Page 66

44

Les raisons d'une crise.

C'est, à l'origine, fondamentalement, une crise internationale de surproduction. En effet, à la fin du siècle, le marché mondial du sucre arrive à saturation. La cause en est double : d'une part, le sucre industriel européen tiré de la betterave, qui, dans les années mille huit cent soixante, n’en représentait qu’un cinquième, atteint, en 1880, la moitié de la production mondiale de sucre. D’autre part, on assiste à un formidable accroissement de la part des pays producteurs des Grandes Antilles (Porto-Rico et surtout Cuba) et des pays du Pacifique (Hawaii et Java notamment) dans la production mondiale de sucre de canne. Pour l'économie sucrière guadeloupéenne, 1882 est la dernière année faste. Le prix du sucre, qui était de 65 F. les 100 kgs en 1882, chute à 45 F. en 1884

30

. C'est le brutal

retournement de conjoncture qui se marque par un effondrement de 50 % du volume des exportations et une chute équivalente de leur valeur, dépression qui va installer désormais durablement l'économie sucrière dans l'instabilité et la tendance à la baisse. (Cf; page 44 a : PLANCHE 7 - Crise économique sucrière et essor des cultures secondaires; Fig. 1; Evolution des exportations de sucre de 1882 à 1906 & Fig. 2; Evolution du prix du sucre entre 1882 et 1897).

A peine remise du premier choc de 1884, l'économie sucrière locale subit de plein fouet celui de 1895-1897, aggravé des effets de la loi d'assimilation douanière de 1892 qui ferme à la Guadeloupe le marché nord-américain et la contraint d'exporter uniquement vers un marché français déjà saturé. Le prix des 100 kgs de sucre tombe alors à 25-26 F, soit près de 50 % du prix du marché de l'année de crise 1884. Un moment soutenu par la détaxe de distance, demandée et obtenue par les usiniers, - puis abolie en 1904, par suite des décisions de la Conférence de Bruxelles de 1903 -, l'économie sucrière s'installe dans la dépression à l'orée du XX siècle. A cette date, La Guadeloupe et la Martinique à elles deux, ne e

fournissent plus que 1/150ème du marché mondial de sucre31. Ce ne sont plus tout à fait les

isles à sucre qu'elles furent autrefois dans l'économie-monde32, même si, au plan interne, leur

30

: A noter que Chemin-Dupontès donne des chiffres légèrement différents (Voir Planche 7). : Voir Alain-Philippe Blérald. (op.cit) .p.66. 32: Significativement, c’est à cette époque que les Antilles françaises, comme modèles classiques d’économie coloniale de production, disparaissent des références des traités économiques. (Cf; entretien avec A.Buffon. Mai 1995) 31

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Profile for scduag
Advertisement