Page 87

63

d’autant que l’élection cantonale, par la logique des pouvoirs accordés au Conseil général, s’apparente à une sorte de scrutin pour une forme de députation locale26. Ainsi, la convergence de cette triple spécificité, dans les attributions, le fonctionnement et le mode d’élection, dans son hybridité institutionnelle, concourait à faire du Conseil général le lieu effectif d’un pouvoir autochtone.

B - Toutefois, l’intégration au régime politique de la Métropole l’emporte.

Le mouvement d’assimilation juridique et politique de la Guadeloupe s’accentue sous la Troisième République, au point qu’à l’orée du XXè siècle la colonie est largement intégrée au système politique et juridique de sa métropole. Cette intégration est d’autant plus remarquable qu’elle s’inscrit dans une quasi simultanéité temporelle avec la construction du système républicain et la progression des conquêtes démocratiques dans l’hexagone, produisant un phénomène d’osmose législative qui n’a pas son équivalent dans le monde colonial d’alors27. On le vérifie aisément à l’examen de la chronologie comparative de l'évolution politique et institutionnelle de la Guadeloupe et de la France dans le tableau ci-après : (Cf; Page 63 a : PLANCHE 9 - Chronologie comparée de l ’évolution politique et institutionnelle)

Ce mouvement d’intégration-assimilation se marque essentiellement dans quatre aspects majeurs de la construction des cadres politiques : • L’acquisition de la citoyenneté et des droits politiques. • La consécration du principe électif et de représentation démocratique. • Le régime des droits et des libertés publiques. • L’organisation communale. Nous reviendrons plus précisément sur l’acquisition de la citoyenneté qui s’avère le facteur clé du processus intégrationniste. Il y a lieu de lui consacrer une analyse

26

: Certains commentateurs ont pu avancer que le Conseil général pouvait être considéré comme un "véritable petit parlement". Cette appréciation est excessive, si l'on s'en tient à la lettre des sénatusconsulte: l'assemblée ne disposait pas en effet de l'initiative des lois ni de pouvoirs législatifs. Par contre, une certaine analogie peut être trouvée avec les assemblées coloniales des colonies à charte de la Caraïbe britannique. 27 : En exceptant les deux autres "vieilles" colonies de la Martinique et de la Réunion. La Guyane présentait davantage de particularismes.

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Profile for scduag
Advertisement