Page 22

9

tenait pas seulement de l'effet rhétorique et de l'accompagnement de la pensée énonciative populaire. Il signalait à l'attention le constat d'une incongruité, analysable au plan des sciences humaines et sociales, sous l'angle du paradoxe. Nous verrons que l'incongruité n'est pas tant dans l'expression. Elle tient à la construction historique du phénomène politique. C'est donc au plan des sciences historiques, notre formation première que nous avons cherché à comprendre le phénomène politique dans notre pays, la Guadeloupe. Nous ne nous refuserons pas ce faisant à emprunter à la réflexion de la philosophie, à la démarche de l'anthropologie et aux méthodes de la sociologie politique, les éléments nécessaires à l'analyse.

Constat initial et exposé de la problématique générale de la thèse. Dire que l'homme est un animal politique et toute société humaine, une société politique relève du lieu commun. On remarquera toutefois que le zoon politikon d'Aristote voulait dire indifféremment "animal social" et "animal politique"2. C'est dire que le champ politique se confond en principe avec le champ social. En ce sens, la société guadeloupéenne, quelle que soit l'époque où on l'observe, doit être perçue comme une formation politique. Mais il convient alors de rappeler ce que fut sa particularité première. La société guadeloupéenne est issue d'une formation coloniale esclavagiste. Le fait colonial est le phénomène constitutif de son existence3; le rapport esclavagiste y fut le rapport matriciel4. Deux siècles durant, le rapport esclavagiste imposé à la majorité noire l'exclua intégralement de l'espace politique. Nous pourrions dire du politique au sens où l'entend classiquement cette branche de la philosophie, à savoir l'espace, distinct

2

: Cf ; Dominique Colas. Sociologie politique. Paris, Puf, 1994.

3 : La colonisation de la Guadeloupe débute en 1635. Jusqu'à cette date, les îles qui forment aujourd'hui le territoire guadeloupéen sont peuplées par les populations Kalinas (Caraïbes) venues dans les petites Antilles du bassin de l'Amazone, par migrations successives cinq siècles auparavant. L'installation française va chasser du territoire les populations indigènes. En l'espace d'une génération, la structure du peuplement de la Guadeloupe est entièrement modifiée : la population Kalina aura cédé la place à une population venue d'Europe (colons) et d'Afrique (esclaves). 4 : Le rapport esclavagiste est instauré dès le début de la société coloniale, même s'il ne prend ses caractères définitifs qu'une trentaine d'années plus tard, avec l'essor du sucre et l'importation massive de captifs africains réduits en esclavage. Cf; nos développements sur la genèse des rapports sociaux et raciaux au Chapitre II.

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Profile for scduag
Advertisement