Page 58

38

s'élèvent dans une campagne où déjà tombent en ruines les moulins en pierre des anciennes habitations. Echardes industrielles dans un monde rural, nouveaux pôles de la production et de l'organisation socio-économique, les "centres usiniers", ainsi qu'on les appelle, restructurent la vie sociale du terroir sucrier, influencent les différents secteurs de l'économie agricole, déterminent la marche du commerce et du pays tout entier. Les usines, entendues dans cette dimension profonde en sont ramenées dans la perception commune, à ce concept symbolique, unique et global, où toute la puissance et l'omnipotence est sous-jacente dans ce seul mot : l'Usine. Et ce mot désigne alors bien plus qu'une fonction économique et un rôle social. Il nous fait ressentir une présence, une personnalité, sinon une âme, dont la seule trépidation décide de la vie de tous. L'Usine en devient donc un personnage. Son omniprésence justifie que l'on en parle dans les sources d'époque au singulier, et que s'impose dans l'écriture s'agissant de cette représentation, pour une part symbolique sans doute, mais ô combien totale, l'usage de la majuscule18. Elle a aussi son incarnation physique, et une figure : celle de son défenseur, ErnestAudibert Souques, le pionnier de l'industrialisation de l'économie sucrière, le premier propriétaire sucrier qui possède deux des plus importants centres du pays, d'Arboussier et Beauport. Elle a enfin sa politique qui jusqu'en 1907 se confond avec celle de Souques, le chef du "parti usinier" des années 1860 à sa mort19.

18

: Aussi écrirons-nous désormais Usine plutôt que "usine" quand le mot connotera cette dimension symbolique et institutionnelle. 19 : Deux biographies ont été consacrées à ce personnage majeur de la période, que nous retrouverons tout au long de notre étude : Christian Schnakenbourg. "Un grand industriel guadeloupéen du XIX siècle, Ernest Souques (1831-1908)", Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe, n°95-98, 1993. Voir également, Claude Hoton. "Ernest Souques, le manipulateur de nègres", Autrement , n°28, janvier 1994. Signalons, pour la petite histoire, que "le plus gros industriel" de la Guadeloupe n'en imposait pas par son physique. Les sources nous décrivent, en 1904, un vieillard de toute petite taille, malingre et souffreteux, à la voix nasillarde. e

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Profile for scduag
Advertisement