Page 209

177

notamment à son organe de presse, La Vérité, et à la présence sur le terrain de ses affidés, au premier rang desquels on trouve le directeur politique du journal Marie-Emile Réaux et le conseiller général Léopold Dorval. Le scrutin d’arrondissement contribue à asseoir sa position de représentant exclusif de la Basse-Terre où il sera constamment réélu jusqu’en 1906. Le second, Alexandre Isaac né à Pointe-à-Pitre le 9 janvier 1845, est également issu d’une famille de la petite-bourgeoisie mulâtre. Après avoir tâté de l’enseignement, ses études de droit le conduisent à la carrière d’administrateur public, d’abord en Indochine, puis en France, avant sa nomination au poste de Directeur de l’Intérieur du Gouvernement de la Guadeloupe en 1879, fonction qu’il occupe jusqu’en 1882, puis de nouveau en 1884. C’est à ce poste clé de la colonie qu'il travaille à l’application des lois scolaires et, en particulier à l’apparition d’un enseignement secondaire laïc et public - le futur lycée Carnot - et acquiert l’assise politique qui lui permet d’accéder au poste de sénateur en 1885, où il est réélu en 189458. Avec son frère, le " docteur " Auguste Isaac59 et un notaire blanc créole, Adolphe Cicéron, il est l’âme de la tendance de la gauche radicale. Le parti isaaciste s’appuie principalement sur la Grande-Terre sucrière et sur quelques enclaves en Guadeloupe proprement dite, dont le chef-lieu, la ville de BasseTerre administrée par Hildebert Bernus farouche opposant à Gerville-Réache dont il s’était séparé sur la question de l’assimilation douanière. Sur le modèle des tendances droite-gauche des partis républicains hexagonaux, on a pu qualifier Réache de centriste et Isaac de radical de gauche. En fait, comme le remarque justement un rapport du gouverneur Pardon60, rien ne sépare vraiment au plan

58 : Au Sénat, Alexandre Isaac semble avoir déployé une activité parlementaire importante, au moins comparable à celle de Gerville-Réache à la Chambre des députés. Il intervient en général sur les questions coloniales, les affaires algériennes en particulier, participe à différentes commissions sénatoriales, occupe les fonctions de secrétaire du Sénat, prend part à la Commission qui met en accusation le général Boulanger, intervient lors de l’affaire Dreyfus. Il meurt à Vanves en 1899 des suites d'une courte maladie. 59 : Sa fonction médicale n'est pas clairement établie car, il aurait abandonné ses études pour cause de difficultés financières de ses parents. C’est pourtant sous ce titre qu’il est généralement désigné. Auguste Isaac était né à Pointe-à-Pitre le 11 Mars 1853. Conseiller municipal et Conseiller général de cette ville durant plusieurs mandatures, il est, en Guadeloupe, la tête de proue du parti isaaciste jusqu'à son exil. Elu à la députation en 1893, il est battu aux législatives suivantes par Légitimus (cf ; infra) en 1898. Il prend ses distances presqu’immédiatement avec la vie politique active et s’installe en France. A l'occasion des législatives de 1902, il tente de récupérer son siège. Battu, cette fois par Gérault-Richard, il se retire définitivement de la vie politique et s'éteint en France dans l’anonymat, en 1913. 60 : " Entre les deux partis, il n ’existe aucune divergence politique. Les votes de leurs chefs se rencontrent toujours... " in Lettre du Gouverneur au Ministre" (30/4/1895) (Source : ADG ; Dossier administratif personnel de Pardon. EEII 1171.

177

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Les nègres en politique; couleurs, identités et stratégies de pouvoir en Guadeloupe. Tome I-1  

Sainton, Jean-Pierre / Service commun de la documentation. Université des Antilles

Profile for scduag
Advertisement