enlevé la petite Iroquoise que j’entretenois chez les Ursulines, qu’ils ont trouvé mauvais que M. de la Salle fasse enseigner plus de cinquante enfans au fort Frontenac, dont plusieurs commencent desjà à lire et à escrire, qu’ils ont fait changer de demeure aux Iroquois de la Prairie de la Madelaine, où ils estoient trop près, à leur gré, des habitations Françoises, et qu’après un si grand nombre de concessions, ils se sont fait encore donner par M. du Chesneau seul, contre les ordres du Roy, le Sault Saint-Louis, que luy et moy avions promis au sieur de la Salle. Mais il faut remarquer l'artifice dont ils se servent au sujet de ces concessions ; ils en ont demandé plusieurs fois pour les Sauvages, sous prétexte de les accoustumer à cultiver la terre. Quand ils les ont eu obtenues, ils les ont fait, à la vérité, défricher aux Sauvages; mais aussytost après ils les leur ont ostées pour les donner à des François, sous la rente tantost de deux et tantost de quatre minots de bled par an, en sorte qu’après tous leurs travaux qu’ils persuadoient par divers moyens aux Sauvages d’entreprendre, il n’y en a pas un seul qui ayt un pouce de terre, de quoy l’on pourrait citer divers exemples, mais il suffit de celuy desdits Iroquois de la Prairie de la Madelaine qu’ils ont renvoyez au Sault SaintLouis. Mais, quoyqu ils puissent faire, les Sauvages mesmes descouvrent une partie de leurs ruses, et l’une d’entre elles, qui


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

321

a infiniment d’esprit et qui parle la langue Françoise comme si elle estoit née à Paris, nommée Marie Félix, m’a raconté plusieurs fois que les Sauvages sont fort mal contents des missionnaires, qu’ils commencent à sçavoir que les terres que les Pères leur ont fait défricher leur appartiennent, qu’ils les traitent comme des esclaves, qu’ils les obligent d’acheter tout ce qui leur est nécessaire chez un nommé Hazeur, qui est apparemment un de leurs facteurs, qu’ils les empeschèrent de me venir secourir lors de l’incendie, leur disant que Dieu me punissoit pour mes péchez, qu’ils me descrient continuellement dans leur esprit et beaucoup d’autres choses de cette nature. Il est tombé entre les mains du Père Louis un dictionnaire de leur façon qui fait connoistre l’idée qu’ils donnent d’eux aux Sauvages. En expliquant, par exemple, la signification du mot égal, ils ont mis : « La robe noire est égale à Onontio. » Ils ont dit à d’autres Sauvages qu’ils sont les maistres et que Onontio ou le gouverneur tient l’espée; ils ont dit aussy plusieurs fois que tout iroit mal dans le pays jusqu’à ce que les Ecclésiastiques en eussent l’entier gouvernement. Et, à la vérité, il paroist assez, par tout ce que j’en ay dit, qu’il s’en faut bien peu qu’ils n’en soyent tout à fait les maistres:, mais il y faut encore adjouster que des deux entrées et clefs du pays, qui sont et le haut et le bas de la rivière, il ne reste à occuper par eux que l’isle aux Couldres et la pointe du sault Saint-Louis. Pour l’isle aux Couldres, M. du Chesneau et moy avions donné une concession pour y habiter au nommé de Lessart, afin que, comme c’est le seul mouillage, en cas qu’il y vinst des vaisseaux ennemis, il pust nous en avertir en canot; mais les Ecclésiastiques y ont fait faire opposition par le sieur Bazire avec qui ils sont en très-bonne intelligence et qui a 21


322

ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

prétendu avoir droit de l’empescher, à cause du tort qu’il dit que cela ferait à la traite de Tadoussac, sans prendre garde que les Ecclésiastiques qui possèdent la baye Saint-Paul, vis-à-vis, en terre ferme, en sont bien plus près et mieux postez pour nuire à la ferme. Pour la pointe du sault SaintLouis, qu’ils demandent sous le nom des Sauvages, et que M. l’Intendant leur a accordée sans ma participation, contre l’ordre et contre la promesse que luy et moy en avions fait à M. de la Salle, qui le justifie par une lettre de M. du Chesneau, ils n’ont point d’autre fondement pour la prétendre qu’une raison politique qui est qu’il ne leur manque que cet endroit pour avoir toutes les avenues de la Grande Rivière où ils possèdent desià la prairie de la Madelaine, l’isle de Montréal et l’isle Jésus; mais, outre cela, M. l'Évesque et M. le Major,qui est entièrement uny avec eux, prétendent avoir des concessions pour cela et faire des habitations au delà de Montréal, à la cheute (sic) des Outawas et autres Sauvages du nord-ouest et de l’ouest, ce qui serait la ruine entière de la Colonie, qui n’auroit que leurs restes. Ils ont fait encore un establissement à Missilimakinac, isle où il faut nécessairement passer pour entrer dans le lac des Illinois, et un fort qui ferme le lac Supérieur ou de Tracy au sault Sainte-Marie, où ils ont du canon et où fut fait le massacre des ambassadeurs Nadouesioux, dont le dernier, s’estant enfermé dans la chapelle, fut tué d’un coup de canon par un Frère missionnaire dont tout le monde sçait le nom. Ils y font aussi défricher des terres sans concession. Ainsi les voylà tantost maistres de tous les passages près et loin. Ils ne se contentent pas de faire commerce contre l’ordonnance du Roy et la défense des congez, ils ont intelligence avec les


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

323

Anglois, les louent, assistent à leurs conseils, sollicitent des particuliers François de négocier avec eux et font plusieurs voyages à Orange et à Manhatte, comme on le prouve par leurs lettres cy-jointes. Ils ont mesme pris permission du major Andros, gouverneur de la Nouvelle-York ou Nouvelle-Hollande, pour demeurer dans le pays des Iroquois, qui appartient sans contestation au Roy; et ce n’est pas une accusation supposée, puisque l’on a une lettre du major Andros escrite à l’un deux qui le vérifie. Pour la guerre des Iroquois, dont le pays fut menacé l’année 1676, que j’empeschay heureusement par un voyage que je fis au fort de Frontenac à petite compagnie, duquel toutefois eux et leurs partisans m’ont voulu imputer la despense comme faite mal à propos, le sieur de la Salle vous aura fait voir les considérations pressantes qui m’y obligèrent, et dont ils me fournirent eux-mesmes la plus grande partie par des lettres fort particularisées et pressantes. Vous verrez aussy, Monseigneur, les preuves et le dénouement de toute cette intrigue par la relation de mon voyage et de la conférence publique avec les Iroquois, par la confrontation de Tsinagarefhar, député des Iroquois de la prairie de la Madeleine, et par les tesmoignages de Jacques Girard, de Louis Chappacoux et de Pyrcasyma Socoquis, rapporté par M. de Saurel. Leur dessein, comme il a paru dans la suite, estoit de m’en faire un piége, quelque parti que je prisse,ou de brouiller toutes choses, de mettre le pays dans un désordre duquel ils n’auroient pas manqué de profiter et de ruiner M de la Salle, Ils l’ont autrefois traité de visionnaire, et maintenant que par des despenses, des soins et des peines extraordinaires il est Venu à bout de son dessein, et a mesme fait plus que l’on n’o-


324

ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

soit espérer et qu’il n’avoit promis, maintenant qu’il a obligé par son adresse les Iroquois à luy ayder à se fortifier à la culture de ses propres terres, ce que personne n’avoit jamais fait, le croyant impossible, il y est devenu l’objet de leur envie et de leur aversion , d’autant plus que son establissement incommode le commerce qu’ils font avec les Anglois et traverse la communication qu’ils voudraient pratiquer avec ceux des leurs qui sont chez les Qutawas. Et c’est pour cela, Monseigneur, qu’ils ont entrepris deux choses de concert avec M. du Chesneau et le sieur Bazire: la première, qu’ayant appris que M. de la Salle avoit dessein de demander la concession du lac Erié et de celuy des Illinois, dont le premier est une suite de sa concession du commerce du lac Frontenac qui vient la pluspart du lac Erié, à l’entrée duquel il a nécessairement besoin de faire un fort pour empescher les Anglois de s’en emparer, lesquels au rapport des Révérends Pères Jésuites mesmes ont nouvellement envoyé un deserteur nommé Turquet pour le reconnoistre, sur cet avis, dis-je, du dessein de M. de la Salle, ils ont résolu de faire demander eux-mesmes cette concession pour les sieurs Jolliet et Lebert, gens qui leur sont entièrement acquis et le premier desquels ils ont tant vanté par avance, quoyqu'il n'ayt voyagé qu' après le sieur de la Salle, lequel mesme vous tesmoignera que la relation du sieur Jolliet est fausse en beaucoup de choses. Leur seconde prétention est de restablir les congez après les avoir tant blasmez, pour les mettre en les mains du dit sieur Bazire ou de dix ou douze particuliers; mais s’ils l’obtiennent, il ne faut plus espérer d’empescher non-seulement leur commerce, mais mesme qu’ils ne fassent la plus grande partie de celuy du pays. J’ay sceu qu’ils ont aussy le dessein


ACCUSATIONS DU COMTE DE FRONTENAC

325

de faire mettre le commerce de l’eau-de-vie en parti, après avoir tant crié pour le faire défendre-, mais je suis en repos de ce costé là, parce que je sçay que vos lumières en descouvriront assez les inconvéniens et les conséquences. Il me reste, Monseigneur, à vous supplier de remarquer le grand nombre de désordres que les Ecclésiastiques causent dans le pays, que je rapporte des preuves de tous les faits principaux, que je n’ay rien dit de ce qui me regarde, quoyque j’en aye plus souffert que personne, ce que j’ay évité afin que l’on ne me pust pas imputer de plaider ma propre cause, mais seulement celle de tout le pays, et que pour espargner leur réputation je n’en ay nommé pas un, excepté M. l’Évesque, quoyque je sache bien leurs noms que M. de la Salle vous dira si vous le luy ordonnés 1. 1. Malgré sa réserve, le comte de Frontenac dissimule médiocrement le souvenir qu ' il conservait de sa querelle avec les Sulpiciens, à la suite de laquelle il avait renvoyé en France les abbés de Fénelon et d’Urfé, ainsi que le commandant de Montréal. Le comte de Frontenac et Cavelier de La Salle semblent dès lors avoir uni leurs intérêts, le découvreur ayant pris parti pour le gouverneur dans cette affaire, dont le ressentiment dut s’accroître chez l’un et chez l’autre de ce qui se passait du côté du lac Ontario. Ainsi s’explique en partie le Mémoire que nous venons de donner, sans parler de la protection accordée par le comte de Frontenac aux Récollets, à l' exemple de son père qui les avait établis à Saint-Germain en Laye.



XV

REFUS

FAIT A JOLLIET

DE S’ÉTABLIR AUX ILLINOIS. SECOND VOYAGE DE CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE, IL EST AUTORISÉ A FAIRE DE NOUVELLES DÉCOUVERTES.



CAVELIER DE LA SALLE EN

FRANGE

I REFUS FAIT A JOLLIET DE S’ÉTABLIR AUX ILLINOIS.

Extrait d’une lettre de Colbert à M. Du Chesneau. 28 avril 1677.

Sa Majesté ne veut point accorder au sieur Jolliet la permission qu’il demande de s’aller establir avec vingt hommes dans le pays des Islinois. Il faut multiplier les habitans du Canada avant que de penser à d’autres terres, et c’est ce que vous devez avoir pour maxime à l’esgard des nouvelles descouvertes qui sont faites. II DEMANDE DU PRIVILÈGE DE DÉCOUVRIR LA PARTIE OCCIDENTALE DE L’AMÉRIQUE.

Mémoire sur le projet du sieur de la Salle pour la descouverte de la partie occidentale de l' Amérique septentrionale entre la Nouvelle-France, la Floride et le Mexique. Le sieur de la Salle, ayant tousjours eu beaucoup d’inçlina-


330

CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

tion pour faire des descouvertes et establir des colonies qui pussent estre avantageuses à la religion et utiles à la France, passa en Canada en 1666, et commença la mesme année le village de la Chine, situé dans l’isle de Montréal, au delà de toutes les habitations Françoises. L’année 1667 et les suivantes, il fit divers voyages avec beaucoup de despenses, dans lesquels il descouvrit le premier beaucoup de pays au sud des grands lacs, entr’autres la grande rivière d’Ohio. Il la suivit jusques à un endroit ou elle tombe de fort haut dans de vastes marais, à la hauteur de 37 degrés, après avoir esté grossie par une autre rivière fort large qui vient du nord; et toutes ces eaux se deschargent selon toutes les apparences dans le golphe de Mexique, et luy fait-on espérer de trouver une nouvelle communication avec la mer, de quoy la Nouvelle-France pourrait quelque jour tirer de très-grands avantages, aussi bien que des grands lacs qui occupent une partie de l’Amérique septentrionale. Ces grands lacs, dont le fleuve Saint-Laurent tire son origine, sont au nombre de cinq, dont le moindre est de près de quatre-vingts lieues de long et le plus grand de cent cinquante. Le premier en remontant la rivière Saint-Laurent est le lac Ontario, que l’on appelle à présent Frontenac; le second le lac Érié, qui, par une cascade de cent vingt toises, se précipite dans le lac Frontenac; le troisiesme est le lac des Hurons; le quatriesme celuy des Illinois, et le cinquiesme le lac Supérieur. Tous ces lacs sont fort poissonneux, leurs eaux fort claires et très profondes, en sorte que la navigation y serait facile aux plus grands vaisseaux; les terres qui les environnent sont fort tempérées et très-fertiles, a l’exception de celles qui sont au nord du lac Supérieur et de celuy des Hurons; mais celles qui sont a l' ouest et au sud du lac des Illinois les surpassent en-


CÀVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

331

core en toutes choses. Les autres sont presque toutes si belles et si fertiles, si peu couvertes de bois et si bien garnies de prairies, de ruisseaux, de rivières, de poissons, de gibier et de venaison, que l’on y peut trouver en abondance et avec peu de peine toutes les choses nécessaires pour y faire subsister de puissantes colonies. La terre y peut produire tout ce que l'on cultive en France et de la mesme manière. On y peut laisser tout l’hyver les bestiaux pasturer librement à la Campagne; on y trouve mesme des bœufs sauvages qui, au lieu de poil, ont une laine très-fine qui peut servir à faire des estoffes et des chapeaux et dont les cuirs sont beaucoup meilleurs que ceux de France, ainsi qu’il a paru par l’eschantillon que le sieur de la Salle en a apporté cette année. Il y croist naturellement du chanvre et du coton dont on peut faire de fort bons ouvrages, tellement que l'on ne peut pas douter que les colonies que l’on y fera ne deviennent très-florissantes. Elles s’augmenteront par un grand nombre de Sauvages du Couchant, qui sont, pour la pluspart, d’une humeur douce et sociable et qui, n’ayant ny l’usage de nos armes, ny le secours de nos denrées, ny de commerce avec d’autres Européens, s’accommoderont aisément avec nous et se formeront sur nos manières quand ils auront gousté l’utilité qu’ils retireront de l’amitié des François et des choses qu’ils leur porteront, de manière que ces pays fort peuplez donneront infailliblement en peu d’années un grand nombre de nouveaux sujets à l’Église et au Roy. La connoissance de ces choses et celle de la pauvreté du Canada causée par ses forests très-malaisées à défricher, par le peu de fertilité de son terroir et par la rigueur de son climat, où la terre est couverte de neige six mois durant, portèrent le sieur de la Salle à entreprendre de commencer des colonies


332

CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

dans ces beaux pays et de les pousser, avec le temps, le plus loin qu’il luy seroit possible. Toutesfois plusieurs difficultez sembloient s’opposer à ce dessein. La première estoit la difficulté de la navigation interrompue en cinq endroits. Le premier est le sault Saint-Louis, près de Montréal, à l’entrée du lac Saint-Louis; le second ce sont plusieurs saults et rapides, entre le lac Saint-Louis et le lac Saint-François, qui sont tous deux formez par la grande rivière Saint-Laurens; le troisiesme est une quantité de rapides et de saults entre le lac Saint-François et le lac Frontenac ; le quatriesme est la cheute des eaux du lac Érié dans le lac Frontenac, et le cinquiesme l’espace qui est entre le lac des Illinois et la rivière Divine. La deuxiesme difficulté estoit la peine qu’il y auroit à avoir des vivres et les autres choses nécessaires dans des lieux fort esloignez de toutes les habitations Françoises. La troisiesme, la grande despense qu’il auroit fallu faire pour avoir le nombre d’hommes nécessaires pour se fortifier et se pouvoir défendre de tant de nations sauvages. La quatriesme estoit la crainte que l'on pourroit avoir des Iroquois sauvages, hardis et belliqueux, que l’on croyoit sans foy et sans parole, et qui pouvoient ou destruire les premières habitations ou en empescher la communication avec les plus esloignées. La cinquiesme estoit le voisinage des Anglois, qui pouvoient s’emparer de l’entrée du lac Frontenac ou de celle du lac Érié, qui sont des passages absolument nécessaires pour cette entreprise, par le moyen desquels ils auroient non-seulement rendu impossible le succès de ce dessein, mais se seroient rendus les maistres de presque tout le monde des pellete-


CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

333

ries, qui seules font subsister tous les habitans du Canada. Mais cette dernière raison ne servit qu’à animer davantage le sieur de la Salle et à l’obliger à se haster, afin de prévenir les Anglois par sa diligence. A l’égard des autres difficultez, il jugea qu’elles ne seroient pas insurmontables si l’on travailloit à cet establissement de proche en proche, en commençant par l’entrée du lac Frontenac, où il falloit s’establir solidement en défrichant beaucoup de terres aux environs et en faisant la mesme chose dans les autres lieux à mesure que l’on avanceroit. Il sçavoit d’ailleurs que les Iroquois n’estoient pas aussi barbares qu’on les faisoit, et il espéroit que non-seulement il vivroit bien avec eux, mais mesme qu’il pourroit les attirer à luy par divers moyens qu’il a pratiquez depuis avec succès. Le sieur de la Salle, ayant considéré toutes ces choses et ayant résolu de courir les risques de cette entreprise , vint en France pour demander au Roy la concession du lac Frontenac et des terres adjacentes. Il s’adressa pour cela à Monseigneur Colbert, lequel, ayant entendu ses raisons et considéré l’importance de son dessein, eut la bonté de luy faire expédier ce qu’il demandoit, quoyque plusieurs personnes luy eussent voulu faire passer cette entreprise pour impossible et mesme pour chimérique. Ce fut l’an 1675 que sa concession luy fut accordée, et la mesme année il s’en retourna en Canada pour préparer toutes les choses nécessaires pour l’exécution de son entreprise. Il avoit résolu de commencer par la construction du fort Frontenac. Il en jeta les fondemens au mois d’aoust 1676, et en partit, pour revenir en France, au mois de novembre 1677. Voicy ce qu’il a fait en ce peu de temps :


334

CAVELIÉR DE LA SALLE EN FRANCE

II a fait élever à l'entrée d’une petite presqu’isle entourée de trois costez par un beau port et par les eaux du lac, et dans une situation aussy agréable qu’avantageuse, un fort à quatre bastions de 36o toises de tour, revestu d’un rempart de 17 pieds d' espaisseur, soutenu par une forte muraille de 24 pieds de haut et fortifié du costé de la terre, qui est le seul accessible, d’un fossé de 12 pieds de profondeur taillé dans le roc. Il y a commencé et mesme fort avancé de grands logemens et de beaux magasins où il y a neuf petites pièces de canon, des grenades, des armes, des munitions, des vivres et des marchandises, et une garnison de quatre-vingts hommes, tant soldats que gens de travail. Il a fait défricher 1,000 ou 1,200 arpens de bonne terre, qui seront cette année tous semez de froment, parce qu’il a connu par un essay de 80 arpens que l’on pouvoit le semer en automne de mesme qu’en France, ce que l’on ne peut pas faire en Canada à cause des neiges qui, comme il a esté dit cy-dessus, couvrent la terre six mois durant. Il a desjà plusieurs bestes à cornes, des cochons et des volailles, et il prétend, aussytost qu’il sera de retour, faire planter de la vigne, des fruits et des légumes de toutes sortes , et y establir plusieurs sortes de manufacture. Il à fait bastir quatre barques pontées dont il y en a deux de vingt-cinq tonneaux, une de trente et une de quarante, ce qui est d’une très-grande importance non-seulement pour le commerce et pour la seureté de son habitation, mais aussy pour l' establissement d'une nouvelle colonie, parce que dans ces sortes de bastimens peu de gens peuvent voiturer beaucoup» de choses, et en tout temps sont à couvert des insultes des Sauvages, n' estant point obligez de sortir la nuit, comme il le


CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

335

faut faire quand on n’a que des canots qui exposent aux surprises ordinaires de ces barbares ceux qui sont obligez de coucher à terre. Il a desjà fait deux villages : l’un de douze famillesFrançoises auxquelles il a fait bastir des maisons et donné des terres toutes défrichées ; l’autre de cent familles de Sauvages qu’il a attirez par ses caresses, qui s’accoustument à la discipline et consentent avec plaisir que deux Pères Récollects, qui sont au fort et à qui il a fait bastir une maison et une église, élèvent leurs enfans à la Françoise, de sorte qu’il y a lieu d’espérer que ces deux villages différens ne composeront bien tost qu’une mesme bourgade de bons Chrestiens et de bons François. Les prières se font en commun soir et matin. Tous les François y entendent la sainte messe tous les jours ouvriers et les Dimanches la grande messe, le catéchisme et les vespres. On n’y souffre ny ivrognerie ny désordre, tant parmi les François que parmi les Sauvages. Le R. P. Custode des Récollects, qui y a demeuré assez longtemps, pourra confirmer de bouche le tesmoignage que deux autres Pères Récollects ont rendu par écrit. Il aveu travailler les Sauvages à la journée et cultiver la terre à la manière des François, ce que l’on ne croyoit pas possible de leur persuader. Il les a veus aussy se bastir des maisons suivant les desseins du sieur de la Salle, et sous la conduite des ouvriers qu’il entretenoit à ses despens, tant pour construire les logis des Sauvages que ceux des François. On peut voir par toutes ces choses que le sieur de la Salle a fait un establissement assez considérable , qu’il a surmonté les principales difficultez qui s’opposoient à ses desseins et


336

CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

qu’il est en estat avec les hommes, qu’il prétend passer cette année, d’entreprendre une nouvelle colonie à l’entrée du lac Érié, dont les Anglois se pourroient facilement emparer et nous ruiner entièrement si l’on ne les prévient, comme il a fait à l’égard du lac Frontenac. Pour cela, le sieur de la Salle ne demande au Roy aucuns secours ny aucuns avantages que la confirmation de ceux qu’il a plu à Sa Majesté de luy accorder pour le fort de Frontenac, la permission de faire à ses despens les deux establissemens qui restent à faire : l’un à l’entrée du lac Érié, l’autre à la sortie de celuy des Illinois ; la seigneurie des terres qu’il descouvrira et qu’il peuplera, à la charge que celles qu’il n’aura pas fait habiter dans vingt ans ne relèveront pas de luy ; la propriété de toutes les terres défrichées que les Sauvages abandonneront de leur bon gré, comme ils font quelquefois, et la qualité de gouverneur dans lesdits pays, le sieur de la Salle s’obligeant de son costé de ne faire aucun commerce aux Outaouacs ny dans le lac Nipissing, Huron, Supérieur et Baye des Puans, où demeurent les peuples qui font tout le commerce du Canada, pour ne pas préjudicier aux habitations Françoises, qui seraient ruinées, si on leur ostoit le trafic des pelleteries de ces quartiers là, qui seules les font subsister. Et pour marquer davantage qu’il ne souhaite rien qui puisse préjudicier au Canada, il ne demande les expéditions nécessaires à cette entreprise que sous le bon plaisir de M. le comte de Frontenac, gouverneur de la Nouvelle-France.


CAVALIER DE LA SALLE EN FRANCE

337

III PERMISSION AU SIEUR DE LA SALLE DE DÉCOUVRIR LA PARTIE OCCIDENTALE DE LA NOUVELLE-FRANCE.

Lettres patentes données à Saint-Germain en Laye, le 12 may 1678. Louis, par la grâce de Dieu, Roy de France et de Navarre, à nostre cher et bien amé Robert Cavelier, sieur de la Salle, Salut. — Nous avons receu agréablement la très-humble supplication qui nous a esté faite en vostre nom de vous permettre de travailler à descouvrir la partie occidentale de la Nouvelle-France, et nous avons d’autant plus volontiers donné les mains à cette proposition, qu’il n’y a rien que nous ayons plus à coeur que la descouverte de ce pays, dans lequel il y a apparence que l’on pourra trouver un chemin pour pénétrer jusque au Mexique; à quoy l’application que vous avez donné à faire deffricher les terres que nous vous avons accordé par l’arrest de nostre conseil du 13 may 1675 et lettres patentes dudit jour, à former des habitations sur lesdites terres et à mettre en bon estat de deffense le fort Frontenac, dont nous vous avons accordé la seigneurie et le gouvernement, nous donne tout lieu d’espérer que vous réussirez à nostre satisfaction et à l’advantage de nos sujets dudit pays. A ces causes et autres à ce nous mouvans, nous vous avons permis et permettons par ces présentes, signées de nostre main, de travailler à la descouverte de la partie occidentale de nostre dit pays de la Nouvelle-France, et pour l’exécution de cette entreprise, de


338

CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

construire des forts aux lieux où vous estimerez nécessaire, desquels nous voulons que vous jouissiez aux mesmes clauses et conditions que du fort Frontenac, suivant et conformément à nos dites lettres patentes du 13 may 1675 , que nous avons en tant que de besoin confirmé et confirmons par ces présentes, voulons qu’elles soient exécutées selon leur forme et teneur, à condition néantmoins que vous achèverez cette entreprise dans cinq années, — à faute de quoy les présentes seront nulles et de nul effet ; — que vous ne ferez aucun commerce avec les Sauvages appelez Outaouacs et autres qui apportent leurs castors et autres pelleteries à Montréal ; que vous ferez le tout à vos despens et à ceux de vostre compagnie, à laquelle nous avons accordé par privilége le commerce des peaux de Cebola . Mandons au sieur comte de Frontenac, gouverneur et nostre lieutenant général, et aussi du Ghesneau , intendant de justice, police et finances, et aux officiers tenant le Conseil souverain audit pays, de tenir la main à l’exécution des présentes,— car tel est nostre plaisir. — Donné à Saint-Germain en Laye le 12 de may 1678 et de nostre règne le 35 . 1

e

e

IV EXTORSIONS COMMISES PAR BELLINZANI SUR M. DE LA SALLE, POUR MAINTENIR CELUI-CI DANS SES DROITS ET LUI REMETTRE SA COMMISSION.

A Nos Seigneurs les commissaires députez par Sa Majesté pour l' instruction du procès du sieur Belizani. Supplie très-humblement Robert Cavelier,escuyer, sieur de 1. Bison.


CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

339

la Salle, et vous remontre qu’en l’année mil six cent soixantequinze, Sa Majesté luy ayant accordé la propriété et le gouvernement du fort de Frontenac, en la Nouvelle-France, par ses lettres patentes, le sieur de Belizani aurait extorqué de luy la somme de huit mille livres que le suppliant fut obligé de payer à diverses fois au dit sieur de Belizani, en l’année 1678, pour empescher les mauvais offices qu’on luy vouloit rendre, se conserver dans la juste possession où il estoit et ne pas perdre les grandes avances qui avoient esté nécessaires à l’establissement et fortification de ladite place, ainsy que le suppliant a déposé et soutenu dans sa confrontation au dit sieur Belizani. De plus, qu’en l’année 1678, Sa Majesté ayant donné commission au suppliant pour la descouverte qu’il a faite à ses despensdans l’Amérique septentrionale, ledit sieur Belizani, voyant que ledit suppliant estoit en degrandes avances et avoit fait la plus grande partie de ses préparatifs de son entreprise qu’il ne pouvoit plus abandonner sans une perte considérable, ne voulut jamais luy donner la commission qui avoit esté mise entre ses mains qu’à la charge de luy payer comptant la somme de 4,000 livres, comme il fît en effet pour retirer sa commission et prévenir les obstacles que ledit sieur Belizani auroit formés à son voyage. De plus, le voyant près de partir, il l’obligea de faire un contrat en sa faveur, par lequel le suppliant luy promettoit de grosses pensions de six mille livres d’un costé et autant de l’autre pendant six années, causées pour sa part d’une société imaginaire qui n’avoit jamais esté et dont la fausseté paroist clairement par une 1

1. François Bellinzani, ancien intendant du duc de Mazarin, était directeur du commerce sous Colbert. — Nous avons laissé ici le nom de Belizani, que nous avons trouvé dans le texte.


340

CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

clause adjoustée en marge, que cette pension cesseroit si le suppliant ne jouissoit pas paisiblement, par où il paroist et par toute la conduite dudit sieur Belizani que ce n’estoit qu’un prétexte pour colorer la demande qu’il faisoit de ces sommes, en considération seulement de son crédit, n’ayant pu marquer à la confrontation au suppliant quand ny par qu il avoit fourny les fonds de cette prétendue société exprimée dans l’acte qui fut receu dans la chambre dudit sieur Belizani par un notaire attitré, sans que le suppliant pust obtenir de luy un jour de délay pour se déterminer. De plus, en l’année 1679, le suppliant estant occupé àl a descouverte dont il estoit chargé, le sieur Plet, marchand bourgeois de Paris, qui avoit le soin des interests du suppliant, fut obligé de donner au sieur Belizani la somme de 2,000 livres qu’il luy demanda avec menaces de desservir le suppliant en cas de refus, comme ledit sieur Plet a déclaré dans sa déposition et soutenu lorsqu’il a esté confronté audit sieur Belizani. Ce considéré, Nos Seigneurs, et veu la violence et l’injustice avec laquelle toutes ces sommes, montant à celle de 14,000 livres, ont esté extorquées par ledit sieur Belizani,il vous plaise ordonner qu’elles seront restituées au suppliant, et à l’esgard de l’acte qu’il a esté forcé de signer, qu’il demeurera nul et de nul effect, sans que le suppliant en puisse estre recherché, et vous ferez justice. Signé

CAVELIER

DE

LA

SALLE.

Collationné par les notaires à Paris soussignés, sur l’original en papier, ce faict et à l’instant rendu ce jourd’huy vingt avril 1720. BOURON.


CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

241

V

OPPOSITION MISE SUR LES RIENS DE BELLINZANI, AU NOM DE M. DE LA SALLE.

Extrait des registres de la Cour des aydes. Aujourd’huy est comparu au greffe de la Cour, M. François Chastillon, procureur en icelle, lequel, en vertu de pouvoir à luy donné par Robert Cavelier, sieur de la Salle, lieutenant généralpour le Royaux Islinois, a déclaré qu’il s’oppose, comme de fait s’est opposé et s’oppose, aux. criées poursuivies en la Cour de deux maisons saisies au faubourg St-Germain, rue du Bac, une autre audit faubourg, rue des Boucheries, une autre rue des Mauvais-Garçons, une autre grande maison aboutissant sur les rues des Prescheurs et Ghanvrerie, deux places à bastir audit faubourg St-Germain, avec deux rentes faisant douze livres sur la ville de Lyon, saisies à la requeste du procureur général en la Cour sur Louise Chauvreau, veuve de François Belizani, et François Belizani leur fils, pour estre payé et mis en ordre par privilège et préférence à tous autres créanciers des sommes de deniers à luy deues par ledit défunt Belizani, intérests, frais et despens et pour autres causes et raisons à déduire en temps et lieu, dont il a requis acte et eslu son domicile en la maison du dit Chastillon, 16, rue Quincampoix, paroisse St-Nicolas des Champs. Fait à Paris en la Cour des aydes, le 8 may 1685. (Signature illisible.)


342

CAVELIER DE LA SALLE EN FRANCE

VI OPPOSITION DE FRANÇOIS PLET SUR CETTE CREANCE DE M. DE LA SALLE.

Extrait des registres de la Cour des aydes. Aujourd’huy est comparu au greffe de la Cour M. François Chastillon, procureur en icelle, lequel en vertu du pouvoir à luy donné par François Plet, bourgeois de Paris, a déclaré qu’il s’opposoit et s’oppose en son ordre et comme exerçant les droits de Robert Cavelier, sieur de la Salle, lieutenant pour le Roy aux Islinois, à ce qu’il soit payé des sommes de deniers à luy deues par ledit Cavelier et sur lesquelles iceluy Cavelier sera mis en ordre sur les maisons et héritages sis à St-Cloud, sur Louise Chauvreau, femme de François Belizani, et sur François Relizani son fils, et sur lesquels ledit Cavellier s’est opposé, poursuivis en la Cour à la requeste du procureur général, et pour autres causes et raisons à déduire en temps et lieu, dont il a requis acte et eslu domicile en sa maison, 16, rue Quincampoix, le 8 may 1685.


XVI

DE LA SALLE ENTRE EN RELATIONS AVEC UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE,

QUI

NOTE

CE

QU’IL

LUI

RACONTE

SUR

LES

MŒURS

DES IROQUOIS, SUR L’ÉTAT DU CANADA, SUR SES DÉCOUVERTES, ENFIN SUR SON ÉTABLISSEMENT PRÈS DU LAC ONTARIO.



RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE1

ENTRETIENS DE CAVELIER DE LA SALLE SUR SES ONZE PREMIÈRES ANNEES EN CANADA.

J’appris, au mois de juin 1678, qu’il estoit arrivé à Paris un gentilhomme nommé M. de la Salle, qui venoit du Canada après y avoir demeuré pendant plusieurs années, fort connu et fort estimé de feu M. Gallinée, qui estoit luy-mesme si estimable par son esprit, par-ses mœurs, par sa piété, par la grande connoissance qu'il avoit des choses ecclésiastiques et par son adresse incroyable dans tous les arts mécaniques. Je trouvay moyen de connoistre ce gentilhomme et d' avoir mesme avec luy dix ou douze conférences, la pluspart avec plusieurs de mes amis très-intelligents et dont la pluspart ont I. Et de l’abbé Arnaud. — Le nom de l’illustre janséniste, que l’on rencontrera dans le texte, doit tenir naturellement en garde contre l’auteur de ce document, dont l' original se trouve dans un recueil de pièces toutes hostiles aux jésuites. — divers passages de ce manuscrit portent à penser qu’il est du savant abbé Renaudot, à qui Boileau adressait son Épître sur l’Amour de Dieu.


346

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

beaucoup de mémoire. J’ay escrit sur-le-champ et en particulier les choses d’entre celles que je luy ay ouy dire que l’on est le plus sujet à oublier, comme les dates et les noms, et après avoir fait le mémoire qui suit, je l’ay conféré avec les personnes qui l’ont entendu avec moy et en qui j’ay le plus de confiance, et je n’y ay rien laissé dont je ne me souvienne trèsdistinctement ou dont plusieurs de ceux qui l’ont escouté ne m’ayent séparément assuré de se bien souvenir. En recueillant les faits, j’ay examiné la personne. Je fais un grand fonds dans le jugement que j’en porte, sur le tesmoignage que feu1 M. Gallinée en avoit rendu à un de mes amis, homme d’un mérite extraordinaire. Tous ceux de mes amis qui l’ont veu luy trouvent beaucoup d’esprit et un trèsgrand sens. Il ne parle guères que des choses sur lesquelles on l’interroge. Il les dit en très-peu de mots et très-bien circonstanciées. Il distingue parfaitement ce qu’il sçait avec certitude de ce qu’il sçait avec quelque ineslange de doute. Il avoue sans aucune façon ne pas sçavoir ce qu’il ne sçait pas, et quoyque je lui aye ouy dire plus de cinq ou six fois les mesmes choses à l’occasion de quelques personnes qui ne les avoient point encore entendues, je les ay tousjours ouy dire de la mesme manière. En un mot, je n’ay jamais ouy parler personne dont les paroles portassent plus de marques de vérité. Il a trente-trois ou trente-quatre ans . Il y a douze ans qu’il voyage dans l’Amérique septentrionale, et les voyages 2

1. L’abbé de Gallinée venait de mourir à Livourne, en Italie. 2. « Le vingt deuxiesme jour de novembre (1643) a esté baptisé Robert Cavelier, fils d’honorable homme Jean Cavelier et de Catherine Geest; ses parrain et marraine honnestes personnes Nicolas Geest et Marguerite Morice. » (Extrait du registre de ceux qui ont esté baptizés en la paroisse de Saint-Hebland de Rouen, commencé du 16 juin 1623.)


RÉCIT D’UN AMI DE L'ABBÉ DE GALLINÉE

347

qu’il a faits s’estendent depuis le 330e degré de longitude jusqu’au 268 , et depuis le 55 degré de latitude jusqu’au 36e. Voicy donc ce que j’ay appris de luy sur les différentes contrées dont il a le plus de connoissance, sur les mœurs des habitants, leur origine, leur histoire, leurs langues, leur gouvernement, sur l’histoire naturelle, sur l’estat de la religion chrestienne en ces pays et sur l’histoire de ce qui luy est arrivé. Les mœurs de ces peuples sont les mesmes dans le continent de l’Amérique septentrionale que dans les isles chaudes de l’Amérique, quoyque ces peuples ayent des langues trèsdifférentes. Ils croyent tous les âmes immortelles, aussi bien celles des brutes que celles des hommes, en sorte qu’ils croyent que comme les hommes vivants vont à la chasse aux bestes, ils iront après leur mort à la chasse aux âmes des bestes. Ils croyent qu’on sera heureux ou malheureux à cette chasse selon qu’on aura été vaillant ou poltron en cette vie, et constant ou foible dans les supplices. Ils respectent tous le premier de tous les esprits, qu’ils appellent le maistre de la vie, mais ils ne luy rendent nul culte réglé, sinon qu’ils luy obéissent en tout ce qui leur est marqué par leurs songes, à moins que ce ne soit un crime, comme de tuer quelqu’un de ses parents ou de ses amis, ou de ses alliez, ou des nations avec qui ils sont en paix, ou quelque chose d’impossible ; dans ces cas, ils se contentent d’apaiser le maistre de la vie en faisant festin à leurs amis, ce qu’ils appellent raccommoder l’esprit du maistre de la vie. Ils croyent que cet esprit est la cause de tout ce qui leur arrive de bien et qu’il est incapable de faire mal à personne, parce, disent-ils, qu’il ne hait personne. e

e


348

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

Ils sont fermes dans cette créance, mais ils ne trouvent nullement estrange que d’autres nations croyent autrement; mais comme ils observent inviolablement leurs coustumes et qu’ils font exactement ce qui s’en suit de leur croyance, ils trouvent mauvais que les autres ne vivent pas conformément à la leur, et croyent aussitost que ceux qui vivent ainsi ne croyent pas ce qu’ils disent-, et ainsi ils sont persuadez que la chasteté et la charité ne sont pas des vertus parmi les François, parce qu'ils ont ouy dire à ceux des leurs qui sont venus en France, qu’il y a des lieux publics de desbauche, et qu’il y a dans Paris des gens qui ont tant de pain qu’ils sont contraints de le mettre dans la rue, leurs maisons n’estant pas assez grandes pour le contenir, et y ayant d’autres gens qui ont tant d’habits que leurs maisons en regorgent jusques à la porte- ils refusent les uns du pain à ceux qui meurent de faim, et les autres des habits à ceux qui sont tout nuds. Un sauvage ayant ouy un sermon sur la charité, dit au missionnaire : « Pourquoi me presches-tu qu’il faut estre charitable, puisque je le suis déjà, et que tu ne l’es pas? » Toutes ces nations, quelque esloignées qu’elles soyent les unes des autres, quelque inconnues qu’elles soyent les unes aux autres, ont le mesme respect pour les morts, le mesme soin pour leurs funérailles, la mesme continence à l’esgard de leurs femmes, le mesme amour de leurs enfants, de leurs amis et de ceux de leur nation, la mesme manière de s’assembler et de faire la guerre, la mesme modération et les mesmes esgards les uns envers les autres, la mesme haine contre leurs ennemis, la mesme cruauté quand ils les ont pris en guerre, et la mesme patience à souffrir les plus horribles supplices quand ils sont pris. En sorte qu’on peut entendre de tous les pays et


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBE

DE

GALLINÉE

349

isles que j’ai désignez ce que je vais rapporter des Iroquois. Ils ne s’impatientent jamais dans les plus longues et les plus rudes fatigues-, ils ne se mettent jamais en colère, non pas mesme quand on les bat, car ils croyent qu’il est de leur honneur de souffrir comme s’ils ne souffraient pas, disant à ceux qui les battent : « Tu peux continuer, si tu veux; cela est bien, je te remercie ; tu peux m’achever, si tu le veux, etc., » sans qu’ils se vengent jamais pour leur intérest particulier de ceux avec qui ils n’ont point de guerre, à moins qu’ils n’ayent perdu la raison par quelque songe dans lequel il leur soit ordonné de se venger, car alors ils se le croyent permis. Si quelqu’un d’entre eux en tue un autre, ceux de la famille du meurtrier apaisent ceux de la famille du mort par des présents, et si le mort est d’un autre canton, ceux de la famille de ce canton dont la tribu porte le mesme nom que la tribu du meurtrier se joignent à cette famille pour apaiser la famille offensée, et leur querelle se termine ordinairement ainsi. Mais s’il arrive que ce meurtrier fasse un second crime de cette nature, les anciens s’assemblent, le condamnent à mort et députent un des guerriers présents pour l’aller tuer de telle ou telle manière. Le guerrier va trouver le criminel, et luy ayant dénoncé l’arrest de mort, le criminel y consent et l’autre fait l’exécution. Ils sont grands joueurs et perdent quelquefois en peu de temps tout ce qu’ils ont, c’est-à-dire quelquefois pour mille livres de castors, mais jamais ils ne disputent. Leur jeu est une espèce de rafle avec six boules mi-partie de deux couleurs. Les femmes ne disputent pas plus entre elles que les hommes. Ce sont elles qui font le labourage; jamais on ne les


350

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

entend contester sur les limites des terres de leur partage. Les hommes ny les femmes ne parlent jamais deux ensemble ; tous escoutent celuy qui parle, quand il parleroit durant une heure, et ils se contentent de dire de temps en temps: Tu dis bien, tu as raison, cela est vray, et telles autres choses, et ils prennent pour cela le temps qu’il reprend haleine, et ils donnent ces marques de consentement à tous les discours qu’ils estiment indifférents, soit qu’ils les croyent, soit qu’ils ne les croyent pas. Mais dans les rencontres importantes, ils contestent sans élever leurs voix et sans se fascher, et ils interrompent mesme dans ces occasions non par aucun empressement, mais pour voir ce qu’ils ont à respondre. Ainsi M. de Frontenac parlant un jour trop longtemps à quelques députez sur plusieurs matières sur lesquelles ils avoient à répondre, comme ils sentoient leur mémoire assez chargée, ils luy dirent : « Si tu continues à parler nous oublierons tout ce que tu nous as dit jusqu’à présent. » Ils se visitent fort les uns les autres, et celuy qui rend visite est receu avec toutes sortes de complaisances et de civilitez. On luy présente à manger ce qu’il y a de meilleur, et il est obligé d’y gouster. Après quoy il parle, s’il veut parler ; s’il veut dormir, il dort-, s’il veut fumer, il fume, et quand la fumée du tabac incommoderoit le maistre de la maison, il n’en donne aucun signe. Ils remarquent fort bien les défauts les uns des autres : par exemple, qu' un tel est avare ou qu’il est fanfaron, c’est-à-dire qu’il fait semblant d’estre plus brave qu’il ne l’est. Ils trouvent cela fort mesprisable, mais ils ne luy en font jamais raillerie ny reproche.


RÉCIT D’UN AMI DE L'ABBÉ DE GALLINÉE

351

Ils n’ont jamais leur porte fermée de manière qui empesche d’entrer chez eux tous ceux qui les veulent voir. Les plus considérez d’entre eux sont les plus pauvres. Plus un homme est honoré, plus il se pique de donner tout ce qu’il a. Il assemble ses voisins lorsqu’il revient de la chasse et leur distribue ce qu’il a pris. Cependant ils ne manquent jamais de rien, parce qu’ils se donnent continuellement les uns aux autres et qu’ils se piquent de donner plus qu’ils n’ont receu , mesme à ceux qu’ils sçavent leur donner par intérest. Ainsy... ayant veu un Sauvage couvert d’une très-belle veste de castor qu’il aurait bien voulu avoir, l’aborda et luy fit un présent. Ce Sauvage, qui n’avoit jamais veu ce Religieux, fut surpris et lui demanda pourquoy il luy faisoit ce présent-, l’autre lui respondit que c’estoit par amitié. Je te remercie, luy dit le Sauvage, puis cherchant en luy mesme ce qu’il pourrait luy donner, il demanda au premier qu’il rencontra si sa veste serait un présent honneste pour reconnoistre celuy qu’il venoit de recevoir, et il alla porter cette veste à ce Religieux. Les hommes n’ont point d’autre occupation que la chasse et la guerre ; les femmes labourent, sèment, font la cuisine, vont quérir du bois à la forest et portent les fardeaux quand elles accompagnent leurs marys à la guerre. Lès qu’une femme se sent grosse, elle se sépare de son mary, sans se séparer d’habitation, et de mesme durant tout le temps qu’elle allaite son enfant, c’est-à-dire durant deux ans. Pendant tout ce temps elle ne laisse pas de faire tout ce qu’il y a de laborieux, c’est-à-dire de labourer, d' aller au bois, etc. Les maris répudient leurs femmes quand ils veulent en changer, et les femmes répudient leurs maris, tout cela sans


352

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

dispute et souvent lorsque les femmes ne trouvent pas leurs maris assez chastes. Cette continence est observée dans les isles chaudes comme dans l’Amérique septentrionale. Ils aiment fort leurs enfants. M. de Frontenac leur en demandant quelques-uns, ils lui dirent : Tu t’imagines que nos femmes sont comme les Françoises, qui font comme le hérisson , qui se descharge de ses enfants en les appliquant à la séve d’un arbre aussitost qu’il les a mis au monde. Ils aiment à proportion ceux de leur nation, de leurs alliez, de leurs amis, et quand deux Sauvages ont fait profession d’amitié et que l’un d’eux est tué en guerre, le survivant n’a point de repos qu’il ne se soit fait tuer ou qu’il n’ait tué quelqu’un des ennemis. Quand on leur reproche la cruauté avec laquelle ils les traitent quand ils en sont absolument les maistres, ils disent que nous traiterions aussi cruellement nos ennemis si nous aimions autant nos parents. Ils n’entreprennent la guerre ny pour estendre leur domination, ny pour s’enrichir des dépouilles de leurs ennemis, ny pour faire des esclaves, ny pour manger de la chair humaine, mais par la seule passion de venger la mort ou les supplices que leurs parents ont soufferts, ou par la passion de faire valoir leur valeur en allant attaquer des nations inconnues. La guerre ne finit ordinairement que par l’entière destruction de l’un des deux partis. Ils ne combattent point rangez en bataille , mais sans aucun ordre , chacun s’attachant à son homme, si ce n’est lorsqu’ils veulent emporter une place de force : car on les a veus dans une de ces occasions, après avoir esté repoussez à coups de mousquet, revenir à la charge, pressez et en rang, couverts de madriers. Quelquefois ils


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

353

partent quatre ou cinq cents ensemble lorsqu’ils veulent emporter quelque village ou quelque fort, mais souvent ils vont en party vingt-cinq ou trente seulement, et quelque fois mesme un tout seul. On en a veu partir ainsi de chez eux pour aller couper la teste au premier venu d’une nation ennemie ou inconnue à 150 lieues du lieu de leur habitation, soit pour estre réputez braves, soit par despit contre quelqu’un de leur nation qui les aura soupçonnez d’être poltrons. Par exemple, un Iroquois alla tuer un homme et emmena une femme et un petit garçon prisonniers, laissant sa hache dans un endroit qu’il remarqua bien, et ce voyage servit de défi à celuy qui l’avoit soupçonné d’être poltron : car, quand il fut revenu, il dit à celuy qui l’avoit offensé par ce soupçon : « Je t’avois dit que je porterois une hache en lieu si dangereux que tu n’oserois l’aller requérir. Elle est à 150 lieues d’icy. Voilà deux prisonniers qui m’en sont tesmoins, va-t-en la requérir si tu l’oses. » Quelquefois les partis vont jusqu’à 50 journées de chez eux, c’est-à-dire plus de 500 lieues. On ne porte point d’espées en ce pays-là, tant parcequ’elles embarrassent à marcher dans les bois, que parcequ’elles sont inutiles contre les haches que l’on y porte, les Sauvages ayant la force de lancer ces haches à 30 pas, et tant d’adresse qu’ordinairement le fer de la hache se va planter dans la teste de celuy à qui ils ont à faire. Ils portent, outre cela, un arc et des flesches et un fusil. Avec ces armes, ils se nourrissent de chasse durant toute leur marche, excepté lorsqu’ils approchent des ennemis ; car alors ils marchent avec beaucoup de précaution, faisant le moins de bruit qu’ils peuvent et se contentant de vivre d’eau et d’une petite ration de 23


354

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

la farine qu’ils ont apportée de chez eux dans un petit sachet long et estroit qu’ils portent sur leurs espaules. Quand ils ont fait quelques prisonniers, ils les emmènent en toute diligence sans s’arrester presque ny jour ny nuit, et sans chercher de gibier, en telle sorte qu’ils sont quelque fois sept, huit et dix jours sans manger, faisant par jour 15 et 20 lieues. — Les prisonniers se laissent mener tant parce qu’il peut arriver qu’ils leur donnent la vie que parce qu’ils croient qu’un homme qui se feroit tuer de peur des supplices passerait pour un poltron dans le pays des âmes. Quand ils s’arrestent en quelque endroit, ils lient le prisonnier estendu sur le dos à quatre arbres ; l’un d’eux se couche sur le ventre du prisonnier, et quatre autres sur ses membres. Quand la nation des Hurons subsistoit et qu’ils faisoient des prisonniers, ils leur mettoient les jambes entre deux esclats d’un jeune arbre fendu par la moitié selon sa longueur. Les prisonniers dépendent absolument du chef de l’entreprise. Celuy qui a esté condamné à mort est mené au travers du peuple rangé en haye de la longueur d’un quart de lieue ou d’une demi-lieue, et à mesure qu’il passe, ceux qui se trouvent vis à vis de luy luy donnent quelques coups, soit en luy faisant des coustillades, ou en luy coupant quelque morceau de chair, ou en luy enfonçant des pointes. C’est mesme une chose fort ordinaire de faire deux coustillades aux deux costez d’un des tendons du poignet et ayant passé un bastonnet au-dessous du tendon, de faire plusieurs tours de ce bastonnet comme pour luy arracher le tendon. — Quand il a souffert tous ces maux on le ramène dans la case de son maistre, où il est mis sur un lieu élevé exposé en spectacle à tous ceux qui luy veulent dire des injures. Quelque fois le


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

355

maistre luy fait grâce, mais ordinairement on le mène, le lendemain, au milieu du village, dans une place où il y a un eschafaut tousjours dressé pour ces exécutions, et là on le brusle avec toutes sortes d’instruments ardents, ce qu’il souffre sans pleurer et sans crier, donnant mesme des expédients pour luy faire plus de douleur, afin de mieux marquer le mespris qu’il en fait. Toute cette exécution se fait sans bruit et sans aucune marque de fureur. Les spectateurs du supplice s’approchent, quand il leur plaist, pour brusler le patient, mais avec ordre et gravité, et sans cesser de fumer, luy appliquent des brandons de feu ou des fers de haches rouges. J’ai ouy dire à M. l’abbé de la Vergne qu’il a voit appris d’un missionnaire qu’un Sauvage ayant cerné la peau de la teste d’un de ces patients, depuis le front jusque par derrière, en suivant la racine des cheveux, et luy ayant arraché toute cette peau, la laissa aux pieds du patient. Un autre Sauvage s’estant approché à son tour et luy tenant un brandon de feu appliqué à une partie du corps, ce patient se baissa, ramassa la peau qu’on luy avoit arrachée de dessus la teste, et voyant le Sauvage qui le brusloit, attentif à ce qu’il faisoit, le coiffa de cette peau et se moqua de luy. Ils bruslent les femmes et les petits enfants comme les hommes. M. de la Salle a veu brusler une femme avec l’enfant qu’elle allaitoit. Elles crient quelque fois, mais elles ne pleurent point. Un prisonnier ne souffrant pas ses douleurs avec assez de constance au gré des Sauvages qui le faisoient souffrir, un Sauvage lui dit : « Je m’en vas le montrer comme il faut souffrir, » et s’estant fait lier la jambe avec celle du patient, se


356

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

fit donner un gros tison bien embrasé, et l’ayant mis comme un coin entre sa jambe et celle du patient, l’y souffrit sans donner le moindre signe de douleur jusques à ce que ce tison fust esteint par la graisse qui sortit de sa jambe ou de celle du prisonnier. Les patients affectent de ne donner aucun advis pour augmenter leurs douleurs, qui soit capable de haster leur mort. Un de ces prisonniers ayant dit à ceux qui le brusloient qu’ils n’y entendoient rien et qu’il falloit, pour le bien faire souffrir de la douleur comme il en avoit fait souffrir à tant d’autres de leurs parents, appliquer le fer d’une hache rouge sur le creux de l’estomac, mourut sur le champ au moment de cette application. Il passa pour poltron. Ils ne changent point de couleur quand ils entrent dans le combat, et tant que le combat dure ils sont à peu près autant de sangfroid que dans d’autres temps. Ils n’estiment point du tout la valeur des nations de l’Europe qu’ils connoissent, mais ils mesprisent beaucoup moins les François que les autres nations. Un Hollandois disoit à un Sauvage que les François estoient esclaves de leur Roy, mais que chacun des Hollandois estoit maistre dans la Hollande. « Si cela est, respondit le Sauvage, les esclaves valent mieux que les maistres. » Ceux qui sont venus en France et qui ont veu la maison du Roy en bataille, n'en ont pas fait grand cas. « C’est, disent-ils, comme des tourbillons de maringoins et de moustiques : quand je vais par les bois, une de ces mouches me pique au visage, j’y porte la main, une autre me pique à l’estomac, j’y porte l’autre main, mais il en vient une troisiesme dans le mesme temps qui me pique sur l’espaule, je n’ay que deux mains, je n’ay


RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

357

qu’à souffrir. Je les écraserais toutes séparément, mais la multitude m’accable. Il en est de mesme de vos descharges, vous estes dix contre un, je ne m’estonne pas que vous le perciez de coups ; vous combattez en foule, et le pis qui vous puisse arriver, c’est d’estre tuez d’un coup de mousquet; mais moy je vas à la guerre tout seul et bien loin démon pays, et quand je rencontre mon ennemy, il faut que je le tue ou que je meure, et si je suis pris on me brusle à petit feu. » Ils disent encore : « Quand vous autres François entrez au combat, vous changez de couleur, et tant que le combat dure vous faites comme si vous estiez ivres, et quand on vous brusle vous pleurez et criez. » Quand ils sentent qu’ils vont mourir, ils commencent à chanter leur chanson de mort et ne cessent point qu’ils ayent perdu connoissance. Quelque cruels que soient les supplices qu’ils se font souffrir entre eux, ils aiment encore mieux estre prisonniers les uns des autres que des François. « Il n’y a point de plaisir, disent-ils, à vous faire la guerre, car quand on est pris on est pendu, et alors il n’y a pas moyen de chanter sa chanson de mort. » Il y a quelques années que 400 Iroquois partirent pour aller destruire le village de Gandastogué. Deux Sauvages de ce village chassant dans la forest, sur la route des Iroquois, aperceurent de loin ce party, et l’un des deux dit à l’autre : « Va viste avertir nos frères que les ennemis arrivent icy pour y camper cette nuit et les surprendre, et que je demeure icy pour tascher de les arrester. » Après quoy, observant ce que les ennemis faisoient pour sçavoir ce qu’il a voit à faire, il aperceut le commandant qui s’avança assez loin devant les autres et qui monta sur un arbre pour l’esbranler, après avoir laissé son fusil au pied de


358

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

cet arbre. Ce Sauvage avoit un fusil, un arc, des flesches, un couteau, etc. Il couche en joue ce commandant et l’abat ; il court à luy et ayant cerné la chevelure, il l’arrache et la met à sa ceinture ; les ennemis croyent que leur commandant avoit tiré sur quelques bestes fauves, ils accourent, le trouvent mort, sans chevelure, et descouvrent ce Sauvage qui les attendoit. Ils luy crient de se rendre et de leur dire des nouvelles. Il refuse 1' un et 1' autre. Toute la troupe s’estend pour l’enfermer et un Iroquois ayant gagné le derrière, ce Sauvage, qui ne faisoit pas semblant de s’en apercevoir, se tourne tout-à-coup vers luy et le tue du fusil qu’il avoit pris au premier; il court sur celuy qu’il venoit de tuer et n’ayant pas le temps de lui couper la teste, il prend son fusil qui estoit chargé, le descharge sur un Iroquois qui le vouloit prendre en flanc et le blesse, après quoy il s’enfuit d’une grande vistesse, jetant en courant tout ce qui le pouvoit embarrasser et ne se réserve que son arc et une flesche. Le plus viste de la troupe des Iroquois se destache, et comme ce Sauvage s’aperçoit que l'Iroquois le pourroit joindre et qu’il estoit desjà près, il s’arreste tout court et lui perce la poitrine de la flesche qu’il avoit réservée, après quoy, jetant son arc, il s’enfonce dans le bois; la nuit survient et il s’eschappe. L’entreprise des Iroquois fut rompue par la valeur de ce Sauvage, car ils ne laissent pas leurs morts en terre estrangère. Ils les remportèrent donc chez eux, où ils arrivèrent criant qu’ils avoient rencontré un esprit ou quelque chose de plus qu’homme qui les avoit arrestez. Quand ils voyent quelqu’un malade parmy eux réduit à 1' agonie, ils font un grand bruit pour chasser, disent-ils, les esprits capables de luy nuire, et luy font continuellement avaler quelque chose, en sorte qu’ils l’estouffent à force de le vouloir secourir. Quand le malade est mort,


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

359

ils pleurent et font de grands cris, et après l’avoir paré de ce qu’il a de plus beau, ils le portent le long d’une allée de feuillage qu’ils font depuis sa maison jusque au lieu destiné pour enterrer tous les morts, et le mettent en terre assis sur des madriers disposez sur des tréteaux, ses armes rangées auprès de luy avec tout ce qui est nécessaire à la vie. La fosse est revestue aussi de madriers peints fort grossièrement de ses plus belles actions. Ils font sur cette fosse une espèce de voûte qu’ils couvrent de terre et ils couvrent cette terre de feuillages. Les parents et les amis du mort viennent là tous les jours se lamenter durant un an au bout duquel ils descouvrent le mort, essuyent la chancissure1 qui est sur son corps, renouvellent ses provisions, le recouvrent et font à peu près comme auparavant tant que le corps subsiste. Telles sont à peu près les mœurs de ces nations. Touchant leur origine, il y a beaucoup d’apparence qu’elles sont venues du nord par l’occident, car les parties occidentales de l’Amérique ont esté trouvées très-peuplées par les Espagnols, avec des villes et un gouvernement réglé. Tout ce continent d’ailleurs ne confine avec le nostre que par le nord. Thomas Gages dit que les Mexicains ont beaucoup des mœurs des Tartares, et les Iroquois racontent que dans leurs expéditions les plus esloignées vers le nord, ils ont fait des prisonniers qui, après avoir appris la langue Iroquoise, leur ont dit qu’il y avoit de ce costé-là une nation qui combattoit à cheval. La ressemblance de leurs mœurs et de leur extérieur, dans tout ce grand continent, donne lieu de croire qu’ils viennent d’un mesme endroit, et leur ressemblance avec les Chinois pourrait faire I. « Corruption qui vient sur la surface des choses humides, laquelle paroist en açon de barbe, » Dictionnaire d’Antoine Furetière, 1691.


360

RÉCIT

D’UN AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLIÉE

croire qu’ils viennent de ce costé-là; mais la diversité des langues fait soupçonner qu’ils viennent de diverses contrées, tant de la Chine que de cette grande estendue de terres qui est comprise sous le nom de Grande Tartarie. La langue des Algonquins a beaucoup de ressemblance avec celle des Chinois, par les terminaisons fréquentes en ing et en ang, et leur manière de vivre sans habitation fixe a beaucoup de rapport à celle des Tartares. Ces nations, au moins celles de l’Amérique septentrionale, content toutes leur histoire d une mesme manière. Elle est distinguée en temps héroïques, c’est-à-dire fabuleux, et en histoire que l' on peut croire véritable. Voicy en gros ce qu’ils disent de leurs temps héroïques : Il n’y avoit au commencement que le ciel qui fust peuplé d’hommes, et sous le ciel il n’y avoit qu’une grande estendue d’eau habitée de plusieurs poissons. Le maistre de la vie, nommé Tarum-ia-Ouagon, mescontent de sa femme, résolut de la punir, et s’estant couché près de la porte du ciel, qui estoit à l’endroit qui est présentement remply par le globe du soleil, ordonna à sa femme de luy apporter à manger. Il la fit mettre entre luy et cette porte, et comme elle estoit là, il allongea son pied et la poussa de manière qu’elle tomba et fut précipitée par ce trou. —Les poissons, qui la virent tomber, s’assemblèrent pour délibérer s’ils la brusleroient ou s’ils luy donneroient la vie, et ayant résolu de luy faire grâce, ils donnèrent à la tortue la commission de la recevoir. Durant ces délibérations la femme acheva de tomber, fut receue sur cette tortue, à laquelle plusieurs autres se joignirent, et, se lassant de n’avoir point d autre appuy que ce plancher flottant, souhaita que la Terre se fist, et elle fut faite. Après quoy un Esprit estant descendu


RRCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

361

du ciel avec trois flesches, luy en passa deux sur le corps. — Elle conceut deux enfants masles, dont l’un devint grand chasseur et fort aimé de la mère, et l’autre estant malheureux à la chasse et ne tuant que des bestes maigres, sa mère le mesprisa. Celuy-cy, s’affligeant de son malheur et perdant courage, l’Esprit, son père, le vint trouver et le consola en lui promettant de le rendre heureux à la chasse et de luy montrer de plus l’art de bastir et l’agriculture. En effet, il luy montra le parc où estoient renfermées les bestes grasses que son frère tuoit à la chasse et le conduisit sous les eaux, où il lui fit voir une maison bastie proprement et commodément. — Il lui donna de la graine de melons, du maïs, etc. — Il bastit donc à sa mère une maison sur ce modèle, luy fit manger des fruits et de fort bonne venaison, et commença à estre fort bien avec elle et à donner à son tour de la jalousie à son frère. — Je ne sçais comment ces frères peuplèrent le monde. M. de la Salle fut interrompu comme il me faisoit ce récit. Il me fit seulement comprendre que ce fut d’une manière qu’il est difficile d’exprimer honnestement. Un serpent d’une grosseur énorme ayant destruit tous les hommes qui estoient venus de ces premiers, l’un des deux , c’est-à-dire le favori de l’Esprit, ayant invoqué son père, cet Esprit luy donna la troisiesme des flesches qu’il avoit apportées à sa mère et luy montra comme il falloit s’en servir pour tuer ce serpent et ce qu’il devoit faire de ce serpent. Pour restablir le genre humain, il fit l’un et l’autre, et après diverses aventures, son frère, qui , estoit devenu errant parmi les bois, ayant esté changé en celuy cy fut changé en castor. — C’est de luy qu’est venue la nation des Iroquois, et c’est à cause de cela que les castors sçavent si bien bastir. C’est à peu près ce que j’ay ouy dire


362

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

de leur histoire fabuleuse, qu’ils content tous de la mesme manière, excepté quelques circonstances peu importantes. Par exemple, il y a des nations qui croyent que cette femme tombée fut receue par les castors et non par les tortues, mais le fond de la fable est le mesme partout. Ils comptent le temps de leur histoire véritable par transmigrations, c’est-à-dire par sept ans, car ils ne demeurent pas davantage en un mesme endroit. Ils comptent environ quatre-vingts transmigrations, c’est-à-dire de cinq à six cents ans. Ils se piquent de sçavoir ce qui leur est arrivé durant ce temps. Chaque nation sçait donc ses guerres, ses pertes, ses avantages, et ils en conservent la mémoire sans escriture, par deux moyens : l’un est de faire de certains colliers avec quelques marques pour désigner ce qui est arrivé de plus considérable durant un certain temps. Ils enferment ces colliers, qui leur servent de registres, dans un coffre. L’autre est de députer tous les ans les uns vers les autres les plus anciens de chaque canton pour réciter cette histoire en présence du canton assemblé et de la vérifier par les colliers, dont la jeunesse apprend la signification pour l’enseigner à ceux qui les doivent suivre et conserver ainsi de génération en génération la mémoire des événements les plus considérables. Je n’ay rien ouy dire en particulier de cette histoire, sinon que les Iroquois ont destruit depuis ans plus de cent mille hommes, composant plus de cinquante nations, et que la dernière qu’ils ont destruite entièrement est celle des Gandastogués, de laquelle estoit ce brave Sauvage dont j’ay dit l’aventure. On ne sçait ce que ce Sauvage devint. Toute sa nation fut entièrement destruite et ce qui eschappa à la mort emmené prisonnier chez les Iroquois, en 1677.


RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

363

Les premiers Missionnaires qui ont esté en ce pays-là sont des Récollects. Les Jésuites y furent ensuite et les Récollects leur présentèrent la moitié de leur maison. Les Jésuites les chassèrent ensuite de l’autre moitié, et ces pauvres Religieux ont eu assez de peine à se restablir, les Jésuites alléguant que les Récollects estoient trop pauvres pour faire quelques progrès parmi ces nations dans la prédication de l’Évangile. — Pour eux, ils ont donné à leurs affaires l’ordre nécessaire pour empescher qu’on ne leur pust jamais faire une pareille objection. Les Missionnaires de Saint-Sulpice y sont venus les derniers. Les Jésuites sont establis à Québec, où ils sont maistres absolus, l’Évesque estant leur créature et ne faisant rien que de concert avec eux. Les Récollects y sont aussi, mais avec peu de crédit. Les Missionnaires de Saint-Sulpice sont à Montréal, où ils font le mieux qu’ils peuvent. Il n’y a que des Récollects dans le fort de Frontenac. — Ces Religieux sont fort protégez partout par le Comte de Frontenac, Gouverneur du pays, et à cause de cela assez maltraitez par l’Évesque, parce que la doctrine de l’Évesque et des Jésuites est que les affaires de la Religion chrestienne n’iront pas bien dans ce pays-là tant que le Gouverneur ne sera pas la créature des Jésuites ou que l’Évesque ne sera pas Gouverneur. Les Jésuites regardent en ce pays-là encore plus qu’en France comme un ennemy de la Religion celuy qu’ils pensent ennemy de leur société, celuy qui ne tient pas d’eux tout ce qu’il est en ce pays-là. Quelque profession qu’ils y fassent d’être sujets du Roy et serviteurs du Pape, ils y font passer pour des crimes réservez à l’Évesque de certaines choses qui ne sont deffendues ny par


364

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

aucune loy ecclésiastique ny par aucune ordonnance du Roy, comme de vendre de l’eau de vie aux Sauvages ; ils refusent l’absolution à ceux qui ne veulent pas promettre de n’en plus vendre, et s’ils meurent en cet estat ils les privent de la sépulture ecclésiastique. — Au contraire, ils se permettent à eux mesmes, sans difficulté aucune, ce mesme trafic, quoyque toute sorte de trafic soit interdite à tous les Ecclésiastiques par les ordonnances du Roy et par une bulle expresse du Pape. — La bulle et les ordonnances sont notoires, et quoyqu’ils cachent le trafic qu’ils font d’eau de vie, M. de la Salle prétend qu’il ne l’est pas moins, qu’outre la notoriété il en a des preuves certaines, et qu’il les a surpris dans le trafic, et qu’ils luy ont tendu des piéges pour l’y surprendre. Voicy ce que je trouve, sur ce commerce, dans un mémoire qui m’a esté communiqué et qui fut fait lorsque M. Talon, intendant de Canada, revint en France : « Quoyque Sa Majesté ait permis cette année à toutes sortes de personnes le trafic d’eau de vie, néantmoins l’Évesque, qui est tout Jésuite, a dit hautement que le Roy ne pouvoit ni ne devoit donner cette permission, ce que M. Talon a ouy aussi bien que moy. Cet evesque se moque des ordres du Roy quand il n’ordonne pas ce que les Jésuites désirent. « Toutes les créatures des Jésuites ont de tout temps traité sous main l’eau de vie avec les Sauvages, quoyque le Roy ait fait défense d’en traiter, et eux mesmes en traitoient jour et nuit pour des pelleteries. D’où vient qu’ils ont chassé leur valet nommé Robert à cause qu’il révéla qu’ils en traitoient jour et nuit. Le Père Albanel, Jésuite, a traité au Cap pour 700 pistoles de peaux d’orignal et de castors ; luy mesme me l’a dit en 1667. — Il vend le pain, le vin, le bled, le lard, et


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

365

il tient magasin au Cap aussi bien que le frère Joseph à Québec. — Ce frère gagne 500 pour 100 sur tous les peuples. Ils ont basti leur collége en partie de leur traite et en partie d’emprunts. Ce collège couste 400,000 liv. — Ils ont un jardin de terre portée de 800 pas, et ce bastiment, qu’ils disoient estre pour l’Évesque, leur couste 400,000 liv. — A présent, on paye le 10 pour 100 pour dégager leur communauté des emprunts qu’elle a faits. » Pour tout autre trafic, ils s’en cachent si peu que M. le comte de Frontenac, gouverneur du pays, ayant fait des plaintes au Père Fremin, jésuite, sur le bruit qui couroit qu’ils faisoient des gains énormes dans le trafic, ce Père lui respondit par un billet que l’on a conservé, et dont j’aurois eu copie si je l’avois demandé : que c’estoit une calomnie que ce grand gain prétendu, puisque tout ce qui se passoit par ses mains ne pouvoit produire par an que 4,000 liv. de revenant bon, tous frais faits, sans comprendre les gages des domestiques, le tout, disant sans équivoque. D’autres n’ont pas été si ingénus, mais ils n’ont pas moins descouvert ce commerce. Le colonel Andros, Anglois, voulant avoir de quoy les en convaincre, escrivit au Père Brias, jésuite, qu’un vaisseau nommé ***, que tout le monde sçavoit estre party de France pour Canada, avoit esté pris par les Hollandois, et que luy, colonel Andros, offroit à la Société de la servir en cette rencontre, en faisant rendre par les Hollandois tout ce que les Jésuites auraient pu perdre dans cette prise-, que c’estoit donc à eux à voir s’ils y avoient quelque intérest et à luy donner une liste de tout ce qui leur appartenoit, afin qu'il leur pust rendre l’office qu’il leur offroit de bon cœur. Comme les Jésuites ont beaucoup d’habitudes parmi les Anglois de la Nou-


366

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBE

DE

GALLINÉE

velle-Angleterre, le Père Brias prit confiance à ce que luy mandoit le colonel, l’alla trouver et luy donna le mémoire qu’il demandoit ; mais quand le colonel eut ce mémoire, il dit au Père Brias : « Cela suffit, vous n’avez rien perdu, le vaisseau n’est point pris et vostre écrit me sert de preuve que vous faites le commerce que vous avez nié tant de fois. » On a cette facture des Jésuites du colonel Andros. Ils ont deux forts bastis sur les deux pointes de terre qui divisent la mer Douce ; l’un des deux s’appelle le fort de Sainte-Marie, et ce fort est la factorerie de tout ce qui vient du Nord, c’est à dire des Outaouas, des Nadouessioux, etc. L’autre s’appelle le fort de Missilimakinak, et ce fort est la factorerie de tout ce qui vient du Midi. Par ces deux forts, qui sont bien loin au delà de toutes les habitations, ils sont maistres absolus de tout le trafic des terres inconnues jusques à présent, dont le plus riche est celuy des Outaouas, où il y a beaucoup de castors. Ces forts sont commandez par des Jésuites qui font faire l’exercice aux soldats, qui pointent les canons et tirent fort bien un coup de fusil. On peut voir par leurs relations l’histoire de la mort des Pères Brébeuf, Garnier, etc., qu’ils traitent de martyrs. Ces Pères commandoient dans un fort dont on peut voir le nom dans leurs relations. — Les Iroquois emportèrent ce fort et tuèrent, selon leur coustume, tout ce qu’ils trouvèrent dedans, et les Jésuites comme les autres ; mais le Père Garnier tua trois Iroquois à coups de fusil avant que d’estre tué. Les Nadouessioux, ayant guerre contre d autres Sauvages, dont le nom m’est eschappé, les Jésuites s' entremirent de faire la paix, et le lieu de la conférence ayant este pris au fort Sainte-Marie, les Nadouessioux députèrent douze hommes et les autres en


RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

367

députèrent quarante. Durant la conférence, un de ces quarante, tenant un couteau à sa main, l’approcha de la poitrine d’un des Nadouessioux, à l’occasion de quoy cet homme ayant fait quelque mouvement qui marquoit de la surprise, celuy qui tenoit le couteau luy reprocha qu’il avoit peur. Le Nadouessioux dit qu’il n’avoit pas peur ; l’autre luy planta le couteau dans le sein et le tua ; aussitost tous ces Sauvages se meslèrent, les Nadouessioux se défendirent vaillamment ; mais le nombre les accablant, il y en eut neuf de tuez dans la meslée. — Alors les deux qui restoient, croyant qu’il estoit temps de penser à la retraite, se jetèrent dans la chapelle dont ils fermèrent la porte sur eux. Ils y trouvèrent toutes sortes de munitions de guerre et se mirent à tuer leurs ennemis à coups de fusil. Les ennemis, ne sachant que leur faire, voulurent mettre le feu à la chapelle ; mais les Jésuites ne le voulurent pas permettre, parce que tous leurs castors estoient entre le toit et le plancher de la chapelle. Dans cette extrémité, un frère jésuite nommé Louis le Boême s’avisa d’un expédient, qui fut de pointer un canon vers la porte de la chapelle, dont il brisa la porte, et tua ces deux pauvres Sauvages. Les Jésuites sont ainsi respandus partout où il y a trafic et ils y demeurent tant qu’il y a quelque chose à faire, et se retirent quand il n’y a plus que des Sauvages à catéchiser. Un Sauvage se présente un jour au conseil à Québec pour quelque affaire. Le Gouverneur luy demanda pourquoy il ne prioit plus Dieu,ce Sauvage respondit en regardant au ciel : « Soleil, je te prends à tesmoin, toy qui vois tout, qu’il ne tient pas à moy que je ne prie Dieu. Quand les Robes noires estoient parmi nous, je priois Dieu tant qu’elles vouloient, mais depuis qu’il


368

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

n’y a plus de castors, nous ne les voyons plus. « Le Gouverneur, qui n’entend pas la langue, demanda à quelques personnes ce que vouloit dire ce Sauvage, et ces gens faisant difficulté par discrétion d’expliquer cette response, M. Duchesneau, intendant de justice , fort dévoué aux Jésuites, crut que ces gens qu’il considéra comme estant du Gouverneur, qu’il regarde comme ennemy de ces Pères, ne refusoient d’interpréter que de peur de désobéir le Gouverneur, et croyant sur ce soupçon que la response du Sauvage estoit avantageuse à ces Pères, les obligea de s’expliquer en pleine assemblée. Ils ne souffrent aucuns autres missionnaires aux lieux où ils sont establis, et quoy qu’ils sçachent qu’il n’y a point d’Ecclésiastiques plus opposez que ceux de Saint-Sulpice le sont à ceux que l’on nomme Jansénistes, ils les traitent eux mesmes en ce pays-là de Jansénistes. M. l’abbé de Quélus, qui estoit de la communauté de Saint-Sulpice et qui a voit esté missionnaire en Canada, avoit le cœur si gros de toutes les injustices qu’ils luy avoient fait souffrir, quoy qu’il fust homme de qualité et d’une très-grande piété, qu’estant un jour entré en conversation avec M. Arnaud à l’occasion d’un petit pèlerinage que M. Arnaud alla faire au Mont-Valérien, où cet abbé s’estoit retiré, il luy en fit des plaintes, dans lesquelles il en dit tout autant que le Port-Royal en pourrait dire. M. Gallinée, que j’ay nommé au commencement de cette relation, quoy que trèsattaché à Saint-Sulpice et parconséquent peu favorable à ceux quel on appelle Jansénistes, m’en a parlé de la mesme manière. Comme M. Arnaud ne m’a rien dit qu’en général des plaintes de M. 1' abbé de Quélus, et que je ne me souviens pas des faits sur lesquels M. Gallinée appuyoit les siennes, je n’en diray rien davantage. L' Évesque les fait passer pour curez primitifs


RÉCIT D’UN AMI DE

L’ABBE

DE

GALLINÉE

369

quoyque cette qualité appartienne aux Récollects, et en cette qualité il leur donna séance dans le chœur de sa cathédrale, son grand vicaire tenant la première place après luy alternativement avec le plus ancien des Jésuites, en sorte que si aujourd’huy par exemple son grand vicaire a la première place, il n’aura demain que la seconde et le premier des Jésuites aura la première, et tout le reste du chœur change de mesme. Non-seulement l’Évesque ne donne de mission que de concert avec eux dans les lieux où ils sont establis, mais il leur envoyé ceux qui demandent mission pour ces lieux-là, et les oblige de prendre d’eux immédiatement la mission qu’ils y demandent. C’est ainsi qu’il traita M. Gallinée. Cet Évesque estoit autre fois Supérieur de la maison des Bagotistes du fauxbourg Saint-Jacques, estroitement unie avec la confrérie de l’Hermitage de Caën pour l’extirpation des Jansénistes et pour toutes les œuvres fortes qu’ils jugeoient à propos de faire contre ceux qu’ils appeloient de ce nom. C’estoit un pauvre gentilhomme de la maison de Laval, qui a beaucoup de piété à leur manière, sans vices grossiers, et l’extérieur fort composé. Ils l’ont fait Évesque de Canada et ont si bien fait qu’il a quarante mille livres de rente, tant en pensions du Roy qu’en plusieurs bénéfices simples en France et quelques fermes en Canada, sans compter les dixmes qu’il recueille seul dans toute la Nouvelle-France, faisant desservir toutes les cures par des vicaires amovibles à qui il donne le moins qu’il peut, et qu’il entretient en très-petit nombre et à de grandes distances l’un de l’autre, en sorte qu’il est impossible qu’il ne meure beaucoup de gens sans aucun secours spirituel. On fait outre cela chez luy marchandise ouverte, et l’on y vend jusques à de la viande et des sabots, en sorte qu'il est très-riche et 24


370

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

qu’il fait bastir, sur une hauteur qui commande Québec, un palais qui reviendra à quatre ou cinq cent mille livres. Il y a dans Québec une congrégation de femmes et de filles qu’ils appellent la Sainte-Famille, dans laquelle on fait vœu sur les saints Évangiles de dire tout ce qu’on sçait de bien et de mal des personnes qu’on connoist. La Supérieure de cette compagnie s’appelle M Bourdon, une Mlle d’Ailleboust est, je crois, l’assistante, et une Mme Charron la trésorière. La compagnie s’assemble tous les jeudys dans la cathédrale à porte fermée, et là elles se disent les unes aux autres tout ce qu’elles ont appris. C’est une espèce d’inquisition contre toutes les personnes qui ne sont pas unies avec les Jésuites. Ces personnes sont accusées de tenir secret ce qu’elles apprennent de mal des personnes de leur party, et de n’avoir pas la mesme me

discrétion pour les autres. Ils ont pour maxime de ne jamais donner l’absolution à une personne qui se sera servie d’un confesseur extraordinaire, à moins qu’elle ne répète la confession qu’elle a faite a un autre. Cela est arrivé vingt fois à M. de la Tesserie, gentilhomme, demeurant à Québec. Ils confessent la pluspart des personnes par force, au milieu des champs, dans les rues, dans les maisons, sans autre cérémonie que de leur dire : Mettez-vous là, je vous confesseray, et un ecclésiastique a tesmoigné qu’il fut obligé de confesser toutes les religieuses en cachette, à l’occasion d’un jubilé, et que quoyque de trois mois en trois mois on leur doive donner des confesseurs extraordinaires , jamais elles n’en peuvent avoir. Ils ne veulent pas recevoir à confession aucune personne qui ne leur dise son nom ny aucun domestique qui ne leur dise le nom de son maistre. Ils font nommer le complice du crime


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

371

et raconter toutes les circonstances dans le plus grand destail. — Le Père Chastelain n’y manque jamais. Cela se pratiquoit autrefois et mesme dans les meilleurs temps de l’Église, comme l’on voit par l’histoire de Nectarius, Patriarche de Constantinople avant saint Jean Chrysostôme ; mais on ne se confessoit alors qu’à l’Évesque ou à son Pénitencier, et il n’y en avoit qu’un seul dans toute la ville de Constantinople, et cela ne se pratiquoit alors que pour donner à l’Évesque une profonde connoissance de tous les maux de son peuple et luy donner l’occasion d’y porter le remède. — Si les Jésuites veulent restablir en cela l’ancienne discipline dans toute sa rigueur, pourquoy jettent-ils de si grands cris contre ceux qui taschent d’en establir quelques circonstances essentielles avec toutes les modifications nécessaires pour ne pas troubler les consciences des personnes qui n’ont pas assez de forces pour se soumettre à la rigueur de l’ancienne pénitence, et pourquoy ne le pratiquent-ils pas en France ? Les Pères preschent impunément contre ceux qui leur déplaisent. M. de la Salle m’en a conté des traits horribles, dont je ne me souviens pas assez; mais voicy ce que je trouve dans un mémoire qui m’a esté communiqué et qui fut fait au temps que M. de Courcelles, gouverneur, et M. Talon, intendant, revinrent en France. — Ce gouverneur et cet intendant estoient fort haïs des Jésuites. — Je ne connois point le gouverneur, mais je sçais que l’intendant est parfaitement homme d’honneur, et qu’il parla si franchement à son retour qu’on luy fit entendre à la Cour que l’on n’en vouloit pas tant sçavoir. Le Père Bardy prescha à Québec, le 12 mars, d’une manière à faire révolter toute la ville contre MM. de Courcelles, gouverneur, et Talon, intendant, les faisant passer en chaire pour


372

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

les perturbateurs du pays, parce qu’ils exécutoient les ordres du Roy. Le Père Albanel a presché aux Trois-Rivières que les prestres que M. l’abbé de Quélus et M. de Bretonvilliers avoient envoyez estoient des Jansénistes et des prestres de l’Antéchrist , et dans un autre sermon fait au mesme lieu, que tous les prestres séculiers estoient des ivrognes et qu’ils desbauchoient toutes les femmes. Il est aisé de voir que de tels apostres ne font pas de grands miracles et ne convertissent pas beaucoup d’infidèles. — Les Recollects ny Messieurs de Saint-Sulpice, quoyque désintéressez, n’en convertissent guères davantage, mais ils en baptisent beaucoup moins, parce qu’ils demandent de plus grandes préparations au baptesme et qu’ils n’ont pas tant de quoy donner aux Sauvages ; car il faut sçavoir que ces nations n’ont aucune aversion du Christianisme, en sorte qu’ils ne s’aviseront jamais de le faire renoncer à leurs prisonniers, et qu’au contraire, ils exigent d’eux qu’ils fassent ce qu’ils doivent faire selon la religion Chrestienne. Ils les font mettre à genoux, prier Dieu, etc., mais ils tiennent en mesme temps cette religion, qu’ils ne haïssent point, pour indifférente. Ils en entendent tranquillement toute l’histoire, ils en pratiquent exactement les cérémonies, mais ils ne peuvent se résoudre a la morale ; ils ne veulent point pardonner à leurs ennemis ; ils veulent aller en guerre contre des inconnus pour satisfaire leur vanité, en faisant des prisonniers et massacrant des hommes:, ils veulent quitter leurs femmes quand il leur plaist. Quand on leur raconte la Création du monde, le Pesché du premier homme, la réparation de ce pesché par l’Incarnation, la vie et la mort de Notre-Seigneur, ils lèvent les yeux au


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

373

ciel, ils disent de temps en temps : « Tu dis bien, cela est vray, » et n’interrompent jamais; mais après cela ils disent froidement à un Missionnaire : « Tu nous as dit comment ta terre a esté faite, je m’en vas te dire comment la nostre l’a esté, » et sur cela ils enfilent cette histoire fabuleuse dont j’ay parlé. — Si, par exemple, on leur fait quelque objection, si on leur demande comment se peut faire que les poissons ayent délibéré sur la question de savoir s’ils donneraient la vie à cette femme ou s’ils la brusleroient, puisqu’il n’y avoit alors que de l’eau, ils disent : « C’est la merveille. « Ils ne cherchent point d’autre response et continuent leur histoire. —Si on insiste, ils disent : « Tu te fasches et tu veux disputer, » et vous quittent là. — Si on pense les effrayer par les menaces des supplices de l’autre vie, ils disent : « Je ne me fasche pas, pourquoy le maistre de la vie se fascheroit-il, il ne peut me faire que du bien. » — Si l’on soustient que Dieu punit ceux qui ne croyent pas en luy et en Jésus-Christ, et qu’il les fera brusler, ils diront : « A ce compte-là, mon père brusle et mon grand père aussi. » Et quand on leur dit que cela est vray, « Eh bien! disent-ils, je bruslerai aussi avec eux, s’il le taut, car je n’ay pas moins de courage qu’eux. » Si donc l’on se contente du premier acte de la comédie, c’est-à-dire de leur dire tout ce qu’on veut, et si l’on prend leur silence et les marques extérieures d’approbation pour un consentement, rien n’est plus aisé que d’en faire des Chrestiens en cette manière, et mesme si on leur demande de l’assiduité à l’église, de l’exactitude dans les cérémonies, pourveu qu’on ait quelque chose à leur donner, ils ne manquent à rien, ils chantent mesme à l’église avec les prestres; mais passé cela, il n’y a rien à faire avec eux. Or, les Jésuites se contentent de cela et de quelque chose de moins. M. de la


374

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

Salle a veu un Jésuite vouloir baptiser une femme agonisante qui refusoit le baptesme de peur d’aller en Paradis, parce qu’ayant demandé s’il y avoit des Chrestiens, comme on luy eut respondu qu’il y en avoit, elle respondit : « Je ne veux pas y aller, parce que les Chrestiens délibéreroient à mon arrivée s’ils me donneraient la vie ou s’ils me brusleroient. » Et lorsque M. de la Salle s’opposa à ce baptesme, le Jésuite lui dit qu’il falloit passer par-dessus les règles pour faire entrer les infidèles dans l’Église, se servant pour cela de ce passage d’une des oraisons de l’Église : Compelle intrare. — De là vient qu’ils en baptisent une grande multitude, tandis que les autres Missionnaires paraissent comme des gens inutiles. — Il ne faut donc pas s’estonner de tout ce qu’ils ont dit dans ces Relations qu’ils imprimoient tous les ans et qui leur ont esté depuis peu défendues, parce qu’on a sceu que la pluspart des merveilles qu’ils y racontoient sont fausses. — M. de la Salle m’a assuré qu’un Sauvage du nom duquel ces Relations sont remplies comme de celuy d’un saint estoit mort ivre, et pour me faire comprendre combien leurs nouveaux Chrestiens sont peu instruits, il m’a dit qu’un Sauvage s’estant laissé baptiser pour avoir un fusil, et le fusil s’estant crevé entre ses mains, ce pauvre homme vint retrouver le Jésuite, et luy dit : « Robe noire, je me veux sauver; tu ne m’avois pas assez baptisé, car mon fusil s’est crevé entre mes mains. Rebaptise moy plus fort, et m’en donne un autre. » Quelque chose qui arrive de ces baptesmes précipitez, les présents qu' on leur fait ne sont jamais perdus en ce monde pour ceux qui les font, car ils rendent toujours plus qu’on ne leur donne. Il y a parmi les Jésuites de ce pays-là un Père, du nom du-


RECIT D’UN AMI DE L'ABBÉ DE GALLINÉE

375

quel je ne me souviens plus, qui fait de bonne foy tout ce qu’il peut, sans aucun intérest, pour les convertir; mais comme ils n’envoyent pas là les plus savants de leur Compagnie, et que ce bonhomme n’est pas un saint à faire des miracles, il n’avance pas plus que les autres. Il fit un jour dresser un eschafaut au milieu de la place d’un de leurs villages et se résolut de faire sur cet eschafaut une amende honorable à Dieu sur la dureté de ces peuples; il prit jour pour cela, et le donna aux Sauvages qui, considérant cette action comme un spectacle, s’y trouvèrent tous. Alors le Jésuite parut une corde au col, une discipline à la main et les espaules nues, il monta sur le théâtre et, après avoir parlé quelque temps, il commença à se donner la discipline fort rudement. Les Sauvages tournèrent le dos et s’en allèrent chacun de leur costé, disant : « Voilà un meschant homme de se battre luy-mesme. » Cette invention n’ayant pas réussi, considérant que les Sauvages aiment fort l’honneur et qu’ils aiment aussi à fumer, il inventa une confrairie meslée de chevalerie, qu’il nomma la confrairie du Calumet ; il les fit donc assembler et les ayant preschez, il leur fit voir des colliers qu’il avoit préparez pour mette au col de ceux qui se voudraient enroller dans sa confrairie, leur faisant entendre que ce collier les distingueroit et leur serviroit de lettres de noblesse à la Françoise, et il avoit attaché à chaque collier, pour médaille, un louis d’or. Il y en eut beaucoup qui s’enrollèrent, et la cérémonie fut de leur donner à chacun une pipe bénite et du tabac bénit. Ils fumèrent, s’estant mis en rond dans le milieu de l’assemblée et je ne sçais si le Jésuite ne fuma pas aussi. Quoy qu’il en soit les Sauvages estant entrez en quelque deffiance des prérogatives du collier, après s’en estre parez quelque temps dans leurs


376

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

villages, s’en informèrent à quelques François qui leur dirent ce que c’estoit, et depuis ce temps là les Sauvages n’en ont fait non plus de cas que d’un louis d’or. Les Jésuites observent dans ce pays-là de se donner des noms magnifiques, comme : Celuy qui est descendu du ciel, le fils du Soleil, etc., et ils se font passer pour maistres de la terre. Les Sauvages les ont regardez au commencement avec admiration, à cause des arts qu’ils leur ont portez, et quoy qu’ils eussent leur avarice en aversion, et qu’ils ne les estimassent pas estre des hommes à cause qu’ils leur vendoient trop cher leurs marchandises, ils les estimoient au moins des esprits et croyoient qu’il n’y avoit rien sur la terre de si puissant qu’eux. Ils commencent à les connoistre et s’aperçoivent qu’il y a d’autres gens qui ont autant d’esprit, avec qui l’on peut traiter à meilleur compte et qui ne dépendent point de ces Pères ; et ce qu’il y a de fascheux est qu’ils mettent dans ce nombre les Anglois et les Hollandois.

HISTOIRE DE M. DE LA SALLE

Il partit de France à 21 ou 22 ans, assez instruit des dernières relations du Nouveau-Monde, et dans le dessein d’y tenter quelques nouvelles descouvertes. Après avoir esté quelque tems en Canada, avoir pris quelque connoissance des langues et voyagé vers le nord où il ne trouva rien qui l’attachast, il se résolut de tourner vers le sud, et s’estant avancé pour cet effet jusqu’à une habitation de Sauvages où il y avoit


RÉCIT

D'UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

377

un Jésuite dont le nom m’est eschappé (je ne sçais si ce n’est pas le Père Albanel), et où il espérait trouver des guides, ce Jésuite, ayant eu avis de sa venue et de son dessein, s’en alla bien loin, et quoyque les Sauvages de cette habitation,comme presque tous ceux de ce continent, n’ayent par eux-mesmes aucune répugnance à servir de guides, il n’en put jamais trouver un seul qui voulust luy rendre cet office. Il fallut donc demeurer là quelque tems, durant lequel ayant persuadé à ceux qui l’accompagnoient de tenter quelque fortune, espérant trouver quelques Sauvages qui le guideraient, il alla plus loin, trouva ce qu’il cherchoit, et M. Gallinée, qui estoit avec luy et qui n’estoit allé en Canada que pour catéchiser les Sauvages, croyant rendre plus de service dans les lieux ou il y avoit des Jésuites, quoy qu’il fust d’ailleurs attaché à MM. de Saint-Sulpice, se résolut d’aller aux Outaouas, qui est une nation septentrionale, au-dessus de la mer Douce, qui fait un grand trafic de castors. Cet Ecclésiastique avoit demandé mission à M. l’Évesque de Canada, et cet Évesque l’avoit renvoyé aux Jésuites pour prendre mission d’eux. M. Gallinée, surpris de ce renvoy, luy dit qu’il ne pouvoit prendre mission des Jésuites, quand ce ne serait que parce qu’il estoit licencié de Sorbonne, où on ne luy pardonnerait jamais une démarche si extraordinaire; mais il ne put rien obtenir de l’Évesque. Il ne laissa pourtant pas de partir, ne se pouvant persuader que ces Pères voulussent l’empescher au moins de baptiser, luy qui estoit diacre.Il quitta donc dans cette espérance M. de la Salle, qui pensoit tout autrement que luy, et qui l’assura qu’il n’y serait pas longtemps; et en effet, les Jésuites le remercièrent et le congédièrent promptement. Cependant M. de la Salle continua son chemin sur une rivière qui va de


378

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

l’est à l’ouest et passe à Onontagué, puis à six ou sept lieues au-dessous du lac Érié, et estant parvenu jusqu’au 280 ou 83 degré de longitude, et jusqu’au 41 degré de latitude, trouva un sault qui tombe vers l’ouest dans un pays bas, marécageux, tout couvert de vieilles souches dont il y en a quelques unes qui sont encore sur pied. Il fut donc contraint de prendre terre, et suivant une hauteur qui le pouvoit mener loin, il trouva quelques Sauvages qui luy dirent que, fort loin de là, le mesme fleuve qui se perdoit dans cette terre basse et vaste se réunissoit en un seul lit. Il continua donc son chemin, mais comme la fatigue estoit grande, 23 ou 24 hommes qu’il avoit menez jusques là le quittèrent tous en une nuit,regagnèrent le fleuve et se sauvèrent les uns à la Nouvelle-Hollande, les autres à la Nouvelle-Angleterre. Il se vit donc seul à 400 lieues de chez luy, où il ne laissa pas de revenir remontant la rivière et vivant e

e

de chasse, d’herbes et ce que luy donnèrent les Sauvages qu’il rencontra en son chemin. A quelque temps de là il fit une seconde tentative sur la mesme rivière, qu’il quitta au-dessous du lac Erié, faisant un portage de six ou sept lieues pour s’embarquer sur ce lac, qu’il traversa vers le Nord, remonta la rivière qui produit ce lac, passa le lac d’Eau Salée, entra dans la Mer Douce, doubla la pointe de terre qui sépare cette mer en deux, et, descendant du nord au sud, laissant à l’ouest la baye des Puants, reconnut une baye incomparablement plus large, au fond de laquelle, vers l’ouest, il trouva un très-beau havre, et au fond de ce havre un fleuve qui va de l’est à l’ouest. Il suivit ce fleuve, et, estant parvenu jusqu’environ le 280 degré de longitude et le 39e de latitude, trouva un autre fleuve qui, se joignant au premier, couloit du nord-ouest au e


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

379

GALLINÉE

sud-est. Il suivit ce fleuve jusqu’au 36 degré de latitude, où il trouva à propos de s’arrester, se contentant de l’espérance presque certaine de pouvoir passer un jour, en suivant le cours de ce fleuve, jusqu’au golfe de Mexique, et n’osant pas, avec le peu de monde qu’il avoit, hasarder une entreprise dans le cours de laquelle il auroit pu rencontrer quelque obstacle invincible aux forces qu’il avoit . Il y a trois ans qu’il vint en France. Le Conseil estoit averti de l’importance d’un fort que le comte de Frontenac, gouverneur du pays pour le Roy, avoit fait bastir à l’entrée et sur le bord septentrional du lac Ontario, tant pour tenir en bride les Sauvages Iroquois qui habitent tout autour de ce lac que pour ne pas laisser les Jésuites seuls maistres du trafic. Le Roy trouva donc plus à propos d’establir M. de la Salle et les Récollects que les Jésuites dans ce fort. Mais M. de la Salle ne laissa pas d’aller son chemin, se tenant toutesfois sur ses gardes, et bien résolu de ne leur donner aucune prise sur luy. A son arrivée à Québec, le fermier des droits du Roy , qui est un des plus riches hommes de ce lieu, et très-attaché aux e

1

2

1. Extrait d’une lettre de Madeleine Cavelier, Dame Leforestier, nièce de Cavelier de la Salle : « Ce 21 janvier 1756. « Ausytot, Monsieur, vostreletre rescue, jay cherché une ocasion sure pour vous anvoyé les papiés de M. de La Salle. Il y a des cartes que j’ay jointe à ces papiés qui doive servir à prouvé que, en 1675, M. de La Salle avet déjà fait deux voyage en ces decouverte, puisqu’il y avet une carte que je vous envoyé, par la quelle il est fait mantion de l’androit au quel M. de La Salle aborda près le fleuve Misipi (Mississipi), un autre androit quil nomme le fleuve Cobrer (Colbert), en un autre, il prans possession de ce pais au nom du Roy et fait planter une crois, en autre endroit qu’il nomme Frontenac, le fleuve Saint Lorans à un autre androit. — Vous verrés dans ces pieses la revue que l’on fit dans le fort qu’il avet bâty en piere qui aitet en bois. Vous y trouveres la quitance de M. Duchesneau pour intendans de 9,000 liv. que M. de La Salle luy a payé pour indemniser ceux qui avoit fait ce for de bois. » 2. Bazire.


380

RÉCIT

D'UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

Jésuites, l'estant venu complimenter, luy fit offre de sa maison durant le séjour qu’il auroit à faire en ce lieu. M. de la Salle en fut fort surpris, et ces offres s’estant changées tout à coup en instances très-pressantes, il se trouva comme forcé de les accepter pour ne pas désobliger cet homme. Il fut receu chez luy d’une manière digne de ces premières avances, et la femme de ce fermier seconda si bien son mari que M. de la Salle ne pouvoit assez admirer une amitié si soudaine. Cette femme estoit belle et dévote des Jésuites, et l’une des principales de la Sainte Famille. Elle commença d’abord à vivre avec M. de la Salle avec une familiarité apparemment cordiale, mais honneste, que M. de la Salle receut d’une manière respectueuse, ayant tousjours au fond du cœur quelque deffiance de toutes ces amitiés. Cette familiarité devint un peu plus empressée, et enfin il luy parut que cette créature vouloit exciter de la passion, en faisant semblant d’en avoir. Il affectoit d’autant plus de retenue, et ne creut pas devoir se retirer de cette maison voyant son départ très-prochain ; mais cette femme, qui avoit son dessein formé, ne voulant pas le laisser partir sans l’avoir exécuté, prit l’occasion d’une visite de civilité, qu’il lui rendit dans sa chambre un dimanche avant la messe, où, après avoir fait tout ce qu’elle put pour porter ce gentilhomme à luy faire quelques avances, et, désespérant d’en venir à bout, parce qu’il faisoit semblant de ne rien entendre, elle lui prit la main et la porta sur son sein. Ce gentilhomme, surpris de cette effronterie, ne voyant que trop qu’il falloit fuir ou succomber, tourna la chose en raillerie, et, tranchant la conversation en un mot, se retira sans luy donner le temps de se reconnoistre. — Il aperceut, en passant, le fermier dans un


RÉCIT D'UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

381

cabinet et tout proche. Cette femme alla de ce pas à l’Église et communia sans s’estre confessée. Cette affaire précipita son départ, car il ne voulut pas scandaliser cette maison. Il n’est pas absolument impossible que cette femme n’eust conceu une passion véritable pour luy ; mais il est beaucoup plus probable que, croyant ce gentilhomme aussi déréglé que le sont la plupart des gens de sa profession et de son âge, le mari et la femme de concert luy voulurent donner une occasion de paroistre tel qu’ils le croyoient et le perdre ensuite de réputation pour la plus grande gloire de Dieu et l’intérest de leurs amis, qui peutestre n’en sçavoient rien. Il me semble que c’est le tour le plus favorable qu’on puisse donner à cette action. Vers ce mesme temps, un habitant de Québec vint en France dire à l’aisné de M. de la Salle que ce gentilhomme avoit corrompu dans Québec une femme qu’il luy nomma, que l’Évesque ne la lui avoit pu faire quitter, et qu’il l’avoit emmenée en son fort avec luy d’une manière très-scandaleuse. Ce frère aisné 1 est un ecclésiastique de grande piété, de qui M. de la Salle tiroit de grands secours de crédit et d’argent pour ses affaires de Canada. Cette nouvelle le mit dans une étrange inquiétude, sur laquelle il ne trouva pas d’autre expédient que celuy d’aller sur le lieu, soit pour retirer son frère de cette desbauche prétendue, soit pour s’assurer de son innocence et continuer sans scrupule à luy donner les mesmes secours. — Il partit donc, et, n’ayant trouvé personne à Québec qui sceust aucune nouvelle de cette desbauche imaginaire, il passa jusques au fort 1. L’abbé Jean Cavelier, né à Rouen et baptisé le 27 octobre 1636, sur la paroisse Saint-Hebland.


382

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

de Frontenac pour s’assurer entièrement sur ce qui lui pouvoit rester de doute, et il n’y trouva qu’une famille bien réglée, des instructions fréquentes et son frère fort assidu à tous ses exercices, pour donner exemple à toute sa famille. Le meilleur expédient pour traverser l’establissement de M. de la Salle estoit d’incommoder le trafic que pouvoient faire les gens qui s’engageoient avec luy. — Les Jésuites s’attachèrent à cet expédient, et ils firent tant qu’ils obtinrent du Conseil, sous différents prétextes, une défense générale à tous les François de porter aucune marchandise aux habitations des Sauvages et de les aller chercher pour trafiquer avec eux. Cette défense n’empeschoit pas les Missionnaires d’aller chercher les Sauvages pour les catéchiser. Les Récollects ni les Missionnaires de Saint-Sulpice ne font point de trafic. Les Jésuites d’ailleurs ne souffrent point de ces Missionnaires aux lieux où leur Société est establie, et comme ils sont maistres de deux pointes de terre qui coupent la Mer Douce, ils espéroient demeurer par cette défense maistres du trafic des nations les plus esloignées. M. de la Salle éluda cet artifice en attirant auprès du fort de Frontenac une partie de la nation des Iroquois. Ils bastirent un village sous son fort, plusieurs familles de François bastirent un autre village de l’autre costé de son fort. Ainsi, les Sauvages l'estant venus chercher, il attira chez luy le commerce sans désobéir à la défense de les aller chercher. Cet expédient incommodoit les Jésuites, surtout ceux de la prairie de la Madeleine, et ils commencèrent à chercher d’autres moyens de traverser l'establissement de M. de la Salle. Comme le fort de Frontenac est assez proche de la NouvelleHollande, avec qui nous avons guerre, et où les Jésuites de ce


RÉCIT D’UN AMI DE L'ABBÉ DE GALLINÉE

383

pays ont de grandes liaisons, et que d’ailleurs le fort de Frontenac est au milieu de la nation Iroquoise, dont quelques cantons ont beaucoup de commerce avec les Jésuites de la prairie de la Madeleine, M. de la Salle creut qu’il estoit important de mettre son fort hors d’insulte. Ce n'estoit qu’un fortin de terre, il le traça régulièrement et le fit revestir de pierres de taille, se servant pour cela des Iroquois voisins dont il est extrêmement aimé. Il se respandit aussitost dans la prairie de la Magdeleine un bruit que les François vouloient faire la guerre aux Iroquois, et ce bruit se respandit incontinent dans tous les cinq cantons de cette nation, et surtout dans celuy de Sonnontouan. Pour authoriser ce bruit, les Jésuites firent disparoître quelques Iroquois, et, les tenant cachez, publièrent que les Loups ou Socoquis, qui sont une nation de Sauvages plus voisine de Québec, avoient tué ces mesmes hommes qu’ils cachoient. Ils semèrent sourdement que M. de la Salle ne rebastissoit son fort que pour se mettre en estat de faire impunément la guerre à toute la nation, et l’on trouva mesme dans le pays des Socoquis des arbres marquez en la manière que les Iroquois ont coutume de faire quand ils veulent se vanter d’avoir tué quelques-uns de leurs ennemis. Tandis que ces bruits couroient parmi les Iroquois, on faisoit courir à Québec le bruit que les Iroquois se préparoient à faire la guerre. Le Père Cholenec vint trouver M. de Frontenac, comme député de la Compagnie, pour l’exciter à prévenir les Iroquois, et M. du Chesneau, intendant du pays, qui luy avoit refusé deux mille francs pour rendre sa maison habitable, lui vint offrir quarante mille francs pour commencer cette guerre. Comme cet intendant est créature des Jésuites,


384

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

M. le Gouverneur se défia de ses offres et craignit que ce bruit ne fust un piège pour l’engager à une despense inutile, contre la défense expresse que M. Colbert avait faite de la part du Roy. Le Frère Boquet, Jésuite, arriva vers ce temps à Québec, disant qu’il s’estoit sauvé par les bois et que tout estoit perdu si M. le comte de Frontenac ne se mettoit promptement en campagne. Cependant ce Gouverneur, n’entendant point de nouvelles de M. de la Salle, crut plus que jamais que ce bruit n’estoit qu’un artifice, et envoya Barrois, son secrétaire, exprés au fort de Frontenac pour s’informer de l’estat des choses. Ce secrétaire trouva M. de la Salle occupé à faire cesser le bruit de la guerre, représentant aux Sauvages qu’il ne bastissoit ce fort de pierres de taille que pour se mettre à couvert du costé de la Nouvelle-Hollande, avec laquelle le Roy estoit en guerre ; qu’ils devoient se fier à luy puisqu’il se fioit à eux et qu’il se serait gardé de laisser faire une habitation de François hors de son fort s’il avoit eu dessein de faire la guerre aux Iroquois. Les Jésuites faisoient de leur costé ce qui leur estoit possible pour fomenter le bruit de la guerre, et le Père Perron, Jésuite, alla jusques à mettre sur l’autel où il disoit la messe en présence de quelques Iroquois, une espèce de hallebarde qu’il avoit faite avec un gond d’une grosse porte emmanche d’une hampe; il leur fit voit plusieurs canons de mousquets qu’il avoit affustez sur une pièce de bois comme des tuyaux d’orgue pour y mettre le feu avec une corde d’amorce et leur fit voir un pistolet de poche qu’il portoit toujours sur luy et qu’il appeloit son coup de poing.


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

385

Tandis que les Jésuites publioient à Québec que les Iroquois vouloient faire la guerre aux François, ils escrivoient à M. de La Salle qu’il prist garde à luy, qu’il estoit le boulevard du pays, que s’il se laissoit surprendre, tout estoit perdu, et lui envoyèrent mesnie plusieurs hardes, le priant de les mettre à couvert dans son fort; ce qu’il fit. La contrariété de ces bruits et de ceux qui couraient chez les Iroquois, avec qui il entretenoit tousjours commerce, affectant de ne leur montrer aucune deffiance, luy fit soupçonner quelque artifice, et, comme il connoist extrêmement cette nation, qui n’est pas sujette à mentir, il creutque tout l’artifice estoit du costé des Jésuites, et ne pensa plus qu’à les mettre en évidence. Il renvoya donc le secrétaire à M. le comte de Frontenac, l’assurant que les Iroquois ne pensoient point à luy faire la guerre, mais que quelques cantons estoient alarmez de l’opinion qu’ils avoient qu’on la leur vouloit faire; qu’il luy conseilloit de venir jusqu’au fort de Frontenac accompagné de cinquante ou soixante hommes seulement, pour la dignité, et qu’il se gardast bien d’en amener davantage de peur de donner quelques soupçons à ce peuple. La clameur fut grande à Québec parmi les Jésuites quand ils virent le Gouverneur résolu de partir sans troupes. Ils luy représentèrent qu’il alloit tout perdre en exposant sa personne avec si peu de monde, mais il n’en fit autre chose et se mit en chemin. — Un François nommé Le Moyne1 le suivit comme pour luy servir d’interprète. C’estoit un homme entièrement dévoué aux Jésuites, qui n’alloit là que pour les. tirer d’affaire en cas que l’on en vinst à quelque esclaircissement. Cependant M. de La Salle continuoit à donner aux Iroquois 1. Beau-frère de Leber et père de d’Iberville. 25


386

RÉCIT

D’UN AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

des marques de confiance, et il osa aller, accompagné seulement de quatorze hommes, à Sonnontouan, où l’alarme estoit la plus chaude, respandant partout que M. de Frontenac seroit bientost voir par sa présence qu’il ne pensoit point à leur faire la guerre, et il les harangua si bien qu’il fit résoudre par toute la nation d’envoyer les plus anciens pour parler au Gouverneur et rendre compte à leur nation de la disposition où ils le trouveroient. Durant cette négociation, un Sauvage nommé Izanalerhac ou Nez coupé, qui estoit arrivé de la prairie de la Magdeleine à Sonnontouan, alloit disant à l’oreille des députez que s’ils alloient au fort, on les feroit tous mourir; mais ils ne tinrent compte de cet avis et continuèrent leur chemin avec M. de la Salle, qui les présenta au Gouverneur. Ils furent receus avec toutes sortes de marques d’amitié, et tout estoit disposé à la confiance. M. de Frontenac commanda à son interprète, qui estoit ce Lemoyne dont j’ay parlé, de demander aux députez qui estoient ceux qui leur avoient faire croire que les François vouloient leur faire la guerre. Cet interprète respondit qu’il se falloit bien garder de leur faire cette question, qu’ils n’y répondroient pas et que cela ne feroit que les aigrir. M. de la Salle dit qu’au contraire rien n’estoit plus capable de les apaiser, et que si l’interprète ne vouloit pas leur faire cette question , on trouverait d’autres interprètes qui la leur feraient. Alors Lemoyne obéit, et sitost qu’il eut parlé aux députez, ils s’écrièrent tous ensemble, levant les yeux au ciel et tesmoignant une grande joie : « Ah ! que cela est bien ! » Aprés quoy ils se retirèrent pour délibérer ensemble sur ce qu’ils avoient à faire et à dire, selon la coustume de cette nation de ne respondre jamais dans les occasions


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

387

importantes que le lendemain, pour avoir le temps de concerter leur response avec toute la préparation nécessaire. On se rassembla donc le lendemain et les Sauvages vinrent à l’assemblée avec plusieurs présents, et ayant fait sur le lieu de l’assemblée un petit tas de pierres, se mirent à chanter et à danser, et l’un d’entre eux dit à M. de Frontenac : « Tu es nostre père et nous sommes tes enfants, tu n’es pas fasché contre nous et nous nous sommes alarmez : aussi est-il raisonnable qu’un père soit plus sage que ses enfants. Mais comment aurions-nous fait? Des serpents que tu nourris dans ton sein se sont glissez par nos villages et ils y ont jeté leur venin ; nous en avons esté estourdis, quelques-uns mesme ont avalé du poison, mais ils l’ont rejeté. Il n’y a qu’un canal tout droit du bord de nos lèvres jusqu’à nostre cœur, et tu peux voir tout ce qui est dans nostre cœur. Il n’y a plus de soupçon ny de colère. Nous ne trouverons plus en nostre chemin de pierres qui nous fassent chopper. (En disant cela, ils prenoient les pierres de ce petit tas et les jetoient à droite ou' à gauche.) Le tonnerre ne grondera plus que bien loin au delà du lac, nous allons tous jouir de la paix et nous prendrons des colliers en mémoire de cette journée. Voilà un présent que nous te faisons pour apaiser ton esprit, en voilà un autre que nous te faisons en te souhaitant un heureux retour. » Et après avoir ainsi distribué leurs présents par plusieurs souhaits qu’ils firent, l’orateur continua en disant : « Puisque tu veux que nous te disions qui sont ceux qui ont respandu le poison, sache que c’est Tentaahouitta et Garonhiaguette. » La harangue estant finie, l’interprète l’expliqua toute excepté les derniers mots. M. de La Salle luy dit de les expliquer, il refusa de le faire. M. de La Salle luy dit que M. de Frontenac


388

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

n’estoit venu que pour cela, et qu’il ne luy falloit pas dissimuler que les Sauvages accusoient les Jésuites d’estre les auteurs du bruit de la guerre. Cet interprète répliqua que les Sauvages n’avoient point proféré le mot qui signifie les Jésuites, c’est un mot qui signifie Robe noire, et que la pluspart du monde ont la coutume d’entendre. Sur cette contestation un Sauvage s’avisa de prendre sur la teste de M. de La Salle son chapeau qui estoit noir, et se tournant du costé de M. de Frontenac il luy fit signe pour attirer son attention, et promenant ce chapeau sur tout son corps depuis la teste jusqu’aux pieds, lui fit comprendre ce que l’interprète ne vouloit pas qu’il entendist. M. de La Salle vérifia en présence de l’assemblée de l’aveu de ceux qui entendoient la langue et les manières des Sauvages, que celuy qu’ils nommoient Tentaahouitta estoit le Père Brias, et que celuy qu’ils appeloient Garonhiaguette estoit le Père Person. Un des Sauvages adjousta, en parlant à M. de Frontenac et montrant le Sauvage nommé Izanalerhac, dont il a estéparlé : « Ce nez coupé que tu vois est venu de la prairie de la Magdeleine pour nous dire que tu voulois nous faire mourir. » Ce Sauvage, amené devant M. de Frontenac, le nia, et tous les députez lui ayant demandé l’un après l’autre s’il n’estoit pas vray qu’il leur avoit dit qu’on ne les amenoit au fort de Frontenac que pour les faire mourir, et luy persistant à le nier, l’un d’entre eux dit sans s’esmouvoir, selon la coustume de cette nation : « Toute la terre est assemblée icy, toute la terre ment, et il n’y a que cet homme qui dise vray. » Quelques-uns de l’assemblée estoient d’avis que M. de Frontenac fist pendre ce Sauvage après lui avoir fait donner la question, mais il ne le trouva pas à proposer se contenta de faire faire un procez-verbal de toute cette conférence.


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

389

L’assemblée se sépara après beaucoup de marques d’amitié de part et d’autre ; et l’artifice des Jésuites n’eut point d’autre effet. Je ne vois pas bien jusqu’où alloit l’intention des Jésuites. Il se peut faire qu’ils n’avoient pas dessein d’allumer la guerre, des maux de laquelle ils n’auroient pas esté exempts, estant meslez dans plusieurs cantons des Iroquois ; mais il est clair, supposé les faits qui viennent d’être rapportez, qu’ils avoient au moins dessein d’engager le Gouverneur, qu’ils n'aiment pas, à des dépenses désagréables à la Cour, d’empescher le revestissement du fort de Frontenac, et de rendre M. de La Salle odieux aux Iroquois. Peut-être mesme quelques-uns d’entre eux n’auroient pas esté faschez d’exciter quelque hostilité entre M. de La Salle et les Iroquois pour faire passer ensuite à la Cour que ce gentilhomme gastoit les affaires du Roy avec cette nation. Ils pouvoient d’ailleurs espérer d’arrester M. de Frontenac en chemin, avant qu’il en fust aux mains avec les Iroquois, en luy disant qu’il estoit aisé de pacifier ce différend après luy avoir fait faire toute la despense nécessaire pour se mettre en estat de faire la guerre, après quoy ils n’auroient pas eu de peine, avec le crédit qu’ils ont parmi cette nation, de pacifier le trouble qu’ils auraient excité, et de faire tomber sur M. le comte de Frontenac le reproche de la despense, sur M. de La Salle celuy de la guerre, et de se donner tout le mérite de la pacification. Quoy qu’il en soit, M. de La Salle se sentit quelque temps après empoisonné d’une salade dans laquelle on avoit meslé beaucoup de ciguë,qui est poison en ce pays-là,et du verd de gris. Il en fut malade à l’extrémité, vomissant presque continuellement quarante ou cinquante jours après, et il n’eschappa


390

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

que par la force extrême de sa constitution. Celuy qui lui donna le poison fut un nommé Nicolas Perrot, autrement Joly-Cœur, l’un de ses domestiques . Il n’est pas probable que ce malheureux ait fait une si meschante action de son propre mouvement, parceque M. de La Salle est fort aimé de ses domestiques, qui font de grands profits par les occasions qu’il leur donne de trafiquer, comme j’ay appris d’une personne désintéressée depuis qu’il est party. Il pouvoit faire mourir cet homme, qui a confessé son crime, mais il s’est contenté de l’enfermer, les fers aux pieds, dans le dessein de luy faire faire son procez dans les formes les plus authentiques, et de l’envoyer icy avec son procez fait et parfait, pour faire connoistre les véritables auteurs de ce crime, et donner une nouvelle preuve de la modération avec laquelle il a vescu avec ceux qu’il soupçonne d’en estre les auteurs. Le fragment d’une lettre de M. de la Salle que j’ay attaché icy fait voir qu’il a reconnu que les Jésuites ne sont pas auteurs de cet empoisonnement. Il fait voir aussi que ce gentilhomme est de bonne foy et digne d’être creu dans les autres choses qu’il a dites et dont il ne se rétracte pas. Cette lettre est de Québec du 31 octobre 1678. 1

FRAGMENT.

« .... que le dessein qu’ils ont d’en faire le fondement d’un commerce qui ruinerait cette colonie. Le poste où je suis estant le centre du pays des Sauvages, et les descouvertes que je vais faire ruinant toutes leurs entreprises et 1. Un Joly-Cœur figure parmi les travailleurs dans la revue passée au fort Frontenac, page 297.


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

391

rompant leurs mesures, ils n'espargneront rien pour me destruire, c’est ce qui me feroit souhaitter ici un assesseur du premier pour tesmoin de ma conduite. Les ennemis de M ont mandé que le premier est gagné par le lieutenant des Vous en sçavez, Monsieur, plus que moy sur ce sujet, mais je crois qu’il n’y aura de long temps une conjoncture plus favorable, et s’il vouloit mander le chidont j’eus l’honneur de vous parler à rurgien de Paris, toutes ces matières, l’usage de la médecine chymique et des maximes de Paracelse si contraires à la véritable médecine lui estant connues, par son rapport il y apporteroit le remède nécessaire. « Vous serez surpris, Monsieur, que je m’entretienne si longtemps avec vous d’une science qui m’est peu connue ; mais elle ne peut qu’elle ne me soit aimable, puisque la connoissance que vous en avez acquise vous la rendant comme propre, les grandes obligations que je vous ay me doivent faire prendre intérest à une chose où vous avez tant de part. Jereconnois assez que mon peu d'expérience me fait parler sur ce sujet avec peu de justesse ; mais l’inclination que vous m’avez tesmoigné avoir de sçavoir l’usage que font de la médecine ceux qui entreprennent la guérison des Sauvages, m’a fait passer par-dessus la répugnance que j’aurois eue à discourir d’une semblable matière, si vous n’aviez marqué le souhaitter. « J’espère aussi, Monsieur, que vous excuserez la confusion que je remarque assez moy mesme dans mon discours, une maladie, qui me tient au lit depuis trente-cinq jours, m’ostant le moyen de le digérer, je ne peux néantmoins m’empescher de vous dire un mot de nos nouvelles.


392

RÉCIT

D' UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

« M. de Tonty a usé toujours avec moy d’une manière si honneste, que je ne peux assez vous marquer la joye que j’ay de l' avoir ; il ne pouvoit pas estre autre, Monsieur, venant de vostre main1, et je n’ay pas eu besoin que sa fréquentation me le fist connoistre pour être assuré de son mérite. Je l' ay toujours regarde avec toute l’estime que je devois à une personne que vous m’avez voulu donner, et je n’ose pas dire qu' il surpasse ce que j’ay deu espérer, ne pouvant rien attendre de l’honneur de votre amitié que de très-accomply. Son honnesteté et son bon naturel vous sont assez connus; mais peut-estre ne l' auriez-vous pas creu en estat de faire des choses où la force de la complexion, l’usage du pays et la liberté des deux bras semblent absolument nécessaires. Cependant sa vigueur et son adresse suppléent à tout, et il part dans une saison où les glaces font peur à tout le monde, pour aller commander un nouveau fort, qui est à plus de deux cents lieues d' icy, et auquel j’ay pris la liberté de donner le nom de fort de Conty2. — Il est situé proche cette grande cascade de plus de six vingts toises de haut, par où les lacs les plus élevez se précipitent dans le lac de Frontenac. De là il y a cinq cents lieues de navigation jusqu’au lieu où on est allé commencer le fort Dauphin, d’où il n’y a plus qu’à descendre le grand fleuve de la baye du Saint-Esprit pour arriver au golfe de Mexique. — J’espère me donner l’honce manuscrit, et celui-ci particulièrement, 1. Divers passages donnent lieu de croire que l'auteur en est le savant abbé Renaudot. On verra dans un autre mémoire que c' est lui qui donna Henry de Tonty à Cavelier de la Salle, qui en fit son lieutenant. L’abbé Renaudot était ami de l’abbé de Gallinée et d’Arnaud, comme il l’éta de Bossuet et de l' abbé Fleury, auteur de l 'Histoire ecclésiastique. En l' honneur du prince de ce nom à qui l’abbé Renaudot avait présenté de La Salle.


RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

393

neur de vous envoyer un détail plus particulier de cette entreprise quand elle aura eu le succez que j’en espère. — Mais j’ay besoin d’une forte protection pour la soustenir. — Elle traverse le commerce de certaines gens qui auront peine à l’endurer. Ils prétendoient faire de ces quartiers un nouveau Paraguay, et le chemin que je leur barre leur facilitoit une correspondance avantageuse avec le Mexique. Cette barrière les mortifiera infailliblement, et vous savez comment ils en usent contre ce qui leur résiste. Je suis pourtant obligé de leur rendre une justice, que le poison qu’on m’avoit donné n’estoit pas venu de leur instigation. Celuy qui s’en sentoit coupable me croyoit leur ennemi, parce qu’il voyoit de l’opposition dans nos sentiments-, il creut se disculper en les taxant, et je vous avoue qu’alors j’eus quelque plaisir à avoir cet indice de leur mauvaise volonté; mais depuis, ayant examiné sérieusement l’affaire, j’ay descouvert manifestement la fausseté de l’accusation que ce fripon avoit formée contre eux. Je lui ay néantmoins pardonné pour ne pas faire esclater une chose dont le seul soupçon pourrait ternir leur réputation, à laquelle je ferais scrupule de faire la moindre brèche, à moins que je ne le creusse nécessaire à l’utilité publique et que le fait ne fust constant. C’est pourquoy, Monsieur, si quelqu’un estoit prévenu du soupçon que j’en avois, obligez-moy de les détromper. « Comme nous n’avons rien en ces quartiers qui mérite votre curiosité, il ne reste, Monsieur, qu’à vous supplier de me continuer vos bontez, vous assurant que j’en conserveray éternellement la mémoire avec un respect tout particulier, et que je tascheray d’en mériter la continuation par tout ce que pourra vous justifier ma reconnoissance, et que je suis plus qu’aucun


394

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBE

DE

GALLINÉE

autre, Monsieur, vostre très-humble et très-obéissant serviteur. « DE LA SALLE.

« Oserois-ie prendre la liberté de présenter mes très-humbles respects à M. Son mérite lui gagne tant d’illustres que je n’ose me présenter parmi tant de personnes excellentes que sous vostre conduite. « Trouvez bon aussi que je salue tous ces Messieurs... » Il a continué de vivre avec les mesmes personnes de la mesme manière qu’il avoit fait auparavant. Ils ont continué aussi de luy donner les mesmes marques apparentes de leur amitié. Il garde un grand nombre de lettres originales des principaux d’entre eux, pleines de compliments respectueux et affectionnez-, il les reçoit très-bien, quand iis passent par son fort, et les Récollects quiy habitent entretiennent avec eux un commerce de visites assez réglé. Un de ces Récollects estant allé voir un d’entre eux dont le nom m’est échappé, pour avoir communication de quelques catéchismes en langues du pays, et ayant demeuré quelques jours parmi eux, celuy à qui il s’estoit adressé le pria de vouloir bien se charger à son retour d’un jeune homme qui l’avoit servy jusques alors et qui désiroit de servir M. de La Salle. Le Récollect voulut s’excuser sur ce qu’il n’osoit pas mener personne au fort sans ordre de M. de La Salle ou au moins sans avoir un billet du Père par lequel il parust qu’il ne s’estoit point chargé de ce garçon de son propre mouvement. Ce Père en escrivit un par lequel il supplioit M. de La Salle avec beaucoup d’ instances de vouloir recevoir à son service ce garçon nommé Deslauriers, qui avoit passion d’y entrer.


RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

395

M. de La Salle le receut, il servit admirablement bien durant quinze jours, pendant les quels M. de La Salle lui donna une occasion de trafiquer qui lui valut cinquante escus. Ce garçon n’estoit venu que pour faire déserter la garnison et faire tomber M. de La Salle dans le reproche de ne pas tenir dans le fort le nombre d’hommes qui lui est ordonné par le Roy. Les quinze jours estant passez, M. de La Salle ayant appris qu’une troupe de Sauvages luy venoit rendre visite et traiter à son fort, il envoya la meilleure partie de la garnison, conduite par son lieutenant, au-devant de ces Sauvages. Son sergent s’estoit noyé le jour d’auparavant et il estoit seul d’officier dans ce fort avec peu de soldats. Deslauriers avoit gagné un des domestiques de M. de La Salle, qui avoit la clef de tout, et six soldats. Il prit cette occasion pour s’enfuir la nuit, et de peur que M. de La Salle ne les suivist ou ne les pust faire suivre, il emmena tous les canots qu’il fit charger de tout le pain cuit qui estoit dans le fort. M. de La Salle, s’estant aperceu à son réveil qu’il n’y avoit point de sentinelle au corps de garde, se leva en diligence, et s’estant assuré de cette évasion et des précautions que les déserteurs avoient prises contre luy, soupçonna qu’ils ne se fussent mis en embuscade pour le tuer en passant, ou pour luy faire perdre leur voye. Il sçavoit d’ailleurs pouvoir leur couper chemin à un certain passage quelque diligence qu’ils pussent faire. Ainsi il assembla à loisir autant de Sauvages et de soldats qu’il creut nécessaire, et s’estant mis dans une barque de Sauvages, avec des provisions, c’està-dire des sachets de farine, il alla les attendre à un défilé, où l’un d’eux s’estant présenté, M. de La Salle luy ayant commandé de demeurer là en le couchant en joue, ce soldat se mit en estat de tirer sur M. de La Salle et fut prévenu par un


396

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

de sa suite qui luy perça la teste d’un coup de mousquet.Tous les autres s’enfuirent, et M. de La Salle ayant continué son chemin jusques à la première habitation des Jésuites, qui estoit celle d’où on lui avoit envoyé ce Deslauriers, les Jésuites, luy dirent que les déserteurs estoient au canton d’Anié, où il les envoya prendre. Cependant il cherchoit l’auteur de cette évasion, au lieu où il estoit, se doutant que les Jésuites l’avoient mis à couvert, et il apprit d’un Sauvage que ce garçon estoit retiré chez un Jésuite, qu’il luy nomma et qui estoit celuy-là mesme qui avait envoyé ce garçon à M. de La Salle. Il alla donc chez ce Jésuite et luy ayant dit qu’il estoit assuré que Deslauriers estoit chez luy et qu’il estoit caché sous le lit de luy Père Tel, ce Père luy dit qu’il pouvoit entrer et chercher partout. La porte estoit fermée, et M. de La Salle qui ne vouloit pas donner à ce Père le moindre prétexte de dire qu’il eust fait quelque violence chez luy, l’ayant prié de l’ouvrir, et le Père s’estant excusé de le faire, M. de La Salle luy dit qu’il n’entreroit pas de force, mais qu’il pouvoit estre assuré que luy de La Salle et tous ceux qu’il avoit amenez alloient camper autour de cette maison, où ils demeureroient plutòt quinze jours de suite que de manquer de prendre celuy qui y estoit enfermé. Cette contestation finit par l’expédient qu’un Sauvage trouva, qui fut d’entrer par le toit ou par une fenestre, et de tirer Deslauriers de dessous le lit du Jésuite, où il sçavoit qu’il estoit couché sur une planche suspendue. Il le traisna jusqu’où estoit M. de La Salle, qui, ayant pris congé du Jésuite, reprit le chemin de son fort. Deslauriers, revenu de sa première frayeur, dit à M. de La Salle : « Ah ! Monsieur, si vous sçaviez... je vous diray tout. » M. de La Salle, qui ne vouloit pas que cette déposition fust


RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

397

faite en public et devant les gens dont le rapport pust estre en quelque façon suspect, joint à cela que cette déposition le commettoit visiblement, et malgré qu’il en eust avec les Jésuites, défendit à ce déserteur de parler, à moins qu’on ne l’inter rogeast, et ce misérable voulant continuer nonobstant cette défense, il le menaça de luy faire casser la teste sur-le-champ s’il ne se taisoit. Il se tut et fut mené au fort, où il est avec les compagnons de sa désertion très-bien gardé en attendant que son procès lui soit fait comme à l’empoisonneur. Après quoy M. de La Salle fait estat de les envoyer tous en France avec les premiers auteurs de cette désertion. Cette affaire ayant esclaté, le Jésuite qui avoit donné le déserteur à M. de La Salle envoya en toute diligence un homme exprès chargé de trois lettres l’une pour un particulier demeurant dans ce fort, la seconde pour le Récollect qui avoit esté chargé de ce garçon, et la troisiesme pour le Supérieur des Récollects. Cet exprès avait ordre de mettre chacune de ces lettres en mains propres, mais comme il ne sçavoit pas lire il donna d’abord celle du Récollect à ce particulier, qui, l’ayant ouverte sans examiner le dessus et ayant reconnu qu’elle ne s’adressoit pas à luy, la rendit à ce messager,qui luy donna la sienne; après quoy, continuant à s’acquitter aussi mal de ses commissions, il rendit au Récollect celle qui estoit pour le Supérieur. Le Récollect l’ouvrit brusquement, et comme cette lettre parloit de luy, il la lut toute entière. Elle estoit pleine de plaintes très-aigres contre ce Récollect, et il l’accusoit d’avoir contraint Deslauriers de le suivre au fort, où il s’estoit engagé malgré luy. Et le Récollect, l’ayant lue, dit au messager qu’elle s’adressoit au Père Gardien. Le messager parut fort surpris et lui rendit la lettre qui


398

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

estoit pour le Recollect, qui n’estoit qu’une lettre de compliments; après quoy, le messager luy ayant fait de grandes instances, ce religieux l’assura qu’il la rendroit fidèlement, et ne la luy voulut jamais remettre entre les mains. M. de La Salle a la lettre par laquelle le Jésuite le prioit avec instance de recevoir Deslauriers à son service, et il a cette autre lettre de reproches que le mesme Jésuite a escrite au Père Gardien. Il a envoyé copie de ces deux lettres à M. l’Évesque de Québec, qui n’a fait autre response sur les plaintes qui lui ont esté faites par le Recollect, sinon qu’il ne falloit point faire de bruit de cette affaire. La conduite de M. de Frontenac n’a pas empesché qu’il n’ait esté accusé à la Cour d’avoir commis des violences et esté calomnié en mille manières. — Il a creu se devoir justifier, informer M. Colbert de la conduite des Jésuites, et ne connoissant personne ny mieux instruit que M. de la Salle, ny plus capable de se mettre au-dessus de la terreur que le crédit de ces religieux a respandue presque partout, il le pria d’entreprendre ce voyage, ce que M. de La Salle a fait d’autant plus volontiers que ses propres intérests l’obligeoient de venir solliciter icy des lettres patentes pour l’establissement de plusieurs colonies dans les pays qu’il a descouverts. Les Jésuites avoient envoyé en France, il y a plus d’un an, un de leurs frères donnéz, nommé Joliet, avec une autre carte faite par ouy dire, et ce frère donné se donnoit à luy mesme l’honneur de cette descouverte. Cette imposture ne réussit pas à l’honneur de ce frère donné, qui, selon toutes les apparences, ne satisfit pas aux questions que l’on a coustume de faire en pareilles occasions, et M. Gallinée fit entendre à un de mes


RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

399

amis qu’il ne connoissoit que M. de La Salle capable d’avoir fait cette descouverte. Depuis ce temps, ces mesmes religieux, ayant appris que M. de La Salle venoit en France, le firent prévenir par leur Père Ragueneau qui, faisant sa cour à M. Colbert, à l’occasion des affaires du Canada, auxquelles il a grande part, prit soin d’insinuer à ce Ministre qu’un nommé La Salle arriveroit bientost pour l’importuner de ses chimères, et il poussa jusqu’à dire que M. de La Salle estoit un fou à mettre aux Petites-Maisons. Cela fut dit si à propos que M. Colbert en fut prévenu, et que ce gentilhomme estant arrivé, demanda longtemps audience fort inutilement jusques à ce que M. Hotman, l’ayant trouvé par hasard dans une compagnie et plein des choses qu’il luy avoit ouy dire, il en fit sa cour au ministre, qui luy dit confidemment l’opinion qu’on luy avoit voulu donner de ce gentilhomme. — M. Hotman l’assura qu’il le trouverait d’un très-grand sens, et M. de La Salle, s’estant d’ailleurs appuyé de Bellinzani, à qui je crois qu’il fit un présent de 1,200 louis , il fut receu très-agréablement de M. Colbert, entre les mains de qui il mit une carte exacte des pays qu’il a descouverts, fit voir des eschantillons des marchandises nouvelles qu’il a trouvées dans ces pays, et parla de sorte qu’il obtint tout ce qu’il voulut pour ses affaires particulières. — Ensuite de quoy, et en exécution de la négociation dont le Gouverneur l’avoit chargé, il demanda à M. Colbert, pour le Roy, une pièce de dix arpens de terre, voisine des terres immenses que les Jésuites se sont fait donner dans ces pays-là et d’un sault de la rivière de Saint-Laurent, où il faut nécessairement débarquer toutes les marchandises qui doivent passer en 1

1. Voir plus haut, pages 339-341.


400

RÉCIT D’UN AMI DE L’ABBÉ DE GALLINÉE

France, représentant que c’estoit un moyen très-seur d’incommoder le commerce que les Jésuites font dans ce pays-là, nonobstant les défenses expresses du Pape et du Roy, et ne demandant autre chose pour luy dans ce poste que la permission d’y bastir une factorerie, comme tout autre particulier pourroit faire dans le mesme endroit. M. Colbert, se souvenant que les Jésuites luy avoient desjà demandé ce poste, et comme le Père Ragueneau luy avoit dit qu’ils en avoient un titre, il manda ce Père et donna la mesme assignation à M. de La Salle pour estre présent à l’esclaircissement qu’il devoit prendre sur ce sujet. Ce Père lui remit une requeste présentée à M. Du Chesneau, intendant, pliée en travers dont il lui mit la teste devant les yeux.Le commencement n’estoit qu’un expose, et le Ministre ayant tourné le papier d’un autre costé et ayant veu que cet escrit ne contenoit aucune concession, — il le mit entre les mains du Jésuite avec chagrin, lui demandant si c’estoit cela qu’il appeloit des titres. Outre ce que M. de La Salle a trouvé occasion de dire au Ministre sur les déportements des Jésuites de Canada et de l’Évesque qui exerce en ce pays-là une cruelle inquisition en conformité des intérests de ces Pères, il luy a fait remettre entre les mains, par M. Tronson de St-Sulpice, directeur de ce Ministre, un mémoire exact contenant ces déportements par des faits très-circonstanciez et en grand nombre, desquels M. de La Salle s’engage de donner des preuves par des billets originaux de la main des Jésuites mesmes, et par une multitude innombrable de tesmoins et par la notoriété publique. Je ne peux m’empescher de dire icy avec douleur qu’il m’avoit promis une copie de ce mémoire, et que cette copie qu’il avoit fait faire, ayant esté mise par un de ses valets dans une cassette


RÉCIT

D’UN AMI

DE

L’ABBÉ

DE

401

GALLINÉE

au lieu de ses lettres patentes, partit sans qu’il le sceust,arriva à La Rochelle avant luy et fut embarqué avant qu’il arrivast, ayant à peine le temps de descendre de cheval pour monter dans le bord où il a fait voile. M. l’Évesque de Canada avoit envoyé icy le sieur Dudouy, son Grand Vicaire, jadis confrère de l’Hermitage de Caen, que M. de La Salle avoit rencontré plusieurs fois dans la salle d’audience chez M. Colbert, lisant son bréviaire dans un coin au milieu de la foule. — J’ay appris depuis le départ de ce gentilhomme par une voie très-seure, c’est-à-dire par un homme de grand mérite, à qui le Ministre l’a dit, qu’il avoit fait à cet ecclésiastique une très-forte réprimande. Il avoit parlé si haut en luy faisant cette correction, qu’il demanda à cet homme de mérite, qui l’attendoit dans sa chambre, si on ne l’avoit point entendu de la salle. Cependant la réprimande avoit esté faite dans le cabinet. — Ce Ministre avoit dit à ce Grand Vicaire entre autres choses : « De quoy s’avise M. l’Évesque de Canada, et de qui tient-il l’autorité qu’il s’attribue de transformer en cas réservez à luy seul des cas qui ne sont défendus ny par l’Église ny par le Roy ? » La réprimande dura près de demi-heure. M. Colbert a chargé M. de La Salle de luy envoyer l’original d’un procès qui contient d’estranges cas, et il paroist que le Ministre veut du moins connoistre à fond l’estat des affaires de ce pays-là. Mais à moins que l’estat des Jésuites ne change à la Cour, il n’y a guère d’apparence que cette connoissance produise d’autres effets que des réprimandes en France, qui ne produiront pas grand bruit en Canada . 1

1.

J’ai trouvé et copié ce mémoire en mai 1845.

26


402

RÉCIT

D’UN

AMI

DE

L’ABBÉ

DE

GALLINÉE

II LES SULPICIENS FONT LA PAIX AVEC

M. DE FRONTENAC PAR L’INTERMÉDIAIRE DE CAVELIER DE LA SALLE.

M. Tronson à M. Dollier de Casson, à La Rochelle. Ier

juillet 1678.

M. de La Salle est venu à Issy me faire de grands compliments et me tesmoigner que M. le comte de Frontenac ne désiroit rien davantage que de bien vivre avec le Séminaire, et que pour luy il retourneroit en Canada avec cette disposition. Je ne doute point que vous ne taschiez d’y respondre de vostre part et que vous ne portiez tous vos messieurs à souffrir un peu pour avoir la paix. III Tronson à M. Dollier de Casson. 5 juillet 1678.

M. de La Salle m’est venu faire icy bien des complimens de M. et de Mme de Frontenac; et pour luy on ne peut parler plus honnestement ny plus raisonnablement qu’il fit. Il faut oublier tous les petits sujets de mescontentement personnel et tascher désormais de vivre en paix. Je crois que M. Souart, parti d’icy dimanche, sera encore assez tost à La Rochelle pour s’embarquer avec vous. Car l’on me dit avant hier que M. de La Salle ne doit partir qu’aujourd’huy et que vous passerez la mer tous ensemble.


XVII DÉLIBÉRATION SUR LE CAS RÉSERVÉ DU

COMMERCE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES. PART QUE PREND CAVELIER DE LA SALLE A

CETTE

DÉLIBÉRATION.

1678.



TRAITE

DE

L’EAU-DE-VIE

AVEC LES SAUVAGES

Proces-verbal de l’Assemblée tenue au chasteau de SaintLouis de Québec, le io octobre 1678 et jours suivants, au sujet des boissons enyvrantes que l’on traite aux Sauvages. Le 10 jour d’octobre 1678, nous Jacques Du Chesneau, chevalier, conseiller du Roy en ses conseils, intendant de la justice, police et finances en Canada et pays de la France septentrionale, en conséquence de l’arrest du Conseil d’Estat du Roy tenu à Saint-Germain-en-Laye, le 22 may dernier à nous envoyé, signé Colbert et commission sur iceluy signée Louis et plus bas, par le Roy, Colbert, et scellée du grand sceau de cire jaune, adressante à M. le comte de Frontenac, conseiller du Roy en ses conseils, gouverneur et lieutenant-général pour Sa Majesté en ce pays, à nous et aux sieurs officiers du Conseil souverain de Québec, par lequel arrest Sa Majesté a ordonné que par mondit sieur le comte de Frontenac et nous conjointement avec lesdits sieurs officiers, il seroit fait assemblée de dix des plus anciens et principaux habitants du dit pays, qui donneroient leurs avis sur le commerce qui se fait avec les e


406

TRAITE

DE

L’EAU-DE-VIE

AVEC

LES

SAUVAGES

Sauvages des vins, eaux-de-vie et autres boissons enyvrantes, et des conditions auxquelles il peut et doit estre interdit ou continué, dont il seroit par nous dressé procès-verbal, qui seroit signé de M. le comte de Frontenac et des officiers dudit Conseil et envoyé à Sa Majesté, nous serions allez audit Conseil qui se tient dans le chasteau Saint-Louis de Québec, dans lequel loge mondit sieur le comte de Frontenac, où estant nous aurions représenté lesdits arrests et commission, ensemble le mémoire fait par ordre de Sa Majesté sur la difficulté de la traite desdites boissons, en suite de quoy et après les avoir examinez, nous aurions tous conjointement convenu que pour leur exécution, les sieurs Berthier, escuyer, sieur dudit lieu; deSaurel, escuyer, sieur de Saurel; Le Gardeur, escuyer, sieur de Repentigny; Robineau, escuyer, sieur de Bécancourt et de Port-Neuf; Bezard, escuyer, sieur de la Touche-Champlain; Du Gué, escuyer, sieur de Sainte-Thérèse ; Boucher, escuyer, sieur de Boucherville; De Verchère, sieur dudit lieu; Le Bert, bourgeois de la ville de Montréal; Jolliet, bourgeois de cette ville de Québec; Crevier, sieur de SaintFrançois; Boullenger, sieur de Saint-Pierre; Saint-Ours, escuyer, sieur dudit lieu; Picoté, sieur de Bellestre, SaintRomain, habitant du Cap; D’ailleboust, escuyer, sieur de Mussaux; Charron, Levallon et Roger, sieur des Coulombiers, eschevins de la ville de Québec, seraient avertis de se trouver audit Conseil le mercredi 26 du présent mois pour donner leurs advis sur ladite traite. Et advenu ledit jour de mercredi 26e dudit mois et an, neuf heures du matin, ledit Conseil estant assemblé, nous y serions e

allez où estant pour l’absence desdits sieurs de Boucherville, de Mussaux et de Saint-Pierre, le Conseil aurait remis à


TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

407

prendre lesdits advis à ce jourd’huy deux heures de relevée et où il auroit esté nommé en leur lieu et place les sieurs Cavelier, escuyer, sieur de La Salle, gouverneur du fort de Frontenac; Pelletier, sieur de La Prade, et Jean Bourdon, sieur d’Ombourg. Et à ladite heure deux de relevée, tous les sieurs susnommez auroient comparu audit Conseil auxquels nous aurions fait faire lecture par le greffier d’iceluy de l’arrest et commission cy-dessus datez, ensemble dudit mémoire fait par ordre de Sa Majesté, sur la difficulté de ladite traite, duquel ils auroient eu desjà communication et tiré des copies, ensuite de quoy ils auroient tous donné leurs advis, parescrit séparément, d’eux signez et qui ont esté paraphez par mondit sieur comte de Frontenac et nous, qui sont, sçavoir : ceux desdits sieurs Berthier et de Saurel, qu’il est nécessaire de donner de l’eau-devie aux Sauvages parce que le transport des boissons se fait dans les lieux esloignez ou dans les habitations Françoises, que celuy des lieux esloignez regarde les Iroquois qui de tout temps, faisant leur commerce avec la Nouvelle-Hollande, en tirent de l’eau-de-vie tant par sa proximité que par la facilité des chemins, et l’ont en si grande abondance qu’ils en ont transporté l’esté dernier à Catarocouy 40 barils parce que les François leur en refusoient, à cause du scrupule que met dans les esprits M. l’Évesque, et que ce refus n’empeschepas que les Sauvages ne s’enyvrent avec de l’eau-de-vie Hollandoise et commettent ces crimes dont on les accuse ; mais il est trèspréjudiciable au commerce qu’ils transportent aux Hollandois, ce qu’on empescheroit aisément si on leur donnoit de l’eau-devie qui est bien meilleure que celle de la Nouvelle-Hollande, et on les obligeroit par ce moyen d’apporter aux François


408

TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

toutes leurs pelleteries, sans qu’on deust appréhender que la Religion en souffrist, puisque les Sauvages de la Prairie de la Magdelaine, de Montréal et de Lorette sont fort bons Chrestiens et ne s’enyvrent pas ordinairement, quoy qu’ils ayent des boissons quand ils veulent, et que pour ce qui concerne les autres Sauvages qui sont dans les habitations Françoises depuis Sillery jusqu’audit Montréal, dans l’estendue de 60 lieues, qui sont les endroits les plus habituez du pays, au nombre de 8 à 900, que l’eau-de-vie ne les empeschoit pas d’embrasser le Christianisme, parce qu’il n’y en a pas un de Chrestien, n’y ayant point de missionnaire pour les instruire, et que lesdits sieurs Berthier et de Saurel n’ont pas de connoissance qu’il se soit commis aucun crime, depuis six ans, par les Sauvages, causé par l’ivrognerie, et que si on ne leur traite pas de l’eau-de-vie, ils s’en iront demeurer à Orange où est une grande partie de leur nation, et les François seront privez de leurs pelleteries et de leur travail pour la culture des terres ; Celuy dudit sieur Dugué, que ledit commerce de l’eau-devie est absolument nécessaire pour attirer les Sauvages dans les Colonies Françoises et les empescher de porter leurs pelleteries aux estrangers, ce qui ne peut en aucune façon préjudicier à la conversion desdits Sauvages, ny à l’augmentation de la Religion. Au contraire que si cette permission n’est donnée, les Sauvages pouvant trouver de l’eau-de-vie ailleurs, ils s’en iront aux Anglois et Hollandois qui, au lieu de leur donner connoissance de l’Évangile, les obligeront de tomber dans l’hérésie ou ils les laisseront dans leurs superstitions et ne reviendront plus avec les François, et qu’il a connoissance qu’il s’est retiré plus de 300 Iroquois qui estoient à la chasse au


TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

409

Long-Sault sur la rivière, à 30 lieues de Montréal, faute de leur avoir donné de l’eau-de-vie, et qu’ils ont porté leurs pelleteries aux estrangers Ceux desdits sieurs de Repentigny et de Bécancourt, qu’il faut permettre les boissons aux Sauvages et que ce trafic est nécessaire aux conditions d’empescher les Coureurs de bois et vagabonds d’en porter dans les lieux où les Sauvages font leur chasse, sous de très-rigoureuses peines, et qu’il est d’un extrême besoin pour l’establissement du commerce et celuy de la Religion de leur donner à boire, puis qu’assurément si on leur en refuse, ils s’esbigneront de nous et iront aux Hollandois et Anglois en chercher, et y porteront leurs pelleteries, et osteront aux habitans François le bénéfice qu’ils reçoivent d’eux par ce commerce qui est le seul qui donne quelque profit, à cause de la grande cherté des marchandises qu’on leur traite, et parce qu’allant aux Estrangers, ils demeureront dans leur idolâtrie ou au moins s’instruiront dans leur mauvaise religion; que quant à ce qui concerne les désordres prétendus, qu’ils n’ont aucune connoissance des meurtres, incestes et adultères que l’on dit estre arrivez par la boisson, depuis qu’elle a esté permise; qu’il est bien vray qu’il y a eu quelque chose de semblable parmi ces peuples qui ne font aucun usage de ces sortes de boissons, comme au sault Sainte-Marie 5 ou 6 Sauvages violèrent une femme et ensuite luy coupèrent la teste, ce qui est un effet tout pur de leur barbarie, et qu’on a veu l’automne dernier le chef des Outaouacs nommé Talon qui avoit sept femmes, et un autre chef des Poutouatamis qui avoit les deux sœurs pour femmes, quoy qu’ils soient au milieu des Missions, et que pource qui est du cas réservé qu’il n’a fait aucun bien ; au contraire, il n’a servi qu’à


410

TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

jeter du scrupule dans les consciences et causer peut-estre la damnation de quelques habitans ; Celuy du sieur Crévier, que si la traite de l’eau-de-vie n’estoit pas permise, cela feroit un tort très-considérable au pays, en ce que le grand nombre de Sauvages Sokokis qui s’y sont habituez, et qui sont élevez dans la boisson parmi les Anglois, y retourneroient et priveroient les habitans d’un grand profit qu’ils leur apportent, n’ayant aucune connoissance qu’ils fassent aucun désordre dans leur ivrognerie, et s’il en arrive, ce n’est point par cette raison puisque les Outaouas qui ne font aucun usage de boissons et qui sont instruits par les Jésuites, commettent journellement toutes sortes de crimes, ce qui fait voir que c’est leur humeur barbare qui les porte à ces meschancetez ; Celuy du sieur de Saint-Ours, que le commerce de l’eau-devie doit estre libre, afin que les marchands et autres de ce pays puissent librement négocier des boissons et autres marchandises pour les pelleteries des Sauvages, attendu que ce n’est pas seulement parmi eux que l’ivrognerie arrive, mais dans les lieux les plus policez et remplis de Chrestiens, et que l’on n’a point encore ouy dire que l’on eust fait un cas réservé pour des marchands s’ils ont vendu des boissons à des gens qui en ayent abusé ; Celuy dudit sieur de Belestre, qu’on ne doit pas faire de difficulté de donner de la boisson auxdits Sauvages, mais qu’on les doit chastier quand ils commettront des désordres causez par l’ivrognerie ou autrement, parce que la plus part des meurtres qui se sont commis ne l’ont pas esté par la boisson seulement, mais par vengeance, qui est leur passion dominante, et par un esprit malicieux ; outre que depuis deux ans qu’on a


TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES 411

voulu restreindre lesdites boissons, les Sauvages se sont retirez dans leurs pays, pour avoir plus de facilité à porter leurs pelleteries aux Anglois, ce qui cause un grand préjudice au commerce que font les habitans de ce pays qui n’ont que ce seul trafic pour la subsistance de leurs familles, et qu’il est trèsdifficile de faire son salut, tant que le cas réservé subsistera, attendu qu’on ne peut s’empescher de donner de la boisson auxdits Sauvages; Celuy dudit Des Coulombiers, que la traite de l’eau-de-vie doit estre permise parce qu’autrement ce seroit la destruction du pays, que le commerce se ruineroit d’autant que les Anglois et les Hollandois en traitent avec les Sauvages et ont en eschange leurs pelleteries en leur fournissant des boissons et des marchandises, et que s’ils ne trouvoient parmi les habitants de cette colonie leurs besoins, ils se retireroient parmi lesdites nations Hollandoise et Angloise et nous feroient la guerre; Celuy dudit sieur Charron, que ladite traite des boissons doit estre permise, parce que si on ne donne de l’eau-de-vie aux Sauvages ils en trouveront chez les nations voisines, ensemble des hardes et peut-estre des armes pour faire la guerre à cette colonie, et que s’il est défendu de porter des boissons dans les bois, ce sera un procès qui ne se décidera pas sitost doutant fort qu’on le pust empescher, et ce seroit donner lieu à tous les libertins et volontaires d’aller dans les bois avec plus d’avidité et mesme de se ranger du costé des Estrangers, en privant les habitans de ladite traite des boissons ; Celuy dudit sieur Romain, qu’il est très-préjudiciable au pays de défendre ladite traite, tant pour son accroissement que pour l’intérest des habitans, attendu que parmi les peuples les


412

TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

mieux policez on termine beaucoup de marchez et comptes et on entretient l’union en buvant ensemble, et que ne laissant pas la liberté aux Sauvages de vivre comme nous, ils ne se feront jamais Chrestiens, quoy qu’ils demandent des missionnaires et qu’on peut espérer que par les bonnes instructions qui leur seront données, avec les bons exemples qu’ils auront devant eux, ils vivront parmi les François qui les retireront des grands désordres où l’on dit que quelques-uns se sont portez; qu’il y en a des marques à la Prairie de la Magdelaine, puisque les Sauvages qui y sont raisonnent bien et ne se laissent point tromper dans le commerce qu’ils font de leurs pelleteries, et achètent librement des boissons des François, ce qui fait voir que tant qu’il y aura des lieux establis comme celuy de la Prairie de la Magdelaine et de Lorette, ce seront autant de séminaires pour l’instruction des Sauvages qui y seront élevez, et qu’il y a en tous lieux des Pères qui travaillent pour la gloire de Dieu et le service du Roy, y ayant assez de malheureux dans le pays sans que le cas réservé de M. l’Évesque en fasse davantage, qui sont au désespoir de mourir sans secours, les prestres n’en ayant pas le pouvoir de leur en donner-, Celuy dudit sieur de La Prade, que, bien esloigné de former des difficultez sur ladite traite de boissons, elle doit estre permise tant pour ce qui regarde les consciences que la liberté du commerce ; ce seroit un mal très-grand si on la défendoit, et qu’il sçait par expérience que, depuis les défenses qu’on a faites d’en donner en toute liberté, il est arrivé de grandes divisions parmi les peuples, et les consciences n’ont pas seulement eu les embarras que leur avoit causé le cas réservé, mais encore ceux que leur ont donné les querelles arrivées entre les familles


TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

413

qui ont obligé les voisins d’accuser leur voisin, afin qu’on ne leur fist pas porter aucune des peines contenues dans les ordonnances qui ont esté rendues sur ce sujet ; Celuy dudit sieur de La Touche-Champlain, qu’il est bon de donner à boire aux Sauvages, mais que ceux qui leur en traiteront se règlent sur ce sujet, et que si les Sauvages font quelque désordre, qu’ils soient punis suivant le délit et de la manière qu’on chastie les François, et qu’à l’esgard du cas réservé, qu’il est bon qu’il ne subsiste pas à cause de l’embarras qu’il cause aux consciences, ce qui n’empesche pas qu’on ne donne de l’eau-de-vie aux Sauvages ; Celuy dudit sieur de Verchère, que la traite doit estre entièrement permise tant desdites boissons comme des autres marchandises, estant extrêmement utile au commerce du pays et pour donner le repos aux consciences qui, depuis plusieurs années, ont esté troublées par ce qu’on n’a pu empescher les personnes qui en paroissoient les plus esloignées de faire ce commerce, voyant bien que ce n’est qu’un mystère qui continueroit, s’il n’y estoit pourveu par Sa Majesté, d’autant qu’en premier lieu le cas réservé a fait un très-grand tort audit commerce, les habitans ne pouvant souffrir qu’on emportast le profit chez les nations esloignées, et qu’ils n’ont fait aucune difficulté de passer par dessus toutes ces considérations quoyqu’il leur reste du scrupule, ce qui les a obligez d’estre plusieurs années sans s’approcher des Sacremens ; en second lieu, que l’on fait croire que les Sauvages ont une grande avidité pour la boisson, ce qui devroit estre, parce qu’elle ne leur est donnée qu’en cachette pour leur argent, et que cette manière d’agir leur fait connoistre qu’on les traite en bestes et qu’on veut les distinguer des François, ce qui leur peut donner occa-


414

TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

sion de s’en esloigner, et que si on en usoit autrement, on les obligerait à vivre comme nous et à nous servir, et que bien loin que cette liberté de traiter de la boisson les empesche d’embrasser nostre religion, elle les y porterait, ce qui se prouve par les Outaouas qui ne sont point enclins à boire et chez lesquels on n’a pas fait de grands progrès ; que quant aux désordres que ladite traite cause, ils sont en petit nombre, à proportion des peuples, et que lors qu’ils connoissent l’autorité royale et la manière dont on punit les vices, ils n’y sont pas communs; Celuy du sieur de La Salle, qu’on doit permettre sans réserve la traite et le transport des boissons aux Sauvages, parce qu’elle est entièrement nécessaire pour conserver la paix et le commerce; qu’autant il est à propos que les juges ordinaires chastient sévèrement les désordres qui pourraient arriver par cette permission, autant est-il à souhaiter que M. l'Évesque voulust descharger du scrupule du cas réservé qui trouble les consciences, qui met la division dans les familles et cause du scandale sans aucun fruit et sans qu’il y ayt lieu d’en espérer ; Qu’il est de la dernière conséquence pour la tranquillité publique de permettre ou défendre absolument la traite des boissons sans autre réserve que de punir ceux qui feront du désordre, si on accorde cette liberté, parce que le transport seul est important au commerce, la permission d’en donner dans les habitations estant peu utile d’autant qu’il ne s’en fait pas une grande consommation et que les Sauvages n’en traitent considérablement que pour la vendre chez eux, qui est la seule raison qui les oblige de venir parmi nous, n’y estant pas invitez par l'envie de boire, en pouvant trouver plus proche et en grande abondance chez les Estrangers ;


TRAITE

DE

L’EAU-DE-VIE

AVEC

LES

SAUVAGES

415

Qu’on ne peut disconvenir que cette liberté est nécessaire au commerce parce que l’usage n’en est point criminel, et que le salut de la colonie en dépend, qui peut l’autoriser, estant une chose indifférente d’elle-mesme, quoy qu’il en arrive du mal par accident contre l’intention de celuy qui s’en sert, et que c’est aux laïques seulement à décider sur ce qui est bon ou mauvais au commerce, et non aux ecclésiastiques ; Et que, pour prouver davantage la nécessité dudit transport, on doit remarquer que le commerce de Canada consiste en 60 ou 80,000 castors par an, au plus, et que les peuples qui achètent la boisson sont au nombre d’environ 20,000 âmes, qu’on ne donne ordinairement pour chaque castor qu’une chopine d’eau-de-vie, et qu’il suit de là que si chacun de ces Sauvages la boit seulement par année, il en revient au pays le tiers ou le quart de tout ce castor, et cependant les Sauvages ne se pourraient enyvrer qu’une fois ne buvant que cette quantité, dont on tirerait 20,000 castors; Qu’il est impossible que tous ces Sauvages s’enyvrent ou qu’ils tombent si souvent dans ce désordre, ou bien ils achètent de la boisson pour plus de 20,000 castors, ce qui fait conclure que ce commerce fait la plus grande partie du nostre ou que les Sauvages s’enyvrent rarement ; que s’il est arrivé peu souvent des désordres, ce ne doit pas estre un motif suffisant pour en défendre la cause au préjudice du repos d’un pays; que ceux qui arrivent par accident doivent estre chastiez ; mais ce commerce doit estre permis ; Qu’on ne peut convenir de ce que l’on avance de l’emportement des Sauvages pour la boisson, parce que tous les jours on remarque, et les missionnaires demeurent d’accord, qu’il y a 13 ou 1400 Iroquois et Hurons qui vivent avec nous,


416

TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

et qu’il y en a plus de 800 de ceux qui composent les bourgades de la prairie de la Magdelaine, la montagne de Montréal et de Lorette, qui se sont entièrement retirez de la desbauche depuis quatre ou cinq ans qu’ils y demeurent, ce qui marque une disposition à la discipline et à l’ordre bien plus raisonnable que celle de plusieurs François, ce que les députez Sauvages qui furent entendus il y a peu de temps par mondit sieur comte de Frontenac nous confirmèrent et rapportèrent, que l’ivrognerie estoit plus soufferte dans la NouvelleAngleterre que parmy nous, puis qu’ils assurèrent avoir dit au sieur Andros, gouverneur de Manatte, qu’ils s’estoient retirez avec nous pour éviter la desbauche et le grand desbordement où plusieurs de leurs compatriotes vivoient au sujet de l’eau-de-vie, dans le voisinage des Anglois ou Hollandois ; Qu’il ne faut que faire réflexion sur ce que les François feraient dans la desbauche, s’ils n’estoient retenus par l’appréhension des loix, et en faire comparaison à ce qui arrive parmi les Sauvages qui vivent dans l’impunité, et on verra que 20,000 de ces barbares, qui n’appréhendent aucune punition dans leur pays, ne commettent pas tant de désordres que dans cinq ou six ans il en arrive dans deux ou trois foires d’une petite ville de Bretagne ; Qu’il est certain et qu’il a connoissance qu’il y a grand nombre de Sauvages qui ne boivent jamais de vin ny d’eaude-vie, et qui n’en achètent que pour l’aller revendre bien loin et en rapporter les pelleteries ; Que les désordres sont si peu fréquens qu’à peine en trouvera-t-on sept à huit depuis six ans, qui sont plustost l’effet de leur barbarie que des boissons qu’ils achètent, et qu’il en arrive beaucoup plus souvent dans les nations qui


TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

417

n'en usent point, à cause qu'elles sont bien plus esloignées de nous, qu’elles ne connoissent pas nos manières, auxquelles elles s’accoustument peu à peu, ce qui se connoist manifestement, parceque pendant la plus grande rigueur des ordonnances lesdits désordres estoient plus communs que depuis qu’elles ont esté révoquées ; Qu’il est certain que cette liberté du transport des boissons diminuera les désordres, parce qu’on ostera le moyen aux libertins de les aller commettre avec les Sauvages, qui, pour leur interest, aimeront mieux venir acheter de la boisson à bon marché dans les habitations que de s’arrester aux vagabonds qui ne leur en peuvent donner que très-peu et bien chèrement, et ce sera le moyen que les honnestes gens qui feront ce commerce en toute seureté s’opposeront au préjudice qu’y causeroient les vagabonds ; Qu’il est important qu’il fasse remarquer qu’estant obligé à la conservation du poste que Sa Majesté luy a confié, que si le transport des boissons est interdit, la guerre est infaillible avec les Iroquois dans très-peu de temps, à cause de la cherté des denrées, ainsy que les lettres des missionnaires le portent, et qu’il doit tout appréhender si on leur refuse ce qu’ils aiment tant, n’ayant d’autre moyen de les attirer pour leur oster la défiance qu’on leur inspire; Celuy dudit Duplessis Gastineau, qu’il ne faut traiter aucune eau-de-vie aux Sauvages, d’autant que cette traite ruine la Religion, parce qu’on les a veus autrefois assidus aux prières et à la fréquentation des Sacremens, et que maintenant ils vivent comme des athées et commettent toutes sortes de crimes, ce qui procède de l’ivrognerie continuelle dans laquelle ils sont; que ladite traite met les François et les Sauvages 27


418

TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

dans un estat de damnation, les uns par le mespris qu’ils font des ordres de l’Église et les autres parce qu’ils ne boivent que pour s’enivrer ; que cette traite ruine le commerce parce que les Sauvages s’endettent de tous costez pour boire, et qu’un d’eux despense plus en boisson dans deux mois qu’il ne feroit en deux ans pour l’entretien de sa famille ; Celuy dudit sieur Levallon, qu’il est nécessaire que ladite traite soit défendue, parce que les Sauvages et les :Sauvagesses commettent de très-grands désordres, ce qui faict que les François vont dans les bois pour leur en traiter ; Celuy dudit sieur Jolliet, qu’il faut défendre sur peine de la vie de transporter des boissons dans les bois au-devant des Sauvages qui commercent avec les François, comme aussy auxdits Sauvages d’en emporter ; mais qu’il soit permis aux habitans de leur en donner dans les maisons et aux lieux où l’on trafique avec modération, évitant de les enivrer, et s’il arrive quelques désordres, qu’ils soient chastiez; et qu’il n’est pas vray de dire que tous les Sauvages s’enivrent, quelquesuns en usant bien, comme ceux qui sont parmynous ; d’autres mesme en font trafic et achètent de l’eau-de-vie aux habitations et la portent dans les bois vendre en eschange du castor, dont ils ont ensuitte de la boisson et des marchandises ; qu’il est vray qu’il s’en trouve peu de ceux-ci, et que de deux cents il n’y en a pas trois; Celuy dudit sieur Le Bert, que l’on pourrait donner la liberté de traiter de l’eau-de-vie dans les maisons avec modération, et d’empescher que les François et les Sauvages n’eussent point la liberté d’en transporter dans les bois ny dans les cabanes; et que pour ce qui est allégué que la liberté de donner des boissons à boire aux Sauvages est un moyen


TRAITE DE L’EAU-DE-VIE AVEC LES SAUVAGES

419

pour les attirer à la Foy, qu’il soustient au contraire que c’est une opposition, et qu’à l’esgard du commerce, qu’on leur en traite ou non, c’est toujours la mesme chose, et que leurs pelleteries tomberont toujours entre les mains des habitans ; Et celuy du sieur Dombourg, que si la traite des boissons est défendue, on ne verra point de désordres ; que les Sauvages vivront en paix, qu’on ne s’arrestera plus à attraper leurs pelleteries pour un peu de boisson qu’on leur donne, et que les François s’adonneront à la culture des terres, ce qui sera cause que le pays fleurira; qu’au contraire, si ladite traite est permise, le pays déchoira, bien loin d’augmenter, et Dieu sera très-mal servy, parce que les Sauvages ne boivent que pour s’enivrer; que lorsqu’ils sont ivres, ils commettent beaucoup de crimes et incestes; les enfans tuent leurs pères, violent leurs sœurs, les mères tuent leurs enfans et les femmes se prostituent pour une chopine d’eau-de-vie ; que si la liberté de cette traite est accordée, on ne verra que des coureurs de bois pour en traiter; que c’est un grand péché de donner 20 sols d’eau-de-vie en eschange de 6 à 7 livres de castor, et que, lorsque lesdits Sauvages ont beu, ils vendent tout ce qu’ils ont et donnent quelquefois un fusil pour demi-septier d’eau-de vie; que cela est si vray que l’on ne voit plus tant de Sauvages depuis qu’ils traitent des boissons, comme il y en avoit auparavant, parce que depuis qu’ils en boivent en si grande quantité ils en meurent; et cette passion de boire empesche leur conversion, parce que depuis qu’ils y sont accoustumez ils ne veulent plus faire autre chose ny entendre parler de Dieu. Dont et de tout ce que dessus, nous avons dressé le présent procès-verbal, pour iceluy envoyer à Sa Majesté, estre par elle


420

TRAITE

DE

L’ÊAU-DE-VIE

AVEC

LES

SAUVAGES

ordonné ce qu’il appartiendra, les jour et an susdits, et sont lesdits advis signez et paraphez, demeurez attachez au présent procès-verbal. Et ont signé : Frontenac, Du Chesneau, René Villeray, le Gardeur, Tilly, Damours, Du Pont, de Peyras, C. de Bermon, d’Auteuil et Peuvret. Collationné à l’original demeuré ès liasses du greffe dudit Conseil souverain, par moy conseiller secrétaire du Roy et greffier en chef audit Conseil. A Québec, le 21 aoust 1693. PEUVRET.


XVIII

SECOURS QUE CAVELIER DE LA SALLE REÇOIT DE SA FAMILLE ET DETTES CONTRACTÉES PAR LUI POUR SON ENTREPRISE DE

1678

A

1683.



FRAIS

DE

L’ENTREPRISE

DE CAVELIER DE LA SALLE

I ENTREPRISES DE CAVELIER DE LA SALLE DE 1678 A 1683. APPUI QUE SA FAMILLE CONTINUE DE LUI DONNER.

Extrait du mémoire au Roy, présenté sous la Régence. Avec ses lettres patentes, le sieur de La Salle eut besoin de nouveaux secours, mais bien plus considérables que les premiers. Il les trouva encore dans sa famille dont les premières avances leur tenoient lieu d’une espèce d'engagement ; ses frères et ses parents n'espargnèrent rien pour le mettre en estat de respondre dignement aux bontez du feu Roy. Muny d'un puissant secours, il retourna aussitost dans la Nouvelle-France. Il n’eut pas plus tost débarqué qu'il se mit en marche, traversa ces contrées la pluspart inhabitées et parvint, en descouvrant le pays, jusqua la rivière des Illinois. Il y construisit un fort situé à 350 lieues au delà du fort Frontenac, et, suivant ensuite le cours de cette rivière, il trouva qu’elle se jetoit dans


424

FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

un grand fleuve appelé par ceux du pays Mississipy, c’est-àdire grande eau, environ 100 lieues au-dessous du fort qu’il venoit de construire. Le sieur de La Salle, jugeant par le cours de ce grand fleuve vers le midy qu’il pouvoit entrer dans la mer qui forme le golfe du Mexique,il prit trente François avec luy et autant de Sauvages, chacun avec un fusil, descendit ce grand fleuve et trouva qu’en effet il entroit dans le golfe du Mexique. — Il planta sur ses bords une croix et les armes de Vostre Majesté et imposa son auguste nom à ces vastes régions dont il avoit esté assez heureux pour faire la descouverte. Il reprit ensuite le chemin du Canada et de Québec, esloignez d’environ mille lieues de l’embouchure de ce grand fleuve dont il venoit de faire la descouverte. Après avoir essuyé des fatigues infinies, tant en descendant qu’en remontant ce fleuve, et triomphé des obstacles que lui opposèrent les Sauvages dans un voyage de si long cours, il revint aussitost en France pour faire part au Roy de sa descouverte. Et il arriva à Versailles au mois de décembre 1683. Tout cela avoit esté heureusement exécuté par le sieur de La Salle dans le temps qui lui avoit esté prescrit. Il avoit fait ces descouvertes et ces expéditions si pleines de périls et avec tant de despenses par le seul secours de sa famille, à laquelle il en coustoit plus de 500,000 livres...


FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

425

II Obligation du sieur de La Salle envers le sieur Plet de 16,076 liv. 9 s. 28 juin 1678.

Nous soussignez, Robert Cavelier, escuyer, sieur de La Salle, seigneur et gouverneur du fort de Frontenac en Canada, et François Plet, marchand bourgeois de Paris,reconnoissons avoir fait les ventes et conditions qui ensuivent, c’est à sçavoir : Moy dit Plet avoir vendu et livré depuis le 23 mars jusqu’au 10e juin de la présente année 1678, audit sieur de La Salle, qui reconnoist avoir en sa possession les marchandises contenues au mémoire, que moy de La Salle ay en ma possession, et m’avoir esté livrées et dont je me contente, lesquelles marchandises seront conduites aux risques de moy Plet jusqu’au port de Québec et aux frais de moy, de La Salle. Ladite vente de marchandises faite moyennant la somme de 11,483 liv. 4 s., laquelle somme moy dit Robert Cavelier promets payer audit sieur Plet en cette ville de Paris à la fin de l’année 1679, et ce en lettres de change avec le profit à raison de 40 pour 100, montant le profit à la somme de 4,593 liv. 5 s., ce qui fait 16,076 liv. 9 s. pour lesdites marchandises que ledit sieur Plet m’a vendues bonnes, loyales et dont moy dit Cavelier suis content, pour d’icelles en faire et disposer par moy ainsy que j’aviseray bon estre. Fait à Paris, sous nos seings privez, ce 28e jour de juin 1678. Ainsy signé : F. PLET, et CAVELIER DE LA SALLE.


426

FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

III 28 juin 1678.

Aujourd'huy sont comparus par-devant les Conseillers du Roy, notaires et garde notes de Sa Majesté au Chastelet de Paris soussignez, ledit Robert Cavelier, sieur de La Salle, de présent à Paris, logé rue de la Truanderie, paroisse SaintEustache, d’une part, et ledit sieur François Plet, marchand bourgeois de Paris, y demeurant rue Saint-Martin, paroisse St-Médéricq, d’autre part, lesquels ont reconnu avoir fait escrire et avoir signé de leurs seings ordinaires et dont ils ont coustume de se servir en leurs affaires, l’escrit et convention de l’autre part, qu’ils promettent respectivement entretenir et exécuter de point en point, selon la forme et teneur, pourquoy ils ont respectivement eslu leurs domiciles irrévocables en cette ville et maisons où ils sont demeurans cy devant déclarées, auxquels lieux nonobstant et promettans, obligeans, renonçans, etc. Fait et passé à Paris, ès-maisons des parties, l’an 1678, le 28 jour de juin avant midi ; et ont signé, avec Raveneau et Paillet, la minute des présentes estant ensuite de l’original de l’escrit et convention devant transcrite, demeurée audit Paillet, notaire, auquel ladite minute a esté rapportée par le sieur François Plet, marchand de Paris, y demeurant rue Saint-Martin, paroisse StNicolas-des-Champs, suivant l’acte estant ensuite passé pare

devant les notaires soussignez aujourd’huy 8e février 1680. Signé :

RAVENEAU

et

PAILLET,

avec paraphes.

Collationné par lesdits notaires à Paris soussignez, sur


FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

427

l’original en papier. Ce fait et à l’instant rendu aujourd’huy 20 avril 1720. LEMAIRE,

BOURON (?).

IV AUTRES EMPRUNTS DE CAVELIER DE LA SALLE POUR SON ENTREPRISE.

30 juin 1678. — 4,000 liv. au sieur Simonnet, notaire à Paris, par billet en original dudit sieur de La Salle, daté à Paris le 30 juin 1678, de ladite somme de quatre mille livres, qu’il promet payer audit Sieur dans deux mois pour autant qu’il luy doit pour argent qu’il luy a presté. 5 juillet 1678. — 6,000 liv. à monsieur Dumont, trésorier du marc d’or, par obligation passée par-devant de la Balle et Roré, notaires au Chastelet de Paris, le 5 juillet 1678, pour employer en achat de fonds et héritages aux environs du fort Frontenac et à la construction des bastimens d’iceluy. Laquelle somme il promet rendre dans un an et oblige et hypothèque spécialement les fonds, immeubles à luy appartenant audit fort, sept cents livres de rente, à luy constituée au denier quatorze et trois cents livres de rentes au denier dix-huit, d’autre à luy deue et constituée par le sieur François Chefdeville, marchand à Rouen, ainsi qu’il est plus amplement porté par ladite obligation. 5 juillet 1678. — 24,000 liv. à Monsieur Raoul, advocat en Parlement, par billet original dudit sieur de La Salle, escrit et signé de sa main, daté à Paris, causé pour pur prest, qu’il promet payer ou à ordre dudit sieur Raoult (sic), en quatre


428

FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

années consécutives, la première commençant le premier janvier 1680, et les autres suivantes immédiatement, au payement de laquelle somme de vingt-quatre mille livres il oblige tous ses biens présents et à venir. 24 novembre 1678. — 4,600 liv. au sieur Migeon de Broussat, advocat en Parlement, et baillif de Montréal, par obligation dudit sieur de La Salle, passée par-devant Manque, notaire à Montréal, le 24 novembre 1678, pour pareille somme de quatre mille six cents livres que ledit sieur Migeon luy a cy devant prestée et fournie en castors, suivant la promesse dudit sieur de La Salle, du deuxiesme du mesme mois, laquelle luy avoit esté remise en présence dudit notaire et tesmoins y nommez, laquelle somme il s’oblige de payer, l’année suivante 1679, en castors ou argent monnoyé, et hypothèque tous ses biens, meubles présents et à venir en quelque lieu qu’ils soyent situez, ainsi qu’il est plus amplement porté par ladite obligation, dont copie collationnée par Adhemar, notaire à Montréal, nous a esté représentée. 8 novembre 1678. — 13,623 liv. à Monsieur le Comte de Frontenac, par obligation de M. Claude de Bernon, bachelier en théologie, au nom et comme procureur dudit sieur Robert Cavelier de La Salle, passée par-devant de Beaufort et Ferret, notaires à Paris, le 14 avril 1679, au profit du sieur François Rochon, intendant de M. le maréchal de Schomberg, ladite somme de treize mille six cent vingt-trois livres payable à volonté, pour seureté de laquelle ledit sieur Bernon a affecté, obligé et hypothéqué tous les biens, meubles et immeubles présens et à venir du sieur de La Salle, et spécialement le fort de Frontenac avec ses circonstances, appartenances et dépendances, situez en Canada, appartenant audit


FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

429

sieur de La Salle — conformément à la procuration qu’il luy en avoit envoyée passée par-devant Dugas, notaire à Québec, le 8 novembre 1678, dont copie est ensuite de ladite obligation. Déclaration dudit sieur Rochon passée par-devant Thibaut et Simonnet, notaires, le 2 mai 1679, comme la susdite obligation est au profit et des deniers de mondit sieur le comte de Frontenac, qui luy avoit fait tenir icelle somme en la ville de Paris et auquel ledit sieur Rochon n’a fait que prester son nom, déclare, consent et accorde que mondit sieur Comte de Frontenac la reçoive comme à luy appartenante ; sentence du Chastelet de Paris, du 2 janvier 1682, qui condamne ledit sieur de La Salle à payer audit sieur Rochon ladite somme de treize mille six cent vingt-trois livres, suivant qu’il y est obligé par ladite obligation, avec le profit et intérests suivant l’ordonnance à compter du 10 juillet 1681... 3 septembre 1679. — 2,934 liv. 1 s. 9 deniers, au sieur Desaintes, un mémoire de castors et pelleteries montant à ladite somme, ensuite duquel est le billet dudit sieur Cavelier de La Salle, daté à Missilimakinak, le 3 septembre 1679, de la somme de deux mille neuf cent trente-quatre livres un sol neuf deniers, payable le printemps suivant ou au porteur dudit billet, sitost qu’il le voudra... 29 septembre 1679. — 1,627 liv. au sieur Charon, marchand à Québec, suivant une sentence du substitut du procureur fiscal du bailliage de Montréal du 29 septembre 1679, en laquelle il a esté condamné tant pour marchandises livrées à l’agent des affaires dudit sieur de La Salle, que pour six cent soixante livres payez par le sieur Charon par son ordre aux F. P. Récollectz de Québec. 1 et 2 mars 1680. — 2,500 liv. au nommé Moyse Hillaer


430

FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

ret, charpentier de navire, ladite somme à luy deue par ledit sieur de La Salle, tant pour deux années et demie de ses gages, à raison de huit cents livres par an, que pour pelleteries qu’il a remises au magasin du fort de Frontenac, et récompense promise par ledit sieur de La Salle audit Moyse en considération de ses bons services, suivant deux de ses billets datez de Grèvecœur, les 1er et 2 mars 1680, demeurez ès liasses du greffe du Conseil souverain, pour le payement de laquelle somme de deux mille cinq cents livres, ledit sieur Moyse ayant présenté requeste à feu monsieur de La Barre, gouverneur général en Canada, il luy auroit permis de son ordonnance du Ier mars 1683 de faire saisir et arrester la barque qui estoit pour lors au fort de Frontenac comme son gage particulier et le produit de son travail, mesme de la freter et en tirer les deniers de celuy qu’il mettroit pour commander audit fort... 24 aoust 1681. — 2141 liv. à mademoiselle d’Alonne, par billet dudit sieur de La Salle daté au fort Frontenac, le 24 aoust 1681, par lequel il reconnoist luy devoir lesdits deux mille cent quarante une livres qu’il luy promet payer, sçavoir huit cents livres en castors l’automne de la mesme année, et le surplus le printemps suivant en marchandises assorties et propres à la traite de celles que M. de La Forest aura auprès de Montréal. 3 octobre 1682. — 2,633 liv. 15 s. au nommé Cauchois,suivant deux billets dudit sieur de La Salle, sçavoir le premier daté à Missilimakinak le 3 octobre 1682, de dix-sept cents livres qu'il luy promet faire venir de France l’année suivante en marchandises, y compris le fret et les frais pour autant qu’il luy doit pour les services qu’il luy a rendus jusqu’audit jour, et s’oblige de payer en son acquit, au sieur Regnault, deux


FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

431

cent trente-trois livres quinze et de luy rapporter le printemps suivant son billet, et par le second billet dudit sieur de La Salle, daté à Kébec le 11 novembre 1683, il reconnoist devoir audit Cauchois, pour les services qu’il luy a rendus outre ce qu’il a receu et ce qu’il luy a promis, de luy envoyer de France la somme de sept cents livres qu’il consent qu’il reçoive de l’argent qui luy a esté saisy et mis entre les mains de MM. Perrot et Haseur, suppliant M. le Général, qui estoit pour lors M. de La Barre, de vouloir y consentir, ledit Cauchois ne luy ayant jamais rendu que de bons services. 2 novembre 1683. — 3,640 liv. au sieur Le Chasseur par billet dudit sieur de La Salle, conceu en ces termes : « Monsieur de Tonty, ou en son absence le sieur de Boisrondet, donnera à M. Le Chasseur ou ordre pour la valeur de 3,640 liv. de castors, par préférence sur tout ce que je peux devoir, pour pareille somme que je luy dois précédant ce jour, pour valeur receue de luy. Fait à Québec le 2 novembre 1683. Signé de La Salle. 15 février 1683. — 1,007 liv. 3 s. 10 d. au sieur Dulhut, qu’il prétend luy estre deus par ledit sieur de La Salle suivant un compte de débit et crédit montant à 2,495 liv. 5 s. 8d., sur lequel il dit n’avoir receu que 1,488 liv. o s. 10 d. — ledit compte non arresté par ledit sieur Dulhut, mais seulement affirmé véritable par ledit sieur Dulhut, le 15 février 1683. 29 mars 1680. — 877 liv. 5 s. 8 d. au sieur Mars, marchand à Québec, à luy deues par la sentence rendue par le lieutenant général de Québec du 29 mars 1680, signifiée au commis du sieur de La Salle le 16 avril ensuivant, depuis laquelle ledit sieur de La Salle a fait son billet de ladite somme de huit cent soixante dix-sept livres cinq sols huit deniers, qu'il promet


432

FRAIS DE L’ENTREPRISE DE LA SALLE

payer tant pour le principal montant à ladite somme et les interests depuis le jour de la sentence, ledit billet estant au dos d’icelle, daté à Québec, le 10 novembre 1683. 28 octobre 1678. — 275 liv. au sieur Soullard, pour reste de cinq cents livres qui luy estoient deues par ledit sieur de La Salle, suivant une lettre de change de trois cents livres par luy tirée le 28 octobre 1678, à deux mois de veue sur le sieur François Plet, marchand à Paris, et un billet de deux cents livres dudit jour 28 octobre 1678, payable audit sieur Soullard, ou ordre, le printemps suivant, en castors, pour valeur receue, sur laquelle somme de 500 livres ledit Soullard a touché du greffier de la prévosté de Québec, par arrest du Conseil souverain du 19 février 1680, la somme de trois cents livres qui font deux cent vingt-cinq livres monnoye de France, des deniers appartenant au sieur de La Salle, déposez ès mains dudit Greffier.


XIX

RELATION DE

L’ENTREPRISE

DE

DE

OFFICIELLE CAVELIER

1679

A

DE

LA

SALLE,

1681.

28



CAVELIER DE LA SALLE DE

1679

A

1681

1

Relation des descouvertes et des voyages du sieur de La Salle, seigneur et gouverneur du fort de Frontenac, au delà des grands lacs de la Nouvelle-France, faits par l'ordre de Monseigneur Colbert. — 1679-80-81. Il y a plusieurs années que le sieur de La Salle avoit esté persuadé, par les lumières qu’il avoit tirées de plusieurs Sau1. Ce mémoire des événements de l’entreprise d'exploration depuis 1678 est assurément la pièce officielle qui a été présentée au Ministre de la Marine, en attendant le grand résultat de 1682. Mais cette relation a-t-elle été écrite par Cavelier de La Salle, ou seulement par un savant ecclésiastique au moyen des lettres adressées par le découvreur à quelqu’un de ses amis ou de ses associés? C’est ce qu’il ne nous est pas encore permis de décider. Nous exposerons ailleurs les raisons de notre doute. Ce qui est certain, c’est que le Père Hennepin a connu ce document, auquel il a ait de nombreux emprunts. Mais ce ne pouvait être un motif pour nous de ne pas le publier, d’abord parce que l’auteur de la Description de la Louisiane mêle souvent l’erreur à ce qu’il rapporte, et aussi parce qu’il a quitté Cavelier de La Salle vingt-deux mois environ avant l’époque à laquelle finit notre manuscrit. Il y avait en outre un réel intérêt à constater les plagiats de l’homme qui devait plus tard tenter d’enlever au découvreur l’honneur de ses travaux, et s’il était par ce côté curieux de voir les ressemblances entre le livre du Père Hennepin et notre document, il ne l’était pas moins de reconnaître les différences de ce même document avec le texte des lettres de La Salle, d’où il a dû être tiré, mais sans qu’on leur prît ce qu’elles ont d’intime et de confidentiel. Plusieurs de ces lettres, étant d’ailleurs incomplètes, n’auraient pas été comprises si nous les eussions publiées seules, tandis que ce récit, les précédant, nous permettra du moins d’apercevoir ce qui leur manque pour suivre l’enchaînement des faits.


436

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

vages de diverses nations, que l'on pourroit faire des establissements au sud-ouest des grands lacs de la Nouvelle-France, et que mesme on pourroit pénétrer jusqu’à la mer par le moyen d’une grande rivière que quelques Sauvages appeloient Ohio et les autres Mississipi. Dans cette pensée il acheta une habitation dans l’isle de Montréal, à l’endroit appelé la Chine, où l’on s’embarque pour remonter plus haut le long de la Grande-Rivière. Il communiqua ensuite au sieur de Courcelles, gouverneur du Canada, le dessein qu’il avoit de travailler à ceste descouverte, et il le trouva si bien fondé qu’il l’encouragea à l’exécuter au plus tost. Le sieur de La Salle, pour prendre des mesures plus justes, fit divers voyages, tantost avec des François, tantost avec des Sauvages, et mesme avec MM. Dollier et Galinée, prestres du séminaire de Saint-Sulpice, l’année 1669; mais une violente fièvre l’obligea à les quitter à l’entrée. Quelque temps après, le sieur de Courcelles et le sieur Talon, intendant de la Nouvelle-France, luy escrivirent pour l’exhorter à continuer ses descouvertes, et il s’en présenta une occasion favorable. Après que le sieur de Tracy, envoyé en Canada par le Roy en i665, eut forcé les Iroquois à demander la paix, il jugea qu’il estoit nécessaire, pour tenir en bride ces barbares, de faire construire quelques forts dans les lieux par où les Iroquois avoient accoustumé de passer pour venir attaquer les habitations françoises; on bastit pour cet effet les forts de Sorel et de Chambly, sur les bords de la rivière Richelieu, qui se descharge dans celle de Saint-Laurent, et ensuite le fort de Frontenac, près de la descharge du lac Ontario ou de Frontenac.


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

437

Le gouvernement de ce dernier fort estant venu à vaquer, le sieur de La Salle, qui avoit esprouvé de grandes difficultez à surmonter les saults et les rapides que l'on trouve durant vingt-cinq lieues depuis Montréal jusqu’au fort Frontenac, résolut de venir en France pour demander ce gouvernement. Il arriva à La Rochelle en 1675, et ensuite à Paris, où il offrit à la Cour d’achever ce fort à ses despens et d’y entretenir une garnison suffisante; et comme le sieur Comte de Frontenac avoit fait des avances pour plus de 15,000 livres, tant pour la construction du fort que pour l’entretien de la garnison, il offrit encore de le rembourser, pourveu que la Cour voulust luy accorder le gouvernement et la propriété de ce fort. Ses propositions furent agréées par Monseigneur Colbert, qui luy en fit expédier les provisions. Aussitost que le sieur de La Salle fut de retour en Canada, il fit démolir le premier fort, qui n’avoit que soixante toises de tour et n’estoit que de terre soustenue d’une forte palissade, et il en fit construire un autre à quatre bastions revestus et de trois cent soixante toises de tour, auquel on travailla avec tant de diligence qu’au bout de deux ans il fut mis en sa perfection, quoyqu’il ne se fust point obligé à faire une si grande despense. Ce fort est situé au nord et près de la descharge du lac Frontenac dans une presqu’isle dont il a fait fossoyer l’isthme et dont les autres costez sont entourez du lac et d’un grand port, où toutes sortes de bastiments peuvent mouiller en seureté. Le lac a quatre-vingts lieues de longueur et vingt-cinq ou trente de largeur. Il est abondant en poissons et profond et navigable partout. — Les Cinq Nations ou plustost les cinq


438

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

cantons des Iroquois habitent la pluspart au midi de ce mesme lac, et quelques-uns au nord. La situation de ce fort est si avantageuse qu’il est aisé, par son moyen, de couper la sortie ou le retour des Iroquois, ou de leur porter en vingt-quatre heures la guerre chez eux, dans le temps qu’ils seroient en course, par le moyen des barques du sieur de La Salle qui en a fait construire quatre toutes pontées dans ce lac, et qui a si bien dressé ses gens à conduire les canots dans les rapides les plus affreux, qu’ils sont à présent les plus habiles canoteurs de l’Amérique. On a desjà reconnu l’utilité de ce fort par les voyages que le sieur comte de Frontenac y a fait avec quarante canots, plusieurs années consécutives, pour traiter avec les Iroquois, leur imprimer par sa présence du respect et de la crainte et les accoustumer à obéir à ses ordres. Comme la terre qui borde ce lac est très-fertile, le sieur de La Salle en a fait cultiver plusieurs arpens, où le bled, les légumes et les herbes potagères ont très-bien réussi, quoyque d’abord ces bleds ayent été incommodez des sauterelles, ainsi qu’il arrive ordinairement dans les nouveaux défrichemens du Canada, à cause de la grande humidité de la terre. Il y fait élever des volailles et des bestes à cornes, dont il a présentement plus de vingt-cinq, et comme les arbres sont très-beaux et propres à bastir des maisons et des barques, et que l’hyver y est beaucoup plus court qu’en Canada, il y a lieu de croire qu’il s’y formera bientost une colonie considérable, y ayant desjà treize à quatorze familles establies et une mission de Récollects. Pendant que le sieur de La Salle travailloit à la construction de son fort, les envieux, jugeant par de si beaux com-


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1676 A

1681

439

mencements de ce qu’il pourroit faire dans la suite, suscitèrent le sieur Joliet à le prévenir dans ses descouvertes. Il alla par la baye des Puans à la rivière de Mississipi, sur laquelle il descendit jusqu’aux Illinois, et revint par le lac des Illinois en Canada, sans avoir essayé pour lors ny depuis d’y faire aucun establissement. A la fin de l’année 1677, le sieur de La Salle vint en France rendre compte à M. Colbert de ce qu’il avoit fait en exécution de ses ordres. Il luy représenta ensuite que ce fort luy donnoit de grandes commoditez pour faire des descouvertes-, que son principal dessein en le faisant construire avoit esté de les continuer dans les pays tempérez, riches et fertiles; que le seul commerce des peaux et de la laine des bœufs sauvages, que les Espagnols appellent Cibola, pouvoit establir un grand commerce et soustenir de puissantes colonies; que toutesfois, comme il seroit difficile d’amener ces peaux de bœufs dans des canots, il supplioit Monseigneur Colbert de luy faire accorder la commission pour faire la descouverte de l’embouchure, et qu’il plust à Sa Majesté de luy donner le privilége de faire luy seul le commerce des peaux de bœufs sauvages, dont il en avoit apporté une pour eschantillon; ce qui luy fut accordé. Le sieur de La Salle partit de France au mois de Juillet de l’année 1678 avec le sieur de Tonty, un pilote, des matelots et plusieurs autres jusqu’au nombre d’environ trente personnes, des ancres et des agrez pour les barques qu’il vouloit faire construire, et les armes et les marchandises nécessaires. Il arriva à la fin de Septembre à Québec, d’où il fit aller ses gens et transporter ses marchandises et ses provisions au fort de Frontenac. Il s’y rendit luy-mesme sitost


440

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

qu’il eut achevé ses affaires, et à la fin de la mesme année il fit partir quinze de ses gens avec des marchandises pour la somme de 7 à 8,000 livres, avec ordre d’aller en canot l’attendre chez les Illinois, qui demeurent dans le voisinage de la rivière Mississipi, afin de commencer à establir une bonne correspondance avec ces Sauvages, et de luy préparer des vivres et les autres choses nécessaires pour la continuation de ses descouvertes. Au commencement de l’année suivante, 1679, il envoya ses charpentiers à Niagara avec d’autres gens sous la conduite du sieur de La Motte et du Père Louis Henpin (sic), missionnaire Récollect, pour y faire un fort et construire une barque à l’entrée du lac Érié, le sieur de La Salle n’ayant pu la faire bastir au fort Frontenac à cause d’un portage de deux lieues du grand sault du Niagara, sans lequel on pourroit naviguer en grande barque depuis le fort de Frontenac jusqu’au bout du lac des Illinois par des lacs qu’on peut avec raison nommer des mers d’eau douce. La grande rivière de Saint-Laurent tire son origine de plusieurs grands lacs, entre lesquels il y en a cinq d’une grandeur extraordinaire, et qui sont mal représentez sur les cartes imprimées. — Ces lacs sont le lac Supérieur, le lac des Illinois, le lac des Hurons, le lac Érié et le lac Frontenac. Ils sont tous d’eau douce et très-bonne à boire, abondans en poissons et entourez de terres fertiles ; à la réserve du premier, la navigation y est aisée en esté, mesme à de grands bastimens, mais difficile en hyver à cause des grands vents qui y règnent. Le lac Supérieur et celuy des Illinois sont les plus esloignez du costé du couchant. Le premier, qui s’estend de l' est à l' ouest, a cent cinquante lieues, de longueur, soixante


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

16 81

441

de largeur et environ près de cinq cents lieues de tour. Le second, qui est situé au nord et au sud, a cent vingt ou cent trente lieues de longueur, quarante ou cinquante de largeur et près de quatre cents lieues de tour. Ces deux lacs se dégorgent dans celuy des Hurons, le premier par un rapide rempli de rochers et où l'on ne peut naviguer, et l’autre par le destroit de Missilimakinak. Le lac des Hurons se descharge par un long canal navigable dans le lac Érié, en sorte que comme ces deux derniers lacs sont à peu près égaux à celuy des Illinois, et qu’ils ne sont séparez par aucun rapide incommode, on peut aller en barque depuis le fond du lac des Illinois, par un espace de quatre cents lieues, jusqu’au bout du lac Érié, où la navigation est interrompue. Le lac Érié se jette dans le lac de Frontenac; mais à quatorze lieues de ce dernier lac il se resserre, et ce rétrécissement s’appelle la rivière de Niagara, qui, après un cours de quatorze lieues, se jette dans le lac de Frontenac à 42 degrés 20 minutes de latitude. Les eaux de cette rivière ou de cette partie du lac Érié ont un courant difficile à surmonter, à la voile principalement; à une lieue du mesme lac, à quatre lieues du lac de Frontenac, elles forment une cheute d’une hauteur incroyable, et qui n’a pas sa pareille sur la terre. La rivière de Niagara, près de cet endroit, n’a qu’un demi-quart de lieue de largeur, mais elle est extrêmement profonde et si rapide qu’elle entraisne toutes les bestes qui la veulent traverser sans que pas une puisse résister à son courant. Elle se précipite de plus de six cents pieds de hauteur, et sa cheute est composée de deux nappes d’eau et d’une cascade avec une isle en talus au milieu ; ses eaux escument et bouillonnent d’une manière affreuse; elles tonnent continuellement, et lorsque


442

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

le vent souffle du costé du sud on entend le bruit qu’elles font de plus de quinze lieues ; à quatre lieues de ce sault ou de cette cheute, la rivière de Niagara se jette dans le lac Frontenac. C’est à cette embouchure que le sieur de La Salle fit commencer un fort qui auroit pu tenir en bride les Iroquois, et particulièrement les Sonnontouans, les plus puissans de tous, et leur empescher le commerce qu’ils font avec les Anglois et les Hollandois de quantité de pelleteries qu’ils sont obligez d’aller chercher dans les pays occidentaux, et de passer en allant et en revenant par Niagara, où l’on pourroit les arrester à l’amiable en temps de paix et par force en temps de guerre. Mais les Iroquois prirent ombrage de ce fort, en sorte que comme il n’estoit pas en estat de leur résister, il se contenta de faire bastir une maison fortifiée de palissades. Le sault de la rivière de Niagara l’obligea aussi à faire construire sa barque deux lieues au-dessus et à six lieues de l’embouchure de cette rivière. Il y alloit de temps en temps visiter ses ouvriers et leur porter des provisions et d’autres choses nécessaires, tantost en barque, tantost en canot; mais il eut plusieurs traverses qui auroient peut-estre fait abandonner cette entreprise à tout autre qu’à luy. Sa barque, chargée de provisions et de quelques marchandises, fit naufrage sur la coste méridionale du lac, à dix lieues de Niagara, par la faute du pilote qui l’abandonna avec tous les matelots pour aller coucher à terre. Il perdit aussi quelques canots avec beaucoup de marchandises, et un jour qu’il estoit pressé de retourner au fort Frontenac, il entreprit ce chemin de plus de quatre-vingts lieues par terre et à pied, avec un petit sac de bled d’Inde rosti qui mesme luy manqua


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

443

à deux journées du fort, où il ne laissa pas que d’arriver heureusement. Les Iroquois prirent aussi ombrage de la barque qu’il faisoit construire ; il leur députa pour les apaiser le sieur de La Motte, avec le Père Louis Henpin, Récollect, et quelques autres François. — Ils assemblèrent un conseil de quarante vieillards, à qui, au nom de toute la nation, ils donnèrent pour près de cinq cents livres de marchandises, suivant l’usage de ce pays, où les meilleures raisons ne sont jamais escoutées si elles ne sont accompagnées de présents. Le sieur de La Motte leur parla à leur manière et leur dit qu’il venoit les visiter de la part d’Onontio, qui est le nom qu’ils donnent aux gouverneurs du Canada, et pour fumer avec eux sur leurs nattes ; qu’il alloit faire un grand canot de bois pour aller chercher des marchandises en Europe par un chemin plus commode que celuy des rapides de la rivière Saint-Laurent afin de les leur donner à meilleur marché. Il adjousta plusieurs autres raisons, dont toutesfois ces barbares ne furent pas satisfaits. La pluspart des Iroquois estoient allez à la guerre au delà du lac Érié; mais quoyque leur absence rendist ceux qui estoient restez moins insolents, néantmoins ils ne laissoient pas de venir souvent au chantier où l’on travailloit à la barque et de tesmoigner leur mescontentement; mesme l’un d’eux, contrefaisant l’ivrogne, voulut tuer le forgeron; mais la résistance des François et la disposition où ils se mirent de repousser les Iroquois, les obligea à se retirer. On eut advis quelque temps après qu’ils vouloient mettre le feu à la barque sur le chantier, et ils l’auroient exécuté si l’on n’y avoit fait une garde fort exacte.


444

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

Des alarmes si fréquentes, la crainte de manquer de vivres après la perte du fort de Frontenac et le refus que firent les Sonnontouans d’en fournir en payant découragèrent les charpentiers, et ils auroient infailliblement déserté, si le sieur de La Salle et le Père Louis n’avoient pris soin de les rassurer et de les animer à travailler avec plus de diligence pour se délivrer de ces inquiétudes. En effet, ils s’appliquèrent à leur ouvrage avec tant d’assiduité que peu de temps après ils mirent la barque à l’eau, quoiqu’elle ne fust pas encore achevée, afin de la garantir du feu dont elle estoit menacée, et ils la mirent ensuite en peu de jours en estat de naviguer. Les Iroquois en furent extraordinairement surpris, et ils ne pouvoient comprendre comment ils avoient pu construire avec tant de facilité un si grand canot de bois, quoyque ce bastiment ne fust que d’environ quarante-cinq tonneaux. Cependant les envieux du sieur de La Salle, voyant sa barque achevée nonobstant les difficultez du transport des agrez à travers tant de rapides et les oppositions des Iroquois, publièrent que c’estoit une entreprise téméraire, qu’il n’en reviendroit jamais, et beaucoup d’autres choses semblables. Ils soulevèrent par ces discours tous les créanciers du sieur de La Salle qui, sans attendre son retour et sans l’en avertir, firent saisir tous les effets qu’il avoit à Montréal et à Québec, jusqu’au lit de son secrétaire, et se les firent adjuger pour le prix qu’ils voulurent, quoyque le seul fort de Frontenac, dont il est propriétaire, fust capable de payer deux fois toutes ses dettes, s’il estoit mort en travaillant à ses descouvertes. Le sieur de La Salle estoit alors au fort Frontenac, où il receut avis de ce désordre; mais comme il jugea que ce malheur estoit sans remède et qu’on n’avoit point d’autre


CAVELIER DE LA SALLE, DE

16 7 9 A

1681

445

dessein que de luy faire perdre un voyage dont il avoit fait les préparatifs avec tant de peines et de dépenses, il donna au fort les ordres qu’il jugea nécessaires, et se rendit à Niagara au commencement du mois d’Aoust de la mesrne année 1679. Il trouva sa barque preste à naviguer; mais ses gens luy dirent qu’ils n’avoient pu la faire remonter jusques à l’entrée du lac Érié, n’ayant pu surmonter à la voile le courant de la rivière de Niagara. Le sieur de La Salle les fit tous embarquer au nombre de trente personnes avec trois missionnaires Récollects, des armes, des provisions, des marchandises et sept petites pièces de canon de fonte. Ensuitte, contre l’opinion de ses gens, il vint à bout de remonter la rivière de Niagara. Il faisoit aller sa barque à la voile quand le vent estoit assez fort, et il la faisoit fouir dans les endroits les plus difficiles ; et il arriva ainsi heureusement à l’entrée du lac Érié. Il en partit le 7 du mois d’Aoust de la mesme année 1679, faisant sa route à l’ouest quart surouest, et sa navigation fut si heureuse que le 10 au matin, feste de saint Laurent, il aborda à l’entrée du destroit par où le lac des Hurons se descharge dans le lac Érié, et qui est esloigné de cent lieues de la rivière de Niagara. Ce destroit a trente lieues de longueur et presque partout une lieue de largeur, excepté dans son milieu, où il s’eslargit et forme un lac de figure circulaire et de dix lieues de diamètre que les PP. Recollects nommèrent le lac de SainteClaire. Le pays, des deux costez de ce destroit, est garny de belles campagnes descouvertes, où l’on voit quantité de cerfs, 1

1. Ce terme, parfaitement écrit à ne pas s’y méprendre, signifierait-il aller à la perche? sinon faudrait-il voir là une faute de copiste et lire touer, mot qui a le même nombre de lettres et presque la même configuration?


446

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

de biches, de chevreuils, d’ours peu farouches et très-bons à manger, de poules d’Inde et de toutes sortes de gibier. Le reste est couvert de forests d’arbres fruitiers, comme noyers, chastaigners, pruniers, pommiers, et de bois propres à bastir. Le sieur de La Salle trouva à l’entrée de ce destroit un courant aussi fort que la marée devant Rouen; il le surmonta néantmoins faisant sa route au nord et au nord-est jusques au lac des Hurons. Il y a peu de profondeur à l’entrée de ce lac et à celle du lac de Sainte-Claire, et principalement à la dernière. La descharge du lac des Hurons se divise en cet endroit en plusieurs petits canaux, presque tous barrez par des battures de sable. On fut obligé de les sonder tous, et enfin on en descouvrit un fort beau, profond au moins de deux à trois brasses, et au delà de ces battures, large partout de près d’une lieue. La barque y fust arrestée durant quelques jours par les vents contraires, et cette difficulté ayant esté surmontée, on en trouva une encore plus grande à l’entrée du lac des Hurons. Le vent de nord, qui avoit soufflé quelque temps avec assez de violence et qui pousse l’eau de trois grands lacs dans le destroit, y avoit augmenté de telle sorte le courant ordinaire qu’il estoit aussi furieux que la barre devant Caudebec. On ne put le remonter à la voile, quoyque alors on fust aidé par un fort vent de sud; mais comme le rivage estoit fort beau, le sieur de La Salle fit descendre à terre douze de ses gens qui halèrent au col le long de la grève durant demiheure, au bout de laquelle on entra dans le lac des Hurons. Le mesme jour, la barque singla le long de la coste orientale du lac, avec bon frais, le cap au nord, quart de nord-est


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

447

jusques au soir que le vent s’estant jeté au sud-ouest, fort violent, on mit le cap au nord-ouest, et le lendemain le sieur de La Salle se trouva à la veüe de terre ayant traversé la nuit, une grande baye nommée Sakeinam, qui a plus de trente lieues de profondeur du costé du sud. Le 24, il continua de faire porter au norouest jusqu’au soir que le calme le prit entre des isles où il n’y avoit qu’une brasse et demie ou deux brasses d’eau. Il alla avec les basses voiles une partie de la nuit pour chercher un mouillage; mais, n’en trouvant aucun où il y eust bon fond, et le vent commençant à souffler de l’ouest, il fit mettre le cap au nord pour gagner le large où il se mit à la cape en attendant le jour. Il passa la nuit à sonder au devant de la barque parce qu’il avoit reconnu que son pilote estoit fort négligent, et il continua de veiller de cette manière durant le reste du voyage. Le 2 5, le calme continua jusqu’à midi, qu’il poursuivit sa route au norouest à la faveur d’un bon vent de sud qui se changea bientost en sud-ouest. A minuit il fut obligé de porter au nord à cause d’une grande pointe qui s’avançoit dans le lac; mais il l’eut à peine doublée qu’il fut surpris d’un furieux coup de vent d’ouest qui le contraignit à louvoyer avec les deux pacfis et de mettre ensuite à la cape jusqu’au jour. Le 26, la violence du vent l’obligea de faire amener ses masts de hune, de faire amarer les vergues sur le pont et de demeurer costé à travers; à midi les vagues devenant trop grandes et la mer trop rude, il fut contraint de relascher. Le soir, ne trouvant point de mouillage ni d’abri, et le vent estant 1

1. Le Père Fournier, dans son Hydrographie, dit que le grand pacfi se nommait ordinairement la cape. On disait indifféremment misaine et petit pacfi.


448

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

diminué, il fit remettre à la cape toute la nuit et ne dériva qu’une lieue. Le 27, au matin, il fit voile au nord-ouest par un vent du sud-ouest qui se changea le soir en un petit vent du sud-est, à la faveur duquel il arriva le même jour à Missilimakinak, où il mouilla à six brasses d’eau dans une anse où il y a bon fond de terre glaise. Cette anse est abriée 1 du sud sud-ouest jusqu’au nord ; une batture de sable la couvre un peu du nordest, et une grosse isle, qui en est à une lieue, du vent d’est; mais elle est exposée au sud-est qui y est très-violent. Missilimakinak est une pointe de terre à l’entrée et au nord du destroit, par où le lac des Illinois se descharge dans celuy des Hurons. Ce destroit a une lieue de largeur et trois de longueur, et court à kouest-nord-ouest. A quinze lieues à l’est de Missilimakinak, on trouve une autre pointe qui est à l’entrée du canal par lequel le lac Supérieur se descharge dans le lac des Hurons. Ce canal a cinq lieues d’ouverture et quinze de longueur. Il est entrecoupé de plusieurs isles et se retrécit peu à peu jusqu’au sault Sainte-Marie, qui est un rapide plein de rochers par lequel les eaux du lac Supérieur se précipitent. Il y a des villages de Sauvages en ces deux endroits. Ceux qui sont establis en cet endroit cultivent du bled d’Inde, et les Sauvages du sault Sainte-Marie subsistent de la chasse des cerfs, des orignaux ou eslans et de quelques castors et de la pesche du poisson blanc, qui est très-bon et que l’on y trouve en grande abondance, mais dont la pesche est très-difficile à tout autre qu’à ces Sauvages qui y sont élevez depuis leur enfance. Les Jésuites ont une mission dans chacun de ces 1. Vieux mot qui signifiait protéger, défendre. — Furetière dit que Mézeray l’a employé.


CAVELIER DE LA SALLE, DE

16 79 A

1681

449

deux endroits, tant à cause des Sauvages du lieu que parce que c'est le passage de tous ceux de l’ouest et du nord qui vont négocier à Montréal. Après que le sieur de La Salle eut mis pied à terre à Missilimakinak, il fut extrêmement surpris d’y trouver la pluspart de ses gens qu’il avoit envoyez devant, au nombre de quinze, et qu’il croyoit depuis longtems chez les Illinois. Ceux qu’il avoit tousjours reconnus pour les plus fidèles luy rapportèrent qu’ils avoient esté arrestez par les discours qu’on leur avoit faits depuis leur départ, qu’on leur avoit dit que son entreprise était chimérique, que la barque n’arriveroit jamais à Missilimakinak, qu’on les envoyoit à une perte certaine, et plusieurs autres choses semblables qui avoient découragé ou desbauché la pluspart de leurs camarades, qu’ils n’avoient pu les obliger à continuer le voyage, que mesme six d’entre eux, nommez Sainte-Croix, Minime, le Barbier, Poupart, Hunaut et Roussel dit la Rousselière, avoient déserté, volé et emporté pour près de quatre mille livres de marchandises, et que les autres en avoient dissipé mal à propos ou employé pour leur subsistance à Missilimakinak, où les vivres sont fort chers, pour plus de mille trois cents livres. Le sieur de La Salle fut d’autant plus mal satisfait du procédé de ses gens qu’il les avoit fort bien traittez et avoit fait à tous de grandes avances ou des partis avantageux, ayant entr’autres payé pour le nommé la Rousselière mille huit cents livres qu’il devoit à diverses personnes. Il fit arrester quatre des plus coupables sans leur faire aucun traitement plus fascheux, et ayant appris que Hunaut et la Rousselière estoient au sault Sainte-Marie, il destacha le sieur de Tonty avec six hommes qui les arresta et se saisit de tous les effets qu’ils 29


450

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 16 81

avoient entre les mains; mais il n’a pu obtenir aucune justice des autres. Les grands vents ordinaires en cette saison retardèrent longtems le retour du sieur de Tonty, qui ne revint qu’au mois de Novembre à Missilimakinak, en sorte que le sieur de La Salle, qui craignoit l’approche de l’hyver, résolut de partir sans attendre qu’il fust arrivé. Le 12 du mois de Septembre, il partit de Missilimakinak; il entra dans le lac des Illinois et il arriva à une isle située à l’entrée du lac ou baye des Puans, à quarante lieues de Missilimakinak, et qui est habitée par des Sauvages de la nation des Pouteatamis. Il y trouva quelques-uns de ses gens qu’il avoit envoyez les années précédentes chez les Illinois, d’où ils luy avoient rapporté pour douze. mille livres de pelleteries. Il résolut de renvoyer sa barque de cet endroit à cause de l’approche de l’hyver et de continuer sa route en canot; mais comme il n’en avoit que quatre, il fut obligé de laisser dans la barque beaucoup de marchandises et quantité d’ustensiles et d’outils de toutes sortes, et il ordonna au pilote de descharger toutes ces choses à Missilimakinak, où il les reprendroit à son retour. Il mit aussi toutes ses pelleteries dans la barque avec un commis et cinq bons matelots. Ils avoient ordre de se rendre incessamment au magasin qu’il avoit fait bastir au bout du lac Érié où ils laisseroient les pelleteries et se chargeroient de beaucoup de marchandises et d’autres choses qu’une barque du fort de Frontenac, qui les attendoit à Niagara, devoit leur apporter, et qu’aussitost après ils reprissent la route de Missilimakinak, où ils trouveroient une instruction du lieu où ils mèneroient hyverner la barque. Ils mirent à la voile le 18 Septembre avec un petit vent d’ouest très-favorable. On n’a pu sçavoir depuis la route


CAVELIER DE LA SALLE, DE

16 7 9 A

1681

451

qu’ils avoient tenue, et quoyqu’on ne doute pas qu’ils n’ayent péri, on n’a jamais pu apprendre d’autres circonstances de leur naufrage que les suivantes. La barque ayant mouillé au nord du lac des Illinois, le pilote, contre l’advis de quelques Sauvages qui l’assuroient qu’il y avoit une grande tempeste au milieu du lac, voulut continuer sa navigation sans considérer que l’abry où il estoit l’empeschoit de connoistre la force du vent. Il fut à peine à un quart de lieue de la coste que les Sauvages virent la barque agitée d’une manière si extraordinaire que, ne pouvant résister à la tempeste quoiqu’on eust abattu toutes les voiles, peu de tems après ils la perdirent de veue, et ils croyent qu’elle fut poussée contre les battures qui sont près des isles, Huronnes, où elle est demeurée ensevelie. Le sieur de La Salle n’apprit toutes ces choses que l’année suivante, et il est certain que la perte de cette barque luy couste plus de quarante mille livres tant en marchandises, outils et pelleteries qu’en hommes et agrès qu’il avoit fait venir de France en Canada, et voiturer de Montréal au fort de Frontenac dans des canots d’escorce, ce qui paraissoit impossible à ceux qui connoissoient la foiblesse de ces sortes de bastimens et la pesanteur des ancres et des câbles. Il partit le jour suivant, 19 Septembre, avec quatorze personnes en quatre canots chargez d’une forge avec toutes les fournitures d’outils de charpentiers de maison et de navire, de menuisiers et scieurs de long, d’armes et de marchandises. Il prit sa route au sud vers la terre ferme, esloignée de quatre grandes lieues de l’isle de Pouteatamis. Au milieu de la traversée et du plus beau calme du monde, il s’éleva un orage


452

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

qui le mit en danger et qui luy fit craindre pour sa barque, parce qu’il dura quatre jours avec une furie pareille aux plus grandes tempestes de la mer. Il gagna néantmoins la terre où, il s’arresta six jours pour que le lac fust apaisé. Le 25, il continua sa route tout le jour et une partie de la nuit à la faveur de la lune le long de la coste ; mais le vent s’estant levé un peu trop fort, il mit pied à terre avec son monde. Ils se postèrent sur un rocher pelé, où ils essuyèrent la pluye et la neige durant deux jours à l’abry de leurs couvertures et proche d’un petit feu qu’ils entretenoient du bois que les vagues jetoient à terre. Le 28, sur le midi, ils se remirent dans leurs canots et nagèrent assez avant dans la nuit et jusqu’à ce qu’un tourbillon de vent les força de débarquer sur la pointe d’un rocher couvert de brossailles. Ils y demeurèrent deux jours et y consommèrent le reste de leurs vivres, c’est-à-dire le bled d’Inde et les citrouilles qu’ils avoient achetez des Pouteatamis et dont ils n’avoient pas fait une plus grande provision, à cause que leurs canots estoient desjà trop chargez et qu’ils espéroient d’en trouver sur leur route. Ils partirent le Ier d’Octobre et arrivèrent, après avoir fait dix lieues à jeun, près d’un autre village des Pouteatamis. La coste estoit haute et escarpée et exposée au nord-est, qui souffloit alors et s’augmentoit de telle sorte que les vagues brisoient extraordinairement contre le rivage. Le sieur de La Salle n’eut point d’autre parti à prendre pour aborder en seureté que de se jeter à l’eau avec ses trois hommes et d’enlever tous ensemble son canot et sa charge et de le porter à terre, malgré les vagues qui les couvroient quelque fois par-dessus la teste. Il alloit recevoir les autres canots à. mesure qu’ils


CAVELIER DE LA SALLE, DE 16 7 9 A l68l

453

arrivoient, et il les mit tous à terre de cette manière, sans que rien fust gasté. Comme le sieur de La Salle n’avoit aucune habitude avec les Sauvages de ce village, il fit d’abord mettre ses armes en estat et se posta sur une pointe où il estoit difficile de le surprendre et où il pouvoit, avec peu de monde, se défendre contre un plus grand nombre. Il envoya ensuite trois de ses gens pour acheter des vivres au village à la faveur d’un calumet de paix que les Pouteatamis de l’isle lui avoient donné. Ce calumet est une espèce de grande pipe à fumer dont la teste est d’une belle pierre rouge bien polie et le tuyau, long de deux pieds et demi, est d’une canne assez forte ornée de plumes de toutes sortes de couleurs, meslées et rangées fort proprement avec plusieurs touffes de cheveux de femmes tressées de diverses manières, chaque nation l’embellissant selon son usage particulier. — Un calumet de cette sorte est un passe-port assuré chez tous les alliez de ceux qui l’ont donné, et ils sont persuadez qu’il leur arriveroit de grands malheurs s’ils avoient violé la franchise du calumet. Les trois hommes avec cette sauve-garde et leurs armes arrivèrent au village, esloigné de trois lieues du débarquement, mais ils n’y trouvèrent personne. — Les Sauvages à la veue des canots avoient pris l’espouvante et avoient abandonné leurs maisons. Ainsi ces hommes, après avoir fait en vain leurs diligences pour parler à quelques-uns de ces Sauvages, se chargèrent de bled d’Inde dans leurs cabanes, où ils laissèrent des marchandises pour la valeur de ce qu’ils emportoient, et se mirent en chemin pour rejoindre le reste de la troupe. Cependant vingt de ces Sauvages armez de fusils, de ha-


454

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

ches, d’arcs, de flesches et d’une espèce de massue qu’on appelle casse-teste, s’approchèrent du lieu ou estoit le sieur de La Salle, qui s’avança pour leur parler avec quatre de ses gens armez de fusils, de pistolets et de sabres. Il leur demanda ce qu’ils desiroient, et voyant qu’ils paroissoient interdits, il leur dit de s’approcher de peur que ses gens qu’il feignit estre allez à la chasse ne les tuassent s’ils les trouvoient à l’escart. Il les fit asseoir au bas de l’éminence où il s’estoit campé, d’où ses gens pouvoient descouvrir tous leurs mouvemens, et il commença de les entretenir de diverses choses pour les amuser jusqu’à ce que les trois hommes fussent revenus du village. — Ils parurent quelque tems après, et ces Sauvages n’eurent pas plus tost aperceu le calumet de paix que l’un d’eux portoit, qu’ils se levèrent, faisant un grand cry de joye et se mirent à danser à leur manière. — Ils ne se faschèrent point du bled qu’ils virent qu’on leur avoit pris ; au contraire, ils envoyèrent au village pour en apporter d’autre, et ils en donnèrent le lendemain autant qu’on en voulut. Toutefois le sieur de La Salle fit abattre les arbres des environs, et obligea ses gens à passer la nuit sous les armes de peur de quelque surprise. — Le jour suivant, sur les dix heures, les anciens du village arrivèrent avec leur calumet de paix et firent festin à tous les François. — Le sieur de La Salle les en remercia par un présent de dix haches, de deux douzaines de couteaux et de quelque quantité de rassade pour les femmes, et les laissa très-satisfaits. Il partit le mesme jour, 2 Octobre, et navigua durant quatre jours le long du rivage. Il estoit bordé de grands costeaux escarpez jusques dans le lac et où l’on trouvoit à peine de la place pour débarquer. — On estoit mesme obligé tous les


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

455

soirs de grimper sur leurs sommets et d’y porter les canots et leurs charges pour ne pas les laisser la nuit exposez aux vagues qui battoient au pied. — On fut aussi obligé, par les vents contraires ou trop violents pendant ces quatre jours et beaucoup de fois depuis, à prendre terre avec de grandes incommoditez. — Il falloit, pour se rembarquer, que deux hommes se missent à beau jusqu’à la ceinture et qu’ils vinssent, le canot, debout, à la vague, l’avançant ou le reculant selon que la vague s’approchoit ou s’esloignoit de terre jusqu’à ce qu’il fust chargé ; ensuite on le menoit au large, en attendant que les autres fussent aussi chargez de la mesme manière, et l’on avoit autant de peine au débarquement. Cette petite flotte avançoit ainsi vers le sud, où elle trouvoit toujours le pays plus beau et plus tempéré. — Le 16Octobre, elle commença à trouver une grande abondance de chasse dont on avoit manqué jusques là, contre l’ordinaire, en sorte que le bled d’Inde ayant manqué, toute la troupe fut réduite à une si grande disette de vivres que le père Gabriel, Recollect, agé de 64 ans, tomba deux ou trois fois en foiblesse. On tua en cet endroit des cerfs, chevreuils et des poules d’Inde, et enfin le 28 du mesme mois d’Octobre, le sieur de La Salle arriva au fond du lac des Illinois, où le vent l’obligea de mettre pied à terre. Il alla à son ordinaire à la descouverte dans les bois, où il trouva partout des raisins meurs et fort bons, dont les pères Recollects firent du vin pour célébrer la Messe. Il observa aussi des pistes fraisches d’hommes qui l’obligèrent à rejoindre ses gens pour leur recommander de se tenir sur leurs gardes sans faire aucun bruit. Ils lui obéirent durant quelque temps; mais, ayant


456

CAVELIER DE LA SALLE, DE 16 7 9 A l68l

aperceu un ours et un cerf, ils ne purent s’empescher de tirer dessus. Ce bruit les fit descouvrir à cent vingt-cinq Sauvages de la nation des Outagamis qui habitent vers l’extrémité de la baye des Puans, et qui estoient alors cabanez près du lieu où les François, qui ne croyoient pas avoir de tels voisins, s’estoient postez. Le sieur de La Salle, à qui les pistes qu’il avoit veues donnoient de l’inquiétude, blasma ses gens de leur peu de prudence, et ensuite, pour empescher les surprises, il mit une sentinelle auprès des canots, sous lesquels on avoit mis toutes leurs charges pour les garantir de la pluye, et l’autre auprès des cabanes. Ces précautions n’empeschèrent pas que la nuit, 30 Outagamis, favorisez par la pluye qui tomboit en abondance et par la négligence de la sentinelle, ne se glissassent avec leur adresse ordinaire le long du costeau où estoient les canots, et que l’un, se couchant sur le ventre auprès du plus esloigné, ne dérobast une bonne partie de ce qui estoit dessous, le donnant au Sauvage le plus proche et celuy-là aux autres de main en main jusqu’au dernier. Le sieur de La Salle se réveilla dans ce moment, et s’estant levé pour observer si ses sentinelles faisoient leur devoir, il aperceut remuer quelque chose, ce qui l’obligea à faire prendre les armes à ses gens avec lesquels il occupa une éminence par où les Sauvages estoient obligez de repasser. Une partie de ces barbares, se voyant descouverts, crièrent qu’ils estoient amis. Le sieur de La Salle leur respondit que l’heure étoit indeue et qu on ne venoit ainsi la nuit que pour voler ou tuer ceux qui ne seroient pas sur leurs gardes. Ils répliquèrent qu’à la vérité les coups qu’on avoit tirez leur avoient fait croire que


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

457

c’estait un party d’Iroquois, leurs ennemis, les autres Sauvages leurs voisins ne se servant point de pareilles armes, et qu’ainsi ils s'estaient avancez à dessein de les tuer; mais qu’ayant reconnu que c’étaient des François, qu’ils regardoient comme leurs frères, l’impatience qu’ils avoient de les voir les avoit empeschez d’attendre le jour. Le sieur de La Salle feignant de se rendre à ces raisons leur dit de s’approcher au nombre de quatre ou cinq seulement, parce que leur jeunesse estait accoutumée à voler et que ses gens n'estaient pas d’humeur à le souffrir. Quatre ou cinq vieillards s’avancèrent et il les entretint jusqu’au jour, qu’il leur donna permission de se retirer. Après leur départ il s’aperceut qu’il avoit esté volé. Il connoissoit parfaitement l’humeur des Sauvages, et il sçavoit qu’ils feroient toutes les nuits de pareilles entreprises s’il dissimuloit en cette rencontre ; ainsi il résolut d’en avoir raison. Il fit occuper par ses gens une éminence en forme de presqu’isle, et il sortit ensuite luy mesme pour essayer de trouver quelques Sauvages à l’escart. A peine eut-il marché durant une demi-heure qu’il trouva la piste toute fraische d’un chasseur. Il le suivit le pistolet à la main et l’ayant joint bientost après, il l’amena à ses gens à qui il le laissa en garde après avoir appris de luy toutes les circonstances du vol. Il se remit ensuite en campagne avec deux de ses gens, et ayant arresté encore un Sauvage des plus considérables de sa nation, il luy montra de loin celuy qu’il tenoit desjà prisonnier, et le renvoya dire à ses gens qu’il feroit tuer leur camarade s’ils ne rapportaient tout ce qu’ils avoient volé. Cette proposition embarrassa ces barbares parce qu’ils avoient coupé en morceaux quelques hardes pour les parta-


458

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

ger entr’eux, et qu’ainsi ils ne pouvoient pas les rendre entières. Toutefois, comme ils ont beaucoup d’amitié les uns pour les autres, ils résolurent de délivrer leur camarade par force. Le lendemain au matin, 30 du mois d’Octobre, ils s’avancèrent tous les armes à la main pour commencer l’attaque. La presqu’isle où les François estoient logez estoit séparée du bois, où les Sauvages paraissoient par une plaine de sable longue de deux portées de fusil. Le sieur de La Salle remarqua qu’au bout de cette plaine du costé du bois, il y avoit plusieurs petits tertres dont le plus près de luy commandoit aux autres. Il s’avança pour s’en emparer avec cinq hommes portant leurs couvertures à demi-roulées autour du bras gauche pour se couvrir contre les flesches des Sauvages qui s’estoient desjà saisis de toutes ces éminences. Mais ces barbares voyant que les François s’approchoient pour les charger abandonnèrent les plus proches et donnèrent le temps au sieur de La Salle de monter sur la plus haute. Une action si hardie intimida de telle sorte ces Sauvages, qu’aussitost après deux anciens présentèrent de loin le calumet de paix, et s’estant approchez sur l’assurance qu’on leur donna qu’ils le pouvoient faire sans rien craindre, ils dirent qu’ils ne s’estoient portez à cette extrémité qu’à cause de l’impuissance où ils estoient de rendre ce qu’ils avoient dérobé en l’estat où ils l’avoient pris, et qu’ils estoient prests à restituer ce qui estoit en son entier et à payer le reste. Ils présentèrent en mesme temps quelques robes de castor au sieur de La Salle, pour disposer son esprit à la paix, s’excusant du peu de valeur de leur présent sur la saison trop avancée. Le sieur de La Salle se contenta de leurs excuses ; ils exécutèrent ce qu’ils avoient promis et ainsi la paix fut restablie.


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

459

Le jour suivant se passa en danses, festins et harangues dans lesquelles ils exhortoient le sieur de La Salle à demeurer avec eux et à ne point aller chez les Illinois, à qui il luy seroit impossible de résister et qui estoient résolus de massacrer tous les François, depuis qu’un Iroquois, qu’ils avoient pris et bruslé, les avoit assurez que la guerre que sa nation leur vouloit faire avoit esté conseillée par les François qui haïssoient les Illinois. Ils adjoustèrent beaucoup de raisons semblables, qui alarmèrent les gens du sieur de La Salle et luy donnèrent à luy-mesme beaucoup d’inquiétude, parce que tous les Sauvages qu’il avoit rencontrez sur sa route luy avoient dit à peu près les mesmes choses. Toutesfois, comme il sçavoit que ces raisons pouvoient leur avoir esté inspirées par ceux qui s’opposoient à son entreprise et par la jalousie des Sauvages, à qui les Illinois estoient redoutables par leur valeur et qui craignoient qu’ils ne devinssent plus fiers quand, par le moyen des François, ils auroient l’usage des armes à feu, il résolut de poursuivre sa route en prenant toutes les précautions nécessaires pour sa seureté et pour celle de ses gens. Ainsi, il respondit aux Outagamis qu’il les remercioit des advis qu’ils lui donnoient, mais qu’il ne craignoit point les Illinois et qu’il sçauroit les ranger à la raison par amitié ou par force. Le lendemain, 1 du mois de Novembre, il se rembarqua avec tous ses gens et arriva le mesme jour au rendez-vous qu’il avoit donné au sieur de Tonty. — C’estoit à l’embouchure de la rivière des Miamis qui, venant du sud, se jette dans le lac des Illinois. — Il fut surpris de n’y trouver personne, parce que le sieur de Tonty avoit eu beaucoup moins de chemin à faire, et que ses canots estoient peu chargez. — er


460

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

Néantmoins il profita de cette conjoncture pour gagner du temps et pour exécuter le dessein qu’il avoit formé. — Il avoit résolu, pour ne pas s’exposer mal à propos, d’attendre l’hyver pour se rendre chez les Illinois, parce que en cette saison, ces peuples, afin de chasser plus commodément, se séparent par familles ou par tribus de deux ou trois cents personnes chacune, et qu’estant joint au sieur de Tonty qui luy devoit amener 20 hommes, il pourroit sans péril se faire connoistre à la première bande qu’il rencontreroit, qu’il la pourroit gagner par le bon traitement et par les présents qu’il luy feroit, qu’il prendrait avec elle quelque teinture de la langue Illinoise, et que par ces moyens il feroit aisément alliance avec le reste de la nation. Dans cette pensée il se servit dans cette occasion du retardement du sieur de Tonty. — Il dit à ses gens qu’il estoit résolu de l’attendre, et pour les amuser par quelque occupation utile, il leur proposa de faire un fort et une maison pour la seureté de la barque et des marchandises qu’elle devoit apporter et pour leur servir de retraite au besoin. Il y avoit à l’embouchure de la rivière une éminence plate au-dessus et naturellement fortifiée; elle estoit haute et escarpée, de figure triangulaire, fermée de deux costez par la rivière, et de l’autre par une profonde ravine. — Il fit abattre les arbres dont elle estoit couverte et nettoyer toutes les broussailles à deux portées de fusil du costé du bois. Il fit ensuite faire une redoute de 40 pieds de longueur sur 30 de largeur, fortifiée de poutres et de solives esquarries et à l’espreuve du mousquet, posées en travers l’une sur l’autre. Il fit fraiser les deux faces qui regardoient la rivière et planter en tenaille des pieux de 25 pieds de hauteur du


CAVELIER DE LA SALLE, DE 16 7 9 A l68l

461

costé de la terre. Le mois de Novembre fut employé tout entier à ces travaux, excepté les Festes et Dimanches, que toute la troupe assistoit au service divin et au sermon que les pères Gabriel et Louis faisoient tour à tour après Vespres. Dès le commencement du mesme mois, le sieur de La Salle avoit examiné l’entrée de la rivière, où il avoit remarqué une batture de sable. Il l’avoit sondée luy mesme et avoit marqué le canal par deux grands mays plantez des deux costez de l’entrée, avec des pavillons et des balises tout du long, et il avoit envoyé deux hommes à Missilimakinak instruits de toutes choses pour servir de guides au pilote. Le sieur de Tonty arriva heureusement le 20 Novembre, qui dit au sieur de La Salle que sa barque n’avoit pas mouillé à Missilimakinak, et qu’il n’en avoit pu apprendre aucunes nouvelles des Sauvages venus de tous les costez des lacs, ny des deux hommes qu’il envoyoit à Missilimakinak et qu’il avoit rencontrez. Le sieur de La Salle craignit avec raison que sa barque n’eust fait naufrage. — Néantmoins il fit achever son fort, et ne la voyant point paroistre après une si longue attente, il se résolut à partir de peur d’estre arresté par les glaces qui commençoient à fermer la rivière. Il s’embarqua avec 30 hommes dans 8 canots le 3 Décembre, et ils remontèrent la rivière, faisant leur route au sud-est, durant environ 20 lieues. Un jour le sieur de La Salle fit partir ses canots et les suivit par terre à son ordinaire, chassant et cherchant à faire quelque descouverte avantageuse ; il s’attacha à la poursuite d’un cerf qu’il avoit blessé et qu'il ne put atteindre qu’après s’estre enfoncé 4 ou 5 lieues dans les bois.—Il croyoit que deux hommes qu’il avoit avec luy le suivoient à la piste sur la neige, et l’auroient bientost joint; mais ils s’estoient trompez et ils


462

CAVELIER DE LA SALLE, DE

16 7 9 A

l68l

avoient repris le chemin du lieu d’où ils estoient partis le matin, au lieu de suivre la route qu’il tenoit. — Ainsi, après avoir attendu quelque tems inutilement, il se mit en chemin pour aller rejoindre les canots. — Des marais qu’il rencontra l’obligèrent à prendre un grand destour, et comme d’ailleurs il estoit incommodé de la neige qui tomboit, il ne put arriver au bordde la rivière qu’à deux heures de nuit. — Il tira deux coups de fusil pour avertir ses gens, et personne ne luy ayant respondu, il creut que les canots l’avoient devancé, et il continua son chemin en remontant le long de la rivière. — Après avoir marché de cette sorte plus de trois heures, il vit du feu sur un tertre où il monta brusquement après avoir appelé deux ou trois fois; mais au lieu d’y trouver ses gens endormis, comme il se l’estoit imaginé, il ne vit qu’un petit feu entre des broussailles et, sous un chesne, la place d’un homme qui s’y estoit couché sur des herbes sèches, et qui en estoit apparemment sorty au bruit que le sieur de La Salle avoit fait. — C’estoit quelque Sauvage qui s’estoit posté là pour surprendre et pour tuer quelqu’un de ses ennemis le long de la rivière. Le sieur de La Salle l’appela en trois ou quatre langues, et enfin il cria que pour luy faire voir qu’il ne le craignoit point, il alloit se coucher en sa place; il renouvela le feu et après s’estre bien chauffé, il s’avisa pour se garantir de surprise d’abattre autour de luy quantité de broussailles qui, tombant de travers parmi celles qui restoient debout, embarrassoient le chemin de telle sorte qu’on ne pouvoit l’approcher sans faire beaucoup de bruit et sans l’éveiller. Il esteignit ensuite le feu et s’endormit, quoiqu’il neigcast toute la nuit. Le lendemain il alla chercher les pistes des Sauvages, et il trouva qu’il en estoit venu 3 ou 4 fois jusqu’au rempart des


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A l68l

463

broussailles, mais qu’ils n’avoient osé le traverser de peur de se descouvrir. Il retourna sur le bord de la rivière, où ne trouvant aucune marque du passage des canots, il reprit sa route du jour précédent et suivit le courant de l’eau, lors qu’il trouva le père Louis qui venoit le chercher avec son canot, dans lequel il s’embarqua pour se rendre au lieu où le reste de sa petite flotte l’attendoit. C’estoit au bord d’une grande campagne, à l’extrémité de laquelle, du costé du couchant, il y a un village de Miamis, Mascoutens et Ouyatanons ramassez ensemble. La rivière des Illinois prend sa source dans cette campagne au milieu de beaucoup de terres tremblantes, sur lesquelles on peut à peine marcher. Cette rivière n’est esloignée que d’une lieue et demie de celle des Miamis, et ainsi le sieur de La Salle y fit transporter par un beau chemin qu’il trouva ses canots et tout son équipage, après avoir laissé au lieu ou il quitta la rivière des Miamis ainsi qu’au fort qu’il avoit construit à son embouchure, des lettres pour servir d’instruction à ceux qui devoient venir le joindre dans sa barque au nombre de vingt-cinq. La rivière des Illinois est navigable pour des canots à cent pas de sa source, et elle s’augmente de telle sorte en peu de temps qu'elle est presque aussi large et aussi profonde que la Marne. Elle coule à travers de vastes marais, où elle fait tant de destours, quoyque son courant soit assez fort, qu’après avoir vogué une journée entière, on trouva quelques fois qu’on n’avoit pas avancé de deux lieues en droite ligne ; on ne voyoit, aussi loin que la veue pouvoit s’estendre, que des marais, des joncs et des aulnes, et l’on n’auroit pu trouver à s’y cabaner durant plus de quarante lieues de che-


464

CAVELIER DE LA SALLE, DE 16 7 9 A l68l

min sans quelques mottes de terres glacées, sur lesquelles on couchoit et faisoit du feu. On ne trouva point aussi de chasse après avoir traversé ces marais comme on l’avoit espéré, parce que ce ne sont que de grandes campagnes descouvertes où il ne croist que des herbes fort hautes, qui sont sèches en cette saison et que ces Miamis avoient bruslées en chassant aux bœufs sauvages ; les animaux y sont ordinairement en grand nombre, ainsi qu’il estoit aisé de le juger par les ossements et les testes de ces bestes que l'on voyoit de tous costez. Les Miamis les chassent à la fin de l’Automne de la manière suivante : lorsqu’ils en voyent un troupeau, ils s’assemblent en grand nombre et mettent le feu aux herbes partout autour de ces bestes, à la réserve de quelques passages qu’ils laissent exprès et où ils se postent avec leurs arcs et leurs flesches. Les bœufs qui veulent éviter le feu sont ainsi obligez de passer auprès de ces Sauvages, qui en tuent quelquefois jusqu à deux cents en un jour. Ces bœufs ont de la laine très-fine au lieu de poil, et les femelles l’ont encore plus longue que les masles ; leurs cornes sont presque toutes noires, beaucoup plus grosses que celles des bœufs d’Europe, mais un peu moins longues. Leur teste est d’une grosseur monstrueuse. Ils ont le col fort, court, et une grosse bosse entre les deux espaules, leurs jambes sont grosses et courtes et couvertes d’une laine fort longue. Ils ont sur leurs espaules et autour du col et des cornes de grands crins noirs qui leur tombent sur les yeux et les font paroistre affreux. Ils ont le corps, principalement par devant, beaucoup plus grand que celui de nos bœufs, et cette grande masse ne les empesche pas d’aller fort viste, en sorte qu’il n’y a point de Sauvage qui les puisse at-


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A l68l

465

teindre à la course, et que souvent ils tuent ceux qui les ont blessez. On trouve beaucoup d’autres sortes d’animaux dans ces vastes plaines de la Louisiane; les cerfs, les chevreuils, les castors, les loutres, y sont communs. On y voit dans la saison des bandes de deux et mesme de quatre cents bœufs sauvages ; les outardes, les cygnes, les tourtres, les poules d’Inde, les perroquets, les perdrix et beaucoup d’autres oiseaux y sont en très-grand nombre. La pesche y est très-abondante et la terre extraordinairement fertile. Ce sont des prairies sans bornes meslées de forests de haute futaye, où il y a toutes sortes de bois à bastir, et entre autres d’excellent chesne, plein comme celuy de France et bien différent de celuy du Canada. Les arbres sont d’une grosseur et d’une hauteur prodigieuse, et l’on y trouveroit les plus belles pièces du monde pour construire des vaisseaux. On voit aussi dans les forests plusieurs sortes d’arbres fruitiers et des vignes sauvages qui produisent des grappes de près d’un pied et demi de longueur, qui meurissent parfaitement et dont on a fait de fort bon vin. On y voit aussi des campagnes couvertes de très-bon chanvre, qui y croist naturellement de six à sept pieds de hauteur. Enfin, par les essais que le sieur de La Salle en a fait chez les Miamis au retour de son second voyage, on est persuadé que la terre est capable de produire toutes sortes de fruits, d’herbes et de grains et en beaucoup plus grande abondance que les meilleures terres de l’Europe. L’air y est fort tempéré et fort sain. Le pays est arrosé d’une infinité de lacs, de rivières et de ruisseaux, la pluspart navigables. On n’y est presque point incommodé de maringouins ny d’autres animaux nuisibles. Il y a des mines de charbon, 30


466

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A l68l

d’ardoise et de fer, et les morceaux de cuivre rouge et pur que l’on trouve en divers endroits font juger qu’il y en a des mines, et peut estre d’autres métaux et minéraux que l’on descouvrira quelque jour, puisque l’on a desja trouvé chez les Iroquois une fontaine de sel, de l’alun et du soufre. Le sieur de La Salle continua sa route vers la rivière des Illinois durant le reste du mois de Décembre, et enfin après avoir navigué durant 120 ou 130 lieues, depuis le lac des Illinois, et tué le long de la rivière du mesme nom deux bœufs et beaucoup de poules d’Inde, il arriva au village des Illinois le premier du mois de Janvier de l’année 1680. Ce village est situé à 40 degrez de latitude, dans une plaine un peu marescageuse et sur la rive droite de cette rivière, ausi large en cet endroit que la Seine devant Paris, et divisée par de fort belles isles. Il contient 460 cabanes, faites comme de longs berceaux et couvertes de doubles nattes de joncs plats si bien cousues qu’elles ne sont jamais pénétrées du vent, de la neige, ny de la pluye. Chaque cabane a 4 ou 5 feux, et chaque feu une ou deux familles qui vivent tous ensemble en bonne intelligence. Le sieur de La Salle trouva, comme il l’avoit préveu, le village vuide. Tous les Sauvages estoient allez passer l’hyver à la chasse en divers endroits, suivant leur coustume ; leur absence néantmoins le mit dans un grand embarras, les vivres luy manquoient et il n’osoit prendre du bled d’Inde que les Illinois cachent dans des fosses sous terre pour le conserver et s’en servir à leur retour de la chasse pour semer et pour subsister jusqu’à la récolte. Cette provision leur est extrêmement précieuse, et on ne sçauroit leur faire un plus grand déplaisir que d’y toucher en leur absence.


CAVELIER DE LA SALLE, DE 16 7 9 A 1 6 8 1

467

Toutesfois, comme il n’y avoir aucune apparence de s’exposer à descendre plus bas sans vivres, et que le feu qu’on avoit mis dans les campagnes avoir fait fuir toutes les bestes, il résolut de prendre 30 minots de bled d’Inde, espérant qu’il pourroit par quelque moyen apaiser les Illinois. Il se rembarqua le mesme jour avec cette nouvelle provision et descendit durant quatre jours sur la mesme rivière, qui couroit au sud quart de sud-ouest. Sur la fin du quatriesme jour, en traversant un petit lac que forme la rivière, on remarqua des fumées qui firent connoistre que les Sauvages estoient cabanez près de là. En effet, le cinquiesme, sur les neuf heures du matin, on vit des deux costez de la rivière quantité de pirogues 1 et environ quatre-vingts cabanes pleines de Sauvages qui n’aperceurent les canots qu’après qu’ils eurent doublé une pointe derrière laquelle les Illinois estoient cabanez à demi-portée de fusil. Les François estoient dans huit canots, sur une ligne, tous les armes à la main et se laissant aller au courant de la rivière. Le sieur de La Salle fit faire un cry le premier, suivant la coustume de ces nations, comme pour demander si l’on vouloit la paix ou la guerre, parce qu’il estoit très-important de tesmoigner de la résolution dans ces commencements. D’abord les vieillards, les femmes et les enfants prirent la fuite au travers des bois dont la rivière est bordée ; les guerriers coururent aux armes, mais avec tant de confusion qu’avant qu’ils se fussent reconnus, les canots avoient pris terre. Le 1. Nous n’avons pas voulu suivre, dans la Description de la Louisiane, les changements que le père Hennepin fait pour dissimuler ses plagiats ou pour mettre en évidence sa vaniteuse personne; mais il est plaisant de noter comment il remplace ici le mot pirogue : « On vit (écrit-il), des deux costés de la rivière, quantité de perroquets. » Ailleurs Hennepin avait substitué le mot tortues à celui de tourtres ou tourterelles. (Voir page 465.)


468

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A l68l

sieur de La Salle y sauta le premier, et il auroit pu défaire ces Sauvages dans le désordre ou ils estoient ; mais comme ce n’estoit pas son dessein, il fit faire halte à ses gens afin de donner aux Illinois le temps de se rassurer. Un de leurs chefs qui estoit de l’autre costé de la rivière et qui avoit remarque que le sieur de La Salle avoit empesché de tirer sur 7 ou 8 Sauvages que l’on pouvoit tuer aisément, se mit à haranguer pour arrester la jeunesse qui se préparoit à tirer des flesches au travers de la rivière. Ceux qui estoient campez du costé ou l’on avoit débarqué et qui avoient d’abord pris la fuite s’estant reconnus, envoyèrent deux des principaux d’entre eux présenter le calumet de dessus un costeau ; peu de temps après, ceux qui estoient de l’autre costé firent la mesme chose, et alors le sieur de La Salle leur fit connoistre qu’il acceptoit la paix . Leur joye fut aussi grande que leur appréhension avoit este forte; celle de quelques-uns ayant esté telle qu’ils furent trois jours à revenir des lieux où ils estoient allez se cacher. Après les resjouissances, les danses et les festins auxquels on employa le reste du jour, le sieur de La Salle fit assembler les capitaines des villages qui estoient des deux costez de la rivière. haches, Il leur fit d’abord un présent de tabac et de quelques traiter d’une et ensuite il leur dit qu’il les avoit convoquez pour d’auaffaire qu’il vouloit leur expliquer avant que de leur parler cune autre. Qu’il sçavoit combien le bled qu’ils avoient en réserve leur estoit nécessaire ; que, néantmoins, la nécessité de vivre où il s’estoit veu en arrivant à leur village, et l’impossibilité de trouver des bestes à la campagne, l’avoient oblige à prendre quelque quantité de bled d’Inde, qu’il avoit dans les canots, et auquel on n’avoit pas encore touché. Que s’ils vou et loient le luy laisser, il leur donneroit en eschange des haches


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

469

les autres choses dont ils avoient besoin; et s’ils ne pouvoient s’en passer, il leur estoit libre de le reprendre-, mais que, s’ils n’estoient pas en estat de luy fournir les vivres nécessaires pour sa subsistance et celle de ses gens, il iroit chez leurs voisins les Osages, qui luy en fourniroient en payant, et qu’en revanche il leur laisseroit le forgeron qu’il avoit amené pour raccommoder leurs haches et leurs autres instrumens. Le sieur de La Salle leur parla de cette sorte parce qu’il sçavoit que les Illinois ne manqueroient pas d’estre jaloux des avantages ques les François pouvoient procurer à leurs voisins, et principalement de ceux qu’ils pouvoient tirer du forgeron, dont ils avoient eux-mesmes un extrême besoin. Aussi ils acceptèrent avec beaucoup de tesmoignages de joye le payement qu’il leur offroit pour le bled d’Inde-, ils luy en donnèrent encore d’autre, et le prièrent instamment de s’establir parmi eux. Il leur respondit qu’il le feroit volontiers, mais que comme les Iroquois estoient sujets du Roy, et par conséquent ses frères, il ne pouvoit pas leur faire la guerre-, qu’ainsi il les exhortoit à faire la paix avec eux, qu’il les y serviroit, et que, si malgré ses remontrances cette fière nation venoit les attaquer, il les défendrait, pourveu qu’ils luy permissent de faire un fort dans lequel il pust faire teste aux Iroquois avec le peu de François qu’il avoit, et que mesme il les fournirait d’armes et de munitions, pourveu qu’ils ne les employassent pas contre les nations qui vivoient sous la protection du Roy. Il adjousta qu’il avoit aussi dessein de faire venir d’autres François qui les mettraient à couvert des insultes de leurs ennemis, et leur fourniroient tout ce qui leur estoit nécessaire ; qu’il n’en estoit empesché que par la longueur et la difficulté des chemins; que, pour surmonter cet obstacle, il avoit résolu


470

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A l68l

de faire bastir un grand canot pour descendre jusqu’à la mer, et leur apporter toutes sortes de marchandises par cette voye, plus courte et plus facile. Mais, comme cette entreprise estoit d’une grande despense, il vouloir apprendre auparavant si leur rivière estoit navigable jusqu’à la mer, et si d’autres Européens habitoient vers son embouchure. Ils luy respondirent qu’ils agréoient toutes ses propositions et qu’ils l’assisteraient en tout ce qu’ils pourraient. Ensuite ils firent la description de la grande rivière Colbert ou Mississipi, ils luy dirent des merveilles de sa largeur et de sa beauté, et l’asseurèrent que la navigation y estoit libre et facile partout et qu’il n’y avoit aucuns Européens auprès de son embouchure. Mais ce qui persuada le plus au sieur de La Salle que cette rivière estoit navigable, c’est qu’ils luy nommèrent quatre nations dont il est parlé dans la Relation du voyage de Ferdinand Soto dans la Floride, qui sont celles de Tula, de Casquia, de Cicaca et d’Aminoia. Ils adjoustèrent que des esclaves qu’ils avoient faits en guerre du costé de la mer disoient qu'ils avoient veu des navires au large qui tiroient des coups qui ressembloient au tonnerre, mais qu’ils n’estoient point establis sur la coste, parceque s’ils y estoient, ils ne manqueraient pas d’y aller en traite, la mer n’estant esloignée que de 20 journées de leurs pirogues. Le lendemain, un des chefs des Miamis, nommé Monso, arriva accompagné de cinq à six autres chargez de chaudières, de haches et de couteaux, pour préparer par ces présents l’esprit des Illinois à croire ce qu’il leur devoit dire. Il assembla secrètement les anciens et les asseura que le sieur de La Salle vouloit aller se joindre à leurs ennemis qui demeuraient sur le bord de la Grande-Rivière; qu’il leur fournirait des armes et


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1 6

79

A 1 6 81

471

des munitions, et qu’après les avoir assemblez, ils se rejoindroient aux Iroquois et les enfermeroient de tous costez pour les exterminer entièrement ; qu’il estoit amy des Iroquois, qu’il avoit un fort au millieu de leurs pays, qu’il leur fournissoit des armes et de la poudre, et qu’il n’y avoit point d’autre moyen d’éviter leur ruyne qu’en empeschant son voyage ou en le retardant, parceque une partie de ses gens l’abandonneroient bientost, et qu’ils ne creussent rien de tout ce qu’il leur diroit. Après avoir dit beaucoup d’autres choses pareilles, il s’en retourna la nuit avec autant de secret qu’il estoit venu, de peur que le sieur de La Salle ne descouvrist tout ce mystère. Toutesfois un des chefs Illinois, nommé Omoahoha, qu’il avoit gagné en arrivant par un présent de deux haches et de quelques couteaux, le vint trouver le lendemain matin et l’advertit secrètement de tout ce qui s’estoit passé. Le sieur de La Salle le remercia et, pour l’obliger à continuer de luy donner advis de toutes choses, il luy fit un nouveau présent de poudre et de plomb. Le sieur de La Salle et tous ses gens jugèrent aisément que ce Miamis avoit été instruit et envoyé par des François, parce que ce Monso ne le connoissoit pas et n’avoit jamais mesme approché du fort de Frontenac plus près que de 400 lieues, et que néantmoins il avoit parlé de ses affaires avec autant de détail et de circonstances que s’il l’avoit fréquenté toute sa vie. Cette affaire néantmoins luy donna d’autant plus d'inquiétude qu’il sçavoit que les Sauvages sont naturellement soupçonneux et qu’on avoit desjà donné beaucoup de mauvaises impressions à ses gens pour les obliger à déserter, ainsi que leurs camarades avoient fait à Missilimakinak.


472

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A l68l

L’après-disnée de ce mesme jour, Nicanapé, frère de Chassagoac, le plus considérable des capitaines Illinois, qui estoit pour lors absent, invita le sieur de La Salle et tous ses gens à un festin, et lorsque tout le monde fut assis dans la cabane, Nicanapé prit la parole et fit au sieur de La Salle un discours bien différent de ceux que tous les Anciens lui avoient tenu à son arrivée. Il luy dit qu’il ne l’avoit pas tant convié pour luy faire bonne chère que pour le guérir de la maladie qu’il avoit de vouloir descendre la Grande-Rivière ; que jamais personne ne l’avoit fait sans y périr-, que les bords estoient peuplez d’une infinité de nations barbares qui par leur nombre accableraient les François, quelques armes et quelque valeur qu’ils pussent avoir ; que les eaux de ce fleuve estoient pleines de monstres et de serpents ; et quand la grandeur de son canot le mettrait à couvert de tous ces dangers, il y en aurait un autre inévitable, que le bas de la rivière estoit plein de saults et de précipices avec un courant au-dessus si violent qu’on y tomboit sans remède, et tous ces précipices aboutissoient à un gouffre où la rivière se perdoit sous terre sans que l’on sceust où elle alloit. Il joignit à tout cela tant de circonstances, et prononçoit son discours si sérieusement et avec tant de marques d’affection, que les gens du sieur de La Salle, qui n’estoient pas accoustumez aux manières des Sauvages et dont deux ou trois entendoient la langue, en furent esbranlez. Le sieur de La Salle conneut leur appréhension sur leurs visages, mais comme ce n’est pas la coustume d’interrompre les Sauvages, et que mesme en le faisant il auroit augmenté le soupçon de ses gens, il le laissa paisiblement achever son discours, et ensuite il luy respondit sans s’esmouvoir que luy et ses gens luy estoient bien obligez des nouvelles qu’il leur


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A

168

473

apprenoit, parce qu’ils acquerraient d’autant plus de gloire qu’ils trouveroient plus de difficultez à surmonter; qu’ils servoient le plus grand de tous les capitaines qui commandent au delà de la mer, et qu’ils s’estimoient heureux de mourir en portant son nom jusqu’au bout de la terre; mais qu’il craignoit que tout ce qu’il avoit dit ne fust une invention de son amitié pour l’empescher de quitter sa nation, ou plustost que ce ne fust un artifice de quelque meschant esprit qui leur eust donné de la défiance de ses desseins quoyque plein de sincérité ; que si les Illinois avoient une véritable amitié pour luy, ils ne devoient point luy dissimuler les sujets de leurs inquietudes, dont il tascheroit de les délivrer ; qu’autrement il auroit lieu de croire que l’amitié qu’ils luy tesmoignoient à son arrivée n’estoit que sur leurs lèvres. Nicanapé demeura sans repartir et, lui présentant à manger, changea de discours. Après le repas, le sieur de La Salle reprit la parole et luy dit qu’il n’estoit pas surpris que leurs voisins devinssent jaloux des commoditez qu’ils recevroient du commerce qu’ils alloient avoir avec les François, ny qu’ils leur fissent des rapports à leur désavantage; mais qu’il s’estonnoit de ce qu’ils estoient si faciles à y donner créance et de ce qu’ils se cachoient à un homme qui leur avoit communiqué tous ses desseins avec tant de franchise. « Je ne dormois pas, mon frère, adjousta-t-il, en s’adressant à Nicanapé, quand Monso vous a parlé la nuit et en cachette au désavantage des François, qu’il vous a dé peints comme les espions des Iroquois. Les présents qu’il vous a faits pour vous persuader ses mensonges sont encore enfouis dans cette cabane. Pourquoy a-t-il pris la fuite aussitost après? pourqupy ne parloit-il pas de jour, s’il n’avoit que des véritez à dire? N’as-tu pasveuqu’à mon arrivée, j’ay


474

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

pu tuer tes neveux et que dans la confusion où ils estoient, j’aurois pu faire seul ce qu’on te veut persuader que j’exécuteray avec l’assistance des Iroquois, après que je me seray estably chez toy et que j’auray fait amitié avec ta nation ? A l’heure que je parle, mes gens ne pourroient-ils pas esgorger tout ce que vous estes d’Anciens pendant que vostre jeunesse est à la chasse? Ne sçais-tu pas que l’Iroquois que tu redoutes a esprouvé la valeur du François, et que par conséquent il n’auroit pas besoin de son secours s’il avoit dessein de vous faire la guerre? Mais, pour te guérir entièrement l’esprit, cours après cet imposteur que j’attendray icy pour le convaincre et le confondre. Gomment me connoist-il, puisqu’il ne m’a jamais veu, et comment peut-il sçavoir les complots qu’il dit que j’ay faits avec les Iroquois, qu’il connoist aussi peu que moy ? Regarde notre équipage. Ce ne sont que des outils et des marchandises qui ne nous peuvent servir que pour vous faire du bien, et qui ne sont propres ny pour les attaques ny pour les retraites. » Ce discours les émut et les obligea à faire courir après Monso pour le ramener. Mais la neige, qui tomba la nuit en abondance et qui couvroit ses pistes, empescha qu’on ne le pust joindre. Toutesfois, les gens du sieur de La Salle, qui avoient esté auparavant à demi séduits, ne furent pas guéris de leurs fausses craintes. Six d’entre eux, qui estoient de garde, s’enfuirent la nuit suivante, après avoir enlevé ce qu’ils jugèrent leur devoir estre nécessaire, et s’exposèrent à un danger de périr et de mourir de faim, beaucoup plus certain que celuy qu’ils vouloient éviter. Le sieur de La Salle estant sorti de la cabane une heure après, et n’ayant trouvé personne en faction, entra dans la


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

475

cabane de ses gens. Il en trouva une où il n’estoit resté qu’un seul homme, que ses camarades n’avoient pas adverti, parce qu’il leur estoit suspect. Il les assembla tous, et leur demanda des nouvelles de ces déserteurs. Ensuite il leur tesmoigna le déplaisir qu'il avoit de ce que, contre les ordres du Roy, et contre toute justice, ils avoient déserté et l’avoient abandonné dans le temps qu’ils luy estoient le plus nécessaires, et après qu’il avoit fait toutes choses pour eux. Il leur recommanda, pour empescher le mauvais effet que cette désertion pourroit produire dans l’esprit des Illinois, de leur dire que leurs camarades estoient partis par son ordre ; qu’il auroit pu bien les faire poursuivre et les punir pour faire un exemple, mais qu’il ne vouloit pas faire connoistre aux Sauvages le peu de fidélité des François. Il les exhorta à luy estre plus fidèles que ces fugitifs, et de n’en pas venir à de pareilles extrémitez par la crainte des dangers que Nicanapé leur avoit faussement exagérez ; qu’il ne prétendoit mener avec luy que ceux qui le voudroient accompagner, et qu’il leur donnoit sa parole de laisser aux autres, au printemps, la liberté de retourner en Canada, où ils iroient sans risque et en canot, au lieu qu’ils ne pouvoient alors l’entreprendre qu’avec un péril manifeste de leur vie, et avec la confusion de l’avoir laschement abandonné par une conjuration qui ne pouvoit pas demeurer impunie à leur arrivée à Québec. Il tascha de les rassurer de cette manière ; mais, connoissant leur inconstance, et dissimulant le chagrin qu’il avoit de leur peu de résolution, il résolut de les esloigner des Sauvages pour couper le chemin à de nouvelles insubordinations. Et pour les faire consentir sans murmurer, il leur dit qu’ils n’estoient pas en seureté parmi les Illinois ; que, d’ailleurs, un pareil séjour les exposoit aux armes des


476

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A

1681

Iroquois, qui peut-estre viendraient durant l’hyver attaquer les villages ; que les Illinois n’estoient pas capables de leur faire résistance, qu’apparemment ils s’enfuiraient au premier choc, et que les Iroquois, ne les pouvant joindre parce que les Illinois sont beaucoup plus vistes qu’eux, deschargeroient leur furie sur les François, dont le petit nombre serait incapable de faire teste à ces barbares ; qu’il n’y avoit qu’un seul remède, qui estoit de se fortifier dans quelque poste facile à défendre, qu’il en avoit trouvé un de cette sorte près du village, où ils seraient à couvert des insultes des Illinois et des armes des Iroquois, qui ne pourraient les y forcer, et qui, par cette raison, n’entreprendroient pas de les attaquer. — Ces raisons et quelques autres semblables persuadèrent les gens du sieur de La Salle, et ils s’engagèrent de bonne grâce à un travail bien rude pour une si petite troupe. Un grand dégel estant survenu le 15 Janvier et ayant rendu la rivière libre au-dessous du village, le sieur de La Salle se rendit avec tous ses canots au lieu qu’il avoit choisy pour y faire un fort. C’estoit un petit tertre esloigné d’environ deux cents pas du bord de la rivière qui s’estendoit jusqu’au pied dans le temps des grandes pluyes. Deux ravines larges et profondes fortifioient deux autres costez, et une partie du quatriesme, que le sieur de La Salle fit achever de retrancher par un fossé qui joignoit ensemble les deux ravines. Il fit border leur talus extérieur, qui luy servoit de contrescarpe, de bons chevaux de frise. Il fit escarper de tous costez cette éminence, dont il fit soutenir la terre autant qu’il luy estoit nécessaire par de fortes pièces de bois avec des madriers, et il fit planter autour, de peur de quelque surprise, une palissade dont les pieux estoient longs de vingt pieds, et gros à proportion. Il laissa le haut du tertre


CAVELIER DE LA SALLE, DE

167 9

A 1681

477

en sa figure naturelle, qui formoit un quarré irrégulier, et il se contenta de le border d’un bon parapet de terre, capable de couvrir ses gens, dont il fit faire le logement dans des angles de ce fort, afin qu’ils fussent toujours prests en cas d’attaque. Les Récollects furent logez dans le troisiesme. Le magasin, solidement construit, fut placé dans le quatriesme, et la forge, le long de la courtine qui regardoit le bois. Pour luy, il se posta au milieu avec le sieur de Tonty. Pendant qu’il travailloit à cet ouvrage, le sieur de la Salle, qui songeoit continuellement à faire réussir sa descouverte, et qui voyoit la construction de sa barque très-difficile par la détection de ses scieurs de long, s’advisa de dire un jour à ses gens qu’il avoit résolu, s’il y avoit entre eux un homme de bonne volonté qui voulust l’ayder, d’essayer à faire des planches de bordage; qu’il espéroit d’en venir à bout avec un peu plus de peine et de temps, et qu’au pis aller il en serait quitte pour en gaster quelques-unes. Aussitost deux de ses gens s’offrirent à s’y employer ; on en fit l’essay, et ils réussirent assez bien, quoyqu’ils n’eussent jamais entrepris un pareil ouvrage; et il fit commencer une barque de quarante-deux pieds de quille, et de douze seulement de largeur ; et il y fit travailler avec tant de soin que, nonobstant les travaux du fort, tout le bordage fut scié, tout le bois prest, et la barque mise sur le chantier dans le premier jour du mois de Mars. En mesme temps le sieur de La Salle proposa de faire descouvrir, par avance, la route qu’il devoit tenir jusqu’à la rivière Mississipi, et le cours de cette rivière au-dessus et au-dessous de l’embouchure de la rivière Divine, ou des Illinois, Le Père Louis Henpin (sic) s’offrit à faire ce voyage pour commencer à faire connoissance avec les peuples chez lesquels il croyoit aller


478

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

bientost s’establir pour y prescher la foy. Le sieur de La Salle eut peine à le charger de cette commission ; mais, voyant qu’il y estoit résolu, il y consentit; il luy donna un calumet et un canot avec deux hommes, l’un desquels, appelé le Picard, est présentement à Paris, et l’autre, nommé Michel Accault, entendoit médiocrement la langue des Illinois et celle des Nadouessioux. Il chargea ce dernier de quelques marchandises destinées à faire des présents, et qui valoient 1,000 ou 1,200. liv Ils partirent du fort de Crèvecœur le 29 février au soir. Ils rencontrèrent sur leur route une bande d’Illinois qui revenoient de leur village, et qui voulurent les obliger à y retourner avec eux ; mais Michel Accault, qui est courageux et prudent, animé par l’exemple du Père Louis, voulut passer outre, et ils le persuadèrent à Picard, que les Sauvages avoient esbranlé. La rivière Divine, sur laquelle ils navigeoient, est égale et profonde, et large comme la Seine à Paris, et en deux ou trois endroits elle s’eslargit jusqu’à une ou deux lieues. Elle est bordée de deux costeaux, dont la pente est couverte de beaux et grands arbres. Ces costeaux s’esloignent quelquefois d’une demi-lieue l’un de l’autre, et laissent entr’eux et la rivière un terrain marescageux et souvent inondé, mais qui ne laisse pas de nourrir de fort gros arbres. Quand on est monté sur les costeaux, on descouvre de belles prairies à perte de veue, garnies d’espace en espace de petites forests de haute futaye qui semblent y avoir esté plantées exprès. Le courant de la rivière est peu sensible, si ce n’est dans le temps des grandes pluyes ; elle est capable, en tout temps, de porter de grandes barques jusqu’au village des Illinois, depuis lequel son cours va presque tousjours au sud quart de sud-ouest. Le 7 de Mars ils trouvèrent, à deux lieues de son embou-


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

479

chure, une nation appelée Tamaroas, ou Maroas, composée de deux cents familles. Ils voulurent les mener à leur village, situé à l'ouest de la rivière Mississipi ou Colbert, et à 6 ou 7 lieues au-dessous de l’embouchure de la rivière Divine ; mais le Père Louis et ses compagnons aimèrent mieux continuer leur route. Ils arrivèrent bientost après à cette embouchure esloignée de cinquante lieues de Crèvecœur, et de quatre-vingt-dix du village des Illinois. Elle est située entre le trente-sixiesme et le trente-septiesme degré de latitude, et, par conséquent, à cent vingt ou cent trente lieues du golfe de Mexique. A l’angle que cette rivière fait du costé du sud à son embouchure, on voit un rocher plat escarpé, et d’environ quarante pieds de hauteur, très-propre à y bastir un fort; le costé du nord, vis-à-vis du rocher, est une prairie dont on ne voit pas le bout, toute preste à estre cultivée, et qui seroit très-avantageuse pour la subsistance d’une colonie ; les glaces qui dérivoient sur la GrandeRivière les arrestèrent en cet endroit jusqu’au 12 du mois de Mars, qu’ils continuèrent leur route en remontant le long de ce fleuve. La rivière Mississipi, au-dessous de la Divine, paroist aller au sud sud-ouest, et au-dessus elle vient du nord et du nord nord-ouest. Elle coule entre deux chaisnes de montagnes assez hautes qui serpentent comme ce fleuve, dont quelque fois elles s’esloignent un peu, et laissent des espaces en demicercle couverts d’herbes ou de bois. Au delà de ces montagnes on descouvre de grandes campagnes, mais les terres ne sont pas si fertiles, ny les bois si beaux que ceux du pays des Illinois. Ce grand fleuve a presque partout une ou deux lieues de largeur, et il est divisé par quantité d’isles couvertes d’arbres entrelacez de tant de vignes qu’on a peine à y passer. Il


480

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

ne reçoit aucune rivière considérable, du costé de l’ouest, que celle des Outoutanta. Du costé du levant, on trouve, premièrement, la rivière appelée Ouisconsing, ou Misconsing par les Sauvages, qui vient de l’est et de l’est nord-est durant soixante lieues, au bout desquelles on la quitte pour aller gagner, par une autre rivière, la baye des Puans. Elle est presque aussi large que la rivière des Illinois, et se jette dans le Mississipi, à cent lieues au-dessus de la rivière Divine. A vingt-quatre lieues au-dessus, on trouve la rivière Noire, appelée par les Nadouesioux Ghabadeba. Elle est peu considérable. Trente lieues plus haut, toujours du costé du levant, on trouve la rivière des Bœufs, ainsi nommée à cause de la quantité de ces bestes qu’on y rencontre. On la suivit dix ou douze lieues, où elle est toujours égale et sans rapides. Elle est bordée de montagnes qui s’en esloignent quelquefois pour former des prairies. Son embouchure, qui a des bois des deux costez, est aussi large que la rivière Divine. Quarante lieues au-dessus, on trouve une rivière pleine de rapides, par laquelle on peut aller au lac Supérieur, faisant route au nord-est jusqu’auprès de la source Nemitsakouat, qui tombe dans ce lac. Cette rivière a été appelée la rivière du Tombeau, à cause de celuy d’un capitaine Sauvage qu'on y trouva. En continuant de remonter encore quatre-vingts lieues sur la Grande-Rivière, la navigation est interrompue par un sault, que le Père Louis a nommé de Saint-Antoine de Pade. Ce sault a trente ou quarante pieds de hauteur, avec un islet au milieu de la cheute. Les montagnes qui bordent la rivière finissent en cet endroit, et elle commence de couler de l’ouest et du nord-ouest, sans que l’on ait pu apprendre des Sauvages, qui l’ont remontée fort loin, le lieu où elle prend sa source. Huit lieues au delà


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

481

A 1681

du sault, on trouve la Rivière des Nadouessious, estroite à son entrée, et qu’on remonte allant au nord durant cinquante lieues jusques au lac des Issati, duquel elle tire son origine. Ce lac se respand dans de grands marais où croist la folle avoine, ainsi qu’en plusieurs autres lieux, jusqu’au bout de la baye des Puans. Cette sorte de grains est produite naturellement dans les terres marescageuses et sans qu’on la sème. Elle ressemble à l’avoine, mais elle est de bien meilleur goust et de beaucoup plus longue, ainsi que la tige. Les Sauvages la recueillent dans la saison, et ils en font leur provision pour toute l’année. Le lac des Issati est situé à 60 lieues à l’ouest du lac Supérieur. Les isles et les terres qui l’environnent et d’autres lacs voisins d’où sortent plusieurs rivières sont habitez par les Issati, les Nadouessans, les Tintonha, les Oüadebaton, les Chougasketon, et par d’autres peuples que l’on comprend sous le mesme nom de Sioux ou de Nadouessious. Ces barbares sont au nombre de huit ou neuf mille guerriers fort vaillants, grands coureurs et très-bons archers, et ce fut un parti de cette nation qui prit le Père Louis et ses deux compagnons de la manière suivante : Ils remontoient la rivière Colbert ou Mississipi avec beaucoup de plaisir et sans aucun obstacle, lorsque le 11 d’avril 1680 ils se virent investis par cent ou six vingts guerriers Nadouessious qui descendoient dans 33 canots pour aller faire la guerre aux Tchatchakigouas. Le Père Louis leur présenta aussitost le calumet qu’ils receurent, mais ils ne voulurent y fumer, ce qui est une marque de paix, qu’après les avoir fait passer de l’autre costé de la rivière, où ils les poursuivirent avec de grands cris, pour donner, suivant leur coustume, quelque satisfaction à leurs morts. 31


482

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

Toutefois ces barbares leur pillèrent quelques hardes, et quoyque Michel Accault leur eust fait présent de deux caisses de marchandises, ils les emmenèrent à leur village où ils retournèrent, cette rencontre leur ayant fait rompre leur voyage. Ils ne firent pourtant aucun autre mauvais traitement aux François, qui n’estoient pas faschez de cette occasion de continuer leurs descouvertes, que de les faire marcher avec eux à pied depuis la Grande-Rivière durant 50 lieues, avec beaucoup de peine et très-peu de vivres. Il est vray néantmoins qu’en approchant de leur village, ils se partagèrent toutes les marchandises, moitié de gré, moitié de force, mais ils promirent en mesme temps de les payer; et la raison de cette violence est que cette bande estoit composée de deux peuples différents, dont les plus esloignez, craignant que les autres ne retinssent toutes les marchandises quand elles seroient dans leur village, voulurent par avance en prendre leur part. En effet, quelque temps après ils offrirent une partie du payement à Michel Accault, qui ne voulut pas le recevoir jusqu’à ce qu’on luy donnast la valeur de toutes les marchandises, et le sieur de La Salle ne doute pas que ces Sauvages ne luy donnèrent une entière satisfaction. Ils pillèrent aussi les ornements du Père Louis, excepté le calice qu’ils n’osèrent toucher parce que, le voyant reluire, ils dirent que c’estoit un esprit qui les feroit mourir. Ce traitement fit croire au Père qu’ils vouloient le faire mourir à cause qu’ils firent plusieurs cérémonies, qu’ils ont aussi accoustumé de pratiquer quand ils veulent brusler leurs ennemis, et que Michel Accault, qui lors n’entendoit pas leur langue, quoiqu’il en sceust plusieurs autres, ne pouvoit s’ex-


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

483

pliquer avec ces Sauvages. Néantmoins ils laissèrent les François dans leur village dans une entière liberté. Trois mois après ils allèrent avec les Sauvages à la chasse aux bœufs le long de la rivière Colbert, à environ 150 lieues de leur village, où ils rencontrèrent le sieur du Luth qui alloit chez les Nadouessious, sous la conduite d’un soldat du sieur de La Salle nommé Faffart, qui avoit déserté du fort Frontenac. Ils remontèrent tous ensemble aux villages des Nadouessious, où ils demeurèrent environ quatre mois, et enfin ils retournèrent tous en Canada par la rivière Ouisconsing et par la baye des Puans. Durant le séjour du Père Louis et des deux François chez les Nadouessious, ils virent des Sauvages venus en ambassade, qui demeuroient à près de 500 lieues du costé de l’ouest, et ils apprirent que les Assinipoualac, qui sont à sept ou huit journées des Sioux du costé du nord-ouest, et tous les autres peuples que l’on connoist à l’ouest et au nord-ouest, habitent dans des prairies immenses, où il y a quantité de bœufs sauvages et de pelleteries, et où quelquefois ils sont obligez de faire du feu avec de la fiante de bœuf, faute de bois. Pendant le voyage du Père Louis, le sieur de La Salle se vit exposé à de nouvelles peines et à des fatigues qui peut-estre paroistroient incroyables. Il avoit achevé son fort et préparé tout le bois nécessaire pour la construction de sa barque, mais il n’avoit ni fer, ni cordages, ni voiles; il n’apprenoit aucunes nouvelles de l’autre barque, et il ne voyoit point revenir ceux qu’il avoit envoyez pour s’informer de ce qu’elle estoit devenue. Cependant il considérait que l’esté s’approchoit et que s’il attendoit encore quelques mois inutilement, son entreprise


484

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1079

A 1681

seroit retardée d’une année et peut-estre pour deux ou trois, parce qu’il ne pourroit, estant si loin, donner aucun ordre à ses affaires, ny faire amener les choses dont il avoit besoin. Dans cette extrémité, il prit une résolution aussi extraordinaire qu’elle estoit difficile à exécuter, c’est à sçavoir d’aller à pied jusqu’au fort Frontenac, esloigné de plus de 500 lieues. On estoit alors à la fin de l’hyver, qui avoit esté aussi rude en Amérique qu’en France1 ; la terre estoit couverte de neige qui n’estoit ny fondue, ny capable de porter un homme avec des raquettes. Il falloit se charger de l’équipage ordinaire en ces occasions, c’est-à-dire d’une couverture, de linge, d’une chaudière, d’une hache, d’un fusil, de poudre, de plomb et de peaux passées pour faire des souliers à la Sauvage, qui ne durent qu'un jour, ceux dont nous nous servons en France n’estant d’aucun usage dans ce pays ; il devoit, outre cela, se résoudre à brosser au travers des halliers et des buissons, à marcher dans l’eau, dans des marais et dans les neiges fondues, quelquefois jusqu’à la ceinture et durant des journées entières, à coucher sur la terre, quelquefois sans manger parce qu'il ne pouvoit porter aucuns vivres, et qu’il devoit tirer sa subsistance de ce qu’il tueroit avec son fusil et de l’eau qu’il rencontreroit sur sa route. Et enfin à être exposé tous les jours, et principalement la nuit, aux surprises de quatre ou cinq nations qui se faisoient la guerre. Néantmoins toutes ces difficultés ne l'estonnèrent pas, et il estoit seulement en peine de trouver parmy ses gens quelques hommes assez résolus pour raccompagner, et d’empescher que les autres, desjà fort esbranlez, ne désertassent tous après son départ. 1. Cette comparaison porterait à croire que cette relation a été faite en France.


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

485

Il trouva heureusement, quelques jours après, le moyen de désabuser ses gens des fausses impressions que les Illinois leur avoient données à la sollicitation de Monso. Quelques Sauvages de cinq nations esloignées arrivèrent au village, qui luy confirmèrent ce qu’il sçavoit desjà de la beauté de la grande Rivière par le rapport de plusieurs Sauvages et par ce que les Illinois mesmes luy en avoient dit à son arrivée. Toutefois ce récit ne suffisoit pas pour désabuser ses gens, et pour les rasseurer entièrement il vouloit le faire avouer aux Illinois mesmes, quoyqu’il eust appris qu'ils avoient résolu, dans un conseil, de dire tousjours la mesme chose, et il s’en présenta peu de temps après une occasion favorable. Un jour qu’il estoit à plus de deux lieues du fort, chargé de quatre poules d’Inde qu’il avoit tuées à la chasse, il rencontra un jeune guerrier Illinois qui venoit de faire des prisonniers du costé du sud et qui avoit devancé ses camarades pour donner advis au village de leur retour. Comme il estoit très-fatigué et affamé, il demanda à manger au sieur de La Salle, qui luy donna une de ses poules d’Inde. Le Sauvage alluma du feu et la mit dans la chaudière qu’il portoit. Pendant qu’elle cuisoit, il l’interrogea sur son voyage et luy demanda des nouvelles du pays situé au bas de la rivière, dont il feignit avoir beaucoup de connoissance. Ce jeune homme lui en fit, avec du charbon sur une escorce, une carte assez exacte, l’asseura qu’il avoit esté partout dans sa pirogue, qu’il n’y avoit jusqu’à la mer ny saults ny rapides, mais que, comme elle devenoit fort large, il y avoit en quelques endroits des battures de sable et de vase qui en barroient une partie. Il luy dit aussi les noms des nations qui habitent sur son rivage et des rivières qu’elle reçoit, que le


486

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

sieur de La Salle escrivit. Il le remercia ensuite, par un petit présent, de luy avoir descouvert la vérité que les principaux de la nation luy avoient déguisée. Il le pria de ne leur point dire qu’il luy eust parlé, et il luy donna une hache pour luy fermer la bouche, ce qui est la manière dont les Sauvages s’expriment pour recommander le secret. Le lendemain de bon matin il alla au village, où il trouva des Sauvages assemblez dans la cabane de l’un des plus considérables qui faisoit festin d’un ours, qui est un mets dont ils font beaucoup d’estime. Il prit place au milieu d’eux, et leur dit qu’il vouloit leur faire connoistre que celuy qui a tout fait prend un soin particulier des François, qu’il luy avoit fait la grâce de l’instruire de l’estat de la Grande-Rivière, dont il estoit en peine de connoistre la vérité depuis qu’ils luy en avoient fait une description effroyable, et ensuite il leur dit ce qu’il avoit appris le jour précédent. Ces barbares creurent qu’il avoit appris toutes ces choses par quelque voye extraordinaire, et après s’estre fermé la bouche avec la main, ce qui est la manière dont les Sauvages se servent pour tesmoigner leur admiration, ils luy dirent que la seule envie qu’ils avoient de l’arrester avec eux les avoit obligez de luy cacher la vérité. Ils luy avouèrent tout ce qu’il avoit appris du jeune guerrier, et depuis ils ont tousjours persisté dans les mesmes sentiments. Cette rencontre guérit l’esprit des gens du sieur de La Salle d'une partie de leurs craintes, et ils en furent entièrement délivrez par l’arrivée de plusieurs Osages, Sicacas et Akansas, qui estoient venus du costé du sud pour voir des François et acheter des haches. Ils tesmoignèrent tous que la rivière estoit navigable jusqu’à la mer et que la venue des François estant


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

487

publiée partout, ils seroient très-bien receus. Le sieur de La Salle leur fit à tous de petits présents pour montrer à leurs compatriotes et promit de leur porter des haches, des couteaux, des aiguilles et des alesnes qui sont les marchandises qu’ils estiment le plus, et leur dit que comme nostre nation en avoit une très-grande abondance, ils en fourniroient aussi à leurs voisins à qui il les pria de le faire sçavoir. Quelques jours auparavant et le 17 de Février, deux des plus considérables de la nation des Matoutenta, esloignée de 80 ou 100 lieues à l’ouest de la Grande-Rivière, arrivèrent pour voir les François L’un d’eux avoit à la ceinture un pied de cheval avec la peau d’une partie de la jambe qui luy servoit de sac à pétun. Il dit qu’il l’avoit apporté d’un pays situé à cinq journées du sien, du costé de l’ouest, et dont les habitants se battoient à cheval avec des lances et avoient de longs cheveux. Ces circonstances firent connoistre qu’il parloit des Espagnols du Nouveau-Mexique, parce que les Sauvages de ces quartiers ne laissent croistre leurs cheveux que d’un travers de doigt. Ces nouvelles connoissances augmentèrent l’envie que le sieur de La Salle avoit d’achever ses descouvertes et l’obligèrent à exécuter la résolution qu’il avoit prise ; mais avant que de parler de son départ de ce pays, il est nécessaire de descrire, en peu de mots, les mœurs du peuple qui l’habite. Les Illinois sont vaillants et redoutables à tous leurs voisins ; leur humeur est plus gaie et plus ouverte que celle des autres Sauvages, qui sont tous dissimulez et mélancoliques. Ils sont prompts et ils se querellent souvent entre eux, ce qui arrive rarement parmy les autres peuples de l’Amérique septentrionale. Ils ont tous plusieurs femmes, quelquefois jus-


488

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

qu’à dix ou douze, et ils espousent ordinairement toutes les sœurs de leur première femme, dont ils sont fort jaloux et leur coupent le nez quand ils sçavent qu’elles leur sont infidèles. On les accuse d’estre adonnez au péché contre nature et d’avoir des hommes destinez, dès leur enfance, à cet usage détestable. Les hommes sont tout nuds pendant l’esté et ne se couvrent qu’en hiver de robes de peaux de bœuf avec la laine, mais leurs femmes sont tousjours modestement vestues de peaux de bœuf passées depuis la teste jusqu’aux genoux. Ils se servent de pirogues, c’est-à-dire de bateaux faits d’un seul grand arbre creusé et capable de porter de quarante à cinquante hommes, au lieu de canots d’escorce. Leurs armes et leurs autres manières de vivre sont pareilles à celles des autres Sauvages. L'hyver, comme il a esté dit cy-dessus, estoit plus long qu’à l’ordinaire-, les vivres commencoient à manquer au fort, et les glaces qui couvraient la rivière ostoient la communication avec le grand village, où les provisions de bled d’Inde des Sauvages estoient enfermées. Toutesfois, le sieur de La Salle résolut d’y remonter et de se servir de cette occasion pour aller apprendre des nouvelles de sa barque. Il donna ses ordres au sieur de Tonty, qui n’a point trompé la bonne opinion qu’il avoit conceue de sa conduite et de son courage, et il partit le I du mois de Mars avec six des plus robustes de ses gens et un Sauvage, en deux canots. Le courant, assez rapide, tenoit la rivière libre de glaces auprès du fort. Mais après une lieue de navigation et à l’entrée d’un eslargissement ou d’un lac de huit lieues de long, que forme la rivière, ils la trouvèrent glacée. Le sieur de La Salle, qui ne vouloit pas abandonner ses canots, ayant er


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

489

dessein de les renvoyer au fort chargez de bled d’Inde, dit à ses gens qu’au bout de ce lac, le courant auroit fondu les glaces et leur ouvriroit le passage. Ainsi ils résolurent de faire deux traisneaux sur lesquels ils mirent leurs canots et tout leur équipage, et les traisnèrent sur la neige jusqu’au bout du lac. Ils y trouvèrent, le lendemain, la rivière couverte de glace trop foible pour pouvoir marcher dessus, et trop forte pour y exposer des canots d’escorce. Ils furent donc contraints de porter les canots et tout le reste durant quatre lieues, tousjours dans la neige jusqu’à mi-jambes, et à travers les bois. Ils arrivèrent le soir à des cabanes des Sauvages, où ils se mirent à couvert d’une forte pluye qui tomba toute la nuit. Le troisiesme de Mars ils s’embarquèrent sur la rivière, qu’ils trouvèrent glacée en sept ou huit endroits, où ils se firent passage à coups de perche. Sur les quatre heures du soir, la glace estant espaisse de plus d’un pied avoit tant d’inégalitez et de trous qu’on ne pouvoit y marcher ; ils furent contraints de faire un circuit de près de deux lieues et detraisner leurs canots sur des marais glacez, à l’extrémité desquels la rivière estoit libre. Ils y voguèrent jusqu’à midi, que de grandes glaces qui couvroient toute la rivière les obligeoient de temps en temps à se mettre à terre pour les laisser passer, et ensuite à se remettre à l’eau, ce qu’ils firent diverses fois jusqu’au soir. Le jour suivant ils firent un portage de demi-lieue, au bout de laquelle ils continuèrent leur route sur un petit canal, ou bras de la rivière, durant deux lieues, tantost en ramant et tantost en rompant des glaces avec des fléaux et des haches ou en traisnant leurs canots dans l’eau jusqu’à mi-jambes. Ils les traisnèrent ensuite sur la neige dans les bois jusqu’au len-


490

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

demain au soir, que la neige, qui tomba en abondance, les obligea de s’arrester. Le 9 Mars, la gelée ayant affermy la neige, ils se mirent en marche avec leurs raquettes, dont on se sert pour s’empescher d’enfoncer. Iis firent ce jour-là sept à huit lieues, et le lendemain, après en avoir fait encore dix, ils arrivèrent au village. Une grande pluye qui tomba les deux jours suivants destacha les glaces dont la rivière estoit couverte. Mais, comme elles furent arrestées par les isles et par des battures qu’elles rencontrèrent au dessous du village, et qu’il s’en fit de grands amas qui s’élevoient l’un sur l’autre avec un bruit extraordinaire, le sieur de La Salle perdit l’espérance de pouvoir envoyer sitost des vivres au fort. Il ne trouva mesme personne de qui il en peust acheter, et il n’y avoit point d’apparence qu’aucun Illinois revinst au village dans une si fascheuse saison. Toutesfois, comme il avoit remarqué des pistes sur la neige, il creut qu’il y en avoit quelques-uns aux environs à la chasse, et dans cette pensée, il fit mettre le feu à des roseaux que la gelée avait séchez, espérant que la fumée qui paroistroit de loin dans ces campagnes attireroit quelque Sauvage, ce qui luy réussit. Le lendemain, le sieur de La Salle estant sorti pendant que ses gens boucanoient ou séchoient à la fumée la chair d’un bœuf qu’ils avoient tué, il vit venir deux Sauvages qui furent suivis d’assez près par Chassagoac, le plus considérable des Illinois et le plus affectionné pour notre nation. D’abord il luy fit présent d' une couverture rouge, d’une chaudière, de quelques haches et de quelques couteaux, et ensuite il luy dit que les François qu’il avoit laissez au fort avoient besoin de vivres, qu’il le prioit de leur en fournir et qu’au retour du voyage


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

491

qu’il alloit faire, il reconnoistroit le service qu’il luy rendroit en cette occasion. Chassagoac lui promit d’employer tout son crédit en faveur des François et de charger de bled le canot que le sieur de La Salle laissoit avec deux hommes pour le ramener au fort. Ils eurent ensuite une longue conférence dans laquelle le sieur de La Salle luy raconta tout ce qui s’estoit passé à l’autre village où Chassagoac ne s’estoit pas trouvé. Il luy dit aussi le sujet de son voyage, qu’il avoit dessein de les remettre en bonne intelligence avec les Iroquois, qu’il reviendroit bientost avec beaucoup d’armes et de marchandises et un plus grand nombre de François, à dessein de s’establir parmy les Illinois, sitost qu’il auroit descouvert l’embouchure de la Grande-Rivière. Chassagoac fit paroistre autant de joye de cette nouvelle qu’il luy avoit d’abord tesmoigné de chagrin de son départ. Il luy confirma tout ce qu’il avoit appris depuis peu touchant le cours de la rivière, et l’assura qu’il contribueroit de tout son pouvoir à l’heureux succès de son entreprise. Cependant les quatre François et le Sauvage que le sieur de La Salle avoit choisis pour l’accompagner portèrent son canot et ses hardes jusqu’à un rapide situé quatre lieues audessus du village. Il les y alla rejoindre après qu’il se fut séparé de Chassagoac, et comme la rivière paroissoit belle, ils s’embarquèrent dessus et firent douze lieues les 16 et 17, quoyque les bancs de glace qui descendoient les obligeassent à mettre souvent pied à terre. Le 18, ils trouvèrent la rivière tellement glacée qu’ils perdirent l’espérance de naviguer davantage. Ainsi ils cachèrent le canot dans une isle et commencèrent à marcher à pied chargez de tout leur équipage. Ils traversèrent en deux jours une campagne large de vingt-cinq


492

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

lieues et longue à perte de veue, marchant tousjours dans l'eau de la neige fondue par l’ardeur du soleil, assez forte au milieu du jour. Le 21 et le 22 jusqu’à midi, ils continuèrent leur voyage à travers de grands marais terminez par une rivière fort profonde et très-rapide. Ils voulurent faire un radeau, mais ils ne trouvoient que des chesnes peu propres à leur dessein. Ils furent néantmoins obligez de s’en servir. Ils choisirent les branches les plus sèches, ils y meslèrent des faisceaux de joncs, lièrent tout l’ouvrage avec des harts et passèrent de cette sorte dans l’eau jusqu’au genouil. Le 23, ils traversèrent trois autres rivières de la mesme manière. Le soir ils arrivèrent au bord du lac des Illinois, et le lendemain 24 à la rivière des Miamis, où le sieur de La Salle trouva encore dans son entier le fort qu’il avoit fait construire l’automne précédent. Il y rencontra les deux hommes qu’il avoit envoyez de ce mesme lieu au-devant de sa barque, qui redoublèrent ses inquiétudes en luy disant qu’ils n’avoient peu en apprendre aucune nouvelle ny en voir aucun débris quoyqu’ils eussent fait le tour du lac. La pluye qui dura tout le jour et le radeau qu’il fut obligé de faire pour traverser cette rivière, qui est fort large, l’arrestèrent jusqu’au 25 à midi, qu’il continua sa route à l’orient et vers le lac Érié, dans des bois tellement entrelacez de ronces et d’espines qu’en deux jours et demi, luy et ses gens eurent leurs habits tout déchirez et le visage ensanglanté et découpé de telle sorte qu’ils n’estoient pas reconnoissables. Le 28, ils entrèrent dans de beaux bois où ils trouvèrent des vivres en abondance. Ils en avoient auparavant manqué plusieurs fois et s’estoient veus obligez souvent à marcher jus-


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

493

qu’à la nuit sans manger ; mais depuis cet endroit ils ne manquèrent pas de gibier ny de venaison. Sitost qu'ils avoient tué un cerf, un ours ou une poule d’Inde, ils en faisoient rostir une partie et la mangeoient sans pain, sans vin, sans sel et sans aucun autre assaisonnement. Ils estoient dans un pays où les Sauvages ne chassoient point, parce qu'il est situé entre cinq ou six nations qui se faisoient la guerre et qui n’y entroient qu’avec de grandes précautions, pour surprendre et tuer quelqu’un de leurs ennemis. Ainsi les coups de fusil que tiroient les François et les bestes mortes qu’ils laissoient dans les champs firent bientost trouver leurs pistes à ces barbares. Une bande d’Ouapous les suivit et les descouvrit le 28 au soir, à cause du feu qu’ils avoient allumé à l’entrée d’une belle plaine large de quatre ou cinq lieues et longue à perte de veue. Ces barbares les avoient desjà investis et les auroient infailliblement surpris, si celuy qui faisoit le guet ne les eust esveillez et s’ils ne se fussent promptement postez chacun derrière un arbre un fusil à la main. Les Sauvages les prirent pour des Iroquois, et les croyant en grand nombre parce qu’ils ne cachèrent pas leur marche suivant la coustume de ces peuples quand ils vont en petites troupes, s’enfuirent sans tirer leurs flèches, de peur d’estre eux-mesmes enveloppez, et donnèrent une telle alarme de tous costez, que les François furent deux jours sans rencontrer personne. Le sieur de La Salle devina le sujet de leur fuite, et voyant leur espouvante, fit les mesmes marques qu’auroit faites une armée d’Iroquois, allumant plusieurs feux et peignant sur l’escorce des arbres des esclaves et des chevelures suivant leur coustume. Quand il fut au milieu de cette plaine, il s’ad-


494

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

visa, pour mieux cacher sa marche, de mettre le feu aux herbes sèches dont elle estoit couverte, qui furent bientost consumées. Il se servit du mesme stratagème jusqu’au bout de ces campagnes ; mais le 30, ayant trouvé de grands marais inondez par le dégel que luy et ses gens furent obligez de traverser dans la boue et dans l’eau jusqu’à la ceinture, les traces qu’ils laissèrent firent bientost descouvrir leur nombre à une bande de Maskoutens qui cherchoient à tuer des Iroquois. Ils les suivirent durant les trois jours qu’ils marchèrent dans les marais, mais ils ne purent les joindre parce que les François ne faisoient point de feu, se contentant de quitter leurs habits mouillez pour les faire sécher sur quelque butte élevée où ils passoient la nuit enveloppez dans leurs couvertures. Toutefois la gelée ayant été forte la nuit du 2 du mois d’Avril, ils furent contraints d’allumer du feu, afin de se pouvoir servir de leurs hardes glacées. La lumière les descouvrit à ces Sauvages qui n’estoient pas fort esloignez et qui accoururent avec de grands cris jusqu’à cent pas des François, où ils furent arrestez par une rivière assez creuse qu’ils ne purent traverser. Le sieur de La Salle, qui s’en aperçeut, s’avança vers eux jusqu’à la portée du fusil, et alors soit que les Sauvages fussent retenus par l’avantage du lieu et des armes à feu, ou parce qu’ils les reconnurent pour François, ils leur crièrent qu’ils estoient leurs frères et qu’ils les avoient pris pour des Iroquois, et ensuite ils retournèrent sur leurs pas. Le sieur de La Salle continua son voyage sans obstacle jusqu’au 4 Avril, que deux de ses gens, abattus de travail, estant tombez malades et ne pouvant plus marcher, il fut obligé de chercher quelque rivière qui allast se jeter dans le lac Érié, pour y faire un canot. Il en trouva une et il fit abattre auprès


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

495

une espèce d’orme que les Iroquois appellent Carondagaté dont on lève l’escorce en tout temps, mais plus difficilement en cette saison, dans laquelle il faut continuellement l’arroser d’eau bouillante et prendre un grand soin de ne pas la casser. Le canot ayant esté bientost achevé, ils se mirent tous dedans, mais leur navigation ne fut pas longue. Des arbres que les grandes eaux avoient entraisnez ou fait tomber dans le lit de cette rivière bouchoient le passage au canot et les obligeoient souvent à desbarquer ; d’ailleurs ils remarquèrent que cette rivière faisoit de si grands destours, qu’en cinq jours ils n’avoient pas fait autant de chemin qu’ils avoient accoustumé d’en faire en une journée à pied. Aussi les malades se trouvant soulagez, ils abandonnèrent le canot et arrivèrent heureusement peu de jours après au détroit par où le lac Huron se descharge dans le lac Érié, et qui en cet endroit a presque partout une lieue de largeur. Le sieur de La Salle ordonna à deux de ses gens de faire un canot et d’aller à Missilimakinak apprendre des nouvelles de la barque, et ensuite il traversa le détroit sur un radeau avec les deux autres François et le Sauvage. Ils suivirent à pied les rivages du lac Érié jusqu’à ce que, les pluyes continuelles et le dégel ayant inondé presque tous les bois où ils marchoient, un de ses gens et le Sauvage furent attaquez d’une fièvre très-violente avec une inflammation de poitrine et crachèrent le sang. Cet accident obligea le sieur de La Salle de faire, avec celuy qui luy restoit en santé, un canot pour les emmener. Ils en vinrent à bout en deux jours et s’y estant embarquez, ils arrivèrent à Niagara le lendemain de Pasques, 21 d’Avril. Quelques-uns de ses gens qu’il y trouva et qui avoient hy-


496

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

verné dans une cabane au-dessus du Sault luy donnèrent de nouveaux sujets de chagrin en luy apprenant la perte, dans le golfe Saint-Laurent, du navire Saint-Pierre, dans lequel on luy envoyoit de France pour plus de vingt mille francs de marchandises, et que de vingt ouvriers qu’il avoit fait venir, il n’en estoit resté que quatre dont l’un avoit esté retenu d’autorité par le sieur Intendant, les autres estant retournez en Europe découragez par les faux bruits qu’on faisoit courir qu’il ne reviendroit jamais. Ces mauvaises nouvelles l’obligèrent à aller au fort Frontenac, et ses hommes ne pouvant plus le suivre, il prit au Sault trois hommes frais pour continuer sa marche. Les pluyes continuelles qui durèrent jusqu’au dixiesme de May le retardèrent et l’incommodèrent beaucoup, en sorte qu’il ne peut arriver que le 6 du mesme mois au fort Frontenac, où il acheva un voyage de près de cinq cents lieues et le plus pénible que jamais aucun François ait entrepris dans l’Amérique. Il alla peu de temps après à Montréal où il termina ses affaires en huit jours, et revint aussitost après au fort de Frontenac. Il y faisoit ses préparatifs pour aller achever sa descouverte, lorsqu’il receut des nouvelles du pays des Illinois qui l’obligèrent à retarder son départ. Jacques Messier et Nicolas Laurent, envoyez par le sieur de Tonty, qui commandoit au fort de Crèvecœur, arrivèrent le 22 Juillet. Ils estoient chargez d’un procès-verbal de la désertion des charpentiers de navire, du forgeron, du menuisier et de la pluspart de ceux qu’il avoit laissez, qui, en l’absence du sieur de Tonty, avoient pillé le magasin, emporté les pelleteries, les marchandises et les munitions, renversé les pieux du fort et privé de toutes


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

497

sortes de secours et de défense leur commandant qui leur estoit allé chercher des vivres au grand village. Il est aisé de juger quel déplaisir le sieur de La Salle receut de voir son entreprise presque ruinée, ses peines et ses despenses perdues par la malice de ses déserteurs. Toutefois il ne fut pas découragé par tant de malheurs, et il résolut de ne rien espargner pour achever sa descouverte. Il apprit cependant que les déserteurs avoient paru au bord du lac Frontenac, et cette nouvelle l’obligea à se mettre promptement sur sa barque avec neuf hommes pour les aller chercher et de commander à quinze autres de le suivre, mais ils ne peurent arriver à temps à cause du vent contraire, qui l’obligea luymesme plusieurs fois à relascher. Le vent ayant un peu diminué le 2 d’Aoust, il arriva le mesme jour entre Ganeiout et Kenté, à l’ouest d’une isle de cinq lieues de longueur, par un des costez de laquelle les déserteurs dévoient nécessairement passer, à moins qu’ils n’eussent pris la route de la Nouvelle-York le long de la coste méridionale du lac Frontenac. Sur les quatre heures du soir deux de ses habitants arrivèrent dans un canot, qui luy dirent qu’ayant rencontré ses déserteurs, ils estoient venus devant, nuit et jour, pour l’en advenir; qu’ils estoient au nombre de vingt, qui, non contents de ce qu’ils avoient fait chez les Illinois, avoient encore démoli la redoute qu’il avoit faite à l’embouchure de la rivière des Miamis, pris à Missilimakinak les pelleteries qu’il y avoit mises en dépost et pillé le magasin du sault de Niagara ; qu’en cet endroit ils s’estoient séparez en deux bandes dont l’une, composée de huit hommes, avoit pris sa route par le sud du lac Frontenac pour aller à la Nouvelle-York, et l’autre qui es 32


498

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

toit de douze, venoit par le nord du mesme lac, à dessein de le tuer et de ne tirer que sur luy pour ne le pas manquer et se délivrer de ses poursuites par un nouveau crime, et qu’ils ne pouvoient pas estre loin. Le sieur de La Salle, sur cet advis, envoya ces deux habitans au fort donner ordre à tous ses gens de prendre les armes et d’attendre ces déserteurs en trois divers passages, afin de les arrester, s’ils luy eschappoient pendant la nuit. Ensuite il laissa la barque avec cinq hommes bien armez, et luy avec cinq autres alla en canot par l’autre costé de l’isle pour les y mieux descouvrir. La nuit, il s’avança encore de trois lieues, et estant arrivé au point du jour à une pointe appelée Okouï, où les canots ont acccoustumé de faire la traversée, il aperçeut deux canots qui venoient droit à luy sans le voir parce que quelques arbres le cachoient. Ils venoient l’un après l’autre esloignez entreeux d’environ une demi-lieue, et quand ils se furent approchez à un quart de lieue du sieur de La Salle, il fit donner sur le plus avancé dans lequel il y avoit cinq hommes. Gomme il avoit de très-bons canoteurs, il leur avoit donné ordre de leur donner chasse en les suivant toujours en poupe afin de leur oster le moyen de se mettre en défense, et que si ces déserteurs tiroient les premiers, ils fissent leurs descharges sur celuy qui gouvernoit, parce que celuy-là estant hors de combat, le canot ne feroit plus que tourner, à cause qu’on ne peut pas changer de place dans ces petits bastimens sans les renverser. Son ordre fut parfaitement bien exécuté, et comme il les eut bientost joints, il leur commanda, leur présentant le fusil bandé luy et deux de ses gens, de venir à luy et de mettre bas les armes. Ils furent contraints d’obéir. Et le sieur de La Salle,


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

499

après leur avoir osté leurs armes, leurs vivres et leur bagage, fit tourner pour aller attaquer le second canot, qui se rendit encore plus facilement que le premier, parce qu’il n’y avoit que deux hommes. Il apprit d’eux que les cinq autres, ayant voulu faire un troisiesme canot, estoient demeurez derrière et ne devoient arriver que le lendemain. Ainsi il fit prendre la route du fort, où il les fit mettre en prison après qu’ils luy eurent advoué tout ce qui a esté rapporté cy-devant. Aussitost après, le sieur de La Salle se rembarqua luy neufviesme dans deux canots pour attraper les autres, qu’il descouvrit le 4 d’aoust sur les six heures du soir, à une lieue de luy. Il fit aller à eux avec toute la diligence possible, mais comme ces déserteurs n’avoient qu’une demi-lieue à faire pour gagner terre, ils arrivèrent, avant qu’il peust les joindre, à une pointe où il y avoit un lieu propre pour desbarquer, et où ils se postèrent chacun derrière un arbre avec leurs fusils chargez de trois balles, comme on le sceut après. Cet endroit leur estant d’autant plus favorable, qu’à une lieue près il estoit impossible de mettre pied à terre, parce que des deux costez ce n’estoit que des rochers escarpez, battus des eaux du lac. Le sieur de La Salle eut peine à retenir ses gens qui vouloient les aller forcer à descouvert, mais enfin ils luy obéirent. Il demeura avec quatre hommes à la portée du fusil pour empescher les déserteurs de se rembarquer, et il envoya les quatre autres desbarquer plus loin pour les attaquer à terre. Ils firent ce qui leur avoit esté ordonné, mais comme ils ne peurent trouver de lieu propre qu’à plus d’une lieue de là, la nuit les surprit sitost qu’ils eurent gagné le rivage. Ils jugè-


500

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

rent que leur attaque par terre seroit inutile, et ainsi ils se rembarquèrent pour revenir à leur premier poste. Ils n’eurent pas vogué longtemps qu’ils rencontrèrent ceux qu’ils cherchoient qui s’estoient embarquez sans estre veus à la faveur de la nuit qui estoit fort obscure. Ils leur crièrent deux ou trois fois de s’arrester et de se rendre, et voyant qu’au lieu d’obéir ils avoient pris les armes et se préparaient à tirer, ils firent les premiers leur descharge sur eux, de laquelle ils en tuèrent deux et prirent les trois autres qu’ils amenèrent au sieur de La Salle. Il les fit mettre en prison ainsi que leurs camarades jusqu’à l’arrivée du sieur comte de Frontenac qui devoit venir au fort et qu’on attendoit incessamment. Il voulut ensuite aller couper chemin aux déserteurs qui avoient pris la route de la Nouvelle-York, mais le vent qui souffloit du sud luy estoit contraire, et estant pressé d’aller chez les Illinois secourir le sieur de Tonty, il se contenta de laisser ordre à un sergent d’aller les attendre à leur retour dans les lieux où ils estoient obligez de passer. Il partit du fort de Frontenac le 10 d’Aoust de l’année 1681 pour faire un second voyage au pays des Illinois. Il avoit avec luy 25 hommes, et entr'autres des charpentiers de barque avec les choses nécessaires pour achever celle qu’il avoit commencée à Crèvecœur, de laquelle il prétendoit se servir pour descendre avec plus de seureté jusqu’à l’embouchure de la Grande-Rivière. Il arriva le 15 à Téïoiagon, village d’Iroquois situé à 60 lieues du fort et vers l’extrémité de la coste septentrionale du lac Frontenac. Il y séjourna jusqu’au 22 à cause qu’il fallut transporter par terre tout son équipage au lac Toronto, qui, par une rivière navigable seulement à des canots et qui court


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

501

de l’est à l’ouest, se descharge dans la partie la plus orientale du lac des Hurons. Il apprit en cet endroit des nouvelles certaines de la perte de sa barque par deux déserteurs qu’il fit encore arrester, dont l’un, Gabriel Minime, obtint la permission de retourner avec luy, se plaignant de ceux qui l’avoient desbauché de son service. L'autre, nommé Grandmaison, s’enfuit et emporta les pelleteries que le sieur de La Salle avoit fait saisir et qu’il avoit mises en dépost chez un Sauvage. Le 23, le sieur de La Salle arriva au lac Toronto, sur lequel il s’embarqua avec tous ses gens et descendit sur la rivière qui en sort jusqu’à une baye pleine d’isles où elle se jette. De là il tourna au nord pour suivre la coste septentrionale du lac des Hurons, parce qu’il y a plus de ports et de retraites que du costé du sud, et qu’on y est couvert contre les grands vents par trois longues isles esloignées de six ou sept lieues de la coste. Ces isles s’estendent vers le couchant jusqu’à une grande pointe de terre qui sépare le détroit de Missilimakinak du sault Sainte-Marie. Le 16 Septembre il arriva à l’habitation du sault SainteMarie, où il estoit allé pour se saisir de quelques pelleteries que ses déserteurs y avoient laissées, mais il n'en peut retirer aucune chose; ainsi il fut obligé d’en partir le lendemain pour reprendre la route de Missilimakinak, où il avoit dessein de se fournir de vivres. Les Sauvages du lieu refusèrent longtemps de luy en vendre sous divers prétextes, quoyqu’ils lui offrissent plusieurs fois de luy vendre du castor ; mais il refusa à son tour d’en acheter parce que les pays situez depuis Missilimakinak, en allant au nord et au nord-ouest, ne sont pas compris dans sa commission et sont réservez pour le com-


502

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

merce de Canada ; aussi est-il certain que dans tous ces passages il n’a jamais voulu souffrir qu’on y traitast une seule peau de castor. Enfin, après un retardement de trois semaines, il gagna de telle sorte l’esprit des Sauvages qu’ils luy apportèrent trente sacs de bled d’Inde, dont il n’en prit que dix. Cependant il estoit surpris de n’avoir trouvé à Missilimakinak aucunes nouvelles du sieur de Tonty, et il en estoit d’autant plus en peine qu’il sçavoit qu’il estoit dépourveu de toutes choses et que les Iroquois estoient partis pour aller faire la guerre aux Illinois. Pour expliquer toutes ces choses, il faut les reprendre de plus haut. Lorsque le sieur de La Salle partit du pays des Illinois, il ne resta que quinze personnes avec le sieur de Tonty, c’est à sçavoir deux Pères Récollects, le sieur de Boisrondet, trois charpentiers de barque, un forgeron, deux menuisiers, deux scieurs de long qu’il avoit dressez à Crèvecœur et quatre soldats. Le sieur de La Salle luy promit de luy envoyer du secours à la place des quatre François qu’il emmenoit. En effet, sitost qu’il fut arrivé à Niagara, il fit partir le sieur d’Autray, jeune homme sage et courageux et fils du premier procureur géde Québec 1, avec quatre hommes en deux canots chargez d’armes et de munitions et de ce qui estoit nécessaire pour achever sa barque. Il le chargea d’emmener avec luy les nommez Messier, Hunaut et Crevel, qu’il devoit trouver en chemin, et deux autres hommes qu’il avoit envoyez à Missilimakinak de la descharge du lac Huron dans le lac Érié, ainsi qu’il a esté dit cy-devant. Il envoya du fort Frontenac le sieur de la Forest avec quatre ou cinq hommes. Il mandoit en 1. Bourdon.


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

503

mesme tems au sieur de Tonty la marche des Iroquois et qu’il lui conseilloit de s’esbigner de leur passage sans se déclarer ny pour les uns ny pour les autres, parce qu’il n’estoit pas juste de violer les lois de l’hospitalité en faisant la guerre aux Illinois qui les avoient si bien receus, ny de se déclarer contre les Iroquois pour ne pas exciter la guerre contre le Canada. Ces secours pouvoient le mettre en estat de conserver le fort et la barque commencée et de se défendre mesme contre les Iroquois ; mais la désertion de ses meilleurs hommes rendit toutes ces précautions inutiles. Ces déserteurs, après avoir pillé les marchandises et les munitions, démoly le fort de Crèvecœur et celuy des Miamis, rencontrèrent ceux que le sieur de La Salle envoyoit au pays des Illinois et les découragèrent par mille faussetez. Ils leur dirent enfin que le sieur de Tonty estoit mort et l’assurèrent de telle sorte que les gens du sieur de La Salle n’osèrent passer outre, et le sieur de La Forest luy-mesme, s’estant laissé persuader et croyant que son voyage seroit inutile, revint aussi sur ses pas. Ainsi le sieur de Tontyresta chez les Illinois avec le Père Gabriel de la Ribourde, personnage d’un grand mérite et d' une vertu exemplaire, âgé de 63 ans; le Père ZénobeMembré, très-bon et très-sage religieux ; le sieur de Boisrondet, jeune homme fidèle et intrépide, et deux autres François, tous tellement dépourveus de munitions qu’ils n’avoient chacun que trois coups à tirer. On fit aussi courir le bruit chez les Illinois que le sieur de La Salle estoit mort, et cette nouvelle y fut confirmée quelque temps après. Toutesfois, le sieur de Tonty ne perdit pas courage : il souffrit avec patience le manquement de toutes choses.


504

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

Il envoya par deux chemins différens avertir le sieur de La Salle de tout ce qui se passoit, et il agit avec tant de conduite et de résolution dans les occasions particulières où il se vit engagé bientost après qu’il acquit un très-grand crédit parmi les Sauvages. Pendant que toutes ces choses se passoient, les Iroquois marchoient contre les Illinois. Les premiers habitent au sud du lac Frontenac, divisez en cinq cantons qui sont ceux d’A gnié, voisins de la Nouvelle-York, d’Onneiout, d’Oiogouen, d’Onnontagué et de Sonnontouan, le plus puissant de tous. Ils s’accordent parfaitement bien entr’eux, mais ils sont presque tousjours brouillez avec les autres peuples. Ils sont politiques, rusez, perfides, vindicatifs et cruels contre leurs ennemis qu’ils font brusler à petit feu avec des tourmens et des cruautez incroyables. Quoyqu’il n’y ait parmi eux qu’environ 2,500 guerriers, comme ils sont les mieux armez et les plus aguerris de toute l’Amérique septentrionale, ils ont défait et ensuite exterminé tous leurs voisins. Ils ont porté leurs armes de tous costez à 800 lieues à la ronde, c’est-à-dire vers le golfe Saint-Laurent, à la mer du Nord, dans la Floride et mesme au delà de la rivière Mississipi. Ils ont destruit plus de trente nations, fait périr depuis quatre-vingts ans plus de 600,000 âmes et rendu déserts la pluspart des pays qui sont autour des grands lacs. Ce sont eux seuls qui ont longtemps empesché l’accroissement des colonies du Canada, et c’est avec beaucoup de peine qu’on les a contraints à faire la paix et qu’on les oblige à la maintenir. Depuis la défaite des Gandastoguez, peuple qui habitoit sur la frontière de la Virginie et qu’ils ont entièrement destruit il y a trois ans, ils cherchoient de l’occupation à leurs armes.


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

505

Ils n’osoient pas attaquer les peuples du nord qui vivoient sous la protection des François. Ceux du sud estoient entièrement soumis. Ainsi il ne restoit que ceux de l’ouest, dont les plus proches et les plus puissants estoient les Illinois et les Miamis, qu’ils résolurent d’attaquer parce qu’ils estoient persuadez qu’après leur défaite, les autres ne seraient pas capables de leur résister. Toutefois, comme ces deux peuples joints ensemble auraient peu se défendre avec succès, les Illinois estant au nombre de près de 1,800 guerriers fort vaillants et les Miamis de 1,200 à 1,500, lapluspart armez seulement de flèches, mais grands coureurs et fort propres à faire des surprises, les Iroquois songèrent à les diviser pour les défaire les uns après les autres. Les Miamis habitoient autrefois à l’ouest du lac des Illinois, d’où la crainte des Iroquois les fit fuir au delà de la rivière de Mississipi, où ils s’establirent. Les Pères Jésuites leur envoyèrent des présents, il y a quelques années, pour les solliciter à revenir dans leurs anciennes demeures, et ils vinrent à bout d’en destacher une partie qui se placèrent vers la source de la rivière Teatiki, par où le sieur de La Salle descendit à son premier voyage, ainsi qu’il a esté dit. Comme les Illinois estoient plus nombreux et plus braves, les Miamis qui estoient souvent brouillez avec eux ne les craignoient guère moins que les Iroquois, et ainsi ils escoutèrent les propositions que leur firent ces derniers et s’accommodèrent avec eux sans songer aux malheurs où ils se verraient exposez après la défaite des Illinois. Les Iroquois ayant pris leurs mesures de cette sorte trouvèrent bientost un prétexte de faire la guerre aux Illinois dans des rencontres de chasse où ils se querelloient et se surpre-


506

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A

1681

noient souvent. Ils embrassèrent la première occasion de cette sorte, et commencèrent de faire des hostilitez. Ensuite ils firent leurs préparatifs et partirent au mois d’Aoust, afin d’arriver dans la saison que les bleds d’Inde seroient meurs pour n’estre pas exposez à manquer de vivres. Ils descendirent par des rivières qui sont au sud du lac Érié et arrivèrent chez les Illinois le 18 de septembre, dans le temps que le sieur de La Salle estoit à Missilimakinak et le sieur de Tonty en l’estat qui a été représenté cy-devant. Il demeuroit dans le grand village des Illinois, où il s’estoit retiré après la désertion de ses meilleurs hommes pour pouvoir subsister plus facilement, et il attendoit des nouvelles du sieur de La Salle lorsque, tout à coup on vint dire que les Iroquois estoient à deux lieues de là, et l’espouvante fut d’autant plus grande que les Illinois estoient peu en état de leur faire résistance. Plus de la moitié des guerriers estoient allez en partis de divers costez bien loin de leur pays, nonobstant les remontrances du sieur de Tonty qui leur avoit représenté plusieurs fois qu’ils ne devoient point se séparer dans un temps où ils attendoient une cruelle guerre des Iroquois. Ces guerriers avoient emporté la pluspart des fusils du village, où il n’en estoit resté que cent avec des munitions pour tirer trois ou quatre cents coups, et quatre ou cinq cents hommes de combat armez de fleches et de casse-tête. Le village n’avoit aucune closture ny retranchement, et il estoit situé sur la rive septentrionale de la rivière, le long de laquelle il s’estendoit durant une lieue de longueur et un quart de lieue de largeur. Les Iroquois, au contraire, estoient cinq cents hommes fort aguerris, fiers de leurs victoires et armez de fusils, de pistolets et de sabres. Ils avoient tous des boucliers de bois ou de cuir


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

507

et quelques-uns des manières de plastrons ou de cuirasses de bois. Cent Ghaouanons, armez seulement de flesches, s’estoient joints à eux pour se venger des Illinois, leurs ennemis, à la faveur des Iroquois. Cette petite armée s’estoit campée du costé du sud et sur le bord de la rivière Aramoni, dans laquelle elle se jette deux lieues au-dessous du village. Les Illinois ne furent point estonnez de l’inégalité de leurs forces avec celles de leurs ennemis. Ils firent toute la nuit embarquer les vieillards, les. femmes et les enfants dans leurs pirogues avec tout ce qu’ils avoient de meilleur et quantité de bled d’Inde. Ils leur donnèrent cinquante ou soixante guerriers pour les escorter, et ils les envoyèrent six heures audessous du village, en un poste presque inaccessible à cause des marais qui l’environnent. Le reste de la jeunesse passa la nuit en festins, en chants et en danses, pour s’encourager à leur manière à charger les Iroquois. Le sieur de La Salle fit de nouvelles pertes dans cette confusion, car, comme les Illinois ne vouloient laisser aucun butin à leurs ennemis, ils emportèrent ou jetèrent dans la rivière tout ce qui pouvoit leur estre utile. Ainsi le sieur de La Salle perdit tous les outils de sa forge, quantité d’outils, de ferrailles et de marchandises dont les déserteurs n’avoient peu se charger, et que le sieur de Tonty avoit fait apporter au village, et enfin pour plus de vingt mille livres de castor qui luy appartenoit ou qui luy estoit destiné par les Illinois qui vouloient luy en faire present. Les deux Pères Récollects estoient alors dans une cabane à une lieue du village, où ils s’estoient retirez pour faire une espèce de retraite, et ils ne furent advertis de l’arrivée des Iroquois que dans le temps du combat. Le Sauvage chez qui ils estoient logez emporta le coffre où estoit leur


508

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

chapelle pour la conserver, mais elle fut dissipée durant la fuite des Illinois, des mains desquels toutesfois on en a depuis retire une partie. Dans le mesme temps le sieur de Tonty se trouva en grand danger de perdre la vie. Le bruit avoit couru, au premier voyage du sieur de La Salle, qu’il estoit d’intelligence avec les Iroquois, et quoy qu’il eust désabusé les Illinois, comme il a esté dit, toutefois Nicanapé, l’un des chefs de la tribu des Cascacia, avoit depuis souvent assuré à ses compatriotes que des François l’avoient adverty de se défier du sieur de La Salle. Ce bruit se renouvela et s’augmenta beaucoup par la rencontre qui suit. Le matin du 19 Septembre, quelques Illinois furent destachez pour aller reconnoistre les Iroquois. Ils les trouvèrent sur le bord de la rivière Aramoni, et ayant veu que Teganeout, chef des Iroquois, avoit un justaucorps noir, avec un chapeau et des bas de mesme couleur, ils le prirent pour un Jésuite ; ils vinrent en mesme temps le publier dans le village, et ils adjoustèrent que le sieur de La Salle y estoit aussi et que tous les François estoient des traistres. Il n’en falloit pas davantage pour animer ces Sauvages, naturellement fort prompts, à se venger de l’injure qu’ils croyoient recevoir des François sur le sieur de Tonty et sur ceux qui l’accompagnoient, et ils l’auroient apparemment exécuté s’il n’avoit pris sur-le-champ le seul party qu’il pouvoit prendre en cette conjoncture. Il offrit aux Illinois, pour leur oster la pensée qu’ils avoient, d’aller à leur teste combattre les Iroquois, et cette proposition ayant fait sur leur esprit l’effet qu’il en avoit espéré, toute la jeunesse se prépara pour le combat. La rive gauche de la rivière du costé du sud est occupée


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A 1681

509

par un long rocher fort estroit et escarpé presque partout, à la réserve d’un endroit de plus d’une lieue de longueur, situé vis-à-vis du village, où le terrain, tout couvert de beaux chesnes, s’estend par une pente douce jusqu’au bord de la rivière. Au delà de cette hauteur est une vaste plaine qui s’estend bien loin du costé du sud et qui est traversée par la rivière Aramoni, dont les bords sont couverts d’une lisière de bois peu large. C’est dans cette campagne que les Illinois se rendirent le mesme jour de fort bonne heure avec le sieur de Tonty, suivi par le sieur de Boisrondet et par un autre François, le troisiesme ayant eu ordre de demeurer au village pour garder les papiers du sieur de La Salle. Ils virent les Iroquois tout en un gros au deçà du bois qui borde la rivière Aramoni et coururent aussitost pour les charger; mais le sieur de Tonty, qui vit que la partie estoit inégale, voulut essayer de faire quelque accommodement entre ces barbares. D’abord il arresta les Illinois par ses remontrances, et, ayant laissé ses armes à un Illinois, il s’avança suivi d’un autre vers les Iroquois, un collier de porcelaine à la main, ce qui est une marque de paix entre les peuples orientaux de mesme que le calumet parmi les Sauvages de l’Occident. Ces colliers de porcelaine ne sont autre chose que des morceaux de coquillage percez et polis en divers formes et qui servent de monnoye à ces nations. Cependant, comme les Iroquois continuoient de tirer, le sieur de Tonty renvoya l’Illinois qui l’accompagnoit et s’avança seul jusqu’aux Iroquois nonobstant leurs descharges continuelles. Aussitost il fut environné de plusieurs de ces barbares et l’un deux, qui peut estre ne l’avoit pas reconnu comme François, luy donna un coup de couteau au-dessous de la ma-


510

CAVALIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1689

melle gauche qui luy fit une playe profonde et dangereuse. Les autres se mirent au devant, luy donnèrent un breuvage qui d’abord luy arresta le sang et le pansèrent. Mais dans cet intervalle un Iroquois ayant mis le chapeau du sieur de Tonty au bout de son fusil, le sieur de Boisrondet et les Illinois le creurent mort et chargèrent les Iroquois avec tant de vigueur qu’ils les firent plier et reculer près d’une demilieue. Les Illinois en cette rencontre perdirent un homme tué et sept blessez. Ces derniers vinrent alors se plaindre au sieur de Tonty de ce que les François combattoient en faveur de leurs ennemis. Il s’offrit à faire cesser le combat, et sa proposition ayant esté acceptée, il alla faire retirer les Illinois et les François. Les deux armées se séparèrent et les Iroquois feignirent de reprendre le chemin de leur pays. Le sieur de Tonty, retournant au village avec les Illinois, rencontra le père Zénobe qui venoit pour le secourir ayant esté adverti du combat et de sa blessure. Les Iroquois s’avancèrent peu de temps après, sous prétexte de chercher des vivres ; mais les Illinois, qui devinèrent aisément leur dessein, mirent le feu à quelques cabanes, et se retirèrent au lieu où ils avoient envoyé les femmes et les vieillards. Les Iroquois bruslèrent le reste du village et se servirent du bois des cabanes pour faire un meschant retranchement où ils s’enfermèrent de peur d’estre surpris. Le sieur de Tonty et les autres François demeurèrent dans leur cabane, qui n’avoit pas été bruslée, jusqu’à ce que les Iroquois les invitèrent à entrer dans leur fort, où ils seroient plus en seureté, ce qu’ils acceptèrent. Huit ou dix jours se passèrent de cette sorte, durant lesquels le sieur de Tontytascha de conclure la paix entre ces deux


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

511

peuples, et la nuit les uns et les autres alloient amasser du bled d’Inde dans les champs. Enfin les Iroquois, qui vouloient profiter de la foiblesse des Illinois, firent des présens au sieur de Tonty pour le faire consentir à leur défaite; mais comme il les refusa toujours, ils l’exhortèrent à se retirer de peur que luy et ses gens ne fussent tuez pendant le combat ou par leur jeunesse ou par les Illinois. Alors le sieur de Tonty, considérant qu’il ne recevoit aucunes nouvelles du sieur de La Salle, dont on lui avoit assuré la mort, que l’hyver s’approchoit, qu’il n’avoit ny marchandises ny vivres, ny munitions, et qu’il estoit exposé àla discrétion de ces deux nations barbares, résolut enfin de partir. Il s’embarqua avec les deux Pères Récollects et les trois autres François, et comme il avoit beaucoup de castors, il en abandonna une partie et il embarqua le reste, à dessein, si le sieur de La Salle estoit mort, d’en acheter des armes, des munitions et quelques marchandises pour achever une si belle descouverte. Il remonta la rivière des Illinois avec beaucoup de peine parce qu’il n’avoit point de bons canoteurs. Le troisiesme jour depuis son départ, le Père Gabriel mit pied à terre pour prier Dieu avec plus de tranquillité et se désennuyer en marchant le long de la rivière, mais ayant esté descouvert par quelques Sauvages de la nation des Kikapous, ces barbares le tuèrent à coups de fleches sans qu’on s’en aperceust. Le sieur de Tonty s’arresta à midy pout l’attendre, et voyant qu’il tardoit trop, rebroussa chemin pour le chercher. Il l’attendit encore le lendemain mais tous ses soins estant inutiles, il fut contraint de continuer sa route avec le regret d’avoir perdu un homme estimé de tous ceux qui le connoissoient.


512

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

Peu de temps après il arriva à l’endroit où la rivière Téatiki, qui vient du pays des Miamis, et par laquelle le sieur de La Salle estoit descendu, reçoit la rivière Divine. Il remonta par celle-cy sans laisser aucune marque de son passage, en quoy il fit une grande faute, et qui donna beaucoup de peine à luy et au sieur de La Salle, ainsi que l’on verra cy-après. Il arriva dans peu de jours au lac des Illinois, sur lequel il s’embarqua allant du sud au nord le long de la coste occidentale de ce lac. Il eut des peines incroyables dans cette navigation, ayant esté avec tous ceux de sa compagnie réduit à l’extrémité faute de vivres. Toutefois il arriva enfin chez les Pouteatamis, où il fut contraint d’hyverner. Cependant les Iroquois, aussitost après le départ du sieur de Tonty, exercèrent leur rage sur les corps morts des Illinois qu’ils déterrèrent ou abattirent de dessus les eschafauts où les Illinois les laissent longtemps exposez avant que de les mettre en terre. Ils en bruslèrent la plus grande partie, ils en mangèrent mesme quelques-uns et jetèrent le reste aux chiens. Ils plantèrent les testes de ces barbares à demi descharnées sur des pieux. Ils firent le dégast dans les champs et enfin ils n’oublièrent rien de ce qui pouvoit satisfaire leur vengeance. Ils décampèrent quelques jours après pour suivre les Illinois qui avoient pris la fuite aussitost après le départ des François. Ils n’osèrent toutefois attaquer les Illinois tant qu’ils les virent unis et résolus de se défendre, et ils se contentoient de démolir les sépulcres qu’ils trouvoient sur leur route, et de se camper tous les jours à leur veue, la rivière entre deux. Ils essayoient mesme, selon leurs ruses ordinaires, de persuader aux Illinois qu’ils estoient satisfaits et qu’ils ne vouloient plus que la gloire de leur avoir fait quitter la campagne. Les


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

513

A 1681

Illinois résistèrent longtemps à leurs artifices et reculèrent de cette sorte jusqu’à la Grande-Rivière, faisant toujours leur retraite en bon ordre, mais il se laissèrent enfin surprendre aux belles paroles des Iroquois. Lorsque les deux, armées furent arrivées auprès de l’embouchure de la rivière, les Illinois, lassez d’une si longue retraite et trompez par les assurances que les Iroquois leur donnoient de se retirer sitost qu’ils ne les verroient plus ensemble, résolurent de se séparer. Tous ces peuples sont divisez par tribus, et ainsi, après cette résolution prise, les Cascacia, qui sont les plus braves de tous avec les Caokia et les Chinkoa, remontèrent la Grande-Rivière. Les Peoucaria, qui composent la tribu la plus nombreuse se retirèrent dans les campagnes qui sont au delà de la mesme rivière. Les Omouahoa, les Coiraobitanon, les Moingoana et les Chepousca, descendirent la Granderivière, et les Maroa ou Tamaroa, les Tapouaro et les Ispeminkia, plus crédules que tous les autres Illinois, demeurèrent auprès de l’embouchure de leur rivière pour chasser aux environs. Les Iroquois, qui n’attendoient qu’une pareille occasion chargèrent ces derniers, qui, se voyant plus foibles en nombre et en armes, prirent la fuite après une longue résistance. Il y eut peu d’Illinois tuez parce qu’ils sont fort vistes à la course, et seulement trois du costé des Iroquois; mais environ sept cents femmes ou enfans demeurèrent exposez à la rage de ces derniers. Ils en firent périr près de la moitié avec des cruautez inouïes, dont le sieur de La Salle vit douze jours après de funestes marques, et ils emmenèrent le reste en esclavage. Pendant que toutes ces choses se passoient, le sieur de La Salle estoit à Missilimakinak, où il avoit eu beaucoup de peine 33


514

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

à obtenir des vivres des Sauvages. Il attendoit avec beaucoup d’inquiétude l’arrivée d’un forgeron, de deux matelots, d’un cordier et de deux soldats qui luy devoient apporter trois cents livres de poudre, de plomb, des fusils, du fer, des estoupes, du bray, des voiles et des outils pour achever sa barque. Il leur avoit donné ordre de venir par le lac Érié, tant afin de rencontrer le sieur de Tonty, s’il revenoit par cette route, que pour éviter de faire transporter des choses si pesantes durant treize lieues, et par de hautes montagnes qu’il faut traverser en allant de Teïoiagon au lac Taronto, où le sieur de La Salle s’estoit embarqué. Mais les vents, qui furent violents pendant cet automne, et qui sont très-dangereux dans le lac Érié et dans le lac Huron du costé du sud, par où ils estoient obligez de passer, les empeschèrent d’arriver à Missilimakinak. Ainsi le sieur de La Salle fut obligé d’envoyer, par la route qu’ils tenoient, un canot pour les faire haster et pour les soulager s’ils en avoient besoin, et un autre par le nord du lac Huron; mais ils furent tous deux contraints par le temps à hyverner en chemin. Il laissa aussi le sieur de La Forest avec trois soldats à Missilimakinak pour les attendre jusqu’au 20 d’Octobre seulement. Il partit le 4 du mesme mois d’Octobre avec douze hommes qui luy restoient, sçavoir le sieur d’Autray, un charpentier de barque qui, après avoir déserté, estoit revenu à son service, un chirurgien, trois soldats, deux scieurs de long, deux massons et deux hommes de travail. Il fut si souvent incommodé du vent et de la pluye qu’il ne peut arriver que le 4 de Novembre à l’embouchure de la rivière des Miamis. Il croyoit que le sieur de La Forest y arriveroit aussitost que luy, parce qu’il estoit moins embarrassé d’équipage; mais, contre l’ordre qu’il avoit


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

515

receu, il alla au-devant de ceux qu’il attendoit et qu’il ne rencontra point, et ne fut de retour que le 4 de Novembre à Misilimakinak, d’où les vents l’empeschèrent de partir avant l’onziesme du mesme mois. Ce retardement causa un nouvel embarras au sieur de La Salle. Le charpentier lui estoit inutile sans le forgeron; il ne pouvoit avec si peu de gens se charger de beaucoup de choses pesantes qu’il avoit amenées, ny laisser le sieur de Tonty chez les Illinois, où il le croyoit encore, sans secours durant l’hyver. Ainsi il laissa les fardeaux des plus embarrassans à la garde du charpentier et de cinq autres François, les moins propres à le suivre, avec ordre de partir si le sieur de La Forest arrivoit bientost, et, s’il tardoit trop longtemps, de l’attendre et de s’occuper cependant à couper du bois pour bastir un fort et pour construire une barque. Il leur laissa aussi un Sauvage fort habile chasseur pour les fournir de vivres. Il partit ensuite le 8 de Novembre avec six François et un autre Sauvage, et il arriva le 15 au village des Miamis, où il ne trouva personne. Le jour suivant il remonta jusqu’au portage par où l’on va à la rivière Teatiki; il reconneut que les Miamis y avoient campé, et il sceut depuis qu’ils en estoient partis huit ou dix jours auparavant afin de poursuivre les restes des Illinois, dont les Iroquois leur avoient appris la défaite. Le 17, il fit ce portage, qui est de deux lieues lorsque les eaux sont basses, et le 23 il arriva à un lieu appelé la Fourche des Iroquois, où les Kikapous, qui estoient aussi en guerre, avoient campé depuis peu sur un costeau au nombre de deux cents. Il continua sa route trouvant partout une chasse trèsabondante qui donnoit beaucoup de plaisir aux gens du sieur de La Salle, mais qui luy causoit une grande inquiétude,


516

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

parce qu’il ne pouvoit s’imaginer la raison qui avoit empesché les Illinois de brusler ces campagnes à l’ordinaire pour chasser aux boeufs sauvages. Le 27, estant arrivé à l’embouchure de la rivière Divine dans celle de Teatiki, il mit pied à terre pour examiner s’il ne trouveroit point de marques du passage du sieur de Tonty, qui ne pouvoit revenir que par l’une de ces deux rivières, et comme il n’en trouva point, parce qu’il avoit négligé d’en laisser aucune, croyant le sieur de La Salle mort, il se persuada qu’il le trouveroit encore au village. Ainsi, estant resjouy par cette espérance, il s’arresta trois jours à chasser en cet endroit. On y tua douze vaches fort grasses, huit chevreuils et beaucoup de poules d’Inde, d’outardes et de cygnes. Comme il n’estoit qu’à quinze lieues du village où il croyoit que toutes choses estoient encore en bon estat, il fit accommoder toutes ces viandes, afin de les conserver et de les envoyer chercher pour sa provision durant l’hyver, et il fit charger un canot de ce qu’il y avoit de meilleur à dessein d’en régaler à son arrivée le sieur de Tonty et les autres François. Le premier jour de Décembre il arriva au village, où il ne trouva que des marques de l’incendie et de la rage des Iroquois. Il ne restoit que quelques bouts de perches bruslées qui monstroient quelle avoit été l’estendue du village, et sur la pluspart desquelles il y avoit des testes de morts plantées et mangées des corbeaux. Il y en avoit d’autres aux portes du fort des Iroquois avec quantité d’ossemens bruslez et quelques restes des ustensiles et des hardes des François qu’il reconnaît à plusieurs marques y avoir demeuré quelque temps. On voyoit dans les champs beaucoup de carcasses à demi rongées par les loups, les sépulcres démolis, les os tirez de


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

517

leurs fosses et espars par la campagne, les trous où les Illinois cachent leurs meubles, quand ils vont à la chasse, tous ouverts, leurs chaudières et leurs pots tout brisez. La pluspart du bled d’Inde estoit encore sur pied et on en voyoit en divers endroits des tas à demi bruslez. Enfin les loups et les corbeaux augmentoient encore par leurs hurlemens et par leurs cris l’horreur de ce spectacle. Il est aisé de juger quelle fut la surprise du sieur de La Salle à cette veue. Il fit le tour du fort des Iroquois, où il ne trouva aucune marque de coups de fusil ni de fleche, ny d’apparence que les François y eussent esté prisonniers. Il visita l’une après l’autre toutes les testes de morts qui y estoient, qu’il reconneut à leurs cheveux estre de femmes ou de Sauvages, qui les ont tous fort gros et très-courts. C’estoit un examen assez triste, qu’il estoit néantmoins obligé de faire pour sçavoir ce qu’estoient devenus le sieur de Tonty et ses gens. Enfin, estant allé par hasard à leur jardin, qu’il reconneut facilement à une lieue du village, près du bord de la rivière, il y trouva six pieux plantez peints de rouge, avec la représentation sur chacune d’un homme noir ayant les yeux bandez. Il creut alors, comme c’est la coustume des Sauvages de mettre de semblables pieux aux lieux où ils ont pris ou tué quelques-uns de leurs ennemis, que les Iroquois, ayant trouvé les six François à l’escart, les avoient massacrez ou faits esclaves. Il remarqua aussi que les cabanes du fort avoient été refaites depuis peu, ce qui luy fit juger que les Illinois s’y estoient retranchez, et que les Iroquois, les en ayant chassez, avoient refait les cabanes d’une autre manière ; mais il sceut quelque temps après que c’estoit l’ouvrage de deux cents Kikapous, qui y avoient campé peu de jours avant son arrivée. Il vit aussi quantité de pistes fraisches de Sauvages


518

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

Toutefois la rigueur du froid l’obligea à faire un grand feu et à demeurer en cet endroit luy et ses gens, faisant l’un après l’autre bonne garde durant la nuit. Il la passa toute entière sans dormir, avec le chagrin qu’on peut aisément s’imaginer, craignant des suites très-fascheuses de tant d’accidens impréveus et ne sachant à quoy se déterminer. Enfin il résolut de poursuivre sa marche avec quatre hommes, et de laisser en ce lieu une partie de ses gens avec les marchandises, afin que ceux qui le devoient suivre peussent apprendre de ses nouvelles, et, pour n’estre point embarrassé dans sa marche si l’hyver le surprenoit avant son retour, il fit cacher tout ce qu’il laissoit en un lieu de très-difficile accès, dans un creux de rocher qu’il fit fermer en sorte que rien ne peust estre endommagé, et il donna ordre aux trois hommes qui restoient de se retirer dans une isle voisine, de ne point faire de fumée durant le jour, de ne point tirer et de cacher les canots dans les herbes. Il leur recommanda d’observer exactement toutes ces choses qui les mettroient en une entière seureté, parce que les Sauvages de ces pays, n’ayant point de canots, n’entreprendroient point d’aller à la nage attaquer des gens dont ils ne sçavoient pas le nombre, et que cette isle estant située entre deux rapides, ils n’y pourroient aller que de jour et par la pointe orientale, où il leur ordonna aussi de faire bonne garde. Le jour suivant, 2 de Décembre, sur les trois heures après midi, il s’embarqua avec le sieur d’Autray, les hommes You et Hunaut et un Sauvage. Ils avoient chacun deux fusils, un pistolet et une espée, du plomb, de la poudre et quelques haches et couteaux, pour faire des présens. Il fit six lieues avant la nuit et il arriva au lieu où les Illinois avoient d’abord fait


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

519

retirer les femmes et les enfans. C’estoit une langue de terre large de quinze ou vingt pas et longue de demi-lieue. Elle estoit fortifiée par la rivière et par un vaste marais plein de vase, qui ne laissoient qu’une avenue de quatre pas de largeur, fermée par de gros arbres renversez. Toute cette presqu’isle estoit pleine de cabanes des Sauvages, qui avec leurs pirogues avoient fait une espèce de parapet du costé de la rivière, par lequel seul on pouvoit les attaquer. Le sieur de La Salle visita tout ce terrain, espérant y trouver quelque escriture ou quelque indice que ses gens y avoient esté. Il ne trouva en cet endroit, ny aux sept ou huit campemens suivants, aucune apparence de combat, quoyque les Iroquois eussent toujours campé en face des Illinois. Il traversa la rivière pour visiter aussi les cabanes Iroquoises. Il y en avoit 113 au pied d’un costeau, sur un terrain plat et élevé, où il trouva sur l’escorce des arbres les portraits de leurs chefs et le nombre de soldats que chacun menoit. Ils estoient cinq cents quatre-vingt-deux, dont l’un paraissoit percé d’un coup de fusil et neuf blessez à coups de flesches. On y voyoit aussi représentées une femme Illinoise et les chevelures d’onze autres qu’ils avoient tuées, mais il n’y avoit aucune marque des François. Il coucha dans ce dernier camp, d’où il partit de grand matin, et fit ce jour-là environ trente lieues, au bout desquelles il arriva à Pimiteoui ou Crèvecœur, après avoir passé et visité six campements d’Illinois et autant d’Iroquois toujours postez vis-à-vis des premiers. Le froid avoit esté extraordinaire depuis le 28 de Novembre et tous les marais estoient desjà glacez. Il trouva à Crèvecœur que le fort avoit esté presque entière-


520

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A

1681

ment démoli par les déserteurs et que les Iroquois avoient arraché des clous de la barque, pour montrer qu’ils y avoient passé, et rompu un bordage où ces mots estoient escrits : « Nous SOMMES TOUS SAUVAGES, ce 15 A . . . . 1680. » Ce qui manquoit au dernier mot avoit esté emporté avec la pièce du bordage brisé par les Iroquois, Le sieur de La Salle reconneut l’escriture du Parisien et creut que le sieur de Tonty l’avoit fait escrire au mois d’Aoust en se retirant avec une partie des Illinois. Mais il sceut depuis qu’il avoit fait marquer ces mots au mois d’Avril, avant d’aller demeurer au grand village des Illinois. Au reste, la barque n’estoit point endommagée et on auroit peu l’achever en peu de temps sans la perte de la forge et de tous les outils à l’arrivée des Iroquois. Le 4 de Décembre il continua sa route et passa le mesme jour quatre des campements des deux armées. Il jugea en visitant le dernier que ces deux peuples n’estoient pas beaucoup esloignez, parce qu’il n’avoit point plu sur les cendres de leurs feux depuis leur départ. Il fit voguer toute la nuit suivante et le lendemain sur le midi, estant arrivé près de l’embouchure de la rivière, il aperceut dans une campagne du costé du nord des restes de cabanes et des figures qui paroissoient comme des hommes et des enfans, mais qui n’avoient aucun mouvement. Ayant desbarqué pour considérer les choses de plus près, il vit toutes les herbes foulées, et, se destournant un peu, il trouva la carcasse d’une femme à demi bruslée et mangée des loups. Ces commencemens luy firent aisément deviner ce que c’estoit, et le succès qu’avoit eu cette guerre deux jours avant son arrivée, ainsi qu’il a été dit. Toute cette campagne luy présentoit un spectacle effroyable


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A

1681

521

et les marques de la cruauté des Iroquois. On ne sçauroit exprimer la rage de ces furieux, ny les tourmens qu’ils avoient fait souffrir aux malheureux Tamaroa. Il y en avoit encore dans des chaudières qu’ils avoient laissées pleines sur les feux qui depuis s’estoient esteints. Ils avoient fait mourir ces malheureux en leur arrachant les nerfs, les mutilant, les escorchant et leur faisant endurer mille autres sortes de supplices. Ce qu’il avoit veu de loin estoit des testes et des corps entiers de femmes et d’enfants empalez et rostis et laissez debout dans cette campagne. Il vit aussi des boucliers pendus à des perches pour servir de trophées aux Iroquois. Enfin, après une soigneuse et triste recherche, il ne trouva rien qui luy peust faire croire que les François eussent été enveloppez dans ce désastre. Toutefois, pour ne rien oublier de ce qui luy pouvoit donner quelque esclaircissement, il alla jusqu’à la GrandeRivière sans trouver aucun autre vestige des François ny des Sauvages. Alors il fit esbrancher un petit arbre sur le rocher qui est à la gauche de l’embouchure de la rivière des Illinois, et il y attacha avec un clou un morceau de planche qu’il avoit apporté exprès. Il y peignit son canot et un calumet pour marque de paix, et y attacha une lettre par laquelle il advertissoit le sieur de Tonty qu’il retournoit au village, et qu’il avoit caché près de là des haches, des couteaux et quelques autres choses qui luy estoient nécessaires s’il estoit avec les Sauvages, ne doutant pas que si quelqu’un de ces barbares passoit en cet endroit, il ne luy portast cette lettre qui luy seroit d’un grand secours. Ses gens luy proposèrent alors de descendre jusqu’à la mer, s’offrant d’exposer leur vie pour satisfaire la passion qu’il


522

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A

1681

avoit d’achever cette descouverte. Il loua leur courage et leur affection, mais il leur dit qu’il n’en vouloit pas abuser, qu’ils estoient trop peu de gens pour entreprendre de pénétrer à travers tant de nations, qu’on attribueroit cette action à témérité ou à désespoir, qu’ils n’avoient pas mesme assez de munitions, et qu’ils le pourroient exécuter avec plus de seureté l’année suivante ; et que d’ailleurs il ne pouvoit abandonner les trois hommes qu’il avoit laissez au grand village des Illinois, ny se dispenser de chercher le sieur de Tonty jusqu’à ce qu’il eust appris ce qu’il estoit devenu. Le 7 du mois de Décembre, il commença à remonter la rivière et il arriva en trois jours et demi au village où il avoit laissé ses gens, qu’il retrouva en parfaite santé. Le froid fut en ce temps - là si extraordinaire que le 13 de Décembre la rivière fut glacée, ce qui n’estoit peut estre jamais arrivé. Il s’occupa les jours suivants à faire amasser du bled d’Inde dans les champs et il en fit cacher sous terre environ trois cents minots pour s’en servir à son retour. Il fit aussi préparer les traisneaux afin d’amener sur la glace ses canots, ses vivres et son équipage. Le 19 de Décembre, il observa la comète pour la première fois. Le village des Illinois où il se trouvoit alors est à 40 degrez quelques minutes de latitude. La teste de la comète à l’entrée de la nuit paroissoit à l’horizon, et sa queue avoit environ 30 degrez de longueur. Il la vit jusqu’au 17 de Janvier, qu’elle se montroit au zénith à minuit, ne l’ayant peu depuis observer fort exactement. Il vit aussi plusieurs fois durant l’hyver des Parelies, et il en remarqua un entr’autres qui représentoit huit soleils outre le véritable.


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

523

Le demi-cercle supérieur estoit un peu plus esloigné et plus à droite de celuy du milieu que l’inférieur, à l’extrémité droite du quel il ne paraissoit rien. Ce phénomène dura depuis sept heures et demie du matin jusqu’à onze heures et trois quarts. L’arc supérieur disparut peu à peu le premier, ensuite l’inférieur et enfin le cercle du milieu. Le 26 du mois de Décembre, voyant que la gelée continuoit, et souhaitant de parler à des Sauvages pour sçavoir des nouvelles du sieur de Tonty et pour les advertir de son départ, afin que, s’ils rencontraient les traces que luy et ses gens laisseraient sur la neige, iis ne les suivissent pas comme ennemis, il fit mettre le feu au fort et aux cabanes des Iroquois; mais cette précaution luy fut inutile, quoyqu’il attendist encore deux jours. Enfin il partit le 28 avec trois canots, vingt minots de bled d’Inde et son équipage, que luy et ses gens traisnoient sur la neige quoyque tout cela pesast plus de quatre milliers, et il arriva le 6 de Janvier de l’année 1681 à l’embouchure de la rivière Divine dans celle de Teatiki. Il résolut de suivre la première parce que six lieues au-dessous il avoit trouvé un cabanage où il jugea que le sieur de Tonty avoit passé et que, ne l’ayant pas rencontré le long de la rivière Teatiki, il falloit nécessairement qu’il eust suivy la rivière Divine. L’envie qu’il avoit de le joindre le fit résoudre à laisser en cet endroit esloigné du passage des Sauvages toutes ses marchandises, afin de faire plus de diligence. Il les cacha le mieux qu’il peut, et y laissa le sieur d’Autray, qui s’offrit à les garder avec le chirurgien. Le 6 de Janvier il partit avec les autres cinq, il trouva le mesme


524

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

jour le long de la rivière un cabanage, où il reconneut au bois scié que le sieur de Tonty y avoit passé, et il jugea à plusieurs choses qu’il y avoit environ deux mois. Il avoit neigé toute la journée, et cela continua dix-neuf jours de suite avec un trèsgrand froid et un vent violent qui souffloit dans ces campagnes, où l’on trouvoit à peine du bois pour se chauffer et jamais de celuy dont on leve l’escorce pour cabaner. Il fut cependant obligé de faire soixante lieues avec toutes ces incommoditez, qui furent si grandes que le sieur de La Salle, qui semble estre insensible à ces sortes de fatigues, assure qu’il n’a jamais tant enduré de froid ny de peine. Ces incommoditez auraient esté plus supportables si luy et ses gens avoient peu faire de la diligence et se servir de leurs raquettes; mais la neige estoit encore trop molle et comme suspendue sur les herbes, en sorte que le sieur de La Salle, marchant devant à son ordinaire pour encourager ses gens en leur battant le chemin, avoit bien de la peine, quoy qu’il soit assez grand, à enjamber par-dessus la neige où il enfonçoit jusqu’à la ceinture, et estoit souvent obligé de la pousser avec son corps pour se faire passage. Il arriva à la fin de Janvier à l’embouchure de la rivière des Miamis, où il ne trouva pas le sieur de Tonty, comme il l’avoit espéré, mais seulement le sieur de La Forest avec ses trois soldats, qui luy dit que ceux qu’il luy avoit donné ordre d’attendre avoient hyverné au destroit du lac Érié, et qu’on avoit veu passer à Missilimakinak un canot qui ne s’y estoit point arresté. Le sieur de La Salle creut par le rapport du temps que c’estoit le sieur de Tonty, et comme il estoit en impatience de luy donner de ses nouvelles et qu’il craignoit le mauvais effet que le bruit de la défaite des Illinois pourrait produire dans l’esprit de ses gens, il demanda à ceux qui estoient auprès de luy s’ils


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

525

voudroient entreprendre de porter une lettre au sieur de Tonty au destroit du lac Érié. Deux jeunes hommes qui sçavoient que c’estoit le tiers du chemin qu’il avoit fait l’hyver précédent, s’offrirent à y aller, et il leur donna les instructions et les provisions nécessaires, et il les fit partir le 2 du mois de Février. Il eut au milieu de ces inquiétudes beaucoup de joye de ce que ceux qu’il avoit laissez en ce lieu luy avoient esté fidèles et s’estoient occupez utilement suivant ses ordres. Le charpentier avoit commencé une barque qu’il avoit destinée à servir sur le lac Érié, ainsi qu’il sera expliqué cy-après, et esquarri tout le bois nécessaire pour faire le bordage; ses camarades avoient cependant défriché un assez grand espace de terre et ils avoient tous ensemble préparé les' matériaux pour bastir une grange. Ces préparatifs lui furent d’autant plus agréables que la défaite des Illinois l’obligeoit à s’establir chez les Miamis, en attendant que sa descouverte fust achevée, et il fut encore porté à prendre cette résolution par la rencontre suivante. Vingt-cinq ou trente Sauvages de plusieurs nations qui ont guerre avec les Anglois estoient arrivez avant luy à l’embouchure de la rivière des Miamis, avec leurs femmes et leurs enfants. Ils avoient quitté leur pays tant parce que le castor y estoit devenu très-rare qu’à cause de la hayne qu’ils portoient aux Anglois, et ils estoient venus chasser en ces quartiers à dessein de se donner à leur retour aux Iroquois et de s’incorporer dans leur nation. Le Sauvage que le sieur de La Salle avoit laissé à l’embouchure de la rivière des Miamis avec ses gens, nommé Nanangoucy, estoit heureusement du pays de ces Sauvages. Comme il avoit beaucoup d’amitié pour le sieur


526

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

de La Salle, il leur persuada de l’attendre et de luy parler avant que d’exécuter le dessein qu’ils avoient formé. Quelques heures avant l’arrivée du sieur de La Salle, Nanangoucy ayant conneu qu’il estoit proche par le retour d’un de ses chiens qui courut devant à la maison, alla à sa rencontre, luy dit ce qu’il avoit fait, et que s’il vouloit s’establir chez les Illinois ou chez les Miamis, ces Sauvages se joindroient à luy avec trente autres qui les devoient suivre, qu’il le serviroit fidèlement en cela, et qu’il ne luy demandoit d’autre récompense que de le faire chef de sa nation. Le sieur de La Salle avoit en sa compagnie un autre Sauvage nommé Ouiouilamet, fils d’un chef de village près de Boston, capitale de la Nouvelle-Angleterre. C’estoit un jeune homme sage et prudent et en qui le sieur de La Salle avoit une grande confiance. Il le suivoit depuis deux ans avec beaucoup d’affection, et il avoit acquis une grande connoissance des langues des nations voisines depuis quatre ans qu’il demeuroit en ce pays. Il luy donna le soin de négocier cette affaire avec Nanangoucy et les autres Sauvages, et les chargea de leur représenter qu’en l’estat où estoient les affaires des Illinois, il estoit plus à propos de s’establir chez les Miamis, parce que les Iroquois ne pourroient pas trouver mauvais qu’on s’establît chez leurs alliez ; que les Illinois en seroient aussi très-contens, quand ils sçauroient qu’on ne choisissoit cette dernière que pour porter les Miamis à leur accorder la paix; qu’il espéroit d’y faire consentir ces derniers en leur faisant connoistre l’intérest qu’ils avoient dans la conservation des Illinois, qui pourroient amuser longtemps les Iroquois et les empescher de tourner leurs armes contre les Miamis, comme ils feroient infailliblement sitost qu’ils auroient


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

527

exterminé les Illinois; que pour mieux réussir dans ce dessein il vouloit, avant que les Miamis fussent de retour de la chasse, aller trouver les Illinois pour disposer leur esprit à la paix et les empescher de prendre jalousie de son séjour chez les Miamis, et que pendant son voyage il estoit nécessaire que luy et ses compatriotes allassent trouver les Miamis pour les préparer à faire de leur costé ce qu’il désiroit. Pendant qu’il prenoit ces mesures pour la sécurité de l’establissement qu’il projetoit et pour former une barrière qui tiendroit les Iroquois en respect et affermiroit le repos du Canada, il arriva une chose qui facilita beaucoup l’exécution de ses desseins. Les Iroquois, après la défaite des Tamaroas, l’une des tribus Illinoises, retournoient avec 400 esclaves en leur pays par la rivière Ohio, qui, prenant sa source à trente ou quarante lieues au sud de Niagara, coule vers l’ouest durant plus de deux cents lieues et se jette dans la rivière Colbert, vingtcinq lieues au-dessous de l’embouchure de celle des Illinois. Ils rencontrèrent deux cabanes des Miamis qui chassoient en cet endroit ; ils prirent et tuèrent tous ceux qui les composoient et vinrent ensuite camper près du pays des Miamis, où l’hyver les ayant surpris, ils firent trois forts esloignez de deux lieues l’un de l’autre et qui formoient un triangle. Les Miamis, ayant appris la défaite de leurs gens, envoyèrent des députez aux Iroquois pour en demander satisfaction et pour leur porter un présent de trois mille castors, afin d’obtenir plus facilement la liberté de ceux de leur nation qu’ils avoient faits esclaves. Mais les Iroquois, contre la coustume de toutes ces nations, qui n’acceptent jamais les présens sans accorder ce qu’on leur demande, gardèrent les castors et ne renvoyé-


528

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

rent point les prisonniers. Ce procédé extraordinaire fit assez connoistre aux Miamis que les Iroquois n’estoient que des traistres et qu’ils n’en devoient pas attendre un meilleur traitement que leurs voisins. Dans le mesme temps, cent Illinois de la tribu des Cascacia, conduits par un de leurs capitaines nommé Paessa, et qui estoient à la guerre lorsque les Iroquois arrivèrent à leur village, retournèrent en leurs pays avec les prisonniers qu’ils avoient faits. Ils trouvèrent les cruelles marques de la défaite des Tamaroas, et, résolus de s’en venger, quoyqu’en petit nombre, ils suivirent les Iroquois et vinrent la nuit se poster au milieu de leurs trois forts à dessein d’en insulter un le jour suivant. Il y a mesme apparence qu’ils auroient réussi sans le malheur qui leur arriva. Deux Iroquois revenant de la chasse passèrent au lieu où les Illinois estoient campez et feignirent qu’ils estoient de la nation des Miamis. Les deux chasseurs trompez alloient se mettre entre leurs mains, mais un jeune guerrier, trop impatient, tua le premier avant que le second fust entré et rompit ainsi toutes les mesures de ses camarades, car ce dernier se sauva et donna l’alarme aux Iroquois. Le lendemain, les Illinois furent investis de toutes parts ; toutefois, ils combattirent vaillamment jusqu’à la nuit que Paessa leur chef et treize ou quatorze des plus braves ayant esté tuez et les Iroquois ayant perdu huit hommes, on se retira de part et d’autre. Le jour suivant, les Illinois retournèrent trois fois à la charge, et, se voyant trop foibles contre un si grand nombre, ils allèrent tuer des chasseurs Iroquois du costé du lac Érié, ou les guerriers Iroquois, qui ne sont pas aussi vistes qu’eux, n’osèrent les suivre. Cette rencontre estonna les Miamis. Ils conneurent que les


CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679

A

1681

529

Illinois n’avoient pas perdu courage, et ils eurent peur qu’après le départ des Iroquois, ils ne deschargeassent sur eux leur colère et ne se vengeassent de ce qu’ils avoient embrassé contre eux le party de leurs ennemis. Dans le mesme temps un capitaine Chaouenon, qui commandoit à cent cinquante guerriers et qui demeure sur les bords d’une grande rivière qui tombe dans celle d’Ohio, ayant appris que le sieur de La Salle estoit dans le pays des Miamis, luy envoya demander la protection du Roy. Il luy fit response que son pays estoit inaccessible aux François, à cause de son grand esloignement, mais que, s’il vouloit le venir joindre à la fin de l’année pour luy aider à descouvrir l’embouchure de la rivière Mississipi, il pourroit alors l’assurer de la protection du Roy et le secourir contre les Iroquois et contre les autres ennemis. Ce capitaine agréa la proposition du sieur de La Salle, et luy manda qu’il ne manquerait pas, sur la fin de l’automne, de se trouver à l’entrée de la rivière des Miamis. Le sieur de La Salle, voyant ses affaires dans une si bonne disposition, résolut d’aller trouver les Illinois pour commencer à traiter avec eux. Il partit le premier jour du mois de Mars avec quinze hommes bien équipez d’armes et de raquettes, parce que la gelée avoit si bien affermy la neige qu’on y pouvoit marcher avec facilité. Le temps estoit très-beau et ses chiens tuoient à ses yeux autant de chevreuils et d’autres bestes qu’il vouloit ; mais la réverbération des rayons du soleil estoit si forte dans les campagnes descouvertes, qu’il estoit obligé de traverser, qu’il en fut aveuglé trois jours durant, avec des douleurs si grandes qu’il ne pouvoit reposer ny nuit ny jour. Cette incommodité l’obligea de s’arrester à l’entrée d’une campagne, d’où, pour ne point perdre de temps, il en34


530

CAVELIER DE LA SALLE, DE

1679 A 1681

voya devant tous ses gens, à la réserve de deux François, d’Ouiouilamek et de deux autres Sauvages incommodez de la veue de mesme que luy. Il destacha en mesme temps un François nommé Hunaut pour luy aller chercher des feuilles de pin, qui sont un souverain remède au mal qu’il enduroit. Hunaut luy dit qu’il avoit trouvé sur sa route les pistes de sept hommes dont les raquettes estoient faites autrement que celles de ses gens. Le sieur de La Salle jugea qu’il estoit absolument nécessaire de leur parler, de peur d’en estre attaquez la nuit avant que d’avoir esté reconneus pour François; et comme il estoit en peine de ce qu’il feroit, parce qu’il ne pouvoit y aller luy-mesme, et qu’il ne vouloit obliger personne de se charger d’une commission si périlleuse, Hunaut et Ouiouilamek s’offrirent d’eux-mesmes à l’entreprendre, ce qu’il accepta. Ils marchèrent deux jours sur les pistes qu’ils avoient veues, et enfin le troisiesme au soir ils trouvèrent quatre-vingts cabanes de la nation des Outagamis, qui chassoient en cet endroit. Ces Sauvages les receurent fort bien et leur apprirent l’arrivée du sieur de Tonty chez les Pouteatamis et le retour du Père Louis et des deux autres François du pays des Nadouessious. Ces nouvelles resjouirent le sieur de La Salle, qu’ils trouvèrent à leur retour en estat de continuer son voyage. Quelques jours après, ayant rejoint ses gens et les glaces estant fondues, il fit faire des canots dans lesquels ils s’embarquèrent tous. Le 15 de Mars, comme il alloit devant avec quatre hommes dans un canot, il vit dix Illinois qui prirent aussitost la fuite ; mais peu après, l’ayant reconneu, ils vinrent a luy avec beaucoup d’empressement et luy racontèrent tout le détail de leur défaite par les Iroquois. Le sieur de La Salle


CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

531

leur fit un présent pour les consoler ; ensuite il les exhorta à faire la paix avec les Miamis et leur dit le dessein qu’il avoit formé de les réunir ensemble. Il leur représenta que tant qu’ils demeureroient divisez, les Iroquois les mespriseroient et les déferoient les uns après les autres ; mais que, s’ils se vouloient remettre en bonne intelligence, ils deviendraient invincibles et redoutables à tous leurs ennemis, parce qu’il viendrait s’establir parmi eux avec d’autres Sauvages et beaucoup de François. Les Illinois le remercièrent du soin qu’il prenoit de leur conservation et agréèrent les propositions. Le reste du jour se passa à l’ordinaire en festins et en danses. Le jour suivant, il fit charger dans ses canots cent minots de bled d’Inde et remonta avec tous ses gens jusqu’au lieu où, au retour de son second voyage, il avoit laissé le sieur d’Autray et le chirurgien à la garde de ses marchandises. Il envoya de cet endroit par la rivière Divine un canot pour aller chercher le sieur de Tonty chez les Pouteatamis et pour luy rapporter ses papiers en cas qu’il les eust sauvez. Quelques jours après il arriva à la rivière des Miamis, où il trouva toutes choses en bon estat. Il envoya de là un autre canot conduit par le sieur de La Forest avec quatre hommes pour aller au-devant du forgeron et des autres qui avoient hyverné en chemin, et pour prier le sieur de Tonty de l’attendre à Missilimakinak. Il luy donna aussi ordre, après qu’il auroit exécuté ces deux choses, d’aller au fort Frontenac charger ses canots de munitions et de marchandises, et de le venir joindre incessamment avec quelques hommes nouveaux à Missilimakinak, où il devoit se rendre à la fin de May. Le sieur de La Forest apprit à Missilimakinak que le sieur de Tonty estoit encore


532

CAVELIER DE LA SALLE, DE 1679 A 1681

chez les Pouteatamis, où il luy envoya un canot et quelques marchandises pour en faire présent aux Sauvages, en reconnoissance du bon traitement qu’ils luy avoient fait et de la nourriture qu’ils luy avoient fournie durant l’hyver. Ce canot fut conduit par trois des hommes que le sieur de La Forest alloit chercher, qu’il trouva à Missilimakinak, et il envoya les autres par le plus court chemin à la rivière des Miamis; mais le vent fut si contraire à ces derniers que le sieur de La Salle, retournant quelque temps au fort de Frontenac, les y trouva encore en chemin. Après le départ du sieur de La Forest, le sieur de La Salle s’occupa à faire de nouveaux défrichements et à faire semer du bled françois, du bled d’Inde et toutes sortes de légumes et d’herbes potagères qui ont parfaitement bien réussi, tout ayant profité au double de ce qu’on voit en Europe dans les meilleures terres. Il luy vint alors deux canots envoyez par les Sauvages de la Nouvelle-Angleterre pour luy dire qu’ils l’attendoient au village des Miamis pour terminer la négociation qu’il leur avoit proposée. — Il laissa une partie de ses gens pour travailler à la culture de la terre et s’embarqua avec le reste. Il trouva en arrivant au village trois Iroquois qui y estoient restez pour animer les Miamis à continuer la guerre contre les Illinois. Ils visitèrent d’abord le sieur de La Salle et luy tesmoignèrent beaucoup d’amitié et de respect; mais comme il avoit appris qu’ils avoient parlé des François avec bien du mespris et de l’insolence, il les receut froidement et leur dit qu’ils avoient parlé mal à propos d’une nation qu’ils devoient respecter, et qui les sçauroit réduire à leur devoir quand ils y manqueroient, et qu’il ne croyoit pas qu’après son arrivée ils


CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A l68l

533

osassent parler comme ils avoient fait en son absence. — Ces paroles du sieur de La Salle, qu’ils virent accompagné de François et de Sauvages de la Nouvelle-Angleterre, les estonnèrent de telle sorte que la nuit suivante ils s'enfuirent à travers les bois. — Cette fuite fit un très-bon effet dans l’esprit des Miamis, qui furent surpris de voir que ces Iroquois, qui n’avoient pas eu peur de douze cents ou quinze cents hommes, dont la nation des Miamis estoit composée, ny de cinquante Sauvages de la Nouvelle-Angleterre, avoient esté tellement effrayez à la vue d’un petit nombre de François en colère contre eux, qu’ils s’estoient eschappez la nuit presque tout nuds, abandonnant leur castor et ce qu’ils avoient de plus précieux. Dans cette bonne disposition, le sieur de La Salle fit assembler premièrement les Sauvages de la Nouvelle-Angleterre. Il y en avoit de sept ou huit nations différentes des environs de Bristol 1, de Manatte ou Nouvelle-Amsterdam et des frontières de la Virginie. Leurs principaux chefs étaient Ouiouilamec, Nanagoucy, Klas, Togien et Kouas. Il leur représenta dans ce conseil la fertilité des campagnes des Miamis et des Illinois, l’abondance des castors, des bœufs sauvages et de toutes sortes de chasse et de pesche ; qu’ils y jouiraient d’une parfaite tranquillité, esloignez des Anglois, leurs ennemis, et sous la protection du plus grand roy du monde ; que sitost qu’il auroit descouvert l’embouchure de la Grande-Rivière, il leur fournirait de toutes sortes de marchandises à très-bon marché, et qu’il feroit venir des bœufs, des chevaux et toutes les autres commoditez qu’ils avoient eues dans la NouvelleAngleterre; que pour jouir en repos de ce bonheur, il estoit 1. Le pays du chef indien Philippe, si redouté des colons du Massachusetts.


534

CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

1 6 7 9 A l68l

nécessaire qu’ils entrassent tous dans les mesmes intérests et qu’ils travaillassent de concert à réunir les Illinois et les Miamis, parce que, si ces deux nations continuoient à se faire la guerre, ils ne pourroient ny chasser en seureté ny recevoir les marchandises dont ils avoient besoin ; et que s’ils vouloient contenter leur inclination guerrière, ils dévoient plustost attaquer leurs anciens ennemis, contre qui ils avoient de justes sujets de plaintes, que des gens qui ne les avoient jamais offensez. Ces Sauvages agréèrent d’abord toutes les propositions du sieur de La Salle et approuvèrent avec joye l’ouverture qu’il leur faisoit, pour le succès de laquelle ils prirent durant le reste du jour les mesures nécessaires. Le lendemain, il fit assembler les Miamis à la cabane de leur principal capitaine, d’où l’on osta toutes les escorces qui la couvroient et l’entouroient afin que tout le monde pust entendre ce qu’on diroit. Le sieur de La Salle estoit accompagné de dix François et de trente de ses Sauvages de la Nouvelle-Angleterre, par un desquels il envoya chercher les présents dont il avoit besoin pour faire sa harangue. Ces présents sont tellement nécessaires dans ces occasions que si les paroles n’en sont pas accomgnées et ne s’y rapportent, tout ce qu’on dit ne passe que pour des discours en l’air. — La coustume est aussi que les Sauvages y respondent par d’autres présents qui valent du moins autant que les premiers. Le style qu’ils employent dans ces assemblées est tout figuré à leur manière, et aussi le sieur de La Salle, qui peut passer en ce genre pour le plus grand orateur de l’Amérique septentrionale, et qui sçait parfaitement s’accommoder à leurs usages, commença de cette sorte.


CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

1679 A l68l

535

Il leur présenta d’abord un rolle de tabac et leur dit qu'il leur donnoit ce pétun, à cause que c’estoit leur coustume d'en prendre quand ils veulent traiter de quelque affaire importante, afin de dissiper les mauvaises vapeurs qui pouvoient leur troubler l’esprit et parce que les François n’avoient pas de ce remède, ayant tousjours l’esprit fort et remply de toutes sortes de connoissances, comme ils le pouvoient juger par les marchandises qu’ils leur apportoient. Il leur donna ensuite une pièce d’estoffe bleue, en leur disant que comme ils estoient troublez de la perte de leurs parents tuez nouvellement par les Iroquois, et que la veue de leurs corps demirostis les pourroit empescher d’escouter avec plaisir ce qu’il vouloit leur dire, il les couvroit avec cette pièce d’estoffe pour destourner leurs yeux attachez sur leurs morts et les leur faire lever au ciel, que la paix alloit rendre serein, et le soleil plus clair qu’à l’ordinaire. Le troisiesme présent estoit une piece d’estoffe rouge pour en couvrir la terre, afin qu’ils n’y remarquassent plus le sang de leurs frères, et pour leur marquer par cette couleur, dont ils ont accoustumé de se peindre le visage dans leurs festes, qu’à l’avenir ils vivroient tousjours dans le plaisir et dans la joye. Le quatriesme présent estoit composé de vingt capots, qui est une sorte d’habit dont les François et les Sauvages se servent également. Il leur dit qu’il leur donnoit ces capots pour habiller leurs morts, non pas qu’il creust, comme eux, qu’ils en eussent besoin, mais pour marquer l’amitié qu’il leur avoit portée et l’intérest qu’il prenoit en leur perte. Le cinquiesme présent estoit de cinquante haches pour servir à dresser un tombeau magnifique à leurs parents défunts.


536

CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

1679 A l68l

Le sixiesme estoit composé de colliers, de bracelets et de canons de porcelaine et de rassade, de peinture rouge, de bagues et de grelots pour parer ces Sauvages, qui n’ont point de plus beaux ornemens durant les festins qu’ils faisoient pour ces morts. Le septiesme estoit de trente lames d’espées qu’il planta autour des premiers présents, en disant qu’il faisoit une palissade de fer afin qu’à l’avenir les corps de leurs parents décédez ne receussent aucune injure. Le sieur de La Salle employa de cette sorte ces premiers présents pour gagner la bienveillance des Miamis, parce que rien ne touche davantage l’esprit de tous ces barbares que la considération que l’on a pour leurs morts, et que rien ne les excite plus fortement à la vengeance que les outrages qu’on leur fait. Ensuite il continua en ces termes : « Nous avons, mes frères, rendu nos devoirs aux morts, ils doivent estre contents, et ils ne nous demandent maintenant autre chose, sinon que nous les laissions en paix, que nous essuyions nos larmes et que nous songions à conserver leurs neveux qui tiennent icy leur place. — Mais je prétends faire davantage, je veux les ressusciter. Vous regrettez tous les jours Ouabicolcata, le plus considérable de vos capitaines. — Ne croyez pas qu’il soit mort, j’ai son esprit et son âme dans mon corps, je fais revivre son nom, je suis un autre Ouabicolcata, je prends le mesme soin de sa famille qu’il a eu durant sa vie, et afin que personne ne l’ignore, je déclare que je ne m’appelle pas Okimao (c’est le nom que les Sauvages luy donnoient). Je m’appelle Ouabicolcata ; il n’est pas mort, il vit encore et sa famille ne manquera plus de rien, puisque son âme est dans le corps d’un François qui peut fournir abon-


CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A

l68l

537

damment à ses parents toutes les choses nécessaires. » En mesme temps il fit un huitiesme présent d’une pièce de drap rouge. Cette figure, aussi hardie que nouvelle et néantmoins extrêmement conforme au génie de ces peuples, qui n’ont rien de plus cher que la mémoire de leurs morts, fut receue avec des marques de joye et des applaudissements extraordinaires qui l’obligèrent à interrompre son discours durant quelque tems. Il fit ensuite apporter le neuviesme présent, qui estoit de trois grandes chaudières, en disant que le mort ressuscité devoit faire esclater sa joye par un festin considérable et qu’il donnoit ces chaudières pour le préparer. Le dixiesme et le onziesme présents consistoient en quarante capots, quarante chemises et quarante couvertures pour hommes, pour femmes et pour enfants, et une caisse pleine de couteaux, de haches et d’autres marchandises qu’ils estiment le plus, disant que comme il venoit de l’autre monde et qu’il vouloit avoir soin de ses parents, il leur avoit apporté tout ce qui pouvoit leur estre le plus nécessaire, pour leur faire connoistre par cet eschantillon que tant qu’ils voudraient se gouverner par ses conseils, ils ne manqueraient de rien. Le douziesme présent estoit de six fusils. « Voicy, dit-il en les présentant, une affaire de grande importance que j ’ay à vous proposer. Celuy qui est le maistre de la vie et de cette terre est un très-grand capitaine. Il est puissant et redouté par tout le monde; il aime la paix et il veut qu’on escoute sa parole, qui ne tend qu’à nostre conservation et à nostre plus grand avantage. — C’est le Roy de France, le plus grand de tous ceux qui commandent de l’autre bord. — Ses bontez s’estendent jusques sur vos morts, et ses sujets sont venus icy les


538

CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A 1 6 8 1

ressusciter ; mais il veut les conserver, il veut que vous obéissiez à ses lois et que vous n’entrepreniez point de guerre sans la permission d’Onontio, qui commande de sa part à Québec et qui aime également toutes les nations, parce que le Roy le veut ainsi. — Il faut donc que vous viviez en paix avec tous vos voisins, particulièrement avec les Illinois. Vous avez eu des différends ensemble, mais vous en estes assez vengez par leur défaite. — Ils veulent faire la paix, quoyqu’ils soyent encore en estat de vous nuire; contentez-vous de la gloire de les avoir obligez à vous la demander. — Vous estes intéressez dans leur conservation, parce que, s’ils estoient destruits, les Iroquois ne manqueroient pas de renouveler les anciens démeslez qu’ils ont eus avec vous. Ne les attaquez pas toutesfois à ma considération. — Je veux obéir aux lois de ce grand capitaine à qui j’ay l’obligation d’avoir esté ressuscité et dont la protection nous conservera dans un profond repos. — Entrez dans mes sentimens et ne vous servez de ces fusils que pour chasser et pour vous défendre. » En achevant ces mots, il leur donna deux colliers de porcelaine, qui sont les présents ordinaires des Sauvages, et continua en ces termes : « Voicy, mes frères, d’autres Miamis, qui viennent prendre la place de mes parents tuez par les Iroquois. Ils ont le corps des Sauvages de la Nouvelle-Angleterre, mais ils ont l’esprit et le cœur des Miamis. Recevez-les, comme vos frères, ils veulent demeurer avec moy et ne faire qu’une mesme cabane avec vous. Ils aiment la paix aussi bien que moy, et vous nous chasseriez si vous vouliez continuer à faire la guerre aux Illinois. » On ne sçauroit exprimer avec quel plaisir les Miamis escou-


CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A l68l

539

tèrent cette figure continuée, et combien ils agréèrent le personnage que le sieur de La Salle faisoit, parlant tousjours comme s’il avoit esté Ouabicolcata. Les Sauvages de la Nouvelle-Angleterre furent aussi fort contents de la manière avec laquelle il les avoit recommandez et aggrégez à cette nation. Ils firent de leur costé quatre présents dont l’explication se rapportoit à celle que le sieur de La Salle avoit donnée aux siens. Ouiouilamec, qui parloit avec facilité la langue des Miamis, que le sieur de La Salle n’entendoit alors qu’imparfaitement, leur servoit à tous d’interprète. Le lendemain, les Miamis allèrent à la cabane du sieur de La Salle avec des présents pour respondre à sa harangue. Ils commencèrent par des danses qui durèrent assez longtemps et pendant lesquelles ils firent à leur manière mille apostrophes au Ciel, au Soleil, et au Roy, qu’ils appeloient le maistre de la terre et de la vie, pour les remercier de ce qu’ils voyoient encore une fois leurs parens qu’ils avoient creus morts. Ces danses estant finies, Ouabibichagan fit un présent de dix robes de castor qu’il expliqua de cette sorte, s’adressant au sieur de La Salle : « Nous n’avions jamais veu, mon frère Ouabicolcata, de morts ressuscitez. Il faut que celuy qui t’a rendu la vie soit un grand génie, puisque en mesme temps il la redonne à tous tes parents. Il a rendu par ce prodige le ciel plus beau, le soleil plus esclatant et la terre plus verdoyante. Il t’a donné, avec la vie, des habits pour tous tes frères qui avoient accoustumé d’estre nuds. Ainsi nous avons tous gagné en te perdant, puisque ta mort a excité ce grand capitaine à avoir pitié de nous. Nous sommes honteux de n’avoir rien à luy présenter après tant de biens qu’il nous a faits. Mais toy,


540

CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A

l68l

Ouabicolcata, qui sçais notre pauvreté, excuse-nous puisque tu es notre frère et que tu es cause que nous sommes pauvres, car c’est pour ravoir tes os que nous avons donné cet hyver plus de trois mille castors aux Iroquois. Nous te présentons ce qui nous reste, en attendant que nous puissions ce printemps te donner de plus grandes marques de nostre reconnoissance et te faire maistre au nom de ce grand roy de tout le castor de nos rivières. » Le deuxiesme présent fut encore de dix robes de castor. « Voylà de quoy mettre sur la natte de nostre frère Ouabicolcata, continua l’orateur. Il n’est pas mort, nous gousterons durant une année entière la joye que nous avons de le revoir. Cette pensée nous occupera agréablement pendant nos chasses. Nous sommes, Ouabicolcata, sous la protection du génie qui t’a ressuscité, et nous te prions, puisque tu viens de sa part, de luy expliquer ce que signifient ces robes par lesquelles nous le reconnaissons pour le maistre de nostre terre. Elle nous sera à l’avenir plus chère et la terreur de nos ennemis ne nous obligera plus de l’abandonner, puisque, quand ils nous feroient mourir, ton roy a le pouvoir de nous rendre la vie. » Le troisiesme présent fut de dix robes de castor, qu’Ouabibichagan accompagna de ces paroles : « Nous sommes résolus d’obéir à la voix de ce grand génie. Nous mettons bas nos armes, nous rompons nos flesches, nous cachons nos casse-teste jusqu’au fond de la terre. L’Illinois est nostre frère puisqu’il reconnoist le roy de France, nostre maistre et en mesme temps nostre père, puisqu’il a rendu la vie à nos frères. Mais nous prions ce grand génie de donner de l’esprit à nostre frère l’Illinois. Il est accoustumé de manger les Miamis, et il continuera de les tuer si ce grand roy ne les en empesche. »


CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A 1 6 8 1

541

Le quatriesme présent, aussi de dix robes de castor, estoit destiné à marquer la satisfaction des Miamis. — « Nous ne pouvons pas, mon frère, dit l’orateur au sieur de La Salle, te faire connoistre toute nostre joye. Nous sommes tellement charmez du plaisir de te voir que nous ne sçaurions parler. Nous nous expliquerons plus au long quand nous nous serons rassasiez de ta veue. Nous ne pouvons maintenant dire autre chose, sinon que cela est bien, que cela est très-bien que tu ne sois pas mort. Nous te remercions, ô très-grand capitaine, de ce que tu as ressuscité nostre frère Ouabicolcata ; que cela est bien ! Nous crierons si haut pour te remercier que tu nous entendras du lieu où tu demeures. Nous t’avons fait le maistre de nostre castor et de nostre vie. Nous te faisons encore le maistre de nostre esprit et de nostre corps, qui te doit la vie et les habits dont nous sommes couverts. Tu nous as rendu nos frères, mais ils seront tousjours à toy, puisqu’ils n’ont point d’autre esprit que celuy que tu leur as donné. » Il accompagna de ces mots le cinquiesme présent de dix robes de castor : « Je ne m’estonne point que mes neveux de la Nouvelle-Angleterre veuillent demeurer avec toy et qu’ils ayent pris ton mesme esprit ; nous en aurions fait autant il y a longtemps, si nous avions conneu le bonheur qu' il y a d’appartenir à ce grand capitaine. Nous recevrons tousjours comme nos frères ceux qui viendront de sa part, et particulièrement ceux-cy qui sont nos parents ressuscitez et qui tiendront parmi nous la place de nos neveux tuez par les Iroquois. » Il parla de cette sorte en faisant le dernier présent aussi de dix robes de castor : « Ne compte point, mon frère, les pré-


542

CAVELIE R

DE

LA

SALLE,

DE

1679

A

168l

sents que nous te faisons, c’est tout ce qui nous reste. Les Iroquois nous ont tout enlevé, mais nous t’offrons nos coeurs, en attendant qu’au printemps nous puissions te donner de plus grandes marques de notre amitié et de notre reconnoissance. « La harangue estant finie, on passa le reste du jour en danses et en festins, auxquels le sieur de La Salle fut obligé d’assister parce que cette feste ne se faisoit que pour luy. Ces Sauvages ont la mesme coustume que les Illinois et se gouvernent comme eux. Ils ont plusieurs femmes ainsi que les Nadouessious et la plupart des nations de l’Occident. Le sieur de La Salle vit parmi eux deux Sauvages baptisez, qui avoient chacun trois femmes et toutes trois sœurs, et on a veu par expérience qu’il est presque impossible qu’ils perdent jamais cette mauvaise coustume, ny celle de répudier à la première fantaisie, jusqu’à ce qu’il y ait en leur pays des colonies de François establies, qui par leurs exemples, joints aux exhortations des Ecclésiastiques et à l’autorité des lois et des gouverneurs, les portent à observer exactement les principales règles du christianisme. Trois jours après cette conférence, il descendit à son habitation, où ses gens continuoient à préparer les matériaux nécessaires pour construire un fort. Les Sauvages de la Nouvelle-Angleterre firent leurs cabanes et semèrent du bled d’Inde, des citrouilles et autres choses qu’ils ont accoustumé de cultiver. Dans le mesme temps, le sieur de La Salle, considérant que ces Sauvages qui estoient dans sa dépendance le fortifioient extrêmement et le mettoient en grande considération chez les peuples voisins, résolut d’en augmenter le nombre;


CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

16 7 9 A l68l

543

En conséquence il les fit assembler et leur proposa d’envoyer des députez avec des présens à leurs nations pour les inviter à venir se joindre dans un si beau pays. Ils agréèrent cette proposition et députèrent deux des leurs, nommez Ouabach et Amabouso, à qui le sieur de La Salle donna cinquante castors pour chacune de leurs nations. Après avoir fait toutes ces choses, il creut qu’il estoit temps de songer à la continuation de ses descouvertes et d’assembler promptement les hommes, les armes et les munitions qui luy estoient nécessaires, dont il croyoit que le sieur de La Forest luy auroit amené la meilleure partie à Missilimakinak. Il s’embarqua le 2 5 may pour l’y aller joindre. La navigation qu’il faisoit eust esté fort heureuse,mais il fut bien surpris en arrivant de ne pas trouver le sieur de La Forest, qui, contre ses ordres et pensant bien faire, s’estoit arresté au fort Frontenac pour quelques autres affaires dont il n’estoit point chargé, sans considérer les conséquences de ce retardement. Ce contretemps donna bien du chagrin au sieur de La Salle, qui fut obligé d’aller au fort Frontenac, où il se rendit par la route du lac Taronto. Il y trouva le sieur de Tonty en parfaite santé et des lettres du sieur comte de Frontenac qui luy mandoit de descendre à Montréal, où il se rendroit aussi pour converser avec luy. Toutesfois il ne l’y rencontra pas, ce qui luy fit perdre bien du temps inutilement. Sitost qu’il fut de retour au fort de Frontenac, il fit ses préparatifs pour son voyage. Il arriva au commencement d’Aoust à Teyoyagon, où il employa quinze jours à faire transporter tout son équipage sur le bord du lac Taronto, sur lequel il s’embarqua à la fin du mesme mois d’Aoust de l’année dernière, 168 1.


544

CAVELIER

DE

LA

SALLE,

DE

1679 A l68l

On apprendra à la fin de cette année 1682 le succès de sa descouverte, qu’il avoit résolu d’achever au plus tard le printemps dernier, ou de périr en y travaillant. Tant de traverses et de malheurs tousjours arrivez en son absence l’ont fait résoudre à ne se fier plus à personne et à conduire luy-mesme tout son monde, tout son équipage et toute son entreprise, de laquelle il espéroit une heureuse conclusion. — Il menoit avec luy le sieur de Tonty, trente bons hommes François, qui sont plus que suffisants, quand mesme tous ceux qu’il avoit laissez chez les Miamis luy manqueroient, parce qu’il est assuré de plus de cent Sauvages choisis, tant Chaouanons que de la Nouvelle-Angleterre, qui sçavent parfaitement se servir de fusils, sans parler des Miamis et des Illinois, dont il auroit un grand nombre à sa suite, s’il en avoit besoin.


XX

RÉCIT FAIT PAR LE DE

JEUNE

NICOLAS

DE

LA

SALLE

L’ENTREPRISE DE ROBERT CAVELIER

PENDANT

L’ANNÉE

1682

CAVELIER DESCEND LE MISSISSIPI JUSQU’A L’EMBOUCHURE REMONTE

ET

APRÈS

AVOIR

ET

PRIS

AU

JUSQU’A

VISITÉ

QUÉBEC

DIVERSES

POSSESSION

DU

,

NATIONS PAYS

NOM DU ROI DE FRANCE

35



RÉCIT DE

NICOLAS

DE

LA

SALLE1 —

1682

Relation de la descouverte que M. de La Salle a faite de la rivière de Mississipi en 1682, et de son retour jusqu'à Québec. De Québec à Montréal, soixante lieues, et une isle formée par la rivière de Saint-Laurent et celle des Outaouas, qui vient du nord-ouest ; celle du Saint-Laurent vient du lac des Hurons, et mesme de plus loing. De Montréal au fort de Frontenac, soixante lieues. Il y a cinq portages. Le plus grand est d’une lieue. Le fort de Frontenac est un quarré à quatre bastions, qui a d’un angle flanqué à l’autre quinze toises. Les trois quarts sont de maçonnerie de pierre dure, la muI. Ce Nicolas de La Salle est le même que celui qui remplit les fonctions de , missaire dans le premier établissement de la Louisiane, de 1701 à 1709. Il travait pas de lien de parenté avec le chef de l’entreprise, et était fils, si je ne me pe, d’un Premier Commis de la Marine, devenu en 1687 Commissaire général des galères. L' auteur du recueil manuscrit d’où ce récit a été extrait a mis en tête cette note : « J'ai ai écrit cette relation en 1685 ; elle me fut donnée par le jeune de La


548

RÉCIT

DE

NICOLAS

DE

LA

SALLE

1682

raille espaisse de trois pieds et haute de douze. Il y a un endroit qui n’est haut que de quatre, n’estant pas achevé. Le reste est fermé de pieux. Il y a dedans une maison de bois esquarri de cent pieds de long. Il y a encore une forge, un corps de garde, une maison pour les officiers, un puits et une estable à vache. Les fossez sont larges de quinze pieds. Il y a quantité de terres defrichées et ensemencées aux environs, dans lesquelles, à cent pas ou à peu près, il y a une grange pour serrer la récolte. Il y a tout proche le fort plusieurs habitations de François, un village d’Iroquois, un couvent et une église de Récollects. Ce fort est situé sur le lac de Frontenac, au nord, proche la descharge de ce lac dans le fleuve SaintLaurent ; le pays des cinq nations Iroquoises, de l’autre costé du lac, au sud. M. de La Salle a plusieurs barques au port de ce fort qui luy appartient. Les canots de bouleau ont vingt pieds de long et trois de large ; les escorces sont cousues ensemble et les coutures gommées. Il y a des varangues. Un homme ou deux en peuvent porter un, ce qui est fort commode pour les portages à ces endroits. Ils portent 1° les marchandises, 20 le canot. Deux hommes suffisent pour naviguer dans un canot. Il peut porter environ douze cents pesant. En descendant on saute les saults, lorsqu’ils ne sont pas fort rudes ; mais en montant il faut toujours faire portage. Les marchandises dont on fait trafic avec les Sauvages sont tabac, rassade, couteaux, haches, chaudières, alesnes, chemises, poudre, plomb et fusils. Du fort de Frontenac, M. de La Salle se rendit par des rivières dans le lac des Hurons, sans passer par le lac Érié. Il cacha la poudre et le plomb qu’il avoit, parce que les Iroquois ne veulent pas qu’on en porte aux Illinois, leurs ennemys.


RÉCIT

DE

NICOLAS

DE

LA

SALLE

549

— 168 2

Du lac Frontenac, ils se rendirent dans une rivière, puis y firent portage pour se rendre dans une autre petite rivière nommée Taronto. Elle a six portages et elle tombe dans le lac des Hurons. Dans le lac des Hurons il y a plusieurs isles, entre autres une, longue de trente lieues. Il y a un village d’Outaouais. Il y a du bled d'Inde, de mesme que par tous ces pays. — De ce village à Missilimakinak, quatre vingts lieues. Du lac des Hurons, ils descendirent dans le lac des Illinois. De ce lac, en faisant un portage de deux lieues ou un autre d’une lieue, on gagne la rivière de Teatiqui, laquelle se joint à celle des Illinois, qui se rend dans le Mississipi , au 34 degré de latitude. M. de La Salle menoit avec luy vingt-deux François et un Récollect nommé Père Zénobe. Il avoit aussi dix-huit Sauvages de la nation des Loups, qui demeurent proche des Anglois. Il les avoit trouvez près le lac des Illinois.' Ils voulurent bien le suivre, moyennant cent peaux de castor chacun, pour chasser et donner aux François la moitié de leur chasse. Ces dix-huit Sauvages avoient sept femmes avec eux, qui firent aussi ce voyage. M. de La Salle séjourna douze jours à l’embouchure de la rivière des Illinois dans celle du Mississipi, parce que la rivière charrioit des glaces. — Pendant ce temps les Sauvages firent des canots d’escorce d’orme, parce qu’ils avoient laissé les leurs dans le lac des Illinois et estoient venus à pied jusques là. — C’estoit en Décembre 1681. Enfin on descendit le Mississipi. Le premier jour, on alla cabaner à six lieues au costé droit, proche de l’embouchure d’une rivière qui tombe dans le Mississipi et qui la rend fort trouble et bourbeuse. Elle se nomme la rivière des Missouris. e


550

RÉCIT

DE

NICOLAS

DE

LA

SALLE

— 1682

Cette rivière vient du nord-ouest. Elle est fort peuplée, à ce que disent les Sauvages. Les Panis sont, sur cette rivière, fort loing de son embouchure. Le lendemain, à sept lieues de là, sur la rive gauche, en descendant le Mississipi, on trouva un village nommé Tamaroa. Les habitants estoient allez à la chasse. — Les François laissèrent des couteaux et de la rassade pendus à une perche pour faire connoistre à ces Sauvages que leurs amis avoient passé par là. On fut cabaner à deux lieues plus loing sur la rive droite. On y resta deux jours. On y tua sept bœufs, quatre chevreuils et quantité de poules d’Inde, cygnes et outardes. Le pays est beau. Sur le bord de la rivière il y avoit des noyers, pruniers, chesnes, érables, ou le pays a de petits costeaux de temps en temps et une grande herbe fine comme celle de nos prez. Il y faisoit un peu froid, mais il n’y avoit ny neige ny glace. Le troisiesme jour on alla cabaner environ à dix lieues de là, dans un pays fort plat qui noyoit dans les desbordemens. Le lendemain on alla cabaner sur la rive gauche. En cet endroit la rivière est fort estroite, estant resserrée entre deux montagnes, et dans le milieu il y a un gros rocher qui forme une isle. — On séjourna là trois jours pour chasser. Le pays est plein de rochers, mais dans les terres c’est un beau pays. Le quatriesme jour on partit et on fut cabaner à gauche, à environ quatorze lieues de là. — Pendant tout ce jour la rivière estoit bordée à droite et à gauche de montagnes, il y avoit sur le bord de la rivière quantité de cannes. Le lendemain, après avoir fait onze lieues, le soir, à une


RÉCIT

DE

NICOLAS

DE

LA

SALLE

1682

551

heure de soleil, on rencontra à gauche l’embouchure de la rivière de Saint-Louis ou de Ouabache, ou bien de Chicagoua. Cette riviere qui vient du pays des Iroquois avoit fait croire qu'en la suivant, on pourroit trouver un passage pour la Chine. On fit encore une lieue et on cabana à droite, vis-à-vis l’embouchure de Ouabache. Les Cicaca ou Chicacha sont au sud de cette rivière, assez loing de son embouchure. Le pays où on cabana estoit plat et remply de grands bois, comme ormes et autres semblables. Le lendemain, après avoir fait six lieues, on vit sur la gauche des costeaux qui s’élevoient en s’esbignant de la rivière. Cette terre est rouge, ce qui paroissoit par les ravines de ces costeaux. On alla cabaner à cinq lieues de là, à gauche, après avoir passé deux isles ; la première a une lieue de long et un quart de large, la seconde a une lieue de tour ; pays comme le précédent. Le lendemain, pour trouver un pays haut pour la chasse, on fit vingt lieues, parce que le vent estoit favorable. On cabana à la gauche, dans un endroit où la rivière fait une grande anse et devant une isle qui a une lieue de long et trois quarts de large. On séjourna un jour à cause de la pluye et du vent contraire. Faute de vivres, il fallut jeusner. Le second jour, le beau temps venu, on partit, et après avoir fait sept lieues, le canot de M. de Tonty creva en passant sur un arbre qui estoit dans l’eau et que l’on ne voyoit pas, tant l’eau est trouble. Après avoir raccommodé le canot, on continua la route, et après avoir fait cinq lieues, tousjours des costeaux à sa gauche, on cabana. — Les Loups allèrent à la chasse, et apportèrent sept chevreuils qui firent grand bien. Il


552

RÉCIT DE

NICOLAS

DE

LA

SALLE

1682

y avoit quinze jours que l’on jeusnait faute de vivres. Le lendemain les François allèrent à la chasse avec les Loups. Un François, nommé Prudhomme, armurier, s’escarta. On le chercha pendant dix jours, et enfin on le vit revenir sur la rivière, sur un morceau de bois qu’il avoit poussé au large. Il n’avoit point mangé pendant ces dix jours. M. de La Salle fit faire une redoute de bois pour se mettre en seureté lorsque l’on cherchoit ce François. Il nomma ce fort le fort Prudhomme. En le cherchant on descouvrit des pistes de Sauvages, des chemins battus et mesme une cabane de Sauvages qui s’enfuirent. Un jour, le sieur Barbier en amena deux. Ils dirent qu’ils estaient Chicacha. On leur fit des présens. Le lendemain, M. de Tonty alla cabaner à dix lieues de là, à l’embouchure d’une petite rivière que les Chicacha appellent Chicacha. M. de La Salle, avec les Loups, estait demeuré pour chasser. Ils tuèrent dix-huit chevreuils, et le lendemain il vint joindre M. de Tonty, qui avoit veu, proche la petite rivière, des costeaux pleins d’arbres, comme lauriers, meuriers et chesnes. Le lendemain, tous ensemble furent cabaner à douze lieues de là, à la droite. Il y a des costeaux. On séjourna un jour ensemble pour chasser. On tua un ours fort puissant. Un des deux Chicacha voulut demeurer avec les François, quoyqu’on luy dist qu’il pouvoit s’en aller. On avoit renvoyé l’autre vers ses gens, aussitost après sa prise, avec des présens, pour sçavoir si le François esgaré n’estoit point avec eux, et le Chicacha ne revint point. Mais l’autre, qui estoit un petit homme assez âgé, fort résolu, voulut suivre les François. Le lendemain, on fut cabaner à huit lieues sur la droite. Ce pays est noyé dans les desbordemens.


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE

1682

553

Le lendemain, après avoir fait six lieues, d’une grande brume, on entendit des cris sur la droite. Le Chicacha dit que c’estoit un village d’Akansa sur le bord de la rivière. M. de La Salle alla sur l’autre costé de la rivière pour se retrancher en cas d’attaque. Les Akansa creurent que c’estoient leurs ennemis. Ils envoyèrent dehors leurs femmes et enfans. Dans ce temps la brume cessa, et un canot des Akansa vint aux François à la portée de la flesche. Ils en tirèrent une. Si on leur en eust tiré aussi, c’estoit signe qu’on demandoit la guerre*, mais voyant qu’on ne leur en droit point, ils l’allèrent dire à leur village et que c’estoient des gens de paix. Le chef envoya un autre canot avec six hommes et le calumet. Ils entrèrent dans le retranchement et présentèrent à fumer à M. de La Salle et à tous les autres, et firent signe qu’on allast à leur village. On fut fort bien receu. Ils firent festin. Le lendemain ils dansèrent le calumet. Pour danser le calumet, ils viennent tous sur la place, principalement les guerriers, et les chefs mettent des perches tout autour comme quand on veut faire sécher du linge, arrangent dessus tout ce qu'ils veulent donner. Ils apportèrent deux calumets de plumage de toutes couOn les donna leurs et des pierres rouges pleines de tabac. aux chefs qui estoient au milieu de la place. Ces chefs et les guerriers ont des gourdes pleines de cailloux et deux tambours. Ce sont des pots de terre couverts d’une peau passée. Les premiers commencèrent une chanson qu’ils accompagnèrent du carillon de leurs gourdes. Ceux-là ayant fini, d’autres recommencèrent la mesme chose, puis ceux qui ont fait de belles actions vont frapper avec un casse-teste un poteau planté au milieu de la place. Et ayant conté leurs prouesses, ils donnèrent des présens à M. de La Salle pour qui ils faisoient la


554

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE — 1682

feste. Si quelqu’un en frappant disoit des menteries, celuy qui le sçauroit iroit avec une peau essuyer le poteau, et diroit qu’il essuye la menterie. Pendant cela, les chefs fument dans le calumet et le font porter à tout le monde à la ronde pour y fumer. M. de La Salle receut cinquante ou soixante peaux de bœufs. Les François, excepté M. de La Salle, allèrent frapper au poteau, et contèrent leurs prouesses, et firent leurs présens de ce que M. de La Salle leur avoit donné pour cela. Les Akansa dirent qu’ils estoient quatre villages, et montrèrent par signes où ils estoient. On trouva parmi eux un esclave Illinois qui servit de truchement. Il dit qu’ils se nommoient Akansa. Ils sont tout nuds comme toutes les autres nations. Ils firent présent aux François de mahis, de fèves et de quantité de fruits secs, comme nèfles, prunes, raisins pour breuvage. Ils écrasent ces raisins dans l’eau et le donnent à boire. On demeura les trois jours parmi eux. On y planta les armes du Roy. On chanta le Te Deum et on fit trois descharges de fusils. Ce sont de bonnes gens qui ne sçavoient quelle chose faire aux François. Le pays est bon, un peu élevé, plein de grands arbres, comme ormes, peschers, pruniers, meuriers, etc., dont on ne sçait pas le nom. C’estoit dans le mois de Mars que cela se passa ; l’air avait une odeur suave. Les peschers estoient en fleurs. Le quatriesme jour on partit. Les Akansa vinrent conduire les François jusqu’au bord de l’eau, en leur passant la main sur le corps. C’est leur caresse. Ils leur disoient de prendre courage. Ils leur donnèrent deux des leurs pour les conduire chez leurs alliez. Ils ne firent point de mal aux Chicacha,


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE — 1682

555

quoyque ces deux nations ayent guerre. On fit environ huit lieues, et sur la gauche on trouva un village d’Akansa. Ils estoient tous à la chasse. On fit encore six lieues, et on arriva à la rivière qui se nomme Akansa. Il y a encore un village d’Akansa, on y coucha. Ils receurent fort bien les François., les prièrent de rester pour danser le calumet; mais on les remercia, et on partit le lendemain de bon matin. Le lendemain, on ne fit que quatre lieues à cause d’un grand vent de sud qui obligea de cabaner à la gauche, en un endroit qui noye. Il y avoit quantité de petits trembles. Le vent cessa, et sur les six heures du soir on partit au clair de la lune. A la pointe du jour on avoit fait dix lieues. On se reposa jusqu’à environ dix heures dans une isle longue d’une lieue et large de demi-lieue, terrain qui noye et qui a de petits arbres trembles. On partit sur les dix heures du matin. Après avoir fait environ sept lieues, on cabana sur les six heures du soir dans une très-belle isle plate, longue de deux lieues et large de demi-lieue, pleine de meuriers, lauriers et autres grands bois. On fît un abbatis de bois autour de soy, crainte de surprise par les Sauvages. Le lendemain, on partit à cinq heures du matin. Après environ cinq lieues, on tua deux chevreuils qui passèrent la rivière. On mit pied à terre. On les escorcha, puis, ayant rembarqué, on fît encore quatre lieues. Les deux Akansa vouloient qu’on prist sur la gauche (la rivière fait là trois fort grandes isles) pour aller faire la guerre aux Tonica, leurs ennemis, qui y ont un village. Mais M. de La Salle ne voulut point aller par ce costé, ne voulant point de guerre avec qui que ce soit. — Les deux Akansa dirent que sur cette branche gauche du Mississipi, il y avoit encore d’autres nations. On fit


556

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

encore quatre lieues ce mesme jour sur la branche droite du Mississipi. On cabana sur le bord des costeaux, à gauche. On ne put aller à la chasse, le pays estant noyé entre la rivière et les costeaux. Le lendemain, ayant fait six lieues, la rivière toujours bordée de grands arbres, quoyque ce pays noye, M. de La Salle tua un cocodrille (sic). On le mangea, et à sept lieues de là, on fut cabaner. On fit festin avec le cocodrille, qui sembla fort bon. On estoit cabané dans une isle pareille à la précédente. On y fit aussi un abbatis de bois. La rivière serpente fort en cet endroit, de sorte qu’on estoit fort peu esloigné du lieu d’où l’on estoit parti. Le lendemain, après huit lieues, on tua un cocodrille (sic). On l’embarqua, puis après encore six lieues, on cabana dans une anse, sur la droite. Les Akansa dirent qu’il y avoit là une nation de leurs alliez nommez les Tinsa. Dans cette anse, il y a un petit ruisseau qui a communication avec un lac qui en est esloigné peut estre d’un quart de lieue. Ce lac a la figure du croissant. Le village des Tinsa est sur ce lac. M. de La Salle y envoya trois François avec les Akansa. Ils furent bien receus. — Le chef du village envoya vingt canots avec des vivres, comme mahis et fruits secs, du sel. Il y avoit aussi des figures d’hommes, de bœufs, de cerfs, de cocodrilles et de poules d’Inde, faites d’une paste avec des fruits. On leur demanda s’ils avoient des eaux salées, ils montrèrent le soleil couchant, et qu’il falloit aller de ce costé-là. On leur demanda si en descendant la rivière on trouveroit l’eau salée, ils respondirent en tournant la teste, faisant entendre qu’ils n’en sçavoient rien, n’y ayant jamais esté. Ils firent aussi entendre qu’il y avoit de meschantes nations qui man-


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE

1682

557

geroient les François. Quatre Loups eurent peur et restèrent en ce village, et les deux Akansa s’en retournèrent chez eux. M. de La Salle n’alla point au village. Plusieurs d’entre eux avoient des perles, mais petites, au col et aux oreilles. M. de Tonty en traita environ une douzaine. Il acheta aussi un petit esclave qui lui cousta deux couteaux et une petite chaudière. Un chef de village fit présent à un Loup d’un esclave qu’il avoit pris en guerre. Le Loup lui donna une chaudière. Ils estoient tous les deux Coroa. Enfin on partit. On trouva un grand courant dans la rivière. A la pointe de l’anse, le pays estoit plein de beaux grands arbres. On battit une isle pour chercher des chevreuils, on n’en trouva point; et, après encore trois lieues, on cabana dans une isle longue d’une lieue et large de trois quarts. On fit un abbatis crainte de surprise, parce qu’on avoit veu de la fumée. Le lendemain on battit l’isle, et on ne trouva rien. — Les costez de la rivière comme cy-devant. — On s’embarqua. Après avoir fait trois lieues, on vit un canot qui traversoit la rivière pour gagner son village, qui estoit à gauche. Comme on nageoit de force pour l’attraper, on se trouva dans un lieu où il y avoit des Sauvages qui peschoient. Ils estoient environ deux cents, avoient tous leurs flesches et leurs casse-teste en main. Ils firent le sacacayou, la huée. On traversa de l’autre bord. M. de Tonty alla à eux avec cinq hommes et le calumet de paix. Il fuma avec eux et fit la paix, et ils le frottèrent en signe d’amitié. Ils envoyèrent un canot prier M. de La Salle d’aller à leur village, avec promesse qu’ils donneroient des vivres. M. de Tonty revint. On traversa de leur costé, et on y cabana où ils peschoient. M. de La Salle alla, luy huitiesme,


558

RÉGIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

à leur village, à trois lieues de la rivière, sur des costeaux. Il y demeura trois jours, le chef luy faisant entendre qu’il avoit envoyé quérir d’autres chefs pour luy parler. M. de Tonty voyant que M. de La Salle ne revenoit point, au bout de deux jours, envoya huit François le chercher. Ils revinrent tous sans parler à ces chefs, qui n’estoient pas encore venus. On demeura encore deux jours. Ils envoyèrent un peu de bled d’Inde. Il ne paroist pas y avoir grande chasse en ces quartiers. Les Loups cependant firent deux canots d’escorce d’orme, les leurs estant usez. Cette nation s’appeloit les Natché. On nous dit que plus loin nous trouverions les Coroa. Le cinquiesme jour on partit avec quatre Natché. Après huit lieues on arriva au village des Coroa, à gauche, situé sur le penchant d’une montagne qui vient tomber au bord de la rivière; on fut au village. On fut bien receu. On y fit festin. Plusieurs Natché y estoient venus par terre. On resta deux jours à ce village. — Beau pays, belles prairies, petits costeaux. Les cabanes sont faites en dôme, avec de grandes cannes qui les soustiennent depuis la terre jusqu’au haut. Elles sont hautes de quinze pieds, n’ont point de fenestres, mais une porte carrée haute de quatre pieds dans chaque cabane. Ils ont toute la nuit un flambeau allumé. Il est fait de cannes liées ensemble. — Je crois, dit le petit M. de La Salle, que les Tinsa, les Natché et les Coroa ont les mesmes manières, mais leur langage est différent. Les gens sont bons, hospitaliers aux estrangers, mais cruels à leurs ennemis. Ils ont des couvertures qui ressemblent à des hamacs de coton. Ils s’en couvrent pour ceinture; ils ont un cordon qui a deux grandes houppes aux bouts. Les couvertures et cordons sont


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

559

extrêmement blancs. Ils ont aussi des couvertures de peaux de chevreuil. Ils parent leurs cabanes avec de grands ronds de cuivre fort reluisant, faits comme des couvercles de marmites. Ils ont des perles, dont je troquois quatorze pour un petit meschant peigne de buis, dit le petit M. de La Salle. Le troisiesme jour on partit. Le petit esclave de M. de Tonty déserta. Il estoit Coroa aussi bien que l’autre, mais le Loup mena le sien en son pays. On alla cabaner après cinq lieues-, terre blanche. Le lendemain, on fut, après avoir fait treize lieues, cabaner en pays noyé. C’est pourquoy on coupa des roseaux ou cannes pour se lever de l’eau ; à moitié chemin on tua un chevreuil dans une isle longue d’une lieue et large d’une demy-lieue; plusieurs autres chevreuils se sauvèrent à la nage. — Le lendemain on fit encore treize lieues, et on cabana dans un endroit où le pays estoit beau. Il y a des costeaux. Il y a apparence que ces costeaux sont... Le lendemain, après neuf lieues, on cabana à la droite, en pays plat, plein de grands bois ; de l’autre costé, il y a des montagnes. L’esclave du Loup dit que l’on estoit alors vis-àvis des Ouma, mais M. de La Salle n’y alla point. Le lendelieues, et on cabana en pays noyé à la main on fit rive droite-, à la gauche il l’estoit encore davantage. On abattit des cannes pour s’élever de l’eau. Ce jour, on rencontra une isle pleine de grands bois, longue de deux lieues et large d’une demi-lieue; plusieurs autres isles rondes d’une lieue et demie de tour. Le lendemain, après six lieues, on cabana en pays noyé. Le lendemain, après avoir fait deux lieues, on s’arresta à des costeaux, et les Loups cherchèrent des racines pour panser


560

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

le pied au sieur Barbier. On fit ce jour encore neuf lieues; puis on cabana à gauche, un peu au-dessous de l'embouchure d’une rivière, sur la droite fort claire, qui paraissoit venir de l’ouest. A son embouchure elle est large de demy-lieue; au loin on voyoit dedans comme des isles. Le lendemain, après dix lieues, on fut cabaner à la gauche. Cette journée on ne vit que des arbres. Le lendemain on fit douze lieues. A moitié chemin on vit des montagnes sur la gauche et une rivière qui en sort oit; on la nomma la rivière aux Risques; on cabana en pays noyé à l’ordinaire. Le lendemain, après cinq lieues, on rencontra neuf canots amarez à terre sur la droite. Il n’y avoit personne; mais les pistes estoient toutes fraisches. On attendit là une heure; n’ayant point de nouvelles de ces Sauvages, on fit encore une lieue; puis on vit des Sauvages qui peschoient à la droite. Ils s’enfuirent à leur village, abandonnant leur pesche et un panier où il y avoit dedans un poisson, un pied d’homme et la main d’un enfant, le tout boucané. On descendit à terre; on leur envoya un François et un Loup leur dire qu’on venoit en paix ; mais ils tiroient des flesches, voulant la guerre. On se rembarqua et on fit une lieue et demie. On vit sur la gauche un autre village; on vit proche quantité d’aigles et de corbeaux. On alla au village et on ne vit que carcasses d’hommes et cabanes ruinées. Il y en avoit quelques-unes entières, mais pleines de corps morts. Les canots estoient tous brisez. Ils paroissoient coupez avec de très-bonnes haches. Le pays commençoit à se noyer. On se rembarqua après avoir fait encore deux lieues ou environ. On cabana sur la gauche; on fit un abbatis d’arbres et de cannes, crainte de surprise. On


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

561

1682

séjourna là un jour à cause de la pluye continuelle. C’estoit sur la fin de la semaine, vers le 15 Avril 1682. Le deuxiesme jour on partit, et, après sept lieues, on cabana en pays noyé. Il faut que ce pays ne noye pas longtemps, car où il noye on y voit des lauriers, des ormes et des meuriers, sur lesquels il y avoit desjà des meures vertes. Le lendemain, après trois lieues, on vit de loing comme de grandes prairies. Estant proche,' on vit le pays noyé plein de roseaux, les arbres esloignez de la rivière et le bord de la rivière un peu élevé. Après encore trois lieues on trouva un petit bouquet de bois de trembles; on y cabana. Quelques François montèrent sur les arbres et dirent qu’ils voyoient de loing une grande baye. M. de La Salle alla, luy troisiesme, pour voir si c’estoit la mer. A son retour il dit qu’il avoit trouvé l’eau saumastre. Il y avoit une quantité de tourlourous 1 qui se fichent en terre. Le lendemain, après avoir fait environ trois lieues, on trouva que la rivière faisoit trois branches. On prit le canal du milieu, et ayant fait une lieue, l’eau montoit, et il y avoit marée d’environ deux pieds ; on eschoua le long de la terre sur un gros arbre que l’eau y avoit amené, qui estoit arresté là; on ne put cabaner en ce lieu, tout estant couvert d’eau. Il n’y avoit que des herbes fort hautes; on remonta et on descendit par le canal de la branche droite; on cabana vis-à-vis une isle à gauche. On tua dans cette isle quantité de corbeaux blancs, de hérons rouges et d’autres qui ont les pieds de canards, le bec long, le col court, et sur le dos du duvet comme de la soye ; ils perchent sur les arbres. Le lendemain, M. de La Salle envoya M. de Tonty par la 1. Espèce de crabes. 36


562

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

branche gauche, et luy descendit avec dix hommes la droite, où on estoit cabané. Ils partirent sur les huit heures du matin. M. de La Salle revint sur les cinq heures du soir, disant qu’il avoit trouvé l’embouchure de la rivière, laquelle rivière s’avançoit beaucoup en mer, faisant de chaque costé une chaussée ; qu’il avoit porté son canot de l’autre costé de la chaussée droite, et disoit que l’eau, qui ne communique pas avec la rivière, estoit saumastre. Quoyque les six hommes dissent d’abord le contraire, ils dirent après que cela estoit vray. Estant là, il alla dans une petite isle, à une lieue de la chaussée. Ils trouvèrent dans cette isle un cancre, une coquille d’huistre qu’ils apportèrent au camp avec de l’eau salée qu’ils avoient trouvée dans cette isle dans une mare. M. de Tonty revint le lendemain matin à neuf heures. Il dit que cette branche gauche se deschargeoit dans une grande mer, à sept lieues, où ils avoient veu une isle qui paroissoit couverte de grands bois. Ils nepeurent y aller à cause du grand vent. Ils beurent de l’eau; elle estoit douce et bourbeuse et pleine de cocodrilles ou de caymans. M. de Tonty fut aussi par le canal du milieu ; on remonta la rivière et on alla cabaner à quatre lieues sur la gauche en remontants Il y a avoit là de petits arbres ; on fit un abbatis pour y planter les armes du Roy. — Le lendemain, M. de Tonty revint. Il dit que ce canal du milieu se deschargeoit dans une grande mer d’eau douce. On esquarit un arbre dont on fit un poteau qu’on planta, et on y attacha les armes du Roy, faites du cuivre d’une chaudière. On planta aussy une croix et on enterra dessous une plaque de plomb, où il y avoit ces mots escrits : « Au nom de Louis XIV, Roy de France et de Navarre, le 9 Avril 1682, un chanta le


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE

— 1682

563

Vexilla regis au plantement de la croix, puis le Te Deum et l’on fit trois descharges des fusils. Les vivres manquoient et on n’avoit par jour qu’une poignée de mahis. »

RETOUR EN

REMONTANT LA

RIVIÈRE

MISSISSIPI.

Le lendemain 10 Avril 1682, on alla cabaner à quatre lieues en pays noyé. Il l’estoit plus qu’à l’ordinaire à cause du dégel du nord. — Ayant navigué sept jours, on arriva au village destruit; on y cabana. Les Loups virent un canot à l’autre rive de la rivière, qui a une demi-lieue de large en cet endroit. On y alla ; on vit un chemin frayé et quatre hommes cabanez à terre sous un gros arbre. Le lendemain, tous les François y furent, résolus de se battre pour avoir des vivres. On trouva là quatre femmes nües comme la main ; on les mena au village destruit, où on retourna ; elles firent entendre que c’estoit les Ouma et Chigilousa qui avoient destruit ce village. Elles dirent qu’il n’y avoit point de village où on les avoit prises. On partit le mesme jour, et avec ces quatre femmes on alla camper où on avoit trouvé en descendant ces Sauvages qui tirèrent des flèches, mais de l’autre bord de là rivière.Quelque temps après il vint de ces Sauvages à la portée de la flèche, tesmoignant qu’ils vouloient la guerre. M. de La Salle alla à eux dans un canot avec un calumet de paix. Mais ils n’entendoient point cela. On mit à terre, de leur costé, deux de ces quatre femmes, et on leur donna deux


564

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE

— 1682

haches et deux couteaux pour porter à ces Sauvages; alors ils envoyèrent deux ostages. M. de La Salle leur en envoya aussi deux. On alla cabaner de leur costé, et ils envoyèrent un peu de bled d’Inde, mais par leurs guerriers. Les deux François ostages revinrent le soir et dirent que ces Sauvages avoient fermé toutes leurs cabanes, dansé, pris le calumet, puis leurs bonnets et chemises, pourquoy ils donnèrent chacun une chevelure d’homme et une robe faite de cordes et de duvet de poules d’Inde. — Ils beurent d’un breuvage qui est une espèce de thé. — Ces Sauvages se nomment les Quenipisa ou Cenepisa. Ils ont beaucoup de peaux de chevreuil. On renvoya les deux autres femmes chez elles. La nuit, ces Sauvages, environ trois cents, attaquèrent les François par terre et avec neuf canots. Ils tirèrent toute la nuit des fleches. Les François y respondirent à coups de fusil, ce qui les empeschoit d’approcher. Le jour venu, ils s’enfuirent tous, laissant leurs peaux et canots dans les bois, sur un petit ruisseau. On trouva deux Sauvages tuez. Les François leur enlevèrent la chevelure et plantèrent les testes sur des pieux en cet endroit. Les Loups vouloient manger ces corps ; mais ils prirent seulement les coeurs qu’ils firent sécher pour montrer en leur pays qu’ils avoient tué des hommes, et, selon leur coustume quand ils ont remporté une victoire, ils tuèrent leurs chiens et en firent festin. On partit de là sur les huit heures du matin ; on fit cinq lieues, et, ne pouvant cabaner à terre, le pays estant inondé, on coucha dans les canots. Après six jours de navigation, pendant lesquels on ne mangeoit que des peaux de bœuf, faute de vivres, on rencontra des costeaux et on cabana à la rivière aux Risques. On croyoit faire bonne pesche;


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

565

mais on ne prit rien. Les Loups tuèrent deux ours, trois chevreuils et deux poules d’Inde. On resta là deux jours. Le troisiesme on partit. Après avoir fait cinq lieues, on tua un cocodrille, que l’on mangea de bon appétit, quoyque la chair de cet animal sente le musc. Après cinq jours de navigation, on trouva la grande rivière qui vient de l’ouest; on la nomma le fleuve Seignelay. On cabana à droite, au-dessous de l’embouchure de cette rivière. On tua deux caïmans. Les meures commençoient à estre bonnes. Après sept jours de navigation, on arriva aux Koroa; on cabana et on nettoya ses armes, crainte d’en avoir besoin. Les François estoient très-foibles. Le lendemain, entre sept et huit heures, on arriva au pied de leurs costeaux, où il y a un grand chemin battu. Le chef de la nation estoit sur le bord de l’eau avec trois de ses hommes. Il fit mille caresses à M. de La Salle. Pendant quelque temps on refusa la farine qu’ils présentoient pour leur faire croire qu’on n’en avoit pas besoin; mais la faim obligea à en prendre. Ils avoient préparé un festin dans la place de leur village ; elle est quarrée et grande comme la place de devant le Palais-Royal, à Paris. A leurs instances on y alla; on s’assit sur des nattes. Cette place est unie et plate; ils y font tous leurs jeux et danses. Ils présentèrent force mahis accommodé de plusieurs façons. Ils ne paroissoient qu’environ cinquante ou soixante hommes et six ou sept femmes. Après avoir à moitié mangé, on se vit tout à coup entouré d'environ deux mille hommes barbouillez de rouge et de noir, le casse-tête en main avec l’arc et les flèches. Ils paroissoient avoir mauvais dessein. Ils demandoient ce que les François avoient veu dans leur voyage. L’esclave Coroa, que le Loup avoit acheté aux


566

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

Taensa, leur dit tout et que l’on avoit tué des Quinipisa, leurs alliez; on leur en donna les chevelures. Ils creurent que les François estoient immortels. M. de Tonty dit qu’il falloit se retirer; mais M. de La Salle vouloit coucher là. On mangeoit le fusil et la hache près de soy. — Le chef conseilla d’aller chez les Natché, disant que cette jeunesse avoit mauvais dessein. Les Coroa ont tous la teste plate ; leurs mères la leur aplatissent aussitost qu’ils sont nez. On prit les vivres que l’on avoit laissez là en descendant et on alla aux Natché. On passa par un petit ruisseau que la rivière fait, ce qui abrégea le chemin de six lieues. On cabana vis-à-vis les Natché, de l’autre costé de la rivière. On ne vit personne; on craignit qu’ils ne fussent en embuscade. On fit des cris de ces Sauvages que l’on auroit tuez. Le lendemain, après trois lieues, on rencontra sur la rivière un Taensa sur un morceau de bois sur un cajeu. Il dit que lorsque les Coroas estoient embarrassez à tendre des embusches aux François, il s’estoit sauvé, il y avoit trois jours, et que, croyant estre plus haut que son village, il se laissoit dériver. Le premier jour de juin 1682, on arriva aux Taensa; M. de La Salle envoya quatre François, dont le petit La Salle estoit un, ramener ce Taensa. Estant proche, il chanta; c’estoit la nuit, deux vieillards vinrent avec des flambeaux sur le bord du lac, pour voir ce que c’estoit. Ils menèrent les François à la cabane du chef. Le petit La Salle dit que ce chef estoit au coin de la cabane sur une estrade, sur une natte aussi bien travaillée que ces paniers d’osier que font les Religieuses en France; qu’il avoit veu dans cette cabane une vieille espée à l’Espagnole et trois vieux fusils. Le chef fit raconter aux François leur voyage; il tesmoigna de la joye d’apprendre qu’on


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

567

avoit tué des hommes. Tous ceux qui entroient dans la cabanesaluoient le chef,levant leurs mains par-dessus leur teste et disant : « Hou ! Hou ! Hou ! » Le chefrespondoit : « Negoudez ! Negoudez ! » On fit manger les François et on leur donna des nattes pour se coucher. Ces gens sont fort sérieux et fort respectueux envers leur chef. Ils portèrent le canot des François dans leur temple et le chef fit porter des raffraischissements aux autres François. M. de La Salle envoya le lendemain un canot avec cinq François nous quérir. Nous nous promenasmes par toutes les cabanes du village, et c’estoit à qui nous feroit plus de caresses et de vivres et des grandes mannes pour les mettre, c’estoit du mahis et des fruits. Ce village a une lieue de long le long du lac. Le temple, la cabane et sept ou huit cabanes des anciens sont entourez de pieux et font une espèce de fort; sur les pieux, il y a des testes d’hommes plantées, le temple est fait en dôme, la porte peinturée de rouge, gardée jour et nuit par deux hommes. Un des François y entra presque malgré les gardes, dont un le suivit et essuyoit avec ses mains la terre où le François avoit mis les pieds et se frottoit après le corps avec sa main. Le François dit que ce temple est ovale, long de trente pieds, large de douze en dedans, orné d’ouvrages faits de cannes et tout peint de rouge. Le dôme est couvert d’une fort belle natte et les bas, de terre. Les bois qui font le faistage sortent dehors par le milieu de deux pieds en croisant les uns sur les autres. Toutes les nuits, il y a dedans deux flambeaux allumez. Nous vismes que les femmes présentoient leurs enfans au soleil et qu’elles leur frottoient le corps avec leurs mains, qu’elles avoient montrées aussi au soleil. Nous allasmes dire adieu au chef, il fit rendre le canot et


568

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE —

1682

donner quantité de vivres. Il vint voir M. de La Salle accompagné de trente canots, luy apporta tant de vivres qu’il en fallut jeter, les canots estant trop chargez. Des Sauvages balayèrent la terre par où leur chef devoit passer. Il parla avec M. de La Salle assis sur une natte. M. de La Salle luy donna une vieille robe de chambre de toile peinte et un petit esclave Mosopolea, qu’on avoit eu des Acansa ; le chef luy donna sa robe ou couverture, façon de coton. Le quatriesme jour, on partit et, après trois lieues, on fut obligé de jeter des vivres pour alléger les canots. Le lendemain, M. de La Salle, luy sixiesme, avec le meilleur canot, prit le devant. Les autres François, après six jours de navigation, rencontrèrent un Akansa et un Taensa qui revenoient de guerre. L’Akansa s’embarqua avec eux, et, la rivière inondant les terres, il enseigna un chemin qui abrégea la route de vingt lieues qu’il eust fallu faire, si on eust suivi les tours de la rivière. M. de La Salle, qui avoit esté par le chemin ordinaire, arriva après les autres et cabana avec eux. Le lendemain, il prit encore le devant. Les autres, après six jours, arrivèrent au premier village des Akansa. M. de La Salle en estoit parti le jour précédent; on y resta un jour. Les Akansa firent festin de chien aux François, disant qu’ils estoient de vrays guerriers d’avoir esté si loin sans estre tuez. Le deuxiesme jour, on alla au village du milieu, sur la rive droite en montant; on fit grand festin d’ours et de bœuf,et on receut mille amitiez. Le lendemain,on arriva à l’autre village des Akansa; on fit grand festin de chien, et ayant pris le bagage qu’on avoit laissé en descendant, et deux des quatre Loups qui y estoient de-


RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE

— 1682

569

meurez, les deux autres demeurèrent là, ne voulant point partir de ce pays qu’ils n’eussent tué des hommes. Après cinq jours de navigation, on trouva sur une pointe de sable, au bout d’un baston, un billet qui marquoit que M. de La Salle estoit malade. Au bout de deux jours, on le trouva encore fort mal. Il avoit pensé mourir. Il envoya M. de Tonty devant, luy sixiesme, aux Miamis, chercher des marchandises qu’il avoit cachées dans le sable. Sept ou huit jours après, M. de La Salle partit avec les autres François. Après cinq lieues, on cabana à la droite; on y demeura deux jours. Après quinze jours de marche, on arriva aux Tamaroa; on y coucha. Ils voulurent danser le calumet, M. de La Salle alla au village, on luy présenta une natte pour s’asseoir, on luy donna deux esclaves Panis, une femme et un jeune garçon ; il leur donna deux fusils. Au bout de deux jours, on arriva à la rivière des Illinois; on la remonta; on y trouva quantité d’outardes, cygnes et canards qui muoient, on les tuoit à coups de baston. On tua à coups de fusil quantité de bœufs et de chevreuils et poules d’Inde. Il y avoit quinze jours qu’on estoit parti de Tamaroa quand on arriva au fort de Crève-Cœur, sur un petit lac nommé Pimiteoui; on trouva tout destruit et la barque bruslée. On alla au village des Illinois, il n’y avoit personne; c’estoit le 15 Juillet 1682. M. de La Salle, ayant laissé au fort de Crève-Cœur huit François 1, alla par terre au lac des Illinois. De là, en canot 1. Du fort de Crève-Cœur aux Miamis, par terre, 100 lieues; des Maskoutins à Crève-Cœur, 150 lieues; de Michilimakinak aux Illinois, 120 lieues.


570

RÉCIT DE NICOLAS DE LA SALLE — 1682

aux Miamis ; de là, à Michilimakinak, il y a cent vingt lieues par terre. Il renvoya M. de Tonty avec neuf François à CrèveCoeur, joindre les autres. M. de La Salle y arriva aussi au bout de quelque temps, fit décamper les François et les mena vis-à-vis l’endroit où estoit le village des Illinois. On y tua quantité de bœufs et de cerfs que l’on fit boucaner pour l’hyver. Il fit faire un fort de bois sur un rocher sur le bord de la rivière des Illinois, vis-à-vis de leur village; de l’autre costé de la rivière, il fit semer du mahis. Les Illinois qui avoient esté battus par les Iroquois revinrent. M. de La Salle fit faire alliance aux Illinois avec les Miamis, les Chaouanons et les Mascoutins, pour se secourir les uns les autres contre les Iroquois. Après cela, M. de La Salle partit pour Québec et France, où il mena le petit M. de La Salle. Ils arrivèrent à Québec le 13 Novembre 16821, et à La Rochelle le 17 Janvier 1683 1. 1. Il faut lire, sans aucun doute, 1683 et 1684. Le mémoire adressé au Roi vers 1720 par l’abbé Jean Cavelier, dit que son frère arrivait à Versailles au mois de Décembre 1683. Il est certain que M. de La Barre, gouverneur de la Nouvelle-France, ne l’avait pas encore vu le 4 Novembre de cette dernière année, date à laquelle il écrivait très-fortement et avec beaucoup de malveillance contre le découvreur.


XXI ÉTABLISSEMENTS ET DÉCOUVERTES DE M. DE LA SALLE, DE HENRI

DE

COMMANDER

TONTY, A

NOMMÉ

NIAGARA,

AU

1678

A 1683.

SUCCESSIVEMENT FORT

CRÈVE-CŒUR,

POUR ET

FORT SAINT-LOUIS, EN L’ABSENCE DU DÉCOUVREUR,

DESCEND AVEC LUI A L’EMBOUCHURE DU MISSISSIPI.

AU



RELATION DE

HENRI

DE

TONTY

ENTREPRISES DE M. DE LA SALLE, DE 1678 A 1683

Relation écrite de Québec, le 14 novembre 1684, par Henri de Tonty. Monsieur1,

Après avoir pris congé de vous à Paris et vous avoir recommandé mes intérests auprès de Son Altesse Sérénissime, Vous voulez bien que je vous tesmoigne les obligations que je Vous ay des services que vous m’avez rendus auprès de ce généreux prince, lequel m’a fait l’honneur de m’escrire plusieurs fois depuis que je suis en ce pays ; et comme je commence à prendre haleine de mes voyages, je vous fais cette relation pour 1. Le personnage auquel Tonty s'adresse est assurément l'abbé Renaudot, son protecteur auprès du prince de Conti, et celui qui l’a fait agréer de M. de La Salle. — Tonty a écrit en 1693 un autre mémoire adressé par lui au comte de Pontchartrain. Je l’ai publié dans mes Relations et Mémoires inédits pour servira l'histoire de la France dans les pays d’outre-mer (1867).


574

RELATION DE HENRI DE TONTY

vous occuper pendant vos heures perdues. Je souhaite que vous y puissiez trouver de quoy contenter vostre curiosité, laquelle est fort portée pour ce qui regarde les pays estrangers. M’estant rendu à La Rochelle le 12 Juillet 1678, j’y trouvay M. de La Salle, lequel estoit occupé à faire son embarquement. Il me receut avec son honnesteté ordinaire, et le 14 nous fismes voile dans un navire de deux cents tonneaux nommé Le Saint-Honoré. Il y avoit dedans trente personnes, gentilshommes ou artisans appartenant, à M. de La Salle. Pendant nostre voyage, nous eusmes une tempeste qui dura cinq jours entiers. Le 20e Aoust, nous reconnusmes l’isle de TerreNeuve. Le 27 dudit mois, nous entrasmes dans le golphe de Saint-Laurens. Dans ce lieu, il ne croist point de bled à cause du grand froid. L’on y fait la pesche de la molue. Nous y trouvasmes des Récollects qui y faisoient leur mission tant aux François qu’aux Sauvages. Le Ier Septembre, nous partismes de ladite isle Percée et le 13e nous arrivasmes à Québec, ville capitale de Ce pays. Ce ne fut pas sans beaucoup de risque, car nous passasmes de nuit des lieux, très-dangereux par l’imprudence de nostre pilote. Ces endroits sont nommez la Pointe-aux-Alouettes, Tadoussac et l’isle Rouge. Nous remercions Dieu de nous avoir garanty de naufrage. Ayant mis à terre, nous y fusmes saluer M. le comte de Frontenac, qui estoit gouverneur de toute la Nouvelles-France, et le sieur Duchesneau, intendant. Aprez avoir demeuré dans ladite ville pour nous remettre des fatigues de la mer, nous en partismes le 10 Novembre pour nous rendre à Montréal, où nous arrivasmes le 21e. Je crois, Monsieur, qu’il n’est pas nécessaire de vous mander les particularitez de ce pays, lequel est habité depuis un si


RELATION DE HENRI DE TONTY

575

long temps. M. de La Salle ayant équipé plusieurs canots pour monter au fort Frontenac, duquel il est seigneur et gouverneur, nous partismes ensemble le 26 ; nous trouvasmes en chemin quantité de rapides et de cheutes d’eau , dans lesquels on est obligé de porter son équipage jusqu’à l'eau morte, quand l’on ne peut percher ni traisner; mais ce qui facilite beaucoup cette navigation, c’est que les bastimens dont on se sert sont d’escorce de boulleau, ainsy fort legers, et que quand on trouve des endroits difficiles, deux hommes prennent un de ces canots chacun par un bout et le transportent facilement. Nous arrivasmes le 16 Décembre au fort de Frontenac, lequel est situé sur un lac qui a cent lieues de long et vingt-cinq à sa plus grande largeur. L’air y est assez tempéré, estant par les 43 degrez de latitude. Il y a quelques habitations Françoises, une maison de Récollects et tout proche un village d’Iroquois. M. de La Salle, qui avoit fait partir le sieur de La Motte pour commander plusieurs François à Niagara pour y faire une maison et chercher un endroit propre à construire une barque au-dessus du sault, apprit qu’il y avoit desjà longtemps qu’il y estoit rendu. C’est pourquoy M. de La Salle s’embarqua avec douze hommes pour traverser le lac dans une barque de vingt tonneaux. Le 24, M. de La Salle ayant ordonné à son pilote de tenir la coste du sud, ledit pilote négligea cet ordre pendant la nuit, et cela fut cause que nous pensasmes tous périr sur une batture de roches, vis-à-vis l’isle de Quinté, où MM. de Saint-Sulpice font leur mission. Et comme nous nous trouvasmes à fleur d’eau, la vague estant extrêmement grosse, M. de La Salle se réveilla, et voyant le danger où nous estions, y apporta remède, et le vent s’estant rendu un peu favorable, le 25e nous débarquasmes en canot vis-à-


576

RELATION DE HENRI DE TONTY

vis la rivière des Sonnontouans pour aller quérir du bled d’Inde audit village, et nous continuasmes nostre route vis-àvis la rivière de Niagara. Le vent nous ayant manqué à neuf lieues de ladite rivière, nous prismes la route par terre et, M. de La Salle ordonna à son pilote qu'au cas où le vent vinst nord-ouest, d’emboucher la rivière, et en cas de surouest, de relascher aux Sonnontouans à cause de la saison. Nous arrivasmes sur le soir à l’embouchure de la rivière de Nia gara, et ayant appelé les Sauvages qui estoient de l’autre bord, ils nous vinrent traverser dans leurs canots de bois et nous receurent très-bien dans leurs cabanes, nous donnèrent quelques poissons à manger avec de la soupe de bled d’Inde. Ces mets me semblèrent insipides et mesme estranges. Néantmoins il fallut prendre le party d’abandonner pain, vin, poivre et sel, pour subsister des vivres sauvages, lesquels consistent en bestes fauves, poisson et bled d’Inde, encore en mange-t-on fort souvent ; et pour se mettre à couvert des injures du temps on lève des escorces aux arbres dont on fait des cabanes. Sur la minuit, nous partismes au clair de la lune pour aller rejoindre le sieur de La Motte, qui avoit fait faire une maison à deux lieues de là. Nous ne l’y trouvasmes point. Il estoit allé en embuscade avec le P. Louis, Récollect, nostre missionnaire et quatre François. M. de La Salle partit le lendemain pour aller au-dessus du sault de Niagara pour chercher un lieu propre à bastir une barque, et, l’ayant trouvé, il fit venir une partie de ses gens, et moy je restay à la maison. Comme sa barque fut sur quille, celle qu’il avoit laissée à neuf lieues de Niagara se brisa à la coste le 8 Janvier 1679. M. de La Salle, en ayant eu nouvelle, y courut et fit son possible pour sauver une partie de la ferrure dudit bastiment,


577

RELATION DE HENRI DE TONTY

pour faciliter celle qu’il faisoit construire au-dessus du sault, et s’estant rendu au dit endroit, il m’y fit venir le 30 pour y commander. Ayant pris résolution d’aller au fort de Frontenac sur les glaces, je l’accompagnay jusqu’au lac ; et le 1 Février il traça à la sortie de la rivière un fort qu’il nomma Conty. Ensuite, ayant pris congé de luy, je m’en retournay au chantier, et en chemin faisant, la curiosité me prit d’aller voir le sault de Niagara, lequel fait la séparation du lac Érié et celuy de Frontenac. Je puis dire que c’est la plus belle cheute que l’on puisse voir au monde. A notre estime, elle tombe à pic de cinq cents pieds de haut et a bien deux cents toises de large. Elle jette des vapeurs lesquelles on voit de seize lieues, et elle se fait entendre de la mesme distance quand il fait calme. Quand une fois les cygnes et outardes se trouvent en son fil d’eau, il leur est impossible de reprendre leur vol, et ils sont morts avant que d’arriver au pied de la cheute. Les provisions que M. de La Salle avoit receues de la Cour luy avoient attiré quantité d’ennemis, lesquels faisoient leur possible pour le faire eschouer dans son entreprise, desbauchant ses gens et troublant l’esprit des Iroquois, vers lesquels il fut obligé d’envoyer le sieur de La Motte pour adoucir ces barbares, lesquels auraient pu nous nuire, nous trouvant en petit nombre dans leur pays. Pendant son absence, je fus frappé d’un poison; mais,ayant eu recours à l’orviétan1, Dieu me renvoya la santé. Le 30 May, ayant fait mettre un brigantin à l’eau pour aller quérir ce que l’on avoit sauvé de la barque qui s’estoit brisée à la coste, nous mismes à la voile d’un vent de surouest, et m’estant rendu de bonne heure, faisant mes diligences pour er

1. Espèce de thériaque, de contre-poison. (Dict. de l’Académie, 1694.) 3?


578

RELATION DE HENRI DE TONTY

embarquer ce qui estoit à terre, il s’éleva tout d’un coup un vent de large qui conduisoit une quantité de glaces qui se rendoit maistresse du bastiment, de manière que je me trouvay enfermé, en danger de nous perdre, et pour comble demalheur nostre cable cassa, et insensiblement nous allions à la coste. Sur la minuit, le vent se jetant au nord-est, nous fismes nostre possible pour faire éviter le brigantin à force de rames, et après trois heures de grandes fatigues il évita. Nous mismes à la voile et arrivasmes le matin à la rivière de Niagara. Je m’embarquay en canot pour aller repescher l’ancre, et, estant arrivé audit lieu, j’y trouvay le sieur de La Motte qui me dit que les Iroquois estoient pacifiez; je luy laissay le soin de faire repescher l’ancre et m’en retournay au-dessus du sault. Le 11, je renvoyay le sieur de La Motte, le père Louis avec onze hommes, au fort de Frontenac dans le brigantin, selon les ordres que j’avois receus. L’on compte 60 lieues de traversée. Le 20 may, le sieur de La Forest, major du fort de Frontenac, m’envoya des ordres de M. de La Salle pour aller avec la barque, laquelle estoit de 40 tonneaux, au fond des lacs, pour annoncer aux Illinois qu’il devoit venir s’habituer parmy eux par ordre du Roy. Je fis monter la barque jusqu’à l’entrée du lac, et y ayant trouvé un grand rapide, il me fut impossible d’y monter à cause d’un foudre de vent. J’en donnay advis à M. de La Salle, lequel me vint joindre avec trois Pères Récollects, les Pères de la Ribourde, Membré et Louis Hennepin, et plusieurs François avec une seconde ancre qu'il fit amener. Il s’occupa à forcer ledit rapide à la touée, et avant de l’avoir monté il m’envoya avec cinq hommes vers le détroit et la séparation


RELATION DE HENRI DE TONTY

579

du lac Huron et de celuy d’Érié, pour aller joindre 14 François à qui il avoit donné rendez-vous en cet endroit. L’on y compte 100 lieues, et depuis le 22 Juillet jusqu’au 10 Aoust que j’y arrivay, nous ne vescumes que de qui se trouvent par le chemin. Nous estions cabanez à la pointe du détroit, où le terrain est si petit à cause d’un marais qui estoit derrière nous, que comme il ventoit beau frais de nord-est dans le lac, la lame commençoit à nous couvrir, ce qui nous fit éveiller plus matin que nous n’aurions souhaité et au point du jour apercevoir la barque ; nous fismes 3 fumées, elle territ. Nous mismes nostre canot à l’eau, et nous embarquasmes dedans. Après avoir monté le détroit, lequel a 30 lieues de long.) nous entrasmes dans le lac Huron, qui en a 130 de long et 20 de large ; nous fusmes battus d’une tempeste les 24 et 25, et le 26 nous naviguasmes. Le 27 nous arrivasmes à Missilimakinak, qui est un endroit où il y a deux villages de Sauvages, l’un de Kiskakons et l’autre de Hurons. Les Pères Jésuites y ont deux églises, où ils font leurs missions aux Sauvages et aux François qui y couchent. Nous y trouvasmes les gens que j’estois allé chercher au détroit. Ils estoient dans une grande consternation, parce qu’on leur avoit dit qu’ils estoient des fous que d’entreprendre ce voyage, et qu’il estoit impossible qu’il en peust eschapper aucun à cause des grands risques qu’il y avoit ; et une partie avoient desjà déserté. M. de La Salle ayant rassuré ceux-cy, il m’envoya au sault SaincteMarie, à 30 lieues, pour chercher lesdits déserteurs. Je partis le 29, et, ayant pris lesdits déserteurs, je les emmenay avec moy à Missilimakinak, où j’arrivay le 17 Septembre. Pour M. de La Salle, il avoit fait voile dans le lac des


580

RELATION DE HENRI DE TONTY

Illinois. Le 17, un de nos gens ayant esté blessé par un Sauvage, je fis prendre les armes à nos François pour chastier celuy qui avoit fait le coup et nous mettre hors d’insulte de ces canailles*, nous fusmes jusqu’à leur fort, et comme ils sortoient en foule les armes à la main, nous estions prests à faire feu ; mais comme nous aperceusmes un Père Jésuite parmi eux, lequel faisoit son possible pour empescher ce qui seroit arrivé, les chefs des nations vinrent me demander pardon, et l’affaire fut terminée par quelques pelleteries qu'ils donnèrent, disant que c’estoit pour mettre une emplastre sur la blessure du blessé. Le 5 Octobre, je partis pour la rivière des Miamis, où j’arrivay le 12 Novembre. Nous pâtismes de vivres par les chemins, à cause des mauvais temps; et après avoir costoyé cent vingt lieues le lac des Illinois, nous entrasmes dans ladite rivière. Je fus mesme obligé de laisser quelques-uns de mes gens pour chasser et prendre le devant, à cause d’un canot que je trouvay en chemin, que M. de la Salle envoyoit à Missilimakinak pour apprendre de mes nouvelles et de celles de sa barque, dont il estoit fort en peine à cause d’un coup de vent qui avoit régné pendant cinq jours après qu’il l’eut quittée. Je trouvay M. de La Salle à l’entrée de la rivière, lequel faisoit construire un fort pour mettre en seureté les choses nécessaires pour sa descouverte ; mais, comme la saison estoit avancée et qu’il souhaitoit voir les Illinois, lesquels sont à cent cinquante lieues de là, il m' ordonna de retourner chercher les gens que j’avois laissez en chasse. Après avoir navigué huit lieues sur le lac, il s’éleva un très-mauvais temps, lequel nous fit prendre résolution d’entrer dans une rivière; mais, comme il y avoit de très-grandes lames, nous nous vismes obligez d'eschouer à la coste. Comme nous approchions de terre, nostre canot fut


RELATION DE HENRI DE TONTY

581

d’abord plein d’eau ; et ensuite, ayant tourné, nous perdismes tout nostre équipage. J’en donnay advis à M. de La Salle, et pendant trois jours nous ne vécusmes que de glands que nous cherchions sous la neige. Il m’envoya ordre de rebrousser chemin, et le 6 Décembre nous prismes la route des Illinois après avoir monté la rivière des Miamis environ vingt-sept lieues, et n’ayant personne qui peust nous guider pour trouver un portage qui va à la rivière des Illinois. M. de La Salle marcha par terre dans le dessein de me trouver. La nuit survint et nous cabanasmes; mais M. de La Salle estant engagé entre un marais et la terre ferme, il fut obligé de faire le tour. Ayant aperceu un feu, il y fut, espérant de trouver des Sauvages et cabaner avec eux. Il cria en Sauvage, mais voyant que personne ne luy respondoit, il entra dans les fredoches où estoit ledit feu. Il ne trouva personne, et c’estoit assurément le cabanage d’un guerrier qui avoit eu peur de luy. Il y coucha avec deux tisons devant luy. Quoyqu’il fist beaucoup de froid et que mesme il neigeast, le lendemain il me vint joindre. Il arriva aussy un Sauvage chasseur de M. de La Salle, qui nous dit que les gens que j’avois laissez en chasse nous attendoient au portage, lequel estoit à deux lieues au-dessous de nous. Le portage trouvé et nos gens rassemblez, cela nous causa une grande joye. Nous nous trouvasmes ainsi vingtneuf François ; mais cette joye pensa estre courte, car, comme il y a toujours des mescontents dans ces sortes d’entreprises, comme nous faisions le portage et que M. de La Salle passoit devant un nommé Duplessis, cet homme, ayant son fusil, eut la hardiesse de coucher en joue M. de La Salle dans le dessein de le tuer. Mais il fut destourné par un de ses camarades, ce que nous n’avons appris que longtemps après.


582

RELATION DE HENRI DE TONTY

Le 15, nostre portage estant fait, après avoir navigué environ cinquante lieues, il se fit un party des deux tiers de nos gens, lesquels vouloient déserter la nuit et nous dégrader au cabanage ; mais, par un pressentiment de M. de La Salle, il fit descharger les canots, ce qui rompit ce coup. Nous estions dans une grande disette, à cause que le feu avoit couru dans les prairies, et nous ne subsistions que de gibier et de poules d’Inde, à cause que les bestes s’estoient retirées; et le 31 nous, arrivasmes au village des Illinois, où nous ne trouvasmes personne. Ils estoient tous allez en chasse; mais, ayant visité les caches où ils mettent leur bled d’Inde, nous en prismes environ quarante minots, ce qui donna beaucoup de consolation à l’équipage, car nous estions tous fatiguez de la disette. M. de La Salle y prit hauteur par 39 degrés 50 minutes, pays aussy charmant qu’on en puisse voir : ce ne sont presque que plaines ornées de bouquets de bois ; on y trouve plusieurs fruits inconnus; la terre y produit des racines admirables ; c’est où l’on trouve les premiers bœufs sauvages, appelez par les Espagnols Sibola. Quand le feu n’a point couru dans les prairies, elle sont remplies de toutes sortes de bestes fauves par troupeaux, comme les moutons, quantité de poules d’Inde et gibier. Les Sauvages y sont très-bien faits. Ils se cabanent de nattes de jonc. Ce sont les meilleurs coureurs de l’Amérique. Nous continuasmes nostre route jusqu’à trente lieues plus bas, et nous tuasmes quelques bœufs qui y traversoient la rivière. Ayant aperceu de la fumée, M. de La Salle fit mettre les canots en bataille. En doublant une pointe, nous aperceusmes un petit village de chasse. Ils furent fort alarmez, nous prenant pour des Iroquois. Les femmes et enfans s’en-


RELATION

DE

HENRI

DE

TONTY

583

fuirent dans les bois ; mais comme ils reconnurent que nous estions François, ils nous montrèrent de loin le calumet qui est le symbole de la paix parmy eux. On leur en montra aussy un, et ayant mis pied à terre, ils nous receurent humainement et firent revenir les fuyards. Les hommes ne sont point couverts et ont le nez et les oreilles percez, les cheveux coupez à l’espaisseur d’un pouce. Il n’y a que le sexe féminin qui se couvre. Leur humeur approche fort du François. Le jour que nous arrivasmes, qui estoit le 4 Janvier 1680, la rivière fut glacée. La veille des Rois, six de nos gens désertèrent et pensèrent mourir de faim, comme nous l’apprismes ensuite. Apparemment que l’un des déserteurs avoit mis du poison dans la marmite de M. de La Salle, car le matin, en mangeant la soupe, il eut tous les sentimens qu’on a quand on en a pris. L’on ne voulut pas courir après .de peur de donner de mauvaises impressions aux Sauvages. Le 15, ayant trouvé un lieu propre pour faire bastir une barque de quarante tonneaux, pour descendre le Mississipy ou fleuve Colbert, l’on y construisit un fort qui fut nommé Crèvecceur, et l’on travailla à une barque de quarante tonneaux. Quelque temps ensuite, le Révérend Père Louis Hennepin partit avec Michel et Picard jusqu’au pays des Sioux. M. de La Salle prit aussy résolution de faire un voyage de 400 lieues pour aller au fort de Frontenac par terre, ce qu’il fit, et partit le 10 Mars lui sixiesme, me laissant commandant en sa place. Il trouva en son chemin ceux qu’il avoit envoyez à Missilimakinak, lesquels luy apprirent la triste nouvelle de la perte de la seconde barque qui se montoit à près de 40,000 livres. Il ne laissa pas de continuer sa route et m’envoya ordre de remonter au village des Illinois pour y faire


584

RELATION DE HENRI DE TONTY

un fort sur une éminence et à demi-lieue du village. Je me mis en chemin pour cela ; et ceux qui m’avoient apporté les ordres estant restez au fort de Crèvecœur, comme ils avoient esté gagnez par les ennemis de M. de La Salle, un nommé Noël Leblanc les desbaucha presque tous. Je me trouvay avec deux prestres Récollects et trois jeunes hommes, démunis de toutes choses, estant obligez de subsister de la chaudière des Sauvages, les déserteurs ayant volé tout ce que nous avions. Je dressay des procès-verbaux que j’envoyay à M. de La Salle sur ce sujet, lequel les attrapa dans le lac de Frontenac, où il y en eut deux de tuez, ce qui luy causa du retardement de son voyage. Et comme il m’avoit promis d’estre de retour à la fin de May, nous taschasmes de couler le temps le mieux qu’il nous fut possible. Néantmoins nous apprismes par divers Sauvages Outaouacs que M. de La Salle estoit mort, et ils nous donnèrent des preuves assez pertinentes pour nous faire croire que cela estoit. Cependant j’estois fort embarrassé; car l’on avoit dit aux Illinois que M. de La Salle estoit venu en leur pays pour les donner à manger aux Iroquois, et que, pour ce qui estoit de moy, je n’estois pas François. Néantmoins, quelque difficulté qu’il y eust, j’estois résolu d’aller prendre langue à Missilimakinak, et je partis le 2 Septembre, contre la volonté des Sauvages, et, ayant trouvé les eaux extrêmement basses, je fus obligé de relascher. Le 10, la rivière ayant creu par quelque orage, je fis regommer nostre canot pour partir le lendemain. Mais un Chaouanon, qui estoit party la nuit pour aller à son pays, ayant rencontré l'armée des Iroquois, arriva le 11 et en apporta la nouvelle. Cette nouvelle, jointe avec mon départ, confirma aux Sauvages ce qu’on leur avoit dit de nous. Un chef de la nation


RELATION DE HENRI DE TONTY

585

me dit : « Nous voyons bien présentement que tu es l’amy de l'Iroquois. Les François qui nous l'ont dit n’ont point de tort; pour le présent nous sommes morts, car ils sont beaucoup et tu es l’amy de l'Iroquois. » Je luy fis response ; « Pour te faire voir que je ne suis point l’amy de l’Iroquois, c’est que je mourray demain avec toy, et je me battray contre luy avec ce que j’ay de jeunesse icy. » Sur cette response, ils m’appelèrent tous leur camarade. Voyant que cela alloit bien, l’on envoya des descouvreurs, lesquels dirent à leur retour que l’armée estoit de six à sept cents hommes. La jeunesse passa toute la nuit en festin, et, ayant fait escarter leurs femmes et enfans à six lieues au-dessous du village, le lendemain nous fusmes au-devant des Iroquois ; et quand les deux armées furent en présence à demi-lieue de distance, les chefs des Illinois me prièrent de porter un collier aux Iroquois pour tascher de faire la paix avec eux. « Nous voyons bien, disoient-ils, que nous sommes sur le point d’estre défaits, à cause qu’une partie de nostre jeunesse est allée en guerre, et que nous n’avons que des arcs et des flèches. » J’eus assez de peine, à cause que je ne sçavois pas parler Iroquois; néantmoins, dans l’espérance de trouver parmy eux quelque esclave dont je me pourrais faire entendre, je pris un collier de pourcelaine pour y aller, et un Illinois m’accompagna. Comme je fus à portée de fusil des Iroquois, je leur montray le collier qui est la marque avec quoy on parle chez eux. Aussytost qu’ils nous virent si proche, ils firent une descharge de coups de fusil sur nous. Je dis pour lors à l’Illinois : « Retire-toi. Pour moy, quand je devrais mourir, je vais parler à l’Iroquois pour te sauver la vie. » Il se retira hors de la portée et je continuay à aller avec eux.


586

RELATION DE HENRI DE TONTY

Ils ne cessèrent point de tirer sur moy, et comme j’entray dans leurs corps, un chef des Mahingans m’embrassa, prenant le collier que j’avois à la main, et s’escria : « C’est un François. » Malgré ce que faisoient les Mahingans pour me défendre, un soldat du village des Onontagués me plongea un couteau dans la mamelle gauche, où ils me coupèrent la coste et me despouillèrent ayant mis mon chapeau au bout d’un fuzil. L’Illinois qui m’avoit accompagné ayant veu le traitement que l’Iroquois m’avoit fait et mon chapeau au bout du fuzil creut que j’estois mort et fut porter cette nouvelle à leur camp. L’Illinois se mit en devoir de donner; le sieur de Boisrondet et Estienne Renault se mirent à la teste, pendant que les chefs de guerre des Iroquois avoient formé un cercle où ils s’estoient assis. Ils m’avoient fait asseoir devant eux. Ils s’informèrent de moy ce qui m’amenoit devers eux, par le moyen d’un Sokokis qui parloit François; je leur fis response que j’estois fort surpris de les voir en guerre contre leurs frères; que M. le comte de Frontenac avoit adopté les Illinois pour ses enfans aussy bien qu’eux. Il s’éleva un bruit parmy eux. C’estoit un Iroquois qui portoit nouvelle que l’Illinois avoit fait ployer leur aile gauche, que les François estoient à leur teste, qu’il y avoit eu neuf hommes blessez de coups de fleches et un tué d’un coup de fusil. Je vous assure, Monsieur, que jamais je n’ay esté si embarrassé*, car dans le temps qu’on apporta cette nouvelle, il y avoit derrière moy un Iroquois, lequel tenoit un couteau à la main et de temps en temps me levoit les cheveux par derrière. Je creus pour lors qu’il n’y avoit plus de quartier pour moy et que la plus grande espérance que je pouvois avoir estoit qu’il me cassassent la teste, car je croyois qu’ils


RELATION DE HENRI DE TONTY

587

me brusleroient. M’estant tourné du costé de celuy qui me tenoit les cheveux, les chefs me firent dire que je n’avois que faire de craindre, et de leur dire le nombre d’Illinois et de François qui estoient avec eux, et quoyqu’ils n’estoient que cinq cents hommes, je leur supposay l’armée de onze cents et cinquante François joints à eux. Gela les inquiéta et ils me jetèrent un collier pour que je disse à l’Illinois de se retirer chez luy; qu’ils avoient faim et qu’ils eussent à leur porter du bled. Jamais je n’ay eu une si grande joye, et ayant fait retirer les deux armées, je fus porter ledit collier aux Illinois, lesquels se retirèrent vers leur village et moy avec eux. Je trouvay en chemin le R. P. Zenoble, lequel venoit me chercher, espérant trouver en moy quelque sentiment de vie et me donner toutes les assistances spirituelles. Gomme l’Iroquois suivoit l’Illinois, ils me prièrent de leur envoyer dire de ne pas avancer. J’y envoyay le R. P. Zenoble, n’y pouvant aller moy-mesme à cause de ma blessure; nous traversasmes la rivière à gué et fusmes au village, et après m’estre couché dans une cabane, je fus surpris que les Iroquois y furent aussytost comme moy, et les Illinois ensuite, lesquels furent joindre leurs femmes. Les Iroquois firent un fort dans le village et se rafraischirent des vivres qu’ils y trouvèrent. Deux jours après, les Illinois parurent sur le costeau à demi-lieue du village. Les Iroquois qui ne cherchoient que le moyen de les amuser me convièrent d’aller chercher un Illinois pour faire leur paix. Je leur demanday un Iroquois pour leur servir d’ostage, et, me l’ayant accordé, je le conduisis sur le costeau et amenay un Illinois avec moy dans le fort, lequel retourna le lendemain, et l’Iroquois revint. Jusqu'au 18, il y eut tousjours de grands pourparlers de paix. Les Illinois estoient tous les jours dans leurs


588

RELATION DE HENRI DE TONTY

forts, puis ils se firent des présens et mesme les Illinois leur rendirent quelques esclaves Iroquois qu’ils avoient parmy eux. Je les fis avertir par le R. P. Zenoble que si le 19 ils n’alloient pas chez eux, qu’ils eussent à se meffier et qu’assurément l’Iroquois leur joueroit un mauvais tour. Sur le soir, les chefs m’envoyèrent quérir avec le P. Zenoble, et, ayant estendu six paquets de castor, ils me dirent qu’ils me donnoient cela, afin que je ne fusse pas fâché de ma blessure, que c’estoit un estourdy qui m’avoit frappé. Je leur fis demander quand ils s’en iraient; m’ayant respondu qu’ils vouloient manger les Illinois, je rebutay leur présent avec le pied, ce qui est un grand affront parmy eux. Le mesme chef me prit par le bras et me dit : « Retire-toy. » Aussytost ils chantèrent leurs chansons de guerre. Nous connusmes pour lors qu’il n’y avoit plus de quartier pour nous. Néantmoins iis ne nous firent point de mal et nous firent embarquer le lendemain pour nous retirer, nous demandant une lettre pour M. le comte de Frontenac, afin qu’il vist par là qu’ils ne nous avoient pas tuez. Je leur en donnay une par laquelle je lui mandois l’estat des choses. Le 21, comme nostre canot faisoit beaucoup d’eau et que nous faisions sécher nos hardes et quelques pelleteries, le R. P. Gabriel disant son office loin de la cabane, nous fusmes surpris que, sur les six heures du soir, il ne revenoit pas. Je fus le chercher et ayant trouvé sa piste, je la suivis pendant une demilieue, et l’ayant trouvée entrecoupée de plusieurs autres, je m’en retournay à la cabane, et comme nous ne doutions pas qu’il avoit esté pris ou tué, je jugeay à propos de laisser nostre équipage et de traverser de l’autre bord vis-à-vis. Nous fismes bon quart pendant la nuit et aperceusmes plusieurs personnes en nostre équipage, lesquelles allumèrent du feu. Le lende-


RELATION DE HENRI DE TONTY

589

main nous traversasmes et nous restasmes là jusqu’à midy. Voyant qu’il ne venoit personne, nous partismes dans le dessein de faire de petites journées, car nous supposions que le Père pouvoit s’estre escarté et que nous pourrions le retrouver au bord de l’eau. Et le lendemain, sur le soir, ayant entendu un coup de fusil dans le bois proche de nous, nous ne doutasmes point d’estre suivis, c’est pourquoy nous fismes une bonne garde, et ayant entré dans une petite rivière qui alloit à nostre route, j’y tuay un bœuf, et m’estant chargé de viande que je portay pendant une demi-lieue avec beaucoup de peine, j’en eus la fièvre tierce. Renault, le meilleur de mes canoteurs, voulut me quitter pour s’en aller par terre. Je luy donnay carte blanche; mais le P. Zenoble l’obligea à rester. Nous fismes nostre portage, et eusmes assez de malheur de prendre la coste du nord du lac des Illinois, car M. de La Salle, qui venoit me trouver, estoit du costé du sud. Après quelques accès de fièvre, les jambes et le corps m’enflèrent. La veille de la Toussaint nous fusmes pris d’un vent du large qui nous jeta à la coste, de manière qu’il fallut abandonner nostre équipage. Je fus obligé de le laisser garder au sieur de Boisrondet, et Comme nous croyions n’estre qu’à huit lieues du village des Poutouatamis, je pris résolution de m’en aller par terre audit village, duquel nous estions distans de vingt lieues. Le 1er Novembre nous nous mismes en marche, et ayant pris pour un jour de vivres dans l’espérance de nous y rendre, nous en laissasmes pour dix jours au sieur de Boisrondet. L’incommodité de mon enflure m’ostant le moyen de marcher à cause de grandes ravines qu’il nous falloit traverser, cela fut cause que nous ne mangeasmes que de l’ail sauvage jusqu’au jour de la Saint-Martin, que nous trouvasmes la


590

RELATION DE HENRI DE TONTY

peau et les quatre pieds d’un chevreuil que les loups venoient de dévorer ; nous en fismes la feste dans le village des Poutouatamis, lesquels l’avoient abandonné pour aller à la baye des Puans, à cause qu’ils avoient peur des Iroquois. Cet abandonnement redoubla nostre chagrin, nous voyant sans aucun secours. Nous trouvasmes par bonheur quantité de citrouilles pourries dont nous fismes un amas pour tascher à gagner Missilimakinak. Nous mangeasmes mesme dans ledit village des courroies qui attachoient les perches de leurs cabanes et quelques cotons, des bleds dinde que nous faisions rostir dans le feu, et mesme ayant trouvé un bouclier de peau de bœuf, nous l’emportasmes pour le manger. Comme nous avions mis nos petites provisions dans une cabane sur le bord du lac, et que nous estions cabanez sur un costeau, nous avions résolu de partir promptement, et un de nos plus grands chagrins estoit d’abandonner le sieur de Boisrondet, à qui nous ne pouvions donner nul secours. Comme nous portions le reste de nos vivres, l’on entendit une voix dans la cabane où estoient nos citrouilles. C’estoit le sieur de Boisrondet, lequel ayant aperceuun canot que nous avions accommodé et que nous avions trouvé dans le village, eut envie d’entrer dans la cabane, et ayant trouvé nos citrouilles, il en fit un grand dégast, croyant que nous luy avions faict cet amas pour son voyage, et que nous estions partis. Nous eusmes une joie extresme de le voir, et beaucoup de tristesse de voir nos citrouilles beaucoup diminuées depuis trois jours qu’il estoit arrivé, sans que nous en sceussions rien. Enfin nous nous embarquasmes, et, après trois lieues de navigation, il s’éleva un vent du large, et comme nostre canot estoit extrêmement volage, crainte de perdre nos vivres,


RELATION DE HENRI DE TONTY

591

je fis débarquer. Aussytost que j’eus mis pied à terre, j’aperceus des pistes d’homme toutes fraisches avec un grand chemin et la carcasse d’une cabane qui ne faisoit que de partir. Le Révérend Père Zenoble et Renault suivirent ce chemin pendant une lieue, lequel aboutissoit dans la baye des Puans; ils m’en vinrent apporter la nouvelle ; nous jugeasmes tous que ce devoit estre un petit lac, et nous résolusmes de faire portage, ce que nous fismes le lendemain, et ayant pris la droite, à deux lieues de là nous trouvasmes une semblable cabane, ce qui nous fit croire que c’estoit toujours le mesme ; mais le lendemain, ayant navigué pendant cinq lieues, il s’éleva un vent norouest traversier de la baye, lequel dura cinq jours avec une grande poudre de neige. Nous consommasmes nos vivres et, ne sçachant plus que devenir, nous résolusmes de retourner au village pour mourir chaudement dans une cabane à cause qu’il y avoit du bois. Nous en prismes la route, et, en arrivant dans l’autre portage, nous aperceusmes de la fumée, ce qui nous causa une joye qui fut courte ; car, en arrivant au feu, nous n’y trouvasmes personne. Nous y passasmes la nuit, pendant laquelle l’eau gela. Nous fismes nos efforts le lendemain pour casser les glaces, ce qui nous fut impossible, et cela nous fit prendre résolution de coucher au dit lieu pour faire des souliers, afin de pouvoir gagner le village. Nous en fismes du manteau du Révérend Père Gabriel. Je me faschay contre Renault qui n’avoit pas achevé les siens ; mais il s’excusa sur son infirmité, ayant une grande oppression de poitrine à cause qu’il n’avoit pu digérer un morceau de bouclier. Le lendemain 4 Décembre, comme je le pressois d’achever ses souliers et qu’il s’excusoit toujours sur sa maladie, son retardement fut cause de nostre


592

RELATION DE HENRI DE TONTY

sauveté; car des Sauvages Kiskakons, lesquels cherchoient les Poutouatamis, ayant aperceu nostre fumée, vinrent à nous par terre, et quand nous les eusmes veus nous fismes un feu de joye non pareil. Ils nous embarquèrent dans leurs canots et nous menèrent au village des Sauvages, lequel n’estoit distant de nous que de deux lieues. Nous y trouvasmes cinq François qui nous receurent humainement, et tous les Sauvages qui se firent un plaisir de nous envoyer des vivres, de manière que d’une grande disette où nous estions, nous nous trouvasmes dans l’abondance après trente-quatre jours d’un jeusne extraordinaire. Nous hyvernasmes avec les Sauvages, lesquels se firent un plaisir de nous assister dans nostre misère. Le printemps estant venu, je pris la route de Missilimakinak et trouvay en chemin un canot que M. de La Salle m'envoyoit avec des rafraischissemens. J’ay appris de ceux qui le menoient que M. de La Salle avoit fait plusieurs voyages, tant par eau que par terre, pour nous chercher, et que, sur quelque indice qu’il eut des Sauvages, lesquels lui dirent qu'ils avoient veu des pistes des François du costé du nord, et que les ayant suivies, ils avoient conneu qu’ils estoient en disette parce qu’ils ne mangeoient que des sureaux ou de l’ail qu’ils grattoient dessous la neige, ce qui fit prendre résolution à M. de La Salle de les envoyer pour apprendre de nos nouvelles. Ils me dirent aussy que les Iroquois ayant poursuivi les Illinois, avoient fait esclaves cent femmes et enfans. Je continuay ma route et j’arrivay la veille de la Feste-Dieu à Missilimakinak, et M. de La Salle arriva le lendemain. Il me tesmoigna qu’il avoit dessein de venir à bout de sa descouverte, et qu’il alloit descendre au fort de Frontenac pour aller


RELATION DE HENRI DE TONTY

593

quérir les choses nécessaires dans une pareille entreprise, de manière que nous fusmes jusqu’au pays des Iroquois, dans un petit lac nommé Toronto, et M. de La Salle m’ayant laissé dans une isle avec trois hommes, il continua son chemin jusqu’au fort de Frontenac accompagné du Père Zenoble; mais n’ayant pas trouvé ce dont il avoit besoin audit fort, il fut obligé de descendre à Montréal. M’ayant envoyé dans le brigantin ce qu’il avoit pu trouver au fort, et le Père Zenoble me rendant des lettres par lesquelles M. de La Salle m’ordonnoit d’aller aux Miamis et d’y rassembler le plus de Sauvages et de François que je pourrais, je m’y rendis le 10 Novembre. M. de La Salle m’y joignit le 19 Décembre, de manière que, la rivière estant prise, nous fusmes obligés d’attendre jusqu’au 21 en espérance qu’elle déprendroit, ce qui n’arrivant pas nous obligea de prendre la route du lac pour entrer dans une certaine petite rivière que l’on appelle Chicago. De cette rivière l’on fait un portage d’une lieue et demie, laquelle vous conduit dans une autre rivière qui tombe dans celle des Illinois, et comme je trouvay tout glacé, je fis faire des traisneaux pour mener nostre affaire. M. de La Salle me joignit le 14 Janvier et continua ma traisnée, de manière qu’estant arrivé à la rivière des Illinois, un de nos chasseurs ayant trouvé des pistes de François m’en donna advis. Sur quoy on en fit recherche, parce que c’estoient huit hommes que j’avois envoyez en chasse, et quand on les eut trouvez, ils nous vinrent joindre, ce qui augmenta nostre nombre, lequel se trouva pour lors de vingttrois François et dix-huit Sauvages, Mahingans ou Abenakis et Sokokis, dix de leurs femmes qui les accompagnoient et trois petits enfants. Je crois, Monsieur, qu’il est à propos 38


594

RELATION DE HENRI DE TONTY

que je vous donne les noms de ceux qui ont essuyé les tra vaux d’une si grande entreprise. Noms des François. M. de La Salle, commandant pour le Roy à ladite descouverte. Le Révérend Père Zenoble, Recollect. Le sieur de Tonty, capitaine de brigade. Le sieur de Boisrondet. Jacques Bourdon , sieur d’Autray. Jacques La Méterie, notaire. Jean Michel, chirurgien. Jacques Cochois. Anthoine Bassard.

Jean Masse. Pierre You. Colin Crevel. Jean du Lignon. André Hénault. Gabriel Barbier. Pierre Migneret1. Nicolas de La Salle. André Baboeuf. Pierre Buret. Louis Baron. Jean Pignabel. La Violette. Pierre Prud’homme,armurier.

Noms des Sauvages. Le capitaine Clance. Amabanso. Hirguen. Ahos. Seneché. Nanaouairinthe. Youtin. Sanomp. Ouabaresmanth.

Alimalman. Apexos. Chouakost. Akiesko. Maskinampo. Miouema. Ononthio. Pioua.

I. Je vois ce nom écrit ailleurs Menneret, Miguret


RELATION DE HENRI DE TO N T Y

595

Femmes. 1 Huronne. 3 Nipissiriniennes.

5 Abenaquises. 1 Ochipoise. 3 enfans.

Après nous traisnasmes nostre équipage soixante-dix lieues, sçavoir vingt sur la rivière de Chicago et cinquante sur celle des Illinois. Estant arrivez au fort de Contrecœur (sic), nous y trouvasmes la navigation, et comme plusieurs de nos Sauvages furent obligez de faire plusieurs canots d’escorce d’orme, cela fut cause que nous n’arrivasmes que le 6 Février au fleuve de Mississipi, qui fut nommé Colbert par M. de La Salle. L’on y compte cent lieues du village des Illinois, et son rumb de vent est presque toujours à l’ouest et surouest. A cause que nos Sauvages avoient esté occupez à faire des canots et que les vivres nous manquoient, nous fusmes obligez de mettre une ligne à l’eau pour pescher de la barbue ; nous en prismes une d’une grosseur extraordinaire, laquelle fournit de viande suffisante à vingt-deux hommes pour leur soupé. Nos Sauvages ayant achevé de faire leurs canots, nous descendismes le fleuve et nous trouvasmes, à six lieues, sur la main droite, une rivière qui tombe dans le fleuve Colbert, laquelle vient de l’ouest et paroist aussy grande et aussy considérable que la grande rivière, selon le rapport des Sauvages, Elle s’appelle Emissourita, abondante en peuples. Il y a mesme des villages de Sauvages, lesquels se servent de chevaux pour aller en guerre et pour transporter la chair des bœufs qu’ils tuent à la guerre. A six lieues au-dessous, sur la gauche, nous trouvasmes un village de cent quatre-vingts


596

RELATION DE HENRI DE TONTY

cabanes, et comme tous les Sauvages estoient allez à la chasse, M. de La Salle fît faire des marques pour leur donner à connoistre que nous estions passez, y laissant quelques marchandises pendues à un poteau. Ce village s’appelle Tamaroa. Nous cabanasmes deux lieues au-dessous pour chasser ; nous y tuasmes quelques chevreuils et ensuite continuasmes nostre chemin, et trouvasmes à quarante lieues de là, sur la gauche, une rivière appellée par les Iroquois Oyo, laquelle vient de derrière le pays desdits Iroquois, et doit avoir cinq à six cents lieues de cours. Enfin, après avoir passé quarante lieues d'un pays noyé et de cabanes, lesquelles sont sur le rivage, nous arrivasmes, sur la mesme main, sur un costeau où nous cabanasmes pour chasser ; mais comme le lieu n’estoit pas commode, nous descendismes trois lieues plus bas. Pierre Prud’homme, qui n’avoit jamais chassé, eut envie d’aller à la chasse et dit en partant : « C’est pour le coup que je vais faire parler de moy. » M. de La Salle luy recommanda de faire en sorte de ne se point escarter, et que, si par malheur cela luy arrivoit, il se réglast sur la boussole en tenant le nordouest, et qu’ainsy il reviendrait à la cabane. Le mesme jour, comme mon canot faisoit beaucoup d’eau et que je m’estois arresté pour le faire jeter, je trouvay une quantité de fèves ou fayolles semées par terre. J’en amassay plein un bonnet et les présentay à M. de La Salle, lequel eut de la peine à croire que cela venoit naturellement dans le pays. Nos Sau vagesses, les ayant veues, en furent chercher, et sur le soir en apportèrent environ un demi-minot, de manière que M. de La Salle ne douta plus que cette sorte de légumes ne vinst naturellement. A la vérité, il y en a une très-grande quantité le long du rivage, et mesme la tige en est grosse comme le


RELATION DE HENRI DE TO N T Y

597

bras. Elle tourne à l’entour des arbres comme le lierre en France. Sur le soir, nos chasseurs estant arrivez, nous rapportèrent avoir veu une quantité de pistes dans le bois. Pierre Prud’homme et Maskinampo, n’estant point revenus, nous causèrent beaucoup de chagrin, croyant qu’ils avoient esté pris par les Sauvages dont on avoit veu les pistes. Le jour suivant que l’on retourna à la chasse, chacun estant de retour, rapporta avoir veu une cabane dans le bois, laquelle estoit abandonnée du jour mesme, ce qui fit que le lendemain M. de La Salle envoya des Sauvages et François dans le bois pour faire en sorte d'en pouvoir attraper quelqu’un. Maskinampo revint, lequel nous dit que, s’estant égaré, il n’avoit pu venir plus tost, et qu’il avoit veu beaucoup de Sauvages qui estoient en chasse dans le bois, ce qui fut cause que M. de La Salle fit construire d’abord un fort pour nous mettre à couvert, et il m’envoya avec six hommes à dix lieues au bas de la rivière pour voir si je ne trouverois point Pierre Prud’homme. Pendant mon absence, Gabriel Barbier, avec deux de mes Sauvages, en prit deux de la nation des Chicachas. L’on fut fort embarrassé, n’entendant pas leur langage. M. de La Salle prit la moitié de son monde pour aller audit village, et fit porter quelques marchandises pour tascher de ravoir nostre chasseur que nous croyions estre esclave parmy eux. Après qu’il eust marché deux journées sans trouver le village, il se fascha contre ces deux Chicachas, lesquels, craignant d’essuyer son chagrin, firent connoistre qu’il y avoit encore trois journées à marcher, ce qui obligea M. de La Salle à rebrousser chemin ; et ayant fait quelque présent à l’un de ces Sauvages qui avoient esté pris, il luy fit entendre


598

RELATION DE HENRI DE TONT Y

de porter lesdits présents à son village, et qu’il les invitoit tous de se trouver sur le bord du fleuve, et garda l’autre pour ostage. Le huitiesme jour, M. de La Salle prit résolution de descendre le fleuve à trois lieues au-dessous du fort, lequel fut appelé le fort à Prud’homme. L’on trouva le feu d’où Prud’homme venoit de partir. L’on s’y arresta à chercher, et M. de La Salle m’en ayant donné advis par un canot, je le vins retrouver. Le 4 Mars, les Sauvages suivirent sa piste et quelques François avec eux. Ils le trouvèrent sur un cajeu qu’il avoit fait pour descendre, afin de pouvoir joindre nos canots, et l’amenèrent à la cabane. Il nous raconta qu’il s’estoit esgaré et qu’il y avoit dix jours qu’il n’avoit rien mangé. Nous fusmes tous fort joyeux de le revoir et nous partismes le 5. Le 12, après avoir fait naviguer cinquante lieues et fait petite chasse, à cause que le bordage de la rivière est garni de cannes si espaisses qu’il est presque impossible d’entrer dans le bois, nous mangeasmes le reste de nos vivres, et, d’un temps de brume, nous entendismes du costé de la main droite de la rivière des cris de guerre à la façon des Sauvages et battre le tambour. M. de La Salle ne douta point que ce ne fust un village. Nous fismes un fort en moins de demi-heure. Pendant le temps qu’on le faisoit, je m’avançay vers une pointe, et, le temps s’estant esclaircy, je descouvris le village et leur demanday qui ils estoient. Mais comme la rivière estoit extrêmement large, ils ne pouvoient m’entendre. Ils s’embarquèrent dans une pirogue, et comme ils furent à la voix, je leur demanday en langage Illinois qui ils estoient. Un Illinois, qui estoit parmy eux, s’écria : « Akansa », et me demanda qui j’estois. Je luy fis respondre : « Miskigouchia », qui est le nom que nous donnent les Sauvages du sud. Ils


RELATION DE HENRI DE TONTY

599

vinrent à moy, et quand ils furent à portée, ils me décochèrent une flèche afin de connoistre par là si nous estions en paix ou en guerre; mais comme je ne tiray point sur eux, ils vinrent à moy en toute seureté. M. de La Salle alla au-devant d’eux avec un calumet, et, après qu’ils eurent fumé dedans, Jean du Lignon et deux de nos Sauvages s’embarquèrent dans leur pirogue et furent au village. Six de leurs chefs vinrent au fort, où ils apportèrent le calumet. Après nous avoir tous fait fumer dedans, ils receurent quelques présents et nous convièrent d’aller à leur village. On s’embarqua, on s’y en fut et l’on fit dresser une cabane pour nous. Ces Sauvages nous receurent fort humainement, et après nous avoir régalez de tout ce que l’on pouvoit espérer dans le village, ils dansèrent le calumet à M. de La Salle. M. de La Salle prit possession de la terre au nom de Sa Majesté Très-Chrestienne et fit arborer les armes du Roy. On peut dire que ce sont les Sauvages les mieux faits de tous ceux que nous avons jamais veus. Ils se couvrent de peaux de cibolas. Leurs cabanes sont couvertes d’escorces d’arbres lesquels sont semblables aux cèdres et qui ont plus de cent pieds de hauteur sans branches, desquels ils font des pirogues qui vont aussi bien que des canots d’escorce. Il y a chez eux des pesches en abondance, des coqs et des poules, et plusieurs fruits qui nous sont inconnus. Nous reconnusmes que ces gens estoient fort honnestes par la bonne réception qu’ils firent au Chicacha qui estoit avec nous, quoyqu’ils soient toujours en guerre avec ceux de sa nation. Ils nous donnèrent deux interprètes pour nous mener chez les Taensas, et, en chemin faisant, nous trouvasmes deux villages de la nation Enansa . 1

i. Akansa?


600

RELATION DE HENRI DE TONTY

Ayant passé le dernier village, nos Sauvages tuèrent le premier crocodile. C'est l’endroit où finissent toutes les pelleteries de castors et de loutres, lesquels sont dévorez par ces animaux. Pour ce qui est des cibolas, on en trouve jusqu’à la mer. Ayant pris la droite de la rivière, nous manquasmes les Chicachas à cause d’une grande isle qui a près de quatrevingts lieues de long qui nous sépara d’eux*, et le 22 nous arrivasmes aux Taensa, après avoir navigué quatre-vingts lieues, et comme cette nation estoit située sur un petit lac, nous nous cabanasmes à trois lieues du village. Je fus chez eux avec Pierre Prud’homme, le capitaine Classe (sic) et les deux autres Sauvages, nos interprètes. Nous y arrivasmes de nuit, et les Akansas s estant mis à chanter, les Taensas les reconnurent pour amis, et nous entrasmes en sûreté dans leur village. Jamais je n’ay esté si surpris qu’en entrant dans la cabane du chef, parce que les autres Sauvages ne sont point bastis de la mesme manière. L’on reconnoist à cette nation une partie des qualitez que possèdent les gens policez. L’on nous fit d’abord entrer dans une cabane de 40 pieds de face ; les murailles en sont de bouzillage, espaisses de deux pieds et hautes de douze. La couverture est faite en dôme, de nattes de cannes, si bien travaillées que la pluye ne perce point à travers. En entrant dedans, nous vismes le chef qui estoit assis sur un lit de repos. Il y avoit plus de soixante vieillards vis à vis de luy , couverts de grandes nappes blanches semblables aux amas1 que les Sauvages des isles de l' Amérique font. Il y avoit un flambeau de cannes sèches au milieu de la cabane, laquelle estoit ornée de plusieurs boucliers de cuivre jaune attachez sur les quatre faces des murailles, de quantité de peintures, d’une alcôve où 1.

Hamacs.


RELATION DE HENRI DE TONTY

601

repose le chef, et de plusieurs lits de camp, sur lesquels reposent les chefs des huit villages qui sont situez sur le lac et qui dépendent de luy. Tous ces vieillards qui estoient auprès de luy dans la dite cabane avoient leurs mains sur leurs testes et hurloient tous d’une voix comme des loups, criant : « Ho ! ho ! ho ! ho ! » Et, après que le chef leur eut parlé, ils s’assirent tous, et l’on nous fit asseoir sur une natte de canne qui estoit préparée sur la terre, qui estoit délicatement travaillée. Nostre interprète se leva debout, et après avoir fait une harangue, il donna une robe de sibola dont il estoit couvert au chef, lequel le revestit de la sienne ; et leur ayant fait connoistre que nous estions venus faire alliance avec eux, et que celuy qui nous commandoit avoit besoin de vivres, il commanda d’abord que l’on eust à dire à toutes les femmes de faire des farines de bled d’Inde et des pastes d’un certain fruit qu’ils appellent Paquimina, lequel est fort bon. Je donnay au chef un couteau qu’il receut comme un présent fort considérable. Il nous régala le mieux qu’il put, et je remarquay qu’un de ses petits enfans voulant sortir passa entre le chef et le flambeau, fut retiré brusquement par sa mère qui luy fit faire le tour : c’est la marque du respect qu’on luy porte. Il fut servy par des esclaves. Qui que ce soit ne mange dans ses vaisseaux que luy. Ils sont de terre, très-bien vernis et faits en manière de coupes. Leurs couteaux sont de pierre à fusil aussy bien que les haches. Je remarquay qu’il avoit seize perles fines pendues aux oreilles, et ayant dit à nostre interprète de leur demander où ils les avoient trouvées, il respondit que c’estoit à la mer, dans des coquilles, et qu’il y en avoit beaucoup. Je partis faire ce récit à M. de La Salle de tout ce que j’avois veu, lequel m’engagea d’y retourner pour tascher


602

RELATION DE HENRI DE TONTY

d’avoir lesdites perles. Il arriva cette journée quantité de canots chargez de vivres; on avoit une poule pour une alesne ou une aiguille. M. de La Salle, qui avoit toujours creu que ce fleuve tomboit dans la baye du Saint-Esprit, ayant pris hauteur avec son astrolabe, se trouva trente et un degrez ; ce qui luy fit croire que nous estions dans le fleuve Abscondido 1, comme il s’est trouvé vray par la suite. Je retournay donc au village avec nos interprètes, et ayant donné un bracelet au chef, il me fit présent de ces perles, lesquelles estoient ternies à cause qu’ils les percent avec du fer rouge. Elles estoient grosses comme des pois; je les donnay à M. de La Salle. Quatre de nos Sauvages aussy bien que nos interprètes ne voulurent point passer outre à cause de la crainte des nations que nous devions trouver; car il faut noter que tous les villages qui sont situez sur la gauche du fleuve font guerre à ceux de la droite. Cela n’empescha pas que nous ne partismes le 2 5 et fusmes cabaner dans une isle à dix lieues de là. J’ay oublié de vous dire que les Taensas avoient une divinité, parce que nous avons veu un temple vis-à-vis de la cabane du chef, dans laquelle il y a une manière d’autel et au sommet trois aigles qui regardent le soleil levant. Ce temple est enfermé dans -une manière de redoute, où ils mettent dessus la muraille les testes de leurs ennemis qu’ils ont tuez en guerre. On y fait garde jour et nuit. Ce fort n’est point régulier, mais il est très-bien flanqué à chaque angle; il y a des guérites de bois dur. Le 26, au matin, estant sur l’eau, à deux lieues de nostre cabanage, nous aperceusmes une pirogue qui traversa la rivière. Nous luy donnasmes chasse; mon canot, qui alloit le 1.

Ou Escondido.


RELATION DE HENRI DE TONTY

603

mieux, devança tous les autres, et comme j’estois prest à joindre la pirogue, je fus fort surpris de voir tout le bord garny de Sauvages l’arc et la flèche en main. M. de La Salle, voyant le danger où je me trouvois, me pria de traverser de l’autre bord, et comme nous estions à terre, me demandant mon advis pour aborder cette nation, je m’offris de leur aller porter le calumet, ce qu’il eut de la peine à m’accorder. Néantmoins il estoit de nécessité de leur parler. Je m’embarquay donc dans un canot pour me soutenir en cas d’alarme. D’abord que j’eus mis pied à terre de l’autre bord, où estoient les Sauvages, ils s’assirent. Je les fis tous fumer dans le calumet de paix et donnay un couteau à un vieillard, lequel me parut le chef. Il le mit promptement dans sa robe, comme s’il avoit fait un larcin. Joignant les mains, je le contrefis, parce que cela signifie à leur manière que l’on est amis. Je leur fis signe ensuite de passer deux de l’autre bord et que je resterois avec eux, ce qu’ils firent. Et après qu’ils eurent veu M. de La Salle et appelé deux de leurs gens qui estoient cachez dans le bois, ils retournèrent avec tous les François où j’estois demeuré. Nous cabanasmes et M. de La Salle, ayant esté convié d’aller à leur village, il partit avec la moitié de son monde et je restay à la cabane qui estoit esloignée de trois lieues, et M. de La Salle coucha au village. Ils le nomment Nahy1. Pendant la nuit ils envoyèrent quérir le chef des Coroha, lequel vint toute la nuit pour voir M. de La Salle, et ledit chef vint avec luy et dix hommes à nostre cabane. Le lendemain ils s’embarquèrent tous dans nos canots avec nous pour alier à leur village, qui estoit à dix lieues. Nous fusmes avec une pluye continuelle. Quand nous fusmes arrivez chez eux, ils nous régalèrent tout i. Naché?


604

RELATION DE HENRI DE TONTY

de leur mieux, et donnèrent un calumet à M. de La Salle. Je perdis en cet endroit-là un esclave que j’avois acheté des Taensas, lequel se sauva la nuit avec sa mère. Ils estoient natifs de ce village. Après que les Coroas nous eurent fait comprendre qu’il y avoit encore dix journées à la mer, nous partismes le jour de Pasques et laissasmes sur la gauche un village des Hama, avec lesquels nous n’eusmes aucun commerce, et sur la droite dudit village une grandissime rivière, et sur la mesme main un chenal qui va à la mer, lequel en est distant de cinquante lieues. Ayant fait quatre-vingts lieues de navigation, le canot où estoit le Père Zenoble, lequel estoit le plus avancé, aperceut sur la main droite quelques Sauvages qui peschoient au bord de l’eau. Ils les appelèrent; ayant eu peur, ils fuirent à leur village, et aussitost nous entendismes battre le tambour et faire des cris de guerre. Nous débarquasmes à un petit ruisseau où nous dressasmes un angle pour nous mettre à couvert des flèches. M. de La Salle commanda les sieurs d’Autray, Haisnault, Migneret et Brossard pour aller à la descouverte, lesquels feurent receus à coups de flèches. Lesdits sieurs ayant fait leurs raports, quatre de nos Sauvages y voulurent aller, à qui pareille chose arriva. M. de La Salle, voyant que ces Sauvages n’estoient point traitables, nous fit rembarquer et, ayant navigué deux lieues, nous aperceusmes un village sur la gauche. Nous fusmes pour l’aborder. Il s’appelait Tangibaho, et celuy qui ne nous avoit pas voulu recevoir Kinipissa. Nous n’y trouvasmes que des cadavres : il y avoit environ vingt jours qu’ils avoient esté défaits par les Chouchoumas. Il y avoit du sang jusqu’à la cheville du pied et cinq grandes cabanes pleines de corps morts, et le reste du village consumé par le feu. Ce village estoit distant de trente lieues de


RELATION DE HENRI DE TONTY

605

la mer. Nous continuasmes nostre route et, le 6 Avril, nous arrivasmes à la mer. Le 7, comme cette rivière se divise en trois chenaux, M. de La Salle fut descouvrir celuy de la droite, je fus à celuy du milieu, et le sieur d'Autray à celuy de la gauche. Nous les trouvasrnes très-beaux, larges et profonds. A nostre retour, le 9 Avril, M. de La Salle fit arborer les armes du Roy et une croix, et y chanta le Te Deum. On y fit trois des charges, et après avoir mis en terre une plaque de plomb où les armes de Sa Majesté estoient gravées, M. de La Salle prit possession du fleuve au nom de très-hault et trèsglorieux prince Louis le Grand, roy de France et de Navarre. Le 10 nous remontasmes le fleuve. Gomme les vivres nous avoient manqué, cela fit prendre résolution à M. de La Salle d’aller au village des Quinipissa, de gré ou de force, et nous vivions pendant ce temps de quelques pommes de terre et de crocodiles, que nous trouvions rarement le long du rivage. Le 14 nous arrivasmes au village des Tangibaho. Nos Sauvages ayant aperceu de la fumée de l’autre bord, M. de La Salle y envoya la nuit à la descouverte les sieurs d’Autray, Haisnault, Brossart, avec quatre Sauvages, lesquels nous rapportèrent sur la minuit avoir veu à un feu quatre personnes qu’ils n’avoient pu distinguer si elles estoient hommes ou femmes. Devant la pointe du jour nous traversasmes et nous trouvasrnes quatre femmes endormies de leurs gens qui avoient fuy aux Quinipissa. Elles nous avertirent de ce qui s’estoit passé. Nous fusmes le mesme jour cabaner visà-vis leur village. Sur le midy il passa devant nostre cabanage un canot avec des guerriers dedans, lesquels nous bravoient le casse-teste à la main. D’abord M. de La Salle fit mettre un canot à l’eau, dans lequel il s’embarqua et fut après; mais, ne


606

RELATION DE HENRI DE TONTY

l' ayant pu joindre, il revint à la cabane, et, ayant embarqué une des femmes que nous avions faites prisonnières, il luy donna quelques haches, couteaux et alimens, et parce qu’on luy fit comprendre que nous avions faim, qu’elles eussent à apporter du bled, et que les trois autres s'en retourneroient à leur village. Elle en fut porter la nouvelle au village. Le 15 au matin, nous entendismes crier de l’autre bord, et ayant aperceu environ trois cents hommes, M. de La Salle fit mettre trois canots à l’eau et s’en fut à eux. Pendant qu’il estoit à traiter des pois avec cette nation, j’aperceus onze canots cachez dans une petite anse, ce qui m’obligea de faire mettre tous les canots à beau, afin d'estre en estat de secourir M. de La Salle en cas de besoin. Après que les Quinipissa eurent fumé dans le calumet, ils demandèrent des ostages. On leur donna Hesnault avec Chaquesqué, et deux Quinipissa s'embarquèrent avec M. de La Salle. Après avoir esté assi un peu de temps, ils nous firent signe de traverser de l’autre bord, on s’embarqua et on fut cabaner à demi-quart de lieue du village, où les femmes que nous avions pris s’en retournèrent chez eux, et Hesnault avec Chaquesqué1 vinrent en nostre cabane, lesquels nous dirent que les cabanes de ces Sauvages estoient couvertes de feuilles de palmier. Une des femmes que nous avions prises nous apporta un peu de bled d’Inde, et ensuite quelques jeunes gens. On le leur paya fort bien, afin de les encourager d’en apporter davantage. Environ sur les huit heures du soir, trois jeunes hommes apportèrent fort peu de bled d’Inde; et pendant que deux restoient en nostre cabane, le troisiesme visitoit partout et mesme vouloit faire en sorte que M. de La Salle laissast aller avec eux 1. Il y a lieu de croire que les noms sont mal écrits dans cette relation. Le nom de Sauvage qui, dans la liste, se rapproche le plus de celui-ci est Chouakost.


RELATION DE HENRI DE TONTY

607

une femme esclave qui leur estoit alliée, que les Akansas luy avoient donnée, à quoy il s’opposa, et par un pressentiment il ne voulut pas que j’allasse l’après-dîné au village, crainte d'accident. Les jeunes hommes s’en retournèrent. On posa les sentinelles et un chacun se coucha. Une demi-heure devant le jour, Crevel, qui estoit en sentinelle, entendit casser des cannes, et comme j’entendis qu’il disoit cela et que le sieur d’Autray disoit que c’estoient des chiens, je luy criay de prendre garde. Il entendit par une seconde fois la mesme chose. M. de La Salle, qui ne dormoit point, ayant jugé par ce bruit que ce pouvoient estre des hommes, s’écria : « Aux armes, enfans ! » Un chacun se mit en devoir de se deffendre, et la moitié n’estoient pas prests que nous entendismes le cri de guerre tout à l’entour de nous. Ces canailles nous avoient entourez et faisoient mettre au bord de l’eau des canots, et mesme un de ceux qui estoient dedans ayant pris le bout du fusil de Pignabel, croyant que c’estoit une fredoche, Pignabel luy lascha son coup, et Louis Baron un autre et leur canot tourna. Nous fismes assez bon feu jusqu’à la pointe du jour et à chaque coup de fusil que nous tirions, ces barbares faisoient des cris de guerre; mais d’abord qu’ils virent clair et qu’ils aperceurent des morts de leur costé, ils prirent la fuite et nous les chargeasmes jusqu’à ce que M. de La Salle nous voyant trop avancez, nous commanda de nous retirer au cabanage de crainte qu’ils ne nous prissent par derrière, et en brisant nos canots ils nous auroient dégradez et mis entre leurs mains. Sur le midy M. de La Salle prit la moitié de son monde et fut briser les pirogues proche du village, sous leurs yeux. Estant de retour de cette expédition, il tint conseil pour exécuter son dessein, qui estoit d’aller le lendemain les attaquer dans leur village. Mais comme on fit


608

RELATION DE HENRI DE TONTY

visite des munitions, et qu’il ne s’en trouva pas suffisamment pour cela, nos Sauvages, après avoir enlevé quelques chevelures de ceux que nous avions tuez, plantèrent quelques testes au bout de quelques piques, et nous nous embarquasmes pour remonter le fleuve sans avoir aucun de nous de blessé ny tué, avant qu’ils nous suivissent par terre, car nous trouvasmes comme ils avoient dressé une embuscade à dix lieues au-dessus. Nous trouvasmes un costeau où on tua deux chevreuils et deux ours avec quelques crocodiles. Cela nous aida à gagner le village des Coroas. Le 29, nous trouvasmes à une lieue dudit village une pirogue avec deux hommes dedans, lesquels prirent le devant pour annoncer nostre venue. Comme nous fusmes à la veue du village, nous n’aperçusmes que fort peu de monde sur les costeaux. Le chef vint au-devant de nous et quand M. de La Salle luy eut donné les chevelures, il nous parut extrêmement surpris, et nous ayant fait signe de le suivre pour manger, nous montasmes la coste où il y avoit des nattes de cannes au milieu de la place pour nous recevoir et sur lesquelles il nous fit asseoir, et comme l’on nous portoit à manger, nous fusmes surpris de nous voir entourez par plus de mille homme. Quelqu’un de nos gens reconnut parmy eux quelques Kinipissas, lesquels estoient leurs alliez ; et l’on jugea en les voyant qu’ils leur estoient venus porter la nouvelle de ce qui s’estoit passé chez eux, et que ce grand nombre d’hommes n’estoit assemblé que pour nous faire un meschant party. Nous mangeasmes le fusil à la main. Ces Sauvages tinrent des conseils et après que nous eusmes mangé, nous fismes semblant de nous entretenir aussy. Nous entendismes crier une de nos Sauvagesses au bord de l’eau. Je fus luy demander ce


RELATION DE HENRI DE TONTY

609

qu’elle avoit, elle me dit que de ces Sauvages avoient pillé un de leurs canots. Le maistre à qui il appartenoit descendit la coste et trouva une partie de ce qu’il avoit perdu. Cela causa un bruit confus. Le chef des Coroas ayant invité M. de La Salle à demeurer trois jours chez luy, disant qu’il logeroit les François dans une cabane et les Sauvages dans une autre, ce qu’il n’avoit pas fait quand nous descendismes, il y consentit. Sur quoy je ne pus m’empescher de luy dire qu’il voyoit bien l'estat des choses et qu’ayant fait sa descouverte, il ne devoit pas s’exposer à des misérables qui luy pouvoient jouer un mauvais tour. Il me tesmoigna qu’il falloir toujours faire connoistre aux Sauvages que l'on n’avoit point peur d’eux. Pendant ce temps le chef des Coroas s’informoit d’un esclave de M. de La Salle, lequel il entendoit, de quelle manière l’affaire s’estoit passée avec les Quinipissas. Je ne sais s’il reconnut leur tort ou s’il appréhendoit. Je dis à M. de La Salle d’aller au village des Nachy, et que là nous trouverions des rafraischissemens. Nous nous embarquasmes et fusmes coucher vis-à-vis ledit village où nous attendismes jusqu’à dix heures du matin, et voyant qu’il ne reparoissoit personne de l’autre bord, M. de La Salle dit : « Il nous faut continuer nostre chemin. Nous n’avons que faire de vivres, en ayant assez. » En doublant une pointe nous fusmes surpris d’entendre un cry de guerre de l’autre bord, et nous comprismes qu’ils n’avoient pas envie de nous nourrir. Après avoir fait environ trois lieues, nous trouvasmes sur un cajeu un Tahensa qui se sauvoit d’entre les mains des Coroas. M. de La Salle le mit dans son canot. Et le 30 Avril estant arrivez au portage des Tahensas, je le conduisis dans son village, où nous renouvelasmes amitié, et le chef conneut par là que nous estions ses véritables amis. 39


610

RELATION DE HENRI DE TONTY

J’admiray pour la seconde fois leur manière d’agir. Car cet homme ne dit aucune nouvelle pendant qu’il y eut du monde dans la cabane du chef; et après que nous eusmes soupé et que tout le monde fut retiré, il fit fermer la porte et, m’ayant fait approcher de luy, il appela le Taensa que j’avois amené, lequel luy raconta les nouvelles et ensuite se fut coucher. Le lendemain un chef des Mosopelleas, lequel après la défaite de son village avoit demandé au chef des Tahensa à demeurer chez luy, et y demeuroit avec cinq cabanes, fut voir M. de La Salle, et s’estant dit Mosopellea, M. de La Salle luy rendit un esclave de sa nation, et luy donna un pistolet. Le chef des Taensas, ayant appris le bon traitement qu’il avoit receu, envoya dire à M. de La Salle qu’il l'allast voir. Les François qui couchèrent à son village nous dirent qu'on avoit chanté toute la nuit à sa porte, et que le lendemain en s’embarquant il y avoit deux corps de musique, et que les canoteurs venoient à la cadence; que deux hommes, un devant, l' autre derrière, avec des éventails fort bien faits de plumes de cygnes, empeschoient que les cousins ne les piquassent. Nous entendismes dire : «Voilà un chef qui arrive », et nous fusmes audevant de luy. Nous remarquasmes que deux cents personnes de ses gens se mirent en haye, et avec les mains nettoyèrent la place par où il passoit. Il entra dans la cabane de M. de La Salle, lequel luy donna un fusil et plusieurs autres présents, et après s’estre donné de grandes marques d’amitié, et lorsqu’ils nous eurent chargez de toutes sortes de rafraischissemens, l’on fit mettre les canots à l’eau pour partir le 3 May. Le chef fit une prière au soleil pour nous souhaiter un bon voyage, et fit jeter du tabac à l’eau afin que la rivière fut paisible. M. de La Salle, qui avoit envie de faire diligence, ayant pris


RELATION DE HENRI DE TONTY

611

le devant avec trois canots alléges, en arrivant aux Akansas, sur un faux rapport qu’on luy fit que les canots que je conduisois avoient esté défaits, nous y attendit jusqu’au 20, et, ayant appris mon approche, il partit pour continuer sa route. Les Akansas luy desbauchèrent deux Tahensas qui l'accompagnoient, appréhendant qu’ils ne s’attirassent nos marchandises. Je trouvay dans ledit village les quatre Sauvages qui nous avoient quittez. Il y en eust deux qui y voulurent rester. Les deux autres s’embarquèrent avec moy continuant ma route. Je trouvay une lettre pendue à un arbre. Elle estoit de Cauchois, qui me marquoit que M. de La Salle estoit tombé malade, et de luy envoyer au plus viste Jean Michel pour le saigner, ce que je fis, et le dernier May estant arrivé au fort Prud’homme, je le vis attaqué d’une maladie mortelle, ce qui nous causa un grand chagrin. Et comme il avoit des affaires pressantes à la rivière des Miamis, je partis le 4 Juin avec Brassard, Cauchois, Jean Masse et un Sokokis. Au-dessus de la rivière Ohio je trouvay quatre Iroquois dont la bande, qui avoit esté de cent hommes, avoit esté défaite par les Scioux, et comme ils avoient besoin de quelque assistance, je leur donnay une partie de ce dont iis avoient besoin; quatre jours après, ayant aperceu une fumée, nous y fusmes. Il sortit du bois trente guerriers Tamaroas, lesquels vinrent l’arc bandé sur nous faisant des cris de guerre. Je leur présentay le calumet. Un Illinois qui estoit parmy eux, m’ayant aperceu, me reconneut, et s’escria : « C’est mon camarade, ce sont des François! » Nous mismes à terre et passasmes la nuit avec eux. Ils eurent dessein de nous tuer, mais comme ils estoient partie Illinois, Missourita et Tamaroas, les Illinois empeschèrent ce coup. Le village des Tamaroas n’estoit qu’à une journée et demie; un


612

RELATION DE HENRI DE TONTY

guerrier leur fut porter le calumet, et sur ce que je leur avois dit que le canot iroquois estoit bien loin, ils rebroussèrent chemin. Le 18, estant à la veue du village, les chefs vinrent audevant de moy et nous fusmes de compagnie au village. Le 20, après leur avoir fait quelque présent, je partis et arrivay le 27 au village des Illinois, que nous trouvasmes abandonné à cause de la crainte qu’ils avoient des Iroquois. Les eaux estant fort basses, je fus obligé d’abandonner mon canot et de marcher par terre pour gagner le lac qui est à quarante lieues de là. De la manière que je vous ay dépeint la Grande Rivière, elle vous aura peut estre paru affreuse à cause que son rivage est bordé de cannes ; mais je vous diray que ce n’est qu’une lisière qui n’entre point dans la profondeur. On en trouve une seconde de bois francs, où il y a quantité de fruits qui nous sont inconnus, et abondance des meuriers, de lauriers et de palmiers, et derrière les bois francs, ce sont de grandes prairies remplies de toutes sortes de bestes fauves, comme cerfs, chevreuils, ours, lièvres, lapins, loups-cerviers, marmottes et une grande quantité de sibolas et quelques autres animaux qui nous sont inconnus. Les terres y sont merveilleuses, et au village des Coroas, le bled d’Inde y est en maturité en 40 jours. Par bonheur, au bord du lac, je trouvay un Sauvage Outagamis qui me vendit son canot. Je gagnay la rivière des Miamis; n’ayant trouvé personne, je me rendis le 22 Juillet à Michilimakinak. M. de La Salle estant remis de sa maladie, laquelle luy avoit duré quarante jours, m’envoya ordre de l’attendre, et s’estant rendu à Michilimakinak, il prit résolution d’aller en France rendre compte à la Cour de sa descouverte, et m’ordonna d’aller faire faire un fort au portage de la rivière des Illinois, pour maintenir en seureté le village des Chaoua-


RELATION DE HENRI DE TONTY

613

nons qu’il avoit appelez près de luy et avoit joints avec les Miamis. Estant arrivé, je trouvay que les Chaouanons estoient allez en chasse et les Miamis dans la disposition de fuir, à cause qu’on leur avoit dit que les Iroquois les venoient manger. Je trouvay tous nos gens dispersez-, et comme j’avois peu de monde, je pris résolution d’aller hyverner dans la rivière des Illinois, afin de pouvoir rassembler mon monde au printemps. Mais comme M. de La Salle se trouva indisposé, il se résolut de ne point passer en France et d’envoyer ses dépesches par le R. P. Zénoble,etil vint me joindre, le 30 Décembre, et pendant l’hyver nous y construisismes le fort de Saint-Louis sur un rocher inaccessible, où M. de La Salle fit venir les Chaouanons. Les Miamis se joignirent à luy et ensuite les Illinois, vers lesquels je fis dans le mois de Mars 1683 un voyage de plus de cent lieues, à traverser les prairies. Après leur avoir fait de grands présents de la part de M. de La Salle, qu’ils appelèrent leur père, ils me donnèrent parole de nous venir trouver. Je ne veux point, Monsieur, vous importuner de toutes les difficultez qu’on a eues pour rassembler ces peuples, lesquels avoient l’esprit préoccupé des mauvais discours que les François ennemis de M. de La Salle leur avoient faits. Après donc que M. de La Salle eut mis son fort en estat, il prit résolution d’aller en France, et, m’ayant laissé le commandement en sa place, il partit le mois d’Aoust 1683 et mena avec luy deux Chaouanons. A quatorze lieues du fort, il trouva le chevalier de Baugy, lequel luy apportoit une lettre de M. de La Barre, gouverneur général du Canada, afin qu’il eust à descendre pour rendre compte de sa descouverte. Ledit chevalier de Baugy arriva au fort avec des lettres de M. de La Salle par lesquelles


614

RELATION DE HENRI DE TONTY

il me recommandoit de le bien recevoir et de vivre en grande union avec luy ; mais comme par la suite du temps je vis qu’il faisoit son possible pour desbaucher nos habitans, et que le sieur de La Durantays ne s’y espargna pas non plus quand il y vint, il me fut impossible d’éviter quelques démeslez que j’eus avec eux, et nous passasmes l’hiver en mésintelligence ensemble. Le 21 Mars 16841, deux cents Iroquois, ayant pillé sept canots de François, vinrent ensuite attaquer nostre fort. Après six jours de siége, ils se retirèrent avec perte de leurs gens et furent poursuivis par de petits partis de nos alliez qui en tuèrent quelques-uns. Le 21 May, le sieur de La Durantays, sous prétexte de venir à nostre secours, me signifia, le 23, les ordres de M. de La Barre qui m’obligèrent de quitter la place et de me rendre icy. Mais comme la Cour a embrassé l’entreprise de M. de La Salle, et qu’il est venu des ordres du Roy à M. de La Barre que nous eussions à rentrer dans le bien de M. de La Salle, celuy-cy m’a nommé au gouvernement du fort Saint-Louis, selon le pouvoir que Sa Majesté luy a donné, et le Roy m’a honoré d’une compagnie du destachement de la Marine. J’estois parti pour aller audit fort, mais les glaces m’ayant barré le chemin, j’ay esté obligé de relascher. J’espère le printemps prochain me remettre en marche pour y aller. Je vous demande, Monsieur, la continuation de vostre amitié, et vous supplie d’estre persuadé qu’en quelque lieu que je sois, je seray toujours avec beaucoup de respect, Monsieur, vostre très-humble et très-obéissant serviteur. DE TONTY.

De Québec, le 14 Novembre 1684. 1. Le texte porte à tort 1683.


615

RELATION DE HENRI DE TONTY

Distances des lieux où le sieur de Tonty a passé depuis La Rochelle jusqu' à la mer du Sud (sic), par le Canada et par l'embouchure de la rivière de Mississipi ou fleuve Colbert. Lieues.

De La Rochelle à l’Isle-Percée De l'Isle-Percée à Québec Aux Trois-Rivières Au Montréal et Villemarie Au fort Frontenac A Niagara. . Au lac Érié Au Détroit Au lac Huron A Michilimakinak A la rivière des Miamis Au portage de la rivière des Illinois. ... Au fleuve Colbert ou Mississipi A la mer

1000 120 30 30 60 92 14 100 30 100 120 25 200 374 2205


616

RELATION DE HENRI DE TONTY

Distances des lieux les plus remarquables où ledit sieur de Tonty a touché dans le fleuve Colbert. Lieues.

De l’embouchure de la rivière des Illinois a la rivière des Missourites Au village des Tamaroua. A la rivière Ohio Au village des Savansa (Akansa) Au village des Tahensa. Au village des Nachy Au village des Coroas Au village des Quinipissa Au village des Tanchibao A la mer

6 6 40 98 80 12 10 80 2 38 372


TABLE DES MATIÈRES

Pages

I. — De 1614 à 1684. — Les Récollets, premiers Missionnaires de l’Ouest et du Sud de l’Amérique Septentrionale. Leurs services, leurs missions dans le pays des Hurons. Moyens employés pour empêcher leur retour en Canada, ou pour en annuler l’effet soit à Québec, soit dans la découverte du Mississipi CHAPITRE II. — De 1646 à 1687. — Tentatives d’établissement des Français sur les terres voisines du lac Ontario

35

CHAPITRE III. — De 1638 à 1660 — Premier voyage des Français au sault Sainte-Marie, au lac Michigan, à la baie des Puans, au lac Supérieur et dans le pays des Sioux.

43

CHAPITRE

IV. — De 1657 à 1690. — Notice sur le Père Allouez, missionnaire des nations Outaouases CHAPITRE V. — De 1665 à 1671. — Vues de Jean Talon sur la possibilité d’étendre la puissance des Français dans l' Amérique du Nord; Missionnaires et voyageurs dont il favorise les entreprises; son projet pour l’établissement des Français sur les bords du lac Ontario. Voyage de Cavelier de La Salle CHAPITRE VI. — 1669. avec les Sulpiciens Dollierde Casson et Bréhan de Gallinée. Prise de possession des terres voisines du lac Érié

1

CHAPITRE

CHAPITRE VII. — 1671. — Voyage de Daniel-Remy de Courcelles, gouverneur de la Nouvelle-France au lac Ontario. CHAPITRE VIII. — Voyage du comte de Frontenac au lac Ontario . . CHAPITRE IX. — 1673. — Lettres écrites à cette occasion. .

X. — De 1672 à 1674. — Civilisation des Sauvages. Missionnaires. Nécessité d’augmenter le nombre des Récollets et de les envoyer dans les missions lointaines

73

101 167 193 238

CHAPITRE

40

245


618

TABLE DES MATIERES Pages,

XI. — 1673. — Voyage de Louis Jolliet et du Père Marquette sur le Mississipi jusqu’au 33° de latitude. . 253 CHAPITRE XII. —De 1674 à 1675. — Premier retour de Cavelier de La Salle en France. Il obtient des lettres d’anoblissement, la concession de terres près du lac Ontario et le gou271 vernement du fort de Frontenac CHAPITRE XIII. — De 1675 à 1677. — Cavelier de La Salle, commandant du fort de Frontenac. Ses soins et ses dépenses 289 pour mettre sa concession en valeur intriet abus Canada : du CHAPITRE XIV. — 1677. - État gues. Défense du commerce de l’eau-de-vie. Cavelier de La Salle d’abord traité de visionnaire est devenu par son établissement du fort de Frontenac l’objet de la haine de ceux dont il gêne le commerce. On lui oppose Jolliet et Leber, qui doi299 vent demander la concession de l’Illinois Cavelier de CHAPITRE XV. — De 1677 à 1678. — Second voyage de La Salle en France. — Il est autorisé à faire de nouvelles 327 découvertes entre la Nouvelle-France, la Floride et le Mexique. CHAPITRE XVI. — De 1666 à 1678. — Cavelier de La Salle entre en relations avec un ami de l’abbé de Gallinée, qui note ce qu’il lui raconte sur les mœurs des Iroquois, sur l’étal du Canada, sur les découvertes de l’Ohio et du Mississipi, enfin 343 sur son établissement près du lac Ontario CHAPITRE XVII. — 1678. — Traite de l’eau-de-vie avec les Sauvages. Cavelier de La Salle, de retour de France, prend part ainsi que Louis Jolliet à une délibération sur ce sujet. 403 CHAPITRE XVIII. — De 1678 à 1683. — Secours que Cavelier de La Salle reçoit de sa famille, et les engagements pris par 421 lui pour faire la découverte dont il est chargé CHAPITRE XIX. — De 1678 à 1681. — Relation officielle de l' En433 treprise de Cavelier de La Salle de 1678 à 1681 CHAPITRE XX. — De 1681 à 1682. — Cavelier de La Salle arrive à l’embouchure du Mississipi et remonte en Canada. Récit de 545 Nicolas de La Salle établissements CHAPITRE XXI. — De 1678 à 1684. — Voyages et des Français sur les lacs et le Mississipi sous les ordres de 571 MM. de La Salle et de Tonty Relation de Henri de Tonty. CHAPITRE


A PARIS DES PRESSES DE D. JOUAUST Imprimeur breveté

RUE

SAINT-HONORÉ,

338




BIBLIOTHÈQUE

HISTORIQUE AMÉRICAINE FORMAT PETIT IN-8°

Impression soignée tirée à un petit nombre d’exemplaires. OUVRAGES

PUBLIES.

CARTIER (le capitaine Jacques). Relation originale du voyage fait en 153 par le capitaine Jacques Cartier aux Terres neuves de Canada, Norem bergue, Labrador et pays adjacents, dite Nouvelle-France, publiée par M. MICHELANT, avec description du manoir de J. Cartier et une deuxième série de Documents inédits sur le Canada, publiés par A. RAMÉ. Paris, 15 fr. 1867, petit in-8°, avec cinq grav. en bois, br., papier vergé

Texte original, publié pour la première fois d’après un manuscrit français de l'époque. On ne connaissait jusqu’à présent cette relation que d’après la traduction faite sur le texte italien publié par Ramusio. La première série des Documents sur le Canada a paru à la fin du Discours du voyage fait par Jacques Cartier.

— Discours du voyage fait (en 1534) par le capitaine Jacques Cartier aux Terres Neufues du Canadas, Norembergue, Hochelague, Labrador, et pays adiacents, dite Nouvelle-France, publié par M. MICHELANT. Documents inédits sur J. Cartier et le Canada, publiés par A. RAMÉ, avec 15 fr, 2 grandes cartes. Paris, 1865, petit in-8°, br., pap. vergé — Bref récit et succincte narration de la navigation faite. en 1535 et 1536 par le capitaine Jacques Cartier aux îles de Canada, Hochelaga, Saguenay et autres. Réimpression figurée de l’édition originale rarissime de M.D.XLV, avec les variantes des manuscrits de la Bibliothèque impériale, précédé d’une brève et succincte introduction historique par . Paris, 1863, petit in-8°, br Très-joli volume sorti des presses de Perrin de Lyon.

LESCARBOT (Marc). Histoire de la Nouuelle-France, concernant les navigations, découuertes et habitations faites par les François es Inde; Occidentales et Nouuelle-France, avec les Mvses de la Nouuelle-France, par MARC LESCARBOT. Nouv. édit. Paris, 1866, 3 vol. petit in-8°, avec 4 cartes,

br., pap. vél.

30 fr.

Réimpression de l’édition de 1612, faite avec grand soin et imprimée par Jouaust en types anciens.

MARGRY (P.) Les Navigations françaises et la Révolution maritime du XIVe au XVIe siècle, d’après les documents inédits des ., pap. d’Angleterre, d’Espagne et d'Italie. Paris, 1867,pet. in-8°,

vélin, 2 pl. . .

Le deux I. Les marins de Normandie aux côtes de Guinée avant les Portugals. du Indes au XVe siècle et l’influence française sur C. Colomb. III. La capitaine de Gonneville. IV., Le chemin de la Chine et les pilotes de Jean Ango. V. L’hydrographie d’un découvreur du Canada et les pilotes de Pantagruel, etc.

SAGARD. Histoire du Canada et Voyages que les Frères Mineurs Recollects y ont faicts pour la conuersion des infidelles, diuisez en quatre litres, ou est amplement traicté des choses principales arriuées dans le pays depuis 1615 jusqu’à la prise qui en a esté faicte par les Anglois, auec un Dictionnaire de la langue huronne. Nouvelle édition, avec une Notice sur Gabriel Sagard Théodat par E. CHEVALIER. Paris, 1864-66, 4 vo 40 fr pet. in-8°, br., pap. vél. .

Réimpression figurée de l’édition rarissime de 1636; mais il était impossible de suivre page par page cette première édition. Les chiffres de paginationde l’original ont été placés en marge, et la table de la nouvelle édition reproduit les deux paginations, ce qui facilite les recherches.

— Le Grand Voyage du pays des Hurons, situé en l’Amérique la mer douce, ès derniers confins de la Nouvelle-France, dite Canada, par GABRIEL SAGARD THÉODAT, avec un Dictionnaire de la langue' huronne. Paris, 1865, 2 vol. pet. in-8°, front, gravé, papier vélin .... 20 fr Réimpression faite par les soins de E. Chevalier.

THÉVET (André). Les Singvlaritez de la France Antarctique. Nouvelle édition avec notes et commentaires par P. GAFFAREL. Paris, 1878, petit fr. in-8°, papier vergé, fig. sur bois 15 Réimpression, faite avec soin, de la rarissime édition de Paris, 1558.

6320. — Imp. Jouaust, rue Saint-Honoré. 338.