Page 50

31

La domination de la canne est nette. Cette dominance que nous restituent les chiffres est visible dans le paysage : la canne à sucre s'impose sur près des 2 /3

e

du territoire. Le

"pays sucrier" se répartit pour 55 % sur la Grande-Terre qu'il couvre presque totalement, à l'exception des marges littorales et des terres morneuses5 centrales de la région des GrandsFonds; pour 26 % sur le piémont de la côte Est de la Guadeloupe ou "côte-au-vent" s'étendant de la pointe Nord de Sainte-Rose au cap Sud-est de Capesterre, et 11 % sur l'île de Marie-Galante ; environ 3 % seulement du terroir cannier se concentrant dans la région sud de la Guadeloupe. (Cf; page 30 b,c : PLANCHE 3 - La Guadeloupe économique à la fin du XIXème siècle.)

Avec un poids globalement évalué sur l'ensemble des dernières décennies du siècle, à 64 % des terres cultivées, 62 % de la main-d'oeuvre et 79 % de la valeur des exportations6, la canne rythme la vie de la grande majorité de la population, y compris celle qui réside hors des limites géographiques propres du pays sucrier. C'est elle qui détermine l'économie, imprime sa marque au pays tout entier. La Guadeloupe de la fin du siècle ne manque pas d'être définie par les voyageurs qui visitent le pays comme une "isle à sucre". ... Et c'est un spectacle magique que celui des champs de canne, s'étendant à perte de vue, comme la mer, et ondoyant sous la brise avec des frémissements, comme les blés d'or ... La canne à sucre est la ressource suprême de la Martinique et de la Guadeloupe. C'est tout leur bien; ce fut jadis leur richesse, au temps où l'on ne connaissait pas le sucre de betterave. (...) Que l'on s'y résigne ou non, longtemps encore le sucre sera le produit principal, avec le rhum, de nos Antilles françaises.7

Une dépendance économique et financière absolue.

Le renouveau du sucre s'est accompagné du développement du capitalisme industriel. Pourtant cette industrialisation, qui représente le phénomène marquant de l'histoire économique de F après abolition, n'engendre pas, au contraire d'autres pays de l'aire de l'Amérique des plantations, de processus, même faible, d'autonomisation économique. L'histoire économique post-esclavagiste laisse transparaître l'impossibilité de déconnecter de

5 6 7

: Le paysage de mornes se caractérise par une succession de collines arrondies et de vallons. : Voir Marie-Françoise Zébus. Industrie sucrière et paysannerie. Th. Ing.: INA.PG, INRA.AG, [1987?]. : Monchoisy. "Les Antilles françaises en 1893". Revue des deux mondes. 1894, p.432.

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Profile for scduag
Advertisement